Qui a provoqué la panne de New-York ?

Nous allons commenter un article très intéressant que j’ai lu dans une revue et qui s’intitule : « Doute sur la panne de New-York. » Nous transcrirons ici quelques extraits de cet article :

« À dix-sept heures vingt précises, le 9 novembre 1965, s’est produite la faille technique la plus importante et la plus inexplicable de l’histoire.

À cette heure et à cette date, douze millions de new-yorkais souffrirent les conséquences d’une interruption totale de leur approvisionnement en énergie électrique.

Mais ce qu’ignoraient les habitants de New-York, c’est qu’en plus de la ville où ils vivaient, d’autres étaient elles aussi plongées dans les ténèbres. (Fais fonctionner les lumières d’urgence, nous nous exposons à un vol…)

Dans le territoire nord-américain, Albany, Rochester, Boston et Providence étaient dans l’obscurité. Au Canada, Québec et Ottawa souffraient de la même faille technique.

Sur une immense superficie de 207 184 kilomètres carrés, qui englobait le Québec, l’Ontario, le Vermont, une partie du New Hampshire, le Massachusetts, le Rhode Island, le Connecticut, l’état de New-York, le New Jersey et la Pennsylvanie, aucun appareil dépendant de l’électricité ne fonctionnait.

Trente-six millions de personnes (plus que la population de l’Argentine, de la Bolivie, du Chili, du Paraguay et de l’Uruguay ensemble !) se trouvèrent plongés dans l’obscurité.

Ascenseurs, feux de circulation, postes de radio, téléviseurs et presses rotatives cessèrent de fonctionner. Les fours et cuisinières électriques, les réfrigérateurs, mixeurs, grille-pain, les poumons d’acier et jusqu’aux fraiseuses des dentistes devinrent inutilisables. Dans les rues se produisirent d’épouvantables embouteillages.

La situation s’aggrava davantage du fait que les véhicules qui se retrouvaient sans gazoline ne pouvaient pas faire le plein dans les stations-service. Les pompes électriques ne fonctionnaient pas, et on abandonnait les automobiles. Dans les stations de métro, presqu’un million de personnes étaient dans l’impossibilité d’utiliser le transport en commun. (Je vis à trente milles d’ici et mon fils est malade. Nous ne pouvons pas nous déplacer.) La ville était congestionnée par la panne. Les avions qui allaient atterrir ou décoller connurent des difficultés lorsque l’éclairage des pistes s’éteignit momentanément – Nous devons atterrir d’urgence, il ne nous reste presque plus de carburant !

L’anarchie allait en augmentant. Il y eut des morts accidentelles. Des vols, des gens affolés par les ténèbres. La situation fut si grave et si imprévue que dans le Palais de Cristal des Nations Unies, à New-York, on suspendit les sessions qui s’y déroulaient.

Tandis que la panne se prolongeait, les plus hautes autorités étaient conscientes qu’elles faisaient face à un grave bouleversement de l’ordre.

Les rapports de dernière heure indiquaient que la panique et le désordre augmentaient dans les rues. C’est le chaos ! Seuls les édifices qui ont leur propre centrale disposent de lumière électrique. Mais ils ne sont qu’un petit nombre !

Mais ce qui est vraiment grave, c’est l’union de la panique et du chaos à ce moment dans cette immense zone de 207 184 kilomètres carrés.

Les systèmes de radar ne fonctionnent pas, ils sont aveugles ! N’importe quel projectile aérien peut traverser notre ciel à ce moment précis. Nous ne pourrions pas détecter sa présence !

De plus, nous ne pourrions pas non plus envoyer l’un de nos projectiles téléguidés pour l’intercepter, parce que les boutons de commande avec lesquels on leur ordonne de décoller dépendent de l’électricité pour fonctionner. C’est inutile ! Cet immense appareil ne sert à rien !

Messieurs, nous sommes l’un des pays les plus puissants de la Terre, nous dépensons chaque année des milliers de millions de dollars en armements, pour fortifier nos systèmes de sécurité, mais devant une situation comme celle-ci, nous sommes impuissants. Une civilisation aussi technologique et puissante que la nôtre a un talon d’Achille, une grande faiblesse… l’électricité ! Vous êtes-vous tous demandé…

À quoi nous servent le radar, les projectiles téléguidés, le télégraphe, le téléphone et la télévision ? À rien ! Absolument à rien ! C’est clair ! Le général a raison : nous ne pouvons transmettre aucun ordre ! Nous ne pouvons recevoir aucune information !

C’est la faillite de notre pouvoir militaire et industriel, tout est paralysé !

Messieurs, je vous en prie, un peu de bon sens… Il n’est pas superflu de vous rappeler que le gouvernement auquel nous appartenons tous est tout à fait conscient de la terrible importance de l’électricité.

Dans chaque centrale électrique, il y a de grands cerveaux électroniques et des ordinateurs chargés de surveiller chaque centimètre des grands câbles qui conduisent le fluide électrique. Quand l’un des cerveaux électroniques découvre, par exemple, qu’un des câbles est surchargé d’électricité et qu’il y a danger qu’il fonde – La ligne cinq est en danger –, cette charge se répartit automatiquement entre les autres embranchements du système. La surcharge s’est répartie entre les lignes sept et huit. Aussi, les ordinateurs indiquent, quand un grand fusible saute, sur quelle ligne il se trouve et quel est l’endroit exact de la panne. C’est le troisième câble du tronçon d’Albany, la panne se situe entre la tour 17-B et la 18-B. Nous nous dirigeons immédiatement vers cet endroit.

Même si, dans une zone, une panne advient et n’est pas détectée par les centrales électroniques, cette zone s’isole des autres pour ne pas causer de dommages dans les autres systèmes de conduction électrique. Nous avons isolé la zone sud de Montgomery, et nous procédons à la réparation.

Chaque relais, chaque fusible, chaque commutateur et chaque raccordement est attentivement révisé à chaque instant. Je suis sûr que d’un moment à l’autre on corrigera cette faille et que le courant reviendra. La panne n’aura duré qu’une heure.

Malheureusement, ces calculs optimistes ne se confirmèrent pas dans la réalité. Mon fils, mon fils ! Je ne l’ai pas vu dans cette obscurité, et il est sorti de la ruelle en courant…

La grande panne allait durer exactement douze heures, pas un dixième de seconde de plus ! Frank, viens voir, on a de la lumière ! Les chronomètres électriques les plus précis, lorsqu’ils reçurent la décharge électrique, n’eurent pas à être ajustés : ils indiquaient l’heure avec une grande exactitude. Il indique l’heure qu’il est !

Nous nous devons d’exiger une investigation. De la même manière mystérieuse que le courant s’était interrompu, maintenant il recommençait à circuler dans les câbles. Cette panne d’une durée inusitée que nous avons subie et qui, curieusement, a duré douze heures, a provoqué de l’incertitude dans un grand secteur de l’Amérique du Nord.

Que les responsabilités soient mises au clair. Les citoyens ordinaires, les hommes d’affaires, les journalistes ont demandé au gouvernement des États-Unis une explication sur ce qui s’est produit. Des télégrammes continuent d’affluer, on exige des éclaircissements sur cet événement. »

Ici se termine le texte de l’article en question. Il n’y a pas de doute qu’une poignée d’hommes extra-terrestres soient capables à eux seuls de paralyser tout le système électrique de New-York et de plusieurs autres villes, comme on l’a déjà dit.

Nous voyons ainsi la différence fondamentale entre l’Homme et l’animal intellectuel. Il est évident que tout le monde considère qu’il fait partie du règne hominien, ou, pour être plus clair, humain.

Diogène parcourait les rues d’Athènes avec sa lanterne allumée à la recherche d’un Homme, et il n’en trouva pas.

Pilate présenta le Christ en disant « Ecce Homo », « voici l’homme ».

Il est si difficile de parvenir à l’état humain, et néanmoins tous se croient des Hommes. L’Homme est le véritable roi de la Création, et il peut faire des merveilles aussi grandes que cette panne à New-York.

Nous sommes sûrs qu’une demi-douzaine d’Hommes pourraient paralyser non seulement le système électrique des États-Unis, mais en plus toutes les activités du monde entier.

Une demi-douzaine d’Hommes authentiques, légitimes et véritables pourraient prendre la planète Terre sans tirer un seul coup de feu, et en l’espace de quelques minutes.

QComment se pourrait-il qu’une demi-douzaine d’Hommes puissent réussir cela ?

R. Oh ! Chère dame, vous vous étonnez de mes paroles ! Il est nécessaire que vous compreniez que l’Homme authentique est le roi de la Création ; un seul Homme pourrait, en l’espace de quelques secondes, désintégrer la planète Terre, la convertir en fragments qui tourneraient autour du soleil.

QDes Hommes de cette espèce pourraient réaliser cela sans s’être autoréalisés ?

R. Quand donc me comprendrez-vous, chère dame ? Il n’est pas possible qu’il existe un Homme qui ne se soit pas autoréalisé. Ce qui se produit est que vous pensez de façon équivoque, vous supposez que les animaux intellectuels qui peuplent la face de la Terre sont des Hommes ; voilà votre erreur.

À l’intérieur de l’animal intellectuel existent des possibilités surprenantes ; l’homoncule rationnel communément appelé « homme » est une chrysalide dans laquelle l’Homme peut prendre forme – m’avez-vous compris, maintenant ?

QEt que pourrions-nous faire pour que l’Homme prenne forme dans cette chrysalide ?

R. Dans ce livre élémentaire, je ne pourrais pas vous donner ces explications. Venez à nos études gnostiques, étudiez nos livres ; lisez Le Mariage Parfait, Le Mystère de la Fleuraison d’or, Les Trois Montagnes, Le Parsifal dévoilé, Oui il y a l’enfer, oui il y a le diable, oui il y a le karma, etc.

QDonc, selon ce que vous dites, les Hommes véritables sont dangereux ?

R. Ces Hommes légitimes dans le sens le plus complet du mot ne sont pas en réalité aussi dangereux que vous le supposez ; s’ils avaient voulu faire sauter la Terre en morceaux, ils l’auraient déjà fait ; s’ils avaient voulu nous envahir et nous réduire en esclavage, ils auraient pu le faire depuis plusieurs siècles. Les Hommes authentiques n’assassinent pas, ils ne font pas d’esclaves, ils n’envahissent pas de nations ni de mondes. Ce qui arrive, c’est qu’ils nous visitent pour nous aider ; ils sont compatissants, ils nous assisteront à l’heure suprême du grand cataclysme. Après la terrible catastrophe qui nous guette, lorsque la Terre sera en état de reprendre vie, ils fonderont sur cette planète alors transformée une nouvelle civilisation et une nouvelle culture.

Les animaux intellectuels s’étonnent du fait concret que les extra-terrestres se mêlent peu à notre milieu, et qu’ils ne se soumettent pas à notre ordre des choses caduc et dégénéré.

QD’après ce que vous nous dites, il n’existe donc pas sur cette planète d’Hommes véritables, ils sont tous des extra-terrestres ?

R. Écoutez : dans notre monde aussi, il y a des Hommes, mais il faut les chercher avec la lanterne de Diogène ; il est très difficile de les trouver, et néanmoins, comme vous le voyez, tous se prennent pour des Hommes.

QQuel serait le but pour nous de devenir un Homme authentique ?

R. De la chrysalide sort le papillon qui vole heureux dans la lumière du soleil ; de même, de la chrysalide humanoïde peut sortir l’Homme authentique, légitime et véritable : voilà le dessein original de la Divinité. Vous iriez donc à l’encontre des desseins de Dieu. Il veut que chacun de nous se convertisse en un Roi de la Création ; ainsi seulement pourrions-nous entrer dans le royaume de Melchisédech, ainsi seulement pourrions-nous aller au Paradis. C’est pour cela que Jésus le Christ est venu au monde, dans le but de nous aider ; il voulait que chacun de nous soit un roi de la nature. Vous comprendrez maintenant la raison pour laquelle nous devons nous préoccuper de cela.

QSelon vous, qu’est-ce qui a réellement causé la panne de New-York ?

R. Il a été tout à fait vérifié de façon officielle que la panne de New-York a été produite par un vaisseau cosmique extra-terrestre ; à la suite de cet événement, le gouvernement des États-Unis a créé un département scientifique dans le but évident d’investiguer cette question des soucoupes volantes. Il est nécessaire de se rappeler que quelques instants avant la panne, deux disques volants furent poursuivis par deux avions de chasse des États-Unis armés de projectiles d’une grande puissance ; mais l’un des étranges appareils se perdit dans l’espace infini, tandis que l’autre descendit vers la centrale d’énergie électrique de Syracuse, et ensuite vint la panne. Cela fut tout à fait vérifié, et les avions armés de missiles ne servirent à rien, les meilleurs armements des États-Unis s’avérèrent inutiles.

La force aérienne des États-Unis soutient une lutte sans quartier contre les vaisseaux extra-terrestres depuis plus de deux décennies. Les États-Unis ont établi des procédures dénommées AFR 200-2 et assignées par J.A.N.A.P. 146, selon lesquelles il est interdit à tout pilote militaire ou civil de faire au public quelque déclaration que ce soit sur ce qu’ils appellent les ovnis, sous peine de graves sanctions.

Indubitablement, ils ont peur de faire face à la crue réalité.

QQuel fut le motif de cette panne, et quel en fut le message ?

R. S’ils avaient voulu réduire New-York en cendres, ils auraient pu le faire en quelques secondes, mais ils ne sont pas pervers, ils regardent cette race d’animaux intellectuels avec une infinie compassion. On les poursuit avec des avions de chasse, on veut les détruire, on ne les accueille certainement pas à bras ouverts, on ne les reçoit pas comme des frères, et néanmoins, tout ce qu’ils ont fait pour prouver à l’animal intellectuel l’état d’inconscience et de faiblesse où il se trouve, c’est une petite démonstration, en paralysant tout le système électrique de New-York afin de faire comprendre aux bêtes rationnelles l’état honteux dans lequel elles se trouvent.

Après un tel événement, l’animal rationnel devrait être, à l’heure qu’il est, en train de s’étudier lui-même, d’éliminer ses défauts et ses vices, de se purifier et de se sanctifier en se repentant.

QConsidérez-vous que nous, les êtres terrestres, l’avons compris ainsi ?

R. Il est évident que ce règne d’animaux rationnels a la conscience endormie, et pour cette raison, il est bien loin de comprendre l’enseignement qu’on lui a donné.

Les animaux rationnels ne sont pas des Hommes, mais ils se croient quand même omnipotents, puissants, super-civilisés, super-développés, etc.

QPourriez-vous nous expliquer scientifiquement ce qu’ils ont fait pour produire la panne ?

R. Il s’agit ici d’une science de type électrique supérieur. Je crois fermement qu’il est possible de dévier l’électricité en orientant le courant de façon différente, d’altérer les polarités, d’inverser les charges, et alors il est clair qu’une ville quelconque se retrouve dans les ténèbres.

Étudier cela de manière approfondie et puis exposer publiquement cet enseignement, ce serait comme remettre les armes de l’Homme entre les mains des bêtes rationnelles, et que feraient ces bêtes avec ce genre de connaissance ? Posez la main sur votre cœur et donnez-moi la réponse… compris ?