J’Accuse

Écrit par : Samael Aun Weor   Catégorie : La Révolution de Belzébuth

Après une période de repos cosmique, la vie récapitula l’époque de Saturne et alors commença l’époque solaire : la terre brillait et resplendissait avec les coloris ineffables de la lumière astrale, et la matière de l’univers était la lumière astrale elle-même. Les corps physiques de notre humanité actuelle se développèrent un peu plus et reçurent le corps vital, qui sert aujourd’hui de base à toute la biologie humaine.

Les anges et les démons de l’époque de Saturne flottaient dans l’atmosphère de l’époque solaire.

Par clairvoyance, nous voyons là Belzébuth, le prince des démons, livré aux pires délits. Membre actif d’un grand temple de magie noire, il luttait intensément pour recruter des prosélytes parmi l’humanité de l’époque solaire et nombreuses furent les âmes qu’il conquit pour son temple ténébreux. Belzébuth descendit les 13 degrés de la magie noire et obtint la 13e initiation noire, qui le convertit en prince des démons. À sa ceinture, il portait le sinistre cordon à 7 nœuds, comme l’utilisent les « soi-disant » Chevaliers Templiers du mage noir Omar Cherenzi Lind et les membres de l’école de magie noire Amorc de San José de Californie.

Il se rendit habile dans le maniement du mental et reçut la parole perdue des mages noirs qui s’écrit Mathrem et se prononce Mazrem. Sur sa tête chevelue, il plaça le bonnet de la magie noire et couvrit ses larges épaules velues de la cape noire de prince des démons. Sur son front apparurent les cornes du diable. Ces cornes sont la marque de la bête. Il se familiarisa avec tous les mots de passe et se convertit en un grand hiérarque de la Loge Noire, en un adepte de la main gauche.

Les mages noirs de l’Amorc de San José en Californie ont quelques mots de passe très curieux pour se reconnaître entre eux : Arco est le mot de passe pour ceux du deuxième degré ; Kheira prononcé « Qué-i-raa » pour ceux du troisième degré ; Mathra, mot de passe pour ceux du quatrième degré (se prononce Mazra). Ce dernier est la parole perdue des mages noirs, c’est le nom d’un temple de magie noire appelé Mathra. Ce temple est situé en état de Jinas dans « La Montana du Pico » ou « Pico de la Montana » aux îles Açores.

Les mages noirs de l’autel de Mathra sont des mages à bonnet rouge, comme les bonzes et Dugpas du Tibet. De ce ténébreux temple atlante proviennent les rituels de « l’Amorc » et non de l’Égypte comme le soutiennent faussement les officiels de cette dangereuse institution.

Moi, Aun Weor, très antique hiérophante des mystères égyptiens, j’accuse cette noire institution devant le verdict de la conscience publique, pour le délit d’abus de confiance. J’accuse cette noire institution de nous attribuer à nous les anciens égyptiens, des rituels de magie noire que nous, en Égypte, n’avons jamais utilisés. J’accuse l’Amorc de Californie du délit de profanation. J’accuse l’Amorc de Californie pour son commerce d’âmes. J’accuse l’Amorc de Californie devant le verdict de la conscience publique de l’horrible fraude de faire croire à ses disciples naïfs qu’il s’agit d’une institution blanche.

Peuple des États-Unis, levez-vous comme un seul homme pour en finir radicalement avec ces antres de corruption qui conduisent des millions d’âmes à l’abîme. Peuple brave, peuple héroïque, l’heure des grandes révolutions est arrivée et il n’y a pas de temps à perdre. L’heure des grandes décisions est arrivée, et nous tous êtres humains, devons nous réunir autour du Divin Rabbi de Galilée qui, depuis les cimes du Golgotha s’exclame :

« Seigneur, Seigneur, comme tu m’as glorifié ! ».

C’est en vain que les mages noirs du cinquième degré crieront leur mot de passe : « Astro », parce que cet antre de magie noire ira à l’abîme où est la grande bête et le faux prophète.

C’est en vain qu’ils crieront Zocas, Zocas, Zocas, les horribles victimes du 6e degré, car le fil de l’épée de la justice cosmique scellera leurs gorges parmi les horribles ténèbres du désespoir où l’on entend que les pleurs et les grincements de dents.

Et vous, les mystiques noirs du 7e degré, vous brûlerez en vain le sel des sorcières avec de l’alcool et de l’encens.

Le gardien immonde de votre Sanctum ne pourra pas vous sauver des ténèbres et du désespoir, parce que le millenium est arrivé, et toute personne qui n’est pas aux côtés du Christ ira à l’abîme, même si elle crie comme une folle, Mathrem, Mathrem, Mathrem.

rb-2016Ce chapitre est extrait de La Révolution de Belzébuth (1950) de Samaël Aun Weor. Les éditions imprimées et ebook de Glorian Publishing (une organisation à but non lucratif) sont illustrées pour faciliter votre compréhension et comprennent des fonctionnalités telles qu’un glossaire et un index. Achetez le livre, et vous bénéficiez vous-même et les autres.