La Roue du Samsara, la Roue de Fortune, la Rétribution

image

Nous allons étudier dans cette leçon l’Arcane X du Tarot. Il est nécessaire d’analyser la roue cosmogonique d’Ézéchiel. Nous trouvons dans cette roue la bataille des antithèses. Hermanubis monte, du côté droit de la roue fatale, et Typhon descend du côté gauche. C’est la roue des siècles, des réincarnations et du Karma. Au-dessus de la roue se trouve le mystérieux Sphinx tenant entre ses pattes de lion l’Épée flammigère.

C’est la roue de l’antithèse. Le serpent de bronze qui guérissait les Israélites dans le désert et le terrible serpent tentateur de l’Éden se combattent mutuellement. Tout le secret de l’Arbre de la Connaissance est renfermé dans cette roue. De la source unique jaillissent les quatre fleuves du Paradis ; l’un court à travers l’épaisse forêt du Soleil, arrosant la terre philosophique de l’Or de la Lumière ; un autre circule, ténébreux et bourbeux, dans le royaume de l’Abîme. La Lumière et les ténèbres, la magie blanche et la magie noire se combattent mutuellement. Éros et Antéros, Caïn et Abel, vivent au-dedans de nous-mêmes, guerroyant l’un contre l’autre jusqu’à ce que, en découvrant le mystère du Sphinx, nous saisissions l’Épée flammigère ; nous nous libérons alors de la roue des siècles.

Conscience Lunaire :

La conscience lunaire dort profondément, c’est le résultat de l’infidèle mémoire, l’être humain a seulement conscience de ce dont il se souvient ; personne ne peut avoir conscience de choses dont il ne se rappelle pas. L’Adam de péché est la mémoire. Il est le Moi désincarnant lui-même, il est la conscience lunaire.

Les clairvoyants affirment qu’il est constitué des atomes de l’ennemi secret. Il est un résidu ténébreux de notre passé lunaire (la Larve du Seuil).

Nos disciples gnostiques doivent comprendre que ce type de conscience lunaire suppose quelque chose dont il faut être conscient et quelqu’un qui soit conscient de cette chose. La conscience lunaire est soumise à toutes sortes de limitations, qualifications, restrictions, réactions : elle est un produit de la matière, le résultat de l’hérédité, de la race, de la famille, des habitudes, us et coutumes, préjugés, désirs, peurs, appétits, etc. L’Adam de péché, avec sa conscience lunaire, se réincarne, dit-on, pour gagner de l’expérience dans l’école de la vie. Les expériences compliquent et renforcent l’Adam de péché. L’innocente humanité de l’Éden est à présent la terrible et perverse humanité de la bombe atomique, de la bombe à hydrogène, etc.

L’enfant innocent se convertit, avec les expériences, en le vieillard astucieux, méfiant, malicieux, avare, craintif : voilà la conscience lunaire. Le diable est le diable, et il ne se perfectionne jamais. La grande Maîtresse H.P. Blavatsky a dit : « Fortifie ton âme contre les traquenards du Moi, rends-la digne du nom d’Âme-de-Diamant. »

Conscience Solaire :

Il existe des changements dans la conscience et des changements de conscience. Tout développement de la conscience origine des changements en elle. Les changements dans la conscience sont superficiels et inutiles. Il nous faut un changement de conscience. Lorsque nous dissolvons la conscience lunaire, alors naît en nous la conscience Solaire.

Il est nécessaire que meure en nous l’Adam de péché pour que naisse en nous l’Adam-Christ. Lorsque nous libérons la matière électronique solaire enfermée dans les atomes séminaux, nous saisissons l’Épée flammigère.

Persée descend dans la forge ardente de Vulcain pour décapiter l’Adam de péché (la Méduse) avec son Épée flammigère. Jean-Baptiste est décapité et le Christ crucifié pour sauver le monde. Le massacre des enfants innocents (les Initiés) est une répétition de l’Initiation. C’est alors que naît en nous la Conscience Solaire : celle-ci contient en elle-même le connaisseur, la connaissance et la chose connue. Trois en un, un en trois. La conscience solaire est omniprésente, omnipénétrante. La conscience solaire libère l’homme de la roue fatale des siècles.

Cycles Sexuels :

Uranus est à l’octave de Vénus, elle gouverne les phases masculine et féminine du sexe ; elle a un cycle sexuel de 84 ans ; ce cycle se divise en deux périodes de 42 ans, l’une positive masculine et l’autre négative féminine. Uranus présente toujours ses pôles face au soleil.

Durant quarante-deux ans, elle présente le pôle positif, et pendant quarante-deux ans, le pôle négatif. Nous comprenons maintenant d’où provient la stimulation alternante des deux sexes : du biorythme merveilleux des 84 années. La roue des siècles tourne en accomplissant des périodes de quarante-deux ans. La moitié du cycle total de 84 ans régit le sexe masculin, et l’autre moitié le sexe féminin. Le cycle sexuel d’Uranus est en accord avec la durée moyenne de la vie humaine : cela signifie qu’à l’âge de la maturité vibre en nous l’antithèse du cycle sexuel qui prédomine à notre naissance. Nous nous sentons alors sexuellement stimulés. Nous comprenons pourquoi les hommes et les femmes de quarante ans sont réellement mûrs pour travailler dans le Grand-Œuvre, et pourquoi les sentiments sexuels sont plus vigoureux à cet âge.

Lumière et Conscience :

La lumière et la conscience sont deux phénomènes d’une seule et même chose. À plus haut degré de conscience christique, plus haut degré de Lumière. La Conscience-Christ du Soleil est en train d’être absorbée graduellement par les planètes. Lorsque les planètes de notre système solaire auront absorbé intégralement la divine conscience solaire, alors la vie, la lumière et la chaleur n’occuperont plus uniquement la place astronomique du soleil, alors tout le système solaire resplendira comme un Soleil. C’est ce qui s’est produit avec le gigantesque soleil Antarès, un million de fois plus raréfié, c’est-à-dire moins dense, que notre soleil. Dans le système solaire d’Antarès, la lumière ne se trouve pas focalisée uniquement en son soleil, car chacune des planètes jouissant de la conscience solaire est devenue un soleil, les humanités planétaires jouissant de la conscience solaire ; les splendeurs du système solaire d’Antarès sont l’heureux résultat de cette transformation.

Les Dix Séphiroths :

On parle de dix Séphiroths. Les Séphiroths sont, en réalité, au nombre de douze. L’Ain-Soph est la onzième et son antithèse ténébreuse est l’Abîme, est la douzième Séphiroth.

Il y a douze sphères ou régions universelles qui se pénètrent et compénètrent mutuellement sans se confondre. Les douze sphères gravitent autour de l’atome central du signe de l’Infini. C’est dans ces douze sphères que se développe l’humanité solaire. Nous avons déjà dit que le signe de l’Infini se trouve au centre de la terre, en son cœur. Les dix Séphiroths de vibration universelle émanent de l’Ain-Soph qui est l’étoile microcosmique qui nous guide à l’intérieur, l’Être Réel de notre Être.

De cette étoile microcosmique émanent les dix Séphiroths :

D’abord Kether, l’Ancien des jours.

La seconde est Chokmah, la région de la Sagesse.

La troisième, Binah, l’intelligence divine.

La quatrième, Chesed, le monde de l’Intime.

La cinquième, Geburah, le monde de l’âme-conscience, la région de la Rigueur et de la Justice.

La sixième, Tiphereth, le monde causal, la région de la Volonté, de l’équilibre et de la beauté.

La septième, Netzah, la région de la Victoire, le monde de l’homme mental (celui qui parvient à se libérer des quatre corps de péché est un Bouddha).

La huitième est Hod, la Splendeur, la région du corps astral.

La neuvième est Jesod, le Fondement, le sexe, le plan éthérique.

La dixième, Malkuth, le Royaume en général, le monde physique. Malkuth est un suprême filtre, nous sortons de cette région pour l’Ain-Soph ou pour l’Abîme, telle est la Loi.

Les Séphiroths sont atomiques ; on peut réduire à trois tables les dix Séphiroths.

Tout d’abord, la table des Quanta, de l’énergie radiante qui vient du soleil.

Ensuite, le tableau des poids atomiques des éléments de la nature.

Enfin, le tableau des poids moléculaires des composés, qui est l’échelle de Jacob allant de la terre jusqu’au ciel.

Tous les mondes de Conscience cosmique se réduisent à trois tables. Les dix Séphiroths que l’on connaît proviennent de Séphira, la Mère Divine, qui réside dans le Temple-Cœur.

Clé pour obtenir la Connaissance Directe :

Il est nécessaire que nos disciples gnostiques apprennent à sortir du corps physique en pleine conscience, dans leurs véhicules intérieurs, afin de pénétrer dans les différentes régions séphirotiques.

Il est indispensable de connaître directement les douze sphères de vibration universelle où vivent et se développent tous les êtres de l’Univers. Que le disciple se concentre dans le chakra du cœur où demeure la Divine Mère Cosmique, que le disciple supplie Séphira, la mère des Séphiroths, en la priant de le faire sortir du corps physique et de l’emmener aux divers départements du Royaume pour étudier directement les Séphiroths de la Kabbale. Le disciple doit prier intensément, méditer sur la Divine Mère et vocaliser mentalement les mantras kabbalistiques suivants : LIFAROS-LIFAROS-LICANTO-LIGORIA. Vocalisez ces mantras en séparant et allongeant chaque syllabe. Si vous observez attentivement l’intelligente phonétique de ces mantras, vous remarquerez les trois voyelles I.A.O. des grands Mystères.

Dans ces mantras sacrés de la Kabbale se cache et se combine l’I.A.O. Le disciple doit s’endormir en vocalisant mentalement ces quatre mantras kabbalistiques. Au réveil, il faut pratiquer un exercice de rétrospection pour nous rappeler ce que nous avons vu et entendu pendant le sommeil.

L’Initiation :

Fuyez ceux qui vendent des Initiations. Souviens-toi, cher dévot, que l’Initiation est ta vie même. Si tu veux l’Initiation, écris-la sur une Verge (celui qui a de l’entendement, qu’il entende, car ici il y a Sagesse). Le chemin de la libération est représenté par la vie, la passion, la mort, la résurrection et l’ascension de notre adorable Sauveur. Rappelez-vous que le Moi ne reçoit pas d’Initiations. Ne te considère pas comme un Initié. Ne dis pas : « J’ai tant d’Initiations ; j’ai tels pouvoirs », car c’est de la présomption et de la vanité. Seul l’Intime reçoit des Initiations. Toi, pauvre homme, tu n’es pas plus que l’ombre pécheresse de celui qui n’a jamais péché. Efforce-toi de mourir chaque fois davantage en toi-même, pour qu’en toi naisse le « Fils de l’Homme ».