La Huitième Chambre

Écrit par : Samael Aun Weor   Catégorie : La Rose Ignée

1 Frappe fort à la porte de ton Temple, ô Arhat !.

2 Réjouis-toi, mon frère, réjouis-toi, car tu es parvenu au seuil du coeur.

3 On a déjà payé le spécialiste qui a éveillé ta quatrième couleuvre et qui, à travers de suprêmes efforts, a conduit puissamment ton serpent jusqu’à ces centres sacrés de ton coeur.

4 Tout travail doit être payé et on a déjà payé ton spécialiste pour le service grandiose d’avoir conduit savamment ta couleuvre depuis le coccyx jusqu’à ces chambres ineffables du coeur.

5 Seuls le service désintéressé, la chasteté et la sainteté, peuvent nous emporter jusqu’aux cimes ineffables.

6 Tu as vu, mon frère, ce qu’est le grand service.

7 Je connais beaucoup de frères spiritualistes bons et vertueux qui luttent pour la perfection.

8 Je connais beaucoup de frères qui luttent jusqu’à l’indicible pour corriger leurs défauts et se purifier, mais ne portent aucune attention aux autres. Ils se croient seuls, et ils luttent pour se surpasser eux-mêmes spirituellement, et pour leur autoexaltation morale, mais ils oublient qu’ils ont des frères, et que nous sommes tous enfants d’une même Mère.

9 Leur spiritualité est une spiritualité égoïste, et comme ils ne sont utiles à personne, et ne se sacrifient pour personne, et ne luttent pour la spiritualité de personne, les Maîtres ne leur doivent rien, et puisqu’on ne leur doit rien, on n’a rien à leur payer.

10 Toute Initiation est un paiement que l’on fait à l’homme, mais si l’on ne doit rien à l’homme, on ne lui donne rien ; par conséquent, même s’il crie et hurle en réclamant l’Initiation, des cheveux blancs lui pousseront bien avant qu’il n’obtienne quoi que ce soit.

11 La majestueuse porte du temple sacré du coeur s’est ouverte.

12 Entre !, mon frère, dans la grande cathédrale de l’Ame, pour célébrer la fête de l’Arhat.

13 Pénètre, mon frère, dans le Temple-Coeur, afin de recevoir la Quatrième Initiation des Mystères Majeurs.

14 Tu as revêtu tes plus beaux vêtements. Le temple est en fête car le mental et le coeur se sont unis au moyen du Feu.

15 Quelques beautés ineffables dansent devant toi la danse sacrée des Runes.

16 Ton mental pend à un bois, crucifié !. Il est christifié !. Et il est maintenant détaché de sa Croix pour célébrer la fête.

17 Ton mental est maintenant un Christ vivant. Ton mental resplendit avec le pouvoir sacré du Feu.

18 Une musique ineffable résonne dans les espaces divins.

19 A l’intérieur de la chambre sacrée de ton coeur, resplendit le Feu de l’Arhat.

20 Tu portes maintenant le Christ dans ton coeur, et la blanche colombe de l’Esprit-Saint a fait son nid dans ton Temple-Coeur.

21 Quelques Ames ineffables portent la longue traîne de ton manteau. De belles femmes dansent la danse des Runes.

22 Le Roi du Monde est assis sur son trône, il t’attend, mon frère.

23 Sanat Kumara en habit de cérémonie te remet le symbole sacré de Mercure.

24 Tu es un Imperator du Mental, tu es un Arhat de la pensée.

25 A présent ton mental brûle ardemment parmi le crépitement de ces flammes universelles.

26 A présent ton mental resplendit au sein de la Rose Ignée de l’univers.

27 Tu t’es libéré de l’illusion de la séparativité. Tu es Cela, Cela, Cela.

28 Tu vis dans tous les coeurs, tu vois à travers tous les yeux, tu entends à travers toutes les oreilles, car tu es Cela, Cela, Cela.

29 Maintenant tu pourras t’exclamer : Je suis l’Atman, l’Ineffable !.

30 Je suis ce que je suis, ce que j’ai toujours été et ce que je serai toujours.

31 Tout l’infini étoilé est mon corps. Tout l’univers est ma personnalité, et c’est pourquoi je m’exprime avec force et puissance à travers mes Arhats.

32 Je pleure dans l’enfant, je chante dans l’oiseau, je fleuris dans mes grenadiers.

33 A présent tu dois comprendre, mon frère, la personnalité dans l’impersonnalité.

34 Tu dois maintenant saisir, mon frère, que l’illusion de la séparativité est une hérésie, et que la personnalité égoïste de ceux qui veulent seulement être eux et rien de plus, est la pire des hérésies.

35 Lorsque moi, Aun Weor, j’affirme que nous devons avoir un « Moi » fort et puissant, une robuste personnalité, je ne fais pas allusion à la personnalité égoïste, ni au Moi animal. Je me réfère uniquement au Moi divin, et à notre gigantesque personnalité formée par tous les êtres de l’Infini.

36 L’Atman tonne et lance des éclairs dans tous les espaces infinis, et il se manifeste avec puissance à travers les Arhats.

37 L’Atman est Ineffable, il n’a aucune faiblesse, il s’exprime avec pouvoir et majesté à travers ses prophètes.

38 Notre Moi est universel, et tous les corps de tous les êtres vivants sont les corps de notre Moi interne et divin.

39 Lorsque nous avons parlé d’une forte et puissante personnalité, beaucoup n’ont pas compris ce qu’est la personnalité au-dedans de l’impersonnalité, et ils sont tombés dans l’horrible hérésie de la séparativité.

40 Ne vous laissez pas guider, mes frères, par l’égoïste personnalité de votre corps mental ni par l’intellect animal.

41 Vous devez écouter uniquement l’Intime, qui réside dans le coeur, vous devez apprendre à entendre la « voix du silence ».

42 Lorsque nous parlons d’un Moi universel, nous ne tombons pas dans l’absurdité d’Annie Besant, d’oublier l’Individualité de l’Intime.

43 Nous reconnaissons l’Individualité à l’intérieur de l’Unité de la vie, et quoique nous sachions que la goutte d’eau disparaît dans l’Océan, nous savons aussi que l’Océan disparaît dans la goutte d’eau.

44 L’Atman est Un s’exprimant en tant que plusieurs ; la mer ardente de la vie libre en son mouvement a beaucoup de flammes.

45 Cependant, toutes les flammes ensemble forment la mer de Feu ardent, le monde de la Brume de Feu.

46 L’Intime est individuel et universel en même temps.

47 « Je suis la flamme qui brûle dans chaque coeur humain, comme elle brûle dans chaque grain de semence et dans le noyau de chaque étoile ».

48 Je suis l’arbre, la pierre, l’oiseau, l’homme, la lumière, le pain et le vin.