Extrait de l’Introduction de l’Éditeur à l’Iintroduction à la Gnose.


Dans son livre Fondamentaux de l’Éducation Gnostique, Samael Aun Weor nous rappelle une expérience fondamentale de la vie:

« Cette Via Crucis qu’est notre misérable existence commence dès la petite enfance et la jeunesse avec des troubles mentaux dus à des tragédies familiales intimes, des difficultés à la maison et à l’école, etc.

« Il est clair que pendant l’enfance et la jeunesse, tous ces problèmes ne parviennent pas à nous toucher vraiment – à quelques exceptions près – d’une manière très profonde; cependant, lorsque nous devenons adultes, nous commençons à nous demander: « Qui suis-je? D’où je viens? Pourquoi dois-je souffrir? Quel est le but de notre existence? » etc.

« Sur le chemin de la vie, nous nous sommes tous posé ces questions. Nous avons tous voulu à un moment donné investiguer, se renseigner, découvrir le « pourquoi » de tant de chagrins, troubles, luttes et souffrances, mais malheureusement, nous semblons toujours nous retrouver enfermés dans une théorie, ou dans une certaine opinion, ou dans une croyance, ou dans ce que le voisin a déclaré, ou dans ce qu’un vieux fogie décrépit nous a dit, etc.

« Ainsi, puisque nous avons perdu notre vraie innocence et la paix d’un cœur tranquille, nous sommes incapables de faire l’expérience directe de la vérité, dans toute sa dureté, étant donné que nous dépendons de ce que les autres pourraient dire; donc, à cause de cela, nous sommes évidemment sur la mauvaise voie. »

La vérité est celle qui répond à nos questions les plus fondamentales sur la vie, sur nous-mêmes et sur tous les « pourquoi » qui restent des énigmes pour nous en dépit de nos théories et croyances. Mais la « vérité » ne peut être connue par une simple théorie ou croyance. La vérité est quelque chose qui ne peut être mis en cage ou conceptualisé: elle doit être connue à travers l’expérience. En ce sens, on peut dire que la vérité est vraie pour celui qui l’a vécue, et pour celui qui ne l’a pas vécue, la vérité est inconnue. Cela peut être comparé au premier moment où nous avons goûté au miel, ou vu l’éclat du sourire de notre propre enfant, ou même ressenti le poignard de la trahison dans notre cœur. Tant qu’ils ne sont pas vécus, ces moments ne peuvent être expliqués, compris ou connus. Mais, parmi ceux qui ont partagé la même expérience, il existe des connaissances partagées qui peuvent être tacites mais qui sont néanmoins comprises par tous.

L’expérience fournit un type particulier de connaissances vivantes et profondes. Cela ne dépend pas des livres ou d’une autorité extérieure de quelque nature que ce soit. Quand on a vécu, on sait.

Le mot Grec Gnosis fait référence à cette connaissance expérientielle spéciale, en particulier en ce qui concerne les vérités fondamentales de l’existence. La Véritable Gnose vient de l’expérience consciente de la vérité de la vie, de la mort et de tous les mystères qui nous entourent. Par « expérience consciente », on entend une forme de perception active et éveillée, qui pénètre bien plus que ce qui est physique. La conscience- lorsqu’elle est éveillée – peut percevoir d’autres dimensions. C’est ici que la véritable Gnose commence à fleurir dans le mental et le cœur, révélant la vérité à l’âme.

Ce genre d’expérience est possible pour tout le monde. Peu importe ce que l’on croit ou d’où l’on vient. Vous pouvez être dévotement religieux ou profondément indépendant, tout en acquérant l’expérience personnelle de ce qui existe au-delà des sens physiques. De plus, il n’est pas nécessaire d’appartenir à un groupe ou de promettre quoi que ce soit à qui que ce soit. Et, plus scandaleux encore, vous n’avez à payer d’argent à personne. Malgré les demandes scandaleuses de milliers de groupes et d’enseignants « spirituels », vous pouvez expérimenter et connaître la vérité même si vous êtes financièrement pauvre. La Véritable Gnose est pour quiconque est prêt à faire l’effort par lui-même; la vérité ne dépend pas de qui vous connaissez.

Afin d’arriver à l’expérience de la vérité, il y a des étapes nécessaires. Tout dans la nature fonctionne selon les lois et non selon notre convenance. C’est là que la plupart des gens se détournent de la vérité: la vérité ne réconforte pas nos illusions ni ne s’accommode de nos attachements. Par conséquent, en raison de la peur et du désir de sécurité, la plupart des gens évitent la vérité, préférant plutôt rester réconfortés par leurs croyances personnelles, même si ce sont des illusions. Mais, pour celui qui est assez courageux pour faire face à sa propre tromperie, la réalité de la Gnose est rapide à voir. Et, pour celui qui est assez courageux pour affronter et changer ses propres contradictions et erreurs intérieures, la Gnose – la connaissance qui émerge de cette investigation intérieure – devient une lumière illuminante et une médecine nourrissante.

La spiritualité pratique commence par guider la personne sincère vers l’établissement d’une base solide dans la vie, à partir de laquelle elle peut travailler pour expérimenter la vérité par elle-même. Cette fondation est matérielle, psychologique et spirituelle. En établissant un certain degré de stabilité dans notre mental, notre vie se stabilise également. Ensuite, nous sommes en mesure de nous préparer à connaître les faits de l’existence: des faits parfois dérangeants, parfois douloureux, et presque toujours ce à quoi nous nous attendions le moins. Mais, les faits sont des faits et, une fois connus, ils deviennent des étapes vers une plus grande connaissance.

Très simplement, si nous sommes malheureux, nous seuls savons cela et ressentons ce genre de souffrance; elle est auto-produite et auto-expérimentée. Si le malheur est une expérience interne, alors le bonheur doit aussi être interne. Par conséquent, nous devons d’abord faire face au fait de notre malheur. Ensuite, nous devons trouver la cause du malheur et l’échanger contre une cause du bonheur. La seule façon d’y parvenir est de se connaître en profondeur. Nous avons besoin de connaissance de soi.

« Même si l’on est le plus pécheur de tous les pécheurs, on doit encore traverser l’océan du péché par le seul radeau de la connaissance de soi. Comme le feu ardent réduit le bois en cendres; de même, le feu de la connaissance de soi réduit tous les liens du karma en cendres… » – Krishna, Bhagavad-gita 4: 36-37

La connaissance est pouvoir, et il n’y a pas de pouvoir plus grand que la connaissance de soi-même. Le pouvoir de changer réside entièrement dans la connaissance de soi. Là où nous manquons de connaissance de soi, nous manquons de pouvoir de changement. Ainsi, si nous nous sentons impuissants dans certains domaines de notre vie, nous devons acquérir des connaissances dans ce domaine.

L’Oracle de Delphes a déclaré:

« Connais-toi toi-même, et tu connaîtras l’univers et ses dieux! »

La connaissance de soi est la clé de la connaissance de tout ce qui existe, car en comprenant qui nous sommes vraiment à l’intérieur, nous pouvons alors comprendre l’expérience des autres, d’où nous venons tous et où nous allons. Nous ne pouvons acquérir ce type de connaissances que par nous-mêmes, par nos propres efforts et par notre propre expérience. De cette façon, il n’y a pas besoin de croire ou de théoriser, pour avoir expérimenté la vérité, nous connaissons. C’est la Gnose.

Articles d’Introduction

Cours et Conférences
Catégories : Apprendre