Arcane 4 : L’Empereur

Écrit par : Samael Aun Weor   Catégorie : Tarot et Kabbale

tarot-4

Description de la Lame

Du front de l’Empereur surgit le serpent, symbole de la Maîtrise ; la couronne formée d’une vipère, le Thermutis, appartient à Isis, notre Mère divine Kundalini particulière. Sur sa tête, un bonnet à quatre pointes, quatre angles, représente les quatre éléments, les quatre Évangiles, les quatre Veda, etc. Nous avons également sur le bonnet l’alambic, le récipient, les organes sexuels, le fourneau, le chakra Mulhadara, la colonne spinale et le distillateur, le cerveau.

Il tient dans sa main droite le bâton de pouvoir. Il est assis sur la pierre cubique parfaitement travaillée, produit des arcanes précédents. À l’intérieur de la pierre, on retrouve le chat, le feu. Dans les eaux de la vie se trouve le bâton de commandement, la colonne vertébrale.

Signification Ésotérique de l’Arcane

La croix a quatre pointes. La croix de l’initiation est phallique : l’insertion du phallus vertical dans le Ctéis féminin forme la croix. C’est la croix de l’initiation que nous devons porter sur nos épaules.

Nous devons comprendre que ses quatre pointes symbolisent les quatre points cardinaux de la terre : nord, sud, orient et occident ; les quatre âges : or, argent, cuivre et fer ; les quatre saisons de l’année ; les quatre phases de la lune ; les quatre chemins : science, philosophie, art et religion. Lorsqu’on parle des quatre chemins, nous devons comprendre qu’ils ne forment qu’un seul : il s’agit du chemin resserré et étroit en lame de rasoir, le chemin de la révolution de la conscience.

La croix est un symbole très ancien qu’on emploie depuis toujours dans toutes les religions, chez tous les peuples, et celui qui la considérerait comme l’emblème exclusif de telle ou telle secte religieuse serait dans l’erreur ; quand les conquistadores espagnols arrivèrent sur la terre sainte des Aztèques, ils trouvèrent la croix sur les autels.

Le signe de la croix, monogramme sublime de Notre-Seigneur le Christ, celui de la croix de Saint-André et celui de la miraculeuse clé de Saint-Pierre, sont des répliques merveilleuses d’une égale valeur alchimique et kabbaliste. C’est donc le signe capable d’assurer la victoire aux travailleurs du Grand-Œuvre.

La croix sexuelle, symbole vivant du croisement du Lingam-Yoni, porte l’empreinte incomparable et merveilleuse des trois clés qui ont été employées pour immoler le Christ-Matière, image des trois purifications par le fer et par le feu sans lesquelles Notre-Seigneur n’aurait pas pu parvenir à la résurrection.

La croix est l’antique hiéroglyphe alchimique du crisol (creuset), qui était auparavant appelé en français : cruzel, crucible, croiset. En latin, crucibulum, crisol, avait pour racine crux, Crucis, la croix. Il est évident que tout ceci nous invite à la réflexion.

C’est dans le crisol que la matière première du Grand-Œuvre souffre avec une patience infinie la passion du Seigneur. Dans le crisol érotique de l’Alchimie sexuelle, l’Égo meurt et l’oiseau Phénix renaît de ses propres cendres : INRI, In Necis Renascor Integer ; qui signifie « Dans la mort, renaître intact et pur ».

L’insertion du phallus vertical dans l’utérus formel donne une croix, et c’est là une chose que n’importe qui peut vérifier.

Si nous réfléchissons très sérieusement sur la relation intime qui existe entre le S et le Tau, la croix ou T, nous arrivons à la conclusion logique que ce n’est qu’au moyen du croisement du Lingam-Yoni (Phallus-Utérus), en excluant radicalement l’orgasme physiologique, qu’on peut éveiller la Kundalini, le serpent igné de nos pouvoirs magiques.

Dans la conception Nahuatl et maya, la Svastika sacrée des grands mystères a toujours été définie comme la croix en mouvement ; c’est le « Nahui-Ollin » Nahuatl, symbole sacré du mouvement cosmique.

Les deux orientations possibles de la Svastika représentent clairement les principes masculin et féminin, positif et négatif, de la nature.

Deux Svastikas dans l’une et l’autre direction, exactement superposées, forment indubitablement la croix de puissance, et dans ce sens elles représentent la conjonction érotique des sexes.

Selon la légende aztèque, ce fut un couple, un homme et une femme, qui inventa le feu, et ceci n’est possible que par la croix en mouvement ; INRI : Ignis Natura Renovatur Integra, qui signifie « Le feu rénove sans cesse la nature ».

La croix révèle également la quadrature du cercle, la clé du mouvement perpétuel. Ce mouvement perpétuel n’est possible que grâce à la force sexuelle du Troisième Logos. Si l’énergie du Troisième Logos cessait de circuler dans l’univers, ce serait le déséquilibre cosmique.

C’est le Troisième Logos qui organise le tourbillon fondamental de tout l’univers à sa naissance, de même que la pointe infinitésimale de l’atome le plus minuscule de n’importe quelle création.

Avec l’Arcane 4 du Tarot, l’Être porte sur ses épaules la croix de l’initiation.

Si nous faisons l’addition kabbalistique de l’Arcane 4 comme suit : 1 + 2 + 3 + 4 = 10, nous obtenons : 10 1 + 0 1 (la Monade).

Tétragrammaton égale la Monade.