Conversations avec quelques disciples (Interview de Celestino López)

Samaël Aun Weor

Disciple. […] huitième année du Verseau, nous nous trouvons, C.L., missionnaire international, et mon insignifiante personne, E.M., dans la maison du V.M. Samael Aun Weor et c’est avec le plus grand plaisir que nous allons poser quelques questions au V.M. Samael Aun Weor, pour les frères de Maracaibo, du Venezuela, pour que cet enregistrement serve d’enseignement à tous ceux qui l’écouteront. La première question que je veux poser au Maître est la suivante : dites-moi comment, de quelle manière un missionnaire pourrait-il expliquer à l’humanité l’ancienneté de la Lune face à la Terre ?

Maître. CECI EST UNE CHOSE SCIENTIFIQUE, mon cher frère, C’EST DÉJÀ DÉMONTRÉ. Aujourd’hui, la science possède des appareils très perfectionnés avec lesquels on peut mesurer le temps. Les cailloux ramenés par les astronautes ont déjà été convenablement mesurés et on a pu prouver à satiété que la Lune est plus ancienne que la Terre.

Les scientifiques disent qu’elle provient d’une époque extrêmement lointaine, peut-être depuis l’origine même du Cosmos. Nous, nous allons plus loin, mon cher frère. Nous savons très bien, par expérience ésotérique directe, que la Lune est la mère de la Terre, que la Lune provient du précédent Maha-Manvantara, c’est-à-dire du Maha-Manvantara de PADMA ou du LOTUS D’OR.

La Lune a été un monde riche : elle a eu des mers immenses remplies d’eau, des volcans sans cesse en éruption, une riche vie végétale, des animaux de toutes sortes, une végétation florissante, de puissantes civilisations humaines, etc.

Cependant, comme on le sait, il est clair que tout monde naît, croît, vieillit et meurt. Ainsi, la Lune est aujourd’hui un cadavre, mon cher frère, elle est morte, c’est tout…

D. Nous entendons la réponse du V.M. Samael. Maître, on dit que les pyramides du Mexique (les pyramides qui sont à Teotihuacan) sont plus anciennes que celles d’Égypte. Comment peut-on expliquer que les pyramides du Mexique soient plus anciennes que celles d’Égypte ? Comment les pyramides sont-elles arrivées en Égypte ?

M. LES PYRAMIDES DE TEOTIHUACAN, mon cher frère E.M., ont été CONSTRUITES PAR LES ATLANTES ET NON PAR LES AZTÈQUES, comme beaucoup de gens le supposent. Indéniablement, ELLES SONT PLUS ANCIENNES QUE LES PYRAMIDES D’ÉGYPTE. Il existe des chronologies à ce sujet.

En tout cas, je veux vous dire quelque chose d’important : je me souviens avec exactitude de mes vies antérieures. J’ai vécu dans l’Atlantide et il va sans dire que nous faisions sans cesse des pèlerinages. Parfois, ces pèlerinages nous menaient en Égypte, d’autres fois nous allions jusqu’à Teotihuacan…

Sur la base de cette expérience, je peux donc vous dire que les pyramides d’Égypte ont été construites après celle de Teotihuacan, c’est-à-dire que les pyramides du Mexique sont plus anciennes que celles d’Égypte. Il y a des chronologies religieuses qui l’affirment et nous, qui avons des expériences ésotériques directes, nous qui nous rappelons nos existences passées, nous qui avons vécu dans l’ancienne Atlantide, nous savons qu’il en est ainsi…

D. Vénérable Maître Samael Aun Weor, faites-moi la faveur de me répondre sur ce problème que rencontre l’humanité au sujet du contrôle de la conception. J’ai donné une conférence au Salvador et on m’a demandé : « Est-ce que le Mouvement gnostique croit que dans le Ciel, c’est-à-dire les Mondes Supérieurs, le nombre d’âmes est à son maximum et que c’est pour ça, par conséquent, que la Gnose se dédie au contrôle de la reproduction ». Comment pourrions-nous exposer ce problème aux gens ?

M. On a beaucoup parlé de ce contrôle de la natalité, mon cher frère, tous les scientifiques sont préoccupés par cette question. Indéniablement, L’HUMANITÉ A des marées hautes et des marées basses, DES ÉPOQUES que l’on qualifierait DE « PLUS » DÉMOGRAPHIQUES ET DES ÉPOQUES DE « MINUS ». En tout il existe un flux et un reflux, un rythme incessant.

Ainsi, en ce moment, il y a une explosion démographique, une marée haute humaine. Il est facile de comprendre que ce « Plus », cette marée haute, est suivie par une descente, un « Minus ».

Ainsi, il n’est pas loin le jour où de terribles guerres et cataclysmes produiront la descente, le « Minus », la baisse de la marée, la diminution de la population humaine.

Mais comme les scientifiques ne savent rien de cela, ils ne comprennent pas cette question du flux et du reflux de l’humanité, ils ne connaissent rien des lois du pendule, du rythme, etc. Ils s’inquiètent beaucoup et tentent de contrôler la natalité avec des procédés artificiels : des pilules contraceptives et d’innombrables systèmes qui provoquent des cancers et bien d’autres maladies extrêmement graves pour l’espèce humaine.

Nous, les gnostiques, nous avons des méthodes pratiques, accessibles, simples, nous savons comment contrôler cette question, non pas de la natalité, car ce serait criminel, mais celle de la fécondation. LE CONTRÔLE DE LA NATALITÉ EST UN DÉLIT, LE CONTRÔLE DE LA FÉCONDATION EST UN DEVOIR…

Et on peut la contrôler : pour cela, nous avons le SAHAJA MAÏTHUNA, LE YOGA DU SEXE. La clef est simple et accessible. Tous nos frères la connaissent déjà : elle consiste en la connexion du Lingam-Yoni sans éjaculation de l’Ens Seminis, car comme l’a bien dit Paracelse, « dans l’Ens Seminis se trouve tout l’Ens Virtutis du Feu »…

Je ne veux pas vous dire qu’au moyen du Sahaja Maïthuna, on élimine la reproduction humaine. Il est évident que tant qu’il y a un contact sexuel, eh bien, il est clair que la fécondité, la fécondation existe. Mais, par contre, on peut diminuer le nombre de naissances et c’est bien ce que nous voulons, rien de mieux que le Sahaja Maïthuna, le Yoga du Sexe. C’est tout, mon cher frère C.

D. Vénérable Maître Samael, mais il y a un autre problème : ils m’ont dit, ils m’ont demandé s’il n’était pas dangereux de retenir cette énergie dans l’os sacré.

M. Qu’entend-on par : « retenir cette énergie », mon frère ? Parlons à cet instant du sperme ou de l’Ens Seminis, soyons clairs dans nos questions et dans nos réponses… As-tu vu, mon cher frère, comment les flaques d’eau sur le chemin s’assèchent sous la lumière du soleil ? Ces eaux s’évaporent et se transforment en nuages, en éclairs et en tonnerre… Bon, c’est ce qu’il faut faire dans notre organisme. Avec le Maïthuna, avec la chaleur, avec le Feu du sexe créateur, ces eaux séminales, cette liqueur spermatique qui réside dans nos glandes endocrines sexuelles se transmute en ce que nous appelons « vapeurs » ou « humeurs » pour parler de manière clinique.

En dernier, ces vapeurs se transforment en énergies positives négatives. Ces énergies montent par les canaux sympathiques appelés « IDA » et « PINGALA » en Orient. Ces canaux vont des glandes sexuelles jusqu’au cerveau, et cela a été démontré.

Certes, ils ne sont pas totalement physiques, ils sont plutôt mi-physiques, mi-éthériques, mais ils existent, ils s’enroulent merveilleusement sur l’épine dorsale, en formant le Saint Huit, jusqu’à atteindre précisément le cerveau.

CE QUI MONTE, mon cher frère, CE N’EST PAS LE SPERME, parce que si le sperme montait jusqu’au cerveau, tout le monde deviendrait fou.

Ainsi, nous ne retenons pas le sperme, NOUS LE TRANSMUTONS, ce qui est une chose totalement différente, NOUS LE TRANSFORMONS EN ÉNERGIE, et cela n’est pas un crime.

C’est ainsi que nous « cérébralisons » le sperme, c’est ainsi que nous « séminisons » le cerveau. En effet, la matière se transforme en énergie, mon cher frère, et cela a été démontré, c’est ce qu’a dit Einstein. Ainsi, pourquoi discuter ?

S’il nous plaît de transmuter la matière séminale en énergie, ce n’est pas un crime. Si nous pouvons faire monter cette énergie créatrice jusqu’au cerveau, le cerveau se fortifie, la glande pinéale se développe. Comment peut-il être nuisible que l’énergie sexuelle nous vitalise ? Pourquoi ? Pour quelle raison ?

Il se passe une chose, mon cher frère : tous les fornicateurs, ceux qui jouissent du plaisir sexuel, ceux qui ressentent de la joie en renversant l’Ens Seminis, veulent justifier leur fornication, leur lascivité, c’est tout, mon cher « Celes ».

D. Bon, Maître, en poursuivant sur le même thème puisqu’il est assez intéressant… Concernant les corps solaires… Il y a des frères qui disent très souvent « Fils de Dieu » et nous connaissons déjà la réponse que vous nous avez donnée en d’autres occasions. Mais je veux, en cette occasion, que vous répondiez vous-même directement à cette question : qui sont les « Fils de Dieu » et qui sont les « fils du diable » ?

M. Cette question est très intéressante, mon cher frère E. En tout cas, je veux te dire ce qui suit : Jésus a dit, et il l’a dit clairement à tous les pharisiens, à tous les sadducéens et aux foules qui l’écoutaient : « Vous êtes les fils du diable, parce que si vous étiez les fils de Dieu, vous feriez les œuvres de Dieu. Or, vous n’êtes pas les fils de Dieu, mais ceux de votre père le diable »…

Il est clair que lorsque les gens ressentent de la luxure, eh bien, ils procréent et se reproduisent. Comment vont-ils dire, alors, que leurs enfants sont nés de l’Esprit Saint, de la Divinité ? Or, ne descendons-nous pas tous, par hasard, du péché originel ? Ne dit-on pas qu’Adam et Ève ont forniqué, ne nous dit-on pas qu’ils ont désobéi à l’Éternel ? Alors, nous qui sommes les fils d’Adam et d’Ève, serions-nous, par hasard, les fils de Dieu ? Il est évident que nous sommes les fils du péché originel, c’est-à-dire du diable.

Ou croyez-vous que Dieu soit capable de commettre le péché originel ? Or, si Dieu n’est pas capable de commettre le péché originel, qui l’a commis ? De toute évidence, il ressort de cela que celui qui le commet est le diable. Ce qui s’est produit aux époques édéniques, paradisiaques, entre Adam et Ève, se répète à chaque instant, mon cher frère.

Les gens s’unissent par lascivité et ils reproduisent leur espèce. Les enfants qui naissent appartiennent au diable, parce que Dieu n’est pas luxurieux, ni lascif, Lui n’a pas de lascivité. Pourquoi donc attribuer à Dieu les enfants du démon ?

NOUS SOMMES TOUS LES FILS DU DIABLE. CELUI QUI VEUT DEVENIR FILS DE DIEU DOIT LE MÉRITER. Il faut éliminer le Moi, le réduire en poussière. Il faut fabriquer les corps solaires dans la Forge des Cyclopes. Il faut se sacrifier pour l’humanité. C’est ainsi seulement, mes chers frères, ainsi seulement que nous pouvons nous convertir en fils de Dieu, il n’y a pas d’autre façon, il n’existe pas d’autre manière.

Il est logique que nous tous, les êtres humains, soyons sans exception les fils du diable, comme nous l’a dit notre Seigneur le Christ. Jésus n’est pas un menteur, il n’a jamais menti, il a dit la vérité…

Ainsi, nous devons marcher avec fermeté, dire toujours la vérité, ce qui est, et rien d’autre que ce qui est, coûte que coûte…

D. Vénérable Maître Samael, comment pouvons-nous alors, nous qui pratiquons le Maïthuna, avoir des enfants qui n’appartiennent pas au diable ?

M. Quel mal vous vous donnez pour avoir des enfants qui n’appartiennent pas au diable ! N’est-ce pas ? Vous êtes toujours des diables et vous voulez des enfants qui ne soient pas ceux du diable. Est-il possible, par hasard, d’avoir des enfants qui ne soient pas du diable alors que l’on est soi-même un diable ? LE MIEUX, C’EST QUE TU CESSES D’ÊTRE UN DIABLE, pour pouvoir avoir des fils de Dieu, parce que le diable ne peut pas avoir de fils de Dieu. Le diable est diable et ce qu’il engendre, ce sont de petits diables, que cela nous plaise ou non.

D. Maître, je veux vous poser une autre question très intéressante. Concernant ce que je vous ai commenté au sujet du fanatisme, par exemple, comme quoi un frère en salue un autre avec la main gauche sur le plexus, en faisant attention à ce que rien de négatif n’entre en lui, les pieds croisés, et quand je suis arrivé ici, au Mexique, eh bien, j’ai vu que vous croisiez indistinctement la droite sur la gauche et la gauche sur la droite, et que vous ne faisiez pas tant de protocole. Je veux que ce soit vous, directement, qui nous parliez de cela, du fanatisme, de ce que vous m’avez dit : « le Diable disant la messe »…

M. Soyons francs, mon frère E., soyons clairs ! Nous devons voir les choses telles qu’elles sont. À quoi nous sert-il de mettre la main gauche sur le nombril et d’étendre la droite, de croiser une jambe sur une autre (c’est-à-dire la positive sur la négative, la droite sur la gauche) si, à l’intérieur, nous sommes remplis de Mois-Démons ?

Cela me rappelle ces phrases de Jésus, certes terribles, contre les pharisiens : « Pharisiens hypocrites, perverse génération de vipères, vous nettoyez l’extérieur de la coupe et du plat, mais ne prenez pas soin de laver ce qui est à l’intérieur ! Sépulcres blanchis ! »…

Voilà la grande vérité. À QUOI NOUS SERT-IL DE PRENDRE SOIN DE NOUS et de prendre soin DE NOTRE EXTÉRIEUR SI, À L’INTÉRIEUR, NOUS SOMMES POURRIS, REMPLIS DE DIABLES ? À quoi nous servent tant de bigoterie et de piétisme absurde ?

J’ai vu une quantité d’individus s’asseoir à table, bénir, assumer de terribles, épouvantables poses piétistes, quelle bigoterie, quel puritanisme ! Et cependant, ils se comportent comme de véritables pervers : ils battent leurs enfants, ils frappent leur femme, ils offensent à droite et à gauche, ils blessent tout le monde, ils tuent, ils volent, etc. À quoi toutes ces bigoteries leur servent-elles ?

Nous devons être sévères avec nous-mêmes, laisser de côté tant d’autoconsidération, partir de zéro, parce qu’en réalité, nous ne valons rien. C’est ainsi seulement, mes chers frères, en faisant une autodissection de nous-mêmes, c’est ainsi seulement, véritablement, en partant de zéro, que nous pouvons atteindre l’Autoréalisation Intime…

D. Maître, concernant la même question : un jour, j’ai dit aux frères que ce n’était pas ce que nous devions faire et ils m’ont répondu ce qui suit : « C’est ce que le Maître a enseigné, c’est enseigné par le Maître Samael »… Je souhaite maintenant que vous me répondiez, puisqu’ils disent que ça a été enseigné par vous, pourquoi maintenant dites-vous que nous devrions prendre soin de l’intérieur et non de l’extérieur ?

M. Ce qui arrive, c’est que les gens « confondent la gymnastique avec la magnésie », mon cher E. On a dit une fois, dans « La révolution de Bel », qu’« il fallait combattre les démons dans les Mondes Internes »… C’est clair, n’importe quel théurge, n’importe quel mage qui sait fonctionner consciemment en corps astral, quand il invoque les entités ténébreuses, soit pour les combattre, etc., ou pour quoi que ce soit, pour les dominer, pour les vaincre, met donc sa main gauche sur le plexus et la droite, il la dirige vers l’entité ténébreuse pour la conjurer. Mais les gens abusent de tout et ceci, ils l’ont poussé à l’extrême, à tel point qu’aujourd’hui il y a des gens qui ne peuvent pas parler avec d’autres personnes sans avoir mis la main gauche sur le nombril, et la droite tournée d’une certaine manière vers l’interlocuteur, et la jambe droite croisée sur la gauche, etc. Tout cela, CE NE SONT QUE DES ABUS, des abus, des abus…

D. Maître, quelle est la meilleure manière d’éveiller la Conscience ? Que devons-nous faire pour l’éveil de la Conscience et quel est actuellement le pourcentage de Conscience Éveillée de l’humanité ?

M. Oh, mon cher E., l’humanité n’a que 3 % DE CONSCIENCE ÉVEILLÉE et 97 % de Conscience endormie. Ainsi, la chose est grave. Me comprends-tu ?

D. […] dans les Mondes Supérieurs ?

M. C’est avec le plus grand plaisir que nous allons te donner une réponse, mon cher « Celes ». Les gens veulent tous voir, entendre, toucher et palper les grandes réalités des Mondes Internes, les gens veulent se rappeler leurs vies passées, etc., parler avec les Dieux. Cependant, malheureusement, comme je te l’ai déjà dit, les gens n’ont que 3 % de Conscience éveillée et 97 % de Conscience endormie.

Celui qui veut palper les grandes réalités des Mondes Internes, celui qui veut parvenir à l’éveil de la Conscience, doit SE RÉSOUDRE À MOURIR D’INSTANT EN INSTANT, coûte que coûte, c’est indispensable…

Avant tout, il est urgent de savoir que nous avons un Moi pluralisé à l’intérieur de nous-mêmes. Ce Moi, c’est le Seth de la mythologie égyptienne : un ensemble de « diables rouges » comme diraient les anciens prêtres de la terre des pharaons. Ces entités submergées, qui viennent personnifier l’Ego ou Seth, comme nous le disions, représentent nos erreurs, elles sont le portrait de nos propres défauts. À l’intérieur de chacune de ces entités, se trouve plongée notre Conscience, encastrée, embouteillée, endormie…

Ainsi, notre Conscience agit en fonction de son propre embouteillement, elle marche définitivement sur le chemin de l’erreur, elle est malheureusement égoïque.

Si nous voulons nous éveiller pour pouvoir voir, entendre, toucher et palper les Mondes Supérieurs, pour pouvoir parler avec les Maîtres de la Fraternité Blanche, il est donc nécessaire de détruire totalement Seth, l’Ego, les Diables Rouges, les Mois. C’est ainsi seulement que la Conscience réussit à s’émanciper, à se libérer et à s’éveiller radicalement.

Quand la Conscience s’éveille, nous pouvons voir le Chemin. Quand la Conscience s’éveille, nous pouvons entrer en contact avec l’Humanité Divine qui vit dans les Terres de Jinas. Quand la Conscience s’éveille, nous pouvons nous rappeler nos vies passées, nous pouvons visiter d’autres mondes habités, nous pouvons parler, face à face, avec les Dieux du Maha-Manvantara, etc.

C’est ainsi seulement, en étant véritablement éveillé, que nous pouvons avoir une connaissance directe. Tant que l’on ne parvient pas à la connaissance directe, mes chers frères, on n’est rien d’autre qu’un théoricien : on répète comme un perroquet ce que d’autres disent et c’est tout.

Nous devons avoir conscience de ce que nous étudions, nous devons boire à la source directe de la sagesse occulte. Moi, par exemple, je peux vous enseigner et je suis en train de vous enseigner ce que je sais, ce que j’ai vérifié, ce que j’ai vécu, non seulement dans cette réincarnation, mais dans mes vies passées.

Et bien plus : je peux vous parler, de manière franche et sincère, d’événements de Maha-Manvantaras précédents, parce que j’ai vécu dans d’autres Maha-Manvantaras. Par conséquent, je peux rendre témoignage de ce que j’ai constaté, de ce que j’ai vu, de ce que j’ai entendu, et ceci n’est pas un délit.

Cependant, je vous dis, et nous parlons franchement, que pour éveiller la Conscience, il faut avoir une terrible discipline ésotérique…

D. Maître, alors, comment est-ce que je fais pour dissoudre le Moi ?

M. Bon, tu veux dissoudre l’Ego ? Je te félicite, mon cher E. Tu veux dissoudre l’Ego, n’est-ce pas ? Eh bien, c’est intéressant, ça me semble intéressant que tu dissolves l’Ego. C’est ainsi seulement que tu pourras réussir à être éveillé, mon cher E. Bien sûr, mais NON SEULEMENT IL EST NÉCESSAIRE DE SAVOIR COMPRENDRE CHAQUE ERREUR, IL FAUT AUSSI SAVOIR L’ÉLIMINER.

Krishnamurti nous parle, par exemple, de « Compréhension ». C’est bien, c’est bien… Il est nécessaire de comprendre chaque erreur. Imaginons, par exemple, que tu veuilles éliminer le Moi de la colère. Eh bien, tu dois comprendre ce Moi et pour cela, tu dois utiliser la méditation, la réflexion, connaître ses ressorts les plus intimes, parce que très souvent la colère nous vient pour une raison ou une autre, parfois parce qu’on touche à notre amour-propre ou par jalousie ou par une frustration émotionnelle ou par une réaction face à un mot blessant, cela a tant de facettes !

Mais UNE FOIS COMPRIS LE RESSORT SECRET d’une explosion de colère, à un moment donné, IL FAUT FAIRE APPEL À UNE FORCE SUPÉRIEURE, mon cher frère…

D. Quelle est cette force supérieure, Maître, quelle est cette force supérieure, où se trouve-t-elle, comment l’obtenons-nous ?

M. Bon, bon, bon, attends un peu, attends un peu E., tu vas très vite, cependant, je te donne la réponse : CETTE FORCE SUPÉRIEURE EST À L’INTÉRIEUR DE TOI-MÊME. C’EST LE SERPENT IGNÉ DE NOS POUVOIRS MAGIQUES, enfermé, comme disent les hindous, dans le chakra Muladhara, situé dans le coccyx. Je me réfère expressément à DEVI KUNDALINI, le Serpent Igné de nos pouvoirs magiques. C’est à elle, en effet, que tu dois faire appel. Il faut lui demander, la prier, la supplier d’éliminer le Moi de la colère, celui que tu as compris à fond, que tu as étudié à travers la méditation et la réflexion profonde…

D. Maître, c’est très intéressant. Je voudrais vous demander : la jalousie, la haine, la rancœur, etc., tout ça ?…

M. Bon, ce sont des Mois différents, mon cher E., et le procédé est le même. Il ne suffit pas de comprendre, par exemple, la raison secrète d’une attaque de jalousie ou l’origine d’une haine, il faut aller plus au fond : il faut faire appel, que cela nous plaise ou non, mais c’est ainsi, à un pouvoir supérieur. Tout seul on ne peut rien faire. Le mental ? Non, il n’est pas capable d’éliminer des défauts. Il peut les déplacer d’un département à un autre, il peut les étiqueter sous différents noms, etc., mais il ne peut pas les désintégrer, les réduire en poussière.

Si nous voulons réduire en poussière tel ou tel défaut, personnifié par tel ou tel Moi, eh bien, EN PLUS DE LA COMPRÉHENSION, il nous faut L’ÉLIMINATION, et pour cela, IL FAUT FAIRE APPEL À DEVI KUNDALINI. Je répète : à Devi Kundalini, le Serpent Igné de nos pouvoirs magiques, le Serpent de bronze qui soignait les Israélites dans le désert. Compris ?

D. Un grand merci, Maître, pour la réponse. Maître, je vais vous poser une autre question : j’insiste de nouveau sur cette question de l’éveil. Pourquoi les Seigneurs de la « Main Gauche », qui ne pratiquent rien des Trois Facteurs, entendent-ils, voient-ils et sont-ils même éveillés dans les Mondes Supérieurs ?

M. C’est avec grand plaisir que je vais répondre à ta question, mon cher C. Ce que tu demandes est assez intéressant, comme l’a dit notre frère E., et moi, naturellement, je dois te donner une réponse, car, bien sûr, tu l’exiges et mon devoir est de te la donner…

Je vais te dire quelque chose de très intéressant, mon cher « Celes », écoute-moi. Il y a quelques jours de cela, j’ai invoqué, dans les Mondes Supérieurs, l’Ange Adonaï (le Fils de la Lumière et de la Joie, le Maître du comte Zanoni, décrit de manière si sage par Bulwer Lytton dans son roman « Zanoni »), et il est clair que cet Ange est venu à mon appel et nous nous sommes assis pour parler délicieusement…

Mais l’Ange m’a dit quelque chose de très intéressant. Il m’a cité un certain philosophe qui, à une époque, était avec nous dans le Mouvement gnostique et qui est maintenant un détracteur de la Grande Cause. Et il m’a dit :

– Cet homme s’est éveillé dans le mal et pour le mal…

Quelques jours plus tard, j’ai confirmé ou vérifié les affirmations de l’Ange Adonaï, le fils de la Lumière et de la Joie. Assurément, j’ai rencontré ce monsieur dans les Mondes Internes. Cet homme était complètement éveillé, mais dans le mal et pour le mal…

Quand, dans mes études ésotériques, j’ai visité la Lune noire, par exemple, là-bas j’ai rencontré tous ces diables rouges dont nous parle le « Livre des Morts » égyptien, totalement éveillés !… Et quand nous pénétrons dans les Mondes Infernaux, dans ces neuf Cercles Dantesques, décrits par Dante dans sa « Divine Comédie » et situés à l’intérieur du cœur de la Terre, nous rencontrons tous ces gens des ténèbres totalement éveillés dans le mal, bien sûr, et pour le mal…

Parce qu’au moyen de procédés techniques et scientifiques, ON PEUT AUSSI S’ÉVEILLER, MAIS DANS LE MAL ET POUR LE MAL.

Les Diables Rouges, par exemple, savent très bien ce qui les attend. Ils n’ignorent pas qu’en involuant dans le temps, dans le monde souterrain, à travers les Neuf Cercles Dantesques, un jour ils seront désintégrés, réduits en poussière cosmique dans le cœur de la Terre…

Ils n’ignorent pas que l’Essence s’échappera de cet Ego, quand l’Ego sera mort dans le cœur de la Terre. Mais ça leur plaît, et quand on les avertit, ils ne démontrent aucun repentir pour la Seconde Mort. Ils savent que leur Essence, un jour, après s’être échappée du cœur de la terre, entrera dans une nouvelle évolution, à la surface et sous la lumière du soleil. Ils savent que leur Âme redeviendra un gnome qui jouera parmi les roches, plus tard, un végétal, ensuite un animal et enfin qu’ils retourneront à l’état humain dans n’importe quel âge, dans n’importe quelle éternité. Cela, ils ne l’ignorent pas…

Ils n’ignorent pas que, quand on vient à ce monde physique, 108 vies nous sont données. Je peux dire que tout être humain a droit à 108 existences dans le théâtre de la vie. Une fois les 108 existences accomplies, si on ne s’autoréalise pas, on descend alors aux Mondes Infernaux, on involue dans le temps, on se réduit en poussière pour recommencer une nouvelle marche, une nouvelle journée vers l’intérieur et vers le haut. Cela, ils ne l’ignorent pas, ils sont éveillés, mais dans le mal et pour le mal.

Ainsi, L’IMPORTANT C’EST DE S’ÉVEILLER DANS LA LUMIÈRE, mais ce n’est pas possible avec des techniques, c’est possible seulement grâce à la Sainteté, en dissolvant l’Ego, en le réduisant en poussière cosmique, coûte que coûte.

D. Quand ils nous attaquent et nous disent : « Comment pouvons-nous vérifier qu’il y a 108 vies ? ». Alors, je veux que vous m’expliquiez comment nous pouvons prouver les 108 vies ?

M. Bon, c’est avec grand plaisir, mon cher E., que je vais te donner la réponse pour que tu la comprennes et que tu la communiques à tes amis. Cette question de prouver, c’est très joli, mais comment va-t-on prouver à un endormi ? QUE LES ÉVEILLÉS LE VÉRIFIENT, PARCE QUE LES ENDORMIS SONT ENDORMIS.

Si tu veux le prouver, comme tu dis, ou plutôt LE VÉRIFIER, réveille-toi ! Que fais-tu endormi, mon cher E. ! Réveille-toi, réveille-toi, sors de ce sommeil dans lequel tu te trouves ! Le jour où tu éveilleras ta Conscience, alors tu pourras vérifier par toi-même l’exactitude de mes paroles.

Cependant, ce que je suis en train de te dire repose sur une documentation. Rappelle-toi des 108 perles du collier du Bouddha, rappelle-toi aussi, mon frère, des 108 tours que les brahmanes, en Inde, font autour de la vache sacrée en priant avec un rosaire ou collier à 108 perles. Alors, ils vocalisent ces mantras sacrés que l’on connaît : OM MANIPADME JUM.

Au Tibet, avant que les Chinois communistes n’envahissent cette terre sacrée, il y avait des fêtes religieuses extraordinaires, et les femmes coiffaient les boucles de leurs cheveux d’une manière splendide. Les grandes dames étaient servies, comme toujours, par leurs esclaves ou par leurs domestiques, et celles-ci devaient arranger leurs cheveux sous la forme de 108 boucles. Médite sur cela, mon cher E., médite…

D. Merci, Maître. Maître, voulez-vous, s’il vous plaît, comme une aide spéciale pour les frères qui écouteront cet enregistrement, parler un peu du Feu luciférien ?

M. Bon, avec grand plaisir, mon cher E. De sorte que tu veux que je parle du Feu ? Bien sûr ! Et je vais le faire avec le plus grand plaisir… Cette question du feu est réellement extraordinaire. Dans le précédent Message de Noël, j’ai parlé du FEU LUCIFÉRIEN sous sa forme négative, parce que nous devons donner l’enseignement de manière didactique et dialectique, pédagogique, progressive.

Nous n’avons pas encore parlé du FEU CRÉATEUR sous sa forme positive. Nous avons parlé du Feu Luciférien sous son aspect purement sinistre, fatal. Cependant, je t’ai dit que dans le prochain Message de Noël 1970-71 qui va s’intituler « Le Parsifal dévoilé », je parlerai du Feu Luciférien sous sa forme transcendantale, positive…

Il est évident que le Feu Luciférien est quelque chose de divin, on le catalogue comme s’il était un Archange. Il est clair que du point de vue allégorique, il se détacha de l’auréole du soleil et se fixa sur la Terre par la force de la gravité et le poids de l’atmosphère.

C’est le VIF-ARGENT et la MAGNÉSIE des anciens Alchimistes, c’est le DRAGON VOLANT DE MÉDÉE, l’INRI des chrétiens, le TAROT des bohémiens, c’est un Feu extraordinaire, merveilleux ; sans lui, il serait impossible, véritablement impossible, de pouvoir réaliser le travail dans la forge des cyclopes.

Penses-y, mon cher E. : la connexion du Lingam-Yoni ne pourrait s’effectuer sans le PHOSPHORUS-LUCIFÉRIEN. Alors, en partant de ce principe, il est évident que le travail dans la Neuvième Sphère, sans L’AGENT LUCIFÉRIEN, serait une chose plus qu’impossible.

Le feu, en lui-même, N’EST NI BON NI MAUVAIS, TOUT DÉPEND DE L’USAGE QUE NOUS EN FAISONS : si on l’utilise pour le bien, il est bon, et si on l’emploie pour le mal, il est mauvais. C’est comme l’électricité. Tu sais que l’électricité sert, par exemple, pour éclairer les maisons, pour l’industrie, etc., mais, aux États-Unis, on l’utilise pour la chaise électrique, pour tuer. Alors elle a un double usage : c’est bon ou c’est mauvais, suivant l’usage que les gens en font. Le Feu Luciférien est ainsi, mon cher E.

Lucifer, en lui-même, est le PROMÉTHÉE des anciens Grecs, c’est L’OMBRE du Logos solaire, le SEIGNEUR DES SEPT DEMEURES, le GARDIEN DU TEMPLE, qui permet le passage seulement à ceux qui sont oints par la sagesse, qui connaissent le secret d’Hermès, qui portent dans leur main droite la lampe gnostique. Réellement, seuls ceux-ci ont le droit de rentrer au sanctuaire…

Lucifer est donc le FONDEMENT DE L’AUTORÉALISATION INTIME DE L’ÊTRE. Sans Feu, il est impossible, mes chers frères, de travailler dans l’Alchimie. Qui pourrait, par exemple, transmuter le plomb en or sans l’agent luciférien ? Le creuset pourrait-il, par hasard, faire l’œuvre par lui-même ? Sous le creuset doit se trouver le Feu Flammigère ; sans Feu, l’Autoréalisation n’est pas possible.

À l’aube du Maha-Manvantara, le Logos solaire, souhaitant nous aider, sortit de lui-même sa propre réflexion : un Archange puissant qui devint le Seigneur des Sept Demeures. Je parle dans un sens allégorique, je ne me réfère pas à un individu, je parle du Feu… C’est avec ce Feu, véritablement, que nous pouvons transmuter le plomb en or, que nous pouvons nous convertir en quelque chose de différent, en Dieux terriblement divins.

PROMÉTHÉE LUCIFER est le MAHA-ASURA des hindous, c’est lui qui est descendu du Soleil pour se crucifier dans notre monde. Les terribles vautours du raisonnement lui rongent les entrailles et les flammes des passions humaines le brûlent épouvantablement…

Le Logos, voulant se manifester dans chaque monde, dans chaque planète, fit sortir de lui-même son ombre, son MINISTRE, son Feu Luciférien.

De ce point de vue, je peux vous dire que le trône de Lucifer est LE MARCHEPIED DU SEIGNEUR et que le portrait supérieur de Lucifer, c’est le VISAGE DU LOGOS SOLAIRE. « DEMONIUM EST DEUS INVERSUS », c’est-à-dire, « le Démon, c’est Dieu à l’inverse », comme disaient les anciens…

Je crois qu’avec cela tu comprends, mon cher E.M., ce qu’est le Feu Luciférien : Prométhée, enchaîné à rien moins qu’à la dure roche du sexe, Prométhée souffrant pour l’humanité. À l’intérieur de ce grand incendie que nous pouvons appeler « Lucifer », il y a des Anges, il y a des Diables, des colonnes de Dieux et de Démons.

Rappelons-nous des AGNISHVATTAS, par exemple, les SEIGNEURS DE LA FLAMME, qui vivent dans le côté positif de la force luciférienne, divine.

Il n’est pas non plus superflu de rappeler les ténébreux lucifériens, les ratés de l’ancienne Terre-Lune, les HANASMUSSEN-LUCIFER, lugubres et horribles. Ainsi donc, il y a de tout dans tout : des Anges et des Diables. Le Feu est le Feu, mon cher E. M…

D. Dans ce foyer saint et sacré pour moi, après avoir félicité le cher Maître Samael (à qui je dois tant parce que j’ai reçu beaucoup de lumière de sa part, de ses conseils, de ses conférences, et que chaque parole a été pour moi un rayon de lumière), je remercie donc pour l’accueil et je vais commencer par formuler l’une des si nombreuses questions que j’ai toujours voulu poser au très respectable, cher et vénéré Maître.

Maître, pourriez-vous me dire (afin que cela serve aussi de lumière aux frères du Venezuela et aussi de l’Amérique centrale et du Sud qui ont l’opportunité d’écouter cet enregistrement), pourriez-vous me dire, Maître, si après de si longues années durant lesquelles j’ai cherché le Sentier, le Chemin de la lumière, si à cet âge de 60 ans et quelques, je pourrai encore le rencontrer ?

M. Il est évident, mon cher frère, que VOUS ÊTES DÉJÀ SUR LE CHEMIN, VOUS L’AVEZ DÉJÀ TROUVÉ. MAINTENANT, CE QUE VOUS DEVEZ FAIRE, C’EST LE PARCOURIR AVEC FERMETÉ, c’est tout.

Naturellement, vous devez travailler avec les trois Facteurs de la Révolution de la Conscience. Jésus lui-même a dit : « Celui qui veut venir derrière moi, qu’il se renie lui-même, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive »…

Dans le fait de « se renier soi-même », mon cher frère R., il est question de dissoudre l’Ego, le Moi, le moi-même, le soi-même.

« Prendre la croix » c’est autre chose : rappelez-vous que le bâton vertical de la croix est masculin, que le bâton horizontal est féminin, et que dans le croisement des deux « tiges » se trouve la clé de tout pouvoir. La croix est éminemment sexuelle, phallique, elle ne représente rien de moins que le travail dans la Neuvième Sphère. Il faut descendre dans la forge des cyclopes pour fabriquer les corps solaires et arriver à la Deuxième Naissance.

Suivre le Christ, c’est le troisième facteur. Il signifie sacrifice pour l’humanité, être disposé à faire ce qu’il a fait : à donner jusqu’à la dernière goutte de son sang pour tous les êtres humains qui peuplent le monde.

Ainsi donc, MOURIR, NAÎTRE ET SE SACRIFIER POUR L’HUMANITÉ sont les trois Facteurs de la Révolution de la Conscience. Vous êtes arrivé au Chemin, vous êtes sur le Chemin. Suivez-le avec fermeté, mon cher frère, suivez-le !…

D. Merci, Maître, pour ce sage enseignement… Oui, c’est vrai que je suis déjà sur le sentier, mais je me rappelle que vous nous avez toujours dit qu’il est très difficile de marcher sur ce Sentier, sur le « fil du rasoir », que nous devons tuer l’Ego, ces multiples Mois que nous portons à l’intérieur, qui sont les démons rouges dont vous nous avez tant parlé. C’est pour ça que je dis, Maître : pourrai-je atteindre, même à mon âge, cette lumière divine que j’ai souhaitée avec tant de véhémence ?

M. BIEN SÛR QUE OUI, mon frère, c’est sûr ! Avant tout, il faut donc TENIR COMPTE DU POUVOIR DE LA LANCE SACRÉE. Rappelez-vous ce qu’est ce grand pouvoir. La lance, en elle-même, est l’emblème de la force sexuelle virile, masculine. Il faut apprendre à utiliser cette énergie merveilleuse du troisième Logos et on peut travailler avec la lance…

Je me souviens, en cet instant, du « PARSIFAL » de Wagner, à l’instant même où KUNDRY, la séductrice, tente de le faire tomber. Quel moment extraordinaire ! Elle, voyant qu’elle échoue, appelle, invoque KLINGSOR. Le Ténébreux jette contre le jeune homme cette lance avec laquelle LONGINUS blessa le côté du Seigneur, mais cette lance ne peut lui faire du mal. Il l’attrape de la main droite et fait ensuite le signe de la croix. Le château de Klingsor s’écroule, il se convertit en poussière cosmique, il roule au fond de l’horrible et terrible précipice…

Ainsi, cette question de la lance est intéressante : rien de moins que la force sexuelle, le fameux IT, particule extraordinaire, formé par la lettre « I » et par le « T », CLÉ ATLANTE magnifique.

Si, au moment suprême de la volupté, c’est-à-dire durant l’acte, nous nous concentrons sur la Mère Divine Kundalini et lui demandons d’empoigner la lance, d’utiliser le pouvoir de l’énergie créatrice pour détruire les démons rouges, elle le fera. Si nous la prions de lancer la lance avec force, de la jeter avec pouvoir contre tel ou tel Moi, elle le fera et réduira en cendres, un par un, chacun de ces Mois.

Mais, pour cela, il y a une didactique. Évidemment, il est tout d’abord nécessaire de comprendre le Moi que nous voulons éliminer, et de le comprendre intégralement, à fond, dans les 49 régions du subconscient, et ensuite de supplier la Mère Kundalini, oui, au moment suprême, dans l’instant de la volupté, lui demander d’empoigner la lance pour qu’elle réduise ce Moi en poussière cosmique.

Ainsi, peu à peu, avec le pouvoir de la lance, nous pouvons désintégrer l’Ego et ensuite en finir avec les TROIS TRAÎTRES, et enfin mettre un terme, une fin au DRAGON DES TÉNÈBRES, et en finir avec les bêtes du monde souterrain à l’intérieur desquelles est embouteillée notre Conscience…

Je suis en train de vous donner une clé extraordinaire, formidable, merveilleuse. Je sais, mon cher frère, que vous avez déjà un âge avancé, mais LE POUVOIR DE L’ÉNERGIE CRÉATRICE N’A PAS ENCORE DISPARU EN VOUS. LE CYCLE SEXUEL DURE JUSQU’À 84 ANS et vous n’avez pas 84 ans. Profitez de cette merveilleuse énergie. C’est ce que je vous dis, mon ami, mon frère…

D. Mille mercis, Maître, un grand merci. En cet instant, un rayon d’espoir parvient à tout mon être, uni à la foi que j’ai toujours eue, non seulement en vos paroles, non seulement en votre exemple, mais en tous et chacun des conseils que vous nous avez toujours donnés en réunion, merci beaucoup, Maître. Et je me retire avec la satisfaction d’avoir entendu, dans cette honorable maison, un des plus grands conseils que j’aie reçu dans ma vie. Soyez heureux, content, aux côtés de votre famille et des frères qui vous accompagnent en cette fin d’année, et que l’année prochaine nous sourit et nous garde, surtout moi, dans ce halo infini. Je souhaite toujours être à vos côtés ; merci beaucoup.

D. Bon, nous avons écouté le frère R., La soirée est un peu avancée et, par conséquent, le cœur endolori, il s’est retiré de la maison du Maître, avec l’espoir d’y revenir. Maître, maintenant je veux connaître vos opinions et vos points de vue ; tout d’abord, votre opinion et votre avis concernant ces jeunes de Maracaibo, du « Cercle de la Rose rouge ».

M. C’est avec le plus grand plaisir que je vais répondre, mon cher E. La jeunesse de la nouvelle Ère est donc rebelle à cent pour cent. Il est clair que l’important, c’est QU’ELLE CHEMINE SUR LE CHEMIN DE LA RÉBELLION INTELLIGENTE.

La rébellion ou insurrection mystique intelligente conduit, en dernière instance, à la Révolution de la Conscience.

Ainsi, je considère que ce « Mouvement juvénile de la Rose Rouge » est merveilleux, il s’agit d’une nouvelle génération rebelle et intelligente, leurs efforts sont plausibles. Pour cette jeunesse, nous avons écrit notre livre intitulé : « Éducation fondamentale ». Bien sûr, l’édition sortie à Maracaibo est extraordinaire, merveilleuse, magnifique. Je félicite très sincèrement les frères de Maracaibo pour leur magnifique travail…

Il est recommandé de diffuser partout les enseignements de « l’Éducation fondamentale ».

Il est aussi indispensable D’AVOIR NOTRE PROPRE IMPRIMERIE pour imprimer nos œuvres, pour sortir une nouvelle littérature, c’est essentiel si nous voulons initier la nouvelle Ère du Verseau parmi l’auguste tonnerre de la pensée.

La « Rose Rouge » sert comme une sorte de vestibule pour l’entrée au sanctuaire. Là-bas, la jeunesse se prépare pour entrer ensuite dans les Lumisials. Il est réellement nécessaire de faire certains superefforts extraordinaires en faveur de l’humanité : créer cette imprimerie, en avoir une particulière, c’est merveilleux, magnifique, indispensable, urgent… Le travail des « Frères de la Rose Rouge » est donc louable et je te recommande, bien sûr, de les féliciter en mon nom.

D. Maître, un très grand merci pour l’opinion si haute que vous avez sur cette nouvelle génération et sur leur œuvre. Maître, avez-vous quelque chose de plus à dire concernant l’imprimerie ?

M. Eh bien, il est indispensable de reproduire toutes nos œuvres, mes chers frères, mon cher E. Bien sûr, il faut sortir des millions de volumes dans la rue, car il est nécessaire que toute l’humanité connaisse nos livres. De plus, il est indispensable de savoir que nous avons besoin de faire un travail mondial, non seulement en Amérique latine, au Venezuela, en Colombie, en Argentine, où que ce soit, mais dans le monde entier.

Nous avons aussi observé la nécessité de commencer un travail intensif aux États-Unis, mais un obstacle a surgi et il est important : il s’agit du fait que nous n’avons pas de livres en anglais, nous n’avons pas non plus, en ce moment, un nombre de gens suffisants, aux États-Unis, pour pouvoir nous embarquer dans cette question de l’impression des œuvres.

Ainsi, pour initier le mouvement aux États-Unis, nous devons introduire nos livres dans ce pays. Nous devons les introduire en anglais, qui est la langue propre à cette nation. Ainsi, prochainement, nous devrons étudier de quelle manière on pourra éditer quelques livres en anglais, pour les exporter aux États-Unis. C’est ainsi seulement que nous pourrons véritablement former un mouvement puissant dans ce pays.

L’aide des frères de Maracaibo est indispensable pour nous, pour le monde et pour l’humanité entière. Avec notre propre imprimerie, les choses changeront. On pourra faire ces éditions non seulement en anglais, mais, plus tard, en français et en allemand, etc.

Nous devons nous sacrifier pour l’humanité, être vraiment disposés à donner jusqu’à la dernière goutte de notre sang pour tous les millions d’êtres humains qui peuplent le monde…

Ainsi, un effort maximal devient urgent de la part des frères de Maracaibo, pour acheter une imprimerie. NOUS AVONS BESOIN DE NOTRE PROPRE IMPRIMERIE !

D. Maître, je veux que ce soit votre propre voix qui fasse appel à ces jeunes révolutionnaires de Maracaibo (je dis de Maracaibo, parce que c’est là où je connais le plus le mouvement), que ce soit votre propre voix qui les appelle à abandonner la paresse, qu’ils aient « Thelema » et sortent donner les enseignements dans différents lieux. Maître, croyez-vous que plus de missionnaires puissent sortir de ces jeunes ? Avez-vous besoin que plus de missionnaires sortent de ces jeunes ?

M. C’est évident que le Venezuela a besoin de beaucoup de missionnaires locaux. On a aussi besoin de missionnaires locaux dans chaque pays. Mais ON A AUSSI BESOIN DE MISSIONNAIRES INTERNATIONAUX. Nous avons besoin que le Venezuela nous donne des missionnaires internationaux. Nous avons besoin d’individus capables de se sacrifier pour le monde, des individus qui soient véritablement DISPOSÉS À S’IMMOLER SUR L’AUTEL DU SUPRÊME SACRIFICE POUR L’HUMANITÉ.

Il est donc nécessaire que les frères du Venezuela, et spécifiquement ceux de Maracaibo, se préparent pour qu’il en sorte un missionnaire international, ou plutôt quelques missionnaires, c’est tout.

D. Vénérable Maître Samael, pour revenir au thème pratique ésotérique de la Gnose, je voudrais que vous fassiez une clarification sur le thème sexuel, parce que les gens, dans de nombreux lieux, nous ont critiqués en disant que nous, les gnostiques, nous ne parlons que du sexe…

M. Il existe, mon cher C., pour parler, à vrai dire, en synthèse, trois grandes religions dans le monde. La première est celle DES VICTORIEUX. Celle de ceux qui ont travaillé avec la Pierre Philosophale, c’est-à-dire avec le sexe, ceux qui conservent la doctrine des Jinas ou de Janus (la doctrine du sexe, la doctrine primitive de l’humanité). Je me réfère de manière emphatique aux Chevaliers de Monsalvat…