Écrit par : Gnostic Instructor   Catégorie : La Vie Gnostique du Bouddha

Dans le Tarot Kabbalistique, les Deuxième et Troisième Arcanes représentent tous deux des aspects de la Mère Divine. Le Troisième Arcane est lié à la façon dont la Mère Divine se manifeste, produit, crée et le nombre 3 – la trinité – est la loi de la création.

Bon nombre des aspects fondamentaux du Chemin sont décrits par trois:

  • Trois Joyaux: le Bouddha, le Dharma et la Sangha
  • Trois Chemins: Shravakayana, Pratyekayana, Bodhisattvayana
  • Corps, parole et mental
  • Les Trikayas
  • Trois Paniers d’enseignements (Tripitaka)

Il y a trop d’exemples à énumérer ici! Le fait est que trois facteurs créent.

Pour atteindre n’importe quel objectif, vous avez toujours besoin de trois facteurs. Une façon de voir cela est que le premier facteur est l’intention ou la force projective vers ce but, le deuxième facteur s’y oppose (résistance) et le troisième les concilie.

L’exemple le plus frappant est celui de l’homme et de la femme. En tant que dualité, ils sont en conflit; l’un essaie toujours de surmonter l’autre. Si vous ajoutez le sexe à l’équation, alors il y a beaucoup d’énergie: la création peut se produire. L’équilibre peut être établi: mais seulement si l’énergie est correctement gérée.

Nous pouvons voir clairement les forces de ces trois facteurs dans les étapes que nous avons étudiées jusqu’à présent:

  • Première Grand Acte: l’intention d’aider les êtres souffrants (force projective)
  • Deuxième Grand Acte: la mère divine est imprégnée (force réceptive)
  • Troisième Grand Acte: le Bouddha naît (les deux premiers facteurs sont équilibrés et réalisés)

Ainsi, dans la troisième étape de l’histoire initiatique du Bouddha, il naît. Ceci est symbolique de beaucoup de choses.

Premièrement, un Bouddha naît du sexe. Pas le sexe animal, mais un autre type de sexe: une sorte de sexualité qui dépasse les capacités d’un animal.

Deuxièmement, un Bouddha naît d’une femme pure et divine: la Déesse. Nous avons chacun notre propre Mère Divine intérieure, et elle peut donner naissance à notre propre Bouddha intérieur, si nous satisfaisons les exigences. Autrement dit: les bons facteurs doivent être réunis. S’ils le sont, alors le Bouddha peut être en gestation et naître.

Le Troisième Arcane est la mère fécondée, prête à donner naissance à son fils sacré. Elle est Isis, Marie, Héra, Shakti: la mère des Dieux.

L’histoire raconte que pendant sa grossesse, Mahamaya (Sanskrit pour « La Grande Déesse ») voulait se promener. Alors, avec son entourage, elle est allée dans les jardins de Lumbini et s’est promenée. Mais alors qu’elle s’approchait d’un arbre, elle sentit à ce moment qu’elle allait accoucher. Et pour se stabiliser, elle tendit la main droite et attrapa l’arbre. Et à ce moment, le Bouddha a émergé de son côté droit. Elle a accouché de son côté. C’est, bien sûr, un symbole kabbalistique et initiatique.

Tout d’abord, elle s’accroche à l’arbre: l’Arbre de Vie. Elle le saisit pour lui donner une base, une stabilité, une force, un soutien. L’Arbre de Vie est notre colonne vertébrale, à travers laquelle s’élève la Kundalini. L’Arbre de Vie est aussi la conscience, l’Être. Pour que le Bouddha intérieur naisse, nous devons éveiller la conscience et avoir notre centre de gravité fermement dans notre propre Arbre de Vie interne.

Traditionnellement, on dit que l’arbre est un arbre Plaksha (Ficus infectoria), qui est une forme de figuier. Dans diverses écritures Hindoues, l’arbre Plaksha est associé au fleuve Sarasvati. Sarasvati est un nom de la Mère Divine. Le Plaksha est un proche parent de l’arbre Bodhi (Ficus religiosa), que nous rencontrerons plus tard dans l’histoire. Mais les deux arbres sont très importants: ce sont tous les deux des variations du figuier, qui sont étroitement liées à la sexualité.

« Mais son plaisir est dans la loi du SEIGNEUR; et dans sa loi il médite jour et nuit. Et il sera comme un arbre planté près des fleuves d’eau, qui produit son fruit en sa saison; sa feuille non plus ne se fanera pas; et tout ce qu’il fera prospérera. Les impies ne le sont pas: mais sont comme la paille que le vent chasse. » – Psaume 1: 2-4

En d’autres termes, si nous connaissons et respectons les lois de la conscience, nous pouvons nous éveiller et grandir comme un figuier planté au bord des fleuves de Sarasvati, la Mère Divine. Mais comme le symbolise le figuier, l’Action Juste est enracinée dans la sexualité.

« Le figuier symbolise les forces sexuelles féminines que nous devons apprendre à contrôler. » – Samael Aun Weor, Rose Ignée

« De même, tout bon arbre produit de bons fruits; mais un arbre corrompu produit de mauvais fruits.

Un bon arbre ne peut pas produire de mauvais fruits, pas plus qu’un arbre corrompu ne peut produire de bons fruits.

Tout arbre qui ne produit pas de bons fruits est coupé et jeté au feu. » – Matthieu 7: 17-19

Mahamaya se stabilise avec sa main droite, qui symbolise l’action présente, l’action juste: elle sait contrôler les forces du figuier: les forces sexuelles. Pour cette raison, elle est capable d’être un canal pour l’arrivée du Bouddha. Si elle n’avait pas ce genre de contrôle sur ses propres forces sexuelles, elle ne pourrait pas recevoir et délivrer la puissance cosmique du Bouddha.

Dans le Tarot, l’Impératrice tient une baguette de pouvoir dans sa main droite, ce qui représente la même chose: le pouvoir est dans la Loi du Trois – que nous avons tous, conformément à notre Niveau d’Être – et si nous l’utilisons bien, alors de bonnes choses peuvent en découler. Mais si nous abusons de notre pouvoir – dont le plus puissant est sexuel – alors nous acquérons du karma et de la souffrance.

Dans ce cas, Mahamaya nous représente qu’en utilisant bien notre pouvoir sexuel (en s’appuyant sur la conscience éveillée, l’Arbre de Vie), le Bouddha naît en nous.

De son côté droit émerge cet enfant, le Bouddha. Cela se rapporte très bien à Adam et Eve. Comme vous vous en souvenez, Eve est tirée du côté droit d’Adam, et c’est symbolique de la façon dont l’âme se dédouble et se manifeste, comment l’Arbre de Vie se dédouble en niveaux afin de créer l’existence.

De nombreux Dieux Hindous étaient présents à cette naissance, comme Indra, Brahma et bien d’autres. Donc, si vous voyez des peintures du moment de la naissance, vous y verrez des Dieux qui assistent, reçoivent l’enfant, le baignent, tiennent des parasols et assistent tout le processus. Dans la tradition Hindoue, la propreté est très importante, et comme il y a du sang et du liquide accompagnant une naissance typique, on dit que c’est un événement impur, donc les Dieux sont offensés et ne viendront pas à un tel événement. Dans la Gnose, nous comprenons cela, parce que la naissance typique est vraiment le résultat de la fornication, donc ce n’est pas une naissance immaculée. Mais dans le cas du Bouddha – tout comme Jésus – c’était une naissance qui était pure, parce que la conception était issue d’une sexualité chaste – sans fornication, sans orgasme – et c’est pourquoi les Dieux étaient là. Les Dieux aidaient, représentés dans l’histoire, à cause de la propreté de l’événement, parce que cela s’est passé sans fornication. En d’autres termes, c’était un événement de chasteté : Tantra Blanc.

À ce moment, de nombreux miracles se sont produits dans la région. Et à cause de tous les miracles, il y a eu une grande pluie, qui a mis fin à certains troubles pour la population locale, et il y a eu de nombreuses autres naissances dans la région, de nombreux enfants, de nombreux animaux sont nés. Par conséquent, son père l’a appelé Siddhartha, ce qui signifie « accomplisseur de buts », ou « réalisateur de souhaits », quelqu’un qui accomplit ce à quoi ils se sont assis, qui dans ce cas, est de servir tous les êtres.

On dit qu’en sortant de l’utérus il posa ses pieds sur le sol, leva son doigt vers le ciel et s’écria: « Regardez-moi! » Et il a fait sept pas. Ces sept pas sont connus de tous les Francs-Maçons du monde: car il y a sept pas sacrés pour entrer dans le temple. Les sept pas représentent sept grandes œuvres initiatiques qui doivent être accomplies pour que le Bouddha s’incarne à l’intérieur de l’âme. Ces sept pas sont les Sept Initiations de Mystères Majeurs, qui aboutissent à l’achèvement de la création des véhicules solaires, au sein desquels l’Être – notre Bouddha intérieur – peut accomplir sa mission sur terre. Par conséquent, le Bouddha fait ces sept pas symboliques pour démontrer qu’il a accompli cette tâche, et d’autres devraient le faire de même.

Il s’exclame alors: « Je suis le meilleur de ce monde! » Ce n’est pas de la fierté: c’est une déclaration de fait. Le Bouddha qui attend de naître en nous est le bonheur absolu, la paix absolue, l’amour absolu – il n’y a rien au monde qui soit plus grand que notre propre Bouddha intérieur. Mais nous devons travailler pour lui donner une place pour naître en nous. Tels que nous sommes maintenant, nous sommes sales de luxure, d’orgueil, d’envie et plus encore. Nous devons nettoyer notre temple psychologique, alors le Bouddha viendra y naître.

Il existe de nombreux grands maîtres nés de naissances immaculées. Il y a Bouddha, Jupiter, Zeus, Apollon, Quetzalcoatl, Fuji, Lao-tse, Jésus, tous nés de vierges, tous nés d’une Immaculée Conception. Leurs mères étaient vierges: vierges avant, pendant et après l’accouchement.

À la naissance de l’enfant, des sages, des prêtres éduqués, analysent l’enfant et découvrent que cet enfant a tous les symboles ou signes ésotériques dans sa constitution physique qui démontrent qu’il est un Bouddha. Il existe de nombreux signes symboliques.

« Quiconque étudie biologiquement les trente-deux signes capitaux de la bouddhéité arrivera à la conclusion que les caractéristiques sexuelles secondaires du Bouddha étaient en réalité celles d’un Surhomme. Ces caractéristiques sexuelles secondaires du Bouddha indiquent, pointent, une transmutation sexuelle très intense. Il ne fait aucun doute que Bouddha a pratiqué le Maïthuna, le Yoga Sexuel, la Magie Sexuelle, l’Arcane A.Z.F. Bouddha a enseigné le Tantra Blanc (Magie Sexuelle); cependant, il a enseigné ces enseignements en secret à ses disciples. Le Bouddhisme Zen et Chan enseigne le Maïthuna et les couples pratiquent ce Yoga Sexuel. » – Samael Aun Weor

Selon une coutume religieuse, les nouveau-nés devaient être emmenés dans les temples pour rendre hommage aux Dieux. Alors le couple royal a pris leur nouveau fils, et les guerriers du clan Shakya ont été si émerveillés par le rayonnement de l’enfant qu’ils s’inclinèrent: ainsi il gagna son nom de « sage de Shakya » – Shakyamuni.

En arrivant au temple, les parents devaient aider l’enfant à rendre hommage aux Dieux. Mais lorsque l’enfant-Bouddha était sur le point de franchir la porte du temple, la statue de la divinité tribale (l’esprit divin du clan) prit vie, s’inclina jusqu’aux pieds du Bouddha et l’escorta à l’intérieur. Lorsque son pied droit a touché le sol du temple, toutes les statues – Indra, Brahma, Surya, Vishnu, et plus – ont pris vie et se sont inclinées devant le Bouddha. La terre a tremblé. À cette vue incroyable, le père du Bouddha lui a donné un autre nom: Devatideva: « Dieu des Dieux ».

Deuxième Grand Acte: Le Rêve de la Reine Maya
Quatrième Grand Acte: Expert en Arts