Écrit par : Samael Aun Weor   Catégorie : Kundalini Yoga : Les Mystères du Feu

  1. « Et il revint, l’Ange qui me parlait et il me réveilla comme un homme qui est tiré de son sommeil. »
  2. « Et il me dit : que vois-tu ? Et je répondis : je regarde et voici un chandelier et sept gouttières pour les lampes qui sont dessus. »
  3. « Et près de lui, deux oliviers : l’un à la droite et l’autre à la gauche. » (Zacharie 4:1-3)
  4. « Prenant encore la parole, je lui dis : Que signifient ces deux oliviers, à la droite du chandelier et l’autre à sa gauche ? »
  5. « Je pris de nouveau la parole et je lui dis : que signifient les deux branches d’olivier qui, au moyen des deux tuyaux d’or versent l’huile qui est comme de l’or ? »
  6. « Et il me répondit : tu ne sais pas ce que c’est ?, et je lui dis : non Seigneur, non. »
  7. « Et il dit : ces deux enfants de l’huile sont ceux qui se tiennent devant le Seigneur de toute la terre. » (Zacharie 4:11-14)
  8. Les deux branches d’olivier qui, au moyen des deux tuyaux versent une huile comme de l’or sont les deux Nadis, Ida et Pingala.
  9. Ida monte du testicule droit et Pingala monte du testicule gauche.
  10. Chez la femme, Ida et Pingala s’élèvent à partir des ovaires.
  11. Ce sont les deux « témoins », et si quelqu’un veut leur faire du mal, le feu sort de leur bouche pour dévorer leurs ennemis.
  12. Par ces deux cordons ganglionnaires appelés Ida et Pingala montent les atomes solaires et lunaires de notre énergie séminale.
  13. La narine droite est reliée à Pingala. La narine gauche est reliée à Ida.
  14. On dit que par la fosse nasale droite pénètrent les atomes solaires et que par la fosse nasale gauche pénètrent les atomes lunaires.
  15. Les yogis qui n’ont pas été initiés à l’école des Mystères internes, pratiquent le Pranayama avec l’intention d’attirer dans le champ magnétique du nez des millions d’atomes solaires et lunaires en provenance du monde extérieur.
  16. Le yogi ésotériste, initié, ne cherche rien en dehors, dans le monde de Maya (illusion), il cherche tout à l’intérieur de lui-même.
  17. Lorsqu’un yogi ésotériste pratique le Pranayama, il cherche seulement à faire monter son énergie sexuelle depuis les testicules jusqu’au calice sacré du cerveau.
  18. Le Pranayama est un système ésotérique qui permet de transmuter le Semen en énergie christique.
  19. Le Pranayama est un système de transmutation de l’énergie sexuelle.
  20. Lorsque le yogi ésotériste inspire le Prana ou Christ vital par la narine droite, lorsqu’il expire ce Prana par la narine gauche et inversement, quand il inhale par la gauche et exhale par la droite, ce qu’il cherche ce n’est pas d’attirer des atomes externes, comme le croient les profanes, mais plutôt de faire monter les atomes solaires et lunaires depuis les testicules jusqu’au champ magnétique de la racine du nez.
  21. Le clairvoyant qui observe à cet instant les cordons ganglionnaires (Ida et Pingala) du yogi pendant le Pranayama, verra les eaux pures de l’Amrita, les eaux primordiales de la Genèse, s’élevant dans les deux Nadis : Ida et Pingala.
  22. Swara est la science du souffle. Swara est la science sacrée de la respiration.
  23. TOM-SA-HAM sont les mantras de l’inhalation. TOM-RA-HAM ceux de l’expiration, dont les extrêmes correspondent à la contraction et à l’expansion rythmiques de la matière cosmique indifférenciée, Prakriti, Mulaprakriti (voir Biorythme du Maître Huiracocha).
  24. Par la pratique du mantra SWA-RA se forme le sublime Swara duquel on dit dans le verset quinze du Shivagama : « Dans le Swara sont les Veda et les Shastras (livres sacrés des hindous). Dans le Swara sont les trois mondes. Le Swara est la réflexion du Parabrahman (l’unique Tout absolu). » Pour cette raison, quelques auteurs proclament : Swara est la vie et, ajoutent-ils : Swara est la musique (Biorythme par Huiracocha, Dr Arnold Krumm-Heller, page 72).
  25. Swara constitue donc la base des tattvas, puisque ceux-ci sont les cinq modifications du Grand Souffle (Biorythme).
  26. Or, ce Grand Souffle est le Christ Cosmique, Avalokiteshvara, Kwan Yin, le Verbe mélodieux, l’Armée du Verbe, dont le chef est un Paramartasatya connu de l’humanité sous le nom de Jésus-Christ.
  27. Jésus-Christ est le plus grand Initié qui soit venu au monde.
  28. L’Armée du Verbe est le Chariot de la Mercavah, dont le cocher est Jésus le Christ, le divin Rabbi de Galilée.
  29. Jésus-Christ est un habitant de l’Absolu qui a renoncé à la félicité de Sat, le non-manifesté, pour venir au monde avec le Swara, la réflexion du Parabrahman.
  30. Ainsi donc, le Pranayama est la science christique du Grand Souffle ou Crestos Cosmique.
  31. Ce Grand Souffle universel de la vie, ce Christ Cosmique, réside dans notre Semen christonique.
  32. Lorsque le yogi pratique le Pranayama, il travaille avec le Grand Souffle ou Crestos cosmique contenu dans le Semen christonique.
  33. Le Pranayama (pratique qui consiste à faire des inspirations profondes, retenant ensuite l’air inhalé autant que possible, puis l’exhalant jusqu’à ce que les poumons soient vides), enseigne aussi qu’il y a deux pôles d’énergie : l’un masculin et l’autre féminin. Le premier est situé dans le cerveau (système cérébro-spinal) et l’autre dans le cœur (système sympathique). Mais de même qu’en formant deux pôles dans l’espace, pour faire fonctionner un aimant, nous créons, indubitablement, de nouvelles énergies, et engendrons nécessairement et inévitablement un troisième pôle, une troisième force, de même aussi nous affirmons que ce troisième pôle est Devi Kundalini, qui naît de l’union des atomes solaires et lunaires dans le Triveni situé dans le coccyx.
  34. Ces deux polarités, masculine et féminine, du Grand Souffle, montrent que Prana et Kundalini ont leur fondement dans la Sexualité.
  35. Kundalini est absolument sexuelle.
  36. Les gens ont tendance à regarder le sexe comme une chose sale et horriblement passionnelle. Le yogi accroît le Diksa, usthi, uste (désir) et s’incline avec révérence devant les Mystères gnostiques du Sexe parce qu’il considère que le Sexe est une fonction sacrée de Devi Kundalini.
  37. Le yogi sait que les eaux d’Amrita (Semen christonique) sont l’habitacle du Feu.
  38. Le yogi sait que toute la force du Logos solaire est contenue dans la semence végétale, animale et humaine.
  39. Le yogi sait que la Sexualité est une force sainte et qu’elle ne doit pas être profanée par la fornication.
  40. La respiration par la narine droite est appelée Surya ou Pingala. C’est par elle que nous faisons monter les atomes solaires de notre système séminal.
  41. La respiration par la narine gauche est appelée Chanra ou Ida. Par elle nous accomplissons l’ascension de nos atomes lunaires à partir du système séminal.
  42. Avec les exercices de Pranayama, nous renforçons les trois Souffles de l’Akasha pur. Ces trois Souffles se combinent avec les atomes solaires et lunaires de notre système séminal, pour éveiller Devi Kundalini.
  43. Prana est le Christ vital ou Grand Souffle. Ce Christ vital se transforme en Akasha, dans lequel se cache le Fils Premier-Né, le Purusha de chaque homme.
  44. Akasha se modifie en Éther et l’Éther se transforme en tattvas. Ces tattvas sont à l’origine du Feu, de l’Air, de l’Eau et de la Terre.
  45. Ainsi donc, tout ce qui existe, tout ce qui a été et tout ce qui sera, vient du Grand Souffle, du Christ Cosmique, de l’Armée de la Voix dont le chef suprême est Jésus-Christ.
  46. Paranishpana (la Félicité absolue) sans Paramarta (la Conscience éveillée) n’est pas la félicité.
  47. Jésus-Christ a atteint Paramarta et Paranishpana. Néanmoins, il a renoncé à la félicité de l’Absolu non-manifesté pour venir sauver les hommes et les Dieux.
  48. Lorsque les Élohims ou Dhyanis glorieux commencèrent à tisser dans le métier à tisser de Dieu, ils pleurèrent de douleur en contemplant le déclin de la Lumière Incréée qui semblait s’enfoncer dans un crépuscule atterrant.
  49. Alors, Jésus-Christ, le grand Paramartasatya, a traversé le Dhyani-Pasha et est venu au Jardin cosmique pour sauver les Dieux dont d’innombrables étincelles virginales ou « jivas » involutionnent et évolutionnent durant ce Mahakalpa.
  50. Moi, Samaël Aun Weor, je fus témoin de toutes ces choses. J’ai vu quand le grand Être est entré dans le Sanctuaire, a signé un pacte de Rédemption pour les hommes et s’est crucifié sur sa croix.
  51. J’ai assisté à l’aurore du Mahamanvantara et je rends témoignage de toutes ces choses.
  52. Ensuite, le Maître envoya son Bouddha, à l’aube de la quatrième ronde, pour qu’il se prépare dans cette vallée de larmes. Ce Bouddha est son âme, appelée Jésus.
  53. Et son Bouddha alluma ses sept Lampes éternelles.
  54. Et son Bouddha fit monter ses sept Serpents par les sept canaux du chandelier.
  55. Lorsque son Bouddha Jésus de Nazareth fut prêt, alors, là-bas dans le Jourdain, le Dragon de Sagesse entra en lui, pour prêcher aux hommes et aux Dieux.
  56. Le sacrifice, il l’a subi encore une fois. Le chef de tous les Christs Cosmiques, Jésus de Nazareth, a une fois de plus lavé avec son sang tous les péchés du Sanctuaire et a signé le pacte entre les hommes et Kwan Yin, l’Armée du Verbe, Vishnou, Osiris, le Grand Souffle.
  57. Il fut le suprême Conciliateur entre l’homme et la Divinité.
  58. Les Nadis Ida et Pingala sont les conducteurs subtils du Prana Sushumna, de l’énergie christique sexuelle.
  59. Ida et Pingala se réunissent avec le Nadi Sushumna dans le chakra Muladhara.
  60. L’union des trois Nadis dans le chakra Muladhara se nomme Yuktatriveni. Cette rencontre des Nadis se répète dans les chakras Anahata et Ajna. La rencontre des Nadis dans ce dernier chakra est appelée Muktatriveni.
  61. Ida est froid et Pingala est chaud.
  62. Le Nadi Pingala est en relation intime avec les fonctions d’assimilation organique.
  63. Ida est de couleur pâle et Pingala de couleur rouge feu.
  64. Le yogi peut retenir le Prana qui circule dans le Nadi Sushumna en un lieu précis appelé Brahmarandhra, situé dans la fontanelle frontale des nouveaux-nés.
  65. Ainsi, le yogi peut défier la mort et vivre indéfiniment.
  66. Toutefois, cela n’est possible que pour le yogi qui a reçu l’Élixir de Longue Vie.
  67. Cet Élixir est un gaz et un liquide.
  68. Ce gaz est de couleur blanche, électropositif et électronégatif.
  69. Ce gaz reste déposé dans le tréfonds vital et ainsi, l’Initié peut soutenir son corps physique, et vivre pendant des millions d’années.
  70. Le liquide subtilise le corps physique.
  71. Ainsi, le corps physique s’absorbe peu à peu à l’intérieur du corps éthérique et devient indestructible.
  72. Les Nadis Ida et Pingala se trouvent de chaque côté de la colonne vertébrale.
  73. Ces Nadis s’enroulent autour de la moelle épinière d’une manière qui évoque la forme du chiffre huit.
  74. Et à l’intérieur du Nadi Sushumna se trouve le Sentier céleste.
  75. La Kundalini s’élève par le Brahmanadi.
  76. Le Brahmanadi est situé à l’intérieur d’un autre canal très subtil qui court le long de la colonne vertébrale, et qui est connu sous le nom de Chitra.
  77. Le long de ce Nadi Chitra se trouvent les sept chakras connus sous les noms de Muladhara, Swadishtana, Manipura, Anahata, Vishuddha, Ajna et Sahasrara.
  78. Lorsque la Kundalini atteint le chakra Sahasrara, la Bouddhi s’unit alors avec Shiva (l’Intime). C’est la première Initiation des Mystères Majeurs.

Exercice de Pranayama :

  1. Le disciple s’assoit sur le sol, les jambes croisées à la manière orientale. Cette position est appelée Padmasana aux Indes.
  2. Boucher la narine gauche avec l’index et aspirer le Prana par la narine droite.
  3. Retenir alors le souffle en bouchant les deux narines à la fois avec l’index et le pouce.
  4. Expirer l’air par la narine gauche puis, bouchant la narine droite, inhaler maintenant par la gauche ; retenir le souffle de nouveau et expirer par la droite.
  5. Pendant qu’on aspire l’air, imaginer que l’énergie sexuelle s’élève par le Nadi qui correspond à la narine par laquelle est aspiré le Prana.
  6. Lorsque vous envoyez le Prana vers le bas, pensez aux trois Souffles de l’Akasha pur descendant par les Nadis Sushumna, Ida et Pingala pour éveiller le chakra Muladhara où réside la Kundalini.
  7. Le Prana est le Feu purificateur qui dissout les scories qui obstruent les Nadis.
  8. Les voiles de Rajas et Tamas s’écartent avec la transmutation sexuelle du Pranayama.
  9. Par la pratique du Pranayama, on prépare le mental de l’étudiant pour le Dharana, le Dhyana et le Samadhi.
  10. Le disciple peut pratiquer le Pranayama dix minutes par jour.
  11. Lorsque la pratique est terminée, le disciple pourra prendre un verre de lait ou un aliment doux.
  12. Les disciples peuvent également pratiquer debout.
  13. Le disciple doit inspirer et expirer lentement avec l’esprit bien concentré sur sa pratique de Pranayama.
  14. Il existe beaucoup d’asanas et d’exercices de Pranayama, mais avec cet unique exercice, l’étudiant pourra transmuter ses énergies sexuelles.
  15. Les disciples peuvent aussi s’asseoir dans un fauteuil confortable pour accomplir leurs pratiques.
  16. Avant de commencer la pratique, le disciple doit prier son Intime en méditant profondément sur Lui.
  17. Le disciple doit se concentrer profondément dans le chakra Muladhara en suppliant son Purusha (l’Intime) d’éveiller la Kundalini.
  18. Les yogis orientaux signalent une grande variété d’exercices de Pranayama.
  19. Ainsi : respiration profonde ; sukhta purvak (position confortable), le Pranayama durant la marche, le Pranayama pendant la méditation, la respiration rythmique, suryabeda, ujjayi, sitkari, sitali, bhastrika, bhramari, mucha, plavini, kevala, kumbhaka, etc.
  20. Toute cette innombrable variété de pratiques et d’asanas (postures) correspondait à l’arc descendant de la vie involutive, mais maintenant nous sommes en train d’amorcer l’arc ascendant de l’évolution et, par conséquent, cette énorme quantité de postures et d’exercices est à présent complètement périmée dans la nouvelle Ère du Verseau.
  21. Maintenant, les yogis de la nouvelle Ère du Verseau vivent une vie d’intense activité au milieu des villes et n’ont pas besoin de se retirer dans les forêts solitaires, parce que nous inaugurons la nouvelle Ère du Verseau, qui est une ère de sociabilité, de coopération et de fraternité entre tous les hommes sans distinction d’écoles, de races, de sexes, de castes et de religions.
  22. Les exercices de Pranayama peuvent se faire dans notre propre maison et sans qu’il soit nécessaire d’abandonner l’accomplissement de nos devoirs envers notre famille, envers la société, envers l’humanité.
  23. Le yogi doit être absolument chaste sinon il échouera lamentablement.