Concomitances sacrées du feu secret (l’éveil du feu sacré)

Samaël Aun Weor

Chers frères gnostiques, je vais vous parler du FEU SEXUEL. La Transmutation Sexuelle de l’ENS SEMINIS en ÉNERGIE CRÉATRICE devient possible lorsque nous évitons soigneusement l’abominable spasme, l’immonde orgasme des fornicateurs.

La bipolarisation de ce type d’Énergie Cosmique dans l’organisme humain a été analysée, depuis les temps anciens, dans les Collèges Initiatiques d’Égypte, du Mexique, du Pérou, de Grèce, de Chaldée, de Rome, de Phénicie, etc.

L’ascension de l’énergie séminale jusqu’au cerveau se fait grâce à deux cordons nerveux qui se déroulent d’une manière splendide en forme de huit, à droite et à gauche de l’épine dorsale.

Nous sommes donc parvenus au CADUCÉE DE MERCURE avec les Ailes de l’Esprit toujours ouvertes.

Les deux cordons nerveux mentionnés ne pourront jamais être trouvés avec le bistouri, car ces derniers sont plutôt de nature semi-éthérique, semi-physique.

Ce sont les deux Témoins de l’Apocalypse, les deux Oliviers et les deux Candélabres qui « sont devant le Dieu de la Terre et si quelqu’un veut les endommager, il sort du feu de leur bouche et ils dévorent leurs ennemis »…

Dans la terre sacrée des Vedas, ces deux cordons nerveux sont connus sous les noms sanskrits de « IDA » et « PINGALA ». Le premier est relié à la fosse nasale gauche et le second à la droite.

Il est évident que le premier de ces deux nadis ou canaux est de type LUNAIRE ; il est ostensible que le second est de nature SOLAIRE.

Beaucoup d’étudiants gnostiques peuvent être un peu surpris qu’Ida, bien qu’étant de nature froide et lunaire, prenne ses racines dans le testicule droit.

Beaucoup de disciples de notre Mouvement Gnostique peuvent trouver insolite et inusité le fait que Pingala, bien qu’étant de type strictement solaire parte réellement du testicule gauche.

Cependant, nous ne devons pas être surpris, car, dans la nature, tout se base sur la LOI DES POLARITÉS.

Le testicule droit trouve son antipode exact dans la fosse nasale gauche, et cela est démontré.

Le testicule gauche trouve son antipode parfait dans la fosse nasale droite, et il est évident que cela doit être ainsi. La Physiologie Ésotérique enseigne que pour le sexe féminin, les deux Témoins partent des ovaires.

Il est indiscutable que chez les femmes, l’ordre de cette paire d’Oliviers du Temple s’inverse harmonieusement.

De vieilles traditions qui surgissent de la nuit profonde de tous les âges disent que « lorsque les atomes solaires et lunaires du système sexuel séminal se mettent en contact dans le TRIVENI, près du coccyx, alors, par simple induction électrique, s’éveille une troisième force » ; je veux me référer au FEU MERVEILLEUX DE L’AMOUR.

Il est écrit dans les vieux textes de la Sagesse Antique que l’orifice inférieur du canal médullaire, chez les personnes communes, ordinaires, se trouve hermétiquement fermé. Les vapeurs séminales (ou « humeurs séminales » comme disent les médecins) l’ouvrent pour que le Feu Sacré de la Sexualité y pénètre.

Le long du canal médullaire se déroule un merveilleux jeu de canaux variés qui se pénètrent et s’interpénétrent mutuellement sans se confondre, étant donné qu’ils sont situés dans différentes dimensions. Rappelons-nous de SUSHUMNA et d’autres comme le VAJRA, le CHITRA, le CENTRALIS et le fameux BRAHMA-NADI. C’est par ce dernier que monte le feu du plaisir sexuel lorsque nous ne commettons jamais le crime de renverser le sperme.

Il est absurde de mettre l’accent sur l’idée erronée que le feu érotique de tous les bonheurs entreprend le voyage de retour jusqu’au coccyx après l’incarnation de l’Être (le Jivatma) dans le coeur de l’Homme.

C’est un mensonge horripilant d’affirmer maladroitement que la Flamme Divine de l’Amour, après avoir profité de son union avec Paramashiva, se sépare pour commencer le voyage de retour par le chemin initial.

Ce retour fatal, cette descente jusqu’au coccyx, n’est possible que lorsque l’initié renverse le sperme ; il tombe alors foudroyé par le terrible Rayon de la Justice Cosmique.

L’ascension du feu sexuel par le canal médullaire se réalise très lentement, en accord avec les MÉRITES DU COEUR. Les Feux du Cardias contrôlent sagement l’ascension miraculeuse de la Flamme de l’Amour.

Évidemment, cette flamme érotique n’est pas quelque chose d’automatique ou de mécanique, comme le supposent beaucoup de trompés sincères. Ce feu serpentin s’éveille exclusivement avec le plaisir sexuel amoureux et véritable.

Jamais la flamme érotique ne montera par le canal médullaire de couples unis par simple convenance personnelle.

L’ascension de la Sainte Flamme par l’épine dorsale d’hommes et de femmes adultères est impossible. Je me réfère, mes chers frères (entre parenthèses), aux hommes qui pratiquent la Magie Sexuelle avec diverses femmes ou vice versa.

Le Feu des délices sexuels ne monte jamais dans l’épine dorsale de ceux qui trahissent leur Gourou.

Le Feu Sexuel ne monte jamais par la moelle des ivrognes, des efféminés, des lesbiennes, des drogués, des assassins, des voleurs, des menteurs, des calomniateurs, des exploiteurs, des avares, des blasphémateurs, des sacrilèges, etc.

Le Feu des plaisirs sexuels est semblable à un MERVEILLEUX SERPENT qui, lorsqu’il s’éveille, émet un son très semblable à celui de n’importe quelle vipère excitée par un bâton.

Le Feu Sexuel, dont le nom sanskrit est « KUNDALINI », se développe, révolutionne et monte dans l’aura resplendissante du Maha-Chohan.

L’ascension de la Flamme des félicités ardentes le long du canal spinal, de vertèbre en vertèbre, de degré en degré, s’avère vraiment très lente ; elle ne monte jamais instantanément comme le supposent à tort certaines personnes qui ne possèdent pas d’information correcte.

Il va sans dire, fermement et sans beaucoup de prosopopées, que les 33 DEGRÉS de la Maçonnerie Occulte correspondent ésotériquement aux 33 VERTÈBRES SPINALES.

Lorsque l’Alchimiste commet le crime de renverser le vase d’Hermès (je me réfère, entre parenthèses, mes chers frères, à l’écoulement séminal), il perd évidemment des Degrés Maçonniques, car le Feu des enchantements amoureux descend d’une ou de plusieurs vertèbres, selon l’ampleur de la faute.

Récupérer les degrés perdus est, en général, épouvantablement difficile ; cependant, il est écrit que « dans la Cathédrale de l’Âme, il y a plus de joie pour un pécheur qui se repent, que pour mille justes qui n’ont pas besoin de repentir »…

Dans le Magistère de l’Amour, nous sommes toujours assistés par les ELOHIM ; ils nous conseillent et nous aident.

L’UNIVERSITÉ ADHYATMIQUE des Sages examine périodiquement les aspirants qui, après avoir renoncé à Mammon (entre parenthèses, l’intellectualisme et les richesses matérielles), profitent sagement des délices de l’Amour dans le lit nuptial.

Dans la MOELLE et dans le SPERME se trouvent la CLÉ DE LA RÉDEMPTION, et tout ce qui ne passe pas par là, par ce chemin, signifie en fait une perte de temps inutile.

Le Feu Serpentin, la Kundalini, est enroulé (comme n’importe quelle couleuvre), par trois tours et demi à l’intérieur d’un certain centre magnétique situé dans l’os coccygien, à la base de l’épine dorsale.

Lorsque le Serpent Sexuel s’éveille pour commencer sa marche vers l’intérieur et vers le haut, nous passons par six expériences mystiques transcendantales que nous pouvons et devons définir clairement par six termes sanskrits :

ANANDA : une certaine félicité spirituelle.

KAMPAN : hypersensibilité de type électrique et psychique.

UTTHAN : augmentation progressive autoconsciente ; dédoublements astraux ; expériences mystiques transcendantales dans les Mondes Supérieurs, etc.

GHURNI : intenses désirs divins.

MURCHA : états de lassitude, relaxations des muscles et des nerfs de manière très naturelle et spontanée durant la méditation.

NIDRA : un certain type spécifique de sommeil qui, combiné avec la méditation intérieure profonde, finit par se convertir en Samadhi resplendissant (Extase).

Incontestablement, le Feu de l’Amour nous confère d’infinis POUVOIRS TRANSCENDANTAUX.

La Flamme Sexuelle est, sans aucun doute, une VÉRITÉ JEHOVISTIQUE et VÉDANTINE à la fois. La Flamme Sexuelle est la Déesse de la Parole adorée par les Sages. Lorsqu’elle s’éveille, elle nous confère l’ILLUMINATION…

La Flamme Érotique nous confère cette SAGESSE DIVINE qui ne provient pas du mental et qui est au-delà du temps.

C’est elle qui donne aussi le MUKTI de la Béatitude Finale et le JNANA de la Libération.

DIIIII OOOOONNNNN YYYYYSSSSS IIIIIOOOOO.

Dionysio ! Quand on épelle cette parole magique, ce merveilleux mantra, la transmutation volontaire de la libido durant le coït paradisiaque devient extraordinaire.

Résultats magiques de ce mantra :

DIIIII : intensifie la vibration des organes créateurs.

OOOOONNNNN : mouvement intelligent de l’énergie créatrice dans tout le système nerveux sexuel, pour s’immerger dans la Conscience.

IIIIISSSSS : Cette syllabe mantrique nous rappelle les Mystères Isiaques et leur nom correspondant : « Isis ». Évidemment, la voyelle « I » et la lettre « S » (prolongée comme un sifflement doux et paisible) invoquent le serpent sexuel pour qu’il monte, victorieux, par le canal de la moelle épinière.

IIIIIOOOOO : Iseult, l’Androgynisme Lunaire-Solaire, Osiris-Isis, scintille du plus profond de tous les âges, terriblement divin. « I », avec sa profonde signification, est assurément le Lingam (Phallus), le Iod Hébreu. « O » est l’Éternel Féminin, l’Utérus (la Yoni), et le fameux He de type Hébraïque.

IO : lorsque nous entonnons cette dernière syllabe de la parole magique durant la transe sexuelle, advient alors la transmutation intégrale de la Libido.

C’est ainsi que le Serpent Igné de nos pouvoirs magiques s’éveille pour commencer son exode par le canal médullaire.

L’aspect maternel de la Flamme Sacrée, qui monte sous une forme serpentine par l’épine dorsale, ressort de façon patente et manifeste. Flamme sous forme de Couleuvre, Divine Flamme Sexuelle, Mère très Sainte Kundalini !

En dehors du corps physique, notre Mère Cosmique particulière (car chacun a la sienne) prend toujours l’aspect merveilleux d’une Vierge Mère.

Une fois, peu importe la date et l’heure, me trouvant hors du corps physique, j’ai rencontré ma Mère Sacrée à l’intérieur d’une précieuse enceinte…

Après les embrassades classiques entre fils et mère, elle s’assit face à moi dans un fauteuil confortable ; opportunité dont je profitai pour poser des questions très importantes :

– Vais-je bien maintenant, ma Mère ?

– Oui, mon fils, tu vas bien.

– Ai-je encore besoin de pratiquer la Magie Sexuelle ?

– Oui, tu en as encore besoin.

– Est-il possible que, dans le monde physique, quelqu’un puisse s’autoréaliser sans avoir besoin de Magie Sexuelle ?

La réponse à cette dernière question fut terrible :

– Impossible, mon fils, ce n’est pas possible !…

Je confesse franchement et sans ambages que ces paroles de l’Adorable me remplirent d’étonnement.

Je me souvins alors, avec une suprême douleur, de tous ces gens dans le genre des pseudo-ésotéristes et des pseudo-occultistes qui désiraient véritablement la Libération Finale, mais qui ne connaissaient pas le SAHAJA MAÏTHUNA, la MAGIE SEXUELLE, la merveilleuse clé du GRAND ARCANE.

Incontestablement, le chemin qui conduit à l’abîme est pavé de bonnes intentions…

Disciple. Maître Samael, je voudrais vous poser une question ayant trait à l’ascension de la Kundalini comme vous nous l’avez expliqué dans la conférence. Si un homme pratique la Magie Sexuelle avec différentes femmes (j’imagine alors que c’est le même processus), j’aimerais savoir, dans ce cas, étant donné qu’il pratique la Magie Sexuelle et que l’unique différence est qu’il ne le fait pas avec une seule femme, pourquoi ses résultats ne sont pas les mêmes ?

Maître. Cher frère, c’est avec le plus grand plaisir que je vais donner une réponse à votre question : LA KUNDALINI N’EST PAS QUELQUE CHOSE DE MÉCANIQUE, le Feu Sacré de l’Amour est la Divine Mère Cosmique ; celle-ci, en elle-même, est omnisciente, omni-miséricordieuse et totalement juste. Il serait absurde de supposer, ne serait-ce qu’un instant, que notre Mère Kundalini récompenserait l’adultère. Dans ce cas, évidemment, elle deviendrait complice du délit. Voilà donc ma réponse.

D. Merci beaucoup Maître.

D. Maître, comment se fait-il que si une personne trahit son Gourou le Feu Sexuel ne monte pas, alors qu’il pratique avec son épouse et seulement avec elle, et qu’il accomplit parfaitement son travail ?

M. C’est avec beaucoup de plaisir, chère soeur, que je vais donner une réponse à votre question. La Flamme Sexuelle, la Divine Mère Kundalini Shakti n’est pas quelque chose de mécanique, je le répète : elle monte en accord avec les mérites du coeur. Si on trahit le Maître, le Gourou, il est clair qu’il n’y a pas de mérite pour l’ascension. LA MÈRE DIVINE KUNDALINI NE RÉCOMPENSERA JAMAIS LA TRAHISON.

D. Merci Maître.

M. J’ai connu, un jour, le cas d’un Gourou qui instruisait un étudiant ; ce dernier se retourna contre son Maître, se prononça contre lui ; cependant, il continua à pratiquer le Sahaja Maïthuna avec son Épouse-Prêtresse. Il est clair que le Feu Sacré, au lieu de monter par le canal médullaire, se précipita depuis le coccyx vers le bas, en devenant la queue de Satan, l’abominable Organe Kundartigateur. Ce fut ainsi que cet étudiant échoua catégoriquement, il se transforma en tantriste noir, en adepte de la main gauche, en Ténébreux. La Mère Kundalini, je le répète, ne récompense pas les trahisons.

D. Maître, dans le Mouvement Gnostique, il y a beaucoup d’étudiants qui se préoccupent beaucoup de la pratique de la Magie Sexuelle, mais qui oublient la dissolution du Moi, que pouvez-vous nous dire à ce propos ?

M. C’est avec le plus grand plaisir que je vais répondre à votre question, chère madame. Il est certain que ceux qui ne se préoccupent que de la MAGIE SEXUELLE, en oubliant radicalement la DISSOLUTION DE L’EGO, c’est parce qu’ils ne connaissent pas totalement le fondement de l’Alchimie Érotique. Ce fondement, nous pouvons le concrétiser ainsi : « SOLVE ET COAGULA », DISSOUS ET COAGULE.

Pendant le Sahaja Maïthuna, il faut travailler à la dissolution de l’Ego et coaguler l’Hydrogène Sexuel Si-12, pour la merveilleuse création des CORPS SOLAIRES. Il faut annihiler le moi-même, le soi-même, en plein travail érotique sexuel ; c’est là, dans la Neuvième Sphère, durant la transe du couple uni, qu’on doit invoquer, de tout son coeur et de toute son Âme, la Divine Mère Kundalini, la prier d’utiliser l’Électricité Transcendante, le POUVOIR DE LA LANCE PHALLIQUE, pour détruire l’Ego, le Moi, le défaut que nous avons compris intégralement dans tous les niveaux du mental.

Nous ne devons jamais oublier que l’Ego est composé de multiples entités qui personnifient nos erreurs : colère, avarice, luxure, envie, orgueil, paresse, gourmandise, etc. ; tous ces défauts agissent dans les 49 régions du subconscient et s’expriment parfaitement intérieurement sous forme de Mois-Diables.

Éliminer ces défauts équivaut à éliminer leurs personnifications occultes, appelées « Mois-Diables » ; Elle, la Divine Devi Kundalini, empoignera la Lance de Longin pour détruire, réduire en cendres le défaut que nous avons compris.

Il faut PROFITER, je le répète, DE LA PRATIQUE DU MAÏTHUNA POUR ÉLIMINER L’EGO. Ceux qui ne se préoccupent de rien d’autre que de la jouissance, du plaisir et de l’ascension de la Flamme Sacrée, mais qui ne pensent jamais à la dissolution du Moi, se convertissent finalement en HANASMUSSEN avec un double Centre de Gravité.

Un Hanasmussen est, comme je l’ai déjà dit souvent, un individu qui a deux personnalités internes : la blanche prise par son Esprit et les Corps Solaires ; la noire formée par l’Ego, le Moi, le moi-même, le soi-même. Ainsi, n’oublions jamais le « Solve et Coagula »…

Dissoudre les erreurs, les défauts psychologiques durant le Sahaja Maïthuna et coaguler les forces merveilleuses du sexe dans les Véhicules Christiques Solaires. Compris, ma chère soeur ?

D. Oui, Maître. Merci.

D. Maître, je me trouve un peu dans la confusion et j’aimerais que vous m’éclairiez par rapport au doute que j’ai, car après ce dont nous avons parlé, me vient à l’idée la pensée que le plaisir sexuel est donc mauvais, le bonheur érotique est-il alors mauvais ?

M. Que Dieu et Sainte Marie me gardent !… Quand allez-vous me comprendre ? Rappelez-vous que le plaisir sexuel EST UN PLAISIR LÉGITIME DE L’HOMME ; le désir sexuel est paradisiaque. Il est urgent que vous compreniez qu’un tel désir, qu’un tel plaisir DOIT ÊTRE DIRIGÉ VERS L’INTÉRIEUR ET VERS LE HAUT, VERS LE DIVIN.

Il est nécessaire, il est indispensable qu’en plein coït on élimine tout attachement à la luxure. Le coït est une forme de prière, et la luxure est son antithèse. LA LUXURE, je le répète, EST UN SACRILÈGE. Pourquoi devons-nous être luxurieux ?

La YONI de la femme est symbolisée par le Divin CALICE dans lequel a bu le Christ lors de la Dernière Cène. Le PHALLUS de l’homme a pour allégorie la LANCE avec laquelle Longin blessa le côté du Seigneur ; la même qu’utilisa le Parsifal wagnérien pour guérir Amfortas de sa blessure au côté.

Cette paire de joyaux (si symboliques et divins) est formidable et se réfère exactement au Lingam-Yoni des Mystères Grecs.

Pourquoi devons-nous regarder le sexe avec des yeux de démon ?

Pourquoi devons-nous avoir de la luxure ? Non, mes frères !

La luxure, savez-vous, est une […] un sacrilège. Réellement, la luxure est semblable à l’homme qui lancerait le Pain et le Vin de l’Onction Gnostique à terre et ensuite…