Assimilation Intelligente des Impressions (L’aliment des Impressions)

Samaël Aun Weor

[…] Des impressions. Cette chaire sera éminemment psychologique.

Il existe trois types d’aliments qui varient en […] Le premier, nous pouvons l’appeler « NOURRITURE ». Pour les aliments qui entrent par la bouche (et la bouche est le […]), il y a indubitablement un milieu pour ceux-ci (ces aspects) qui permet d’en transformer les principes vitaux de la vie : je me réfère à l’ESTOMAC. S’il n’y avait pas d’estomac, la transformation du premier type d’aliments ne serait pas possible.

Cependant, l’aliment qui pénètre par la bouche n’est pas le plus important. Nous savons bien comment les aliments sont transformés à travers la digestion ; il n’y a pas de doute qu’en ultime synthèse, les principes vitaux sont déposés dans le sang […] qui les dirige vers tous les organes du corps.

Cependant, quelqu’un peut rester un certain temps sans manger. Le Mahatma Gandhi pouvait rester jusqu’à quarante jours sans manger et même plus : il parvint à rester jusqu’à deux ou trois mois sans manger. Ce n’est donc pas l’aliment le plus important.

Le deuxième type d’aliments est le PRANA qui entre, avec l’oxygène, dans notre corps physique ; c’est lui qui pénètre par les portes de la respiration et, indubitablement, il existe un organe ou des organes spéciaux pour la transformation de l’aliment qui pénètre par le nez. Ainsi donc, l’air vital se transforme naturellement en oxygène à travers les POUMONS, et cet oxygène est déposé ensuite dans tout le flot sanguin, dans le sang.

La respiration est plus importante que l’aliment qui entre par la bouche et va à l’estomac, car nous pourrions rester jusqu’à un mois environ sans manger, mais nous ne pourrions pas rester longtemps sans respirer.

Normalement, on peut rester une minute ou deux sans respirer et certains arrivent jusqu’à trois minutes. Moi, j’ai pu arriver à rester sans respirer durant plus de quatre minutes (avec de l’entraînement), mais indiscutablement, au-delà de ce petit temps limité, si nous ne respirons pas, nous mourons. En réalité, la respiration est donc vraiment plus importante que la nourriture physique.

Et enfin, il existe une troisième catégorie d’aliment (ou d’aliments), qui est encore plus importante. Je me réfère, en le soulignant, aux IMPRESSIONS. Il est indiscutable que nous ne pourrions même pas demeurer une seconde dans cette existence si les Impressions n’existaient pas. Nous ne pouvons pas vivre une seconde sans recevoir d’Impressions.

Notre organisme se nourrit tout spécialement des Impressions. Si l’air ne produisait pas d’Impressions dans nos poumons et dans notre sang, nous ne vivrions pas ; si la nourriture n’arrivait pas à « impressionner » l’estomac et les voies intestinales, nous ne pourrions pas vivre non plus.

Par conséquent, les Impressions sont fondamentales. Malheureusement, à la différence de la respiration et du premier aliment qui entre par la bouche et va à l’estomac, nous n’avons pas – dans ce cas-là – d’organe pour DIGÉRER les Impressions et c’est regrettable.

L’air dispose des poumons, la nourriture dispose de l’estomac, mais les Impressions, de quels organes disposent-elles ? Elles passent au Mental et cela, nous ne pouvons pas le nier, mais nous n’avons pas ce qu’il faut pour « digérer » les Impressions ; il n’y a pas d’organe pour la digestion et la transformation des Impressions.

Toutes les circonstances de la vie arrivent au mental sous forme d’Impressions ; les événements arrivent au Cerveau sous forme d’Impressions. La joie, la tristesse, l’espérance, le désespoir, les problèmes, les préoccupations, etc., arrivent au Mental sous forme d’Impressions. N’importe quelle circonstance, n’importe quel évènement, aussi insignifiant soit-il, arrive au Mental sous forme d’Impressions.

Je le répète : malheureusement, nous ne disposons pas d’organe capable de « digérer » les Impressions ; c’est un motif plus que suffisant pour que ces Impressions se transforment en agrégats psychiques, c’est-à-dire en Mois. Si nous ne « digérons » pas la mauvaise Impression que nous recevons – par exemple – d’une personne qui nous insulte, cette Impression se convertit alors, à l’intérieur de nous, en un Moi de vengeance. Si nous ne « digérons » pas l’Impression que provoque en nous une coupe de vin, cette Impression se convertit évidemment en un Moi de l’ivresse. Si nous ne « digérons » pas l’Impression que provoque en nous une personne du sexe opposé, il n’y a pas de doute que cette Impression se convertit, pour la même raison, en un Moi de luxure. Si nous ne « digérons » pas une Impression qui parvient à notre Mental, en relation avec un coup de chance, cette Impression peut, bien entendu, se transformer en un Moi de convoitise.

De sorte que le fait de ne pas « digérer » les Impressions équivaut à créer des Mois. Les Impressions non digérées, je le répète, se transforment en de nouveaux Mois.

Ainsi, non seulement avons-nous les « Mois » que nous possédons, ceux que nous apportons d’existences antérieures, mais ce qui est pire, nous créons tous les jours de nouveaux « Mois » et cela est lamentable.

Il est indispensable de cesser de créer des « Mois ». Mais ce n’est possible qu’en « digérant » les Impressions. Et comment les « digérer » ? De quelle manière, de quelle façon ? Comment les transformer en quelque chose de différent ? Est-ce que c’est possible ? Oui, c’est possible ! Comment ? Par l’intermédiaire de la CONSCIENCE. Si nous interposons, entre les Impressions et le Mental, ce qu’on appelle « Conscience », les Impressions sont « digérées ».

Les Impressions, en elles-mêmes, sont de l’HYDROGÈNE 48, un hydrogène assez lourd. Une fois digérées, grâce à la Conscience, elles se transforment en Hydrogène 24 qui sert à nourrir le Corps Astral. Cet Hydrogène 24 peut, à son tour, se transformer en Hydrogène 12 pour nourrir le Corps Mental et, finalement, l’Hydrogène Mental une fois « digéré », se transforme en Hydrogène 6 dont se nourrit le Corps Causal.

Il vaut donc mieux « digérer » nos Impressions dans le but de transformer l’Hydrogène 48 en aliments pour les Corps Existentiels Supérieurs de l’Être.

En temps normal, les Impressions blessent le Mental et le Mental réagit alors à l’impact provenant du monde extérieur ; si on nous frappe, nous frappons ; si on nous insulte, nous insultons ; si on nous incite à boire, nous buvons, etc., le Mental réagit toujours aux impacts provenant du monde extérieur. Nous devons éviter une telle réaction et c’est possible exclusivement en interposant la Conscience entre le Mental et les Impressions.

Y aurait-il quelque manière, quelque technique, quelque pratique permettant d’utiliser la Conscience pour l’interposer entre les Impressions et le Mental ? Existe-t-il une clé qui nous permette d’utiliser la Conscience de cette façon, pour que ce soit la Conscience qui reçoive les Impressions et non le Mental ?

Car lorsque la Conscience reçoit les Impressions, elle les « digère » inévitablement, elle les transforme en quelque chose de distinct ; mais quand ce n’est pas la Conscience qui reçoit les Impressions, mais plutôt le Mental, il se trouve alors que le Mental réagit contre les impacts provenant du monde extérieur ; il réagit violemment, de façon mécanique.

Comment donc utiliser la Conscience ? Comment l’utiliser, de quelle façon, afin que ce soit elle (et seulement elle) qui reçoive les impressions et les transforme ?

Je vais vous donner la clé, qui est très simple : NE JAMAIS NOUS OUBLIER NOUS-MÊMES, NE JAMAIS OUBLIER NOTRE PROPRE ÊTRE. Si on oublie son propre Être Intérieur face à quelqu’un qui nous insulte, on finit par insulter ; si on s’oublie soi-même, qu’on oublie son propre Être en présence d’une coupe de vin, on finit par s’enivrer ; si on s’oublie soi-même, qu’on oublie son propre Être en présence d’une personne du sexe opposé, on finit par forniquer.

Lorsqu’on apprend à vivre en état d’ALERTE PERCEPTION, d’ALERTE NOUVEAUTÉ, lorsqu’on fait le rappel de soi-même d’instant en instant, d’un moment à l’autre, lorsqu’on ne s’oublie jamais soi-même, indubitablement on devient conscient.

Si on ne s’oublie pas soi-même en présence d’un insulteur, si on n’oublie pas son propre Être, on transforme alors ces Impressions perverses en Hydrogène 24 qui sert à fortifier le Corps Astral, en Hydrogène 12 qui alimente le Mental et en Hydrogène 6 qui alimente le Causal ; c’est-à-dire qu’on transforme les insultes en une force différente.

Si on ne s’oublie pas soi-même en présence d’une coupe de vin, on transforme cette Impression (cet Hydrogène 48) en Hydrogènes 24,12 et 6. Si on ne s’oublie pas soi-même en présence d’une forte somme d’argent, on transforme cette Impression en Hydrogènes 24, 12 et 6.

De sorte que « ne pas s’oublier soi-même » est la clé qui nous permet d’utiliser intelligemment la Conscience. Lorsqu’une personne ne s’oublie pas elle-même, elle interpose, entre le Mental et les Impressions, ce qu’on appelle « Conscience ».

Ce qui est beau, c’est que ce soit la Conscience qui reçoive les Impressions provenant du monde extérieur, parce que la Conscience peut les transformer en quelque chose de différent : en éléments créateurs, en Éléments Superlatifs de l’Être, en Forces Diamantines qui servent pour le développement des chakras, en de multiples forces qui servent au développement de certains pouvoirs qui existent dans notre constitution interne.

Il est donc nécessaire de savoir que tous les Mois que nous avons actuellement sont le résultat d’Impressions NON DIGÉRÉES, non transformées, et c’est regrettable.

Malheureusement, les gens ne se rappellent jamais d’eux-mêmes. C’est pourquoi les Impressions parviennent à notre Mental et elles restent ainsi, absolument pas transformées, donnant naissance (bien sûr) aux agrégats psychiques, aux Mois.

Il est nécessaire de dissoudre les Mois, mais il est aussi nécessaire de NE PAS CRÉER DE NOUVEAUX MOIS. Quelqu’un pourrait s’offrir le luxe de dissoudre tous les Mois, mais s’il s’oublie lui-même, il crée, une fois de plus, de nouveaux Mois et voilà ce qui est grave.

Le RAPPEL DE SOI MÊME est une chose intéressante. Lorsqu’on se rappelle de soi-même, on donne naissance à des forces différentes de celles de ses semblables : des forces distinctes, des forces qui rendent un individu complètement différent des autres.

Il est donc intéressant de savoir que ceux qui créent de telles forces deviennent différents ; même leurs capacités vitales sont décuplées. Si nous mettions deux individus dans un lieu inhospitalier, avec une mauvaise alimentation, un mauvais environnement, etc. (le premier, qui ne se rappelle jamais de lui-même, qui vit une vie mécanique, et l’autre, qui se rappelle toujours de lui-même d’instant en instant, qui se rappelle toujours de son propre Être, qui n’oublie jamais son Être Intime), vous pouvez être absolument certains que le premier mourrait rapidement et que le second vivrait malgré l’environnement inhospitalier, parce qu’il est entouré de forces différentes de celles des autres…

Tout le problème de la LIBÉRATION est fondé sur la TRANSFORMATION, et la transformation a pour base le SACRIFICE.

Observez que la vie entière est transformation. C’est grâce aux infinies transformations qui s’effectuent dans le ventre maternel que peut se former l’organisme humain.

Si nous observons par exemple un oeuf (que ce soit celui d’un serpent ou celui d’un oiseau), nous y voyons des possibilités latentes, susceptibles de se développer. Ces possibilités deviennent des faits grâce à la transformation.

Le feu de la cheminée, celui qui nous réchauffe durant les jours d’hiver, est le résultat de la transformation. La digestion en nous est tout un processus de transformation grâce auquel il est possible d’exister. La transformation de l’air à l’intérieur des poumons est un autre processus de transformation, et si nous voulons nous transformer psychologiquement, il nous faut également transformer les Impressions, c’est-à-dire la troisième catégorie d’aliments.

Je le répète : tous les évènements de la vie (qui arrivent au Mental) surviennent sous forme d’Impressions. Je suis en train de vous parler, à vous qui êtes ici réunis dans cette salle, dans ce Lumitial et qu’est-ce qui parvient à votre Mental ? Une Impression, une série d’Impressions : vous voyez un homme qui est en train de vous parler et vous l’écoutez.

Ces Impressions sont en train de parvenir à votre Mental et, au moment où je vous parle, êtes-vous certains d’être en train de « digérer » cette Impression, l’Impression de voir un homme qui vous parle, qui vous donne des Enseignements Ésotériques ? Êtes-vous dans un processus de « digestion » ou de transformation, ou non ? Si vous n’êtes pas dans un processus de digestion ou de transformation de cette Impression (celle de voir devant vous Samaël Aun Weor qui vous parle), vous êtes en train de perdre lamentablement votre temps. Pourquoi ? Parce que vous n’êtes pas en train de « digérer » cette Impression, de la transformer.

Si elle n’est pas « digérée », elle ne se transforme pas ; avant la transformation, existe la « digestion » de l’Impression.

Comment faire pour « digérer » cette Impression ? (Vous voyez ici un homme, habillé en blanc, en train de donner une conférence). Eh bien, ne pas oublier son propre Être ; que ce soit l’Être qui reçoive l’Enseignement ; faire passer tout l’Enseignement à l’Être ; écouter avec l’aspiration qu’il parvienne à l’Être.

Si vous « digérez » l’Impression, vous la comprenez mieux ; si vous ne procédez pas ainsi, vous êtes en train de perdre votre temps et, pour cette raison, cette chaire s’avèrera inutile.

De sorte que nous devons commencer avec des faits, parce que « celui qui écoute la parole et ne la met pas en pratique est semblable à un homme qui se regarde dans un miroir, puis tourne le dos et s’en va ». Il ne suffit donc pas d’écouter la parole ; il faut « LA DI-GÉ-RER » ; c’est précisément ce qui est fondamental.

Voyez vous-mêmes comme cet évènement qu’on appelle « IMPRESSIONS » est important ! Nous ne pouvons pas vivre une seule seconde, ni même un millième de seconde, sans Impressions.

Ainsi donc, il vaut la peine de les transformer en quelque chose de différent : en Pouvoirs, en Lumière, en Feu, en Harmonie, en Beauté… Mais si nous ne les transformons pas, je le répète (même si la répétition me fatigue), elles se transforment tout simplement en de nouveaux agrégats psychiques, en de nouveaux Mois…

Il est nécessaire que nous devenions plus réfléchis. En vérité, en réalité, tels que nous sommes, dans l’état où nous nous trouvons, ne « digérant » pas les impressions et créant de nouveaux Mois seconde après seconde, d’instant en instant, nous ne sommes rien d’autre que de simples machines contrôlées par les agrégats psychiques.

Nous vivons dans un monde où l’activité est intense, où TOUS CROIENT FAIRE QUELQUE CHOSE alors que PERSONNE NE FAIT RIEN : tout nous ARRIVE, comme lorsqu’il pleut, comme lorsqu’il tonne. Pourquoi ?

Simplement parce que nous n’avons pas incarné l’Être. SEUL L’ÊTRE PEUT FAIRE ; Lui « fait » et l’Homme véritable, c’est l’Être ; mais si c’est la machine qui agit, ce qui est en train d’agir c’est quelque chose qui n’est pas l’Être ; ce qui est en train d’agir, c’est un robot programmé par un ordinateur merveilleux qui s’appelle le Cerveau ; la machine agit mécaniquement. Dès lors, elle n’est pas en train de « faire », elle est en train d’agir.

FAIRE est une chose et AGIR en est une autre. N’importe quelle machine agit, bouge, marche, remplit ses fonctions, parce que c’est une machine et qu’elle a été programmée pour remplir ses fonctions ; mais « faire » est quelque chose de différent. Seul l’Homme peut « faire », et l’Homme véritable, c’est l’Être. Distinguons l’Homme véritable (qui est l’Être), de la machine (la machine n’est pas l’Être).

Je le répète : l’« animal intellectuel » est un robot programmé et son Cerveau est un ordinateur merveilleux, un ordinateur qui se maintient par lui-même, un ordinateur qui fait des calculs mathématiques, avec une précision minutieuse ; qui a besoin de vibrations pour une […] cérébral ; un ordinateur qui enregistre les ondes visuelles et les ondes sonores, qui enregistre l’extérieur et l’intérieur, qui se suffit à lui-même. C’est un ordinateur de premier ordre, merveilleux, mais il n’est que cela et rien d’autre que cela : un ordinateur.

Cet ordinateur dispose d’un organisme physique et il l’utilise pour aller et venir, etc. Cet ordinateur est entre les mains de l’Ego, non de l’Etre, et l’Ego est le résultat de nombreuses Impressions non « digérées ».

Donc, ce qui agit ici, dans ce monde douloureux où nous vivons, c’est une machine équipée d’un grand ordinateur. Ici ce n’est pas l’Être qui agit, mais la machine. Nous pourrions dire que la machine est une machine et que l’Être est l’Être.

Mais vraiment, en réalité, qu’appelons-nous la « Vie » ? Il est certain qu’elle est comme un film… Oui… et lorsqu’arrive l’heure de la mort, nous retournons au point de départ de ce film et nous l’emportons pour l’Éternité. Au retour, lorsque tout cet égo revient, il le fait avec son film.

En se restructurant dans un nouvel organisme physique, il projette de nouveau son film sur l’écran de l’existence. Et que projette-t-il ? Sa vie. Laquelle ? Celle de toujours, la même qu’il a eue lors de l’existence précédente, c’est-à-dire qu’il répète pareillement ce qu’il a fait durant l’existence précédente et durant les existences antérieures. Tout ce qu’il projette est programmé dans le Cerveau depuis la naissance.

De sorte que nous sommes des ROBOTS PROGRAMMÉS ; l’Être n’intervient en rien dans toute cette tragédie ; il ne se mêle pas de ces choses. L’Être de chacun d’entre nous se meut librement dans la Voie Lactée.

Ce qui existe et qui vit ici, dans cette douloureuse vallée de la vie, c’est un tas d’ombres pourvues d’organismes physiques. Et que font ces organismes ? Rien ! Ils bougent mécaniquement, conformément au programme qui a été déposé dans leurs Cerveaux (Je ne veux pas dire dans le Cerveau physique seulement, mais bien dans les TROIS CERVEAUX : l’Intellectuel, l’Émotionnel et le Moteur).

Et l’Être, que fait-il pendant que nous sommes ici à souffrir, à peiner au travail, à pleurer, à lutter pour obtenir de quoi payer le loyer, de quoi acheter un vêtement, etc. ? Que fait l’Être ? Il vit et […] dans la Voie Lactée, il se déplace librement dans la Voie Lactée.

Mais alors, qu’est-elle donc, cette douloureuse existence que nous supportons ? Une pure illusion, une chose vaine !

C’est à juste titre que les hindous disent « que ce monde n’est que MAYA, que ce monde est illusoire, qu’il n’a aucune valeur ».

Il nous faut, je le répète, avoir une Existence Réelle, puisque nous ne l’avons pas encore. L’un d’entre vous se vanterait-il d’avoir une Existence Réelle ? Lequel d’entre vous a-t-il une Existence Réelle ?

Oui, mon ami… [ici, il semble que quelqu’un l’interrompt en levant la main]… Ne me dis pas que tu l’as véritablement [il y a un moment de silence]… Je ne vois ici que des machines qui se déplacent, des machines programmées, des robots programmés, rien de plus. Il est évident que nous devons cesser d’être des robots et que nous pouvons cesser de l’être. Mais, pour cesser de l’être, nous devons éliminer tous nos agrégats psychiques, c’est évident.

Vous savez que nous devons éliminer les agrégats psychiques, mais savoir cela n’est pas tout ; nous devons CESSER DE CRÉER DE NOUVEAUX AGRÉGATS (et nous en créons chaque jour en ne « digérant » pas les Impressions).

Il nous faut « digérer » les Impressions, les transformer en Forces différentes pour ne pas créer de nouveaux « Mois », et il nous faut « digérer » les vieilles Impressions, celles qui ont donné naissance aux « Mois » que nous avons actuellement. C’est possible, à l’aide de la RÉFLEXION, de l’AUTO-OBSERVATION et de l’ÉLIMINATION.

Lorsqu’on digère les vieilles Impressions qui sont déposées dans les cinq cylindres de la machine (sous forme d’habitudes, d’émotions inférieures, de pensées négatives, d’instincts dépravés, d’abus sexuels, etc.), on désintègre alors ces éléments inhumains, on les réduit en poussière.

Il faut donc non seulement « digérer » les nouvelles Impressions qui arrivent au Mental, mais aussi les vieilles Impressions. Et on les « digère » (je le répète et l’explique) en s’auto-observant d’instant en instant, moment après moment.

Nous avons besoin d’exemples et je vais en donner : supposons que, tout à coup, nous soyons jaloux. Par exemple, un homme a découvert que sa femme a un autre homme et ici, bien sûr, le Moi de la jalousie est entré en scène. Que faire ?

Il a découvert le Moi de la jalousie. La Loi de la Récurrence nous dit que dans une existence passée le même triangle a existé et que dans une existence encore plus ancienne le même triangle avait existé. Ainsi donc, cette jalousie que l’on ressent est due à une Impression « non digérée », non transformée.

Si on tente ensuite de « digérer » cette Impression, disons de la transformer en quelque chose de différent ; si par la réflexion, on arrive à la conclusion que la jalousie est absurde, qu’elle n’a pas réellement de sens, on fait alors la « digestion » de cette mauvaise Impression qui nous vient des temps anciens.

Lorsqu’on fait cette digestion, on a donc les meilleures possibilités pour désintégrer l’Ego. Il manque seulement la prière (la supplique à Devi Kundalini Shakti) pour que ce soit elle qui désintègre cet Ego (résultat d’une ancienne Impression « non digérée ») et, à la fin, cet Ego de jalousie se réduit en poussière.

Supposons que nous nous disputions avec une autre personne parce qu’elle ne veut pas nous rendre de l’argent qui nous fait défaut (il s’agit là, sans aucun doute, d’une Impression « non digérée »). Si, au moment où nous sommes allés récupérer cet argent, cet individu n’a pas voulu nous payer et que nous ayons ressenti une grande contrariété ainsi que le désir de nous battre contre cet homme, nous devons alors être suffisamment compréhensif pour méditer en arrivant à la maison, et essayer au moyen de l’introspection, de faire la « digestion » de cette très mauvaise impression.

Il n’y a pas de doute que la Loi de Récurrence a travaillé là aussi ; il n’y a pas de doute que le même cas s’est déjà produit (par Loi de Récurrence) : nous avons déjà prêté une certaine somme d’argent à ce même monsieur et il ne nous l’a pas rendue. Et la fois précédente, il s’était produit la même chose et la fois d’avant pareillement ; et c’est toujours la même chose qui s’est passée ; c’est à cause de cela que nous fabriquons un Moi de haine contre cet homme.

Mais maintenant, il va être nécessaire de « digérer » complètement cette mauvaise Impression (qui vient d’un lointain passé et qui s’est transformée maintenant en un Moi), de la « digérer » par la réflexion, de comprendre que cette histoire d’argent est vaine, illusoire, et qu’à l’heure de notre mort nous n’emporterons même pas un centime avec nous pour l’Éternité.

Lorsque nous serons devenus bien conscients de cela, nous supplierons ensuite Devi Kundalini Shakti de désintégrer cet Ego (qui n’est rien de plus que le résultat d’une série d’Impressions « non digérées ») et il est clair que notre Mère Divine le réduira en poussière et que nous serons libérés de cette mauvaise impression.

Tous nos Mois ne sont que le résultat d’Impressions non transformées, « non digérées ». Une fois que ces Impressions non digérées » sont désintégrées, ces Forces des Impressions […] se transforment en quelque chose de différent : en Hydrogènes 24, 12 et 6 et on se trouve alors nettoyé.

Ainsi donc, les Impressions passées et présentes doivent être transformées en Forces Cosmiques et Divines et c’est possible en NE NOUS OUBLIANT PAS NOUS-MÊMES, en N’OUBLIANT PAS NOTRE PROPRE ÊTRE… Quand on ne s’oublie pas soi-même, quand on vit en état d’Alerte Perception, d’Alerte Nouveauté, on transforme alors ces Impressions en quelque chose de différent.

Si quelqu’un réussit à transformer la totalité de ses Impressions, il sera un véritable BIENHEUREUX, parce que l’Être demeurera en lui et lui en l’Être, et il aura donc une Existence Réelle ; alors il pourra « faire », puisqu’il possédera l’Être incarné.

Tels que nous nous trouvons, nous ne sommes que des robots programmés. Ces Impressions « non digérées » sont restées déposées dans nos trois Cerveaux et ces mêmes Impressions se répètent d’instant en instant, moment après moment et durant toute notre vie. C’est la mécanique de la Loi de Récurrence : une répétition de vieilles Impressions.

Croyez-vous que ce soit agréable d’être des machines, de jouer le rôle de robots, de ne pas avoir incarné l’Être, de vivre ainsi comme des ombres, dans cette vallée de larmes ? Croyez-vous qu’il vaille la peine de mener une telle existence ? Et que sommes-nous ? Des ombres misérables, des robots programmés, programmés par les vieilles Impressions du passé ! Toutes les Impressions de nos existences passées qui sont restées « non digérées » ont été déposées dans nos Trois Cerveaux et, maintenant, elles se répètent mécaniquement.

De sorte que nous ressemblons à de véritables robots, que nous sommes des robots qui se déplacent mécaniquement dans cette vallée de larmes.

Jusqu’à quand voulez-vous continuer à vivre transformés en robots ? Jusqu’en quelle année, jusqu’à quelle date ? Réfléchissez à cela, mes chers frères, parce que c’est vraiment déplorable d’être un robot…

J’ai terminé ma chaire. Et maintenant, avant de conclure cet enseignement, il convient que ceux qui désirent poser des questions le fassent avec la plus entière liberté et que ceux qui ne sont pas d’accord disent pourquoi ils ne le sont pas.

Disciple. Lorsqu’une impression a été transformée et qu’elle passe de l’Hydrogène 48 à 24 et ensuite à 12, jusqu’à l’Hydrogène 6, est-ce qu’elle peut continuer de l’Hydrogène 6 à l’Hydrogène 3 ?

Maître. Oui, ELLE PEUT CONTINUER pour nourrir les Corps Existentiels les plus élevés et elle peut arriver JUSQU’À L’HYDROGÈNE 1. Tenez compte du fait qu’on peut créer non seulement les Corps Astral, Mental et Causal, mais qu’on peut aussi s’offrir le luxe de créer les QUATRE KAYAS (qui sont le Nirvanakaya, le Sambhogakaya, l’Addikaya et le Dharmakaya).

Évidemment, les Hydrogènes très fins qui sont nécessaires pour nourrir ce type de véhicules doivent provenir d’ici même, de ce monde physique où nous vivons ; ils doivent émaner ou provenir des impressions transformées, ou en d’autres termes, de l’Hydrogène 48 transformé de façon échelonnée, graduelle.

D. Maître, le Rappel de Soi, est-ce simplement une attitude psychologique, ou bien est-ce le fait de penser : « je suis ici », en gardant cette pensée présente en nous-mêmes ?

M. Si tu dis : « je suis ici », ce peut être le robot qui affirme cela. C’est le robot, simplement, qui l’affirme. Le robot dit : « oui, moi, je suis ici » (voilà le robot). Il ne s’agit pas de cela. IL S’AGIT DE NE PAS OUBLIER SON PROPRE ÊTRE, ce qui est différent. Lui, il vit normalement dans la Voie Lactée et, actuellement il n’est pas incarné dans le robot, parce que l’Ego et l’Être sont incompatibles. Il s’agit de ne pas oublier l’Être ; il ne s’agit pas de renforcer le robot, mais de renforcer l’Être, ce qui est différent. Une autre question, mes frères ?

D. Vénérable Maître, puisque le corps humain (ou la machine) n’a pas de moyens pour digérer les impressions, comme l’estomac pour les aliments, les poumons pour l’air, qu’est-ce qui pourrait « digérer » les impressions chez un désincarné ?

M. Et qu’est-ce que les désincarnés ont à voir avec la question des robots ?

D. C’est ma question, sans plus…

M. Non, « Impression », c’est ce verre que je suis en train de prendre là (et il est, certes, délicieux, ce « Tehuacan »). « Impression » c’est, par exemple, cet appareil mécanique ; « Impression » c’est ce que tu manges, ce que tu bois, ce qui arrive à ton Mental à travers les sens. TOUT CELA EST « IMPRESSION ». « Impression » c’est exister, c’est vivre. La joie, la tristesse, ce qui nous cause des préoccupations, ce qui nous donne des aspirations, ce qui nous donne de l’espoir, ce qui nous fait désespérer, tout cela est « Impression ».

Qu’est-ce que les « gens désincarnés » ont à voir dans cette comédie ? Rien, n’est-ce pas ? Lorsqu’on dit qu’il faut transformer les Impressions, on veut dire qu’il faut utiliser un instrument. Lequel ? La Conscience. Mais qu’est-ce que la Conscience, pourquoi existe-t-elle ? La Conscience appartient à l’Être et lorsqu’on n’oublie pas son propre Être, évidemment la Conscience fonctionne. Ne pas oublier son propre Être, c’est extraordinaire.

Pourquoi existe-t-il des ANGES DÉCHUS ? Parce qu’à un moment donné ils se sont oubliés eux-mêmes, ce qui est plus que suffisant pour tomber la tête la première dans le précipice. Lorsque je parle de « ne pas s’oublier soi-même », je ne suis pas en train d’affirmer par là qu’il s’agit de renforcer la machine, le robot. Non, « ne pas s’oublier soi-même » signifie NE PAS OUBLIER SON ÊTRE INTÉRIEUR PROFOND. C’est à cela que je me réfère avec insistance et cela doit être compris à la lumière d’une Psychologie Transcendantale, Révolutionnaire. Une autre question ?

D. Vénérable Maître, une personne qui n’a jamais expérimenté l’Être et qui n’a pas eu […] quelle attitude psychologique doit-elle avoir pour le Rappel de Soi et pour renfoncer l’Être en elle-même ?

M. LA PERSONNALITÉ DOIT DEVENIR DE PLUS EN PLUS PASSIVE, afin que nous devenions réceptifs. Lorsqu’on devient réceptif on se met à sentir de plus en plus l’Être, à travers le Centre Émotionnel Supérieur. Car il est écrit : « Bienheureux les coeurs purs, car ils verront Dieu. »

Il faut purifier notre coeur pour que surgisse en nous une INTELLIGENCE ÉMOTIONNELLE, qui est beaucoup plus élevée que l’INTELLIGENCE CÉRÉBRALE. N’importe quelle cérébralité, aussi magnifique soit-elle, est bien peu de chose face à l’Intelligence Émotionnelle.

L’Intelligence Émotionnelle nous permet de sentir l’Être. Ainsi donc, ce qu’il faut (comme je l’ai dit) c’est prendre soin de développer l’Intelligence Émotionnelle, qui va se développer chaque fois davantage à mesure qu’on purifie le coeur, c’est-à-dire à mesure qu’on se met à éliminer les agrégats psychiques.

Si au début, l’Intelligence Émotionnelle n’existe que de façon purement résiduelle ou potentielle, à mesure que nous allons désintégrer l’Ego, cette Intelligence Émotionnelle deviendra de plus en plus visible, de plus en plus apte…

N’oublions pas l’Être, prenons soin d’avoir toujours un coeur tranquille et c’est ainsi, véritablement et réellement, que nous ne créerons pas de nouveaux Egos. Cependant, tant que nous oublierons l’Être, les Impressions arriveront à notre Mental et demeureront « non digérées ». Elles se transformeront alors en de nouveaux Mois ou bien elles fortifieront les Mois déjà établis dans les Cinq Cylindres de la machine organique ; c’est évident.

D. Vénérable Maître, parfois on sent qu’un Moi est en train d’agir, par exemple la colère. On se rend compte qu’on a de la colère et on veut comprendre le phénomène, ce qui a provoqué de la colère. Cependant, on ne sent pas le désir de faire partir cette colère car le Moi est fort ; que faire dans ce cas ?

M. De toute évidence, le Moi de la colère, pleinement établi donc dans les Cinq Cylindres de la machine, est devenu (dans ce cas-ci) le maître et seigneur de toute la machine. Malgré tout, il existe alors une petite marge de liberté (assurément très limitée) qui peut être utilisée.

Pour parler sous forme d’analogies, nous dirons que cette marge est aussi petite que l’espace qui peut exister entre un violon et l’étui qui le contient. Elle est vraiment très limitée ; mais si nous l’utilisons intelligemment, elle pourra augmenter. Il faut FAIRE APPEL À L’AUTO-RÉFLEXION ÉVIDENTE DE L’ÊTRE et il faut aussi faire appel à l’AUTO-OBSERVATION : observer ce Moi de la colère en action.

Lorsque quelqu’un s’auto-observe durant une crise de colère, il comprend que quelque chose, quelque chose de différent de lui-même, a pénétré dans son Cerveau et s’en est rendu maître. Si quelqu’un a vérifié cette réalité (à l’aide de l’auto-observation), il peut faire un autre pas, qui est celui de l’auto-réflexion évidente et si, grâce à l’auto-réflexion évidente, il est arrivé à la conclusion que c’est un démon de la colère qui s’est emparé de lui, il pourra alors faire le troisième pas : CELUI DE LA MÉDITATION INTÉRIEURE PROFONDE.

Par la méditation vient l’ANALYSE SUPERLATIVE ; il faut réfléchir, il faut clarifier dans le mental ce qui est arrivé pour que la colère surgisse et on arrivera ainsi à découvrir que ce Moi de la colère a d’autres racines : ce peut être l’amour-propre ; il se peut que quelqu’un ait blessé notre amour-propre ; ou peut-être quelqu’un a-t-il blessé notre orgueil ou bien heurté notre mental susceptible ou blessé notre vanité, etc.

Si on arrive à découvrir donc, la cause de cette colère, on comprend alors que cette colère est vaine, et si on comprend que cette colère est vaine, on a alors la possibilité de la désintégrer.

Il suffira seulement d’IMPLORER KUNDALINI SHAKTI pour qu’elle DÉSINTÈGRE cet agrégat psychique. Je suis certain qu’elle vous aidera dans le processus de la désintégration. À l’évidence, c’est le chemin à suivre. Une autre question ?

D. Maître, l’Inspiration joue-t-elle un rôle important dans tout cela ?

M. Eh bien, les plus grands Initiés disent qu’il y a trois échelles qui conduisent à l’Initiation : Imagination, Inspiration et Intuition, est-ce clair ? Tous les frères sont remplis d’Inspiration, il n’y en a pas un qui ne ressente de l’Inspiration, mais une chose est l’Inspiration et autre chose est l’OBJECTIVATION DE LA CONSCIENCE.

Même si quelqu’un ici, se sent très inspiré, s’il n’a pas réussi à détruire ses Mois, sa Conscience n’est pas objective. Et SI SA CONSCIENCE N’EST PAS OBJECTIVE et malgré qu’il se sente toujours inspiré, IL N’ARRIVERA PAS POUR AUTANT À L’ILLUMINATION. Pour atteindre l’Illumination, il faut que les agrégats psychiques disparaissent de […] ce n’est qu’une fois disparus que surgit en nous l’INSPIRATION OBJECTIVE, authentique, qui nous conduit au degré le plus élevé de l’Intuition.

Il faut désintégrer les agrégats psychiques et ils ne pourront pas se désintégrer si on ne vit pas en état d’Alerte Perception, d’Alerte Nouveauté. Une autre question ?

D. Vénérable Maître, dans le travail psychologique, quel rôle joue la force du Troisième Logos ?

M. Eh bien, il y a une Trimurti très élevée qui est le Père, le Logos et l’Esprit Saint. Sans aucun doute, l’Esprit Saint est la force sexuelle. Cette force sexuelle se développe, croit et agit dans la Forge Ardente de Vulcain.

Si nous invoquons SHAKTI KUNDALINI précisément dans la forge des Cyclopes, ELLE NOUS ASSISTERA, RENFORCÉE PAR LE POUVOIR DU TROISIÈME LOGOS, c’est-à-dire de l’Esprit Saint et elle désintégrera très rapidement l’agrégat psychique qu’il nous intéresse de désintégrer. C’est ainsi que l’Esprit Saint Shiva ou le Troisième Logos (comme tu dis) remplit son rôle dans le travail de la désintégration.

D. Vénérable Maître, comment le grand Maître Ashiata Shiemash était-il arrivé à transformer les Impressions, car vous nous aviez dit que ce Maître n’était pas tombé ?

M. Ashiata Shiemash, le grand Avatar de Babylone, avait indiscutablement obtenu la désintégration totale de tous ses agrégats psychiques. Ainsi donc, il ne s’oubliait pas lui-même. D’instant en instant, de seconde en seconde, il « digérait » les impressions. Grâce à cela, il s’est converti en l’« AIMÉ ESSENTIEL ». C’est tout ! Une autre question ?

D. Maître, je voudrais savoir si le Rappel de soi-même deviendrait alors comme si on parvenait à un état tel que celui-ci provoque en nous la recherche, le désir profond de rencontrer notre Être et qu’on s’y maintienne durant les 24 heures de la journée pour qu’alors le monde mécanique ne nous fascine plus ?

M. Dans le Rappel de soi-même, de son propre Être, il est clair qu’EXISTE LA FORCE DU DÉSIR ARDENT (celui-ci s’exprime vivement à travers l’Intelligence Émotionnelle), cela nous permet donc de ne pas être… NOUS PERMET DE DIGÉRER les Impressions ; c’est tout. Une autre question ?

D. Vénérable Maître, Vous nous parlez de rendre la Personnalité passive pour que l’Essence devienne active, c’est-à-dire […]

M. La Personnalité va devenir passive à mesure que nous allons éliminer les AGRÉGATS PSYCHIQUES DES 96 LOIS ; il existe certains agrégats très lourds qui contrôlent indiscutablement la Fausse Personnalité.

Ces agrégats, qu’on dit des 96 Lois, sont la VANITÉ, l’ORGUEIL, l’ÉGOÏSME, la VIOLENCE, la COLÈRE, l’AMOUR-PROPRE, la JALOUSIE, l’AUTO-IMPORTANCE, l’INTOLÉRANCE, etc., si nous éliminons de tels agrégats psychiques, la Personnalité devient passive.

Indubitablement, la Personnalité à l’état passif est réceptive ; elle peut recevoir les messages de l’Être qui arrivent par les Centres Supérieurs. Ainsi, de cette manière, nous allons peu à peu apprendre à obéir aux ordres des parties supérieures de l’Être. Mais, il faut rendre la Personnalité passive par l’élimination des agrégats psychiques des 96 Lois.

D. Vénérable Maître, quel est le transformateur de l’Hydrogène 48 en Hydrogène 6 ?

M. LE TRANSFORMATEUR total de l’Hydrogène 48 en Hydrogène 24, 12 et 6 EST LA CONSCIENCE…

D. Une question : lorsqu’une Impression se transforme en Ego, parce qu’on est endormi, que se passe-t-il essentiellement dans le Cerveau, dans le transformateur principal ?

M. Eh bien, il est certain que CE N’EST PAS LE CERVEAU QUI TRANSFORME LES IMPRESSIONS. Le Cerveau n’a pas le pouvoir de transformer les Impressions ; il les laisse sans les transformer ; c’est pourquoi elles se convertissent en Mois, en agrégats psychiques. Seule la Conscience Superlative de l’Être peut transformer les Impressions. Mais, pour que la Conscience fonctionne, il est nécessaire de ne pas nous oublier nous-mêmes, ne pas oublier notre propre Être. Quelle question veut poser notre frère ?

D. Existe-t-il un organe spécial pour que l’Impression se transforme en Moi quelque part dans notre organisme ? Par exemple, si on observe une femme et que cette Impression se transforme en un nouveau Moi de luxure, dans quelle partie de notre organisme cette transformation se produit-elle ?

M. Tu sais très bien, en tant que médecin, que l’épine dorsale, dans les vertèbres du coccyx […] se termine, à la fin, par une espèce de « petite queue » (on l’appelle aussi en langage populaire « queue de cheval »).

D. « Queue de cheval »…

M. « Queue de cheval »… Ce petit morceau d’os est un résidu de l’abominable Organe Kundartigateur.

Dans le passé, l’humanité possédait l’Organe Kundartigateur complètement développé. Alors, tous les êtres humains, nous le portions… ils le portaient… nous le portions… (Pourquoi serais-je une exception ici, n’est-ce pas ?).

D. [Rires]…

M. Nous portions la fameuse queue qu’ont aujourd’hui les simiens, les gorilles, les singes. Cette queue ou Kundartigateur a donc aussi le pouvoir de transformer les Impressions en de nouveaux « Mois ». Malheureusement, ce fut à cause de cet abominable organe que toutes les Impressions existantes se transformèrent pour devenir les multiples agrégats psychiques qui surgirent à l’existence. Dès lors, la Conscience est restée embouteillée dans de tels agrégats.

Bon, cet organe a disparu grâce à l’activité fébrile de l’Archi-Séraphin Archange Loïsos (Grand Ingénieur Cosmique) ; mais il y eut un résidu qui est resté ici et c’est la « QUEUE DE CHEVAL ». Ce résidu A ENCORE LE POUVOIR DE TRANSFORMER LES IMPRESSIONS EN MOIS, en nouveaux Mois.

Ce fragment osseux peut convertir n’importe quelle impression, aussi insignifiante soit-elle, en de nouveaux « Mois », en de nouveaux agrégats psychiques. C’est tout.

D. Maître, à quoi est-ce dû que ce soit l’homme qui s’intéresse le plus à la Mort Psychologique et non la femme ?

M. Eh bien, cette question est un peu erronée, au fond…

D. Non, Maître, c’est que dans ma relation avec les dames et dans ma relation avec les hommes, j’ai pu constater que c’est toujours l’homme qui prend l’initiative par rapport à la Mort Psychologique et qu’il désire mourir avec plus de ferveur et pas elle.

M. Alors, je vais te dire une grande vérité : la question est un peu erronée, parce que je connais dans le Mouvement Gnostique, CERTAINES DAMES qui SONT VRAIMENT INTÉRESSÉES par le fait de « MOURIR », parce qu’elles se sont adonnées pendant la totalité de leur existence au processus de la désintégration de l’Ego.

Ainsi, ce ne sont donc pas toutes les femmes qui sont comme ça. Qu’il y ait beaucoup de femmes qui ne soient pas intéressées à éliminer l’Ego, je ne le nie pas ; mais cela ne veut pas dire que ce soit toutes les femmes.

Il existe aussi beaucoup d’hommes qui, en écoutant ce Corps de Doctrine, sont intéressés par la désintégration de l’Ego. Cependant, il y a aussi beaucoup d’hommes qui n’ont pas le moindre [intérêt…] qui existe pour la dissolution de l’Ego.

Nous avons beaucoup d’étudiants vivant dans différents pays d’Amérique du Sud qui ne se préoccupent pas le moins du monde de la désintégration de l’Ego, qui ne s’intéressent qu’au développement des chakras, aux initiations, aux grades, aux pouvoirs, mais qui n’ont jamais pensé à désintégrer l’Ego, bien qu’ils aient étudié mon livre intitulé « La Psychologie Révolutionnaire ».

C’est avec une profonde douleur que je dois vous dire que parmi toute la correspondance que je reçois – et j’en reçois pas mal – je n’ai pas lu […]