Les Testicules et les Ovaires

Écrit par : Samael Aun Weor   Catégorie : Sexologie, Les Bases de l’Endocrinologie et de la Criminologie

Les sécrétions internes des testicules et des ovaires sont déterminantes pour la vie de l’être humain sur la Terre. Les différences fondamentales entre hommes et femmes sont dues aux sécrétions des testicules et des ovaires.

Il n’est besoin pour la reproduction de l’espèce humaine que d’un seul spermatozoïde et d’un ovule, c’est tout. Nous ne voyons pas, scientifiquement parlant, pour quelle raison l’homme devrait perdre cent millions de spermatozoïdes quand en réalité un seul est nécessaire !

L’oeuf (l’ovule) est une grosse cellule ronde dont le noyau est composé d’une substance grasse, le protoplasme, qui a l’aspect du jaune d’oeuf.

Le spermatozoïde est de forme différente : long et mince, il a un corps pointu de forme ovale où se trouve le noyau fondamental, prolongé par une longue queue comme celle d’un poisson.

Le mouvement de l’oeuf féminin dans les eaux de la vie est lent, il attend patiemment que le spermatozoïde de l’homme vienne à sa rencontre. Le spermatozoïde se propulsant à l’aide de sa queue de poisson dans les eaux du Chaos sexuel, nage très loin en quête de l’oeuf qu’il espère.

Les biologistes ne connaissent pas avec une totale exactitude scientifique quelle est la causa causorum qui unit le spermatozoïde à l’ovule. C’est une énigme pour la science. On lance des hypothèses, comme pour tout, des opinions plus ou moins scientifiques : on croit entre autres que le protoplasme de l’oeuf exerce une grande attraction chimique sur celui du sperme, etc. Ce ne sont que des hypothèses, rien d’autre que des hypothèses ! A supposer même que cette hypothèse soit fondée, cela ne résoudrait pas du tout l’énigme. Car nous ne pourrions logiquement admettre qu’une réaction chimique puisse se faire seule, sans un principe directeur conscient. Du protoplasme de l’oeuf nous passerions à l’énergétisme de l’oeuf. La logique nous invite à admettre que c’est l’énergie de l’oeuf qui exerce un champ magnétique d’attraction. La logique nous invite aussi à accepter que l’électricité est la force dynamique poussant le spermatozoïde vers l’oeuf. En dernière analyse, l’atome est une source d’énergie. Les forces électromagnétiques de tout protoplasme sont une formidable réalité. Tout irradie. Nous admettons la mécanique des phénomènes, mais il nous faut une explication nouménale des lois qui règlent cette mécanique.

La Conscience cosmique constitue, en définitive, l’intelligence primordiale qui établit l’union du spermatozoïde et de l’ovule. Nous ne pourrions admettre un phénomène intelligent sans une cause elle aussi intelligente. Les faits sont les faits et nous devons nous incliner devant les faits.

Les gnostiques parlent du Troisième Logos. La science se doit de savoir que le Troisième Logos n’est pas un individu. Le Troisième Logos des gnostiques est l’intelligence primordiale de la nature.

L’énergie créatrice du Troisième Logos est l’intelligence primordiale de la nature qui unit le spermatozoïde à l’ovule.

L’énergie créatrice du Troisième Logos se bipolarise en positive et négative. Le spermatozoïde représente les forces positives du Troisième Logos ; l’ovule incarne les forces négatives du Troisième Logos. Les deux pôles de l’énergie s’unissent pour créer. La Loi est la Loi.

Lorsque le spermatozoïde pénètre dans l’oeuf, il passe par la décapitation de Jean-Baptiste.

Les matérialistes darwinistes font état de la ressemblance des animaux – y compris l’être humain – tout au long de leur phase embryonnaire, afin de prouver que les êtres supérieurs et plus complexes ont surgi, par évolution et transformation des espèces, des êtres inférieurs et plus simples.

Nous, gnostiques, considérons que la ressemblance des animaux, l’homme inclus, durant leur phase embryonnaire, démontre de façon éclatante deux choses : 1° l’unité de la vie et, 2° l’existence d’une semence originelle. La semence de tout ce qui existe dort dans le Chaos en tant que semence originelle dans les atomes séminaux de la grande Vie universelle.

L’énergie créatrice du Troisième Logos rend fécondes les eaux de la Vie (le Semen universel), et alors surgissent les germes de toute existence.

Chaque espèce a un prototype universel dans le Chaos originel. Dans le fameux blastoderme, il existe trois couches de cellules totalement différentes, la couche interne, la médiane et l’externe. Une fois que le spermatozoïde s’est uni à l’ovule, la cellule se multiplie par division cellulaire et crée cette communauté cellulaire appelée blastoderme. L’état gélatineux du spermatozoïde et de l’ovule démontrent qu’au commencement de l’Univers la vie était subtile, fluidique, gélatineuse ; ce n’est que plus tard qu’elle devint grossière, dure. Rappelons-nous la Grande Tortue vénérée par les indiens Mayas : elle est d’abord subtile, gélatineuse, puis apparaît sa dure carapace remplie de constellations et de mondes. Ce qui est en haut est comme ce qui est en bas… Il est heureux, à cet égard, que les hommes de science russes aient pu découvrir des mondes à l’état protoplasmique.

Une fois réunis, le spermatozoïde et l’ovule doivent passer par un processus d’évolution et de développement avant d’être convertis en un nouveau véhicule de l’Ame humaine. Les causes internes de la maturation de l’ovule-spermatozoïde sont tout à fait inconnues de la biologie.

Les causes intimes de la maturation d’un univers à l’état protoplasmique sont une énigme pour l’astronomie et l’astrophysique. Ce serait extraordinaire si les hommes de science pouvaient résoudre l’énigme des chromosomes : pourquoi l’oeuf a-t-il seulement quarante-huit chromosomes ? et pourquoi le spermatozoïde a-t-il lui aussi quarante-huit chromosomes ? Enigme !

Pour quel motif secret le spermatozoïde et l’ovule perdent-ils durant leur maturation exactement la même quantité mathématique de vingt-quatre chromosomes chacun ? Qui donc est celui qui a pris la peine de faire un calcul mathématique aussi précis ?

Pourquoi lorsqu’ils s’unissent pour former une cellule unique, le spermatozoïde et l’ovule ensemble sont-ils composés après leur maturation de la même quantité originelle de quarante-huit chromosomes ?

Il y a là deux opérations mathématiques : soustraction et addition. Le capital de base est quarante-huit. Or, pourrait-il y avoir des opérations mathématiques sans une intelligence mathématique ? Tout ceci démontre, par simple déduction logique, la réalité de l’intelligence primordiale de la nature, que nous appelons, nous gnostiques, le Troisième Logos.

Une fois que l’ovule a été fécondé par le spermatozoïde, il descend lentement vers l’utérus où il se fixe ; la période de gestation de l’embryon humain est de neuf mois. La cellule formée de l’ovule et du spermatozoïde a d’abord deux noyaux : celui du spermatozoïde et celui de l’ovule. Ces deux noyaux s’unissent sagement ; le protoplasme des deux noyaux se mêle. A l’intérieur de la cellule ovule-spermatozoïde il existe une sphère d’attraction. La grande sphère d’attraction aussi se bipolarise en obéissant à l’intelligence primordiale. Chacune des deux polarités de cette sphère d’attraction tire sur le noyau et l’étire, transformant la boule en un fuseau. Au centre du fuseau nucléaire s’agitent les chromosomes et les gènes. Les gènes se trouvent à l’intérieur même des chromosomes. Les gènes transmettent l’hérédité du père et de la mère.

Cependant, ce n’est pas tout ce que l’être humain reçoit qui est héréditaire. De grands assassins sont nés dans des familles vertueuses et de grands génies dans des familles médiocres…

Si un clairvoyant examine le spermatozoïde mûr qui se dirige vers l’ovule, il pourra voir sur la tête du spermatozoïde un atome extrêmement important, l’atome-semence. Cet atome est un trio de matière, énergie et conscience. De cet atome sort un fil très fin qui est lié à une certaine somme de valeurs énergétiques de la nature. Ces valeurs constituent l’Etre, l’Ame.

Nous sommes des points dans l’espace qui consentent à servir de véhicules à une somme déterminée de valeurs de la nature. La mort est une « soustraction de fractions ». Une fois la soustraction effectuée, il reste les valeurs.

Les valeurs de la nature sont électro-magnétiques. Les valeurs remplacent le corps physique lorsqu’il est mort par un nouveau corps. C’est la loi de la réincarnation. La Loi est la Loi et la Loi s’accomplit. Les processus biologiques qui président à l’avènement du nouveau corps sont suivis de près par la biologie.

A l’intérieur des atomes physiques de l’ovule-spermatozoïde, il y a de l’énergie. Cette énergie est organisée. Cette organisation énergétique correspond à la Mumie. Dans chaque atome de la Mumie se trouve un atome du corps astral. Dans le corps astral se trouvent les valeurs de conscience de la nature (nous connaissons très bien la constitution septuple de l’homme, telle que professée par la Théosophie, mais nous synthétisons volontairement notre propos).

Notre intention n’est pas d’énoncer des dogmes. Nous analysons simplement des faits concrets : nous savons ainsi que la science a déjà réussi à matérialiser le corps astral dans quelques laboratoires… Les faits sont les faits, et devant les faits nous devons nous incliner !

Les vertus et les défauts de chaque homme dépendent de la qualité des valeurs qui se réincarnent en lui. A l’époque de la domination maure, en Espagne, il y avait un santon (ascète, dévot musulman) maure qui étudiait le Coran. Ce santon s’était rendu en Espagne durant l’occupation des Maures. Il lisait le Coran et étudiait la Bible. Le résultat fut qu’il ne put digérer toutes ces connaissances et il devint très sceptique. Cet homme mourut rempli de doutes. Les valeurs de cet homme se réincarnèrent dans un homme du nom de Voltaire…

N’importe quel homme peut développer la clairvoyance et voir les valeurs de conscience évoluer à travers le temps et l’espace.

Le grand physiologue d’origine française Brown-Séquard, cité par le docteur Krumm-Heller, a inventé une méthode de guérison qui fut qualifiée par plusieurs d’immorale. Cette méthode exposée par Krumm-Heller consiste à exciter l’appareil sexuel sans aller jusqu’à répandre le Semen. Alors le Semen se cérébralise et le cerveau se séminise. Le Semen est assimilé dans l’organisme et le système nerveux se nourrit et se fortifie entièrement. Cette méthode ne serait pas un obstacle à la reproduction de l’espèce. Un spermatozoïde peut s’échapper de l’organisme sans qu’il y ait besoin de répandre les cent millions de spermatozoïdes qui sont perdus dans une seule éjaculation séminale.

La méthode de Brown-Séquard est connue aux Etats-Unis sous le nom de Karezza (qui provient d’un mot italien signifiant « caresse »). Il s’agit de l’Arcane A.Z.F.

Le docteur Krumm-Heller affirme qu’à l’aide de cette méthode on peut guérir l’impuissance.

A la page 174 de son roman initiatique Rose-Croix, le docteur Krumm-Heller écrit ceci : « Les études de la Rose-Croix nous enseignent que le Semen est l’astral liquide de l’homme, la vie, et qu’il renferme le pouvoir, mais un pouvoir tellement immense que si nous savons le manier nous pouvons tout obtenir. Voilà pourquoi il est si important de connaître les secrets rose-croix car nous possédons une arme puissante contre les adversités du destin ». Et l’auteur ajoute : « Le Mage rose-croix ressent la même excitation nerveuse, en opérant, qu’un autre être rempli de désir. Si les hommes savaient ce qu’ils pourraient faire dans ce moment de stimulation nerveuse, il est certain qu’ils feraient tout, sauf suivre la femme… » (Rose-Croix, p. 172).

Les Sages aztèques du Mexique ancien savaient très bien ce qui peut être fait en cet instant de « stimulation nerveuse ». Hommes et femmes, dans les cours pavées des temples aztèques, demeuraient nus à s’aimer et s’unir sexuellement pendant des mois entiers. Ces couples savaient se retirer avant le spasme pour éviter l’éjaculation du Semen. Ces couples ne laissaient pas le merveilleux Semen s’échapper de leur organisme. C’est là la fameuse méthode « Karezza », la technique du physiologue français Brown-Séquard. Par cette méthode, nous obtenons l’éveil de la Kundalini. Les médecins ne pourront évidemment jamais rencontrer la Kundalini sous leur bistouri, mais s’ils pratiquent les exercices gnostiques-rose-croix, ils deviendront clairvoyants. Tout médecin clairvoyant peut voir la Kundalini.

La Kundalini est le serpent Quetzalcoatl des Aztèques, le Feu de l’Esprit Saint, le Serpent igné de nos pouvoirs magiques.

Les yogis clairvoyants aperçoivent une fleur de lotus avec quatre merveilleux pétales, située exactement entre les organes sexuels et l’anus. C’est l’Eglise d’Ephèse ou chakra Muladhara. La Kundalini est enroulée à l’intérieur de ce chakra. Elle a la forme du Serpent sacré, elle est un Feu solaire, spirituel, qui ne peut être vu qu’à l’aide de la clairvoyance ; elle ne peut être découverte par le bistouri car elle n’est pas matérielle.

La Kundalini est de l’Akasha concentré. L’Akasha est la cause de l’Ether et l’agent du son. Seuls peuvent incarner le Verbe ceux qui réussissent à élever le Serpent akashique par le canalis centralis de la moelle épinière.

La Kundalini se développe, évolue et progresse dans l’aura du Logos solaire.

Le chakra des organes sexuels est le siège du tattva Prithvi (l’Ether à l’état pétrifié). Celui qui sait manier le tattva Prithvi peut contrôler les tremblements de terre.

Il y a dans la colonne vertébrale sept centres magnétiques. Ces sept centres de la moelle épinière sont connectés avec les sept plexus importants du système nerveux orthosympathique. Dans ces sept centres se trouvent tous les pouvoirs tattviques. L’Akasha flamboyant ouvre ces sept centres tattviques de la moelle épinière. Nous devenons alors maîtres des tattvas.

Le premier centre magnétique de la moelle épinière est le siège du tattva Prithvi et du pouvoir du sexe. Le deuxième centre correspond au chakra prostatique (ou utérin), c’est l’Eglise du tattva Apas (l’eau), l’Ether liquide. Le troisième centre est situé à la hauteur du nombril et il est en relation avec le plexus solaire ; c’est l’Eglise du tattva Tehas, l’Ether igné, le Feu universel. Le quatrième centre de l’épine dorsale correspond au chakra du coeur, c’est le siège sacré du tattva Vayu, l’Ether gazeux. Voilà les quatre centres tattviques inférieurs du Temple humain.

Le cou et la tête représentent la tour du Temple. Dans la tour il y a trois centres tattviques supérieurs. Le cinquième centre est celui du larynx ; c’est l’Eglise du Verbe. Sans l’Akasha, le son n’existerait pas. La Kundalini se fait créatrice par la Parole.

Le sixième centre magnétique est en relation avec le chakra frontal qui est le centre de la clairvoyance. Quand la Kundalini ouvre ce centre, l’être humain devient clairvoyant et il peut voir l’au-delà. Le septième centre tattvique est le chakra aux mille pétales situé dans la glande pinéale. Lorsque la Kundalini ouvre ce chakra, nous recevons la polyvoyance, l’omniscience, etc.

La méthode de Brown-Séquard nous permet de recevoir tous ces pouvoirs, à condition de ne jamais éjaculer le Semen. La méthode de Brown-Séquard est, je le répète, l’Arcane A.Z.F.

Le savant kabbaliste nord-américain Manly P. Hall, cité par le docteur Francisco A. Propato, écrit dans son livre sur l’anatomie occulte : « Ceux qui seront incapables d’élever le feu de la moelle épinière le long du canal Sushumna seront confinés à un règne latéral, semblable à celui des singes actuels » (le canal Sushumna court à l’intérieur et tout le long du canal médullaire).

L’Arcane A.Z.F. ne doit être pratiqué qu’entre l’époux et l’épouse dans le cadre d’un foyer légitimement constitué. Ceux qui pratiquent l’Arcane A.Z.F. avec d’autres femmes commettent le grave délit d’adultère. Une personne adultère n’obtiendra jamais l’éveil de la Kundalini et les pouvoirs tattviques. L’Initié ou l’Initiée gnostique qui commet l’adultère perd ses pouvoirs.

Dieu est l’Intime. Dieu est l’Etre interne de tout homme qui vient au monde. Dieu est un hermaphrodite divin, mâle-femelle, il n’a pas besoin d’épouse pour allumer ses feux, mais l’homme n’est pas Dieu. L’homme ne peut allumer ses feux sans la femme (ni la femme sans l’homme). L’homme a besoin d’une épouse pour allumer ses feux parce que l’homme n’est pas Dieu.

L’être humain doit se départir de l’orgueil qui le fait se prendre pour Dieu, car il n’est rien de plus qu’un misérable vermisseau qui rampe dans le limon de la Terre.

La grande yogini H.P. Blavatsky, après être devenue veuve du comte Blavatsky, dut se remarier avec le colonel Olcott pour éveiller la Kundalini et obtenir les pouvoirs tattviques.

Dans l’Ordre sacré du Tibet on enseigne au disciple l’Arcane A.Z.F.

Dans les Mystères de l’Egypte, on enseignait l’Arcane A.Z.F. à tous les Initiés, et ceux qui divulguaient le Grand Arcane étaient condamnés à la peine de mort, on les conduisait au fond d’une cour, et là contre un mur, on leur tranchait la tête, on leur arrachait le coeur, et leurs cendres étaient jetées aux quatre vents.

Dans les vastes cours des temples aztèques, comme nous l’avons dit plus haut, hommes et femmes restaient nus à pratiquer l’Arcane A.Z.F. pendant des mois. Celui qui avait le malheur d’éjaculer l’entité du Semen était condamné à mort pour avoir profané le temple, et alors on le décapitait.

Les Initiés des écoles de Mystères de tous les temps ont obtenu l’Initiation grâce au Grand Arcane. Jamais, absolument jamais, il n’y eut quelqu’un dans aucune école de Mystères qui ait obtenu l’Initiation sans l’Arcane A.Z.F., sans le Grand Arcane.

Un jour, après une causerie que nous avions donnée, un disciple qui était célibataire nous demanda s’il était possible de pratiquer avec une femme du monde astral. Nous lui avons répondu que la Kundalini ne peut être éveillée qu’avec une femme en chair et en os. Un autre frère célibataire voulait pratiquer avec des femmes imaginaires. Ceci est extrêmement grave ! Lorsque le mental crée une « effigie mentale », cette effigie reçoit de la conscience et devient un démon tentateur du plan mental qui nous vide sexuellement pendant notre sommeil par des pollutions nocturnes.

Il est très difficile pour un étudiant de désintégrer ces effigies mentales. L’étudiant devient habituellement victime de sa propre invention. Il vaut bien mieux trouver une épouse qui coopère réellement dans le Grand-Oeuvre.

Ceux qui n’ont pas d’épouse doivent sublimer leurs énergies créatrices par les sports en plein air ou en faisant de grandes marches ou des excursions, en pratiquant la natation, en écoutant de la bonne musique, en contemplant les grandes oeuvres d’art – sculpture, peinture, etc. Les célibataires sublimeront ainsi leurs énergies sexuelles en les amenant jusqu’au coeur. Là, dans ce centre de la vie, ces forces créatrices se mêlent aux ondes lumineuses du Christ interne pour être emportées avec elles aux régions ineffables de la Grande Lumière.

Nous pouvons réussir à sublimer nos énergies sexuelles par le sens esthétique, par la charité et par l’amour. Toutefois, et au nom de la vérité, nous devons affirmer que si vous voulez l’Initiation, si vous aspirez à l’éveil de la Kundalini et aux pouvoirs tattviques, il vous faut trouver une femme (et la femme trouver un homme), parce que l’Initié sans femme (ou la femme sans homme) est comme un jardin sans eau.

Beaucoup d’étudiants mystiques croient qu’ils sont chastes parce qu’ils n’ont pas de femme. Cependant – et pour comble de malheur – ils ont des pollutions nocturnes. Ils perdent misérablement, de cette manière, leur Semen christonique, dans lequel se trouve la genèse de la Grande Vie.

Dans toute semence, végétale, animale ou humaine, se trouve latent le Feu sacré du Logos solaire (le Christ). C’est de là que provient le pouvoir de se reproduire. L’homme doit veiller à son Semen ; la semence c’est comme de l’or potable. Par l’Arcane A.Z.F., nous extrayons héroïquement de la semence le Feu sacré de la Kundalini.

Les pollutions nocturnes sont guéries radicalement par l’Arcane A.Z.F. Ce n’est qu’avec le Grand Arcane que disparaissent pour toujours les pollutions nocturnes.

Nous sommes nés d’un homme et d’une femme. Nous ne sommes pas les enfants d’une abstraction, d’une théorie. Le Verbe, le Fils de l’Homme est fils d’un homme et d’une femme, fils d’une immaculée conception. Il nous faut élever le Fils de l’Homme à l’intérieur de nous-mêmes, et nous avons besoin pour cela de la femme (et la femme de l’homme).