L’Église de l’Esprit-Saint

Écrit par : Samael Aun Weor   Catégorie : Les Mystères Majeurs

L’Eglise de l’Esprit-Saint, c’est l’Eglise de Thyatire, qui est l’Eglise du coeur. Le prêtre qui touche de l’argent pour un mariage commet un terrible sacrilège. Le mariage relève de l’Esprit-Saint, le mariage est un mystère du coeur. Faire du commerce avec le coeur, c’est faire du commerce avec l’Esprit-Saint. Faire du commerce avec le sacrement du mariage, c’est profaner odieusement les mystères de l’Esprit-Saint.

L’amour ne peut être acheté ni vendu, parce que l’on commet alors un péché grave contre l’Esprit-Saint.

« Toute espèce de péché sera pardonné, sauf le péché contre l’Esprit-Saint » (Matthieu XII, 31).

Celui qui se suicide pèche contre l’Esprit-Saint. L’Esprit-Saint nous a donné la vie à l’aide de l’Amour et du Sexe. Celui qui s’enlève la vie devra mourir contre sa volonté, dans une prochaine réincarnation ; c’est là son châtiment. Le Judas qui trahit le Maître pèche contre l’Esprit-Saint, par son ingratitude. L’amour du Maître est dans l’Eglise du coeur. Les feux du coeur contrôlent la Kundalini. La Kundalini se développe, évolue et progresse en accord avec les mérites du coeur. Une seule éjaculation séminale est suffisante pour que la Kundalini descende de plusieurs vertèbres ; il est très difficile de reconquérir les « canons » perdus. Voilà le châtiment pour les faibles. L’ascension de la Kundalini est très lente et très laborieuse. Chaque vertèbre exige certaines conditions de sainteté ; c’est là la terreur de l’Amour et de la loi.

L’homme est une colonne, la femme est l’autre colonne du temple du Dieu vivant. Les deux colonnes du temple de l’Esprit-Saint sont terriblement divines. L’homme est le principe expansif, la femme le principe attractif. La clé de la Rédemption se trouve dans leur union sexuelle. L’Amour est nourri par l’Amour ; et le baiser est la consécration mystique de deux âmes qui s’adorent.

Dans la transe suprême de l’Amour, nous oublions toutes les théories des hommes.

L’acte sexuel constitue la consubstantialisation de l’Amour dans la réalité psycho-sexuelle de l’être humain.

Pierre a les clés du ciel. Pierre signifie la pierre ; cette pierre, c’est le Sexe, et la Magie sexuelle est la clé du ciel. C’est sur la pierre (le Sexe) que nous devons ériger l’Eglise pour le Je suis.

Sans l’enchantement de l’Amour, la réalisation est impossible.

Celui qui apprend à aimer se convertit en un Dieu. Le Sexe est la pierre philosophale, la pierre cubique de Jesod. L’homme et la femme unis sexuellement se transforment en Dieux. Mieux vaut aimer que théoriser.

Goethe a dit : « Toute théorie est grise, seul est vert l’arbre aux fruits d’or qu’est la vie ».

Un foyer avec des enfants heureux, un beau jardin, un bon mari ou une brave femme, valent mieux que toutes les théories des écoles spiritualistes du monde réunies. Un homme pur et noble, fort et amoureux, a plus de valeur pour la femme que toutes les bibliothèques du monde.

Avec le feu sacré de l’Esprit-Saint, nous nous convertissons en Dieux. Avec les théories intellectuelles, nous nous convertissons en fripouilles.

Béni soit l’Amour, bénis soient les êtres qui s’adorent.