Argumentations gnostiques intéressantes (Réponses aux frères brésiliens n°1)

Samaël Aun Weor

Disciple. L’autre jour, tandis que nous parlions avec la M. L., vous parliez avec nos frères colombiens de cet autre corps égyptien ou d’une chose semblable. Si c’est possible, parlez-nous-en.

Maître. C’est avec le plus grand plaisir que je vais donner quelques explications sommaires, simples, sur tout cela. Assurément, la réincarnation ou loi de l’éternel retour, etc., pour certains est une théorie, pour d’autres une hypothèse, pour d’autres une superstition, pour d’autres une croyance aveugle, pour d’autres un dogme, pour d’autres un motif de raillerie, de rire ou un sarcasme ou un éclat de rire et rien de plus. Cependant, pour nous qui nous rappelons nos existences passées, la réincarnation est un fait.

Au nom de la vérité, je dois déclarer devant le verdict solennel de la conscience publique, que je me rappelle totalement toutes mes existences antérieures !… Et je m’en souviens, mes chers frères, simplement parce que je suis éveillé. Quand vous éveillerez tous votre Conscience, vous pourrez aussi vous rappeler vos vies antérieures.

Je vais vous citer maintenant une réincarnation très intéressante : je veux me référer, de manière emphatique, à la dynastie du pharaon Khephren, dans le vieux pays des pharaons, dans le pays ensoleillé de Kem. Je n’ai pas encore pu oublier (et je crois que je ne l’oublierai jamais) tous les détails de cette existence…

J’étais encore jeune et, marchant à travers les déserts, je traversai une allée de sphinx (assurément, et je vous le dis entre parenthèses, cela fait peu de temps que les archéologues ont découvert cette allée). C’était une allée de sphinx blancs et noirs. En face de chaque sphinx blanc, il y en avait un noir et vice versa.

Je me souviens d’un groupe de gens, qui ressemblaient plutôt à des nomades, qui m’observaient de loin. Vêtu d’une tunique blanche, de sandales et d’un manteau pour me protéger de la lumière du soleil ou des rayons du soleil, j’arrivai au pied de la pyramide, arrangeai, à l’ombre, une de mes sandales et cherchai l’entrée. Un GARDIEN me bloqua le passage. Celui-ci, l’épée dégainée et portant un pagne qui couvrait ses organes créateurs, me regardant fixement, face à face, me dit :

– Que voulez-vous ?… Je répondis :

– Je suis un aveugle qui est en quête de lumière.

– Que désires-tu ?

– La lumière !

– Que souhaites-tu ?

– La lumière !

Je me rappelle l’instant où, me saisissant par la main droite, brusquement, il me fit rentrer dans le temple. Je n’ai pu oublier ce « Do » de la vieille Égypte et ce moment où une grande pierre tourna sur ses gonds, produisant ce son (la base de l’échelle musicale)…

Une fois à l’intérieur et complètement dépouillé de tous les éléments que je portais (comme des pierres précieuses, des métaux ou des bijoux, etc.), je fus soumis à de terribles épreuves : quand je passai L’ÉPREUVE DU FEU, je dus traverser une salle en flammes. De longues poutres d’acier, rougies à vif, produisaient une chaleur insupportable et c’est à peine si je pouvais mettre mes pieds entre chaque poutre d’acier. Un grand nombre de ceux qui voulurent, avant moi, traverser une si terrible épreuve tombèrent sur ces masses de fer rougi à vif et moururent, atrocement brûlés…

Quand je passai L’ÉPREUVE DE L’AIR, je dus rester suspendu à un anneau au-dessus d’un précipice noir et horrible. D’horribles courants violents gelaient mon corps, mais je restai serein, impassible… La pierre tourna sur ses gonds et j’entrai dans un Temple…

Et quand je passai L’ÉPREUVE DE L’EAU, je dus utiliser de savants exorcismes pour conjurer les crocodiles sacrés. Si je ne l’avais pas fait, je serais inévitablement mort. Bon nombre de gens, avant moi, périrent entre leurs dents cruelles…

Et quand je traversai L’ÉPREUVE DE LA TERRE, je dus rester serein et impassible en voyant deux masses qui menaçaient de me broyer. Je sortis victorieux des quatre épreuves (celle du feu, celle de l’air, celle de l’eau et celle de la Terre), et je fus admis dans LE COLLÈGE INITIATIQUE. Je traversai les différentes épreuves des initiations, etc.

En dernier, mes chers frères, je gravis la Montagne de l’Initiation, oui, la PREMIÈRE MONTAGNE ! En arrivant à ces hauteurs, après avoir récapitulé tous les processus ésotériques initiatiques, je reçus alors des ordres supérieurs transcendantaux : je reçus l’ordre, en effet, de la part de mon Être Réel Intérieur et de la grande Loge Blanche, de mettre ce CORPS PHYSIQUE que je possédais en ÉTAT DE CATALEPSIE. Évidemment, ce corps resta ainsi. Il fut ensuite bandé comme il se doit et placé dans son sarcophage. Il ne fut pas nécessaire que ce corps meure, je le répète, il resta en état de catalepsie ! Oui, je connais l’endroit où il est enterré, mais c’est un secret que je ne dévoilerai jamais…

Les siècles ont passé. J’ai continué à prendre un corps dans différents lieux de la planète Terre. De temps en temps, on me permettait d’utiliser ce véhicule. Avant de prendre ce corps actuel, je l’ai utilisé pendant quelque temps : quand j’ai désincarné, quand j’ai abandonné mon précédent corps ici, au Mexique, on m’a permis, en effet, d’utiliser pendant quelque temps ce corps physique !

Ensuite, j’ai dû le laisser dans son sépulcre, quand je suis revenu me réincarner. Je suis ici, mais je suis toujours en contact avec ce véhicule et je l’utilise encore chaque fois que c’est nécessaire.

Il n’est pas mort, il est vivant ! De temps en temps, je le sors de la fosse sépulcrale, par la quatrième dimension, ensuite je le mets dans le monde à trois dimensions et je lui donne à manger et à boire pour le conserver, et je le conserve. Ce véhicule est là-bas, oui ! Dans quel but ? Le père saura quand je devrai l’utiliser définitivement, mais il est là-bas, vivant !…

Ceci appartient aux mystères de l’Égypte des pharaons, ceci appartient aux mystères de l’Amenti, aux mystères de l’Amen-Ra, aux mystères du pays ensoleillé de Kem. Ce type de connaissance est actuellement inconnu de l’humanité souffrante.

Je suis donc en train de donner des détails sur quelque chose que la science actuelle ne connaît pas et qu’elle ne soupçonne même pas vaguement. Je ne suis donc pas le seul à avoir un corps physique en état de catalepsie. Dans la terre d’Égypte, dans la terre des pharaons, il y a d’autres Initiés, d’autres Maîtres qui ont aussi leur corps dans ces conditions.

Un jour, une dame qui me rendait visite me donna une nouvelle très importante : à cette époque, il y a de cela de très nombreuses années, bien sûr, cette dame discuta avec moi de choses très intéressantes…

J’étais un peu fatigué du monde physique et je lui dis :

– Je voudrais plutôt mourir !… Elle répondit :

– Dieu veuille que tu puisses mourir ! Mais ni toi ni moi ne pouvons mourir. En quelle année dis-tu que tu es né ? Je lui répondis :

– Je suis né le 6 mars de l’année 1917.

– Ah ! – répondit la dame – Ne te souviens-tu pas de cette année où tu vivais au nord du Mexique ?

– Oui, oui, je m’en souviens.

– Ne te souviens-tu pas que tu venais chercher cet argent que je te devais, à Los Angeles, dans le magasin où je travaillais ? Je lui dis :

– Oui, oui, je m’en souviens.

– Te rappelles-tu que je t’ai réglé cet argent sous la forme de traites ?

– Oui, oui, tu m’as payé. Oui, je me souviens de tout… J’étais un peu étonné. La dame me dit :

– Et ce que je viens de te dire n’est qu’une partie du grand secret que je détiens…

Les années ont passé. J’ai pu constater, en effet, tout ce que cette dame m’avait dit. Bien sûr, elle aussi conserve son corps. Oui ! Un CORPS ÉGYPTIEN qu’elle a eu et qu’elle conserve très bien en état de catalepsie, enterré dans la terre des pharaons. Ainsi, ni elle ni moi n’avons le droit de mourir.

Nous pouvons abandonner ces corps karmiques, mais nous sommes toujours unis, par le cordon d’argent, au corps égyptien. Il est clair qu’à cette époque du 6 mars 1917, quand j’ai pris ce véhicule actuel, j’utilisais encore le véhicule égyptien. Oui, je l’utilisais ! On m’a permis de l’utiliser quelque temps, après avoir abandonné ma personnalité connue sous le nom de « DANIEL CORONADO », dans la capitale du Mexique.

C’est-à-dire qu’entre mon précédent corps que j’ai laissé et mon corps actuel, on m’a permis, pour une petite période d’un an, d’utiliser ce véhicule, le véhicule égyptien. Je crois que vous m’avez compris, et je l’utilise encore, de temps en temps, pas toujours, mais de temps en temps je l’utilise.

Il y a des mystères que vous ne connaissez pas et que vous devrez connaître un jour. Ce que je suis en train de dire peut vous surprendre un peu, en effet, ça ne m’étonne pas que ça vous surprenne. Je vous donne des informations que vous ignorez. Je suis en train de vous parler des mystères égyptiens et vous ne connaissez pas ce type de mystères. Éveillez-vous afin de pouvoir connaître ce type de mystères, compris ?

D. Vénérable Maître Samael Aun Weor, pour continuer nos questions afin que vous nous éclairiez chaque fois plus, nous vous demandons : comment est constitué l’être commun et courant, et comment peut-il fabriquer ses corps ? Et existe-t-il une, deux ou trois manières de construire ces corps ?

M. C’est avec grand plaisir que je vais donner des explications concernant ce sujet. Si nous étudions attentivement Leadbeater, Annie Besant, Blavatsky, Steiner, Max Heindel, etc., nous nous rendrons parfaitement compte que tous ces auteurs ont insisté sur l’idée que l’être humain ou que tous les êtres humains ont leurs véhicules physique, éthérique, astral, mental, causal, bouddhique et atmique, c’est-à-dire qu’ils soutiennent tous l’idée que « l’animal intellectuel » ou « animal rationnel » (comme le définissent les sciences naturelles) possède les Corps Existentiels Supérieurs de l’Être.

Cependant, nous ne sommes pas d’accord avec ces affirmations. Nous savons très bien, par expérience directe, ce qu’est réellement « l’animal intellectuel » appelé à tort « Homme ». Évidemment, « l’animal intellectuel » possède seulement le corps physique avec son assise vitale, rien de plus. « L’animal intellectuel » NE POSSÈDE PAS encore les véhicules astral, mental et causal. CES VÉHICULES, IL FAUT inévitablement LES CRÉER si nous voulons réellement parvenir à l’Autoréalisation intime de l’Être.

Généralement, les personnes communes et courantes possèdent seulement – comme je l’ai déjà dit et je le répète à nouveau pour le bien de vous tous – le corps physique avec son assise vitale. Ce qu’il y a au-delà de ces véhicules, c’est l’Ego, le Moi, le moi-même, le soi-même. Cet Ego n’a rien de divin. Il est faux, il est absurde de dire que « le Moi est divin ». Il est aussi absurde de diviser le Moi en deux : un de type supérieur et un autre de type inférieur. Il est absurde de dire que « le Moi supérieur est divin »…

Mes amis, mes frères qui m’écoutez, écoutez-moi bien : supérieur et inférieur sont deux sections d’une même chose, le Moi supérieur et le Moi inférieur sont deux sections du même Moi. Et le Moi, l’Ego, n’est pas divin, il est ténébreux à cent pour cent. C’est une somme d’agrégats psychiques qui personnifient clairement nos défauts : colère, convoitise, luxure, envie, orgueil, paresse, gourmandise.

Dans l’Ego, dans le Moi, se trouve l’héritage de notre famille, de notre race, nos habitudes, nos coutumes, nos préjugés, nos haines, nos amertumes, etc. Le Moi est un conglomérat ou un groupe de Mois. Le Moi n’est donc pas quelque chose d’individuel. Il EST COMPOSÉ DE MULTIPLES MOIS, de multiples agrégats appelés « Mois ». Ceux-là – comme je l’ai déjà dit et je le répète pour votre bien – personnifient nos différents défauts psychologiques.

À l’intérieur de chacun de ces agrégats qui constituent le Moi, le moi-même, est plongée, embouteillée, attrapée l’Essence animique, le matériel psychique. Cette Essence, ce matériel psychique, animique, est ce qui existe de plus décent, de plus digne, de plus beau au fond de chacun de nous.

Si vous me demandiez : qu’est-ce que l’être humain a de plus ? Je vous dirais : rien de plus ! Ce qu’il a, c’est l’Âme, l’Être, l’Essence qui, je vous l’ai déjà dit, est plongée dans l’Ego, mais il ne possède rien d’autre. Et l’Esprit ? La Divinité ? Je ne nie pas, mes chers frères, que le Divin, l’Intime, l’ineffable Atman, avec la Bouddhi, la Conscience superlative de l’Être, avec le Manas supérieur, l’Âme humaine, soit relié à chacun de nous grâce à un fil très subtil, très fin.

Mais, être relié de cette manière est une chose et avoir incarné en nous l’ineffable TRIMURTI DIVINE est autre chose. Cette Trimurti : Atman-Bouddhi-Manas, c’est-à-dire l’Intime, l’Esprit avec ses deux âmes (l’Âme spirituelle, qui est féminine, et l’Âme humaine, qui est masculine), EST malheureusement DÉSINCARNÉE, c’est-à-dire qu’elle n’est pas rentrée dans le corps de « l’animal intellectuel » appelé à tort « Homme ».

Cependant, il est évident que la Trimurti divine de chacun de ceux qui m’écoutent est unie à leur corps physique, oui, oui, oui, indiscutablement unie au moyen d’un fil ou d’un cordon très fin. Je me réfère à l’ANTAHKARANA. Oui, au « cordon d’argent » dont ont parlé les anciens. Ce qui est intéressant, c’est d’incarner cette Trimurti divine, ineffable, pour nous convertir en Hommes. Cependant, mes frères, ce ne sera possible qu’en mourant en nous-mêmes et en créant les Corps Existentiels Supérieurs de l’Être (des corps dont les pseudo ésotéristes et pseudo occultistes croient à tort que nous les possédons tous).

Voulez-vous savoir comment on crée le corps astral ? Écoutez-moi : durant la transe sexuelle, oui, durant cet instant, si nous réfrénons l’impulsion animale, SI NOUS NE RENVERSONS PAS LE VASE D’HERMÈS TRISMÉGISTE, si nous n’éjaculons pas l’Ens Seminis, si nous évitons soigneusement l’orgasme de la physiologie d’Éros et que nous savons nous retirer à temps, l’Hydrogène sexuel Si-12 (contenu dans nos glandes sexuelles) sera transmuté, il passera à une octave d’ordre supérieur et, après avoir saturé les cellules organiques, il se convertira inévitablement en corps astral, en « corps sidéral » dont nous parle Philippe Théophraste Bombaste de Hohenheim, Auréole Paracelse, en un véhicule précieux avec lequel nous pourrons voyager à travers l’espace étoilé.

Cependant, cela demande du travail, oui, beaucoup de patience, une seule pratique ne sera pas suffisante. Cela signifie que nous devrons travailler durant plusieurs années pour obtenir, à la fin, le succès, le triomphe : la fabrication du corps sidéral.

Après avoir réalisé cette œuvre, il sera indispensable, urgent, pressant, de créer le corps mental. Ce corps se crée aussi avec les merveilleuses transmutations de l’Hydrogène sexuel SI-12. Il est nécessaire, indispensable, de faire passer cet hydrogène à une deuxième octave d’ordre supérieur.

Le processus se répète dans la forge des cyclopes. C’est là, précisément dans la forge ardente de Vulcain, au moment même du coït chimique ou accouplement métaphysique que nous pouvons réaliser la transmutation d’une si merveilleuse substance. Une fois ceci obtenu, nous aurons alors un corps mental. Le travail est long, difficile, mais, à la fin, nous y parviendrons si nous avons de la patience.

Bien plus tard dans le temps, nous devrons créer le corps causal. Le procédé est comme toujours : la transmutation de l’Hydrogène sexuel SI-12. En créant le corps causal ou corps de la volonté consciente, alors nous sommes prêts, préparés à incarner le troisième aspect de notre triade Divine. Je me réfère de manière emphatique à l’Âme humaine, au Manas Supérieur dont nous parle la théosophie orientale : un homme avec une âme, voilà le résultat. Ainsi, nous cessons vraiment d’être des « animaux intellectuels » et nous nous convertissons en Hommes.

Cependant, je précise : même si beaucoup de personnes atteignent cela, si quelqu’un ne dissout pas l’Ego (écoutez-moi bien), cette personne se convertira en un HANASMUSSEN à double centre de gravité.

N’importe lequel d’entre vous, en travaillant dans la forge des cyclopes, peut, grâce à la transmutation des hydrogènes, se convertir en Homme authentique, en Homme avec une Âme, en Homme réel. Cependant, s’il ne dissout pas l’Ego, je le répète, il se convertit en Hanasmussen à double centre de gravité, c’est-à-dire en un avorton de la Mère Cosmique.

Voulez-vous savoir ce qu’est un « Hanasmussen » ? Écoutez-moi : un « Hanasmussen » est un individu avec DEUX PERSONNALITÉS (une blanche, une autre noire, UNE ANGÉLIQUE, UNE AUTRE TÉNÉBREUSE), m’avez-vous écouté ?

Un cas concret est celui d’ANDRAMELECK. Quand nous l’invoquons dans les Mondes suprasensibles, peut venir à nous le Trône Andraméleck ou son antithèse ténébreuse, son Ego animal converti en puissance diabolique. C’est là Andraméleck converti donc en un double personnage. Voilà un Hanasmussen !

Je ne veux pas que vous soyez des Hanasmussen, je ne veux pas que vous deveniez des Hanasmussen ! Ceux qui enseignent la transmutation de l’énergie créatrice en excluant la dissolution de l’Ego n’arrivent qu’à une seule chose : créer des millions d’Hanasmussen.

La fabrication des corps existentiels ne suffit pas. Il est nécessaire de réduire en poussière cosmique l’Ego animal. Les deux choses sont indispensables. « SOLVE ET COAGULA » (« dissous et coagule »), dissoudre l’Ego et coaguler l’hydrogène sexuel Si-12, sous la forme splendide et merveilleuse des corps suprasensibles. « Solve et coagula » est la formule des vieux alchimistes médiévaux, la formule transcendantale de la magie pratique, ne l’oubliez pas, chers frères, en avant donc, en avant !…

D. Bien-aimé Maître, vous nous avez dit que nous n’avons que le corps physique et l’assise vitale. Qu’avons-nous à la place de l’astral et du mental ? Et l’Essence, l’avons-nous à l’intérieur de nous ou non ?

M. C’est avec le plus grand plaisir que je vais donner une réponse à ce que vous m’avez demandé. J’ai dit, j’ai expliqué, que l’Essence est à l’intérieur de chacun de nous. J’ai expliqué que L’ESSENCE EST malheureusement EMBOUTEILLÉE dans le moi-même, dans le soi-même, dans les agrégats psychiques qui constituent le Moi. Vous souhaitez que j’explique ce que possède « l’animal intellectuel » À LA PLACE DES CORPS Suprasensibles de l’Être, je vous dis : L’EGO, le soi-même, c’est tout.

Cependant, il est bon d’affirmer que de nombreux individus qui croient ne pas posséder les corps suprasensibles les possèdent réellement. Ce sont généralement des BODHISATTVAS TOMBÉS. Cependant, comme ils ont trop développé l’Ego, leur Essence, leur Conscience est restée enfermée dans celui-ci, et enfin, ils se sont endormis.

C’est la raison pour laquelle ils ignorent que, dans un passé lointain, ils ont fabriqué les Corps Existentiels Supérieurs de l’Être. Mais si ces individus, ces Bodhisattvas tombés éliminent l’Ego, ils s’éveillent. Et en s’éveillant, ils finissent par constater qu’ils ont déjà créé les Corps Existentiels Supérieurs de l’Être dans un lointain passé. Ainsi, beaucoup de gens ont les corps créés, mais ils l’ignorent, et il y en a beaucoup qui croient les avoir et qui, en réalité, ne les ont pas encore. Compris ?

D. Alors, il est possible d’avoir les Corps Existentiels et de l’ignorer ?

M. Oui, il y a des gens qui, du fait d’avoir la Conscience endormie, bien qu’ils aient créé dans un lointain passé, dans les temps anciens, ces Véhicules suprasensibles, il est clair QU’ILS L’IGNORENT, précisément À CAUSE DU FAIT D’ÊTRE ENDORMIS.

D. Vénérable Maître Samael Aun Weor, ces personnes, ces Bodhisattvas tombés, ont-ils encore besoin de travailler dans la Forge Ardente ?

M. Cher frère, chers frères qui écoutez cet enregistrement : il est clair que ces personnes qui ont créé les Véhicules Existentiels Supérieurs de l’Être dans des existences passées et qui maintenant, du fait d’être endormies, ignorent qu’elles les ont créés, ONT BESOIN de travailler dans la Forge des Cyclopes, dans le but d’utiliser L’ÉLECTRICITÉ SEXUELLE TRANSCENDANTE POUR DÉTRUIRE CET EGO, ces agrégats qui constituent l’Ego, car ce n’est qu’en détruisant ces réceptacles, ces habitacles psychiques dans lesquels l’Essence est embouteillée, qu’elles peuvent atteindre l’éveil de la Conscience.

Et d’un autre point de vue, il est évident que ces personnes ont besoin de transmuter aussi leur énergie créatrice, dans le but de RESTAURER LE FEU dans chacun DE LEURS CORPS INTERNES. Sans le Maïthuna, il n’est pas possible que ces personnes restaurent le Feu dans leurs Véhicules Existentiels Supérieurs, c’est tout.

D. Maintenant, nous demandons une fois de plus à notre cher Maître, à notre vénérable Maître Samael Aun Weor, ou plutôt nous lui demandons de nous donner une orientation de magie pratique, comment procéder avec la transmutation sexuelle, et de nous montrer le chemin de l’Énergie. Et pour développer ce sujet, qu’il nous montre aussi dans quel sens vont les chakras d’une manière pratique pour que nous puissions comprendre parfaitement.

M. Il est clair, mes chers frères, que l’Énergie Créatrice monte toujours des gonades, des glandes sexuelles. Elle s’oriente intelligemment à partir de celles-ci, c’est-à-dire à partir des gonades situées… depuis les CHAKRAS GONADIQUES, dans les glandes sexuelles, jusqu’au cerveau, en passant par les cordons IDA et PINGALA, c’est évident.

Quand les courants solaires et lunaires entrent en contact dans le TRIVENI, près du coccyx, alors le Serpent Igné de nos pouvoirs magiques s’éveille. Il monte par le canal SUSHUMNA le long de l’épine dorsale pour ouvrir les chakras, pour les développer de manière splendide. Ceux-là nous permettent de voir, d’entendre, de toucher et de palper les grandes réalités des Mondes Supérieurs.

Nous allons maintenant préciser un peu, nous allons entrer dans quelques détails importants : les chakras doivent toujours tourner positivement, jamais négativement. LES CHAKRAS TOURNENT POSITIVEMENT DE GAUCHE À DROITE.

Imaginez un instant les aiguilles d’une montre, mais vue de face, les aiguilles, l’heure d’une montre, mais toujours vue de face, pas de côté, je précise, mais vue de face. Placez la montre face à vous et regardez comment les aiguilles tournent, de gauche à droite, n’est-ce pas ? Les chakras doivent tourner de cette même manière. Il faut les faire tourner intensément, toujours de gauche à droite. Ainsi, ils tourneront positivement. De droite à gauche, c’est négatif. Faites-les tourner positivement : de gauche à droite, compris ?

Bon, je vais donner ici, à notre frère J. G., quelques pratiques pour le développement des chakras, pour qu’il les enseigne à tous les frères du mouvement gnostique brésilien.

Si les frères pratiquent ces exercices, ces rites, ils pourront rajeunir s’ils sont vieux et, s’ils sont jeunes, ils pourront conserver leur jeunesse durant beaucoup d’années. Avec ces exercices, un homme de 70 ans peut se transformer en un homme de 40, c’est-à-dire qu’il peut parfaitement rajeunir.

Nous allons avant tout donner des indications à notre frère J. mais de façon pratique, de sorte que vous qui écoutez cet enregistrement, vous sachiez que nous sommes en train de les donner de manière pratique à notre frère J. G.

Bon, maintenant tu dois donc faire la pratique, c’est pour cela que je t’ai dit qu’il allait être difficile d’écrire. Voilà la pratique : tu te mets debout (tu enlèveras ta veste quand tu écouteras cet enregistrement, ne l’oublie pas). Tes bras sont tendus à droite et à gauche. Tu vas TOURNER de la même manière que les DERVICHES DANSANTS : de gauche à droite, comme les aiguilles d’une montre quand on les voit de face, mais en suppliant, en priant la Mère Divine Kundalini de faire tourner les chakras. Il ne s’agit pas de faire tourner les chakras, il ne s’agit pas, disons, d’un exercice physique, d’une culture physique ou d’une gymnastique, non ! Ce sont DES RITES, DES MOUVEMENTS QUI SE COMBINENT AVEC LA MÉDITATION ET LA PRIÈRE.

Bien, là ça suffit. Je veux que tu saches qu’avec ces exercices les chakras suivants tournent : l’occipital, le frontal, le thyroïdien, l’hépatique, le prostatique et les deux des genoux. C’est par là que les forces de la vie entrent dans l’organisme physique et il faut donc les faire tourner pour que l’organisme physique rajeunisse. Avec ce mouvement, tous les autres chakras tournent aussi. Bien, tu as déjà fait ce mouvement, tu as tourné sur tes talons de la même manière que les derviches dansants : de gauche à droite.

Bien, maintenant il est nécessaire que tu te couches sur le tapis ou à même le sol. Très bien, là, COUCHÉ avec les bras ouverts à gauche et à droite, et les jambes placées dans la position de SAVA-SANA, c’est-à-dire dans la position de l’homme mort, les talons joints, les doigts de pieds ouverts en éventail, c’est correct. Maintenant, livre-toi à la méditation et à la prière. Ainsi, EN ÉTAT DE MÉDITATION ET DE PRIÈRE, tu peux pratiquer, tu peux passer tout le temps que tu souhaites dans cette position.

Maintenant, TU LÈVERAS LES JAMBES À LA VERTICALE. Avec ce mouvement vertical des jambes, en les tenant de cette manière, le sang s’écoule vers la tête. Ce sang va naturellement activer certaines zones du cerveau qui sont atrophiées dans l’espèce humaine, éveiller certaines facultés atrophiées de l’espèce humaine, fortifier la vue et les organes des sens, etc. Là, tu peux rester tout le temps que tu souhaites. Maintenant, tu peux descendre les jambes afin que je continue à t’instruire. Tu as donc fait une très bonne partie d’un rite.

Bien, maintenant passons à un autre rite. Tu vas te mettre À GENOUX, EN PRIÈRE ET EN MÉDITATION. Toute ta prière, toute ta méditation doit s’adresser à la MÈRE DIVINE KUNDALINI, la suppliant, la priant de faire tourner les chakras, ou de t’aider à l’éveil de la Kundalini, enfin, ce que tu souhaites le plus parce que ces rites servent à la prière.

Ces rites se pratiquent au Tibet, dans la lamaserie qui s’appelle « La Fontaine de Jouvence ». Ils l’appellent ainsi parce que les vieux qui vont là-bas en repartent jeunes. Un homme de 70 ans qui s’est rendu là-bas s’est transformé en homme de 40 ans.

Bien, maintenant, tu es resté un petit moment avec la tête inclinée sur la poitrine. Maintenant, PENCHE TA TÊTE VERS L’ARRIÈRE, bien en arrière, avec tout le CORPS INCLINÉ VERS L’ARRIÈRE. Bien, là tu intensifies la PRIÈRE, la supplique à la Divine Mère Kundalini, le Serpent Igné de nos pouvoirs magiques, LUI DEMANDANT CE QUE TU SOUHAITES LE PLUS : soit le mouvement des chakras, l’éveil de la Kundalini, ou enfin qu’elle élimine telle ou telle erreur psychologique ou qu’elle te guérisse de telle ou telle maladie, ce que tu veux, ce que tu veux…

Tu peux aussi te soigner au moyen de cet exercice. On doit apprendre à se soigner. Tu peux la supplier qu’elle guérisse tel ou tel organe malade, etc. Avec ces exercices, on peut faire toutes ces suppliques, toutes ces suppliques, toutes ces suppliques. Se soigner soi-même, oui, supplier la Mère Divine qu’elle nous soigne, la prier avec ces exercices.

Très bien, maintenant que cette pratique est effectuée, tu passes à la suivante. Tu sais déjà quelle est la suivante, n’est-ce pas ? Tu t’assois, ASSIEDS-TOI comme je suis assis maintenant, à côté de toi : bien assis, avec les mains droite et gauche posées sur le tapis, les PIEDS et les JAMBES TENDUS à l’horizontale, les talons joints, les doigts de pieds ouverts en éventail, LE TRONC UN PEU PENCHÉ VERS L’ARRIÈRE MAIS SOUTENU AVEC TES DEUX MAINS, la droite et la gauche, sur le tapis, ainsi comme tu es, tu es bien. Je crois que tu n’oublieras pas. PRIÈRE, SUPPLIQUE, MÉDITATION, tu peux y passer tout le temps que tu souhaites.

Bien, maintenant nous allons prendre la POSITION DE LA TABLE. Tu sais déjà comment on fait, non ? Observe comment tu es assis. Dans la « position de la table », tout ce que tu dois faire c’est de TE SOUTENIR SUR TES DEUX MAINS ET TES DEUX PIEDS mais avec le THORAX VERS LE HAUT, en regardant le plafond au-dessus de toi, tout le tronc vers le haut. Au-dessous, sous ton dos, se trouve le sol dur, le sol se trouve sous ton dos. Tu regardes vers le plafond. Tout ton corps est dirigé vers le haut, mais tu te soutiens sur les deux mains et sur les deux pieds.

C’est facile, je vois que tu le fais avec une grande facilité. Dans la lamaserie du Tibet dont je t’ai parlé, eh bien, de nombreux individus âgés devaient même mettre une sorte de petit lit dessous et quelqu’un leur enlevait ce petit lit pour qu’ils se soutiennent sur leurs deux mains et sur leurs deux pieds… Je vois que tu le fais avec une grande facilité, bien que tu puisses l’améliorer un peu plus en levant davantage le thorax… bien, bien. La PRIÈRE, la supplique, doit s’intensifier ainsi jusqu’au maximum que tu puisses. Voilà qui est donc fait, ça y est…

Maintenant que tu as fait cela vient la position que nous appellerons celle « du petit lézard ».

D. […]

M. Oui, celle « du petit lézard », telle qu’elle se pratique au Tibet, pas comme elle se pratique dans le monde occidental, mais comme elle se pratique au Tibet.

Place-toi dans une position où tu ne sois pas gêné par cette chaise, parce que je vois que cette chaise te gêne, de la meilleure manière que tu puisses, oui, c’est ça, tu te soutiens SUR LA POINTE DES PIEDS ET SUR LES PAUMES DES MAINS. Les coudes ne sont pas pliés, ils restent droits. Tout le corps est soutenu par les paumes des mains et la pointe des pieds, mais sans plier les coudes. Maintenant, la tête se lève comme le font les petits lézards. PRIÈRE, SUPPLIQUE, MÉDITATION, ORAISON, tu demandes qu’on t’active les chakras, tu pries ta Mère Divine, tu descends la tête et maintenant tu commences donc le mouvement de [L’ABDOMEN], VERS LE BAS, VERS LE HAUT, vers le bas, vers le haut, en intensifiant la supplique, la prière, les pétitions, etc.

Bien, c’est bon. Maintenant, tes mains restent fermes, tes pieds font quelques pas en avant. Bien, maintenant, bien soutenu sur tes mains, ne plie pas les genoux, ne plie pas les genoux. Soulève tes genoux, tout ton corps, soulève-le, c’est ça. Maintenant tu es resté À QUATRE PATTES, SANS PLIER LES GENOUX, soutenu sur la pointe des pieds et sur la paume de tes mains, c’est-à-dire que tu as la FORME D’UN PONT, exactement d’un pont.

Ainsi, avec la tête vers le bas, la tête bien inclinée vers le bas, pour que le sang s’écoule vers la tête, les PRIÈRES s’intensifient, etc. La position est bonne, elle est correcte. Tu as fini cette position, bien.

Maintenant vient la pratique du VAJROLI MUDRA, voyons : tu vas la faire comme je vais te l’indiquer, n’est-ce pas ? Tout d’abord, tu descends les paumes de tes mains directement… avant tout, tu vas te tenir bien droit, très bien : tiens-toi de face, de face, bien ; les paumes des mains descendent vers les genoux, mais en exhalant l’air, en vidant l’air des poumons, aucun air dans les poumons, ni nulle part. (Là, on ne doit pas respirer, pas de respiration). Tu montes les mains (sans respirer, sans respirer, sans respirer), tu les places sur la taille (sans respirer, sans respirer)…

Tu redescends à nouveau les mains, en inclinant un peu ton corps vers l’avant et tu descends les mains vers la prostate et les organes sexuels, tu fais quelques massages forts sur les organes sexuels et la prostate…

Ensuite (toujours sans respirer), tu te redresses à nouveau, les paumes des mains placées sur la taille, les bras en forme de jarre, bien, maintenant tu inhales. Au moment d’inhaler, tu imagines que la force sexuelle monte jusqu’à ton cerveau, elle monte, elle monte, elle arrive à ton cerveau. Maintenant tu exhales lentement. C’est ça, tu as exhalé correctement. Cela s’appelle le « Vajroli Mudra ».

Durant l’inhalation, non seulement on peut imaginer que l’énergie créatrice monte, mais en plus, on doit se concentrer sur le Logos, sur le troisième Logos, en le suppliant d’extraire l’énergie sexuelle, de la faire monter lui-même jusqu’au cerveau (parce que Lui a le pouvoir de la faire monter au cerveau) et avec sa force il la fait monter. Tu demandes au Logos, à ton Dieu interne, à ton Logos intime. Compris ?

D. […]

M. Bon, je crois que vous l’avez compris, non ? […] Ce sont pratiquement six rites. On commence naturellement par pratiquer (cette série de six rites) une fois par jour, après on monte à deux fois par jour, et ainsi, peu à peu, on augmente le nombre de fois par jour, jusqu’au jour où on peut pratiquer 21 FOIS PAR JOUR, ce qui est indiqué, c’est le but.

Ce que l’on obtient avec cela, c’est tout d’abord le développement de tous les chakras. Deuxièmement, rajeunir le corps physique. Un individu qui a 70 ans peut arriver, après quatre ou cinq ans d’exercices, à un âge de 40 à 45 ans, c’est-à-dire rester avec cette apparence de 40 à 45 ans.

Bien, de sorte qu’avec cela, en faisant ces exercices, tout le corps rajeunit parce que les chakras tournent et il entre plus de Prana, plus de vie dans l’organisme à travers ces chakras. Et chaque année, il est convenable (pour tous ceux qui sont vieux et qui veulent devenir jeunes), de pratiquer chaque année un JEÛNE À BASE D’EAU CITRONNÉE ET D’AIL CRU.

D. De l’ail ?

M. De l’ail cru…

D. De l’ail ?

M. De l’ail, de l’ail, de l’ail. Vous connaissez l’ail ?

D. Celui qui est comme ça, qui ressemble à des boules.

M. Je te montrerai ici ce qu’est l’ail, parce que là-bas, au Brésil, vous parlez portugais et vous donnez probablement un autre nom à l’ail, je ne sais pas, mais maintenant on te montrera l’ail. Bien, et alors, naturellement, un jeûne à base d’ail et d’eau citronnée pendant un jour. L’année suivante, on pratique deux jours, l’autre trois. On le pratique une fois par an, mais on augmente jusqu’à ce que l’on atteigne le jour où on pourra pratiquer NEUF JOURS CHAQUE ANNÉE. Notre organisme va s’habituer. Cet ail et ce citron détruisent alors les vers, les parasites qui se forment dans l’estomac. Ils nettoient l’estomac pour que l’organisme soit en bonne condition.

Ainsi, avec cet exercice, on obtient le développement des chakras, avec cet exercice, on prie la Mère Divine Kundalini en lui demandant ce dont on a besoin, avec ces exercices, on arrive à transmuter les énergies créatrices ; avec ces exercices, on arrive à rajeunir le corps. Mais on doit s’habituer à ces exercices et les réaliser durant toute la vie. Il y a six rites. Ces exercices ou rites se pratiquent au Tibet, dans la lamaserie appelée « La Fontaine de Jouvence ».

Y a-t-il une question sur ce sujet ? Vous pouvez la poser avec une entière liberté.

D. Non, il me semble que tout est clair, Maître, c’est compris.

M. Tout est clair ? Bon, je vous conseille beaucoup d’enseigner ce type d’exercices à tous les frères du Brésil. Maintenant, le Vajroli Mudra, je le précise, ne sert pas à éveiller la Kundalini ni à fabriquer les Corps Existentiels Supérieurs de l’Être, ni rien de ce genre. C’est un système qui sert aux célibataires pour les aider à SUBLIMER ET TRANSMUTER LEUR ÉNERGIE SEXUELLE. Il aide aussi les gens en couple à sublimer. Or, concernant les célibataires, les massages peuvent, bien sûr, se faire un peu plus fortement sur les organes créateurs et le phallus. Le phallus entre même en érection avec les massages, parce que, de cette manière, on arrive à transmuter les énergies créatrices.

Si le célibataire veut rester en Brahmacharya, il peut, à l’aide du Vajroli Mudra, se maintenir en Brahmacharya. « Brahmacharya », c’est la CHASTETÉ PARFAITE, et le célibataire peut rester absolument chaste, sans problème sexuel d’aucune sorte, avec le Vajroli Mudra.

Les massages doivent être forts pour les célibataires parce que le phallus, de cette manière, entre en érection et alors le sperme se transmute en énergie et le célibataire résout son problème.

Quant à celui qui est en couple, il n’a pas besoin de faire le massage fort parce qu’il a une femme pour cela. Uniquement un léger massage très doux, c’est à peine s’il touche les organes créateurs et le reste, comme on l’a enseigné, combiné avec sa […] de respiration. Le célibataire, après avoir trouvé une épouse, poursuit avec le Maïthuna pour éveiller la Kundalini, développer ses pouvoirs et s’autoréaliser.

Dans ce cas, il continue avec le Vajroli, mais très doucement, comme le fait toute personne mariée, c’est-à-dire que l’on touche à peine les organes créateurs, on inhale comme je l’ai enseigné ici, dans ces pratiques, à notre frère J. G. Il les enseignera là-bas, au Brésil, et ceux qui écoutent cette cassette doivent savoir qu’il a la mission de les enseigner.

Il est nécessaire que les vieux rajeunissent, la vieillesse n’a aucune raison de mener à la décrépitude. On peut rester jeune, jovial et fort, même à un âge avancé. Par exemple, je suis un homme qui approche de la soixantaine, il me manque très peu pour y arriver et cependant, je ne crois pas être si vieux, si décrépit. Toi, qu’en dis-tu ?

D. Oui, vous êtes très bien, vous êtes jeune, vous êtes comme moi !

M. Tu vois, je vais avoir 60 printemps. Je suis sûr que dans quelques années mon corps, au lieu de vieillir, sera encore plus jeune. Ainsi, apprends-leur tout cela, aux frères de la république du Brésil.

D. Merci pour tout, Maître.

M. En tout cas, mes chers frères brésiliens, je veux que vous sachiez qu’il est possible de rajeunir. C’est pourquoi nous avons donné ces exercices à notre frère J. G.

Il y a quelque temps, un colonel anglais qui vivait en Inde, âgé de 70 ans environ, invita l’un de ses amis à chercher précisément cette lamaserie appelée « Fontaine de Jouvence », au Tibet. Son ami déclina l’invitation. Quand le colonel partit, son ami se moqua de lui, il se dit à lui-même : « Cet homme est si vieux et il veut redevenir jeune »…

Mais, quatre mois plus tard, il reçut une lettre de cet ami. Le colonel était déjà en route pour la lamaserie ; il était en chemin. Et quatre ans plus tard, quelqu’un frappe à la porte du jeune Anglais. Le jeune homme ouvre la porte et il voit un homme jeune d’environ 35 à 40 ans. L’homme qui vient d’arriver salue par son nom le jeune homme. Celui-ci se montre surpris :

– Vous ne me reconnaissez pas ? Le jeune homme dit :

– Non, je ne vous connais pas. L’homme qui vient d’arriver dit :

– Je suis le colonel untel !

– Impossible ! – répond le jeune homme – le colonel untel est mon ami, un homme d’environ 70 ans, un vieillard, et il est parti au Tibet il y a quatre ans. Êtes-vous le fils du colonel ?

– Je ne suis pas le fils du colonel, je suis le colonel !

– Vous êtes le colonel ?

– Oui, je suis le colonel !… Et alors il montra son identité.

Ainsi, il resta prouvé que ce petit vieux de 70 ans était devenu un homme de 40 ans. Voyez comme ils sont merveilleux ces rites que j’ai enseignés à notre frère J. G.

Vous pouvez faire la même chose. Vous pouvez rajeunir si vous êtes vieux. Si vous êtes jeunes, vous pouvez faire tourner vos chakras avec tous ces exercices, vous guérir de vos maladies, conserver votre jeunesse. L’important, c’est que vous pratiquiez, que vous commenciez à répéter tous ces rites une fois par jour. Ensuite, que vous les répétiez deux fois jusqu’à ce qu’un jour vous puissiez les répéter quotidiennement 21 fois. C’est tout, mes chers frères, Paix Invérentielle !…

Bon, H. (oui, je m’adresse à H. A. C.). Cela te surprendra un peu, H., que d’ici, du siège patriarcal du Mouvement gnostique, dans la capitale de Mexico, D.F., je m’adresse à toi. En ce moment, ton époux est ici, oui, J. G. C’est un frère magnifique, je suis très content qu’il soit le directeur du Mouvement gnostique brésilien.

Tu es son épouse prêtresse. Tu n’as pas pu venir cette fois-ci au congrès, mais ne te décourage pas H. Voyons, tu assisteras au prochain congrès, oui, je suis sûr que tu pourras y assister. Le prochain aura lieu un peu plus tard, je ne dis pas qu’il aura lieu très prochainement. Il aura lieu plus tard, en 1981 à Bogotá, ce qui est plus près pour vous, plus près qu’ici au Salvador, bien sûr, parce que du Brésil à ici, au Salvador, c’est loin. Par contre, la Colombie est près de chez vous. La Colombie est voisine du Brésil. Ainsi, vous pourrez venir au congrès gnostique brésilien de 1981.

J’espère qu’alors vous aurez effectué de grands progrès ésotériques. Tu es la prêtresse de J., oui, et en travaillant intensément dans la Forge Ardente de Vulcain, avec l’énergie créatrice du Troisième Logos, tu parviendras à l’Autoréalisation intime de l’Être. Tu sais très bien ce qu’est cette forge, n’est-ce pas ? Il s’agit, bien sûr, du sexe. En travaillant avec la force du sexe, avec l’énergie sexuelle, on atteint l’Autoréalisation de l’Être.

Tu as beaucoup souffert, je le comprends. Vous avez traversé beaucoup d’amertumes, c’est clair, mais tu es très bien préparée pour suivre le Sentier de la Gnose et tu peux arriver très haut si tu le décides. Heureusement, tu as un homme bon et avec lui, tu peux atteindre ce que tu souhaites : tu peux atteindre l’Autoréalisation intime de l’Être. Ainsi, n’oublie pas que tu es appelée à fouler ce Sentier de la Libération.

Bon, H., je t’ai adressé mes paroles au moyen de cette cassette enregistrée. Reçois ma bénédiction gnostique : Paix Invérentielle ! Ton Maître Samael Aun Weor…