Compendium de vérités ésotériques (La résurrection mystique ou ésotérique)

Samaël Aun Weor

[…] vous tous, vous nous aidez à former L’ARMÉE DU SALUT MONDIAL avec des gens de toutes les nationalités, peuples et langues, parce que nous devons créer, former le noyau de la future SIXIÈME RACE RACINE et nous devrons tous sortir de la fumée et des flammes […] nous irons dans un certain lieu du Pacifique…

Pourvu que j’aie le plaisir de vous voir parmi les élus, c’est ce que nous espérons. J’aimerais beaucoup partir avec vous en bateau, en avion, en quoi que ce soit, vers le lieu où nous devons aller.

C’est un lieu que je garde un peu secret, pour l’instant, car si les profanes arrivent à le connaître, ils vont aller là-bas, et le jour où nous débarquerons, il n’y aura plus d’endroit où aller. Alors, il faut tenir compte du fait que nous le garderons secret.

Concernant la catastrophe, comme je vous l’ai dit, elle est à notre porte. J’ai moi-même étudié cette planète. C’est un monde géant qui mangera la planète Terre. Il a des montagnes gigantesques, énormes et des mers profondes, des forêts profondes. C’est un monstre des dieux, un colosse. Il appartient à un système solaire qui s’approche aussi du nôtre.

Les calculs concernant l’orbite de ce monde varient. Certains pensent qu’il a une orbite de 6666 ans. Je sais que son orbite est beaucoup plus grande. Quand ce monde géant est revenu vers la Terre à l’époque du continent Lémure – qui existait autrefois dans l’océan Pacifique – il a provoqué de grands tremblements de terre, de terribles raz-de-marée et d’horribles convulsions géologiques, et c’est ainsi que, peu à peu, la Lémurie a sombré dans l’océan Pacifique. Comme restes de la Lémurie, nous avons l’Océanie, l’Australie et toutes les îles adjacentes.

Quand, à l’époque de l’Atlantide, ce colosse s’est approché de l’orbite terrestre, il s’est alors produit une RÉVOLUTION DES AXES DE LA TERRE : les pôles se sont transformés en équateur, l’équateur en pôles, les mers ont changé de lit, le continent atlante a été submergé par les vagues furieuses de l’océan qui porte son nom. C’est le célèbre « Déluge universel » mentionné par les Saintes Écritures des différentes traditions.

À présent, HERCOLUBUS vient à nouveau, appelé maintenant « BARNARD I » : il s’approche à nouveau et, comme conséquence ou corollaire, il amènera naturellement, une grande catastrophe…

Je vous ai déjà dit qu’en s’approchant il attirera, à la surface du monde, le feu liquide qui jaillira par induction magnétique. De partout apparaîtront des volcans et peut-être qu’une partie de l’écorce géologique explosera. D’immenses vagues, jamais vues auparavant, se formeront aussi dans l’océan. Par son énorme pouvoir magnétique, il attirera même les eaux et d’énormes vagues se formeront…

Mais il s’ensuivra une explosion par le feu. Lorsqu’il se sera rapproché au plus près, surviendra la révolution des axes de la Terre : les mers changeront de lit et les continents actuels se retrouveront au fond des océans. Tout ce qui est vivant périra et la RACE ARYENNE, qui est la cinquième race, sera donc anéantie. Mais, plus tard, de nouvelles terres surgiront du fond des mers pour la sixième race.

Il nous incombe donc d’organiser l’Armée du Salut Mondial avec des gens de toutes nations, peuples et langues, car de cette armée, de ces millions de personnes qui feront partie du Mouvement Gnostique Universel, surgira la genèse et ils mériteront d’être choisis. C’est avec eux que l’on effectuera un nouvel EXODE.

Cet exode se dirigera vers un lieu secret de la planète. De là, on contemplera la catastrophe sans en subir aucun préjudice. Quand de nouvelles terres, de nouveaux continents surgiront du fond des océans, alors ce noyau peuplera ces nouveaux continents. Ce sera la racine de la future sixième race. C’est la crue réalité des faits. Dans ces continents du futur, qui devront servir de cadre à la sixième race racine, seront créées une NOUVELLE CIVILISATION et une NOUVELLE CULTURE…

Ainsi donc, la condition de base pour être sélectionné, la condition de base fondamentale pour pouvoir faire partie du nouvel exode sera D’AVOIR DISSOUS L’EGO. Si ce n’est totalement et de manière complète, parce que c’est beaucoup, au moins NE SERAIT-CE QUE LA MOITIÉ. Avec des gens qui auront détruit l’ego à 50 %, il y a des espoirs, car s’ils ont été capables de détruire 50 % de l’ego, ils seront aussi capables de détruire l’autre 50 %.

Mais les gens qui n’auront pas travaillé sur eux-mêmes, même s’ils sont très bien documentés sur la doctrine mais qui n’auront pas travaillé, ils ne seront pas pris en compte, de telles personnes ne pourront être choisies. De sorte que nous sommes en train de parler sur des faits.

En ce qui me concerne, mon insignifiante personne qui ne vaut rien, je ne suis que l’instrument du Grand Œuvre, c’est tout, l’instrument du Père…

Ainsi, pour l’instant, le mouvement progresse déjà en Amérique et dans tout l’hémisphère occidental. Il devra se développer énormément dans le futur, il devra croître de manière extraordinaire. Nous poursuivrons avec l’Europe où il faudra établir un cadre merveilleux au moyen de quelques impacts scientifiques qui sont indispensables et, postérieurement, nous compléterons notre œuvre en Asie, sur le continent asiatique…

Disciple. Ces impacts scientifiques dont vous parlez sont-ils en relation avec l’équipement que vont apporter les extraterrestres ?

Maître. Bien, au nom de la vérité, nous devons dire que LE MONDE RECEVRA L’ÉQUIPEMENT TECHNICO-SCIENTIFIQUE QUI PERMETTRA DE COMMUNIQUER AVEC LES VAISSEAUX COSMIQUES ET AVEC D’AUTRES MONDES HABITÉS. Et les extraterrestres – comptant sur cet équipement que possédera l’humanité entière – pourront diffuser de manière massive ou collaborer avec nous de manière massive, en instruisant l’humanité entière.

Cela produira une grande révolution culturelle, car les principes scientifiques actuels seront démolis, réduits en poussière cosmique, mondialement. Tout ce qui, actuellement, s’est converti en dogme scientifique sera ébranlé. L’équipement même de communications, disons, de télécommunications, qui sera utilisé sonnera la fin de la télévision et de la radio, n’est-ce pas ?

De sorte que les intérêts créés se retourneront contre nous, nous serons terriblement combattus et détestés à mort par les puissants. Les intérêts créés (les investisseurs et les rentiers, NdT) nous menaceront de mort…

D. Tout cela se passera dans ce siècle ?

M. Tout cela se déroulera DANS CE SIÈCLE ET UNE PARTIE DU PROCHAIN. De sorte que quand vous verrez tout cela, quand les communications scientifiques avec des gens d’autres mondes commenceront et que ces gens d’autres mondes, à leur tour, commenceront à instruire massivement l’humanité, vous vous souviendrez de ce que je suis en train de vous dire.

D. Serons-nous des petits vieux quand cela arrivera ?

M. Eh bien, je pense que cela ne tardera pas beaucoup, je pense que c’est assez proche…

D. Vénérable Maître, les rapports très respectables des différents Maîtres nous ont dit que la guerre, la troisième guerre atomique peut éclater entre l’année 1981 et 1982, mais on ne nous a pas dit combien de temps cette guerre durera. Que pouvez-vous nous dire à ce sujet ?

M. Je ne pense pas que la guerre atomique puisse éclater pour l’instant, il est possible QUE CE SOIT UN PEU PLUS TARD. Je ne suis pas d’accord avec l’année 81 ou 82, ce sera un peu plus tard. Cependant, l’hécatombe atomique sera épouvantable et tout cela précédera la catastrophe. Avant la catastrophe, il y aura non seulement une Troisième Guerre Mondiale, mais d’autres guerres secondaires qui seront terrifiantes…

D. Ces guerres seront-elles l’antichambre de la catastrophe ?

M. Les guerres seront l’antichambre. Il y en aura beaucoup et il y aura de nouvelles maladies et, en fait, de nouvelles maladies totalement inconnues apparaissent déjà, pour lesquelles la science n’a pas de remèdes. Le cancer se multipliera fortement, il y aura la peste sur toute la face de la Terre, des famines, de la désolation et, à la fin, viendra la catastrophe, la catastrophe finale… Les tremblements de terre deviendront aussi plus fréquents, ils seront de plus en plus terribles, effrayants et ils anéantiront toute cette fausse civilisation…

D. Maître, on sait que les extraterrestres prennent des gens d’ici pour les emmener sur d’autres mondes. Est-ce dans le but qu’ils s’autoréalisent là-bas ou pour échanger la semence ?

M. Eh bien, la crue réalité des faits, c’est que quelques Terriens sont emmenés dans l’espace POUR ÊTRE ÉTUDIÉS dans les laboratoires de certains vaisseaux cosmiques. Ils sont étudiés parce que ces Terriens sont des êtres très bizarres qui ont suscité de la curiosité, de la part de tout le cosmos, PAR LA SINGULARITÉ DE LEUR PSYCHÉ.

Les Terriens sont des gens endormis, endormis… parce qu’ils se trouvent dans un état d’hypnose collective. Ils n’ont pas un sommeil de la conscience normal, mais anormal. Il s’agit de gens qui sont hypnotisés : hypnotisés par certaines forces, hypnotisés par le serpent tentateur de l’Éden. Et comme ils vivent dans un état somnambulique très étrange et qu’ils réagissent de manière très bizarre, ils ont attiré l’attention dans le cosmos.

Les Terriens sont sortis des villes, des campagnes, et emmenés dans des vaisseaux spatiaux du cosmos. Là-bas, ils sont étudiés dans des laboratoires et ensuite on les ramène comme des objets de curiosité et on les dépose à nouveau dans le lieu où on les a pris. Les Terriens, les habitants de la Terre sont très étranges, extrêmement étranges pour tout le cosmos, anormaux à mille pour cent. De sorte que…

D. Maître, il y a environ deux semaines, des gens se sont perdus dans le Triangle des Bermudes. Ces gens, où vont-ils ?

M. Eh bien, beaucoup de gens se perdent dans les Bermudes… dans le célèbre Triangle des Bermudes, parce qu’il y a là-bas une porte ouverte vers la quatrième Coordonnée. ILS RESTENT DANS LA QUATRIÈME COORDONNÉE et c’est tout.

D. Mais ils n’ont pas, disons…

M. Non, c’est une « brèche » qui les avale, qui les met dans la quatrième dimension terrestre et c’est tout.

D. Mais là-bas, y a-t-il un autre monde, Maître, semblable au nôtre ?

M. Bien sûr, la QUATRIÈME DIMENSION DE NOTRE MONDE. Ils ne vivent pas mal, là-bas, tu sais ? Tu n’aimerais pas être là-bas ?

D. Et que se passe-t-il dans la quatrième dimension, qu’arrive-t-il là-bas ?

M. Eh bien, on y vit même mieux. Là-bas, IL Y A D’AUTRES HUMANITÉS QUI VIVENT MIEUX (dans la quatrième dimension), des humanités en chair et en os qui vivent mieux. En général, ces individus qui se perdent dans le Triangle des Bermudes sont rentrés dans la quatrième Verticale. Dans la quatrième dimension, ils ont l’opportunité de recevoir une grande aide pour travailler sur l’élimination de l’ego…

D. Vénérable Maître, pensez-vous que les scientifiques seraient mieux orientés s’ils cherchaient la vie sur Hercolubus plutôt que sur d’autres planètes ?

M. Eh bien, sur Hercolubus, il y a de la vie. Si les scientifiques se dédiaient à chercher de la vie sur Hercolubus, il est évident qu’ils en trouveraient. SUR HERCOLUBUS, IL Y A DE LA VIE. C’est un monde qui est densément peuplé, avec une humanité aussi perverse que celle de la Terre. Si nous comparons les Terriens et les habitants d’Hercolubus, nous trouverons les deux dans perversité : les uns sont des pervers et les autres sont des pervers, pareils… Maintenant, les habitants d’Hercolubus sont aussi dans le Kali Yuga, ils sont dans leur Kali Yuga… Et ils sont terriblement mauvais, ce sont des spécimens très semblables aux Terriens…

D. Alors, ils sont passés par le même processus que celui que nous avons traversé ?

M. Ils sont dans ce processus…

D. Sont-ils des gens tentateurs ?

M. Ils sont tous aussi pervers que les Terriens. LEUR EGO EST TERRIBLEMENT DÉVELOPPÉ.

D. On doit alors comprendre que nous nous déplaçons dans la même dimension ?

M. Eh bien oui. Une chose très intéressante, c’est qu’Hercolubus effectue un jeu merveilleux avec toute la mécanique céleste, parce que notre système solaire voyage autour de la ceinture zodiacale en 25 000 ans environ, ou peut-être en 27 968 ans environ, plus ou moins, parce que l’on n’a pas pu faire de calcul exact.

Notre système solaire fait un voyage autour du zodiaque et la durée d’une race n’excède pas la durée d’un voyage du système solaire autour du zodiaque. Une fois le voyage terminé, la race s’achève par une grande catastrophe. Mais là, ce qui est intéressant, c’est qu’à la fin du voyage arrive Hercolubus. C’est pourquoi je ne crois pas aux orbites de 6 666 ans que beaucoup de gens ont donné à Hercolubus, je ne les accepte pas, parce que j’ai vu qu’Hercolubus s’approche seulement à la fin du voyage. De sorte qu’il accompagne alors ce voyage : il arrive exactement pour marquer la fin de la race…

Parfois, c’est par le feu que commence la catastrophe, d’autres fois c’est par l’eau. Dans l’Atlantide, c’est par l’eau qu’a commencée la catastrophe, c’est par elle que s’est produite la catastrophe, bien que le feu ait fait tandem avec elle. Maintenant, ce sera le feu qui entrera en premier en activité, puis l’eau. C’est entre le feu et l’eau que sont déterminés les destins de l’humanité.

D. Vénérable Maître, l’humanité qu’il y a sur Hercolubus se trouvant dans un mode de vie aussi dépravé que le nôtre, les processus scientifiques intellectuels que nous expérimentons ici avancent-ils aussi là-bas ?

M. C’est la même chose, car ces processus scientifiques intellectuels de l’humanité actuelle sont manifestement antichrétiens. ON LES RETROUVE SUR N’IMPORTE QUELLE PLANÈTE PERVERSE.

D. Alors sont-ils aussi passés par le même processus que celui que l’on a vécu ici avec l’archange Sakaky ?

M. Eh bien, ILS ONT EU UN PROCESSUS SEMBLABLE, bien que là-bas le coupable n’ait pas été L’ARCHANGE SAKAKY… Mais ils ont aussi leurs coupables. Ce sont des calculs très difficiles qu’il faut faire quand on veut donner l’abominable organe Kundartigateur à l’humanité, car n’importe quelle faille, aussi insignifiante soit-elle, dans les calculs transfinis, est un motif plus que suffisant pour que se produise un échec. On donne à l’humanité l’abominable organe Kundartigateur, mais l’erreur se trouve dans les calculs. L’archange Sakaky s’est trompé dans ses calculs mathématiques…

D. Vénérable Maître, pouvons-nous en déduire que l’archange Sakaky (sans le condamner car ce n’est pas notre rôle) a donc simplement agi pour son compte et non pour celui du Père et de la Mère ?

M. Eh bien, il travaille sous la direction du Père, mais, EN TANT QUE PERSONNE, IL S’EST TROMPÉ DANS SES CALCULS HUMAINS. Ce sont des calculs très spéciaux en mathématiques transfinies, mais, là, il n’est pas allé assez loin dans ses mathématiques, il s’est trompé dans ses calculs. Il ne l’a pas fait avec de mauvaises intentions, mais il a fait de mauvais calculs…

D. Malgré les calculs mal faits, il nous a cependant aussi beaucoup aidés ?

M. IL A TRAVAILLÉ POUR L’HUMANITÉ, il a toujours cherché le bien de l’humanité, mais il a fait une erreur, il l’a faite. Bien sûr, quand il a voulu ôter de l’humanité l’abominable organe Kundartigateur, c’était trop tard, le temps normal était dépassé, et le résultat fut celui-ci : en ôtant l’abominable organe Kundartigateur de l’humanité, les mauvaises conséquences sont restées dans les cinq cylindres de la machine organique, et ces mauvaises conséquences sont les agrégats psychiques, vive personnification de nos erreurs. La Conscience, naturellement, est restée prise dans ces agrégats et depuis, l’humanité se trouve plongée dans l’inconscience, dans l’erreur…

D. Vénérable Maître, si l’archange Sakaky avait coupé l’organe Kundartigateur de l’homme exactement au moment précis où il devait le faire, comment l’humanité serait-elle restée ?

M. Elle serait restée ÉQUILIBRÉE ET SANS EGO. Mais il s’est trompé dans ses calculs, voilà le problème… Il y a eu un problème très grave…

D. Jusqu’à quel point sommes-nous responsables de ce problème ?

M. Eh bien, nous ne sommes rien d’autre que les PAUVRES VICTIMES DE L’ERREUR DES DIEUX. C’est ce que j’ai moi-même manifesté aux Dieux, quand ici, dans le « Désert des Lions », j’ai réussi à entrer en contact physique avec eux.

Ce que je vous dis vous semble un peu étrange, mais cela ne vous semblera pas étrange, parce que, dans une revue, on a publié quelque chose là-dessus…

D. « Abraxas » ?

M. Abraxas… Ici, dans le « Désert des Lions », j’ai eu la chance d’entrer directement en contact avec un groupe d’extraterrestres. Ils sont descendus dans le bois avec leur vaisseau et j’ai eu l’idée de m’approcher de cet endroit : une clairière du bois…

Une petite porte s’est alors ouverte, le capitaine est descendu de son vaisseau et, derrière lui, un groupe d’extraterrestres. C’était un homme mince, de taille moyenne, à la peau cuivrée, aux yeux bleus, au front ample, au nez droit, à la bouche mince, aux mains très longues et fines, très intelligent, génial… génial, un génie, plus qu’un Homme, c’est un Surhomme, et le reste de l’équipage est descendu derrière lui…

Nous avons parlé : […] Je lui ai demandé la faveur de m’emmener sur la planète Mars.

– Mars ? – m’a-t-il dit – c’est là, à côté !

C’est-à-dire que pour lui, aller sur Mars, c’était comme aller d’ici jusqu’au coin de la rue, comme aller au magasin […] ou des choses de ce style. Je ne pus que rester assez perplexe. Je compris intuitivement que ce vaisseau, avec lequel ils étaient descendus, venait du ventre du vaisseau mère qui était resté en orbite autour de la Terre. C’est ce que je compris.

Ensuite, je lui ai demandé de m’emmener vers d’autres mondes habités. J’étais disposé à m’en aller. Le capitaine est resté silencieux. Tous les membres de l’équipage se sont assis autour, en « U », sur des troncs qui étaient sur le sol, ils se sont assis là… Parmi eux, il y avait aussi deux dames très âgées… L’une d’elles, qui semblait être la plus âgée, d’un âge indéchiffrable, s’est levée et a parlé au nom de tout l’équipage. Elle a dit :

– Si nous plaçons une plante qui n’est pas aromatique à côté d’une autre qui l’est, il est clair que celle qui n’est pas aromatique se chargera de l’arôme de celle qui l’est, n’est-ce pas ? J’ai alors répondu :

– C’est ainsi… Elle a poursuivi :

– Il arrive la même chose avec les mondes habités de l’espace infini : des mondes qui allaient mal dans le passé se sont imprégnés, peu à peu, des radiations des mondes voisins, et maintenant, ils vont bien. Mais nous voyons qu’ici, sur la planète terre [il ne se passe pas la même chose. Que se passe-t-il ici ?]

Voilà la question qu’ils m’ont posée. Ils étaient alarmés. Ils ont l’habitude de voyager à travers l’infini et ils n’avaient jamais vu ce phénomène. Ils ont rencontré une humanité perverse, qui les a complètement bouleversés. Ils ont rencontré un phénomène très rare et ils m’ont interrogé, étonnés, sur ce qui se passait sur cette planète sur laquelle ils venaient de débarquer. Qu’est-ce qui se passait ? J’ai donc dû réfléchir un peu, puis j’ai répondu :

– Ce n’est rien d’autre que le résultat de l’erreur des Dieux. La Terre n’est rien d’autre qu’un résultat de l’erreur des Dieux.

Et ensuite, j’ai complété un peu mieux mon jugement, j’ai conclu en leur disant : il en va ainsi du karma des mondes…

Quand j’eus conclu, cette dame acquiesça de la tête sans prononcer un mot, l’autre fit un salut respectueux sans prononcer un mot, et tous, à leur tour, acquiescèrent avec un grand salut (en faisant comme cela).

La réunion s’est achevée là. Ils se sont levés, ont pris congé de moi cordialement et, au moment où j’ai pris congé du capitaine, j’ai réitéré à nouveau ma demande, lui demandant donc de m’emmener vers d’autres galaxies, vers d’autres mondes habités.

Le capitaine…

D. Alors, vous vouliez nous abandonner, Maître ?

M. Eh bien oui, je voulais m’en aller, et je leur ai dit : « Je suis un Homme : à l’intérieur de moi se trouve le Kalki Avatar qui est en train de remettre le message à l’humanité terrestre, l’humanité de cette planète Terre. Cette demande, je ne la fais pas pour moi, mais pour l’humanité, pour ramener ici, aux Terriens, des preuves de la vie sur d’autres planètes, des informations sur d’autres cultures, etc. ». Bien sûr, j’ai donné des arguments de poids, n’est-ce pas ? Puisque j’ai dit : « Il ne s’agit pas de moi, mais de l’humanité »…

D. Ces Dieux ne peuvent rien faire de plus pour cette humanité ?

M. Eh bien, je n’ai pas parlé de cela. Je vous raconte seulement ce dont j’ai parlé. Alors…

D. Cette expérience a eu lieu il y a peu de temps ?

M. Oui, en chair et en os, physiquement, dans le « Désert des Lions » ! Ce fut une entrevue personnelle, de personne à personne.

D. Ça fait combien de temps, Maître ?

M. Ça fait déjà… je l’évalue à environ trois ans… En tout cas, après tout cela, j’ai dit au capitaine, je lui ai réitéré ma demande. Le capitaine parle peu, et eux [aussi] parlent peu, et dans le peu, il dit beaucoup. Il me répondit de la manière suivante :

– Sur le Chemin, nous verrons…

– C’est bien, capitaine, merci beaucoup. Et je lui ai tendu la main, en remerciement…

D. […] Nous aussi [nous vous] remercions puisque vous en parlez avec nous tous…

M. Bien sûr. Savez-vous à quel Chemin il se réfère ?

D. Au Chemin initiatique…

M. AU CHEMIN SECRET, au Chemin ésotérique. Ceci signifie qu’après la Résurrection Ésotérique ou Mystique par laquelle je dois passer (ou que doit passer celui qui est à l’intérieur de moi), alors je gagnerai ce droit d’intégrer un équipage intergalactique et je resterai par moments dans le cosmos et par moments sur la planète Terre.

D. Vénérable Maître, cette Résurrection mystique va-t-elle aussi se passer dans le plan physique ?

M. DANS TOUS LES MONDES, dans toutes les régions de l’univers…

D. Je me réfère concrètement à la Résurrection que nous connaissons, la Résurrection du Seigneur le Christ.

M. CETTE RÉSURRECTION SE RÉPÈTE CHEZ TOUT INITIÉ, chaque fois qu’il est passé par les processus du Chemin de Croix, de sorte qu’elle est d’ordre général, ce n’est pas pour un seul individu. Au Moyen Âge, plusieurs individus sacrés y sont parvenus…

D. Nous en serons donc témoins dans le plan physique ?

M. Eh bien, LA RÉSURRECTION EST PLUTÔT QUELQUE CHOSE D’INTIME, elle est ésotérique. Ce n’est pas une chose purement spectaculaire, physique, mais c’est une chose intime et ésotérique. En tout cas, tous les êtres humains doivent donc parvenir à la Résurrection, ici et maintenant.

D. Maître, êtes-vous proche de cette Résurrection ?

M. Oui, eh bien, après beaucoup d’années de travail, nous nous en approchons, nous approchons déjà du sommet de la Résurrection mystique ou christique qui est si indispensable pour le Grand Œuvre.

D. Qu’entend-on exactement par « Résurrection mystique » ?

M. Eh bien, que LE CHRIST INTIME DOIT S’INCARNER DANS LE CŒUR DE L’HOMME, il doit se développer dans le cœur de l’Homme, il doit se déployer dans le cœur de l’Homme, il doit croître en nous, et une fois qu’il a réussi cela, il doit prêcher la parole pour le bien de l’humanité.

Mais il est clair qu’à chaque fois qu’il vient au monde, il est haï par trois sortes de gens : les anciens, les prêtres et les scribes.

Les ANCIENS, les personnes très judicieuses, pleines d’expériences, très sérieuses, le détestent parce qu’il ne rentre pas dans leurs coutumes et dans leur manière d’être.

Il est haï aussi par les SCRIBES, c’est-à-dire par les intellectuels, parce qu’il ne rentre pas sous leur férule, dans leurs dogmatismes, dans leurs théories, et ils le rejettent.

Et il est haï, il est détesté aussi par les PRÊTRES du Temple, par les membres de toutes les religions, les gens très religieux, les prêtres de tous les cultes, parce qu’il parle toujours, il dit toujours des choses révolutionnaires qui vont à l’encontre des intérêts créés par la religion officielle, il vient abattre, détruire des dogmes, et ceci, les religieux ne peuvent l’accepter. Ainsi donc, il y a trois sortes de personnes qui rejettent le Seigneur…

Comme conséquence ou corollaire, le Seigneur doit vivre alors, dans le cœur de l’Homme, tout le DRAME COSMIQUE, tel qu’il est écrit dans les quatre Évangiles. Les « foules » demandent sa crucifixion. Il ne s’agit pas de foules simplement externes, mais de foules internes, et chacun de nous a ces « foules » à l’intérieur de lui-même. Je me réfère aux agrégats psychiques, aux Mois qui demandent sa crucifixion.

Il y a TROIS TRAÎTRES qui servent à l’emmener à la crucifixion, qui sont JUDAS, le démon du désir, PILATE, le démon du mental, et CAÏPHE, le démon de la mauvaise volonté. Ce sont les trois traîtres qui font beaucoup souffrir le Seigneur.

De sorte que le Seigneur doit vivre, à l’intérieur de l’Âme humaine, tout le Drame Cosmique. Finalement le Seigneur EST CRUCIFIÉ et il est ensuite déposé dans son SAINT SÉPULCRE INTÉRIEUR, dans son Sépulcre en Verre…

Il est nécessaire que le Seigneur ressuscite dans son sépulcre et IL RESSUSCITE LE TROISIÈME JOUR, c’est-à-dire après la Troisième Purification par le fer et par le feu. Une fois que l’Homme est passé par les TROIS PURIFICATIONS, à base de fer et de feu, alors le Seigneur ressuscite, notre Roi se lève de son sépulcre en verre, il se revêt du TO SOMA HELIAKON, le Corps d’Or de l’Homme Solaire, et il vient au monde mystique sensoriel, il pénètre profondément dans notre nature organique pour pouvoir parler à l’humanité, pour pouvoir travailler, pour pouvoir se convertir, disons, en le serviteur de tous.

Évidemment, il est fondamental d’incarner le Christ intime et il est possible de l’incarner à condition de recevoir L’INITIATION VÉNUSTE. C’est donc dans l’Initiation Vénuste que le Christus Cosmique naît dans le cœur de l’homme.

Bien sûr que lorsqu’il vient, la seule chose que possède l’Initié pour le recevoir, ce sont les Corps Existentiels Supérieurs de l’Être…

Cette « BETHLÉEM » dont on parle dans l’Évangile est à l’intérieur de nous-mêmes, car, à l’époque où le Hiérophante Jeshua Ben Pandira a enseigné la doctrine du Christ, Bethléem n’existait pas, le village de Bethléem n’existait pas.

« Bethléem » vient d’un terme chaldéen : « BEL » qui nous rappelle la « TOUR DE BEL », la « TOUR DE FEU ». Tout Homme doit tout d’abord posséder la tour de Bel à l’intérieur de lui-même, c’est-à-dire qu’il doit avoir développé le Feu à l’intérieur de lui-même, avoir élevé le Feu dans la « tour », jusqu’à la partie supérieure de la tête, pour pouvoir recevoir le Seigneur.

Il naît – dit-on aussi – dans une « ÉTABLE », car lorsque le Maître advient, nous n’avons pas encore détruit l’ego, les agrégats psychiques sont vivants, mais le Seigneur travaille, il nous aide. Il doit prendre en charge nos processus du penser, du sentir et de l’agir et, étant véritablement parfait, il doit se revêtir de l’imperfection, alors qu’il est une créature absolument sainte, il doit se revêtir de la créature de péché et devenir maître de nos processus du penser, du sentir et de l’agir, il doit détruire les éléments inhumains que nous portons dans notre intérieur. À mesure qu’il les élimine, il grandit, il se développe. Ainsi, quand il parvient à l’état d’Homme et qu’il peut prêcher la parole, il le fait sur la base de grands sacrifices.

Et enfin, il doit vivre – dans le cœur de l’Homme – tout le drame cosmique, tel qu’il se trouve décrit dans les quatre Évangiles. Il doit mourir, car avec sa mort il tue la mort. Il doit ressusciter en nous et, une fois ressuscité, il nous donne l’immortalité, une fois ressuscité en nous, il se convertit vraiment en un Maître de résurrection, en un véritable travailleur efficace de ce gigantesque Grand Œuvre du Père. Ainsi, vous voyez…

D. Vénérable Maître, est-ce à ce moment-là qu’on l’appelle « le Christ Cosmique » ?

M. Le Christ Cosmique est toujours le Christ Cosmique. Le Christ n’est pas, à proprement parler, un individu, ni un humain… LE CHRIST, en lui-même, EST UNE FORCE, c’est une force COSMIQUE, UNIVERSELLE, qui bouillonne et palpite dans tout atome, dans tout électron, dans tout ion. Il est latent dans tout ce qui est, qui a été et qui sera, mais il peut se manifester à travers n’importe quel Homme dûment préparé.

Ainsi donc, si nous pensons que Jésus de Nazareth est l’unique expression du Chrestos, nous sommes vraiment dans l’erreur. De même que le Christ, à cette époque-là, s’est exprimé à travers Jeshua Ben Pandira, il s’est aussi exprimé – à cette époque – à travers Jean-Baptiste, et c’est le même qui s’est exprimé à travers Moïse et qui a resplendi sur son visage sur le mont Nebo, et c’est le même qui a enseigné la sagesse hermétique sous le nom d’Hermès Trismégiste, et c’est le même Seigneur Quetzalcoatl.

Ainsi donc, le CHRESTOS est une force qui s’exprime à travers n’importe quel Homme dûment préparé, et en disant « homme », j’inclus aussi l’élément féminin, puisqu’il peut s’exprimer à travers n’importe quelle femme dûment préparée.

D. Maître, et le deuxième Logos, est-ce autre chose ?

M. Je suis en train de parler du Christ, qui est le deuxième Logos… C’est-à-dire qu’il faut comprendre que le premier Logos est le Père, il faut comprendre que le deuxième Logos est le fils et que le troisième Logos est l’Esprit-Saint.

D. Vénérable Maître, j’ai compris que l’unique processus de réalisation se fait à travers les trois Facteurs de la Révolution de la Conscience, ici et maintenant. Mais quelqu’un a dit qu’il était possible qu’un homme dans son corps physique (dans n’importe quelle circonstance) et une dame en état astral travaillent dans le Maïthuna. Pouvez-vous nous donner un enseignement concret sur ce sujet ?

M. Bien, au Tibet on parle beaucoup des « DAKYNIS », et quelques moines qui, dans le monde physique, n’ont pas d’épouse prêtresse, se sont mariés avec des Dakynis : des dames qui marchent sur les nuages, invisibles (pour sûr, des dames étranges), qui volent sur les nuages, des personnes tangibles, ce sont des créatures très spéciales.

D. Mais elles vivent dans l’astral, n’est-ce pas.

M. Bien, elles vivent dans l’astral, dans le mental, dans le causal et PARTOUT. Évidemment, ces moines se sont mariés avec elles et ils ont réalisé tout leur travail ésotérique avec elles, ils ont travaillé dans la Neuvième Sphère avec elles. De leur côté, des femmes d’une certaine catégorie spirituelle ont pu se marier avec des DEVAS et travailler dans la Neuvième Sphère avec des Devas, sans avoir besoin d’un homme en chair et en os.

De sorte que tout ceci est possible. Mais ce n’est possible que pour les personnes qui ont réellement très peu d’Egos. Pour qu’une femme ait le grand honneur de se marier avec un Deva, elle doit évidemment avoir un degré de pureté terrible, avoir beaucoup détruit l’ego. C’est ainsi seulement qu’elle pourra recevoir un Deva pour mari. Pour qu’un homme puisse recevoir pour prêtresse une Dakyni, il doit donc s’être beaucoup purifié, avoir éliminé un très grand nombre d’agrégats psychiques.

D. Est-ce le cas de saint François d’Assise ?

M. François ? Il est possible que… Bien, il avait déjà travaillé dans des vies antérieures et dans sa nouvelle existence, il a dû travailler avec une Dakyni, c’est évident. Ce sont des cas extrêmement rares qui ne sont pas communs, ils ne sont pas communs…

D. Vénérable Maître, quelle est la différence entre vivre le Drame Cosmique dans les Mondes Internes et vivre le Drame Cosmique de manière publique, tel que l’a vécu le Maître Jésus : y a-t-il un plus grand mérite à réaliser le Drame sur le plan public ?

M. Eh bien, je vais te dire : Gautama, le bouddha Sakyamuni, a enseigné la DOCTRINE DU BOUDDHA, du Bouddha intime de tous les êtres humains. La doctrine du Bouddha intime de chacun – du mien et de celui de chacun – Gautama l’a exposée publiquement.

Jésus de Nazareth a enseigné la DOCTRINE DU CHRIST INTIME tel que l’ont vécue les Initiés de la Lémurie, de l’Atlantide, de l’époque celtique et de tous les âges et siècles. Ce DRAME COSMIQUE, vécu par Jésus, a toujours été vécu secrètement. Tous les Initiés l’ont vécu avant Jésus et tous les Initiés continuent à le vivre après Jésus.

Quant à celui du Maître Jeshua Ben Pandira, il l’a sorti, disons, de là-haut, il l’a sorti du Monde causal et il l’a vécu, il l’a personnifié dans le monde physique.

Pour vivre ce Drame, il a dû préparer ses disciples et enseigner son rôle à chacun, pour que chacun représente son rôle, et chacun l’a réellement représenté. Il a montré un Drame, il l’a enseigné publiquement pour qu’il serve de guide à l’humanité dans le futur, qu’il serve de poteau indicateur, mais le Drame n’est pas sa propriété, ni ma propriété, ni la propriété de personne. CE DRAME EST ABSOLUMENT COSMIQUE.

D. Alors, Judas Iscariote est-il l’un des grands initiés ?

M. En réalité, JUDAS ISCARIOTE ne voulait pas jouer le rôle de Judas. Il voulait le rôle de Pierre, mais Jésus a préparé Judas pour le drame qu’il devait représenter et Judas l’a représenté à merveille. Mais Judas Iscariote n’a jamais trahi Jésus. Il a dû apprendre par cœur tout ce qui correspond à L’ÉVANGILE DE JUDAS.

Pour pouvoir comprendre l’Évangile de Judas, on doit étudier Zacharie. Là, on mentionne les 30 pièces d’argent avec lesquelles il a été méprisé, etc., l’argent qui a été utilisé pour acheter un terrain pour les défunts, etc. Tout cela (le type de monnaie et tout cela) est écrit dans Zacharie.

De sorte que Judas a dû apprendre tout cela, réviser les Saintes Écritures et bien jouer son rôle. Mais lui, qu’il ait quelque chose d’un traître, jamais ! C’est un rôle que Jésus lui a enseigné et qu’il n’aimait pas, en plus…

Ainsi, le Maître Judas a un Évangile : LA DISSOLUTION DE L’EGO. Il a lui-même renoncé à toute félicité et il vit actuellement dans les Mondes Infernaux, travaillant pour les âmes perdues, pour ceux pour qui il n’y a aucun remède.

De sorte qu’il est le seul qui n’ait pas reçu d’honneurs, qui ait été détesté, insulté et qui, cependant, aime l’humanité puisqu’il s’est sacrifié pour l’humanité et qu’il a donné jusqu’à sa propre vie et félicité pour l’humanité. Après Jésus, l’Homme le plus grandiose qu’il y ait s’appelle Judas Iscariote.

Il est le plus méprisé et il est le plus haï de tous, et personne n’a compris son sacrifice, parce que, même pour Jésus de Nazareth, il y a des larmes, des remerciements, de la gratitude, mais pour celui qui a donné sa vie à toute l’humanité et qui nous a enseigné le Chemin de la dissolution de l’ego, il n’y a pas eu un mot de louange. Il n’y a eu que des insultes, depuis qu’il a accompli son drame jusqu’à l’époque dans laquelle nous vivons.

D. Maître, et alors, pourquoi considère-t-on Jean comme le disciple bien-aimé ?

M. OUI, IL L’EST : il est le Verbe, la Parole. Et, en fin de compte, chacun a son Jean, chacun a son Judas, chacun a son Jacques, chacun a son Pierre et son Paul… Pourquoi vous dis-je cela ? Je vais vous le dire : parce qu’à l’intérieur de chaque être vivant ou à l’intérieur de chaque personne, au-delà de l’ego, il y a l’Être… l’Être, et l’Être contient de nombreuses parties. L’Être possède les Douze parties, les Puissances qui entrent dans le ventre de la Mère Divine et qui viennent à l’existence. Ces DOUZE PUISSANCES sont les DOUZE APÔTRES.

De sorte que, s’il y a un Pierre officiel, chacun a aussi son propre Pierre à l’intérieur. S’il y a un Jean (de la Parole, du Verbe), chacun a aussi son Jean. S’il y a aussi un Thomas (sceptique, incrédule), chacun a le sien. Et s’il y a un Jacques (le béni Patron du Grand Œuvre), chacun a le sien.

Bien sûr, je vais vous dire une chose : de tous ces Apôtres, celui que j’apprécie le plus c’est JACQUES. Jacques, c’est le Mercure des Sages (rien de moins), celui qui nous enseigne le Grand Œuvre, le régent du Grand Œuvre que nous devons réaliser à l’intérieur de nous-mêmes, ici et maintenant, le béni patron du Grand Œuvre.

Ainsi je vous dis, au nom de la vérité, qu’il vaut la peine de prendre en compte Jacques, parce que grâce à lui nous pouvons être instruits dans le Grand Œuvre. Notre Père qui est en secret, le Vieillard des Siècles, nous enseigne les grands mystères du Grand Œuvre par le biais de Jacques.

D. Vénérable Maître, comment pouvons-nous entrer en contact avec lui ? Y a-t-il un processus […] pour communiquer ou lui faire une demande, ou de quelle manière peut-on s’approcher de lui, ou quelle est la méthode pour lui faire une demande ?

M. Eh bien, on peut prier Jacques QUAND ON EST EN TRAIN DE TRAVAILLER DANS LE GRAND ŒUVRE des sages, pour qu’il nous oriente dans le Grand Œuvre.

On a beaucoup écrit sur l’alchimie, par exemple, mais personne ne peut donner une explication judicieuse sur le Grand Œuvre, parce que l’on n’est pas en train de vivre le Grand Œuvre. Pour pouvoir comprendre le Grand Œuvre, il faut recevoir le DONUM DEI, c’est-à-dire avoir reçu ce « Don » du Vieillard des Siècles qui nous permet de comprendre les Mystères du Grand Œuvre.

En tout cas, je veux vous dire ce qui suit : ces Douze sont à l’intérieur de nous. Les douze Puissances […] douze parties de notre propre Être, autonomes, autoconscientes et indépendantes.

D. L’Être est-il fractionné, Maître ?

M. IL N’EST PAS FRACTIONNÉ, non. Durant la manifestation, il s’exprime comme une pluralité. Les douze Facultés ou douze Puissances pénètrent dans le ventre de la Divine Mère Kundalini pour venir à l’existence dans le monde de la forme, et elles personnifient exactement les Douze (et cela est assez intéressant)…

Ainsi donc, nous aimons beaucoup faire appel à Philippe pour les sorties astrales. À quel Philippe ? Au Philippe historique ? Ce n’est pas nécessaire. Au PHILIPPE INTIME (pour les états de Jinas, pour les sorties astrales).

Il faut faire appel à JACQUES pour connaître les mystères du Grand Œuvre. Il faut faire appel à PIERRE pour qu’il nous indique – textuellement – le chemin de Vulcain. Il faut faire appel à JEAN, qui nous enseigne la science du Logos, le Verbe, la Parole, etc. Je crois que vous comprenez…

Et le CHRIST ? Il est à l’intérieur de nous, il faut le chercher à l’intérieur. Celui qui ne le trouve pas à l’intérieur de lui-même ne le trouvera dans aucun lieu du monde.

Quant au PÈRE, chacun à son Père. « Il y a autant de Pères dans le Ciel que d’hommes sur la Terre » dit Blavatsky, et c’est vrai. Chacun a son propre Père qui est en secret, le Vieillard des Siècles. Quant à L’ESPRIT SAINT, il s’exprime comme « l’Âme Métallique du sperme », c’est le Mercure de la philosophie secrète, qui nous transforme en « Gentilhomme », sage et véritablement digne… l’Esprit-Saint…

Celui qui veut vraiment arriver là où il doit arriver doit cristalliser les TROIS FORCES à l’intérieur de lui-même. Il y a trois forces : la Sainte Affirmation, la Sainte Négation et la Sainte Conciliation. Le Soleil Sacré Absolu veut faire cristalliser, à l’intérieur de nous-mêmes, les trois Forces de la Nature et du Cosmos, les trois Forces primaires…

D. […]

M. SI ON N’ÉLIMINE PAS L’EGO LES TROIS FORCES NE PEUVENT PAS SE CRISTALLISER. Comment se cristallisera la troisième Force, l’Esprit-Saint ? Eh bien, en travaillant intensément dans la transmutation du mercure brut, en le changeant, AU MOYEN DE LA TRANSMUTATION, en l’Âme Métallique du sperme. Cette Âme est le Mercure des Sages.

Chaque Âme Métallique doit indéniablement se cristalliser ou doit prendre forme dans le corps astral, dans le mental et dans le causal, afin de recevoir les principes animiques et se convertir en Homme. C’est ainsi que le Mercure des Sages se cristallise en nous-mêmes.

Comment pourra-t-on arriver à cristalliser le Christ en nous, à ce qu’il se cristallise en nous ? Il ne s’agit pas simplement de l’incarner, mais d’arriver à la cristallisation du Chrestos Cosmique en nous. Comment ? Ce ne sera possible qu’en SE RENIANT SOI-MÊME et il n’est pas si facile de se renier soi-même en tout, en détruisant l’ego, en le pulvérisant, en le réduisant en poussière.

Et comment fera-t-on [pour] cristalliser en soi-même le Vieillard des Siècles, le Père ? EN FAISANT SA VOLONTÉ tant dans les mondes supérieurs que dans le monde physique. Ainsi, en faisant cristalliser ou en cristallisant en nous les trois Forces primaires de la Nature et du Cosmos, nous nous convertirons en Homme Solaire et c’est ce qui compte.

Car devenir un Homme est une chose, mais se convertir en Homme Solaire, c’est autre chose. On devient un Homme quand on fabrique les Corps Existentiels Supérieurs de l’Être et que l’on reçoit leurs principes animiques, bouddhiques, mais c’est autre chose que de devenir un Surhomme ou un Homme Solaire, ce qui est la même chose, non ? [Ce] ne sera possible qu’en cristallisant la totalité des Trois Forces à l’intérieur de nous-mêmes, ici et maintenant.

D. Pourquoi appelle-t-on le Maître Jésus « le Fils de l’Homme » ?

M. Le Maître Jésus, il faut le trouver à l’intérieur de nous-mêmes. Chacun de nous – dans notre intérieur – doit incarner le Maître, car cette question que le Maître Jésus [est] le Seigneur qui a vécu il y a 1976 ans, c’est un peu erroné. Parce que « Jésus » en soi vient du mot « Jeshua » – en Hébreu – et « Jeshua » – en Hébreu – veut dire « Sauveur ».

Quand le Chrestos décide de venir à la manifestation cosmique, dans n’importe quel Homme (que ce soit en toi ou en moi ou en Pierre ou en Paul, ou en « n’importe qui »), il doit donc descendre de sa sphère christique très élevée jusqu’au monde de l’Âme humaine. Indéniablement, il devra NAÎTRE DANS L’HOMME COMME UN SAUVEUR et son nom sera toujours « Jeshua » (Jésus-Christ ou Christ Jésus) parce qu’il sera toujours le Sauveur à l’intérieur de nous.

C’est ainsi que l’on doit le comprendre parce que Jeshua Ben Pandira, celui qui a enseigné cette doctrine, ne l’a pas sortie de son propre cru. Cette doctrine est cosmique, elle est universelle, elle existe dans toute créature qui vit. Ce qu’il faut, c’est la trouver à l’intérieur de soi-même. Mais Jeshua a l’avantage de l’avoir enseignée de manière allégorique ou symbolique dans le monde physique pour que les gens la comprennent, mais c’est une doctrine qui a existé avant le grand Kabîr et qui a continué d’exister après le grand Kabîr Jésus.

D. Maître, pourquoi l’ont-ils appelé « Emmanuel » ? Car on raconte qu’il allait naître de la Vierge Marie [et ils ont dit à celle-ci] : « Tu l’appelleras Emmanuel ».

M. Bien, « Emmanuel », c’est « DIEU » […] et la Vierge Marie est à l’intérieur de toi, à l’intérieur de moi, à l’intérieur de Pierre, à l’intérieur de Paul et à l’intérieur de Jean. C’est la Kundalini, le Serpent Igné de nos pouvoirs magiques. Quand le Chrestos veut venir à la manifestation, il descend de sa région très élevée et il pénètre, comme un rayon de lumière, disons, dans le ventre de la Mère Divine Kundalini. Il naît d’elle, pour prendre possession du corps physique de n’importe quel Homme dûment préparé. De sorte que l’on a aussi créé des dogmes autour de la Mère Cosmique […] La Mère Cosmique n’a pas seulement existé à cette époque de Jérusalem, la Mère Cosmique est à l’intérieur de chacun.

D. Vénérable Maître, cette énergie connue sous le nom de « NOÛS », pourrait bien être la Force christique ?

M. « NOUS » EST UN ATOME qui existe dans le ventricule gauche du cœur ; un mot qui réellement NE DÉFINIT PAS TRÈS CLAIREMENT LA FORCE CHRISTIQUE. La Force christique a toujours son propre nom. C’est la force du Christus ou de Vishnou. C’est une force immense qui se trouve dans tout ce qui est, qui a été et qui sera, qui s’exprime à travers n’importe quel Homme qui est dûment préparé. Au Moyen Âge, plusieurs hommes qui étaient préparés ont reçu cette Force christique. Le Christ Cosmique s’est alors exprimé à travers plusieurs Hommes dûment prêts au Moyen Âge et c’est tout. Peu à peu, il faut arriver à comprendre les mystères christiques…

D. Vénérable maître, j’ai une question […] : cet homme, saint Cyprien, était-il réellement un saint ou était-ce un magicien noir qui a écrit cette œuvre de magie noire qui s’appelle « Le livre infernal » ?

M. Bien… que l’on dise que saint Cyprien fut un magicien noir et ensuite qu’il soit devenu blanc, CELA N’A PAS D’IMPORTANCE. PENSONS AU CHRESTOS, au Logos, qui est plus important. En haut, il y a le Père, le Logos et l’Esprit-Saint. En bas, il y a le Souffle, le Sang et l’Eau.

De sorte que le triangle d’en haut et le triangle d’en bas forment ainsi le SCEAU DE SALOMON. Le Sceau de Salomon a douze rayons, parce que ses six pointes sont masculines et les six angles, entre chaque pointe, sont féminins. Ce Sceau de Salomon représente donc le Logos et, au moyen de l’alchimie, il se transforme en les douze constellations du zodiaque, tant dans le Macrocosme que dans le Microcosme-Homme. Ainsi, dans le Sceau de Salomon sont renfermés les mystères de l’alchimie.

Ce que nos étudiants doivent faire en premier, c’est apprendre à PRÉPARER LE MERCURE DES SAGES. Sans ce Mercure, on ne peut faire le Grand Œuvre.

Quel est ce Mercure ? D’où allons-nous le sortir ? Eh bien, c’est « l’Âme Métallique » du sperme sacré [qu’il faut] transmuter, et quand on le transmute dans la Neuvième Sphère, le meilleur arrive. Le Mercure brut (qui n’est autre que le sperme même) se transforme alors en énergie, c’est pourquoi on dit que l’on fait le Grand Œuvre… Mais la préparation du Mercure exige beaucoup d’attention parce que les eaux mercurielles doivent passer par beaucoup de processus, c’est évident.

Au début, ces EAUX SONT NOIRES. Quand on travaille avec ces eaux, on dit que l’on travaille avec SATURNE. Au début, elles sont immondes, mais, plus tard, ces eaux deviennent BLANCHES.

Quand elles sont noires, on les représente avec le CORBEAU NOIR de l’alchimie, le corbeau noir de la putréfaction et de la mort. Mais si on sublime le travail, s’il devient plus spirituel, si on lui donne plus de raffinement, alors les eaux deviennent blanches…

D. Et en combien de temps ?

M. Là, cela dépend. LE TEMPS DÉPEND DE L’EFFORT DES COUPLES, parce que si les couples ne raffinent pas le sexe, mais qu’ils le laissent agir lourdement et brutalement, de manière animalesque, eh bien, les eaux resteront noires (tant qu’ils les laisseront noires) et, pour cette raison, l’avènement du Feu tardera, tardera… c’est clair.

Mais si les couples décident de RAFFINER LE SACREMENT DE L’ÉGLISE DE ROME, qu’arrivera-t-il ? Les eaux deviendront blanches. Et s’ils continuent à raffiner encore plus, et plus, et plus, et s’ils arrivent à transformer l’accouplement chimique ou métaphysique en un culte réellement sacré, les eaux deviendront JAUNES.

En arrivant à ce niveau, ces eaux seront prêtes à recevoir le SOUFRE DES SAGES. Et quel est ce Soufre ? Le Feu ! Le Feu ! Le Feu… Ce Soufre est assez intéressant. Ce n’est pas un soufre purement chimique, le soufre que l’on peut acheter en pharmacie, cru, de la « fleur de soufre » (que l’on devrait bien sûr, entre parenthèses, mettre dans nos chaussures quand on a des « larves » pour nous aider à les désintégrer)…

D. Le soufre est-il médicinal ?

M. IL EST AUSSI MÉDICINAL, on ne peut nier que le Soufre soit médicinal. Mais bon, nous sommes en train de parler du Soufre des Sages. Nous sommes en train de dire que quand le Mercure est dûment prêt (avec la couleur jaune), on peut recevoir le Soufre des Sages. Ce Soufre féconde le Mercure.

Mais, quel est ce Soufre des Sages ? LE FEU SACRÉ qui est normalement enroulé trois fois et demie à l’intérieur d’un certain chakra ou centre magnétique qui se trouve dans le coccyx. Quand le Mercure est prêt, alors il reçoit le Soufre, il se mélange au Soufre, il se transforme en MERCURE SOUFRÉ.

À son tour, le SEL qui existe aussi dans les sécrétions sexuelles passe par des sublimations et, avec le Soufre et le Mercure, ils forment un seul trio : Sel, Soufre et Mercure.

Ce SEL, SOUFRE ET MERCURE prend la forme d’un serpent qui monte par l’épine dorsale le long du canal de la moelle épinière. Généralement, on l’appelle « KUNDALINI » et il monte par la moelle épinière jusqu’au cerveau, en ouvrant les chakras qui existent dans l’épine dorsale. L’excédent de ce Sel, de ce Soufre et de ce Mercure accomplit de beaux objectifs.

Nul doute que le Sel, le Soufre et le Mercure (mélangés) reçoivent un nouveau nom : on les appelle le « VITRIOL ». « Vitriol » est un mot qui se décompose ainsi : VISITA INTERIORA TERRAE, RECTIFICANDO INVENIES OCCULTUM LAPIDEM (« Visite l’intérieur de ta terre, en rectifiant tu trouveras la Pierre occulte »). À quelle Pierre se réfère-t-on ? À LA PIERRE PHILOSOPHALE qu’il faut élaborer, qu’il faut fabriquer : l’ESCARBOUCLE ROUGE des sages.

Bien, mais je vous disais que l’excédent du Sel, du Soufre et du Mercure, l’excédent du Vitriol (qui n’est autre que du MERCURE SOUFRÉ, avec un peu de SEL SUBLIMÉ), se cristallise dans les cellules, à l’intérieur de l’organisme, sous la forme extraordinaire et merveilleuse du corps sidéral ou astral. Celui qui possède un corps astral sait qu’il en a un parce qu’il peut voyager avec lui à travers le Cosmos.

À une octave plus élevée, cet excédent (le surplus de la fabrication de l’astral) se cristallise donc dans le mental, un corps magnifique avec lequel nous pouvons voyager à travers l’infini et absorber la Sagesse universelle.

Et à une troisième octave, cet excédent de Vitriol sert à fabriquer le causal. Celui qui possède le corps causal ou corps de la volonté consciente se convertit en Homme causal. L’Homme causal est l’Homme véritable dans le sens le plus strict du terme. Dans le Monde causal se trouve le Temple de la grande Loge Blanche (c’est le grand Temple universel). Les Adeptes vivent là-bas. Moi-même, en tant qu’Adepte, j’ai pour centre de gravité le Monde causal. De cette région, je peux me projeter vers le mental, vers l’astral et ici, vers le physique. Pour parler avec vous, ici dans le physique, je me suis projeté depuis le causal, mais mon centre de gravité se trouve dans le causal.

Celui qui possède les corps physique, astral, mental et causal se convertit en Homme véritable car il peut recevoir les principes animiques et spirituels et se convertir en Homme.

De sorte qu’il faut préparer le Mercure des Sages pour fabriquer les corps, mais ce n’est pas tout. Si on désire vraiment marcher sur la VOIE DIRECTE, recevoir L’INITIATION VÉNUSTE, se Christifier, se convertir en Homme Solaire, alors on doit forcément éliminer l’ego.

Dans l’alchimie, on dit que « pour pouvoir faire de l’or, il faut éliminer le MERCURE SEC et le SOUFRE ARSÉNIQUÉ ou soufre vénéneux ». Le Mercure sec est constitué de tous les agrégats psychiques qui, dans leur ensemble, forment l’ego. Les agrégats psychiques personnifient nos défauts de type psychologique. Il faut les désintégrer pour pouvoir fabriquer de l’Or…

Notre Être comprend de nombreuses parties. L’une des parties autonomes et autoconscientes de notre propre Être est l’ANTIMOINE, qui n’est pas une substance purement chimique, mais un artisan de notre propre Être, c’est celui qui fixera l’Or dans le Mercure. Nos corps seront constitués de Mercure soufré, mais celui qui fixe réellement l’Or dans le Mercure soufré, c’est l’Antimoine.

L’Or se fixera dans les Corps Existentiels Supérieurs de l’Être à mesure que nous éliminerons les agrégats psychiques, c’est-à-dire le Mercure Sec et le Soufre Arseniqué ou Soufre Vénéneux, ou Feu Infernal. Et c’est ainsi que les corps doivent se transformer en Véhicules d’Or.

Quand le corps astral, par exemple, s’est converti en un véhicule entièrement d’or pur de la meilleure qualité, LE SERPENT LE DÉVORE, la Kundalini l’avale. Quand le corps mental a été converti en un véhicule d’Or précieux, le Serpent l’avale. Quand le causal a été converti en un véhicule d’Or, le Serpent l’avale.

Il est nécessaire que les Véhicules soient dévorés par le Serpent. Même la Bouddhi et l’Atman, doivent être avalés par le Serpent. Comme le disent les Mayas dans le célèbre livre qui s’appelle LE CHILAM BALAM DE CHUMAYEL : « Nous devons être avalés par le Serpent »…

Au Yucatán, j’ai trouvé (dans l’un des temples du Yucatán) deux serpents en pierre, très beaux. J’ai aussi trouvé un serpent en pierre (dans un Temple) énorme, gigantesque : à l’intérieur de sa gueule, on voyait un homme que le serpent était en train d’avaler. Cela confirme ce qui est dit dans « Le Chilam Balam de Chumayel ».

Les théosophes nous parlent de la Kundalini Shakti et M. Leadbeater a écrit sur les chakras de la Kundalini et tout cela. Mais il ne suffit pas seulement d’éveiller la Kundalini, c’est-à-dire le Serpent, ce n’est pas suffisant. Que l’on ne croie pas que, du fait d’avoir éveillé le Serpent, un homme a le droit de jouir du pouvoir des chakras, non. Pour pouvoir jouir du pouvoir des chakras, il faut avoir été dévoré par le Serpent. Éveiller et développer la Kundalini est une chose et être dévoré par elle est autre chose.

Par exemple, on lit, dans un récit de WOTAN (un ancien grand initié), qu’il dit « qu’il est allé dans la demeure des Serpents », « qu’il est entré par un orifice de la Terre, qui allait au centre de la Terre ». Et il dit : « Et j’ai pu entrer par le passage des Serpents car je suis un Serpent »… Les anciens Initiés égyptiens se donnaient aussi le nom de « Serpents », de même que les Druides…

On doit se convertir en Serpent. Une fois, le comte de Saint-Germain a laissé traîner un petit papier. Quelqu’un s’est approché et l’a lu. Il disait : « Cela fait tant de milliers d’années (je ne me souviens pas à cet instant combien d’années il avait mises) que je suis établi en Isis ». Alors, on comprend qu’il avait été dévoré par le Serpent, qu’il était un Serpent.

D. Maître, quand on représente les pharaons avec un serpent sur le front, quel en est le symbole ? Ont-ils été avalés par le Serpent ?

M. C’EST UN SYMBOLE… Une fois que l’on s’est transformé en Serpent, que l’on est un Serpent, on est alors DÉVORÉ PAR L’AIGLE et on se transforme en SERPENT EMPLUMÉ, en Quetzalcoatl.

Mais bon, précisons cet aspect chez le Christ… Une fois que les Véhicules d’Or ont été dévorés par le Serpent, nous avons alors une enveloppe métallique extraordinaire : le TO SOMA HELIAKON (qui est composé de tous les Véhicules d’Or), le To Soma Heliakon de l’Homme Solaire. Quand nous atteignons ces niveaux, le Christ ressuscite en nous. Après qu’il eut vécu tout le drame cosmique à l’intérieur de nous, il s’enveloppe du To Soma Heliakon, il s’en revêt, il se revêt de cette forme sacrée et il surgit à la manifestation, il vient, il entre dans l’organisme, il s’exprime en tant qu’Homme parmi nous, mais en tant qu’HOMME RESSUSCITÉ.

C’est donc la Causa Causorum qui donne de la force aux Maîtres Ressuscités. C’est pour cela que les Maîtres ressuscités sont ressuscités : les Kout Humi, les Saint-Germain, les Cagliostro, les Hermès Trismégiste, etc. Et c’est ce que l’on recherche : la création de l’Homme Solaire.

En tout cas, je veux vous dire, au nom de la vérité, qu’il est nécessaire que le Christ naisse dans le cœur de l’Homme, qu’il vive le Drame Cosmique dans le cœur de l’Homme, qu’il meure en nous et qu’il ressuscite en nous, car il serait inutile que le Christ soit né à Bethléem s’il ne naît pas aussi dans notre cœur. Il serait inutile qu’il soit mort et qu’il soit ressuscité en Terre Sainte, s’il ne meurt pas et ne ressuscite pas aussi dans notre cœur.

C’est pourquoi il est nécessaire que nous parvenions à la Résurrection. Tant que nous n’avons pas atteint la Résurrection, nous devons beaucoup lutter pour y parvenir, c’est fondamental…

À quoi servirait la descente du Christ sur la Terre s’il n’atteignait pas la Résurrection ? Le Christ descend et meurt pour ressusciter et, avec sa mort, il tue la mort. C’est la dernière chose qu’il fait : éliminer la mort avec sa propre mort.

D. Il l’a vaincue ?

M. BIEN SÛR. Mais tout cela est une question d’alchimie. Si un homme n’élimine pas le Mercure sec qui représente les agrégats psychiques, vive personnification de nos erreurs, alors il ne pourra pas fabriquer de l’Or, de l’Or dont on a besoin pour les Corps Existentiels Supérieurs de l’Être. Il ne pourra pas en fabriquer. Comment en fabriquerait-il ? De sorte qu’il est nécessaire, précisément, de fabriquer de l’Or. CELUI QUI NE SAIT PAS FABRIQUER DE L’OR NE SAIT RIEN, car celui qui commande, c’est l’Or. Un homme peut être très sage, très érudit, tout ce que vous voulez, mais s’il ne fabrique pas de l’Or, il perd misérablement son temps. Ici, il faut fabriquer de l’Or, parce que c’est l’Or qui commande…

D. Bien, Maître, et en alchimie, que signifie le LION DE JUSTICE ?

M. LE SOLEIL, à son tour, c’est le LION DE JUSTICE. C’est la même chose.

D. C’est la même chose ?

M. Bien sûr…

D. Vénérable Maître […] À quoi un célibataire peut-il arriver avec la transmutation, à l’intérieur de son Autoréalisation ?

M. Tous LES SYSTÈMES DE TRANSMUTATION POUR CÉLIBATAIRES SONT RELATIFS : ils sont utiles jusqu’à un certain point, mais au-delà, ils ne servent plus à rien. Même le Vajroli Mudra ne s’utilise pas éternellement. Il peut servir pendant quelque temps, en attendant que l’homme ait une femme, et il peut servir à la femme, en attendant qu’elle ait un homme, mais que le Vajroli Mudra s’utilise de manière définitive et pour toujours, non, il ne faut pas exagérer.

Il permet, pendant un temps, de transmuter, au moyen de la respiration et du Pranayama, etc., les sécrétions sexuelles, de les convertir en énergie qui peut être utilisée, disons, pour la santé. Mais qu’un homme puisse, par exemple, fabriquer ses Corps Existentiels Supérieurs de l’Être au moyen du Pranayama, de la transmutation pour célibataires, ce n’est pas possible.

Pour un fait très concret : l’homme représente la Sainte Affirmation, la femme la Sainte Négation, et l’Esprit Saint la Sainte Conciliation. Si un homme, par exemple, croit qu’il peut fabriquer les Corps Existentiels Supérieurs de l’Être en utilisant les transmutations pour célibataires, il est dans l’erreur, IL EST EN TRAIN DE MANIER UNIQUEMENT UNE SEULE FORCE qui est masculine : la Sainte Affirmation, rien de plus.

Si une femme croit que seule, avec le Vajroli mudra ou la transmutation du Pranayama, etc., elle peut créer les Corps Existentiels Supérieurs de l’Être, eh bien non. Elle manie une seule force qui est la sienne : la féminine, négative.

Pour qu’il y ait création, il faut toujours Trois Forces : la Sainte affirmation, la Sainte Négation, la Sainte Conciliation, c’est-à-dire la Positive, la Négative et la Neutre.

Et si ces trois forces ne coïncident pas en un point donné, elles ne peuvent pas non plus réaliser une création. Si les Trois Forces dans le Cosmos, par exemple, dans le Chaos (la Positive, la Négative et la Neutre) se dirigent vers des lieux différents, elles ne peuvent pas réaliser une création.

Pour qu’il y ait une création, il est nécessaire que les trois forces coïncident en un point donné. Alors vient la création, que ce soit d’un monde ou des Corps Existentiels Supérieurs de l’Être. Ainsi, les Trois Forces sont nécessaires pour pouvoir créer les Corps Existentiels Supérieurs de l’Être, et ceci n’est possible qu’en travaillant dans la Neuvième Sphère, dans la « Forge des Cyclopes », entre un homme et une femme.

La Sainte Affirmation et la Sainte Négation s’unissent, et la Sainte Conciliation les concilie, elle concilie les forces opposées, et c’est ainsi que se réalise la création des Corps Existentiels Supérieurs de l’Être.

D. Vénérable Maître, en pratiquant aussi le Pranayama dans la pratique du Maïthuna, en quoi cela aide-t-il ? […]

M. Le Pranayama s’utilise toujours pour des transmutations. Celui qui veut contrôler parfaitement le sexe doit pratiquer le Pranayama, mais il ne doit pas le pratiquer en dehors de la Neuvième Sphère, il doit le pratiquer dans la Neuvième Sphère, durant l’accouplement chimique ou métaphysique.

C’est ainsi qu’IL PARVIENDRA À FAIRE MONTER LES ÉNERGIES JUSQU’AU CERVEAU. Il s’aidera de cette manière et de cette façon, et il évitera – au moyen de la respiration – la chute sexuelle, il évitera de renverser le vase d’Hermès Trismégiste, le trois fois grand Dieu Ibis Thot.

Ainsi, c’est pour cela qu’au Moyen Âge on appelait les Alchimistes les « SOUFFLEURS ». Au Moyen Âge, on appelait tous les Alchimistes des « Souffleurs » parce que, durant la pratique du Maïthuna, ils utilisaient les fosses nasales pour transmuter. Ils pratiquaient le Pranayama précisément durant l’accouplement métaphysique, et ainsi ils contrôlaient le sexe, ils évitaient de chuter, ils évitaient cela, les « Souffleurs »…

D. Soufflaient-ils vers l’intérieur ?

M. Oui… Pourquoi y a-t-il toujours de grands soufflets dans les laboratoires des Alchimistes ? On y trouve toujours des soufflets. Les profanes pensaient qu’il s’agissait vraiment de soufflets physiques pour souffler sur les braises ardentes, n’est-ce pas ? Ce n’est pas ainsi ! Ce sont les SOUFFLETS [qui représentent les fosses nasales] que l’on utilise beaucoup durant le Maïthuna pour contrôler, donc, le sexe. Le Pranayama doit s’utiliser en plein accouplement métaphysique pour faire monter l’énergie jusqu’au cerveau…

D. Maintenant, s’il reste un excédent, Maître, en terminant l’alchimie, peut-on continuer en faisant un Pranayama ?

M. POURQUOI ? Ce qui est intéressant, c’est de le faire pendant la pratique ! C’est comme si tu voulais sortir les soufflets de la cuisine pour aller souffler dans l’air. Cela n’a pas de sens ! Les « soufflets » s’utilisent au moment où on en a besoin, c’est clair. C’est comme vouloir traire une vache après qu’on l’eut traite ou comme vouloir quelque chose de ce style. De sorte que les « soufflets » s’utilisent alors à l’endroit où l’on en a besoin. C’est tout !

D. Oui, je me référais, Maître, au fait que lorsqu’il y a un danger de chute et que l’on se retire, il reste alors une certaine énergie encore accumulée.

M. CECI INDIQUE QUE LE TRAVAIL EST MAL FAIT. Le travail doit être fait correctement… Et le Pranayama se fait précisément durant l’accouplement métaphysique, et ainsi on évite donc le danger de « tomber », on le contrôle avec la respiration. C’est ainsi que procèdent tous les Souffleurs.

Nous, les Alchimistes, nous n’avons pas cessé de nous appeler : « Souffleurs ». C’est ainsi que l’on nous appelait dans tout le Moyen Âge et nous continuons de nous appeler des « Souffleurs », puisque nous utilisons les « Soufflets » dans le « Laboratoire ».

D. Maître, si une personne n’arrive pas à se marier, disons, probablement pour des raisons karmiques, doit-elle [attendre] la prochaine [existence] ?…

M. Que lui reste-t-il d’autre ?…

D. Ou peut-elle faire une demande ou quelque chose pour y arriver ?

M. Eh bien, il faut faire la demande, on la fait. CE QUI MANQUE, C’EST DE SAVOIR SI ON VA NOUS L’ACCORDER. Si le Père considère qu’il doit accorder la demande de son fils, il la lui accorde.

S’il considère qu’il ne doit pas la lui accorder, eh bien, il ne la lui accorde pas. Et s’il ne la lui accorde pas, eh bien, il faut avoir de la patience, il faut se dédier à travailler sur soi-même jusque-là où c’est possible et, dans une future existence, il faut donc continuer le travail. Mais on ne doit pas, pour autant, être rempli de pessimisme, on doit se dédier à travailler sur soi-même jusque-là où c’est possible, jusqu’au maximum de ses possibilités, et continuer dans la prochaine existence.

D. Oui, vénérable Maître. […] Si une personne doit se marier avec une autre […] karmiquement, et en étant dans la gnose, avec une connaissance plus ou moins profonde, peut-elle changer ce karma ? Comment cela est-il possible ?

M. Eh bien, LES KARMAS PEUVENT ÊTRE PARDONNÉS et ils peuvent aussi être NÉGOCIÉS, c’est évident. Mais il y a un type de karma qui ne permet pas de négociations ni de pardons, et c’est celui qui correspond AUX PÉCHÉS CONTRE L’ESPRIT SAINT, c’est-à-dire contre le sexe. Ceux-là N’ONT DROIT NI AU PARDON, ni aux négociations, ni à rien, ceux-là, malheureusement, il faut les payer avec toute leur rigueur, tels qu’ils sont… « Tous les péchés seront pardonnés – dit le Christ – sauf le péché contre l’Esprit-Saint ». De sorte que ceux qui ont commis des crimes contre l’Esprit-Saint n’ont pas droit au pardon, ils doivent les payer avec toute leur rigueur, avec toute leur douleur, car il n’y a pas d’autre solution…

D. Vénérable Maître, en soi, ce karma, est-ce la fornication ?

M. La fornication ou l’adultère, la dégénérescence infra sexuelle : lesbiennes, homosexuels, etc. Ces personnes doivent payer ce type de karma dans toute sa rigueur. Elles n’ont pas d’autre remède.

D. […]

M. Que ce soient des karmas durs ? Nous ne le nions pas. Ils sont très douloureux, mais il ne leur reste pas d’autre remède que de les payer. Les autres, par contre, peuvent être négociés et pardonnés. C’est ainsi…

D. Vénérable Maître, en ce qui concerne le travail ésotérique, à quel âge ou à quel état de Conscience correspond l’aboutissement du travail dans la Forge Ardente de Vulcain ? Ou faut-il travailler toute sa vie dans la Forge Ardente ?

M. Eh bien, on doit donc se familiariser avec le travail dans la Neuvième Sphère, parce QU’IL SERA TOUJOURS NÉCESSAIRE dans le Cosmos, TANT QUE L’ON VIT DANS LES COSMOS ou dans les différents Firmaments.

Tenez compte, par exemple, du fait que pour nous libérer de ces forces mécaniques de la Lune qui tourmentent tant notre existence et qui nous ont transformés en véritables petites machines, nous devons créer, à notre tour, une lune à l’intérieur de nous, une LUNE PSYCHOLOGIQUE.

On crée cette Lune psychologique, par exemple, quand on détruit ces agrégats psychiques qui dominent la personnalité humaine comme l’orgueil, la suffisance, la superbe, l’égoïsme, la colère, la haine, la jalousie, la vanité, l’auto-importance, l’auto-sentimentalisme, etc. Alors, on crée le CENTRE DE GRAVITÉ PERMANENT à l’intérieur de nous. Ce centre de gravité permanent est, en fait, la Lune psychologique, la Lune qu’il nous faut fabriquer intérieurement. Après avoir fait la création d’une Lune psychologique à l’intérieur de nous-mêmes […]

Paix Invérentielle ! Parle mon frère […]