Célébration onomastique de l’Avatar

Samael Aun Weor

[…] tous les frères […] pour m’accueillir chaleureusement pour ma fête, et c’est pourquoi je ne peux moins que me féliciter. Indiscutablement, nous travaillons pour l’Auto-réalisation Intime de l’Être. Indubitablement, nous voulons montrer à l’humanité souffrante le Chemin étroit, resserré et difficile qui conduit à la Lumière. Le grand Maître Jeshua Ben Pandira a dit : « Étroite est la porte et resserré le chemin qui conduit à la Lumière et très rares sont ceux qui le trouvent »…

En cette soirée de fête, je ne peux que vous inviter à vous rappeler l’Étoile VÉNUS, l’étoile qui brille à la tombée du jour et aussi à l’aurore. C’est Vénus, l’ÉTOILE DE L’AMOUR, et elle fait rayonner ses splendeurs tout autour de la Terre…

J’ai souvent pensé que c’est seulement par l’Amour qu’il est possible d’arriver à la Christification de l’être humain. Si les gens se rappelaient les Mystères de Vénus, ils feraient des progrès prodigieux sur le sentier intérieur ; ils avanceraient, triomphants, sur ce chemin interne et délicat que nous portons tous au fond de l’Esprit. Les guerres s’arrêteraient pour toujours, la paix régnerait sur la face de la terre. Il y aurait de l’abondance et de la perfection…

Beaucoup de bardes chevelus des temps anciens ont chanté aux Vêpres de l’aurore. Beaucoup ont ciselé la statue de la Divine Vénus : nous pouvons vraiment nous rappeler la Vénus de Milo qui a été tellement chantée dans les différents recoins du monde…

Des rivières d’eau pure de vie, illuminées par l’Étoile Vespérale, nous invitent à méditer. Et au bord des ces rivières, les Oliviers de la Paix resplendissent avec une gloire ineffable…

La lyre des poètes, dans la Grèce païenne, faisait toujours une fête lorsqu’on se souvenait de Vénus, l’Étoile de l’Aurore…

Dans les temps archaïques, lorsque les êtres humains rendaient encore un culte aux créatures du Feu, de l’Air, de l’Eau et de la Terre, on adorait Vénus. Alors, celui qui savait jouer de la lyre faisait tressaillir tout le monde avec son chant. C’était l’époque où la Lyre d’Orphée ne s’était pas brisée en tombant sur le pavement du Temple.

Depuis, la Terre est passée par différentes métamorphoses, des peuples ont surgi qui ont ensuite disparu dans l’oubli, mais Vénus, l’Étoile de l’Amour, continue à resplendir là-haut, dans les hauteurs, dans la profondeur du firmament… Il y a encore des poètes qui la chantent…

En cette soirée délicieuse où je me trouve ici, avec vous tous, et félicité, je ne peux moins que vous inviter à aimer : « À aimer ceux qui nous aiment, car ils nous comprennent ; à aimer ceux qui nous haïssent, car ils ne nous comprennent pas »… « Rendre le bien pour le mal »… À marcher avec fermeté sur le sentier qui nous conduit à la Libération Finale…

Mes amis, vous qui êtes ici, ce soir, pour vous entretenir avec moi, levons notre coupe et trinquons à l’Amour, à la Lumière et à la poésie ! Paix Invérentielle ! [Applaudissements]

Que la Lumière resplendisse dans tous les coeurs !

Mes amis, nous pouvons maintenant nous divertir… [Applaudissements]