Introduction

J’écris le Cinquième Évangile, j’enseigne la Religion-Synthèse, la religion primitive de l’humanité, la doctrine de Janus, celle des Jinas.

C’est la Religion-Sagesse des antiques collèges sacerdotaux, gymnosophistes ou Jinas des régions solitaires de l’Asie centrale, celle des johannites, des chamans, des ascètes égyptiens, des pythagoriciens de l’antiquité, des rosicruciens médiévaux, des templiers, des premiers maçons, et celle de bien d’autres fraternités ésotériques plus ou moins connues, dont la liste seule remplirait des douzaines de pages.

C’est la doctrine secrète des Chevaliers du Saint-Graal ; c’est la pierre vive de Jacob, le lapis electrix (le magnes, ou aimant) expliqué d’une manière dialectique.

Sans le Cinquième Évangile, les quatre autres restent voilés. J’écris pour déchirer le voile d’Isis.

Il est urgent de dévoiler pour enseigner. Il est nécessaire de prêcher l’Évangile du Royaume dans toutes les nations du monde.

Prêcher sans dévoiler équivaut à ne pas enseigner du tout. Il nous faut expliquer les quatre Évangiles grâce au cinquième.

Jamais on n’a prêché l’Évangile du Royaume, parce que jamais il n’a été expliqué.

Les quatre Évangiles sont écrits en code, et c’est pourquoi personne n’a encore pu les expliquer dans leur Essence ; grâce au cinquième, la lumière resplendit dans les ténèbres.

Voici donc, avec le livre que vous avez en mains, une autre partie de ce Cinquième Évangile. « La parole donne le pouvoir à celui qui sait ; personne ne l’a prononcée, personne ne la prononcera, sauf celui qui l’a incarnée. »

Paix Invérentielle !