Le Secret de Quetzalcoatl

Amis, nous avons assisté à un événement extraordinaire ; certainement, le drame de Quetzalcoatl resplendit dans la nuit terrifiante de tous les âges ; c’est le même drame que représentèrent, dans les Mystères d’Eleusis, les Mistes, les Initiés ; c’est le même drame que représenta publiquement, sur les chaussées de Jérusalem, le Grand Kabire Jésus.

Il ne pouvait pas manquer, au Mexique, la terre sacrée des temps antiques, le drame cosmique, qui a été esquissé ici de façon extraordinaire. Evidemment, Quetzalcoatl resplendit dans le Cosmos ineffable, il est le Logos, l’Unité Multiple Parfaite.

Quetzalcoatl est également Mithra, il est Hermès Trismégiste, le trois fois grand, le Dieu Ibis Thoth, il est en réalité véritablement le Soleil Spirituel. Quetzalcoatl est le serpent emplumé, le serpent mystique des mystères Orphiques et des mystères de l’Egypte et des mystères des Cambres et des mystères du glorieux Mexique Antique et Archaïque. Quetzalcoatl n’est pas un personnage purement mythologique, comme le supposent les ignorants cultivés, non, Quetzalcoatl est le Principe Cosmique même qui fit exister l’Univers, c’est la Parole, c’est le Verbe de Jean ; avec juste raison, Jean dit :

« Au commencement était le Verbe, et le Verbe était avec Dieu, et le Verbe était Dieu. Tout fut par lui, et rien de ce qui fut, ne fut sans lui » (Jn 1-1, 3).

Quetzalcoatl est le Verbe même, la parole enchantée, avant que l’Univers n’existe, Quetzalcoatl existait. Quetzalcoatl est le serpent emplumé qui s’est retourné dans la poussière cosmique, dans l’Omeyocan, quand la vie commençait à peine à apparaître sur ce Système Solaire. Quetzalcoatl est en lui-même le Logos Platonicien, le Crestos Hébreux, le Vishnu Hindou.

Ceux qui ne connaissent pas la sagesse hermétique, ceux qui n’ont jamais en réalité véritablement fait une étude de la Cosmogénèse, ceux qui n’ont jamais étudié l’Anthropologie Gnostique, ceux qui croient qu’ils savent trop, quand en réalité ils ignorent véritablement la religion sagesse des temps archaïques, pensent que Quetzalcoatl est un mythe, une idole et même, le regardent avec dédain.

Le moment est arrivé pour nous de passer par une grande revalorisation des principes, l’instant est arrivé pour nous de comprendre clairement que Quetzalcoatl nous indique ce que nous devons faire. Si nous voulons vraiment nous transformer, nous avons un prototype extraordinaire : Quetzalcoatl !. Quetzalcoatl comme Logos est ce qu’il est, ce qu’il a toujours été et ce qu’il sera toujours, il est la vie qui palpite dans chaque atome comme elle palpite dans chaque soleil, il est la Parole.

Incontestablement, Quetzalcoatl est le Christ Mexicain, il est le centre fondamental de tout ce drame. En réalité véritablement, mes chers amis, le moment grandiose est arrivé pour nous ; dans notre intelligence s’est ouvert le premier appel de la compréhension.

Nous commençons à croire que le Logos puisse être vu de différentes manières : que ce soit du point de vu hébraïque ou du point de vue égyptien, comme nous pouvons aussi l’étudier à la lumière du Mexique archaïque. Quetzalcoatl en tant que Crestos, en tant que Vishnu, en tant que Logos, est le Verbe.

La parole fut ce qui donna la vie à cet Univers, la parole soutient cet Univers, le Logos sonne, le Logos est musique, la musique également est sphérique et s’écoule dans tout le panorama cosmique. En nous est latent Quetzalcoatl, en chacun de nous existe la possibilité de l’incarner.

L’homme qui est dans la lointaine Tula, l’homme qui tombe en tentation, qui s’enivre avec le vin, qui fornique et perd tous ses pouvoirs, l’homme qui abandonne ses palais merveilleux, qui se dirige vers la Terre rouge, vers la Terre des Aînés. L’homme qui se voit dans le miroir et dit : Je suis très vieux. L’homme qui souffre et pleure et marche par ces chemins du monde avec la croix à ses côtés, celui-ci est Quetzalcoatl.

Il ressuscite d’entre les morts, il resplendit glorieusement dans l’Infini espace incommensurable, il est gloire, il est lumière, il est sagesse.

Nous aussi, comme Quetzalcoatl, un jour lointain, nous avons perdu l’Eden merveilleux dont nous parle la Genèse hébraïque, nous sommes sortis du Jardin des Hespérides, nous avons abandonné les Champs-Elysées, quand nous sommes tombés dans la fornication animale. Mais devant nos yeux se trouve un guide, un guide extraordinaire et merveilleux, qui nous indique le chemin de la libération, ce guide c’est : Quetzalcoatl !.

Amis, la Croix que porte Quetzalcoatl est formidable, cette croix formidable, cet Arbre de l’Univers, contient le secret même de la doctrine de Quetzalcoatl. Pensons un moment au Lingam vertical et à la Yoni horizontale ; incontestablement, l’insertion du Phallus vertical dans le Ctéis formel forme une croix, la croix que Quetzalcoatl porte sur ses épaules, la croix que porte également le Grand Kabire Jésus en direction du Calvaire, la croix splendide de tous les âges.

Amis, incontestablement, si la croix est l’instrument de torture et de martyre, en vérité, elle est également l’instrument de la libération. Aux temps antiques de la Lémurie, on connaissait la clef de l’Arche de la Science ; alors, les hommes et les femmes qui n’avaient pas encore perdu l’innocence édénique, se réunissaient dans les Temples de Mystères pour se reproduire ; mais ils ne se reproduisaient pas comme se reproduisent les hommes véritables, ils se reproduisaient comme se reproduisent les surhommes. Alors, on acceptait clairement le don de Kriya-Shakti, hommes et femmes s’unissaient pour créer et recréer de nouveau. Mais ils ne renversaient jamais le Vase d’Hermès Trismégiste, le trois fois grand Dieu Ibis Thoth, et comme conséquence ou corollaire, le serpent sacré montait par l’épine dorsale de ces hommes sacrés ; et ces créatures avaient le pouvoir sur le feu, sur les airs, sur les eaux et sur la terre parfumée.

Bien après, les êtres humains tombèrent dans la génération animale et comme conséquence ou corollaire, ils renversèrent le Vase d’Hermès, ils perdirent tous leurs pouvoirs.

Quetzalcoatl tomba, oui, il tomba, mais maintenant nous tous pouvons nous diriger vers la Terre rouge, vers la Terre de nos ancêtres, vers la Terre de nos Aînés, pour obtenir de nouveau la lumière de la splendeur. C’est seulement en allant vers cette Terre bénie que nous obtiendrons la Résurrection et qu’apparaîtra alors la figure de Quetzalcoatl en nous-mêmes ici et maintenant ; nous nous couvrirons de gloire, nous nous couvrirons de splendeurs, nous aurons le pouvoir de dominer les airs, le feu, la terre et tous les éléments de la Nature en général.

Le jour viendra où ceux qui suivent la Doctrine de la Gnose pourront provoquer des changements dans la Nature, le jour viendra où ceux qui suivent la Doctrine de la Gnose obtiendront la résurrection de Quetzalcoatl en eux-mêmes, ici et maintenant.

Nous, les Gnostiques, nous avons la clé de tous les empires et la clé de tous les pouvoirs, nous pouvons faire trembler la terre et mouvoir les ouragans, parce que nous connaissons le secret de Quetzalcoatl, et ce secret, les porcs du Matérialisme l’ignorent, ce secret est le Grand Arcane !.

Réflexions sur Quetzalcoatl.

Quetzalcoatl est le prototype divin de tous les temps, il est le Logos Platonicien, l’Unité Multiple Parfaite.

Quetzalcoatl est la Grande Parole, il est le Verbe qui féconde la matière chaotique pour que surgisse la vie.

En aucune façon ne serait possible la naissance de l’Univers, si nous excluions notre Seigneur Quetzalcoatl.

Dans les questions de Cosmogénèse, la pensée quetzalcoatlienne devient mathématique comme une table de Pythagore.

Le Verbe quetzalcoatlien rend fécond l’Omeyocan, avant que la parole ne féconde la matière chaotique.

Dans le Yoalli-Ehécatl, où bouillonne la quiétude infinie, la vie garde latent l’instant d’être éveillée à une nouvelle activité.

Ostensiblement, la géométrie quetzalcoatlienne est le fondement de toute Cosmogénèse.

Indubitablement, le feu quetzalcoatlien est le centre fondamental de toute Unité cosmique.

Il serait inconcevable d’exclure l’Inri, le feu vivant et philosophal d’une quelconque oeuvre créatrice universelle.

A l’aube de la vie, le serpent emplumé s’est retourné menaçant dans la Poussière cosmique.

Evidemment, la géométrie quetzalcoatlienne structure les archétypes déterminants de la Nature et du Cosmos. Tout dans l’Univers se déroule selon la Loi du Nombre, de la Mesure et du Poids.

Quetzalcoatl, en tant que Démiurge Architecte de l’Univers, donne une forme mathématique et géométrique à tout ce qui a été, est, et sera.

Dans l’ombilic du monde, où surgissent les formes déterminatives et les archétypes de ce grand Univers, la pensée quetzalcoatlienne est le fondement mathématique.

La grande création surgie dans le sein du noir Tezcatlipoca est fécondée, gouvernée et dirigée par le serpent emplumé.

L’aigle et le serpent, comme Unité Multiple Parfaite, produisent les soleils, les plumes, les tigres et les rythmes de l’Univers.

Modèle adamantin et précieux de la pensée quetzalcoatlienne, telle est la grande oeuvre intitulée Quetzalcoatl de Monsieur le Président du Mexique, Licencié José Lopez Portillo, insigne exposant de la Sagesse de l’Anahuac.