L’Ermite

image

Dans cette leçon nous étudierons la neuvième clé de Basile Valentin (illustration du Viridarium Chymicum).

La neuvième clé représente le vieux Saturne en train de tomber et la déesse Lune s’élevant victorieuse. Le premier est le plomb et la seconde est l’argent. L’Adam terrestre, le Moi psychologique, doit tomber et mourir pour qu’en nous naisse l’Adam-Christ. Il nous faut transmuter le plomb en or ; le plomb de la personnalité doit être transmuté en or de l’Esprit.

La lune, le Mercure sophique (des Sages), c’est-à-dire l’Ens-Seminis, doit s’élever, doit retourner vers le dedans et vers le haut. Se désincarner signifie perpétuer l’erreur.

Le Moi psychologique, l’Adam terrestre, naît des milliers de fois, se réincarne pour satisfaire les désirs. Les naissances terrestres sont la perpétuation de l’ignorance. Naître en esprit et en vérité signifie la mort de l’Adam terrestre.

L’Adam-Christ naît du grain de semence. Le grain, la semence, a besoin de Thelema (la Volonté) pour que germe héroïquement le Surhomme ; sa naissance n’est pas le résultat de l’évolution. Celle-ci ne nécessite aucun perfectionnement, comme le supposent à tort beaucoup d’étudiants d’occultisme. L’évolution est tout simplement le mouvement de la vie universelle en accord avec les concepts de temps, d’espace et de mouvement. Dans la nature évolutionnante toutes les possibilités sont contenues. Les uns deviennent très bons, et les autres deviennent très mauvais. Cependant le Surhomme n’est le résultat d’aucune évolution, mais le produit d’une formidable révolution de la conscience.

L’Adam-Christ est aussi distinct de l’Adam-terrestre que la foudre l’est du nuage noir ; l’éclair naît du nuage noir mais n’est pas le nuage. Le rayon de la foudre est le Surhomme et le nuage est l’homme. Naître est un problème sexuel, le chemin c’est la transmutation sexuelle. Dans la neuvième clé apparaît un rectangle, représentant les quatre éléments de l’Alchimie. Poursuivant notre étude attentive de la gravure, nous découvrons un double cercle qui symbolise ingénieusement la matière mercurielle, avec ses deux propriétés : génération et régénération. Le double cercle contient trois serpents émergeant de trois cœurs. Il nous faut, réellement, travailler avec le Mercure, le Soufre et le Sel, pour élever sur le bâton le serpent de métal. C’est seulement en travaillant avec la Tria Prima, Mercure-Soufre-Sel, que naît en nous l’Adam-Christ ; sur le double cercle de la matière mercurielle s’appuie l’oiseau Phénix naissant de ses propres cendres. Nous devons imiter cet oiseau mythologique, mais ceci n’est possible qu’en travaillant avec le grain.

L’aigle de la volatilité en l’Adam terrestre est dominé par le corbeau de la putréfaction. La déesse Lune porte sur la tête un cygne blanc. Nous devons blanchir le corbeau avec la transmutation sexuelle, jusqu’à le convertir en le cygne immaculé de l’Ascension. Dans la neuvième clé est enfermé tout le symbolisme du Grand-Œuvre. On ne peut travailler avec l’arbre Séphirotique si l’on n’est pas alchimiste et kabbaliste. Le sage de l’Arcane neuf doit chercher le trésor dans la Neuvième Sphère. Il faut étudier les théories et travailler avec le grain. « Il ne peut y avoir de pratique sans théorie. »

La Neuvième Sphère :

Une sentence occulte affirme que « rien ne peut sortir si ce n’est par la même porte par où il est entré ». Nous sommes sortis de l’Éden. L’Éden c’est le sexe lui-même. Nous ne pouvons rentrer dans l’Éden que par la porte du sexe. Le fœtus, après avoir accompli tout son processus de gestation, et son temps étant arrivé, sort par la même porte par où son germe est entré. C’est la Loi.

Le corps physique de l’homme est le résultat de neuf mois de gestation dans le cloître maternel. Par la loi des analogies philosophiques, nous déduisons que l’espèce humaine est aussi demeurée en gestation durant neuf âges dans le cloître maternel de la Divine Mère cosmique, Isis, Rhéa, Cybèle, Marie, Adonia, Insoberte, Kali, etc.

« Ce retour au point de départ n’est rien d’autre que l’Initiation authentique, que la descente à la Neuvième Sphère, épreuve nécessaire pour mériter la suprême dignité du grand Hiérophante des Mystères. »

Dans la Neuvième Sphère se trouve la Forge incandescente de Vulcain (la sexualité). C’est là que descend Mars pour retremper son épée flammigère et conquérir le cœur de Vénus (l’Initiation Vénuste) ; et Hercule, pour nettoyer les écuries d’Augias (les bas-fonds animaux) ; et Persée pour trancher la tête de la Méduse (le Moi psychologique ou Adam terrestre) avec son épée flammigère.

Tous les grands Maîtres de l’humanité, tels que Hermès, Bouddha, Jésus, Dante, Zoroastre, etc., ont dû passer par la suprême épreuve. Sur le portique terrible de la Neuvième Sphère est écrite cette phrase qui ferme le passage aux profanes : « Lasciate ogni speranza voi ch’entrate » (Laissez toute espérance, vous qui entrez).

Le Zohar nous apprend de façon péremptoire qu’au fond de l’abîme vit l’Adam Protoplastos, le principe différenciateur des âmes. Nous devons disputer la victoire à ce principe, et ceci, dans une lutte à mort. Le combat est terrible, cerveau contre sexe, sexe contre cerveau ; et ce qui est le plus terrible, ce qui est le plus douloureux, c’est cette lutte cœur contre cœur, tu le sais.

Au cœur de la Terre resplendit le signe de l’Infini. Le signe de l’Infini est le Saint-Huit.

Dans ce signe se trouvent représentés le cœur, le cerveau et le sexe du Génie de la Terre. Le nom secret de ce Génie est Chamgam.

Le signe de l’Infini est au centre de la Neuvième Sphère. La Terre a neuf strates atomiques. Le signe de l’Infini se trouve dans la neuvième strate. Les Neuf initiations de Mystères Mineurs correspondent chacune, successivement, à l’une de ces neuf strates terrestres. Chaque Initiation de Mystères Mineurs nous donne accès à chacune de ces neuf strates terrestres. Seuls peuvent parvenir jusqu’au cœur de la Terre ceux qui ont reçu les neuf Initiations des Mystères Mineurs.

Chaque strate terrestre est gardée par de terribles gardiens. Des chemins secrets conduisent le disciple jusqu’au cœur de la Terre. Le double courant vital du Génie de la Terre se trouve représenté dans le signe de l’Infini.

Le double courant vital soutient et nourrit toute la planète Terre ; nous, tous les êtres vivants, sommes organisés selon cet archétype divin. Au centre du signe de l’Infini existe un atome divin. Les neuf sphères de vibration atomique sont disposées concentriquement autour de cet atome du Génie de la Terre. Le Saint-Huit resplendit de gloire au centre de la Terre.

Au centre de ce Saint-Huit se trouve l’atome central qui est le foyer d’où rayonnent les neuf Sphères de Vibration Universelle. C’est la Loi.

Traditions kabbalistiques :

Les traditions kabbalistiques disent qu’Adam avait deux épouses, Lilith et Nahémah. Lilith est la mère des avortements, de l’homosexualité et, en général, de tous les crimes contre nature. Nahémah est la beauté maligne et fatale. Nahémah est la mère de l’adultère et de la fornication passionnelle. Tout mariage qui viole la Loi est facile à reconnaître car, au jour des noces, « la jeune mariée apparaît chauve ». La chevelure étant, chez la femme, le symbole sacré de la pudeur, il lui est interdit, en ce jour, de s’en servir ; elle recouvre alors instinctivement ses cheveux avec le voile (comme pour les sauvegarder).

L’abîme se divise en deux grandes sphères infrasexuelles. Ce sont les sphères de Lilith et de Nahémah. Les habitants de la sphère de Lilith ne donnent aucun espoir de salut. Les habitants de la sphère de Nahémah donnent encore un espoir de Rédemption.

La Sphère de Lilith :

Là-bas nous rencontrons les personnes qui abhorrent le sexe, des anachorètes, des moines, des mystiques, des spiritualistes, des gens de diverses organisations pseudo-occultistes, etc. Tous ces gens infrasexuels haïssent le sexe et se croient supérieurs à ceux qui pratiquent la sexualité normale.

Les infrasexuels qui ont fondé ces organisations haïssent mortellement le sexe, mais ils s’accordent, toutefois, des licences spéciales, ainsi donc, il n’est pas difficile de trouver l’homosexualité répandue dans beaucoup de couvents et d’écoles consacrés aux études spiritualistes ou pseudo-ésotériques. Tous les crimes contre nature se trouvent dans la sphère infrasexuelle de Lilith.

La Sphère de Nahémah :

Nahémah séduit par le charme de sa beauté maligne. L’adultère naît de ce charme fatal. Dans la sphère de Nahémah nous trouvons les délices cruels du royaume de l’infrasexualité. Dans les régions atomiques de la sphère infrasexuelle de Nahémah vivent tous les Don Juan Tenorio et les Dame Agnès, ou les belles Hétaïres, les unes douces, les autres cruelles. Si les personnes de sexualité normale ne vivent pas alertes et vigilantes, elles peuvent se convertir en prosélytes fatals des infrasexuels qui se considèrent comme des saints, des apôtres, des anachorètes, etc., et se croient, par là même, supérieurs, abusant les personnes de sexualité normale pour en faire leurs suiveurs. Nous entendons par « personnes de sexualité normale » celles qui n’ont aucune espèce de conflit sexuel.

Chez ces personnes, la sexualité est en équilibre parfait avec les sphères de la pensée, du sentiment et de la volonté. Ces personnes n’abusent pas du sexe et n’ont aucune espèce d’aberrations.

La sphère de la suprasexualité est la sphère de l’Illumination interne. La joie sexuelle précède l’extase mystique. Les sensations sexuelles se transmutent en sensations d’Extase ineffable. Le temps de l’extase mystique est toujours précédé du temps de la joie sexuelle.

La période de l’extase mystique commence où la période de la réjouissance sexuelle se termine. Après avoir reçu l’Initiation Vénuste, après que soit né en nous l’Adam-Christ, nous devons alors tirer l’Œuf philosophal de la matière putréfiée et le remettre au Fils de l’Homme. Cela signifie « transplanter » la totalité des énergies sexuelles. Nous devons livrer à l’Adam-Christ la totalité des énergies sexuelles, c’est ainsi, absolument, qu’il se fortifie. Le chemin est appelé : Transmutation et Sublimation sexuelle. Quiconque parvient à ces hauteurs est un Maître du Samadhi. La même énergie qui produit les sensations sexuelles, lorsqu’on transmute, produit alors l’extase mystique. Christ, Bouddha, Hermès, Quetzalcóatl et beaucoup d’autres Avatars ont été suprasexuels.

Vulcain :

L’énergie sexuelle se manifeste selon trois manières différentes. Le premier type de manifestation est en relation avec la reproduction de l’espèce, le second, avec les sphères de la pensée et de la volonté. Le troisième, avec le monde de l’Esprit pur.

Tous les processus en relation avec la transmutation sexuelle sont rendus possibles par l’intervention du corps vital. Celui-ci est l’artisan qui élabore le sang et la semence dans l’organisme humain. Il est le Vulcain qui transmute la liqueur séminale en Énergie christique. Le corps vital est le véhicule de l’Âme-Conscience en l’être humain. La conscience est la flamme et le corps vital est la mèche. Vulcain existe dans le microcosme et dans le macrocosme, en l’homme et dans la nature. Le grand Vulcain de la nature est l’Éden, et ceci se trouve être le plan éthérique.

Rythmes cosmiques :

Tout pigeon alchimiste, après avoir été couronné, s’éloigne peu à peu de l’acte sexuel. L’hymen secret va se desserrer toujours plus en accord avec certains rythmes cosmiques marqués par le gong oriental. Ainsi sublimées, les énergies sexuelles se transmutent en extase continue.

Le pigeon de l’alchimie qui a travaillé, au cours de précédentes réincarnations, dans le Magistère du Feu, réalise ce travail de laboratoire en un temps relativement court. Ceux qui travaillent pour la première fois dans le Grand-Œuvre, ont besoin d’au moins vingt ans de travail intensif pour entrer dans la seconde étape, et de vingt années supplémentaires pour se retirer lentement du travail de laboratoire. Au total, quarante années pour réaliser tout le travail. Lorsque l’alchimiste renverse le Vase d’Hermès, alors le feu du fourneau du laboratoire s’éteint et tout le travail est perdu.

Mantras de la Magie Sexuelle :

I.A.O. OU AOAI OUO OUOAE KORE

Continuer à ce moment par les puissants mantras KAWLAKAW, SAWLASAW, SEESAR.

KAWLAKAW est le Dieu interne. SAWLASAW est l’homme terrestre, et SEESAR est le corps astral. Ces puissants mantras développent tous nos pouvoirs internes. Nous avons déjà parlé, aussi, de l’INRI et de ses modifications. L’alchimiste ne doit oublier aucun de ces mantras.

L’Arcane neuf du Tarot : l’Ermite prudent et sage, enveloppé dans le grand manteau protecteur d’Apollonius, qui symbolise la prudence, s’appuie sur le bâton des Patriarches et s’éclaire avec la lampe d’Hermès (la Sagesse). L’alchimiste doit toujours accomplir la volonté du Père, il doit être humble afin d’atteindre la Sagesse et, après l’avoir obtenue, il doit être encore plus humble que tout le monde car il est mieux de se taire et de mourir. Lorsque l’Adam de péché meurt, l’Adam-Christ naît.