Le Robot Psychologique

Écrit par : Samael Aun Weor   Catégorie : La Révolution de la Dialectique

L’animal intellectuel est semblable à un robot programmé par des roues mécaniques et il est également semblable à une montre parce qu’il vit en répétant les mêmes mouvements que dans les existences passées.

L’être humain, faussement appelé homme, est un robot psychologique qui n’agit pas : tout lui arrive. L’Etre est le seul qui agisse. L’Etre fait surgir ce qu’il veut parce que ce n’est pas une entité mécanique.

Il faut cesser d’être un robot intellectuel, parce que le robot répète toujours la même chose, il n’a pas d’indépendance.

Le robot psychologique est influencé par les lois de la Lune : récurrence, conception, mort, haine, égoïsme, violence, arrogance, superbe, autoimportance, convoitise démesurée, etc.

Il faut travailler avec la Sur-dynamique sexuelle pour créer un centre de gravité permanent et se rendre indépendant de la Lune.

Pour cesser d’être un robot psychologique, il est nécessaire de se dominer soi-même. Faust l’a réussi mais pas Cornelius Agrippa parce qu’il se mit à théoriser.

Les gens s’intéressent à l’exploitation du monde, mais il est plus important de s’exploiter soi-même, parce que celui qui s’exploite lui-même domine le monde.

Le robot psychologique qui veut se convertir en homme, et ensuite en Surhomme, devra développer la capacité de soutenir les notes.

Quand quelqu’un veut vraiment cesser d’être une machine, il doit passer par la première crise : Mi-Fa, et ensuite par la seconde crise : Si-Do.

La clé des triomphateurs passe par les crises, et cesser d’être un robot psychologique, c’est : le choix, le changement et la décision.

C’est en sept étapes que se réalise toute l’OEuvre et que s’acquiert le son Nirionissien de l’Univers.