Arcane 12 : L’Apostolat

tarot-12

Description de la Lame

Dans les eaux de la vie, on a le pentacle de Salomon, variante de l’étoile à six pointes.

Les trois pointes supérieures représentent les trois traîtres d’Hiram-Abiff (le Christ interne) : Judas, Pilate et Caïphe (désir, mental et mauvaise volonté).

Au centre, deux colonnes ayant chacune neuf degrés représentent la Neuvième Sphère (le sexe) ; rappelons-nous qu’il existe neuf cieux (la colonne blanche) et neuf régions infernales (la colonne noire). Il faut descendre chaque degré pour en monter un.

Entre les deux colonnes, il y a un homme pendu par un pied, les mains liées. Ses pieds forment une croix et ses bras, le triangle inversé.

Cette figure représente le sexe qui domine la raison (croix posée sur triangle pointe en bas) ; il est nécessaire d’inverser ce symbole (triangle pointe en haut posé sur une croix).

Signification Ésotérique de l’Arcane

L’Arcane 12 représente les douze signes du zodiaque, les douze apôtres, les douze tribus d’Israël, les douze heures de cuisson de l’alchimiste, les douze facultés, l’hydrogène SI-12.

L’Arcane 12 du Tarot est l’Apostolat. L’image de l’homme pendu forme un triangle pointé vers le bas, et ses jambes, une croix par-dessus le triangle. Tout le travail a pour but d’acquérir une âme, c’est-à-dire de parvenir à l’union de la croix avec le triangle. C’est cela le Grand-Œuvre.

La carte 12 du Tarot est l’Alchimie sexuelle, la croix de l’homme doit s’unir au triangle-esprit, au moyen du feu sexuel.

La tradition chinoise parle des dix troncs (Shikan) et des douze branches, c’est-à-dire des dix Séphiroths et des douze facultés de l’être humain. Il est nécessaire de savoir que les sept chakras et les cinq sens constituent ces douze facultés.

Il n’y a pas de doute que l’épine dorsale possède sept centres magnétiques, qui sont les sept chakras, ou les sept Églises de l’Apocalypse de Saint-Jean :

  1. Éphèse, base de l’épine dorsale, 4 pétales
  2. Smyrne, hauteur de la prostate, 6 pétales
  3. Pergame, hauteur du plexus solaire, 10 pétales
  4. Thyatire, dans le cœur, 12 pétales
  5. Sardes, larynx créateur, 16 pétales
  6. Philadelphie, à l’entre-sourcils, 2 pétales
  7. Laodicée, dans la pinéale, 1000 pétales.

Ce sont les sept chakras ; à l’aide de ceux-ci et des cinq sens, on se convertit en investigateur des mondes supérieurs ; ce sont les douze facultés de toute créature humaine.

L’univers est issu du Huel-Tum chinois, du chaos. Les dix troncs et les douze branches sont aussi issus du chaos, qui en Alchimie est l’Ens-Seminis, celui-ci contenant l’Ens-Virtutis, la matière première du Grand-Œuvre, l’entité de l’Être, selon Paracelse. Cette entité n’est ni plus ni moins que la pierre philosophale ou Lapis Philosophorum qu’ont tant cherchée les alchimistes médiévaux.

Tout le Mysterium Magnum se trouve renfermé dans cette Summa Materia (ce sont les termes latins pour désigner l’Arcane A.Z.F.) ; l’alchimiste doit extraire de ce Mestrum Universale (du chaos) tout l’or potable, ou feu sacré, qui doit monter par la moelle épinière et ouvrir les sept Églises.

Une fois que nous avons extrait l’or potable, nous pouvons relier la croix et le triangle, c’est-à-dire que la croix-homme doit s’unir à notre Triade immortelle, que nous devons incarner l’esprit, car c’est la seule manière de nous convertir en un être humain. Avant d’arriver à cela, nous ne sommes que des animaux intellectuels.

Le Grand-Œuvre ou Magnum Opus se trouve représenté par l’Arcane 12 du Tarot (on l’appelle Magnum Opus en langage ésotérique rigoureux). Les bras du personnage forment le triangle, ses pieds la croix, sa tête est l’union du triangle et de la croix au moyen de l’or potable.

Selon les Chinois, le Dieu Fuji (l’Adam-Christ) naît à minuit le jour « 4 » de la dixième lune, et à l’âge précis de douze ans. La Vierge Hoa-Se, se promenant sur la rive du fleuve (la liqueur séminale), inscrit le Christ dans son ventre en posant le pied dans la trace du Grand Homme.

Toutes ces données sont très intéressantes : le jour 4, ce sont les quatre éléments ; le 10 renferme tout le secret du Lingam-Yoni, il représente les dix Séphiroths, et le cercle divisé en son milieu par un trait, c’est le mystère du sexe ; le 12, ce sont les douze facultés pour incarner le Christ dans le cœur.

L’Arcane 12 est étudié en profondeur dans la douzième clé de Basile Valentin.

Tout comme le lion transforme le serpent en sa propre chair lorsqu’il le dévore, de même le pouvoir de Devi Kundalini, le feu sacré transmuté, élimine tous les défauts, les erreurs. L’important, c’est le Grand-Œuvre, et nous en connaissons déjà la clé, c’est le Maïthuna. Les alchimistes doivent travailler douze heures pour obtenir le ferment d’or.

Voilà l’Arcane 12 : celui qui possède de l’or fermenté peut jouir du bonheur d’être réellement.

L’Essence, ou fraction de l’âme incarnée, est embouteillée dans le Moi pluralisé ou Égo ; celui-ci se trouve dans le corps mental animal et dans le corps du désir lunaire, et il se manifeste au moyen du corps physique. Nous ne nous différencions des animaux que par l’intellect, car les animaux aussi ont un mental, mais pas d’intellect.

L’homme authentique a besoin d’éliminer l’Égo et de fabriquer les corps solaires par la transmutation de l’hydrogène SI-12 (douze lois). La fabrication des corps solaires est intimement reliée à la musique et à ses sept notes.

L’hydrogène SI-12 s’élabore dans l’organisme humain, et cela commence dès le processus de digestion :

  1. DO: quand l’aliment est dans la bouche,
  2. RE quand il arrive à la gorge
  3. MI quand il parvient à la hauteur des poumons
  4. FA quand il arrive à l’estomac, à la rate, au foie
  5. SOL quand il arrive au plexus solaire
  6. LA quand il parvient au colon, au pancréas
  7. SI quand l’Hydrogène SI-12 est élaboré, et il peut alors être élevé à une octave musicale supérieure (Après la note SI la note DO recommence, correspondant à d’autres échelles musicales, à une autre octave supérieure).

C’est ainsi que l’Hydrogène SI-12 passe à une deuxième octave et donne naissance au corps solaire astral ; moyennant un troisième choc, l’hydrogène passerait à une troisième octave qui donnerait naissance au corps mental solaire ; une quatrième octave donne naissance au corps de la volonté consciente. Tout ce travail se réalise par le Maïthuna. En possession de ces quatre véhicules, notre Être divin entrerait par la glande pinéale et nous parviendrions alors à la seconde naissance, nous convertissant en hommes véritables ; tant que nous avons des corps lunaires animaux, nous ne sommes que des animaux intellectuels, nous restons une simple chrysalide qui pourrait se transformer en papillon céleste, mais ceci s’obtient par des super-efforts.

L’aliment du corps physique se trouve dans l’H48 (quarante-huit lois) ; si nous épargnons cet hydrogène, il peut être transformé en H-24 (vingt-quatre lois), qui sert d’aliment au corps astral solaire ; cet hydrogène (24) se gaspille dans le travail excessif, les efforts inutiles, les désirs, les émotions, les colères.

L’H12 est l’aliment du corps mental solaire, on le gaspille dans les efforts intellectuels ; si nous l’économisons, nous obtenons l’H6, qui alimente le corps de la volonté consciente.

Celui qui possède les corps existentiels supérieurs de l’Être a le droit d’incarner sa Triade divine : Atman-Bouddhi-Manas.

On dit alors qu’un nouveau Fils de l’homme, un Maître, un Mahatma est né.

Tout ce qui est écrit dans l’Apocalypse s’applique aux temps de la fin. Nous devons informer l’humanité que les temps de la fin sont arrivés. La pauvre humanité tout entière se divise en douze tribus. Toute l’humanité se développe et évolue dans la matrice zodiacale. Le zodiaque est un utérus dans lequel l’humanité est en gestation. Les douze tribus ne peuvent recevoir le signe de Dieu sur leurs fronts qu’en pratiquant l’Arcane AZF : « Et j’appris combien furent alors marqués du sceau (7 : 4). De la tribu de Judas, douze mille furent marqués, de la tribu de Ruben, douze mille » (7 : 5-8).

Parmi chacune des douze tribus zodiacales, seulement douze mille sont marqués du sceau. Voilà l’Arcane 12 du Tarot. Voilà l’union de la croix et du triangle. Voilà la magie sexuelle. Voilà l’œuvre réalisée, l’homme vivant qui ne touche la terre que par la pensée.

Seuls les douze mille marqués de chacune des douze tribus d’Israël seront sauvés du grand cataclysme (cette quantité est symbolique). Seuls ceux qui seront parvenus à unir la croix-homme et le triangle-esprit seront sauvés.

Au sujet de la nouvelle Jérusalem, nous trouvons ce qui suit : « Elle est munie d’un rempart de grande hauteur pourvu de douze portes (les douze portes zodiacales dans l’univers et dans l’homme) près desquelles il y a douze anges (zodiacaux) et des noms inscrits, ceux des douze tribus des fils d’Israël (les douze types d’humanité en accord avec l’influence des douze signes zodiacaux) » (21 : 12).

« Ce qui est en haut est comme ce qui est en bas » ; l’homme possède douze facultés, gouvernées par douze anges atomiques. Dans l’espace étoilé comme dans l’homme, il existe douze signes zodiacaux. Il est nécessaire de transmuter l’énergie sexuelle et de la faire passer par les douze portes zodiacales de l’organisme humain. Le prophète poursuit en parlant des douze portes zodiacales de la manière suivante :

« À l’orient, trois portes ; au nord, trois portes ; au midi, trois portes ; à l’occident, trois portes. Le rempart de la ville repose sur douze assises portant chacune le nom de l’un des douze apôtres de l’Agneau (21 : 13-14). Les douze signes zodiacaux et les douze sphères énergétiques qui se pénètrent et s’interpénètrent sans se confondre. L’humanité solaire se réalise totalement dans les douze plans.

L’Arcane 12 est le fondement de la Jérusalem céleste. L’Arcane 12 est le symbole de l’Alchimie sexuelle. C’est le sacrifice et l’œuvre réalisée.

Il faut travailler avec l’or et l’argent ; il faut travailler avec la Lune et le Soleil pour édifier la Jérusalem céleste à l’intérieur de chaque homme. L’or et l’argent, le Soleil et la Lune, sont les forces sexuelles de l’homme et de la femme.

L’Arcane 12 renferme toute la science et la philosophie du Grand-Œuvre. Dans le Semen christonique se cache le feu secret vivant et philosophal. La mystique de l’Alchimie sexuelle est celle de tous les anciens initiés.

La philosophie de l’Alchimie sexuelle tire ses principes de l’école des Esséniens, de l’école d’Alexandrie, des enseignements de Pythagore, des mystères d’Égypte, de Troie, de Rome, de Carthage, d’Eleusis, de la sagesse des Aztèques et des Mayas, etc.

Il faut étudier la science de l’Alchimie sexuelle et ses procédés dans les livres de Paracelse, de Nicolas Flamel, de Raymond Lulle. Nous retrouvons aussi ces procédés cachés sous le voile de tous les symboles des représentations hiératiques des vieux hiéroglyphes de plusieurs temples anciens dans les mythes grecs, égyptiens, etc.

Toi qui cherches l’initiation ! Toi qui lis tellement ! Toi qui passe ta vie à papillonner d’école en école, cherchant sans cesse, espérant sans cesse, aspirant sans cesse, dis-moi avec sincérité. As-tu éveillé la Kundalini ? As-tu ouvert les sept Églises de ta moelle épinière ? As-tu incarné l’Agneau ?

Réponds-moi, frère lecteur. Sois sincère avec toi-même. Mets la main sur ton cœur, et réponds-moi avec sincérité. T’es-tu réalisé ? Es-tu sûr que tes théories te convertiront en un dieu ? Qu’as-tu obtenu ? À quoi es-tu parvenu avec toutes tes théories ?

Celui qui veut s’autoréaliser a besoin de la révolution de la Conscience : Mourir, naître, se sacrifier. Révolution de la conscience quand nous décapitons le Moi ; Révolution de la conscience quand nous fabriquons les corps solaires ; Révolution de la conscience quand nous incarnons l’Être ; avant cela, on ne possède pas d’existence réelle.