Écrit par : Samael Aun Weor   Catégorie : Tarot et Kabbale

En Kabbale, tout est nombres et mathématiques. Le nombre est saint, il est infini ; dans l’univers, tout est poids et mesure. Pour les Gnostiques, Dieu est géomètre. Les mathématiques sont sacrées ; à l’école de Pythagore, on n’admettait personne qui ne connaisse pas les mathématiques, la musique, etc. Les nombres sont sacrés. Le Sepher Ietzirah, livre hébreu, sacré et très ancien des rabbins, décrit de manière merveilleuse les splendeurs du monde entier et le jeu extraordinaire des Séphiroths, en Dieu et dans l’homme, par les trente-deux chemins de la sagesse. Le mystère des sexes renferme toute la science des Séphiroths. Dans la science des nombres se trouve la clé secrète du Sepher Ietzirah : n’importe qui pourrait penser à trente-deux chemins, mais en réalité, les trente-deux sentiers de la sagesse totalisent 3 + 2 = 5, comme l’étoile à cinq pointes, le Pentalphe, c’est-à-dire l’homme ; ceci signifie que les sentiers sont dans l’homme, que tout se trouve à l’intérieur de soi-même. On y parle de manière très symbolique, c’est pourquoi on parle de trente-deux sentiers.

Les kabbalistes disent que l’âme possède en réalité trois aspects : 1 Nephesh l’âme animale, 2 Ruakh l’âme pensante, 3 Neshamah l’âme spirituelle.

Le substratum de ces trois aspects de l’âme, ce sont les Séphiroths, qui sont atomiques.

1 Nephesh : Il faut faire la distinction entre corps astral et corps lunaires. Ces derniers se déplacent pendant la nuit et après la mort ; on les a conventionnellement appelés corps astral, mais ce n’est pas une appellation légitime. Celui qui veut se payer le luxe d’avoir un corps astral doit réaliser le travail du Maïthuna, par lequel on fabrique l’Hydrogène SI-12 (Si = note musicale ; 12 = douze lois) qui vibre dans notre organisme avec l’échelle musicale ; si la pratique est intensive, celui-ci se cristallisera dans notre corps astral solaire.

Il incombe à l’initié de descendre dans les mondes infernaux pendant quarante jours, et il lui revient de récapituler toutes les méchancetés et les drames épouvantables des réincarnations passées ; peu à peu, il sort de ces régions ténébreuses. Avant d’en sortir, les trois âmes, Nephesh, Ruakh et Neshamah, sont soumises à des épreuves. Comme c’est intéressant de voir l’âme animale mise à l’épreuve ; de la même manière, l’âme pensante et l’Essence sont aussi éprouvées.

La Bible dit : « Nephesh, Nephesh, le sang se paie par le sang ». Dans les paroles hébraïques se cache la sagesse.

2 Ruakh : C’est l’âme pensante, émotionnelle, qui est enfouie dans les corps lunaires de désir.

3 Neshamah : Ce qu’il y a d’âme, enfouie dans les principes mentionnés précédemment, est soumise à des épreuves très difficiles. Quand l’initié triomphe, il s’élève ensuite au monde causal et y rencontre Sanat Kumara, un vénérable ancien cité dans les religions les plus antiques. Il est l’un des quatre Trônes dont parle la Bible : trois d’entre eux sont partis et il en reste un seul. Il empoigne la verge d’Aaron, le sceptre des rois, il est ineffable ; il est en relation avec Sattva, Rajas, et Tamas, les rois Gunas en équilibre. Sanat Kumara donne l’initiation ésotérique du corps astral solaire.

Synthèse : nos disciples doivent apprendre à sortir en corps astral pour visiter toutes les Loges blanches du monde, où ils pourront converser personnellement avec le Christ et avec tous les Maîtres de la Loge blanche ; les atomes de la paresse sont un grave obstacle à la progression vers les mondes supérieurs ; la grande Loi est le retour de la vie aux mondes supérieurs ; priez et méditez intensément ; la Mère divine instruit ses enfants, la prière doit se faire en combinant la méditation et le sommeil, l’illumination surgit alors, comme une vision dans les rêves ; la Mère divine vient au dévot pour l’instruire dans les grands mystères.