Capricorne

Écrit par : Samael Aun Weor   Catégorie : Traité Ésotérique d’Astrologie Hermétique

L’Être, l’Intime, la Monade, a deux Âmes: la première est l’Âme Spirituelle, la seconde est l’Âme Humaine.

L’âme spirituelle est la Béatrice de Dante, la belle Hélène, la Sulamite du sage Salomon, l’ineffable épouse adorable, la Buddhi de la Théosophie.

L’Âme Humaine est le Principe Causal, le noble mari, le Manas Supérieur de la Théosophie.

Bien que cela puisse sembler rare et étrange, alors que l’Âme Humaine travaille, l’Âme Spirituelle joue.

Adam et Eve s’intègrent à l’intérieur de la Monade et sa valeur kabbalistique est 10, ce qui nous rappelle les IO, autrement dit, les voyelles iiiiiii ooooooo, l’union très sacrée de l’éternel masculin avec l’éternel féminin, l’intégration des contraires à l’intérieur de la Monade essentielle et divine.

La Triade divine, Atman-Buddhi-Manas, l’Être, nous l’avons déjà dit et nous le répétons, ne naît pas, ni ne meurt, ni ne se réincarne dans les animaux intellectuels ordinaires.

Nous pouvons et devons affirmer, sans aucun doute, que seule une fraction de l’Âme Humaine vit à l’intérieur des corps lunaires. Cette fraction est l’Essence, le matériau psychique qui crée une Âme, développe l’Âme Humaine et, par conséquent, l’Âme Spirituelle.

La Monade, l’Être, crée, fabrique, développe ses deux Âmes, et ces Âmes doivent lui servir et lui obéir.

Nous devons distinguer entre Monades et Âmes. Une Monade, en d’autres termes, un Esprit, est. Une âme est acquise.

Distinguez entre la Monade d’un monde et l’Âme d’un monde, entre la Monade d’un humain et l’Âme d’un humain, entre la Monade d’une fourmi et l’Âme d’une fourmi.

L’organisme humain, en synthèse finale, est constitué de milliards et de trillions de Monades infinitésimales.

Il y a plusieurs types et ordres d’éléments primaires de n’importe quelle existence, de n’importe quel organisme, comme les germes de tous les phénomènes de la nature; nous pouvons les appeler Monades, (employant le terme de Leibnitz, en l’absence d’un terme plus descriptif) pour indiquer la simplicité de l’existence la plus simple.

Un atome, comme véhicule d’action, correspond à chacun de ces génies ou Monades.

Les Monades s’attirent, se combinent et se transforment, donnant forme à tout organisme, monde, micro-organisme, etc.

Des hiérarchies existent parmi les Monades: les Monades inférieures doivent obéir aux supérieures. C’est la loi. Les Monades inférieures appartiennent aux supérieures.

Tous les trillions de Monades qui animent l’organisme humain doivent obéir au propriétaire, au chef, à la principale Monade.

La Monade régulatrice, la Monade primordiale, permet l’activité de tous ses subordonnés à l’intérieur de l’organisme humain, jusqu’au temps indiqué par la loi du Karma.

Lorsque les milliards ou trillions de Monades ou de germes vitaux abandonnent le corps physique, la mort est alors inévitable.

Les Monades en elles-mêmes sont indestructibles; elles abandonnent leurs vieilles relations pour en réaliser brièvement d’autres nouvelles.

Le retour à ce monde, la rentrée, la réincarnation, serait impossible sans le travail des Monades. Ils reconstruisent de nouvelles cellules avec leurs perceptions et leurs sensations; elles reconstruisent de nouveaux organismes. Quand la Monade primordiale est totalement développée, elle peut se permettre d’utiliser ses trillions de Monades pour créer un monde, un Soleil, une comète, et ainsi devenir une Monade régulatrice de n’importe quelle étoile, mais c’est quelque chose des Dieux.

Les Monades ou les génies vitaux ne sont pas exclusifs à l’organisme physique; dans les atomes des corps internes, on trouve de nombreux ordres et catégories de Monades vivantes emprisonnées. L’existence de tout corps physique ou suprasensible, angélique ou diabolique, solaire ou lunaire, a pour base des milliards et des trillions de Monades.

L’ego lunaire en lui-même est un composé d’atomes de l’ennemi secret. Malheureusement, les Monades ou les génies vitaux sont prisonnières de tels atomes.

Maintenant, nous allons comprendre pourquoi la science occulte déclare:

«Le Démon est Dieu inversé.»

A chaque atome correspond un génie vital, une Monade; toutes les modifications infinies, toutes les innombrables transformations sont le résultat des combinaisons variées de Monades.

Dans les trois cerveaux de l’être humain, la nature dépose une certaine quantité de valeurs vitales; lorsque ces valeurs vitales sont épuisées, la mort est inévitable.

Les trois cerveaux sont:

  1. le centre intellectuel
  2. le centre émotionnel
  3. le centre du moteur

Après la mort du corps physique, l’ego, vêtu de ses corps lunaires, continue dans le Monde Moléculaire.

Trois choses vont au cimetière, au sépulcre:

  1. le corps physique
  2. le corps vital
  3. la personnalité

Le Corps Vital flotte près du sépulcre et se désintègre à mesure que le corps physique se désintègre, à mesure que ses Monades deviennent libérées.

La personnalité est à l’intérieur du sépulcre, mais quand une personne en deuil visite, apporte des fleurs, elle sort; elle déambule dans le cimetière et retourne ensuite au sépulcre.

La personnalité a un début et une fin. Elle se désintègre lentement dans le cimetière.

Proserpine, la Reine des Enfers, est aussi Hekate, la bénie Déesse Mère Mort sous la direction de laquelle travaillent les anges de la mort.

La Mère Espace, convertie en Mère Mort, aime ses enfants et c’est pourquoi elle les emmène.

Quand ils travaillent, les anges de la mort portent leurs costumes funèbres. Ils assument une figure spectrale. Ils agrippent la faux et coupent le cordon d’argent qui relie les corps internes au corps physique.

Les anges de la mort coupent le cordon de la vie et retirent l’ego du corps physique.

Les anges de la mort sont très sages et ils se développent et se dédoublent sous le rayon de Saturne.

Les anges de la mort connaissent plus que la mort ordinaire du corps physique; ces ministres de la mort sont profondément sages dans tout ce qui touche à la mort du «Moi» pluralisé.

Après la mort du corps, le corps désincarné tombe dans un évanouissement qui dure trois jours et demi.

Le livre du morts Tibétain déclare,

«… tu es tombé en pâmoison pendant les trois derniers jours et demi: dès que tu seras guéri de cette évanouissement, tu auras la pensée: «Qu’est-il arrivé?… À ce moment-là, tous les Sangsāra (univers phénoménal) seront en révolution.» – La Grande Libération à l’Audition dans l’Etat Intermédiaire, aussi connu sous le nom de Bardo Thodol

La valeur Kabbalistique de l’ego est de cinquante-six; c’est le nombre de Typhon, le mental sans spiritualité.

L’ego emporte sa mondanité au-delà du sépulcre du corps physique. La vision rétrospective de la vie qui vient de disparaître est très terrible.

Après le grand évanouissement de trois jours et demi, le défunt doit lentement revivre (rétrospectivement) toute la vie qui vient de s’écouler.

Le concept de temps est quelque chose de très important dans le travail de la vision rétrospective de la vie qui vient de passer (la vision rétrospective de Samsara).

Dans les Mondes Infernaux, toutes les échelles de temps sont minérales, terriblement lentes et oscillent entre 80 000, 8 000, 800 et 80 ans.

Dans cette région cellulaire dans laquelle nous vivons, la gestation dure dix mois lunaires; enfance, cent mois lunaires; la vie, plus ou moins mille mois lunaires.

Dans le Monde Moléculaire, les événements peuvent être mesurés avec l’échelle de temps qui va d’un mois à quarante minutes.

Dans le Monde Électronique, l’échelle de temps oscille entre quarante minutes et deux secondes et demie.

La vision rétrospective de Samsara (la vie qui vient de passer) à l’instant de la mort et pendant les trois jours et demi suivants, est de type électronique et c’est pourquoi chaque événement peut être mesuré avec la mesure électronique du temps.

La vision rétrospective du Samsara dans le Monde Moléculaire est plus lente et c’est pourquoi chaque événement est mesuré avec la mesure du temps moléculaire.

Avant que nous soyons nés dans cette vallée des larmes, l’Intime, la Monade, l’Être avec ses deux Âmes, a habité la Voie Lactée, et même pendant la vie du corps physique ici-bas, elle continue à vivre dans les étoiles.

Après la mort, la chose fondamentale pour l’Essence est d’atteindre l’état Bouddhique transitionnel et la libération intermédiaire. Pour l’embryon d’âme que nous avons à l’intérieur, cela n’est possible qu’en montant, en montant, dans le Monde Électronique.

Il est urgent de savoir que notre divine triade immortelle, notre Être, notre Bouddha, vit dans le Monde Électronique.

S’unir à la triade immortelle après la mort, être un avec elle, signifie en fait être devenu un Bouddha de transition, avoir réalisé une libération intermédiaire et profiter de belles vacances avant de retourner à un nouvel organisme humain.

Si la Lumière Primordiale Claire a été correctement reconnue au moment suprême de la mort par le défunt, c’est un signe clair qu’il a atteint la libération intermédiaire.

Si le défunt perçoit seulement la lumière claire secondaire au moment suprême de la mort, c’est un signe qu’il devra beaucoup lutter pour atteindre l’état Bouddhique transitionnel.

La chose difficile pour l’Essence est de se libérer de sa condition embouteillée, de sortir de sa bouteille ou de sa prison, de sortir des corps lunaires, d’abandonner l’ego pluralisé. Le karma de chaque personne est définitif dans l’accomplissement de cette tâche

Lorsque le défunt a revécu rétrospectivement toute la vie qui vient de s’écouler, il doit alors comparaître devant les tribunaux du Karma pour être jugé.

La légende de Zoroastre déclare,

«Toute personne dont les bonnes actions dépassent son péché de trois grammes, va au ciel; toute personne dont le péché est plus grand vont en enfer; tandis que celui, en qui ils sont égaux, reste dans le Hameshta-gehân jusqu’au futur corps ou résurrection.»

De nos jours, en ces temps de perversité et de matérialisme athée cru, une partie des désincarnés rejoignent le règne minéral submergé (les Mondes Infernaux) après le jugement.

Aussi, beaucoup sont les millions qui entrent immédiatement dans un nouveau ventre, sans avoir passé de bonnes vacances dans les Mondes Supérieurs.

Certes, le processus de sélection existe dans toute la nature, et rares sont ceux qui parviennent à la libération intermédiaire et à l’état Bouddhique transitoire.

Les désincarnés rejoignent l’éternité sous les influences de la Lune et sortent de l’éternité à travers les portes de la Lune.

Dans la leçon du Cancer, nous avons enseigné que la vie entière de tout le monde est traitée sous les influences de la Lune, de Mercure, de Vénus, du Soleil, de Mars, de Jupiter et de Saturne; la vie se termine par une fin lunaire. Réellement, la Lune nous emmène et la Lune nous emporte aussi. Les sept types de vibrations planétaires (dans leur ordre classique indiqué) se répètent également après la mort car, «Ce qui est en-haut est comme ce qui est en-bas.»

Les Essences qui, après avoir été jugées ont droit à la libération intermédiaire et à l’état Bouddhique transitoire, ont besoin d’un certain type d’extase très spéciale et d’effort constant pour se libérer, s’échapper aux corps lunaires et à l’ego.

Heureusement, différents groupes de Maîtres assistent les désincarnés et les aident dans ce travail avec les rayons de la grâce.

De la même manière que républiques, royaumes, présidents, rois, gouverneurs, etc. existent dans ce Monde Cellulaire dans lequel nous vivons, de même dans le Monde Moléculaire, il y a beaucoup de paradis, de régions et de royaumes où les essences jouissent d’états de bonheur indescriptibles.

Les désincarnés peuvent entrer dans les royaumes du bonheur paradisiaque comme celui de la Concentration Dense, le Royaume des Cheveux Longs (Vajrapani), ou le Vihara Illimité du Rayonnement du Lotus (Padmasambhava).

Les désincarnés qui marchent vers la libération intermédiaire doivent s’aider eux-mêmes en concentrant le mental sur l’un des royaumes du Monde Moléculaire.

Il est vraiment très pénible de se promener de vie en vie, de parcourir l’horrible égout du Samsara, sans jouir de l’état Bouddhique et de la libération intermédiaire.

Il y a des royaumes d’un bonheur inconcevable que le désincarné doit faire l’effort d’entrer; souvenons-nous du Royaume de l’Occident, béni par le Bouddha Amitabha. Rappelons-nous du Royaume de Maitreya, les cieux de Tushita, ce Royaume de Suprême Félicité, que les désincarnés qui se dirigent vers le Monde Électronique peuvent aussi entrer.

Les désincarnés doivent beaucoup prier le Grand Compatissant et sa Divine Triade, fermes dans leur but, sans se permettre d’être déviés par quoi que ce soit, s’ils ne veulent vraiment pas tomber dans un nouvel utérus sans avoir apprécié l’état Bouddhique intermédiaire dans le monde des électrons libres. Le bonheur dans les régions électroniques, la libération intermédiaire après avoir traversé les paradis moléculaires, est impossible à décrire avec des mots humains.

Les Bouddhas voyagent à travers l’infini inaltérable parmi les indescriptibles symphonies des mondes, qui palpitent dans le sein de la Mère-Espace.

Cependant, chaque récompense, chaque partie de capital devient épuisée. Lorsque le Dharma du bonheur est épuisé, le retour à un nouvel utérus est alors inévitable.

L’Essence, attirée par l’ego lunaire et déjà embouteillée à nouveau dans les corps lunaires, perd l’extase et retourne dans un nouvel utérus.

L’instant où l’Essence perd l’extase est quand elle se sépare encore une fois de son Bouddha intérieur pour rester embouteillée dans les corps lunaires et l’ego pluralisé.

Le retour à un nouvel utérus est effectué conformément à la loi du Karma.

Les egos de votre vie antérieure (ou vies antérieures à cela) continuent à l’intérieur de vos descendants.

Les Monades de son corps physique passé ont le pouvoir de réunir des atomes et des molécules, et de reconstruire des cellules et des organes; de cette manière, nous retournons à ce Monde Cellulaire garni d’un nouveau corps physique.

Le pauvre animal intellectuel commence sa vie dans ce monde comme une simple cellule germinale, soumise au temps rapide des cellules, et se termine après environ quatre-vingts ans ou plus, chargé de souvenirs et d’expériences de toutes sortes.

Il est urgent de savoir qu’une certaine sélection intervient également dans le processus de Rentrée ou de Retour.

Le «Moi» est une somme de petits «Moi» et tous ces «Moi» ne reviennent pas à un nouvel organisme humain. Le «Moi» est une somme d’entités différentes et diverses, sans ordre d’aucun type, et toutes ces entités ne reviennent pas à un nouvel organisme humain; beaucoup de ces entités sont réincorporées dans les corps des chevaux, des chiens, des chats, des cochons, etc.

À une certaine occasion où Maître Pythagore marchait avec un de ses amis, l’ami a frappé un chien. Le Maître le gronda en disant: «Ne le frappe pas, car dans son aboiement douloureux, j’ai reconnu la voix d’un vieil ami qui est mort.»

Il est clair qu’en arrivant à cette partie de notre présent chapitre, les fanatiques du dogme de l’évolution lanceront contre nous tout leur bave diffamatoire et protesteront en disant: «L’ego ne peut pas rétrograder, tout évolue, tout doit atteindre la perfection, etc., etc., etc.» Ces fanatiques ignorent que l’ego est une somme de petits «Moi» animaux, et que ce qui se ressemble s’attire.

Ces fanatiques ignorent que l’ego n’a rien de divin; c’est une somme d’entités animales que la loi de l’évolution ne pourra jamais amener à la perfection.

Les entités animales ont le plein droit d’entrer dans les tissus animaux des chiens, des chevaux, des cochons, etc., et cela ne peut être interdit par les fanatiques du dogme de l’évolution, même s’ils crient, maudissent et fument.

C’est la doctrine de la métamorphose ou métempsycose de Pythagore et elle est fondée sur les mêmes lois de la nature.

Dans L’Âne d’Or d’Apulée, nous trouvons cette doctrine de Pythagore totalement documentée. Apulée dit que dans la sorcellerie de Thessalie, les rochers n’étaient que des hommes pétrifiés; les oiseaux, des hommes avec des ailes; les arbres, des hommes au feuillage; les fontaines, des corps humains qui saignaient une lymphe limpide. Pour chaque occultiste, c’est une manière admirable et symbolique de représenter le fait sans doute que les différentes entités qui constituent l’ego pluralisé peuvent se réincorporer dans les organismes des bêtes ou entrer dans le règne minéral ou végétal, etc.

À juste titre, les mystiques Chrétiens parlent avec amour de la plante sœur, du frère loup, de la sœur pierre.

Rudolf Steiner, l’Initié Allemand, déclare que seuls les êtres humains existaient à l’Ère Polaire et que les animaux existaient plus tard; qu’ils étaient à l’intérieur de l’être humain et qu’ils ont été éliminés par l’être humain.

Ces animaux étaient les différentes parties ou entités du «Moi» pluralisé de l’être humain originel. Ces entités ont été éliminées de leur nature interne et, en raison de l’état protoplasmique de la Terre de cette époque, ont marché vers la cristallisation physique actuelle.

Ces êtres humains polaires et hyperboréens avaient le besoin d’éliminer ces entités animales, ce «Moi» pluralisé, afin de devenir des Hommes Véritables, des Hommes Solaires.

Certains sujets sont si animaux que si tout ce qui ressemble à un animal devait leur être retiré, rien ne resterait.

Saturne est la planète de la mort et devient exalté en Capricorne. Ce signe est symbolisé par un petit bouc, comme pour nous rappeler la peau du bouc, des animaux intellectuels à peau de bouc, de la nécessité d’éliminer ce qui est animal à l’intérieur de nous, les entités animales que nous portons à l’intérieur.

La pierre du Capricorne est l’onyx noir et chaque pierre noire en général. Le métal est le plomb et son jour est Samedi.

Samedi, les sorcières du Moyen Âge ont célébré leur horrible Sabbath, mais Samedi est le septième jour, si sacré pour les Juifs. Saturne est la vie et la mort.

Le chemin de la vie est formé par les traces des sabots du cheval de la mort.

Les courants magnétiques qui montent de la Terre deviennent divins par la suite. Les courants magnétiques qui montent de la terre, après avoir traversé les tamis des pieds, continuent le long des mollets, et quand ils arrivent aux genoux, elles se chargent du plomb de Saturne, acquérant ainsi la solidité, la forme, la force. Nous ne parlons pas de plomb dans son état brut; nous parlons de plomb dans un état colloïdal subtil.

Les genoux possèdent une substance merveilleuse qui leur permet la libre circulation de ces machines osseuses si simples et si merveilleuses. Cette substance est la célèbre Synovia, qui vient de la racine Sin, qui signifie «avec» et Ovia, «oeuf»; tout à fait, une substance «avec œuf». L’œuf est très utilisé dans la Science Jinn et nous en avons déjà parlé dans la deuxième édition du Traité Ésotérique de Théurgie.

L’Exercice du Capricorne

Pendant le signe du Capricorne, imaginez un cercueil sur le sol. Marcher sur un cercueil imaginaire situé sur le sol (imaginez que le cercueil est situé entre les jambes). Avec les genoux pliés marcher (comme si pour effacer un obstacle), tout en tournant les genoux de gauche à droite. Ceci est fait avec l’intention que les genoux se chargent du plomb de Saturne. Les Maîtres Maçonniques pourront très bien comprendre cet exercice de Saturne, car ils sont les mêmes étapes du Maître Maçon lorsqu’ils entrent dans la Loge.

Les natifs du Capricorne ont une disposition pour la pédagogie; ils souffrent beaucoup. Ils ont un grand sens du devoir, sont pratiques par nature et éprouvent toujours de grandes souffrances dans leur vie: quelqu’un les trahira.

Les femmes du Capricorne sont de magnifiques femmes, fidèles jusqu’à la mort, industrieuses, laborieuses, patientes au maximum, mais malgré toutes ces vertus, le mari les trahit, les abandonne souvent contre leur gré; Malheureusement, c’est leur Karma.

Certaines femmes de Capricorne se mêlent à d’autres hommes, mais ce n’est qu’après avoir déjà été abandonnées par leur mari et après avoir souffert affreusement.

Les hommes et les femmes du Capricorne sont égoïstes, mais pas tous (nous parlons du type inférieur du Capricorne). Pour cette raison, due à cet égoïsme, ils prennent beaucoup d’engagements et se font aussi des ennemis par eux-mêmes.

Les natifs du Capricorne s’attachent beaucoup aux choses, à l’argent, et certains deviennent même très avares.

Capricorne est un signe de terre, fixe, stable. Cependant, les natifs du Capricorne font de nombreux voyages, même s’ils sont courts.

Les douleurs morales des gens Capricorne sont terribles, ils souffrent trop. Heureusement, leur sens pratique de la vie les sauve et très vite ils surmontent la pire amertume de la vie.

pa-2016

Ce chapitre est extrait du Traité Ésotérique d’Astrologie Hermétique (1967) de Samaël Aun Weor. Il est inclus dans les éditions imprimées et ebook de Astrologie Pratique par Glorian Publishing (une organisation à but non lucratif), qui sont illustrés pour faciliter votre compréhension, et comprennent des fonctionnalités comme un glossaire et un index. Achetez le livre, et vous bénéficiez vous-même et les autres.