La Tempérance

image

Bien-aimé disciple, nous allons maintenant étudier l’Arcane XIV du Tarot.

Il convient de savoir que la profonde sagesse de cet Arcane se divise classiquement en trois parties :

Transmutation, Transformation et Transsubstantiation.

Nous étudierons séparément chacune de ces trois parties.

Transmutation :

Dans la carte XIV apparaît un ange qui a sur le front le signe du soleil ; si nous observons la poitrine de l’ange, nous y verrons le carré et le triangle de l’ésotérisme gnostique. L’ange a deux urnes dont il mêle le contenu. Dans l’une se trouve l’Élixir blanc ; dans l’autre, l’Élixir rouge. Du mélange intelligent de ces deux substances résulte « l’Élixir de Longue Vie ».

Lorsque le septénaire homme s’unit au septénaire femme, la somme qui en résulte donne l’Arcane XIV du Tarot. Il n’est pas superflu de certifier au passage que l’homme a sept principes, de même que la femme. Le sexe est le centre le plus important et le plus rapide de l’être humain. Le processus de création d’un nouvel être se réalise à l’intérieur de la loi des octaves musicales. Les sept notes de la gamme musicale sont la base de toute création. Si nous transmutons l’énergie créatrice, nous amorçons une nouvelle octave dans le monde éthérique, dont le résultat est la naissance du Soma Puchicon (l’habit de noces de l’Âme). Avec ce véhicule nous pouvons pénétrer consciemment dans tous les départements du Royaume. La troisième octave nous permet d’engendrer le véritable corps astral, l’Astral-Christ. En atteignant ces hauteurs, le vieux fantôme astral se trouve réduit à une coquille vide qui se désintègre peu à peu.

La quatrième octave nous permet d’engendrer le Mental-Christ ; ce véhicule nous donne la véritable sagesse et l’unité de pensée. Seul celui qui engendre le Mental-Christ a le droit de dire : « J’ai un corps mental. » Le corps mental actuel n’est qu’un fantôme de surface. En réalité, celui-ci se convertit en une coquille creuse lorsque naît le véritable mental, et alors il se désintègre, se réduit en poussière cosmique. La cinquième octave musicale engendre le véritable corps causal ; en parvenant à ces hauteurs, nous incarnons l’Âme et dès lors nous avons une existence réelle. Avant cet instant nous n’avons pas d’existence réelle.

Travail avec le chakra prostatique :

Dès que se termine le travail journalier avec l’arcane A.Z.F. l’Alchimiste doit s’allonger sur le dos et travailler avec le chakra prostatique. Ce chakra est d’une extrême importance dans la Haute-Magie.

L’Alchimiste inspire l’air vital, retient le souffle, et à ce moment dirige le courant nerveux vers le bas jusqu’à la prostate en s’efforçant de fermer les sphincters qui sont situés entre les vésicules séminales et l’urètre. Cet effort que l’on fait pour envoyer les courants électronerveux doit être analogue à l’effort que fait la femme au moment d’accoucher. À cet instant la femme pousse, et de son larynx sort le son « M ». Krumm-Heller dit que l’initiation doit commencer par les lettres « M » et « S ». Nous voulons naître dans les mondes internes. Nous devons également utiliser le « M », tout comme le fait celui qui doit fournir un grand effort. Il s’agit de naître, et nous devons naître.

Ensuite, nous exhalons lentement, nous attendons que le souffle revienne naturellement et, durant l’inhalation, nous aspirons mentalement et faisons monter l’énergie créatrice par les deux canaux, Ida et Pingala, jusqu’au calice (cerveau). Nous répétons l’effort et nous continuons.

Imagination et Volonté :

L’imagination est féminine. La volonté est masculine. Lorsque nous travaillons avec le chakra prostatique, nous devons unir ces deux pouvoirs en des noces alchimiques, pour promouvoir l’ascension de l’Énergie créatrice, en premier, par les canaux sympathiques du corps physique ; deuxièmement, par les canaux sympathiques du corps éthérique ; en troisième lieu, par les canaux sympathiques du corps de désirs ; quatrièmement, par les canaux sympathiques du corps causal. Les étudiants avancés doivent conduire l’Énergie créatrice jusqu’à l’Ain-Soph.

Le Cœur :

Après quelque temps de pratique, l’étudiant doit apprendre à conduire l’Énergie créatrice du cerveau jusqu’au cœur (l’Arcane XIV est l’Arcane de la Tempérance).

Transformation (Second aspect de l’Arcane XIV) :

Un corps en état de « Jinas » (Djinn) peut assumer n’importe quel aspect. Circé transformait les hommes en porcs. La légende dit qu’Apulée a été converti en âne. Les mantras latins pour la transformation sont : « EST SIT, ESTO FIAT. » C’est seulement en état de Jinas que nous pouvons nous transformer.

Clé pour l’État de Jinas :

Le dévot doit s’asseoir à une table. Les bras sont croisés sur la table et la tête appuyée sur les bras ; le disciple doit relaxer le mental et avoir la volonté de s’assoupir.

On relaxe le mental en le vidant de toute pensée jusqu’à ce qu’il soit en blanc. Imaginer ensuite l’assoupissement qui précède le sommeil, s’identifier avec lui et s’endormir. Lorsque l’étudiant se sent en train de sommeiller, qu’il se lève de son siège en conservant le sommeil, ainsi qu’un somnambule ; puis l’étudiant fera un grand saut, avec l’intention de plonger avec son corps physique au-dedans de l’Hyperespace. Tout de suite après, il marquera avec un crayon l’endroit précis où s’est terminé le saut. Le jour suivant, il répétera l’expérience en marquant au crayon l’endroit où il a posé les pieds.

Au fur et à mesure que l’étudiant pratiquera, il notera que le saut est chaque fois de plus en plus long. Viendra le jour où il effectuera un saut qui sera au-delà du normal. Le disciple en sera extrêmement réjoui, car cela indiquera que son corps est déjà en train de pénétrer dans l’Hyperespace. La constance, la patience, la volonté, la ténacité, accorderont finalement la victoire à l’étudiant ; un jour quelconque l’étudiant pourra se maintenir définitivement à l’intérieur de l’espace. Il aura pénétré avec son corps dans les mondes internes, il se trouvera en quelques instants à n’importe quel endroit de la Terre. Il sera un investigateur des mondes supérieurs.

Génies Jinas :

En commençant la pratique de « Jinas », on doit invoquer les génies « Jinas ». Le dévot invoquera un très grand nombre de fois Oguara, de cette façon : « Je crois en Dieu, je crois en Oguara et en tous les Génies de la Science Jinas, transportez-moi avec mon corps à tous les temples de la science Djinn. Oguara ! Oguara ! Oguara ! Transporte-moi » (On répète cette invocation des centaines de fois, avant de s’assoupir).

Transsubstantiation (Troisième partie de l’Arcane XIV) :

La dernière Cène de l’adorable Sauveur du Monde date des époques archaïques. Le grand Seigneur de l’Atlantide l’a aussi accomplie, comme le Christ-Jésus.

C’est une cérémonie de sang, un pacte de sang. Les apôtres mirent chacun de leur sang dans une coupe et le mêlèrent au sang royal de l’Adorable dans le calice de la dernière Cène (le Saint-Graal). Ainsi, au moyen du pacte de sang, le corps astral des apôtres s’est trouvé uni à l’astral du Christ. Les apôtres burent le sang que contenait le calice, et Jésus but aussi.

La sainte Onction gnostique est reliée à la dernière Cène par le pacte de sang. Lorsque les atomes christiques descendent dans le pain et dans le vin, ceux-ci se convertissent de fait en la chair et le sang du Christ. C’est cela la Transsubstantiation.