Écrit par : Samael Aun Weor   Catégorie : Conférences de Samael Aun Weor

Public: Maître, tout d’abord, quelles sont les conditions pour incarner le Christ?

Samael Aun Weor : Eh bien, je trouve cette question assez intéressante. Il y a plus que des « exigences ». Incontestablement, il est nécessaire d’avoir construit les corps existentiels supérieurs de l’Être et travailler, fiévreusement, à la dissolution de l’« ego » animal. Seulement quand on a déjà construit les corps existentiels supérieurs de l’Être qu’on peut se permettre de recevoir l’Initiation Vénuste. Évidemment, avec l’Initiation Vénuste l’incarnation du Christ Intime se réalise dans le cœur de l’être humain. C’est tout!

Public: Merci beaucoup, maître. L’autre question est: que faut-il pour incarner l’Intime ou Maître Intérieur?

Samael Aun Weor : Eh bien, il y a quelque chose qui est pratique à bien connaître, c’est que l’Être et l’ego sont incompatibles! Personne ne peut avoir la manifestation complète de l’Intime ou l’Être, ou comme nous voulons l’appeler, en nous-mêmes, ici et maintenant, si celui-là a l’ego vivant. Ainsi, tout aspirant en particulier peut avoir reçu les huit grandes initiations, mais s’il a l’ego, son Être ne peut s’exprimer à travers lui. Et, c’est tout! Que cela soit compris avec une clarté totale!

Public: Merci, maître… Le « nom caché » appartient-il à l’Intime ou au Bodhisattva?

Samael Aun Weor : En général, le « nom caché » est de l’Être… de l’Être, de l’Être, et de l’Être ; garde en tête que l’Être est l’Être, et la raison d’être de l’Être, c’est être le même Être.

Public: Quand le Christ est incarné, qui l’incarne? Quand le Christ est incarné, et qui l’incarne?

Samael Aun Weor : Il a été dit que les vrais, authentiques humains l’incarnent. Par « vrais humains », on entend ceux qui possèdent les corps existentiels supérieurs de l’Être. Et, ils l’incarnent quand ils reçoivent l’Initiation Vénuste, C’est l’Initiation de Tiphereth…

Incontestablement, beaucoup ne comprennent pas ces sujets.

De toute évidence, personne ne pourrait recevoir le Christ Intime si l’on n’a pas de « temple » établi pour lui; ce « temple » est formé, je le répète, par les corps existentiels supérieurs de l’Être. Ceux qui possèdent de tels corps sont de véritables humains.

L’Initiation Vénuste est pour « les humains », pas pour les « animaux intellectuels ». Seuls les humains peuvent incarner le Christ Intime. Ceci à condition de travailler, fébrilement, à la dissolution de l’ego. Ensuite il vient, réellement, pour nous aider. Il vient pour nous aider dans l’élimination des éléments inhumains que nous portons à l’intérieur. Le Christ naît dans une « crèche » ou « étable de Bethléem ». Cette « crèche », cette « étable », n’est rien d’autre que l’humain même, car lorsque le Christ s’incarne en nous, nous possédons encore ces éléments inhumains du désir, et il doit éliminer ces éléments. Au fur et à mesure que le Christ élimine ces éléments et sous-éléments, il grandit, se développe, jusqu’à devenir un être humain. Lorsqu’il devient un véritable humain, il prêche la Parole, enseigne. Sa Parole résonne partout… Il doit vivre le Drame Cosmique à l’intérieur de nous, ici et maintenant. Il doit naître en nous, grandir, se développer, devenir humain, puis il doit vivre tout le drame de la via crucis, et enfin mourir et ressusciter. Inutilement le Christ est né à Bethléem s’il ne naît pas dans nos cœurs aussi. Il est mort et ressuscité inutilement en Terre Sainte, s’il ne meurt pas et ne ressuscite pas aussi en nous. C’est une synthèse, abrégée, car écrire à ce sujet signifie écrire d’énormes volumes. Je parle brièvement, brièvement…

Public: Maître, il y a des inquiétudes concernant l’involution: nombreux sont ceux qui comprennent que leur ego involue dans les règnes animal, végétal et minéral. Bien qu’une clarification récente venant de vous indique que les vagues humanoïdes, après avoir accompli leurs 108 vies, se transforment directement dans les mondes infernaux en prenant des caractéristiques animaloïdes, végétaloïdes et minéraloïdes. Mais beaucoup de gens rejettent cet enseignement en alléguant, disent-ils, qu’il n’est pas écrit, ou que personne n’en a rien dit auparavant. Nous voulons que vous nous donniez une clarification sur cet aspect particulier.

Samael Aun Weor : Les gens rejettent l’enseignement de la transmigration des âmes (enseigné par Pythagore et par le Seigneur Krishna en Inde, mille ans avant Jésus Christ), simplement parce qu’ils sont habitués aux théories évolutives des écoles pseudo-ésotériques et pseudo-occultistes de cet âge sombre du Kali Yuga. Ils n’ont pas l’habitude d’en entendre parler, mais d’entendre tous les jours le dogme répétitif de l’évolution, sans modification; ils sont habitués à une multitude de sophismes de distraction, etc., et quand on leur parle de la « transmigration des âmes » ils sont scandalisés, parce que les écoles susmentionnées n’enseignent pas cette doctrine. Mais comme notre devoir est de dire la vérité et rien que la vérité, nous n’avons aucun problème à découvrir le voile. Donc, ce que je dis a une vaste documentation dans les enseignements du Seigneur Krishna en Inde, et dans la « doctrine de la métempsychose » enseignée par Pythagore en Grèce. Ce que nous disons a également une documentation dans de nombreuses écoles archaïques de l’Antiquité. Nous n’affirmons pas quelque chose a priori, nous ne disons pas des choses empiriques. Ce que nous disons a, je le répète, une documentation très sérieuse.

L’avatar de l’Inde, le grand Krishna, ne s’est pas trompé, puisqu’il est un avatar, un être humain Christifié, et a enseigné cette doctrine pour le bien de l’humanité. Pythagore n’avait pas tort non plus lorsqu’il a enseigné la doctrine de la métempsychose en Grèce. En ce qui me concerne, j’enseigne ce que je sais, ce que j’ai vécu; je ne répète pas ce que les autres ont dit. La doctrine qu’ils ont prêchée a été expérimentée par moi et très bien expérimentée. En moi se trouve celui qui est le Kalki Avatar de l’ère du Verseau. Il connaît la transmigration des âmes, non par des théories, ou parce que d’autres disent, mais par expérience directe et vécue. De plus, puisque j’ai ma conscience éveillée, je peux affirmer ce que j’ai vécu à travers différentes éternités. Et c’est tout!

Public: Alors, maître, quand les âmes en tant qu’êtres humains accomplissent leur cycle de vie, involuent-elles directement? Ne passent-elles pas à l’animal, au végétal et au minéral, physiquement?

Samael Aun Weor : Le âmes qui ont rempli leurs 108 existences involuent dans les entrailles de la Terre; elles involuent en passant par des états animaloïde, végétaloïde et minéraloïde. Dans la neuvième sphère, l’ego est désintégré, il est réduit en poussière cosmique; puis, à ce moment-là, ces âmes, déjà dépourvu d’ego – c’est-à-dire après avoir eu leur ego animal absolument désintégré – émergent pour commencer de nouveaux processus évolutifs, qui doivent commencer au minéral, continuer avec le végétal, continuer avec l’animal, jusqu’à reconquérir l’état humanoïde qu’autrefois elles ont perdu. De retour à l’état humanoïde, ces âmes se voient attribuer, encore une fois, 108 existences. Ainsi, évidemment, le but de la descente dans les mondes infernaux est de libérer précisément l’âme, l’Essence, la conscience qui est enfermée, piégée, embouteillée dans tous les agrégats psychiques qui en eux-mêmes constituent l’ego. Si ces agrégats ne se désintègrent pas, l’âme ne peut pas être libérée. Ainsi, la grande loi s’est arrangée pour établir à l’intérieur de chaque planète le monde minéral submergé, de sorte que les âmes peuvent être libérées, peuvent être sauvées, de sorte que le matériel psychique puisse être restauré, donc le matériel psychique, l’âme elle-même, peut échapper aux agrégats psychiques en les désintégrant dans la neuvième sphère.

Il existe deux façons de libérer la conscience (âme). La première est de détruire les agrégats psychiques ici et maintenant. Nous pouvons le faire en travaillant sur nous-mêmes, quotidiennement, de moment en moment, d’instant en instant. Et l’autre, si nous ne sommes pas capables de désintégrer les agrégats psychiques [au cours de notre vie], alors dans ce but la conscience cosmique a arrangé les mondes infernaux. Là, parmi les entrailles des mondes infernaux, la Nature prend la responsabilité de désintégrer ces agrégats par ses forces centrifuges internes. Une fois ces agrégats désintégrés, la conscience (l’âme) est libre, restauré, retourné à l’état d’innocence, son innocence est restaurée, et entre dans l’Éden afin d’initier de nouveaux processus évolutifs qui redémarreront au niveau du minéral…

Public: Eh bien, maître, merci beaucoup. Cette clarification est nécessaire car l’étudiant a toujours cru qu’après 108 vies, l’être humain passe pour devenir un chien, passe pour devenir une souris, passe pour devenir une araignée, et toute cette série d’animaux considérés comme laids, c’est-à-dire qui vivent ici en surface, dans les stades d’évolution; cette confusion existe chez de nombreux étudiants, en grande quantité, alors nous vous remercions pour cette clarification. Maintenant, il y a une inquiétude concernant un frère Gnostique qui, à travers ses méditations et ses pratiques, il a contacté une certaine entité, nous ne savons pas, si positive ou négative – mais cette entité prétend être « le roi des sept mers » qui l’informe, lui dit, le guide et l’aide à accomplir des guérisons et des choses du genre. Nous aimerions que vous, maître, clarifiez cela pour nous.

Samael Aun Weor : Eh bien, tout le monde peut se permettre de penser à sa guise. La crue réalité des faits est que, tant qu’on n’a pas la conscience éveillée, objectivée, tant que la conscience n’a pas été libéré des agrégats psychiques, alors on ne peut pas être un investigateur compétent de la vie dans les mondes supérieurs, et on ne peut rien savoir sur l’Être, sur la réalité, sur la divinité, etc… Tout d’abord, la désintégration absolue des différents éléments inhumains que nous portons en nous est nécessaire. Une fois que cela est réalisé, la conscience est objectivée; ainsi, quand cela est réalisé, alors, il est vraiment possible de faire l’expérience de la réalité; une fois que cela est réalisé, on devient un investigateur compétent de la vie dans les mondes supérieurs. Il y a beaucoup de subjectivisme là. Beaucoup de gens qui, sans avoir détruit l’ego, sont déjà des « investigateurs », ils sont déjà des « mahatmas », ils sont déjà en communication avec les dieux, etc. et bien d’autres choses du genre… ce ne sont que des misérables à la psyché subjective, qui malheureusement existent.

Public: Que pouvez-vous nous dire sur « le roi des sept mers »?

Samael Aun Weor : Eh bien, alors, qu’est-ce que c’est que « le roi des sept mers »! D’où viennent-ils ces choses? Les océans sont peuplés de millions de consciences atomiques, et c’est tout! Il y a aussi des néréides dans la vaste mer, des ondines, des sirènes; c’est ce dont parle Franz Hartmann dans son livre intitulé « Les Élémentaux ». Des choses comme « le roi des sept mers » sont absurdes. Parlons des devas. Parmi ceux-ci, il y en a beaucoup dans toutes les mers. Les créatures aquatiques abondent en tas même dans les rivières, dans les lagons. Alors, soyons sérieux dans la recherche, mais on ne peut pas être sérieux si l’on n’a pas objectivé sa propre conscience.

Public: Sera-ce une entité qui se nomme comme ça?

Samael Aun Weor : Eh bien, cela ne m’intéresse pas. En fait… ce sont des choses tellement subjectives que, franchement, je ne suis pas intéressé à traiter de ces choses.

Public: Certaines personnes ont dit que des enfants naissent actuellement de la transmutation; mais je pense en moi-même: s’il y a union sexuelle avec transmutation sans déversement, comment peut-on appeler ces enfants? De chasteté?

Samael Aun Weor : Connaissez-vous ce mot « chasteté » est très exigeant? Analysez-le: « chas – te – té. » Il est difficile de trouver cela. Je crois que même les mahatmas les plus exaltés du ciel n’ont pas la chasteté. Atteindre la chasteté absolue est très difficile. Vous devez avoir atteint l’annihilation Bouddhique [élimination complète de tous les défauts]. Les gens peuvent sembler très chastes ici dans ce monde physique, vivant selon toutes les règles de chasteté, transmutant sans cesse le sperme sacré en énergie créatrice, etc., et bien d’autres disciplines, mais même pas pour cela, ce n’est pas quelqu’un de chaste; lorsqu’ils sont soumis à des tests dans les mondes internes, c’est-à-dire dans la subconscience, dans la préconscience, dans l’infra-conscience, dans l’inconscience, et vous verrez qu’ils échouent. C’est très agréable que quelqu’un transmute – extraordinaire, merveilleux et louable, parce que le Grand Œuvre se fait sur ce chemin. Mais de là à l’état d’être chaste, il y a une grande différence! Oui, et très bien. Même lorsque les saints les plus saints sont soumis à des épreuves dans les 49 régions du subconscient, pour voir s’ils sont chastes? Je suis sûr qu’ils ne sont pas chastes. Ils pourraient même être chastes dans 48 régions du subconscient, mais dans la 49e, ils échoueraient.

Public: Alors, comment ces enfants nés à partir ne pas répandre la graine seraient-ils nommés?

Samael Aun Weor : Eh bien, tout simplement, ce sont des zoospermes sélectionnés. Et c’est tout! Il est clair que si le verre d’Hermès Trismégiste, le « trois fois grand dieu Ibis de Thoth » n’est pas renversé, tout zoosperme mature peut s’échapper des glandes endocrines sexuelles pour féconder… mais non, non, non, non, celui de devenir chaste, c’est très difficile. Je vous ai déjà dit que même les plus grands saints du ciel qui se croient chastes… testez-les pour voir. Mettez-les à l’épreuve dans les 49 régions du subconscient… dans quelques régions, ils peuvent être chastes, mais pas dans toutes les régions.

Public: Alors, on ne pourrait pas les appeler « enfants de transmutation »?

Samael Aun Weor : Appelez-les comme vous voulez les appeler… Ce n’est pas grave! Appelez-les « enfants », et la chose est terminée. Pourquoi sommes-nous si gonflés? Juste parce qu’un petit enfant a été engendré sans qu’il soit nécessaire de renverser le verre d’Hermès, cet enfant est-il déjà un surhumain ou un dieu, ou quoi? Non! Il n’est qu’un « enfant du voisin » comme les autres. C’est tout! Nous nous aimons trop, et nous pensons que lorsqu’un enfant naît sans avoir besoin de renverser le verre d’Hermès, il est déjà un dieu. Pourquoi? Eh bien, à cause de l’amour propre, de l’auto-estime, que nous étendons également à l’enfant. Si nous ne sommes que de misérables imbéciles… pourtant, nous pensons que l’enfant sera ce que nous ne pourrions pas être. L’auto-estime, et c’est tout! C’est parce que nous nous aimons trop.

Public: Fierté…

Samael Aun Weor : Auto-estime. Le « Moi » de l’amour-propre est très développé chez chacun. Nous avons tous été construits conformément à l’auto-estime. Ainsi, tout cet « amour » que nous disons ressentir envers nos semblables, ou nos amis, ou nos frères, ou à la femme ou aux enfants, n’est rien d’autre qu’une extension de l’amour-propre. Et c’est tout! Ce qui signifie que nous faisons tous l’expérience de la vie extrêmement mal, nous ne nous voyons jamais tels que nous sommes vraiment. Nous pensons toujours que nous sommes ce que nous ne sommes pas. Et même si nous disons que nous sommes, et nous sommes, et nous sommes, nous ne serons jamais plus que ce que nous sommes, car nous sommes toujours ce que nous sommes…

Public: Très bien, nous remercions le vénérable maître pour ses réponses à ces questions très dérangeantes.

Samael Aun Weor : …mais pas comme un moine Bon [chaman Tibétain] avec… des os et un poignard sanglant dans la main droite… « c’est une bonne récéption! » Comment aimez-vous ce genre de réception Bon?

Public: Un peu sombre.

Samael Aun Weor : Quoi?

Public: Un peu macabre…

Samael Aun Weor : Eh bien, macabre!

Public: N’importe qui penserait que c’est quelque chose d’effrayant.

Samael Aun Weor : Oui bien sur! Lors de cette réception, le moine Bon demande au néophyte, il lui demande: – « Eh bien, que veux-tu? Veux-tu devenir adepte ou veux-tu t’éloigner de cet univers? » « Maître (dit le néophyte), ce que je veux, c’est ne plus retourner dans ce monde, je veux partir et ne jamais revenir. » « D’accord, c’est ce que tu veux? » « Oui, c’est ce que je veux. » «Eh bien, prononce ce mot », et le moine Bon donne au néophyte un mantra. Bien sûr, le néophyte prononce le mantra, et quand il le prononce, il tombe instantanément mort. Les moines Bon le désincarnent juste là. Puis, déjà désincarnés, dans les mondes intérieurs ils l’instruisent sur la désintégration de l’ego. Et avec l’aide de la Mère Divine Kundalini, il désintègre l’ego dans les mondes internes. Ainsi, le jour où il parvient à la désintégration de l’ego là, dans les mondes internes, alors l’Essence est libre, transformée en ce qu’elle est: un élémental de la Nature (parce que c’est ce qu’elle est); et en tant qu’élémental, elle plonge à jamais dans le sein du Père Éternel Cosmique Commun. Le néophyte s’immerge en tant qu’élémental, en tant que simple élémental de la Nature.

Public: Maître, que se passe-t-il s’il choisit l’adeptat?

Samael Aun Weor : S’il choisit l’adeptat, alors ils l’emmènent dans une cabane là-bas sur la montagne, là-bas, il doit dormir. À minuit, le néophyte entend des trompettes macabres (ces trompettes sont faites d’os de morts). Un Maître Bon s’approche et lui conseille de « ne pas suivre ce chemin qui est très dangereux »; qu’il vaut mieux qu’il décide de suivre le chemin, par exemple, le Chemin Spiral Nirvanique, car ils ont certains paradis, etc. Alors, ils lui conseillent de ne pas continuer sur le Chemin Droit, qui est plus amer que le fiel. Mais si le néophyte insiste sur l’adeptat et le Chemin Droit qui mène à l’Absolu, alors ils invoquent ses « Moi » pour lui juste là. Ils ont des formules pour matérialiser physiquement tous ses propres « Moi » là. Ainsi, ils matérialisent physiquement, tous les « Moi ». Et ils le laissent là, seul dans la hutte, se battant avec tous ces « Moi ». S’il réussit à survivre (ce que vous devez savoir s’il peut le faire), il mourrait très probablement, n’est-ce pas?, Pendu ou torturé, ou autre chose…, alors s’il vit pour raconter l’histoire à ses petits-enfants – alors il connaît déjà ses « Moi », il sait déjà qu’il doit les désintégrer, et comment il doit travailler pour les rendre poussière.

Public: Maître, et avec quoi l’adepte se défend-il?

Samael Aun Weor : Avec sa foi et sa conscience, rien de plus…

Public: Rien de physique?

Samael Aun Weor : Rien!

Public: Conjurations… rien?

Samael Aun Weor : S’il les connaît, eh bien, il prie tout ce qu’il sait. Il n’a pas d’autre choix.

Public: Et puis ils l’attaquent physiquement?

Samael Aun Weor : Physiquement! Parce qu’ils les matérialisent physiquement pour lui…

Public: Alors ils se lancent sur lui et l’attaquent?

Samael Aun Weor : Bien sûr, parce qu’ils se matérialisent; tous ses démons, juste là…

Public: Donc, ce ne serait pas mal de connaître le Kung-Fu et le Karaté.

Un autre du public: Uuuhh, le maître dit que ce qu’ils savent là-bas, dans ces endroits, ce qu’ils savent, c’est du judo…

Samael Aun Weor : …des formules, et puis la magie sexuelle (magie sexuelle est enseigné à travers le Tantra), qui vient plus tard: tous les systèmes Tantriques et toute la science Tantras. Ils enseignent à tous les Tantras, la magie sexuelle. Après tout, si vous n’avez pas de prêtresse ou d’épouse, alors ils lui en apportent une, une fois pour toutes: « Ici tu l’as, pour que tu puisse travailler! » Alors le disciple va travailler dans la Neuvième Sphère; mais s’il renverse la Coupe Hermès, voici… (Samael Aun Weor fait le geste de passer son index autour de son cou): Fuisshh! Ils lui donnent du « chicharrón » d’un coup, ils ne lui pardonnent pas de s’être moqué d’eux; parce que cela est considéré comme irrespectueux envers le temple et envers eux.

Public: Maître, connaissez-vous le cas d’un adepte qui a réussi ce test?

Samael Aun Weor : Non… quelques Bons, et si vous les comptez avec les doigts d’une seule main, il reste plein de doigts…

Public: Et pourquoi utilisent-ils ce style. Maître?

Samael Aun Weor : Ils suivent des coutumes très anciennes. Voilà donc comment ils sont: drastiques, violents, depuis l’Antiquité, c’est comme ça qu’ils ont toujours été comme ça.

Public: Sont-ils des maîtres pleinement réalisés?

Samael Aun Weor : Mais ils sont violents. Ils ne connaissent pas les « eaux tièdes » [c-à-d ils connaissent seulement les extrêmes]. Il n’y a aucune considération pour personne. Dans un monastère Bouddhiste Bon, on se définit par la vie ou la mort. Ils ne connaissent pas les termes intermédiaires; ils ne connaissent pas d’autre moyen. Ils gardent des systèmes archaïques et ne s’en soucient plus, ni ne veulent en savoir plus. C’est pourquoi Madame Blavatsky les a confondus avec des magiciens noirs. Elle les a appelés « magiciens noirs ». Non, ce n’est pas qu’ils soient « noirs ». Non, ils ne sont pas « noirs », ce qui se passe c’est qu’ils sont violents…

Public: Drastique!

Samael Aun Weor : Drastique, radical; avec eux, il n’y a pas de « chiffons à eau chaude » qui valent la peine.

Public: C’est leur idiosyncrasie.

Samael Aun Weor : C’est leur façon d’être et personne ne les change de là. Ils sont comme ça, et c’est tout.

Public: Même quand il est un adepte?

Samael Aun Weor : Oui, mais c’est ainsi qu’ils sont; c’est une école…

Public: Le même que l’on voit dans le matérialisme, c’est-à-dire qu’ils sont aussi drastiques que les matérialistes… que les Chinois…

Samael Aun Weor : Eh bien, il n’y a pas de matérialistes là-bas, parce que même les Chinois de Mao ne sont pas des matérialistes. Il n’y a pas de matérialisme là-bas. Même Mao n’était pas matérialiste. Lisez la poésie de Mr. Mao pour voir un pur chant aux dieux! La révérence et l’adoration des dieux. Il n’y a pas de matérialisme là-bas; ce sont des choses d’ici, du monde Occidental…

Public: Cela ne semble-t-il pas une contradiction, avec le fait qu’il était Marxiste?

Samael Aun Weor : Qui?

Public: Lui (Mao).

Samael Aun Weor : Mais il n’a pas continué avec la dialectique Marxiste, il n’a utilisé que le système économique, et c’est tout. Le reste était occupé avec son…

Public: Alors, sa philosophie n’était pas…?

Samael Aun Weor : Sa philosophie était une sorte de Taoïsme ou de Bouddhisme libre, et c’est tout… Bouddhisme libre.

Public: Maintenant, récemment, ils employaient une politique de critique de l’enseignement de Confucius, donc basée sur cela, ils travaillent sur le côté économique et tout. Donc, c’est ici qu’ils se confondent, et il est difficile de croire d’après ce que vous avez dit, on pense qu’il était plutôt opposé à Confucius.

Samael Aun Weor : Non, une sorte de révolution culturelle, mais proprement ils ne sont pas matérialistes, dans la profondeur, tout le monde Oriental est fondamentalement spirituel. Tout spiritualité pure, ce sont des personnes différentes, ce que les Occidentaux ne comprennent pas.

Public: Maître, si un Gnostique entre dans l’un de ces monastères Bons, il n’y aura plus aucun de nous en vie, n’est-ce pas?

Samael Aun Weor : Eh bien, il est difficile, parmi les étudiants Gnostiques, pour quelqu’un de rester en vie. Les étudiants Gnostiques sont facilement blessés… ils ont du ressentiment comme des enfants réprimandés si un mot dur leur est dit, avec un seul petit mot. Maintenant, comment seraient-ils avec les Bons?

Public: Ils s’enfuiront!

Samael Aun Weor : Dans le monde Oriental, les choses sont différentes. Par exemple, dans ces pagodes Bouddhistes au Japon, si l’on ne garde pas son sang-froid, le moine arrive et paaff !, il vous frappe avec le bâton, la canne; il vous bat à plusieurs reprises avec des bâtons…

Public: Et est-ce normal au Japon?

Samael Aun Weor : Et dans le monde Oriental. Demandez à M. A. N., il a été battu avec des bâtons; au Japon, ils l’ont battu, paaff, avec des bâtons!

Public:… Pourquoi?

Samael Aun Weor : Pour toute chose insignifiante, comme, parce qu’il ne garde pas son sang-froid, parce qu’il n’est pas comme il se doit; à cette fin, tout est une raison plus que suffisante. Un moine a demandé, par exemple: « Maître, quelle est la nature du Vide Illuminateur? » Alors le maître a pris le bâton qui a l’escroc, et paaff! Il l’a frappé, avec le bâton, à la bouche. Ici, dans le monde Occidental, les disciples auraient peur que le maître les frappe. C’est normal, en Orient. Mais, bien sûr, ces méthodes sont trop drastiques. Par exemple, comme ceux de l’école des Bons, il me semble que ce n’est pas convenable pour ces temps. Cela aurait pu remplir des objectifs merveilleux dans une antiquité lointaine, mais pour cette fois, ce n’est plus approprié, c’est démodé, non?

Public: Peut-on atteindre l’Absolu à travers cela?

Samael Aun Weor : Quoi?

Public: Est-ce que l’un d’entre eux, avec ces méthodes, peut atteindre l’Absolu?

Samael Aun Weor : À l’Absolu?… Eh bien, quiconque désintègre l’ego arrive à l’Absolu, Bon ou non. L’important est de désintégrer l’ego. Les Bons sont comme ça, drastiques. Maintenant, l’école des Drukpas [dragons] est différente. Nous avons déjà parlé de « l’homme aux gants verts »… Les Drukpas sont des adorateurs de l’ego, ils adorent les egos, c’est pourquoi ils ont attaqué Gurdjieff. « L’homme aux gants verts » a attaqué Gurdjieff à cause de cela.

Public: Était-il Allemand ou Hindou?

Samael Aun Weor : Qui?

Public: L’homme aux gants verts…

Samael Aun Weor : Il était Tibétain!… C’était un homme du clan Drukpa, mais Hitler a fait une réception unique en son genre et le considérait comme l’homme qui avait apporté les clés du Royaume d’Agartha, où vivent les dieux Aryens. Tout le peuple Allemand s’est mobilisé pour recevoir « l’homme aux gants verts », qui était un Drukpa, un « magicien noir », terrible! C’est pourquoi il a attaqué Gurdjieff, voilà pourquoi! Ne voyez-vous pas que Gurdjieff est contre l’ego? Et cet homme ne pouvait permettre à personne de parler contre l’ego, parce qu’il était un magicien noir… Un magicien noir est un magicien noir, c’est clair. Pour le magicien noir, les « Moi » sont des valeurs extrêmement riches; de plus, ils se soucient même de fortifier ces « Moi »… les fortifier, et ils les fortifient terriblement et les appellent « leurs valeurs ». Pour eux, ce sont « leurs valeurs », leurs valeurs les plus riches… Ils ont un corps de doctrine à leur manière; ce sont les magiciens noirs… Donc « l’homme aux gants verts » était du clan de Drugpa…

Public: Était-il celui qui a guidé Hitler?

Samael Aun Weor : Eh bien, Hitler était un disciple de Gurdjieff. C’est pourquoi Hitler a dit un jour: « Je connais le Surhomme, je l’ai vu, il est terriblement cruel; j’ai moi-même ressenti de la peur. » Beaucoup pensaient qu’Hitler faisait référence à « l’homme aux gants verts », non! Il se référait à Gurdjieff.

Public: Maître, et à partir de quel moment Hitler a-t-il rencontré Gurdjieff?

Samael Aun Weor : Eh bien, presque à la veille de la Seconde Guerre Mondiale… aux vêpres de la Seconde Guerre Mondiale…

Public: Donc, il connaissait certains aspects ésotériques, n’est-ce pas?

Samael Aun Weor : Hitler? Oui.

Public: Hitler connaissait-il l’Arcane, Maître?

Samael Aun Weor : Oui il le connaissait…

Public: Avec Eva Braun?

Samael Aun Weor : Oui… Il ne fait aucun doute qu’il a travaillé avec Eva Braun. Hitler voulait vraiment suivre le chemin du Surhomme, mais je comprends que le clan Drukpa l’a détourné et l’a fait marcher sur le chemin noir… C’est comme ça que je le comprends… C’est comme ça…

Or, la doctrine de Gurdjieff n’est pas la propriété de Gurdjieff. Il l’a pris du Tibet. Cela vient des Tibétains. En Orient, cette doctrine a un nom; au Tibet, cette doctrine est appelée « la doctrine des multiples »… qui est Tibétaine. Et Gurdjieff est allé apprendre cette doctrine au Tibet, donc, au Tibet, c’est là qu’il a appris la doctrine. Cette doctrine n’est donc pas la propriété de Gurdjieff. Ce que Gurdjieff enseigne est une doctrine Tibétaine; cela vient du Tibet, parce que lui, Gurdjieff, était un lama Tibétain. Maintenant, cela ne signifie pas que les Tibétains sont les propriétaires exclusifs de la doctrine des multiples; la doctrine des multiples a également été enseignée en Égypte. Je l’ai enseigné en Égypte. Je l’ai enseigné au pays des Pharaons, en Égypte la doctrine des multiples… la seule différence est qu’en Égypte, au lieu de dire « Moi », nous les appelons simplement « les démons rouges de Seth ».

En Égypte, nous voulions que l’Essence, à laquelle nous avons également étendu le titre d’Horus, soit libérée des démons de Seth. Ainsi, cette doctrine était aussi connue dans les mystères d’Éleusis, dans les mystères de Samothrace, Troie, Rome, Carthage, etc. Alors, ce n’est la propriété d’un seul homme. Je l’enseigne comme je l’ai vécu, mais si je disais que cette doctrine est ma propre exclusivité, je falsifierais aussi la vérité. Cette doctrine n’est exclusive à personne. On l’enseigne comme on la vit. En le vivant, ce que j’ai expérimenté, vécu, je l’ai enseigné à tous les frères et sœurs. Et c’est tout.

Public: Maître, et ce nouveau mouvement « Krishna, Krishna, Hare Hare », qu’en est-il?

Samael Aun Weor : Eh bien, en aucun cas nous ne nous prononcerons contre la religion de Krishna. La religion de Krishna est très sage. Mais, malheureusement, la religion de Krishna n’est actuellement pas comprise, même pas par ses propres coreligionnaires. Ceux qui enseignent la religion de Krishna, réelleent, bien qu’ils croient la connaître, ne la connaissent pas. Parce que pour connaître la doctrine de Krishna, il faut la vivre. De plus, Krishna a enseigné quelque chose dont les disciples de Krishna ignorent actuellement: Krishna a enseigné le Tantra. Krishna a enseigné la doctrine de la transmigration des âmes, et ces sympathisants de la religion de Krishna ne connaissent pas la doctrine de la transmigration des âmes, ni le Tantra

Public: Désolé, Maître, il y a un appel téléphonique pour vous…

Samael Aun Weor : Un appel téléphonique pour moi?

Public: Oui, il y a un appel téléphonique pour vous…

Samael Aun Weor : Eh bien, en ce moment je suis occupé (je ne me laisse pas conduire mécaniquement); répondez-leur, dites-leur que je suis occupé…

Alors Krishna a enseigné une merveilleuse doctrine, il a enseigné le Tantra…, et enseigné la doctrine de la transmigration des âmes. Que savent ces gens de cette époque?

Public: En tout cas, maître, savez-vous que les Krishna ont…

Samael Aun Weor : Oui, ils ont les principaux séries de mantras, n’est-ce pas? Qui sont ces mantras qui disent: « Hare Krishna, Hare Krishna, Hare Hare, Krishna Krishna, Hare Hare, Rama Rama, Hare Hare, Rama Rama »… et le reste… Eh bien, ces mantras en effet, sont très beaux. Je ne dis pas le contraire; comme mantras ils sont très beaux et servent à sortir consciemment vers l’astral, mais ils n’en connaissent pas le sens, ils ne le connaissent pas. Est-ce qu’ils connaissent le Tantra? Ils ne connaissent rien du Tantra. Connaissent-ils la transmigration des âmes? Ils ne connaissent rien.

Public: Maître, excusez-moi, mais l’appel téléphonique est urgent…

Le maître va au téléphone. Ensuite, les questions continuent…

Public: Le Dalaï Lama est-il un grand maître?

Samael Aun Weor : Eh bien, le Dalaï Lama est, disons, l’autorité théocratique du Tibet. Mais le Dalaï Lama n’est actuellement pas au Tibet, il vit dans le nord de l’Inde. Il a dû fuir à cause de l’arrivée des Communistes Chinois, alors il vit maintenant dans le nord de l’Inde. Il est un maître complet et auto-réalisé. Il n’est pas un Mandarin officiel profane ou simple, mais un maître…

Public: Cela signifie que tous les dirigeants du Tibet ont été des maîtres?

Samael Aun Weor : Eh bien, ne nous exagérons pas le point, vous savez? Nous devons être mesurés… mesurés…

Public: Mais, au moins dans ce cas, le Dalaï Lama, il est comme un…

Samael Aun Weor : Eh bien, dans le cas de l’actuel Dalaï Lama [le 14], il est un maître auto-réalisé et conscient.

À une occasion, j’ai reçu la visite du Dalaï Lama. J’étais là dans les mondes supérieurs, et j’ai résolu de lui parler, et il est venu vers moi et nous avons parlé. Il voulait poser des questions (mieux dit, poser à celui [le Logos Samael] qui est en moi, puisque ma personne insignifiante ne vaut rien). La réponse que je lui ai donnée a été: « Eh bien, je vais répondre, je vais répondre à votre question, mais là-bas dans le monde physique, pas ici; si vous pouvez entrer dans le monde physique, nous parlerons dans le monde physique, de personne à personne. » Il a accepté le défi et a dit: « D’accord, vénérable maître, je vais entrer dans le monde physique. » « Très bien alors, nous allons parler là-bas. » Ainsi, je suis descendu et suis entré dans mon corps physique. Une fois que je suis entré dans mon corps physique, je me suis assis, puis j’ai dit: « Eh bien, voyons maintenant ce qui se passe; voyons ce qui se passe. » Il n’y avait qu’une seule chaise, à côté de mon lit. « Voyons ce qui se passe… » Je regardais… Soudain, un homme est entré dans la pièce…

Public: Ici, dans cette maison?

Samael Aun Weor : Non, c’était une autre maison qui se trouvait dans le sud, où nous vivions avant… Il était accompagné de deux autres lamas. Le Dalaï Lama était imposant, merveilleux. Il est entré, a salué… « Asseyez-vous, » dis-je, « frère ». Il n’y avait qu’une seule chaise et il s’assit dessus; les deux autres étaient debout, un de chaque côté de lui. J’ai dit: « Je vous félicite d’avoir tenu parole. Ici, dans le monde physique, nous pouvons parler. »

« Perfaitement! » Je pensais qu’ils allaient me parler de questions politiques ou de choses du genre. Non! C’étaient des questions personnelles du Dalaï Lama et des deux autres moines qui l’accompagnaient (hauts magiciens Tibétains). J’ai observé attentivement le Dalaï Lama: un adepte dans le plein sens du terme. Magnifique! Ainsi, je lui ai dit ce que j’avais à dire, puis nous nous sommes gentiment dit au revoir. Ils sont partis en se plongeant dans le plan astral en direction de l’Inde. C’est donc ce que fait le Dalaï Lama!

Public: Et qu’en est-il de Lobsang Rampa, maître?

Samael Aun Weor : Lobsang Rampa est un maître qui remplit un but, qui est de susciter la curiosité des gens, d’attirer les gens vers l’ésotérisme. Quelque chose a été fait, et beaucoup sont venus à la Gnose grâce à Tuesday Lobsang Rampa. Cela ne veut pas dire que quelqu’un peut atteindre l’auto-réalisation avec les enseignements qu’il donne, mais au moins cela favorise l’empressement spirituel des gens à rechercher la doctrine.

Public: Maître, à une autre occasion, vous avez dit que lorsque le Dalaï Lama retourne en Chine…

Samael Aun Weor : Oui, quand mon tour viendra, c’est-à-dire quand je devrai retourner —- écoutez le mot: retour —- au Tibet, alors le Dalaï Lama sera déjà là… La Chine va subir de forts bouleversements politiques et tout… donc, enfin, ils devront se retirer de l’Himalaya. Exactement, ils travaillent très dur pour les amener bientôt à se retirer de l’Himalaya. C’est un travail très dur. Les différents moines Tibétains sont très occupés. Enfin, ils devront se retirer. Il y a déjà des forces qui favorisent le retrait des forces du communisme, des Chinois du Tibet. Bientôt, ils se retireront et les forces sont en action. Ils devront quitter l’Himalaya et laisser le Tibet tranquille. C’est intéressant…

Le pays du Tibet a été envahi, non pas une fois, mais plusieurs fois. À une occasion, un groupe qui vivait dans une paix sainte – lors de l’invasion de l’Angleterre [en 1903-1904], qui était l’une des premières invasions – le Tibet a beaucoup souffert de cette invasion. Puis on savait dans le pays des Lamas, là-bas en Asie, qu’une armée Anglaise se dirigeait [de l’Inde] vers le Tibet pour l’envahir. Eh bien, bien sûr, les gens se sont réunis pour agir; une armée s’organisait déjà pour combattre les envahisseurs (les envahisseurs Anglais), mais quelque chose d’inattendu se produisit: il y avait alors au Tibet un groupe de sept individus sacrés. L’un d’eux, le plus important, le chef, l’héritier des anciennes connaissances de Tsong-Khapa, se présenta au milieu de l’assemblée et dit: « Messieurs, mesdames, enfants, nous devons recevoir les envahisseurs à bras ouverts. Il n’est pas juste de combattre qui que ce soit; ils sont aussi les enfants du Père Éternel Cosmique Commun. Ce sont nos frères. Nous n’avons pas à les tuer. Il est absurde de verser du sang. Bien sûr, tout le monde le respectait parce qu’il était l’un des sept individus sacrés. Puis, il a lui-même promis de sortir à la rencontre des Anglais pour les accueillir. Et quand il est allé les accueillir… Que s’est-il passé? Il a été abattu, tué… Les Anglais ont continué leur marche. Toute cette armée d’invasion s’est dirigée vers le Tibet. C’était très grave. Bien sûr, il a commis une très grave erreur. Il aurait été très facile d’arrêter cette armée, facile. Remarquez qu’ils devaient passer par de tels endroits, parmi les gorges des montagnes où il y a de la pierre en quantité, il suffirait de les laisser atteindre un endroit là, et de rouler ces pierres, et il n’y en aurait plus un vivant; ils auraient tué l’armée d’invasion! Mais, ce saint a « foiré », et il a bien mis la vis dedans, parce que les Anglais ont pris le contrôle du Tibet, ont tué, pillé, brûlé et ont fait tout ce qu’ils voulaient avec les gens… Des gens qui n’étaient impliqués dans le fait de blesser personne ont été soudainement attaqués par les Britanniques…

Public: Maître, ce serait là une vertu mal utilisée, non?

Samael Aun Weor : Une vertu mal placée. Toute vertu, aussi belle soit-elle, si elle est mal placée, cause du tort. Ce qui aurait été le plus indiqué aurait été de combattre les envahisseurs, de les détruire, d’organiser une armée, de les combattre, c’est clair, c’est sûr.

Public: La loi le permet-elle?

Samael Aun Weor : Eh bien, c’est clair! Vous, en tant que chef de famille, êtes avec votre femme, avec vos enfants et tout, à l’intérieur d’une maison et tout à coup un groupe de bandits vient attaquer, que feriez-vous? Allez-vous laisser votre femme et vos enfants être tués?

Public: Je vais les battre…

Samael Aun Weor : Vous ne les bénirez pas pendant qu’ils viole votre femme et tuent vos enfants; ou allez-vous dire: « Oh, s’il vous plaît, bandits, regardez, ne faites pas ça, parce que le karma vous punira. » Non! Vous devez défendre votre femme, vos enfants et le monde entier…

Public: Utiliser les mêmes armes qu’ils utilisent?

Samael Aun Weor : Votre devoir est de combattre et même de mourir dans le combat; se battre, comme les hommes sur le champ de bataille. Voilà ce que vous devez faire.

Public: Maître, et Milarépa, est-il un maître qui est encore en vie ou qui a déjà désincarné?

Samael Aun Weor : Il a déjà été désincarné il y a longtemps.

Public: Était-il un grand maître?

Samael Aun Weor : Milarépa a été avalé par Nirvana…

Eh bien, donc, messieurs, vous devez faire votre devoir.

En ce qui concerne la narration précédente, le fait le plus grave était que le moine décédé était celui qui possédait les trésors que Tsong Khapa avait laissés, et était le chef de tout ce petit groupe de sept. Ainsi, les autres se sont retrouvés sans ces trésors, évidemment. Ensuite, ils ont voulu pratiquer la Sainte-Cène d’Almznoshinoo, mais il était déjà trop tard. À cet effet, chacun d’eux a collecté une certaine quantité de son sang avec une seringue, ensuite, ils ont mélangé leur sang, et l’ont injecté dans le cadavre, car ils ont réussi à aller chercher le cadavre du moine… Le résultat a été rien du sacrement d’Almznoshinoo, il a plutôt provoqué certaines forces terribles, qui ont même mis le feu à…

Public: Qu’est-ce que l’Almznoshinoo?

Samael Aun Weor : Eh bien, si un maître, par exemple, qui doit se désincarner, avant sa désincarnation mélange dans une coupe ou un calice, le sang de tous ses disciples, et le mélange avec son propre sang, alors tous les sangs sont mélangés… Gardez à l’esprit que dans le sang il y a un élément qui est le Hanbledzoin de l’Être, c’est-à-dire le sang astral. Ainsi, grâce à ce sacrement, à ce pouvoir du Hanbledzoin de l’Être, à ce sang astral, avec lequel le maître reste connecté, le maître peut se matérialiser physiquement, c’est-à-dire rendre son corps astral visible et tangible ici, dans le monde physique, c’est-à-dire, il peut prendre son corps astral depuis le monde, la région des sacrements (Hod) et le mettre ici, dans le monde physique, et continuer à vivre comme une personne de chair et de sang, comme s’il était une personne de chair et de sang, pendant un an. Après un an, ce n’est plus possible, en raison du processus Trogoautoégocratique Cosmique Commun; le Soleil résorbe, tire le corps astral du maître, le reprend. Tant qu’un maître est dans la région des sacrements, il peut continuer et quitter la région des sacrements et entrer dans le monde physique et devenir physiquement visible et tangible. Ils voulaient faire cela avec le maître désincarné, afin qu’il puisse leur livrer les trésors de Tsong Khapa; mais il arrive que ce sacrement Almoadzien ne puisse être fait que lorsque le maître est vivant et avec la liturgie appropriée. Comme ils ne l’avaient pas fait, ils se sont retrouvés sans les trésors de Tsong-kha-pa. L’invasion était terrible. Les Anglais ont totalement mis fin aux sept saints, aux sept individus sacrés. Bien sûr, cet individu sacré a « foiré », et à cause de cela, il a jeté sur ses épaules un grand karma.

Le bien est tout ce qui est à sa place, et le mal est ce qui n’est pas à sa place. Une vertu, aussi sainte soit-elle, si elle n’est pas à sa place, est mauvaise. Ce moine a commis une mauvaise action qu’il devra payer, c’est clair, son devoir aurait été de s’impliquer… ou mieux, de ne pas s’impliquer qui aurait été le mieux; et s’il s’implique, ce serait pour organiser une armée. Mais s’il ne voulait pas s’impliquer là-dedans, il aurait mieux valu ne pas s’impliquer du tout, et aller sur une montagne pour ne pas mettre en travers sa tête, laisser les gens faire ce qu’ils veulent… mais il s’est impliqué pour saboter l’organisation militaire que le peuple faisait. Il a causé de gros dégâts, car de nombreuses personnes sont mortes. Le pays tout entier a été envahi, de nombreux crimes ont été commis, à cause de sa méprise.

Public: Maître, et contre l’invasion Chinoise, il n’y a pas eu de résistance non plus?

Samael Aun Weor : Oui, il y a eu de la résistance, et elle existe toujours, parce que le Tibet n’a pas été livré et ne le sera jamais. Cela continuera pour toujours… et comme certaines forces secrètes sont en mouvement, les Chinois quitteront bientôt le Tibet.

Public: Les Chinois… (inaudible)… Le Tibet a des forces ésotériques.

Samael Aun Weor : Oui, ils le savent, et bien sûr ils ont le vertige avec la propagande rouge qui n’arrête pas de causer des dommages à l’Himalaya.

Public: Maître, il y a une certaine version qui dit que les Chinois sont entrés au Tibet en cherchant, précisément… qu’une telle invasion n’est pas seulement politique, mais qu’ils recherchent…

Samael Aun Weor : Non non. Des potins! Et d’ailleurs, déjà les initiés Tibétains se sont retirés d’Asie et de toutes les villes là-bas; ils sont tous allés dans l’Himalaya, ils vivent sur les rochers escarpés, sur les volcans endormis. Les momies et tout ont été déplacés vers certains endroits secrets parmi les volcans de l’Himalaya… Tout a changé de place.

Au Tibet, il y avait une danse très curieuse, une série de danses sur échasses, n’est-ce pas? Des individus déguisés en démons, déguisés de multiples figures capricieuses, imitant des monstres, etc. Ce n’était que pour représenter les « Moi ». C’était une cérémonie qui a été rendue publique, cela ressemblait à un carnaval. Les Tibétains l’ont compris, mais les Chinois ne l’ont pas compris, et c’est pourquoi tout est devenu secret.

En tout cas, nous avons là un monastère: l’Ordre Sacré du Tibet, entouré de grandes murailles. Le bâtiment est assez grand avec ses halls spacieux et son grand patio où se rencontrent parfois les adeptes… Mais les Communistes Chinois ne trouveront pas ce monastère. Parce qu’il est submergé dans la quatrième verticale; ils ne trouveront jamais ce monastère, même s’ils passent très près, ils ne le verront pas…

Public: C’est Shambhala, maître?

Samael Aun Weor : Shambhala est autre chose, c’est une autre région.

Public: Et Shangri-la, maître?

Samael Aun Weor : C’est une autre région; ce sont des régions Djinn.

Public: Allez-vous à Shangri-la?

Samael Aun Weor : Shangri-la… Aujourd’hui ça fait mal de contempler la Vallée d’Amitabha envahie par les forces ténébreuses des Communistes Chinois, ça donne une vraie tristesse. Parce que dans cette Vallée d’Amitabha, de nombreuses festivités ont été célébrées, de nombreux Almznoshinoo religieux ont eu lieu. C’était toujours plein d’un certain mysticisme spirituel. Et maintenant, quand on voit les Communistes Chinois là-bas dans la Vallée d’Amitabha, on sent…

Pour entrer là où se trouve le monastère, il faut traverser la Vallée d’Amitabha… Je connais toutes ces montagnes escarpées du Tibet, dans l’Himalaya. Et j’ai dû conduire de nombreux voyageurs. Écoutez bien: j’ai dû les conduire; je dois conduire de nombreux voyageurs.

Public: Au fait, maître, on dit que lorsque les Chinois ont envahi, j’ai entendu des commentaires selon lesquels vous aviez guidé un certain groupe pour les protéger des envahisseurs.

Samael Aun Weor : Oui, certains ordres devaient être donnés, mais c’étaient plutôt des ordres ésotériques: je devais donner certaines directions, conseils, consignes, etc… Je devais les donner.

Tout cela de l’Himalaya est très intéressant. Il reste encore des vestiges de l’ancien royaume, des royaumes qui existaient dans l’Himalaya. Il ne reste plus que leurs traces… Je connais de très près l’Himalaya. Les temps ont changé aujourd’hui et il ne reste plus que les ruines de ces anciennes villes. Mais le Plateau Central d’Asie est très intéressant.

Il y a un petit groupe de lamas qui ont déjà des vaisseaux cosmiques en leur possession. Ce petit groupe, aujourd’hui, est complètement séparé de l’Asie; ils vivent dans un endroit inaccessible aux Communistes Chinois, là-bas, petit… Une vallée entourée d’immenses montagnes, couvertes de neige et de glace; ils sont dans une grande caverne… Ils sont un groupe de lamas; ils y ont secrètement stockés les vaisseaux. Ils voyagent vers d’autres mondes habités avec ces vaisseaux. Donc, il y a déjà un groupe de personnes sur Terre qui ont ces vaisseaux cosmiques en leur possession et qui voyagent vers d’autres mondes dans l’espace. Il y a aussi un autre groupe, que nous connaissons déjà, en Amazonie, n’est-ce pas? Qui est formé par un groupe de disciples de Marconi. Et il semble qu’il existe un autre petit groupe également en Argentine, qui possède également les vaisseaux cosmiques. Mais je ne suis en contact direct qu’avec ce groupe de lamas Tibétains de l’Himalaya, qui ont les vaisseaux cosmiques en leur possession. Ils en ont quelques-uns, un petit nombre de vaisseaux cosmiques, mais ceux-ci suffisent pour les transporter dans n’importe quel monde de l’espace infini, et pour être personnellement en contact direct avec les extraterrestres. Donc, tout dans le monde n’est pas comme ça, comme nous le voyons ici. Le monde a d’autres visages, d’autres formes, d’autres personnes très différentes. J’aimerais vivre en tout temps avec ces gens là-bas; mais il faut être impliqué ici, pour faire l’œuvre du Père, pour travailler, fébrilement, en donnant les enseignements. Si ce n’était pas pour ça, je serais là à toute heure; et je dis « à tout moment », parce que parfois je suis là-bas. Oui, c’est à mon tour, même dans les montagnes, je dois parfois guider certaines caravanes. Des caravanes de voyageurs qui ne connaissent pas les itinéraires, et je connais ces itinéraires.

Public: Dans l’astral, Maître?

Samael Aun Weor : Physiquement, physiquement… Ne soyez pas surpris à cause de ça… Physiquement, et ne soyez pas surpris à cause de cela…

Public: Ces personnes ont-elles des degrés supérieurs ou des gens ordinaires?

Samael Aun Weor : Eh bien, des caravanes qui nous demandent de les guider, et il faut les guider dans les montagnes.

Public: Ils vous appellent, vous invoquent?

Samael Aun Weor : Non, personnellement: ils demandent mon service, et pas seulement moi, mais d’autres guides. Je suis l’un des nombreux… Voyons voir…

Public: Apparaissez-vous physiquement là-bas lorsque vous apparaissez, avec le costume que vous portez ici à ce moment-là, ou s’agit-il d’un autre costume; ou est-ce que ça change immédiatement?

Samael Aun Weor : Eh bien, je porte des vêtements Tibétains là-bas. C’est de l’ubiquité… Ne vous étonnez pas de cela. Le phénomène d’ubiquité est un phénomène bien connu dans la Science Djinn, c’est juste normal…

Public: Assistez-vous à plusieurs endroits en même temps?

Samael Aun Weor : Eh bien, oui, pour vivre ailleurs en même temps, je peux y vivre et vivre ici en même temps.

Public: Simultanément?

Samael Aun Weor : Simultanément…

Public: Et physiquement?

Samael Aun Weor : Et physiquement!

Public: Êtes-vous en train de dire que vous pouvez le faire?

Samael Aun Weor : Je connais la science… (rires). Physiquement, je peux y travailler et guider les voyageurs à travers les montagnes, et parler avec vous ici, simultanément.

Public: Maître, dans votre livre « Le Mystère de la Fleur d’Or », vous déclarez que Milarépa « a pu projeter son corps subtil de manière à être présent dans vingt-quatre lieux saints où se réunissent des dieux et des anges ».

Samael Aun Weor : Oui c’est vrai. Milarépa avait de grands pouvoirs. Mais, après tout, Nirvana l’a avalé ; c’est sa volonté, car chacun est libre de choisir le chemin. En ce qui me concerne, je ne suis pas sur ce chemin. Je suis le Chemin Direct, ce chemin des humains qui renoncent au bonheur pour continuer à travailler ici avec l’humanité. Le Chemin Direct: c’est le meilleur!

Public: Maître, celui d’être physiquement transporté… vers les pays d’Amérique…

Samael Aun Weor : Je n’ai pas cet ordre. Pour l’Amérique du Sud, rien. J’y vais constamment dans l’astral. Je porte également mon corps dans l’état Djinn; mais oui, pour aller y vivre ou…

Public: Ou physiquement pour apparaître et…

Samael Aun Weor : Eh bien, j’y vais constamment: pour certains je deviens visible et tangible. Pas avec tout le monde, car nous ne sommes pas là pour satisfaire la curiosité… mais là où il faut que l’on devienne visible et tangible, je le fais physiquement, partout où c’est nécessaire et pas là où ce n’est pas, alors, je le fais quand c’est nécessaire.

Public: Maître, si la moisson du mouvement Gnostique a été perdue, que reste-t-il à faire?

Samael Aun Weor : Les choses vont mal simplement parce que les frères et sœurs ne travaillent pas à la dissolution de leur ego. De ce point de vue, nous disons qu’ils vont mal. Tant que quelqu’un ne passe pas par l’annihilation Bouddhique, rien n’a été fait. Tant que quelqu’un ne travaille pas sur sa propre vie, il perd du temps misérablement. La vie est un film, en effet. Avec la mort, nous retournons au point de départ du film, et nous le portons à l’éternité; avec le retour nous apportons notre film pour le projeter à nouveau sur l’écran de l’existence, sur le tapis de l’existence. Mais c’est le même film, il ne change pas; c’est le même qui se répète d’existence en existence. Le même film, le même que toujours. Si quelqu’un ne travaille pas sur sa propre vie pour modifier ce film, ils perdent misérablement leur temps. Finalement, le nombre d’existences, le cycle de la manifestation, est terminé, et ensuite ils doivent se déplacer dans les entrailles de la Terre. Telle est la réalité des faits. Ainsi, on peut avoir été très « Gnostique », mais si l’on ne transforme pas sa propre vie, on perd du temps misérablement. Et une personne ne transforme pas sa vie tant qu’elle n’a pas dissous l’ego. Ainsi, ceux qui ne travaillent pas à la dissolution de leur ego perdent misérablement leur temps. Telle est la crue réalité des faits.

Public: Nous, les Gnostiques, devons souvent lutter contre des entités ténébreuses. Par exemple, lorsque j’en rencontrais particulièrement plusieurs chez des possédés, nous devions prononcer toutes sortes de conjurations. Je veux vous demander: est-ce un cours qui nous concerne, par lequel nous devons passer, par suite de… c’est-à-dire pour acquérir l’expérience, ou comment l’expliquer, maître?

Samael Aun Weor : Ce qui se passe, c’est que nous les Gnostiques, c’est-à-dire ceux d’entre nous qui sont sur le chemin, devons souvent lutter contre nous-mêmes, contre les entités ténébreuses que nous portons en nous-mêmes, dans notre propre maison, c’est normal. Si l’on ne se bat pas contre soi-même, on est « ruiné ». Il faut se battre pour la destruction des agrégats psychiques inhumains que nous portons à l’intérieur. Telle est la crue réalité des faits.

Public: Et les possédés?

Samael Aun Weor : Les possédés sont possédés; ils ont toujours été là et le seront toujours. Ce sont des cas… des machines, par exemple, extrêmement impuissantes, donc des agrégats psychiques étrangers pénètrent à l’intérieur de ces machines, c’est tout.

Public: Les Gnostiques doivent-ils aider les possédés à tout moment ou de toutes les manières possibles ou seulement dans certains cas pour que…?

Samael Aun Weor : Eh bien, quand on vous demande le service…

Public: Seulement quand ils demandent?

Samael Aun Weor : Oui c’est ça!

Public: Parce qu’on ne peut pas s’impliquer avec…

Samael Aun Weor : Dans les affaires d’autrui; s’ils nous demandent le service il y a…

Public: Écoutez maître, je veux vous poser une question, car il y a eu confusion chez de nombreux frères. Toujours en train de parler là-bas, avec eux ce matin, je suis encore entré dans cette confusion.

Samael Aun Weor : Aha!

Public: Ils considèrent que l’arrivée d’Hercolubus est… ils montrent l’année 1999. Comment pensez-vous allez-vous étendre votre doctrine en Asie, au Japon, en Afrique, alors ma question est la suivante: Et si pendant 10 ou 15 ans on ignore cette promotion de la doctrine, ces gens n’auront pas assez de temps pour l’auto-réalisation intime de leur Être, parce qu’Hercolubus s’approche; mais si c’est en l’an 2500, alors il y a assez de temps? Alors, je veux que vous clarifiiez ceci.

Samael Aun Weor : Le mental des êtres humains est drôle: ils pensent toujours à toutes ces choses. En fait, vraiment, qui est celui qui dit connaître la date exacte de la grande catastrophe? Il n’y en a qu’un qui le sait, et celui-là est le Père qui est en secret.

Ainsi, Nostradamus déclare que la grande catastrophe se produira en 1999. Eh bien, c’est Nostradamus pas moi. Je ne pense pas que ce soit en 99. J’ai dit que c’était en 2500, mais c’est une date symbolique, car 2 + 5 font 7. Cela signifie que lorsque le septième sceau sera ouvert, la grande catastrophe se produira. Telle est la crue réalité des faits.

Jusqu’à présent, l’humanité a ouvert six sceaux. Il n’a pas encore ouvert le septième. Le premier sceau a été ouvert dans la première sous-race, sur le Plateau Central d’Asie. Le second a été ouvert avec la seconde sous-race dans le sud de l’Inde et dans toute l’Asie en général. Le troisième a été ouvert par la troisième sous-race, en Égypte, en Chaldée, en Phénicie, en Syrie, en Babylone, etc. Le quatrième sceau a été ouvert à l’époque Gréco-Romaine des Césars. Le cinquième a été ouvert par les Saxons, les Teutons, les Anglais, etc. Le sixième a été ouvert lorsque les Espagnols ont envahi l’Amérique Latine et se sont mêlés aux races nativees Américaines. Et le septième sceau doit maintenant être ouvert, avec le mélange de tout le sang du monde entier aux États-Unis, en Europe, etc., c’est-à-dire avec l’avènement de la septième sous-race de la grande race racine Aryenne. C’est donc l’ouverture du septième sceau. À quelle heure est ouvert le septième? Je ne sais pas, ni les anges du ciel ne le savent, pas même le Fils ne le sait, mais seulement l’Ancien des Siècles. Ainsi, personne ne le sait.

Ce que je sais, c’est qu’il est sur le point d’être ouvert, car Hercolubus est aux yeux des astronomes. Les astronomes ont fait des cartes de la grande catastrophe. Pourquoi ne les publient-ils pas? Parce que c’est interdit, ils sont censurés, ils ne sont pas autorisés à créer une hystérie de masse. Mais, oui nous l’avons, vous avez vu la carte cosmique dans notre institution; cela a été pris dans une bibliothèque des journaux; c’est officiel, cela vient du gouvernement. Cela vient des astronomes. Et tout comme les astronomes ici l’ont, les astronomes partout en Europe, en Asie et partout l’ont. C’est officiel, c’est déjà une affaire officielle et de la connaissance des gouvernements eux-mêmes. Seulement, il est interdit de la divulguer afin d’éviter une hystérie de masse. Mais Hercolubus arrive, et c’est de l’avis de tous les astronomes du monde entier, et c’est celui qui apporte la tragédie, celui-là!

Avec l’arrivée d’Hercolubus, la première chose qui sautera à la surface sera le feu liquide de l’intérieur de la Terre. Bien sûr, c’est un monstre, un géant, des milliers de fois plus gros que la Terre, il s’approche dangereusement de notre monde, alors que peut-il se passer? Eh bien, il doit tirer magnétiquement, non seulement le feu, mais aussi l’eau. Il y aura des vagues monstrueuses jamais vues auparavant, le feu à l’intérieur de la Terre, le feu liquide, devra s’élever; des volcans pousseront partout et même une partie de la croûte terrestre se décomposera en morceaux; alors tout le feu liquide se répandra sur toute la surface du monde, sur tous les continents. C’est le jour du grand feu universel… C’est donc une chose logique de se produire, à cause de l’attraction magnétique de cette planète qui se rapprochera trop près de notre planète.

Tout être vivant périra par le feu. Enfin, à l’approche la plus proche d’Hercolubus, la révolution des axes de la Terre aura lieu, et fera tourner la pauvre Terre à l’envers: les pôles deviendront l’équateur et l’équateur les pôles. Les mers changeront de lit et les continents actuels seront au fond des océans. Ainsi, toute l’humanité périra. Il ne restera plus personne en vie pour raconter l’histoire. De cette humanité « il n’y aura pas de marionnette avec une tête ». Telle est la crue réalité des faits.

Nous allons organiser une petite armée, un petit groupe. Nous attirerons des millions de personnes, et parmi ces millions nous verrons combien vont être dignes d’être emmenées dans le nouvel exode biblique, avant la grande catastrophe. Le nouvel exode sera effrayant. Les frères et sœurs, nous tous qui allons travailler, devront sortir les élus, les sortir, dirions-nous, de partout, de tous pays, nations et langues; ils devront être emmenés dans un certain endroit du Pacifique… Un endroit dans le Pacifique d’où la catastrophe peut être vue et où ils ne subiront aucun dommage. En ces jours-là, la Terre sera enveloppée de feu et de vapeur d’eau, et ces élus seront le noyau de la future sixième race racine. De nouvelles terres émergeront du fond des mers, de nouveaux continents se formeront, et quand un double arc-en-ciel apparaît dans les nuages, signe d’une nouvelle alliance de Dieu avec les humains, ces élus vivront dans ces nouvelles terres, et d’eux viendra la toute nouvelle grande race racine, la sixième race racine. Lorsque cela se produit, ces élus ne doivent pas avoir en eux même une particule d’ego. Celui qui a l’ego ne sera pas admis dans la Terre Promise de demain. Seuls des innocents seront admis, des personnes dépourvues d’ego, absolument innocent. Voyez-vous ce que cela signifie? Celui qui a l’ego ne sera pas admis.

Public: Resteront-ils sur l’île?

Samael Aun Weor : Eh bien, ils seront désincarnés, puisque les corps physiques seront donnés exclusivement à ceux qui n’en ont pas d’ego. Parce que dans la futur grande race racine, il n’y aura personne qui a l’ego, même pas un pour cent d’ego, seuls les innocents y vivront, ceux qui ont conquis l’innocence, ou qui ont reconquis l’innocence dans le mental et le cœur.

Public: Quelle est la raison? Maître, pour que ce double arc-en-ciel apparaisse, c’est-à-dire que cela s’est rarement produit? Parce que dans une petite ville de l’Équateur, à Bamahoyo, j’ai eu l’occasion de voir un arc-en-ciel bien marqué et un autre qui était, plus ou moins, en moitié…

Samael Aun Weor : Ce sont des phénomènes très importants, un signal mystique ou ésotérique.

Quand ce double arc-en-ciel apparaîtra dans les nuages, à cet âge, à ce moment-là, l’âge d’or sera annoncé. Il ne restera donc plus rien de ces Aryens pervers qui peuplent désormais la surface de la Terre, rien, absolument rien. Telle est la crue réalité des faits.

Public: Maître, je voulais vous demander quelle est l’obsession psychique dont vous avez parlé hier soir dans la Troisième Chambre? Quand je me suis endormi et que vous êtes venu me réveiller, puis vous avez dit que c’était une obsession psychique.

Samael Aun Weor : Une entité ténébreuse qui a pénétré votre peau…

Public: Oui maître. À ce moment, j’ai senti que mon cœur battait trop fort…

Samael Aun Weor : C’était un ténébreux… tu peux être sûr que c’est un ténébreux, parce que j’ai dû le sortir… Tu ne devrais pas laisser les ténébreux entrer en toi, tu dois être sur tes gardes.

Public: Que faut-il faire dans ces cas?

Samael Aun Weor : Sortez-les. C’est pourquoi nous avons les Conjurations. Ou simplement versez de l’eau sur leurs visages.

Public: Comment pouvons-nous nous défendre?

Samael Aun Weor : En étant toujours sur ses gardes. Quand vous savez que les ténébreux peuvent entrer, ne manquez pas d’être sur vos gardes.

Public: Maître, je pensais que vous étiez… mais c’était lui qui partait… J’ai senti qu’une personne marchait vers moi, alors j’ai cru que c’était vous qui marchait vers moi, parce que je sentais qu’il allait avec un bâton, j’entends par terre comme le battement d’un bâton; et j’ai dit: « C’est Maître Samael qui vient vers moi… » Mais alors, quand j’ai senti que vous veniez vers moi, j’ai tout de suite senti que vous aviez changé…

Samael Aun Weor : – direction!…

Public: Direction! Oui, c’était comme ça, je l’ai ressenti comme ça, j’ai dit: « Peut-être que quelqu’un va passer », n’est-ce pas? Mais au moment où j’ai ressenti cela, j’ai senti la conscience, vous me comprenez? J’étais alerte, ou j’ai vu ce qui se passait, mais j’étais là… Et mon cœur battait trop fort.

Samael Aun Weor : Aucun doute à ce sujet!… parce que c’était un ténébreux qui a profité du moment où ton mental était calme et… c’était un ténébreux parce que je l’ai regardé en détail, c’est pourquoi j’ai dû le sortir, et je l’ai emmené dehors, c’était un ténébreux…

Public: Maître, et bien que, par exemple, je demande de l’aide, disons, vous ou Maîtresse Litelantes, à ce moment-là, alors, pourquoi le ténébreux devrait-il y entrer?

Samael Aun Weor : C’est parce qu’il s’est déjà installé. Après avoir été logé dans les cinq cylindres de la machine, il ne veut pas libérer la machine. C’est ce qui s’est passé. Et pour le sortir de là, vous devez faire un petit effort: vous battre et le chasser, le conjurer… Qu’avez-vous dit?

Public: Non, rien, Maître…

Samael Aun Weor : C’est terrible les ténébreux. Comment ils envahissent les organismes et tout!

Public: Est-ce par récurrence?

Samael Aun Weor : Non… quand nous ne sommes pas sur nos gardes alors les ténébreux entrent dans notre « maison » sans permission; alors, ne laissez pas les ténébreux pénétrer en vous, ne le permettez pas. Soyez sur vos gardes!… Sur vos gardes!

Public: Autrement dit, maître, ne pas nous oublier, n’est-ce pas? Lorsqu’on baisse la garde, c’est lorsqu’on s’oublie?

Samael Aun Weor : Bien sûr, quand on s’oublie, on baisse la garde! Donc c’est ça.

En tout cas, je vous ai déjà dit que l’essentiel dans la vie, vraiment l’essentiel, c’est l’annihilation Bouddhiste, passer par l’annihilation Bouddhique, et pour cela il faut travailler très dur. On peut annihiler ou désintégrer les « Moi », les agrégats psychiques, on peut le faire parfaitement – disons – à travers la méditation et la prière…

Maintenant, la force la plus importante pour désintégrer les agrégats psychiques est dans la Forge des Cyclopes. C’est là qu’il y a une formidable force électrique, qui permet de transformer tous les agrégats psychiques en poussière. J’ai transformé les agrégats psychiques que j’avais en poussière simplement en faisant le travail dans la Forge des Cyclopes, intentionnellement, objectivement, et là je les ai transformés en poussière…

Public: Maître, est-il plus facile de désintégrer les ego avec les corps solaires déjà construits, ou en tant que disciple?

Samael Aun Weor : De toute façon, c’est la même chose, et ce n’est pas si facile. C’est un combat à mort qu’il faut mener contre soi-même. Que l’on ait les corps solaires ou non, c’est pareil.

Public: Autrement dit, la personne qui a construit les corps solaires a-t-elle également la possibilité de devenir un hasnasmuss plus rapidement?

Samael Aun Weor : Eh bien, l’homme, celui qui a les corps existentiels supérieurs de l’Être en remplissant le devoir Partkdolg de l’Être, peut devenir un hasnamuss avec un double centre de gravité s’il n’élimine pas les agrégats psychiques, c’est clair. S’il les élimine, alors merveilleux! Il devient un humain solaire. Mais s’il ne les élimine pas, il devient un hasnamuss avec un double centre de gravité. Telle est la crue réalité des faits.

Écoutez bien, en ce qui concerne les agrégats psychiques, que ce soit avec des corps solaires ou sans eux, de toute façon on est « ruiné », car on va dans l’abîme vers la Seconde Mort.

Public: Maître, par rapport à l’expérience de la nuit dernière, que dites-vous de l’entité. Est-ce mon ego qui prend effectivement possession, ou d’une entité qui est à l’extérieur?

Samael Aun Weor : C’est une entité, n’importe laquelle. Ne vous inquiétez plus et ne pensez plus à cela, car vous l’attirez.

Public: Le mieux est d’oublier?

Samael Aun Weor : Oubliez ça, n’y pensez plus!…

Public: Maître, je vous dis cela parce que, par exemple, la dernière fois, pendant la guérison de la Semaine Sainte, vous vous souvenez?

Samael Aun Weor : Oui…

Public: Donc, à la maison, parfois quand je pratique un peu, cela m’est arrivé; mais je demande son aide à Mère Nature. Ensuite, vous m’avez dit: « Vous vibrez beaucoup avec Mère Nature. » Ensuite, j’ai ressenti quelque chose de similaire, alors je veux que vous me disiez la différence entre ceci et cela.

Samael Aun Weor : L’expérience pratique vous le dit. Continuez d’appeler votre Mère Divine Kundalini et travailler, et c’est tout. L’expérience vous l’indiquera, ça ne s’apprend pas…, ça ne s’apprend pas mais par la marche. Dans tous les cas, n’oubliez pas que vous êtes un Bodhisattva ; et vous vous « foutez en l’air » en acceptant ces ténébreux, compris? Vous avez les corps existentiels supérieurs de l’Être déjà formé. Vous n’avez plus besoin de les fabriquer, vous les avez! Il ne vous reste plus qu’à désintégrer votre « ego », le transformer en poussière, le réduire en cendres, c’est tout. Et n’admettez pas de ténébreux à l’intérieur de votre corps, c’est tout.

Ainsi, mes chers frères et sœurs, il est vital de comprendre, alors, que la principale force pour désintégrer les agrégats psychiques inhumains que nous portons à l’intérieur, est précisément dans la forge des Cyclopes, c’est-à-dire dans la forge de Vulcain. C’est là que se trouve la plus grande force.

Si on ne travaille pas, on retarde simplement l’annihilation Bouddhique. Et il faut passer par la grande annihilation si l’on veut avoir une certaine réalité, si l’on veut être, vraiment.

Alors que l’on n’a pas vécu l’ annihilation Bouddhique, on n’a pas de réalité, on est un simple robot. Comme je l’ai dit hier soir, « programmé ». Qui le programme? Nos propres impressions du passé nous programment… donc, on est programmé, on est un robot et rien de plus qu’un robot programmé par des impressions. C’est une synthèse, à titre d’exemple, qu’il faut savoir comprendre. Être un robot, je pense, n’a rien d’agréable, n’est-ce pas? Il vaut mieux avoir la réalité, et vous avez la réalité lorsque vous passez par l’annihilation Bouddhique. Si l’on ne passe pas par l’annihilation Bouddhique, on n’a pas de réalité.

Maintenant, concernant la dissolution des agrégats, je veux vous dire qu’il y en a des très difficiles, comme celui qui s’auto-mérite: penser qu’on mérite tout. Celui qui s’auto-mérite est ce dont nous devons nous occuper en tant que missionnaires. Je me considère aussi comme missionnaire; je pars aussi en mission avec les voyages, pour enseigner aux gens et tout ça. C’est pourquoi nous devons être vigilants, car il peut arriver qu’en travaillant pour l’humanité, nous nous sentions pleins de mérites, et nous disons: « Eh bien, mais si j’ai travaillé pour l’humanité, je travaille, je le mérite. Je le mérite puisque je fais quelque chose pour l’humanité, je me suis sacrifié. » Eh bien, cette question d’auto-mérite est très grave, car nous ne méritons vraiment rien.

Si je vous disais cela, « je le mérite, car j’ai écrit des livres et formé un mouvement ». Parce que j’ai formé le mouvement Gnostique, je ne pense pas mériter quoi que ce soit. Parce que qui est celui qui a formé le mouvement Gnostique? Celui à l’intérieur. Qui est-il? L’Ancien des Jours, la Bonté des bontés, la Miséricorde des miséricordes, le Caché des cachés. Il a ses mérites et je ne suis que son instrument. Les mérites sont les siens, pas les miens. Si je pense que je mérite tout et que vous devez reconnaître mes mérites, « parce que j’ai formé le mouvement Gnostique », et que je me présente devant vous la tête pleine de fumée, je commets une faute très grave, car je ne mérite rien de tout cela, je n’ai rien fait de cela. Celui qui fait le travail est le Père. En tant que véhicule je l’ai servi et c’est tout… Un instrument imparfait,une « petite machine » là qui sert plus ou moins le Seigneur à écrire ses livres; qui les écrit, c’est Lui, pas moi. C’est Lui à travers cette « petite machine », à travers ces doigts qui, d’ailleurs, sont déjà un peu à moitié détruits de donner tant à la machine à écrire… C’est une « petite machine » qui s’abîme déjà jusqu’aux doigts de tant d’écriture. Elle est vieille, mais la « petite machine » est là. Mais pourrais-je dire que j’ai des mérites? Suis-je le propriétaire de la sagesse universelle? Le Seigneur a les mérites, parce qu’Il est celui qui a les mérites. Je ne suis que Son véhicule ou instrument, un véhicule imparfait. Lui seul est parfait. Ainsi, cette question du « Moi » méritant ou auto-méritant doit être éliminée. Tant que l’on a ce « Moi » auto-méritant, de penser que l’on mérite tout, on ne pourrait rien faire d’autre que de continuer comme ego, et continuer comme ego est très triste, car de cette manière la libération n’est pas réalisée.

De plus, nous le ressentons toujours; ceux qui ne le disent pas, le ressentent: « Je me suis sacrifié, je me suis battu, je forme le mouvement, j’ai mes mérites déjà mérités. » Eh bien, l’auto-méritant ne se laisse pas mourir en soi-même. On doit savoir qu’on, on, on, n’est qu’un misérable ver et rien de plus, que l’on ne vaut rien, que l’œuvre est du Seigneur, de l’Ancien des Jours; c’est lui qui fait le travail. Nous ne valons rien, nous ne sommes rien. Vous devez comprendre cela. Tant que cela n’est pas compris, alors l’ego continue d’exister.

Maintenant, nous pouvons le comprendre intellectuellement et dire: « Oui, c’est vrai », mais c’est une autre chose de vraiment le comprendre et le ressentir, n’est-ce pas? Vous devez comprendre et savoir et ressentir que, vraiment, vraiment, nous ne sommes rien. Seul le Père qui est en secret a des mérites. Nous n’avons aucun mérite. Tout au plus, nous servons d’instrument. En tant qu’instrument, nous pouvons être plus ou moins utiles. Si nous sommes plus « morts », nous serons plus utiles; si nous sommes moins « morts », nous serons moins utiles. Plus on est « mort », plus on est utile comme instrument, mais toujours comme instrument! Mais croire que l’on est celui qui fait le travail, c’est absurde! Parce que nous ne sommes rien, ne valons rien, ne méritons rien.

Dans les existences passées et dans la présente, nous avons tous, disons, péché contre le Père, commis de nombreux crimes, de nombreux crimes et de nombreuses erreurs. Aucun de nous ne peut dire: « Homme, je n’ai jamais dans ma vie, dans aucune existence, fait d’erreur. » Lequel de nous peut dire cela, lequel? Vous en connaissez un?

Se croire saint… Il y a un « Moi » qui pense qu’il est saint, le « Moi » du plus saint: il pense qu’il est endossé, le plus saint, qui mérite tout. C’est le « Moi » Pharisien. Nous devons éliminer le « Moi » Pharisien si nous voulons parvenir à l’annihilation Bouddhique.

Public: Maître, un problème survient parmi les missionnaires. C’est arrivé tout le temps, et je pense que cela continuera à arriver, le fait que nous croyons chacun de nous, nous nous croyons mieux que les autres missionnaires. Et il arrive que lorsque nous allons dans un endroit où un autre missionnaire a été, il est fort probable que nous annulions le travail qu’un autre a accompli. Ensuite, il y a toujours des problèmes de cette nature, et des problèmes d’un genre et des problèmes d’un autre genre, à cause de l’orgueil et parce que « j’en sais plus », et parce que « je fais les choses mieux que l’autre et mieux que ça », alors, commentant cela avec Monsieur C., il m’a dit: « Il n’y a pas de missionnaire meilleur que l’autre; celui qui est meilleur est celui qui ne fait pas de désordre; et c’est mieux parce qu’il ne fait pas de gâchis. » Et c’est ce que Monsieur C. m’a dit. J’aimerais, Maître, que vous nous en parliez.

Samael Aun Weor : Je dis que les missionnaires doivent faire leur travail en donnant des enseignements partout, mais sans interférer avec le travail des autres. Chacun est responsable de son propre travail. Si un missionnaire a réussi à établir un Lumisial et former un groupe, les autres missionnaires doivent respecter le Lumisial qu’il a établi et ne pas venir de l’extérieur, de la rue, pour le réformer, car cela est irrespectueux. C’est comme si quelqu’un, en ce moment, faisait irruption dans ma maison et disait: « Eh bien, cette maison est mal agencée: cette pièce est horrible, que les meubles ne fonctionnent pas, apportez d’autres meubles; et cette salle à manger, c’est horrible, apportez une autre table, elle ne sert à rien! Et, regardez ces chambres, comment elles sont? Changeons-la, déplaçons les lits d’un endroit à l’autre! » Eh bien, que diriez-vous de cette personne? Il commet des abus. La même chose est faite par le missionnaire qui va détruire un groupe qu’un autre dirige lorsqu’il veut le réformer. C’est un autre crime. Que chacun réponde pour son groupe. Que chacun réponde pour son peuple devant la Loi et devant le Père; que personne ne gêne le travail d’autrui, car c’est un crime.

Public: Maître, mais au cas où le missionnaire international dirait: « Eh bien, cela se fera sous ma responsabilité, même si le missionnaire précédent a dit autre chose. » Et il dit: « Eh bien, même s’il a fait cela, cela va changer et c’est ma responsabilité. »

Samael Aun Weor : Il est « curieux ». Il est là où il ne devrait pas être. Allez former de nouveaux groupes; ne venez pas réformer le travail des autres. Chacun est chacun, et chacun rend compte de son œuvre devant la Loi et devant le Père. Ils ont donc commis tout ce genre d’abus en Amérique Centrale et en Amérique du Sud, et c’est certainement malheureux.

Public: Que devez-vous faire dans ce cas?

Samael Aun Weor : Respectez les groupes qui se forment; s’ils ont été correctement formés, ils doivent continuer avec leur ordre établi…

Public: Désolé pour l’interruption, Maître, vous avez un appel téléphonique de la Station de Télévision Centrale.

Samael Aun Weor : Ah oui! Eh bien, voyons de quoi il s’agit…

Si le prochain est exploité, etc., alors l’ordre doit être établi. Il est clair que si vous estimez qu’il est nécessaire d’envoyer un missionnaire là-bas, de mettre de l’ordre dans un Lumisial qui est dans le chaos, et que l’autre missionnaire a déjà abandonné son peuple, alors c’est différent. Mais pour un missionnaire avec un groupe, qui a son propre groupe, qui a un Lumisial, qui l’a formé, qui lui a coûté des sacrifices, et tout à coup un autre vient « réformer ce qu’il a fait », c’est une erreur. Ce que je dis s’applique non seulement aux missionnaires, mais aussi aux directeurs de sanctuaire. Personne ne devrait aller réformer le sanctuaire d’un directeur.