Arcane 18 : Le Crépuscule

tarot-18

Description de la Lame

Dans les eaux de la vie, un scorpion à l’intérieur d’un triangle inversé indique qu’en renversant le vase d’Hermès, nous tuons la Mère divine comme le fait le scorpion.

Au centre, deux pyramides, l’une blanche et l’autre noire, symbolisent le positif et le négatif. Deux chiens ou loups, un blanc et un noir, hurlent à la lune ; le blanc est positif et symbolise l’amitié, le noir est négatif et symbolise le Moi psychologique. Ils représentent la lutte terrible entre les forces ténébreuses. La Lune en elle-même représente le sexe ; nous devons travailler avec la Lune pour la convertir en Soleil. Le chien représente également l’instinct sexuel, voilà pourquoi c’est le chien qui nous mène jusqu’aux portes même de l’Absolu.

Signification Ésotérique de l’Arcane

Il est nécessaire d’étudier, d’analyser et de réfléchir profondément sur le contenu ésotérique de cet arcane.

L’Arcane 18 est lumière et ombre, magie blanche et magie noire, qui se trouvent représentés par le chien noir et le chien blanc, la pyramide noire et la blanche.

En faisant la somme kabbalistique de l’Arcane 18, nous obtenons 1 + 8 = 9, la Neuvième Sphère, le sexe. Nous avons déjà dit que dans notre organisme planétaire, il y a neuf strates intérieures ; celles-ci sont les neuf voûtes de la Maçonnerie occulte, dont la neuvième correspond au noyau de l’organisme planétaire ; c’est là que se trouve le sépulcre d’Hiram-Abiff ou Chiram-Osiris, qui est le Christ intime de chacun, de toute personne qui vient à ce monde.

C’est une erreur de croire ou de supposer que le Christ est uniquement Jeshua Ben Pandira, qui est le nom de Jésus-Christ ; nous ne nions pas qu’il soit l’incarnation vivante du Verbe, du Logos.

Nous avons tous besoin de ressusciter ce Christ intime, et pour y parvenir, il est évident que nous devons descendre à la Neuvième Sphère, au sexe. C’est pourquoi l’on dit que Hiram Abiff se trouve dans le neuvième cercle, dans la neuvième voûte.

Nous sommes tous fils du sexe, et c’est pourquoi, dans la Divine Comédie, on voit les condamnés du neuvième cercle avec de l’eau jusqu’aux organes créateurs ; ils pleurent et leurs larmes gèlent dans leurs yeux, car c’est une vallée de larmes et d’afflictions. Les eaux leur arrivent aux organes créateurs parce que ce sont les eaux spermatiques ; nous naissons tous et nous mourons tous en pleurant.

Si nous additionnons 9 + 9, cela donne 18. Dans l’Arcane 18, le 9 se trouve contenu deux fois et il y a entre les deux un balancement : l’un des 9 représente l’aspect positif, l’autre est l’aspect négatif. Mais le 18 en lui-même s’avère négatif, néfaste ; il représente les ennemis secrets de l’arcane du crépuscule. En effet, il faut lutter énormément dans ce travail de la Neuvième Sphère, car il faut apprendre à sublimer l’énergie sexuelle ; voilà la clé de tous les empires.

Dans l’Arcane 18, la Neuvième Sphère est répétée deux fois. Nous savons déjà que le nombre 1 est positif et que le nombre 2 est négatif.

Ainsi, si nous répétons la Neuvième Sphère, d’abord une fois, puis une deuxième, nous aurons le sexe dans ses deux aspects, positif et négatif.

Vous comprendrez maintenant pourquoi l’Arcane 18 est lumière et ténèbres, magie blanche et magie noire. Dans l’Arcane 18, nous retrouvons les ennemis secrets de l’initiation.

Maintenant, nous allons étudier le symbolisme du chien. Le chien participe de la magie. Ce généreux animal a toujours été, dans les temps anciens, consacré au dieu Mercure. Le chien de Mercure est strictement symbolique, car il symbolise clairement le pouvoir sexuel. Les grands honneurs que les anciens Hiérophantes réservaient au chien sont évidents.

Le feu sexuel, le chien, l’instinct érotique, est l’agent extraordinaire et merveilleux qui peut nous transformer radicalement.

Le chien Cerbère se trouve dans les mondes infernaux, et c’est de là que nous devons le sortir, le dérober aux enfers, ce qui signifie libérer la force sexuelle.

Il est urgent de faire sortir de la demeure de Pluton le Cerbère, prodige de terreur, qui avec ses aboiements, ses trois énormes têtes plates et son cou entouré de serpents, y vit heureux et y terrorise tous les morts en leur aboyant après.

Le chien et le cygne qui volent sur les eaux de la vie signifient la même chose que la colombe, l’ibis égyptien, la force de l’Esprit-Saint, la force sexuelle. Tout cela est le vase d’Hermès, qu’il faut élever bien haut.

Dans la doctrine archaïque, dans la sagesse occulte, on parle du chien guide, qui conduit le chevalier jusqu’au Sanctum Regnum ; parfois le chevalier oublie le chien et croit qu’il peut suivre le chemin sans lui, mais il n’en est pas ainsi ; tôt ou tard, il se sent paralysé et n’a pas d’autre solution que de s’accrocher au chien.

Quand nous sommes paralysés, c’est lui qui nous montre le chemin. Il faut le sortir de l’abîme. Il ne faut pas oublier que le Cerbère tricéphale tire la laisse de son maître pour l’entraîner avec assurance sur le sentier escarpé qui mène à la libération finale.

Hercule l’a sorti de l’abîme pour qu’il lui serve de guide, et nous faisons de même lorsque nous parvenons à la chasteté ; alors, en travaillant dans la Forge des Cyclopes, en pratiquant la magie sexuelle, en transmutant nos énergies créatrices, nous avançons sur le sentier en lame de rasoir jusqu’à la libération.

Malheur au chevalier qui abandonne son chien ! Il s’écartera du chemin et tombera dans l’abîme de perdition.

Malheureusement, l’animal intellectuel erronément appelé homme n’est pas parvenu à la chasteté, c’est-à-dire qu’il n’a pas sorti Cerbère des domaines infernaux.

Vous vous expliquerez maintenant par vous-mêmes la raison pour laquelle les défunts souffrent dans les abîmes plutoniens lorsqu’ils entendent les aboiements de Cerbère, le chien aux trois gueules affamées.

N’oublions jamais que Cerbère, le chien gardien des enfers, caressait ceux qui y entraient et dévorait impitoyablement ceux qui essayaient d’en sortir.

Il est évident que les perdus souffrent d’une soif insatiable de luxure dans l’épouvantable Tartare.

Dans l’Arcane 18, nous devons livrer des batailles sanglantes contre les ténébreux. « Le ciel se prend d’assaut ; les vaillants l’ont pris ». Dans les mondes infernaux, les ténébreux de l’Arcane 18 assaillent violemment l’étudiant.

Ce sentier est rempli de dangers en dehors et en dedans. Il y en a beaucoup qui commencent, peu qui y arrivent. La majorité dévie sur le chemin noir. Il existe dans l’Arcane 18 des dangers excessivement subtils que l’étudiant ignore.

Le nombre 9 est positif et négatif à la fois, voilà le mystère de l’Arcane 18. Dans cet arcane terrible, nous retrouvons tous les philtres et la sorcellerie de Thessalie. Les grimoires sont remplis de recettes ténébreuses bien caractéristiques de l’Arcane 18 ; des cérémonies magiques, érotiques, des rites pour se faire aimer, des philtres dangereux, etc. Tout ceci, c’est l’Arcane 18. Nous devons avertir les étudiants gnostiques : le philtre le plus dangereux que les ténébreux utilisent pour faire sortir l’étudiant du sentier en lame de rasoir, c’est l’intellect. Il nous invite à l’éjaculation de la liqueur séminale ou il nous écarte en nous montrant toutes sortes d’écoles, de théories, de sectes, etc.

Il ne faut pas oublier que les hommes trompés adorent la grande Bête et disent : « Il n’y a rien de tel que la Bête ! Qui peut être supérieur à la Bête ? » (Apocalypse 13 : 1-17).

« C’est ici qu’il faut de la sagesse ! Que l’homme doué d’esprit calcule le chiffre de la Bête, c’est un chiffre d’homme : son chiffre, c’est 666 » (Apocalypse 13 : 18).

La marque de la Bête, ce sont les deux cornes sur le front. Des millions et des millions d’êtres humains ont déjà la marque de la bête sur leur front et dans leurs mains. Presque toute la population humaine de cette vallée de larmes porte déjà la marque de la Bête sur le front et dans les mains. Toutes ces âmes se sont perdues, et depuis 1950, elles entrent dans l’abîme. L’évolution humaine a totalement échoué.

Le nombre de la grande Bête est 666. C’est un nombre d’homme, car ce nombre se décompose kabbalistiquement comme suit : 6 + 6 + 6 = 18. En additionnant ce résultat, nous obtenons 1 + 8 = 9, le sexe. Neuf, c’est l’homme, car l’homme est enfant du sexe.

Somme toute, le 666 contient les Arcanes 18 et 9. L’Arcane 18 est l’abîme, les ténèbres, les tentations sexuelles contre lesquelles l’initié doit lutter. L’Arcane 9 est la Neuvième Sphère, l’initiation.

Les dieux ont jugé la grande Prostituée, dont le nombre est 666.

La sentence des dieux a été : « À l’abîme ! À l’abîme ! À l’abîme ! ».