Le Verbe et le Magistère Sacerdotal (La Parole et les Impressions)

Samaël Aun Weor

Que les Sacerdotes ne commettent pas l’erreur de parler dans un langage que le pauvre peuple ne comprend pas. S’ils ont envie de parler de sujets ésotériques élevés, qu’ils le fassent dans le cercle ésotérique, qu’ils le fassent en Troisième Chambre ou en Seconde, mais pas devant le peuple. Je crois que le peuple mérite une certaine considération. On doit parler au peuple sans termes techniques d’aucune espèce, parce que le peuple ne comprend pas de pareils termes. On doit lui parler dans un langage très simple, très clair, à la portée de tous.

Jamais, on ne doit utiliser la tribune pour blesser quelqu’un avec la parole. Jamais, on ne doit essayer d’ironiser ou de satiriser d’une certaine manière l’auditoire, le peuple, les fidèles. LA PAROLE DOIT SORTIR DU COEUR, NON DES DIFFÉRENTS AGRÉGATS PSYCHIQUES QUE NOUS PORTONS À L’INTÉRIEUR DE NOUS.

Je me rends compte, avec une profonde douleur, que lorsque quelqu’un parle, la parole ne sort malheureusement pas des profondeurs de l’Être, mais du fond de quelque agrégat psychique inhumain. Si la parole jaillissait exclusivement de l’Essence, il n’y aurait rien à objecter : elle serait pure, parfaite, mais les gens ont des agrégats psychiques très développés.

C’est ainsi que beaucoup de Sacerdotes Gnostiques ou Directeurs de Sanctuaires, en général, quand ils s’adressent à la Congrégation, le font presque toujours dans le but secret de lancer quelque ironie contre quelqu’un, d’humilier quelqu’un, d’insulter quelqu’un, etc. C’est-à-dire que la parole ne naît pas de l’Essence pure, ne jaillit pas de l’Être, elle surgit de chaque bouteille, elle provient du fond de quelque Moi et c’est pourquoi elle n’est pas spontanée, elle n’est pas pure, elle ne produit pas un effet créateur.

Généralement, la parole que les Sacerdotes Gnostiques prononcent a son origine dans les entrailles de tel ou tel agrégat psychique, que ce soit celui de l’envie, que ce soit celui de la haine, que ce soit celui de l’amour-propre, que ce soit celui de l’orgueil, de l’égoïsme, de l’auto-suffisance, de l’auto-importance, des prétentions, de l’ambition, etc. Mais, je vois avec douleur que jamais la parole spontanée ne jaillit des entrailles de l’Être et c’est regrettable.

Quand la parole surgit des profondeurs de l’Être, elle est remplie de plénitude et de beauté intérieure ; mais quand la parole surgit des entrailles de tel ou tel agrégat psychique, elle est conditionnée par lui-même, elle n’a pas d’élasticité, elle n’a pas de ductilité, elle ne jouit pas de plénitude, elle n’est pas intègre et produit dans l’ambiance des discordes, des problèmes de toute sorte.

Les dévots vont au Rite, vont au Lumitial, pour recevoir un baume de réconfort dans leur coeur endolori. Mais si on donne du fiel aux dévots à la place du miel, quel soulagement pourraient-ils avoir ? Comment ferons-nous pour que le Mouvement Gnostique Chrétien Universel progresse, si nous continuons avec cette conduite ? Cette tendance qu’ont les uns et les autres à réagir me paraît horripilante, absurde. Ils ne sont pas maîtres de leurs propres processus psychologiques ; si on les « pique », ils réagissent ; ils réagissent toujours devant tout…

N’oubliez pas que nous vivons dans le monde et qu’il y a TROIS SORTES D’ALIMENTS pour nous. Le premier aliment, vous le connaissez bien : LA NOURRITURE ; c’est le moins important ; cela paraît incroyable, mais c’est ainsi. La preuve qu’il est le moins important, c’est qu’on peut vivre sans manger, de nombreuses fois, jusqu’à un mois. Mahatma Gandhi restait jusqu’à trois mois sans manger. Cet aliment entre par la bouche et va à l’estomac.

La deuxième sorte d’aliment est l’AIR, la respiration. Il est en relation avec les fosses nasales et les poumons. Nous pourrions difficilement vivre, ne serait-ce que trois ou quatre minutes, sans respirer. Les gens restent normalement une minute sans respirer et ensuite vient une syncope. Grâce à un entraînement, par exemple, quelqu’un pourrait arriver à deux ou trois minutes, ou à quatre, ce qui serait déjà le maximum des maximums, mais ceux qui peuvent vivre quatre minutes sans respirer sont rares et peu nombreux. Cela nous indique alors que le deuxième aliment est déjà plus important que le premier aliment.

Enfin vient le troisième aliment, qui est encore plus important. Je veux me référer de manière emphatique, aux IMPRESSIONS. Si la nourriture n’arrivait pas à impressionner l’organisme humain, nous ne pourrions donc jamais nous nourrir, le bol intestinal ne fonctionnerait pas, ni l’estomac en général ; on mourrait. Si l’air ne réussissait pas à impressionner les poumons et le sang, l’air ne servirait à rien.

Ainsi, mes chers frères, ce troisième aliment est le plus important, parce que personne ne pourrait exister, ne serait-ce qu’une seule seconde, sans L’ALIMENT DES IMPRESSIONS. Cela dit, tout aliment à besoin de passer par une TRANSFORMATION. L’aliment en relation avec l’estomac, c’est-à-dire la nourriture, a besoin de passer par une transformation ; cette transformation peut se faire grâce au système digestif. L’aliment en relation avec la respiration a, comme véhicule de transformation, les poumons ; mais, pour le troisième type d’aliment, il n’y a pas d’organe spécial, il n’y a pas d’estomac, ni de poumons qui servent. IL FAUT CRÉER CE TROISIÈME ORGANE.

Tout ce qui arrive au Mental vient sous forme d’impressions. Vous êtes, ici, en train de m’écouter, vous voyez un homme qui vous parle à l’aide d’un microphone et tout ceci est un ensemble d’impressions qui arrivent au Mental. Toutes les aventures de la vie, toutes les émotions et les passions, tout ce qui nous entoure nous arrive sous forme d’impressions.

L’air se transforme au moyen des poumons, la nourriture se transforme au moyen de l’estomac et de l’air, et la nourriture se convertissent en principes vitaux pour l’organisme. Malheureusement, les impressions ne se transforment pas, elles restent dans le Mental sans être digérées.

Les impressions non digérées se convertissent en NOUVEAUX AGRÉGATS PSYCHIQUES, c’est-à-dire en nouveaux Mois et c’est très grave. Il faut « digérer » les impressions. Comment ? Réfléchissons un peu. Grâce à la CONSCIENCE SUPERLATIVE DE L’ÊTRE.

Normalement, les impressions arrivent au Mental et le Mental réagit aux impressions. Si quelqu’un nous insulte, nous réagissons avec des envies de nous venger. Si quelqu’un nous offre une coupe de vin, nous réagissons avec des envies de boire. Si une personne du sexe opposé nous tente, nous ressentons alors des envies de forniquer. Mais, nous réagissons toujours face aux impacts du monde extérieur et c’est très grave.

Dans les assemblées, j’ai vu comment les frères se blessent les uns les autres ; l’un dit une parole et celui qui se sent concerné réagit violemment en disant une parole pire. Quelquefois ce qu’ils disent n’est pas trop grossier, c’est tourné subtilement, très poliment et accompagné d’un sourire, mais, au fond, il y a le poison épouvantable de la réaction violente.

IL N’Y A PAS D’AMOUR ENTRE LES FRÈRES ; ils ont oublié leur propre Être et vivent seulement dans le monde de l’Ego, dans le monde des réactions. Quand quelqu’un oublie son propre Être, il réagit violemment. Si quelqu’un oublie son propre Être en présence d’une bouteille de vin, il devient ivre. Si quelqu’un oublie son propre Être en présence d’une personne du sexe opposé, il se retrouve à forniquer ; si quelqu’un oublie son propre Être Intérieur Profond en présence d’un insulteur, il se retrouve à insulter.

Le plus grave dans la vie est de s’oublier soi-même. Ainsi, il est nécessaire de transformer les impressions et cela n’est possible qu’en INTERPOSANT sa propre Conscience entre les diverses vibrations du monde extérieur et le Mental. Quand quelqu’un interpose ce qu’on appelle la CONSCIENCE entre les impressions et le Mental, il est évident que les impressions se transforment en FORCES ET POUVOIRS D’ORDRE SUPÉRIEUR.

Normalement, les impressions sont constituées par un hydrogène très lourd : l’HYDROGÈNE-48. Quand on interpose sa Conscience entre les impressions et le Mental, l’Hydrogène-48 se transforme en 24 qui sert d’aliment au corps astral. À son tour, l’excédent du 24 se transforme en Hydrogène-12 qui sert d’aliment au corps mental et enfin, l’excédent d’Hydrogène-12 se transforme en Hydrogène-6 qui sert d’aliment au corps causal. Mais, si on ne transforme pas les impressions, celles-ci se convertissent en nouveaux agrégats psychiques, en nouveaux Mois.

C’est pourquoi nous devons transformer les impressions au moyen de la Conscience. Il est très facile d’interposer la Conscience entre le Mental et les impressions, entre les impressions et le Mental. Pour recevoir les impressions avec la Conscience et non avec le Mental, il faut seulement NE PAS S’OUBLIER SOI-MÊME, à un instant donné. Si quelqu’un, à un moment quelconque, est en train de nous blesser avec la parole, nous ne devons pas oublier notre propre Être, nous ne devons pas permettre que le Mental réagisse, nous ne devons pas permettre qu’intervienne le moi-même : l’amour-propre, l’orgueil, la superbe, etc.

À cet instant, seul l’Être doit être en nous ; nous devons être CONCENTRÉS SUR L’ÊTRE, pour que ce soit l’Être, la Conscience superlative de l’Être, qui reçoive les impressions et les digère correctement. Ainsi, on évite ces horripilantes réactions que nous avons tous, les uns et les autres, face aux impacts provenant du monde extérieur. Ainsi, on transforme complètement les impressions et ces impressions transformées en forces supérieures nous développent merveilleusement.

Amis, je le répète : que les Sacerdotes ne commettent pas de nouveau l’erreur de réagir violemment contre le prochain. Que les directeurs, que les missionnaires abandonnent, une fois pour toutes, cette horripilante tendance qu’ils ont à réagir. Si quelqu’un dit quelque chose, qu’il le dise, mais pourquoi le voisin doit-il réagir ? Car chacun est libre de dire ce qu’il veut !

En ce qui me concerne, j’affirme ce que je dois affirmer et si quelqu’un me réfute, s’il dit le contraire dans une conférence donnée sur quelque problème que nous avons, je me limite à garder le silence ; je l’ai dit et c’est tout.

Pourquoi voudrais-je, sur des questions privées, imposer un concept par la force ? C’est absurde ! Vouloir imposer notre opinion « par bravade » n’est que le résultat des réactions ; c’est la réaction même de l’Ego, du Mental. Et ce procédé qui a formé de terribles problèmes dans tout le Mouvement Gnostique International s’avère abominable.

Par ici, par là et là-bas on utilise la chaire pour insulter, pour blesser, pour agresser les autres avec la parole et tout cela est en train de produire de la confusion dans le Mouvement Gnostique International. Ici s’arrêtent mes paroles.