Écrit par : Samael Aun Weor   Catégorie : Lumière venant des Ténèbres

Le sexe a un cycle de 84 ans et il est gouverné par la planète Uranus. Les pôles nord et sud de la planète Uranus alternent de façon cyclique en pointant le Soleil.

Ces pôles sont les facteurs déterminants du cycle merveilleux de 84 ans dans l’espèce humaine.

Si le pôle masculin d’Uranus est pointé vers le Soleil, l’impulsion sexuelle masculine prédomine sur la Terre.

Si le pôle négatif féminin d’Uranus est pointé vers le Soleil, l’impulsion sexuelle féminine prédomine sur la Terre. Durant 42 ans le sexe masculin prédomine, durant 42 ans le sexe féminin règne en souverain.

L’histoire de la piraterie, l’âge d’Isabelle, du déploiement masculin et des aventures chevaleresques représentent clairement le cycle sexuel masculin.

Cette année 1965, pendant laquelle les femmes se dénudent, prédominent, commandent et accusent, signale clairement le cycle sexuel féminin.

L’homme ou la femme d’âge mûr vivent de fait dans l’atmosphère sexuelle opposée à celle de leur naissance. Une semblable atmosphère est évidemment totalement stimulante. Ceci explique avec une entière exactitude pourquoi les sentiments sexuels sont très souvent plus vigoureux et riches à quarante ans qu’à trente.

Le sexe en lui-même devrait être la fonction créatrice la plus élevée, malheureusement, l’ignorance règne en souveraine et l’humanité est très loin de comprendre les grands mystères du sexe.

Si nous étudions le livre des cieux, le zodiaque merveilleux, nous pouvons comprendre que la Nouvelle Ère du Verseau soit gouvernée par le signe zodiacal d’Aquarius, le Verseau.

Le symbole du Verseau est une femme avec deux cruches pleines d’eau ; elle essaie de mélanger intelligemment les eaux des deux cruches.

Ce symbole vient nous rappeler l’alchimie sexuelle. Si, dans les Poissons, l’homme a été seulement esclave de l’instinct sexuel symbolisé par les deux poissons dans les eaux de la vie, dans le Verseau, l’homme doit apprendre à combiner intelligemment les eaux de l’existence, il doit apprendre à transmuter les forces sexuelles.

Le Verseau est gouverné par Uranus, la planète qui gouverne les fonctions sexuelles. Il est incongru et absurde que quelques individus isolés et certaines écoles de type pseudo-ésotérique refusent le Maïthuna (la magie sexuelle) tout en ayant la prétention disent-ils d’initier la Nouvelle Ère.

Uranus est sexuel à cent pour cent, et dans la Nouvelle Ère gouvernée par cette planète, l’être humain doit connaître à fond les mystères du sexe.

Refuser le Maïthuna (magie sexuelle), signifie de fait se prononcer contre le signe du Verseau, gouverné par Uranus, le roi du sexe.

On doit se souvenir que l’énergie la plus subtile, la plus puissante, la plus fine qui est produite et conduite merveilleusement à travers l’organisme humain est l’énergie sexuelle.

En analysant très à fond le pouvoir surprenant de l’énergie sexuelle, nous arrivons à la conclusion qu’elle est extraordinairement volatile et très difficile à emmagasiner et contrôler.

L’énergie sexuelle est comme un dépôt de dynamite, sa présence signifie une source formidable de terrible potentialité et aussi un danger constant d’explosion catastrophique.

L’énergie sexuelle à ses propres canaux de circulation, son propre système électrique organisé.

Quand l’énergie sexuelle s’infiltre dans le mécanisme d’autres fonctions, elle peut alors produire de grandes explosions, de terribles catastrophes biologiques, physiologiques et psychiques.

Les manifestations de type violent et destructif de l’énergie sexuelle dérivent de certaines attitudes psychologiques négatives envers le sexe en général.

La suspicion, la peur du sexe, les préjudices sexuels, le sens cynique, brutal et obscène du sexe, etc., obstruent les canaux par où circule l’énergie sexuelle et alors, celle-ci se dévie en s’infiltrant dans d’autres canaux, systèmes et fonctions, où elle produit des catastrophes épouvantables.

L’aspect de telles catastrophes a d’habitude de multiples facettes. Parfois, il a des aspects d’un feu qui flamboie avec la colère passionnée, d’autres fois de l’amertume de la réplique nocive, des paroles qui blessent, de violentes dénonciations, etc.

Tout ceci et des milliers de dégoûtants sujets de l’espèce humaine sont précisément dus à l’infiltration de l’énergie sexuelle dans des canaux et fonctions différentes.

Les personnes qui gaspillent l’énergie sexuelle en conversations morbides de type sexuel, ou en regardant des films pornographiques, ou en lisant des nouvelles malhonnêtes, deviennent impuissantes.

Les personnes qui usent leur temps misérablement en raisonnant sur l’acte sexuel sans accomplir leurs fonctions sexuelles, deviennent impuissantes ; quand réellement, en dehors de tout raisonnement, elles vont effectuer l’acte sexuel, elles ne le peuvent pas, elles échouent.

L’imagination et la raison mal utilisées peuvent nous conduire à l’impuissance de type psycho-sexuelle.

L’imagination morbide, le mauvais usage de l’imagination, épuise l’énergie sexuelle, et quand l’individu va réaliser l’acte, il échoue, il est impuissant.

Le raisonnement excessif sur le sexe conduit à l’impuissance ; celui qui vit seulement en analysant l’acte sexuel sans le réaliser, lorsqu’il se trouve à le réaliser vraiment, doit passer par la terrible surprise qu’il ne le peut pas, il est impuissant.

En arrivant à cette partie du présent chapitre, nos lecteurs ne doivent pas s’effrayer. Étudier les mystères du sexe est urgent, mais abuser du raisonnement sexuel en excluant l’acte sexuel, pour une période de temps très longue et indéfinie, produit l’impuissance psycho-sexuelle.

Il existe la sous-imagination et l’infra-imagination. Toute personne peut, si elle le souhaite, contempler avec pureté une autre personne du sexe opposé, mais la sous-imagination et l’infra-imagination peuvent nous trahir dans les niveaux submergés du mental, et nous conduire au coït dans d’autres états de conscience ; le résultat est habituellement les pollutions nocturnes avec une abondante perte de liqueur séminale.

Constamment arrivent au siège patriarcal du mouvement gnostique, de la ville de Mexico, de nombreuses lettres de personnes qui se plaignent d’avoir des rêves érotiques accompagnés de pollutions nocturnes.

Il est clair qu’avec le Maïthuna quotidien l’être humain s’accoutume à réfréner l’acte sexuel pour ne pas renverser le Semen ; le résultat est que le sujet s’accoutume tant à ce sureffort que quand dans les rêves, il réalise l’acte, alors, que ce soit par habitude ou par instinct, il se réfrène pour éviter l’émission de la liqueur séminale, en conséquence, la pollution ne se produit pas.

Le sexe et l’imagination se trouvent intimement associés. Il est impossible d’arriver à la chasteté absolue si nous ne transformons pas l’imagination en un miroir pur sans la moindre tache.

Il est urgent de transformer la sous-imagination mécanique et morbide, et l’infra-imagination automatique et luxurieuse en l’imagination d’un enfant nouveau-né.

Ce type de transformation est seulement possible avec une aide spéciale de la divine mère Kundalini, le serpent igné de nos pouvoirs magiques.

Il est nécessaire de savoir prier, savoir supplier le divin serpent, en lui demandant le miracle de transformer l’imagination subjective et mécanique en l’imagination d’un enfant nouveau-né.

Elle seule, la mère divine, le serpent sacré, peut transformer la sous-imagination morbide et l’infra-imagination bestiale en l’imagination innocente d’un enfant nouveau-né.

Un petit enfant peut contempler une belle femme nue de façon pure et parfaite, sans sentir la plus minime luxure. En réalité, tant que l’on n’est pas comme un enfant innocent, il est impossible d’entrer dans le royaume de l’ésotérisme.

Dans le monde physique, quelques personnes ont atteint la chasteté parfaite, et peuvent se donner le luxe de contempler le corps nu d’une personne de sexe opposé sans sentir aucune sorte de luxure.

Il est clair que ces personnes exceptionnelles croient être arrivées à la chasteté absolue dans les autres territoires subconscients du mental, sans suspecter le moins du monde que la sous-imagination et l’infra-imagination subjective et mécanique les trahissent en dessous des limites de la sphère intellectuelle.

Ce type de personnes exceptionnelles peut avoir une imagination pure, mais elles ignorent que la sous-imagination et l’infra-imagination se trouvent être épouvantablement fornicatrices sur des terrains inconnus de leur raison et de leur intellect.

Quand cette sorte de gens est soumise à des épreuves de chasteté dans les mondes supérieurs ou dans les mondes submergés de la nature, quand on les met dans des états situationnels et des temps différents de type infraconscient ou subconscient, malheureusement, ils échouent.

De nombreuses personnes nous écrivent en demandant des remèdes aux pollutions nocturnes ; nous répondons toujours à ces malades en leur prescrivant la magie sexuelle, le Maïthuna.

Ceux qui s’habituent à réfréner l’acte sexuel pour ne pas éjaculer la liqueur séminale se guérissent des pollutions nocturnes.

Les rêves morbides, luxurieux, sont dus à la sous-imagination mécanique et à l’infra-imagination de type érotique et automatique.

Si nous mettons en marche le mécanisme d’un écran de télévision, alors auront lieu de façon automatique de nombreuses scènes, des tableaux, des figures, devant les yeux du spectateur. L’imagination est comme un écran de télévision, n’importe quel choc sexuel la met en marche, non seulement dans la sphère intellectuelle, mais aussi dans les autres territoires submergés du mental.

Tout rêveur dans les mondes internes peut être affecté par des représentations de type morbide. Ces représentations produisent des rêves érotiques et des pollutions nocturnes.

Si le rêveur a transformé la sous-imagination et l’infra-imagination en l’imagination d’un enfant innocent, alors les rêves érotiques deviennent impossibles, ils disparaissent de façon radicale et définitive.

Si n’importe quel étudiant ésotériste était soumis à d’horribles épreuves sexuelles dans les mondes internes, sans être d’abord passé par de très longues périodes de magie sexuelle quotidienne, il est clair qu’il échouerait tristement, en perdant sa liqueur séminale dans des pollutions nocturnes.

Sans la magie sexuelle, sans le Maïthuna, A.Z.F., il est impossible d’avancer sur le sentier initiatique.

Quand l’énergie sexuelle est centrifuge, quand elle s’écoule du dedans vers le dehors, le résultat est la perte séminale, les pollutions nocturnes. Avec le Maïthuna, l’arcane A.Z.F., la magie sexuelle, les différents courants d’énergie sexuelle inversent leur cours, deviennent centripètes, ils s’écoulent alors de l’extérieur vers l’intérieur.

Les pertes séminales, les pollutions nocturnes, deviennent totalement impossibles quand l’énergie sexuelle s’écoule de l’extérieur vers l’intérieur.

L’énergie sexuelle contient en elle-même un niveau moléculaire supérieur, le sceau universel ou le dessin cosmique de l’homme véritable ; ce dessin, nous pouvons le faire cristalliser à l’intérieur de chacun de nous au moyen de la magie sexuelle.

Celui qui veut s’autoréaliser à fond doit descendre à la neuvième sphère et travailler avec le feu et l’eau, origine des mondes, bêtes, hommes et dieux, toute authentique initiation blanche commence par là. Il existe une intime relation entre l’énergie sexuelle et l’imagination. L’énergie sexuelle et le fondement basique de l’Autoréalisation intime.

Les initiés qui parcourent le sentier du fil du rasoir sont soumis à de nombreuses épreuves sexuelles dans les mondes infraconscients, inconscients, humains, sous-humains et infra-humains.

Si l’initié ne transforme pas la sous-imagination morbide et l’infra-imagination mécanique et érotique en imagination d’un enfant nouveau-né, innocent, il est clair qu’il échouera inévitablement dans toutes les épreuves sexuelles.

Il est nécessaire de savoir que les initiés sont placés dans les mondes internes dans d’autres temps, lieux, situations et états de conscience sous-humains, infra-humains, différents, distincts, divers, où ils ne se rappellent pas le moins du monde leurs études, le chemin, etc. Maintenant, nos lecteurs comprendront la relation intime existant entre le sexe et l’imagination.

L’énergie sexuelle peut convertir l’homme en ange ou en bête.

Dans le monde occidental existent de nombreuses personnes qui haïssent mortellement la magie sexuelle ; ces personnes justifient leur haine absurde par de nombreux prétextes. Elles disent que le Maïthuna, la magie sexuelle, serait soi-disant seulement pour les orientaux et que nous, les occidentaux, nous ne serions pas préparés. Ces personnes affirment qu’avec cet enseignement de yoga sexuel, la seule chose que l’on peut obtenir, c’est une récolte de magiciens noirs.

Ce qui est intéressant dans tout cela, c’est que ces personnes de type réactionnaire, conservateur, régressif et retardataire ne disent pas un seul mot contre la fornication, l’adultère, la prostitution, l’homosexualité, la pédérastie, la masturbation, etc. ; tout ceci leur paraît le plus normal et ils ne voient aucun inconvénient à gaspiller tristement l’énergie sexuelle.

Les ignorants fornicateurs du pseudo-occultisme réactionnaire méconnaissent totalement la doctrine secrète du sauveur du monde, l’ésotérisme chrétien.

La réaction pseudo-ésotérique et pseudo-occultiste ignore que les sectes gnostiques chrétiennes primitives pratiquaient le Maïthuna, la magie sexuelle. Le Maïthuna a toujours été enseigné dans les anciennes écoles occidentales des mystères. Le Maïthuna était connu dans les mystères des Templiers, dans les mystères des Aztèques, Mayas, Incas, Chibchas, Zapotèques, Aruacans, Toltèques, les mystères d’Éleusis, de Rome, de Mithra, de Carthage, de Tyr, les mystères celtes, phéniciens, égyptiens, druidiques et chez toutes les sectes chrétiennes primitives, comme la secte des Esséniens, qui avaient leur couvent au bord de la mer Morte et dont l’un des membres les plus exaltés a été le divin rabbi de Galilée.

Le Maïthuna, la magie sexuelle, est universel ; il est connu dans les mystères du nord et du sud, de l’est et de l’ouest du monde, mais le refusent violemment les pseudo-occultistes réactionnaires, fornicateurs et régressifs.

La pierre fondamentale des authentiques et légitimes écoles des mystères est le Maïthuna, l’arcane A.Z.F., la magie sexuelle.