Écrit par : Samael Aun Weor   Catégorie : La Rose Ignée

1 La première chambre du chemin igné qui va de l’entre-sourcils au coeur se trouve à la racine du nez.

2 Frappe fort aux portes de cette chambre, ô Arhat !.

3 De fines tentations t’assaillent dans le monde de l’entendement cosmique.

4 On t’offre des richesses, des opportunités érotiques, dissimulées sous de sublimes intentions apparentes.

5 Reste alerte, comme la sentinelle en temps de guerre, car ces fines épreuves sont dangereuses, ô Arhat !.

6 A la racine du nez existe un champ magnétique où les atomes solaires et lunaires de notre système séminal entrent en contact.

7 Ce contact n’est possible que par le moyen de la Magie Sexuelle, car les fosses nasales sont en relation étroite avec l’Eglise coccygienne grâce aux deux cordons ganglionnaires de notre moelle épinière.

8 Les Yogis de l’Inde, au moyen du Pranayama et de la chasteté, sont parvenus à ce contact des atomes solaires et lunaires dans le champ de la racine du nez et dans le Muladhara.

9 L’Akasha pur circule dans le canal de la Sushumna, et ses deux courants solaire et lunaire entrent en contact dans le champ magnétique du nez, lorsque nous pratiquons intensément la Magie Sexuelle.

10 Ce sont les trois souffles vitaux du cordon brahmanique.

11 Ces trois souffles vitaux, l’Intime les gouverne grâce au pouvoir de sa Volonté.

12 Ces canaux, solaire et lunaire, doivent être parfaitement purs afin que les courants solaire et lunaire puissent circuler librement dans leurs cordons ganglionnaires, et pour que l’Akasha pur du canal de la Sushumna puisse couler librement dans l’épine dorsale.

13 C’est pour cette raison qu’on interdit toute fornication tant aux Gnostiques qu’aux Yogis et aux Mystiques.

14 Les trois souffles vitaux, rendus plus vigoureux par le pouvoir de la volonté, convertissent les fornicateurs en magiciens noirs, et les hommes saints et chastes en magiciens blancs.

15 Ces trois souffles vitaux, lorsqu’ils sont mêlés avec la fornication et avec l’éjaculation « scientifique » du cours de Magie Sexuelle de Parsifal Krumm-Heller ou d’Omar Cherenzi Lind, transforment les êtres humains en magiciens noirs.

16 Durant la transe sexuelle, notre substance séminale descend dans la bourse qui lui est destinée. Si cette substance séminale est répandue, nous perdons des millions d’atomes solaires christiques qui, à cause du mouvement de contraction des organes génitaux, sont aussitôt remplacés par des millions d’atomes démoniaques qui s’introduisent dans le cordon brahmanique ; si, au moyen de la volonté, nous renforçons les trois souffles de l’Akasha pur, alors, du mélange de l’Akasha avec les atomes puisés dans les enfers de l’homme résulte l’éveil du serpent luciférien, de façon négative et démoniaque.

17 Avec l’éveil des pouvoirs tantriques, le quaternaire inférieur finit par divorcer de la divine Triade et se convertir en un démon pervers de l’abîme.

18 Cette séparation s’effectue lorsque le pont, appelé Antakarana, qui connecte le quaternaire inférieur avec la divine Triade, est rompu.

19 L’Antakarana correspond au cordon ombilical du foetus.

20 Avec la Magie Sexuelle ténébreuse et négative du magicien noir Omar Cherenzi Lind et du traître Parsifal Krumm-Heller, les trois airs vitaux sont fortifiés puis, par suite de leur mixtion avec les atomes sataniques recueillis par les organes sexuels, après l’éjaculation tantrique, le serpent igné s’éveille de manière négative.

21 C’est ainsi que les disciples de Cherenzi et ceux du traître Parsifal se séparent de la divine Triade et se convertissent en démons pervers.

22 A partir de Sushumna, Ida et Pingala, il y a un mouvement de circulation akashique qui s’établit et coule à travers tout le corps.

23 Le champ magnétique de la racine du nez est un champ de bataille et un poste de guet.

24 C’est là que les atomes défenseurs de l’organisme ont leur poste de guet pour empêcher l’entrée des atomes indolents et nuisibles qui produisent les maladies.

25 Les atomes transformateurs et les atomes aspirants de notre organisme entrent par ce champ magnétique pour se mettre au service de l’atome Noûs du coeur.

26 Tout le processus des Grandes Initiations s’accomplit dans les chambres ardentes secrètes du canal de la Sushumna.

27 Les quatre Grandes Initiations des Mystères Majeurs sont appelées : Srotapanna, Sakridagamin, Anagamin, Arhan. Ce sont les quatre sentiers qui conduisent au Nirvana.

28 Cependant, l’Arhan, bien qu’il soit un Adepte, doit encore élever les cinquième, sixième et septième serpents de sa divine Triade éternelle pour se convertir en un Arhat de la « Brume de Feu ».

29 Ce sont les sept Grandes Initiations des Mystères Majeurs.

30 Il y a donc sept serpents que nous devons faire monter en pratiquant intensément avec sa femme la Magie Sexuelle ou grâce à la force du sacrifice que représente une abstention sexuelle totale et définitive, comme celle de ces Yogis véritables qui suivent le sentier de la perfection, ou comme celle des mystiques sublimes, Ramakrishna, François d’Assise ou Antoine de Padoue.

31 Les Maîtres de la septième échelle ardente ne sont déjà plus qu’à un pas de la racine fondamentale de leur Hiérarchie.

32 Cette racine fondamentale de la Hiérarchie Blanche se trouve renfermée dans le « Banian humain ».

33 Cet être merveilleux est le Maître des Maîtres de la Grande Loge Blanche, Sanat Kummara, le fondateur du Collège des Initiés de la Fraternité Blanche Universelle.

34 Il est l’un des quatre Trônes dont parle la Bible.

35 Ce Grand Etre descendit sur notre terre au début de l’époque Lémurienne, avant la séparation des sexes, pour fonder le Collège d’Initiés de la Grande Hiérarchie, et il est incarné dans le même corps physique depuis ce passé lointain, sans que la mort n’ait aucun pouvoir sur lui. Il vit en Asie.

36 L’Arhan qui parvient au monde de la « Brume de Feu » n’est plus qu’à un pas des Huitième et Neuvième Initiations de la « Racine fondamentale » de la Hiérarchie.

37 On parvient à ces sommets en pratiquant la Magie Sexuelle, ou en faisant le serment d’une abstention sexuelle totale et définitive et en foulant le sentier de la sainteté parfaite.

38 Le karma n’est plus un obstacle car nous pouvons payer toutes nos dettes en nous sacrifiant jusqu’à la dernière goutte de notre sang en faveur de tous les êtres humains qui peuplent la face de la terre.

39 « Oui, bienheureux l’homme que Dieu punit !. Aussi, ne méprise pas la correction de Shaddaï ! » (Livre de Job, V, XVII).

40 Celui qui a du capital avec quoi payer, paie, et il s’en tire bien dans ses affaires.

41 Fais de bonnes oeuvres pour être en mesure de payer tes dettes.

42 Quand une loi inférieure est transcendée par une loi supérieure, la loi supérieure efface la loi inférieure.

43 Le Lion de la Loi, on le combat avec la balance.

44 Ainsi donc, l’homme peut rompre ses chaînes quand il le veut, monter ses sept échelles ardentes et se convertir en un Dragon de la Sagesse, parmi la « Brume du Feu ».

45 L’atome primordial Anu est l’atome le plus pur qui entre par le champ magnétique de notre nez ; cet atome ne peut être multiplié, dans l’état prégénétique ou primogénétique ; il est la somme totale, omniembrassante, omnisciente, omniprésente, illimitée et absolument divine.

46 Toute activité atomique du champ magnétique du nez et du chakra Muladhara est fondée sur cet atome.

47 Fohat sélectionne les atomes qui doivent pénétrer par nos fosses nasales.

48 Fohat combine les divers éléments atomiques afin qu’ils servent à nos fins divines.

49 Chaque être humain possède son propre Fohat ; chaque monde cosmique possède son propre Fohat et la somme totale de tous les Fohat constitue un Fohat universel, le Feu universel de la vie, dont les intelligentes flammes combinent les éléments atomiques de l’espace pour féconder la matière chaotique.

50 « La mère dort, mais elle respire toujours ».

51 Chaque atome du Cosmos est condamné à d’incessantes différenciations ; seul l’atome Anu n’admet pas de différenciations.

52 « L’haleine du Père-Mère sort froide et radiante, elle se réchauffe et se corrompt, pour se refroidir de nouveau et être purifiée dans le sein éternel de l’espace intérieur ».

53 Tout respire, tout flue et reflue, tout exhale et absorbe.

54 Tout phénomène de respiration se fonde sur la respiration de l’Absolu.

55 L’Absolu exhale et absorbe.

56 Chaque exhalation de l’Absolu est un Jour Cosmique ; et chaque inhalation de l’Absolu représente une Nuit Cosmique.

57 Lorsque le coeur de notre système solaire a commencé à palpiter après la grande Nuit Cosmique, il répéta l’exhalation et l’absorption de l’absolu, à l’intérieur de ses sept centres « laya » dont les masses chaotiques furent fécondées par Fohat afin que du Chaos émanent les sept mondes de notre système solaire.

58 Cette respiration de l’Absolu se répète dans l’atome, se répète dans la fourmi, se répète en l’aigle et en l’homme.

59 Tout flue et reflue, tout va et vient, tout vibre et palpite avec ce rythme de la respiration divine.

60 Durant les premières dynasties des pharaons de la vieille Egypte, j’ai reçu la clé de la Magie Sexuelle dans la salle sacrée d’une vieille pyramide brûlée par le soleil du désert.

61 Le Maître, vêtu de sa tunique blanche, se tenait debout près d’une tige verticale qui représentait symboliquement le Phallus.

62 Avec cette voix sobre et austère des vieux Hiérophantes, il m’instruisait calmement sur les grands Mystères du Sexe.

63 Assis sur un fauteuil, j’écoutais attentivement le Hiérophante.

64 Puis, dirigeant sur moi ses yeux pénétrants, il me dit, d’une voix forte et autoritaire : « Découvre ton Che-Che-Re ». Je découvris alors mon organe sexuel et le Maître, de bouche à oreille, me communiqua le secret indicible du Grand Arcane qui consiste à se connecter sexuellement avec sa femme et se retirer d’elle sans éjaculation séminale, c’est-à-dire, en refrénant l’acte.

65 Puis je pratiquais mon premier rituel de Magie Sexuelle avec ma prêtresse, sous la direction de l’Hiérophante.

66 « C’est merveilleux ! » m’exclamais-je.

67 Celui qui violait le secret indicible du Grand Arcane était condamné à la peine de mort, on lui tranchait la tête, on lui arrachait le coeur et ses cendres étaient jetées aux quatre vents.

68 Quand le Semen n’est pas répandu, le désir refréné fait monter notre énergie séminale pleine de billions d’atomes christiques qui illuminent de leur lumière et leur éclat les trois canaux par où circule l’Akasha pur.

69 Le mélange des atomes christiques résultant de la transmutation de notre Semen en énergie, se combinant avec l’Akasha pur, éveille la Kundalini positivement et s’ouvre un passage vers le haut, vers le Brahmarandra, à travers les trente-trois chambres de notre colonne épinière ; c’est ainsi que l’on parvient à l’Adeptat.

70 J’ai reçu mon éducation aux pieds des grands Hiérophantes des pyramides et j’ai connu l’antique Sagesse des vieux Sages des temples de Mystères.

71 C’est pour cela qu’en voyant aujourd’hui ces petits hommes du vingtième siècle forniquer « mystiquement », je ne peux moins que ressentir pour eux une infinie pitié.

72 Le souffle akashique pénètre par nos fosses nasales et descend par notre cordon brahmanique.

73 Quand l’Akasha est renforcé par notre volonté et par la volonté des Hiérarchies Cosmiques, il descend d’en haut, du Ciel, d’Uranie, et se précipite dans les profondeurs de notre canne en produisant le son sifflant Sssss.

74 Et lorsque le souffle akashique heurte les courants solaire et lunaire et les atomes christiques qui composent la Kundalini, le Feu Sacré monte alors d’une vertèbre, d’un canon de plus, dans son ascension par les trente-trois canons jusqu’au Brahmarandra.

75 Si le souffle akashique renforcé par la volonté, en descendant par notre cordon brahmanique, rencontre, au lieu des atomes christiques, des atomes de fornication, des atomes sataniques recueillis dans les enfers de l’homme par les mouvements de contraction des organes sexuels à la suite de l’éjaculation séminale, alors du choc de l’Akasha avec les atomes sataniques viendra l’éveil de la Kundalini de façon négative ; et un atome satanique résidant dans le Muladhara entrera en activité, contrôlant la Kundalini et la faisant descendre du coccyx vers le bas, vers les enfers atomiques de l’homme pour former cette fameuse queue avec laquelle on représente Satan.

76 Avec l’éjaculation séminale conseillée par le magicien noir Omar Cherenzi Lind et par le ténébreux et détraqué Parsifal Krumm-Heller, les organes sexuels recueillent, par les contractions génitales, des atomes sataniques de l’ennemi secret, lesquels, essayant de monter vers le haut, vers Uranie, sont repoussés violemment par le souffle akashique qui les précipite vers le bas, vers le coccyx, pour éveiller le Muladhara négativement et mettre en activité un certain atome de l’ennemi secret, lequel exerce alors un contrôle sur la Kundalini, la dirigeant vers le bas, vers les mondes de conscience submergés, formant la fameuse queue des démons.

77 C’est ainsi que les disciples des magiciens noirs se séparent de la divine Triade, formée d’Atman-Bouddhi-Manas, et se convertissent en personnalités tantriques de l’abîme.

78 L’Akasha n’est pas l’Ether, comme beaucoup le croient.

79 L’Akasha est la cause du son, la cause spirituelle du Verbe, l’Anima mundi, le Divin, les Hiérarchies Divines dont le souffle entre par le champ magnétique de notre nez.

80 C’est ainsi que les Saintes Ecritures disent que Dieu insuffla une haleine de vie dans les narines d’Adam et lui infusa une âme vivante.

81 « Alors Jéhovah Dieu forma l’homme avec la poussière du sol et insuffla dans ses narines une haleine de vie ; et en l’homme il y eut une âme vivante » (Genèse, II, 7).