Le Triple Domaine de Seth

« Voici que l’oeil scintillant d’Horus – à l’affût mystique – lumineux comme Râ – le Logos intime – apparaît à l’horizon intérieur. Ses mouvements sont pleins d’harmonie et lui (grâce à la méditation et à l’aide de la couleuvre sacrée), détruit le triple domaine de Seth (l’Ego). Car il avait été décrété que Seth serait attrapé et emmené aux mondes infernaux, et que les flammes dévorantes de l’Oeil divin seraient dirigées contre lui ».

« Qu’elle vienne donc, cette flamme régénératrice – ma Mère Divine Kundalini – et que je puisse l’adorer » (elle a le pouvoir d’éliminer toutes ces entités perverses ou mois criards et querelleurs qui constituent l’Ego).

« Qu’elle fasse régner autour de Râ – le Logos intime – la divine ordonnance – ô Râ ! en vérité, l’Oeil divin d’Horus vit dans le sanctuaire du grand temple. Son nom ésotérique est : An-Ma-Aut-F » (Livre des Morts).

Il est indiscutable que les multiples entités ténébreuses qui personnifient nos défauts psychologiques constituent l’Ego (Seth). Le triple domaine de Seth est clair, net et manifeste. Il est ostensible que les démons rouges – mois ou entités ténébreuses – s’expriment à travers le corps de désirs (Judas), le véhicule mental animal (Pilate), et la volonté bestiale (Caïphe).

Nous avons déjà dit, dans de précédents chapitres, et nous le répèterons ici, que les animaux intellectuels improprement appelés « hommes » n’ont pas encore les authentiques véhicules astral, mental et causal. Il est très douloureux d’avoir à affirmer instamment qu’au lieu des véhicules solaires mentionnés, ces pauvres homoncules rationnels n’ont en vérité que trois démons pervers (les trois mauvais amis de Job). Cette race d’Adam est 100% diabolique ; les pauvres gens n’ont pas l’Etre incarné ; ma parole pourra paraître dure à nombre de lecteurs, mais nous ne devons pas cacher la vérité.

Comme il est difficile de fabriquer les corps glorieux de Kam-Ur ! Ces véhicules christiques peuvent être créés uniquement dans la Forge Ardente de Vulcain.

Le Noël du coeur ! l’incarnation de l’Etre en nous n’est possible que si nous nous vêtons des habits d’Osiris (les corps solaires).

Cependant, je vous dit : Aïe ! Malheur à ceux qui, après être arrivés à la seconde naissance, continuent à être vivants ! Ceux-là ! Ô Dieux ! se convertiront de fait en Hanasmussen (avortons de la Mère Divine Kundalini) au double centre de gravité.

L’Etre vêtu de l’habit de noces de l’âme (le To Soma Heliakon), constitue en soi-même une entité solaire ineffable et terriblement divine & Il est ostensible que Seth revêtu des corps lunaires au triple aspect ténébreux, assume la forme indésirable d’un mage noir lunaire abominable.

Quand on invoque le Hanasmussen Andraméleck, le Maître blanc ou le Maître noir peuvent accourir à l’appel, les deux cependant sont Andraméleck.

Après la seconde naissance dont parle le Kabire Jésus au grand rabbin Nicodème, on se trouve devant deux chemins : celui de la droite et celui de la gauche. Il s’avère clair, patent et manifeste que le sentier de la main gauche est celui des Hanasmussen (prononcer ce mot avec le H en forme de Jota espagnole). Cet ordre de concomitance nous invite à penser à l’urgence inévitable d’une asepsie morale radicale et définitive, dès le début & Cette asepsie intime s’obtient par la réduction en poussière cosmique de tous ces diables rouges, ou mois ténébreux, qui s’expriment en nous par les trois mauvais amis de Job &

Par conséquent, nous pouvons donc insister sur l’idée irréfutable qu’il serait absurde de tenter d’éliminer radicalement les trois traîtres d’Hiram Abif sans la mort préalable du moi pluralisé (Seth).

Toutes lumières faites, il est facile de comprendre que chaque défaut psychologique se trouve, certes, personnifié sous une forme ténébreuse quelconque. Le Bouddha enseigna que l’Ego est constitué d’une somme d’agrégats psychologiques (mois-diables). Les agrégats sont périssables. L’unique qui assume en nous les aspects transcendantaux d’éternité est le Bouddha intime. Les pauvres gens, malheureusement, ne l’ont pas incarné.

Ce Bouddha secret est aussi distinct du corps, du mental et des sentiments les plus intimes, que l’huile l’est de l’eau, ou le jour de la nuit, ou encore l’hiver de l’été. Il est terrifiant de savoir que le Bouddha Secret est notre juge, juge de nos propres sentiments, pensées, désirs, amours, passions, etc.

Que mon Etre soit mon juge ? Ceci est terrible mais vrai. Mon Bouddha Intérieur ne veut en aucune manière que le « Moi » existe. Il veut ma mort radicale. Qu’il est beau de mourir d’instant en instant ! Le nouveau n’advient qu’avec la mort.

Après la mort de Seth (l’Ego), le Bouddha secret est notre meilleur ami. La raison d’être de l’Etre est le même Etre.