olinIl est urgent et indispensable que dans ce Message de Noël 1968-69, nous étudions à fond et sans délai le problème de la transmutation sexuelle pour les célibataires.

Nous recevons constamment au Siège patriarcal du Mouvement gnostique d’innombrables lettres de la part de nombreux petits frères qui souffrent de pollutions nocturnes.

Bien entendu, ces pollutions sont répugnantes, immondes, exécrables ; nous répondons toujours en prescrivant la magie sexuelle, le Maïthuna, contre ces états subjectifs.

Nous devons toutefois mettre les choses au clair. Il est certain que tant que nous sommes bien vivants, c’est-à-dire tant que l’ego existe dans les quarante-neuf régions de notre subconscient, les rêves érotiques se poursuivent inévitablement.

Nous devons cependant, pour faire la lumière dans les ténèbres, affirmer avec insistance que le Maïthuna établit de fait les bases adéquates pour éviter les pollutions nocturnes, malgré que ces rêves pornographiques continuent.

Ce qui se produit, c’est que le Sahaja Maïthuna (le sexo-yoga) habitue le Chela (le disciple) à réfréner l’impulsion sexuelle à un point tel que lorsqu’un rêve érotique se produit, en réalité, le mental réfrène instinctivement et l’on évite ainsi ce qu’on appelle la pollution, la perte déplorable de la liqueur vitale.

Il est clair, certain et manifeste que cette recette est utile lorsqu’il y a continuité de propos ; il faut avoir de la ténacité et pratiquer chaque jour, année après année, avec intensité.

Cette formule ne sert malheureusement qu’à ceux qui ont une femme ; mais les célibataires, ceux qui n’ont pas de femmes, que font-ils ?

C’est là précisément que se trouve le problème, un problème très grave, assurément : il faut arriver à avoir une femme si on veut vraiment utiliser la recette.

Passons maintenant à un aspect très similaire : je veux faire allusion à la transmutation sexuelle pour célibataires.

Il serait regrettable que les célibataires ne puissent d’aucune façon utiliser l’énergie sexuelle ; ils ont eux aussi besoin de progresser, mais comment ? Eh bien, allons maintenant aux faits, allons droit au but.

Je ne veux pas dire par là que les célibataires peuvent s’autoréaliser à fond, non ; il est clair qu’il est tout à fait impossible de parvenir sans le Maïthuna à l’Adeptat auquel on aspire tant, mais néanmoins, on peut et on doit utiliser l’énergie créatrice pour éveiller la conscience. Tout se réduit à en connaître la technique, et c’est précisément à cela que ce chapitre sera consacré.

Entrons maintenant tout à fait dans le domaine de la Rune OS. Cette Rune vibre intensément avec la constellation du Scorpion, et c’est très important car ce cortège d’étoiles se trouve en intime relation avec les organes sexuels.

Cette Rune est la même que la Rune Ollin du Mexique Aztèque, et cette dernière est ésotériquement reliée à la Rune Thorn.

Ollin, en Aztèque, est le signe mystique du Dieu du vent Ehecatl, le seigneur du mouvement, l’ange qui intervint lors de la résurrection de Jésus en transmettant le Prana, la vie, dans le corps du grand Kabire en s’exclamant : « Jésus, lève-toi du tombeau avec ton corps. »

Je connais personnellement Ehecatl, le Dieu du vent ; c’est assurément un Deva extraordinaire, qui vit dans le monde de la volonté consciente. Nous voyons donc la relation ésotérique intime qui existe entre la Rune Os et la Rune Thorn (mouvement et volonté).

Malgré qu’un grand nombre d’idiots super-transcendants du pseudo-ésotérisme et du pseudo-occultisme bon marché se moquent des créatures élémentales et les considèrent comme de pures fantaisies, et bien qu’ils raillent et se rient de Paracelse et de ses élémentaux : gnomes, pygmées, sylphes, salamandres, etc., ceux-ci ont quand même existé, ils existent et continueront d’exister éternellement.

Ehecatl est, bien sûr, un Guru-Deva, et il a le pouvoir sur les sylphes de l’air. Et alors, cela déplaît aux imbéciles, aux sots, aux niais et aux pauvres d’esprit ? Ils rient des élémentaux ? Ils se moquent de nous ? Pour être francs, cela ne nous fait rien et ne nous dérange pas ; celui qui rit de ce qu’il ne connaît pas est sur la voie de devenir idiot.

Le sphinx millénaire de la terre sacrée des pharaons correspond au sphinx élémental de la nature, ce mystérieux instructeur du Saint Collège dévique.

Le sphinx élémental de l’ancienne Égypte, qui est si intimement relié à la mystérieuse effigie de pierre, vint me voir au moment où je naquis dans le monde de la volonté consciente. Il avait les pieds couverts de boue, alors je m’exclamai : « Tes pieds sont pleins de boue ! » Bien entendu, je compris pourquoi : dans cet âge noir gouverné par la déesse Kali, tout a été profané et personne ne veut savoir quoi que ce soit du Saint Collège du sphinx.

Lorsque, rempli d’amour, je voulus l’embrasser, il me dit : « Embrasse-moi avec pureté. » C’est ce que je fis, et je l’embrassais sur la joue. Puis il retourna à son point de départ, la terre sacrée des pharaons.

Tous les frères gnostiques voudraient faire de même, parler en tête-à-tête avec le sphinx élémental de la nature, dialoguer avec les Deva, marcher aux côtés d’Ehecatl, mais il est d’abord nécessaire d’éveiller sa conscience, d’ouvrir la porte, d’appeler avec insistance, de mettre en action la volonté.

Observez attentivement les deux signes graphiques de la Rune Os : tandis que la Rune Fa a les deux bras vers le haut, la Rune Ollin les pointe vers le bas, et ceci est profondément significatif.

Pratique

Durant les exercices ésotériques, il faut alterner en plaçant successivement les bras tantôt dans la première position, vers le bas, et tantôt dans la deuxième position, les mains posées sur la taille comme dans la Rune Dorn ou Thorn. Je répète : examinez attentivement les deux signes graphiques de la Rune Os.

Durant ces exercices de type runique, combinez les mouvements et la respiration de façon harmonieuse et rythmique. Inspirez le Prana par le nez et expirez par la bouche en prononçant le son mystique Torn, chaque lettre étant prononcée de manière étirée : TTOOOOORRRRRNNNNN.

À l’inspiration, imaginez que les forces sexuelles montent, s’élèvent par les deux cordons nerveux sympathiques connus en Inde sous les noms d’Ida et Pingala ; ces nerfs ou tubes parviennent au cerveau et continuent jusqu’au cœur par le biais d’autres canaux, dont l’Amrita-Nadi.

À l’expiration, imaginez que les énergies sexuelles entrent dans le cœur, y pénètrent plus profond et atteignent la conscience pour l’éveiller.

Frappez la conscience avec force à l’aide de Thelema (la volonté), en combinant ainsi la rune épine et la rune mouvement.

Par la suite, priez et méditez ; suppliez le Père qui est en secret, demandez-lui d’éveiller votre conscience. Suppliez votre Divine Mère Kundalini, demandez-lui avec un amour infini d’élever, de faire parvenir vos énergies sexuelles jusqu’au cœur et même au-delà, jusqu’au tréfonds de votre conscience.

Aimez et priez ; méditez et suppliez. Ayez de la foi gros comme un grain de moutarde, et vous déplacerez des montagnes. Rappelez-vous que le doute est le début de l’ignorance.

« Demandez et l’on vous donnera ; frappez et l’on vous ouvrira. »

mr-2016

Ce chapitre est tiré de Magie des Runes (1969) de Samaël Aun Weor. Les éditions imprimées et ebook de Glorian Publishing (une organisation à but non lucratif) sont illustrées pour faciliter votre compréhension et comprennent des fonctionnalités telles qu’un glossaire et un index. Achetez le livre, et vous bénéficiez vous-même et les autres.