Vérité Justice

C’était la nuit du mystère et, dans ma sombre demeure, l’obscurité terrible croissait d’instant en instant. Ma lampe pâle pétillait dans sa très lente agonie et ses reflets livides déversaient une clarté sinistre. Le vent de la rue, âpre et impitoyable, faisait grincer mes fenêtres.

Il fouettait la pluie de cristal qui tombait en crépitement et, comme la tempête déchirait le chaos de son épée d’éclair, je pensai à la vallée des ténèbres et à la demeure des pervers.

« Que mon âme ne soit pas asservie, ni traînée en captivité par les démons. Qu’il me soit permis de tourner la tête devant l’échafaud de Sepdu (l’échafaud du Karma) ! Soyez loués, ô vous, esprits planétaires de la constellation de la hanche (Balance) ! ».

Quant à vous, ô divins couteaux des mystères », dit le livre sacré de la Demeure occulte, « clamant depuis le fond profond des siècles, vous, les deux bras divins de la balance cosmique, qui illuminez et réjouissez l’Univers et conduisez suivant le rythme des époques, les jeunes et les vieux, regardez ! »

« Voici Thot, le Bouddha intime de chaque homme ; le Seigneur des mystères procède aux libations devant le maître des millions d’années (le Logos Universel de la Vie) et lui ouvre le chemin à travers le firmament ».

« Thot est celui qui immobilise les ouragans et les enferme dans ses forteresses (il est certes le Bouddha intérieur de chaque être vivant, le Seigneur des pouvoirs). Ô vous, divins esprits du Karma, éloignez de moi la misère et les souffrances. Et que ma personne puisse être agréable à Râ (Dieu). Ecoutez hommes et Dieu : ce firmament d’acier qui avait protégé le monde de l’Amenti (la région des morts), le démon Apopi (le corps de désirs de chaque être vivant) l’a troué ; il est donc évident que même les ténébreux les plus pervers peuvent se mettre en cette demeure ».

Ah ! Quand les gens cesseront-ils de confondre l’authentique Astral avec le démon Apopi ? Quand les pseudo-occultistes comprendront-ils que le corps de désirs cité par la Théosophie est l’épouvantable démon Apopi ? Les gens communs et courants n’ont pas de corps astral ; ils n’ont que le véhicule lunaire des désirs, l’épouvantable démon Apopi. Que m’écoutent les humains et les habitants des limbes – écoutez donc : vous avez besoin de fabriquer le Corps Astral dans la Forge des Cyclopes.

Râ abhorre le démon Apopi et il est ostensible que tout authentique défunt auto-réalisé doit éliminer le démon Apopi après avoir revêtu le Sahu égyptien.

Le Livre des morts s’exclame, disant : « Voici que j’arrivai devant les hiérarchies célestes et délivrai pour toujours Râ du dragon Apopi. Je veille ! En vérité jamais le Dragon ne pourra s’approcher de lui. Je saurai m’emparer des signes magiques placés devant moi par le Démon. Les nourritures sépulcrales ne me manqueront pas. Thot me pourvoira de la puissance magique, résultat de mes actes, de mon Karma dans la vie passée ».

« Et je ferai circuler la Vérité-Justice dans la barque céleste de ma vie, établissant les hiérarchies divines dans mon coeur pour des millions d’années, je triompherai au milieu d’elles ».

La déesse Maat (Justice) arrive devant son Seigneur et Dieu. Rappelez-vous que les fonctions du Karma résident dans la brillante constellation de la hanche (Balance). Tremblez devant les divins couteaux de la Loi. Sachez que l’on paye du Karma, non seulement pour le mal qui se fait, mais encore pour le bien qui, pouvant être fait, ne se fait pas. Parcourez le cycle des métamorphoses dans la barque de Kepra, le vaisseau de notre propre vie.

Il est indiscutable que vous devrez vous transformer une fois, et encore une autre fois en crocodiles, chaque fois qu’il vous sera nécessaire de descendre dans les mondes infernaux ; à toute exaltation mystique correspond, évidemment, tout d’abord une humiliation ; celui qui veut monter doit d’abord descendre, c’est la Loi.

En éveillant la Conscience, vous vous transformerez en éperviers à tête humaine, capables de voler librement dans l’espace étoilé. Vous devrez évidemment vous convertir en Najas, Serpents : le jour viendra où vous serez comme le lotus.

« Que les dieux me concèdent ton trône, ô Râ, ainsi que ton corps glorieux. Ta route, je la parcours ; et, à l’aube, je rejette le démon Nebt (le démon de la mauvaise volonté) qui vient dissimulé derrière une colonne de flammes et qui, dans un long couloir étroit, m’attaque à l’improviste ».

« En vérité, j’ai été prévenu à l’avance en ce qui concerne les dangers qui m’attendent. Voici que je prends place dans la barque de Râ et que je reçois les offrandes qui me sont dues ».