Catégorie: À propos de Nous

A travers l’histoire des religions et des traditions mystiques, la disponibilité continue des enseignements spirituels a été rendue possible grâce au soutien de la congrégation. Que ce soit par un soutien financier ou par la fourniture de biens et de services, toutes les traditions ont compté sur la communauté pour leur croissance.

En Occident, ce soutien a été connu sous le nom de dîme. Le mot tithe (dîme) vient du vieux Anglais teogoþa, qui signifie « dixième ». Les traditions Juive et Chrétienne pratiquent toutes deux le ma’aser kesafim, reversant 10% de leurs revenus à la charité. Le Bouddha a enseigné que la première des vertus est la générosité. Dans toutes les traditions Asiatiques, les fidèles considèrent que le soutien de leur famille spirituelle est la plus importante de leurs responsabilités. Ainsi, même les plus pauvres offrent toujours quelque chose en retour pour les enseignements qu’ils reçoivent. Dans la tradition Gnostique, nous savons que la dîme n’est qu’un reflet spirituel de la loi de l’alimentation réciproque.

« Sous son aspect exotérique ou public, l’obligation de la dîme… est l’obligation universelle imposée à tous les frères et sœurs du chemin de contribuer loyalement une partie de leur revenu (qui ne doit pas être inférieur à la dîme) de manière libre et approprié, selon ce que les frères et sœurs jugent le plus opportun et efficace pour soutenir la cause de la vérité et de la justice…

« Dans son aspect ésotérique ou secret, la dîme symbolise l’échelle des paiements dans la sphère de Neptune… Il est indubitable que nous avons assassiné le Dieu Mercure, Chiram, et il n’est pas possible de le ressusciter en nous-mêmes sans avoir au préalable payé ce crime abject…

« La dîme est donc un complément pratique et nécessaire du principe dynamique qui émane de l’étude approfondie du dixième commandement…

«Seuls le service désintéressé, la Chasteté et la sainteté nous mènent aux sommets ineffables…

« Je connais beaucoup de frères spiritualistes, bons et vertueux, qui luttent pour leur perfection. Je connais beaucoup de frères qui se battent indescriptiblement pour corriger leurs défauts et se purifier. Mais, ils ne se souviennent pas des autres… Ils se sentent seuls, ils se battent pour leur propre progrès spirituel et leur développement personnel. Cependant, ils ne se souviennent pas qu’ils ont des frères et des sœurs et que nous sommes tous enfants de la même mère. Leur spiritualité est une spiritualité égoïste. Par conséquent, les Maîtres ne leur doivent rien. Il n’y a rien à les payer car rien ne leur est dû. Ils n’assistent personne. Ils ne se sacrifient pas pour qui que ce soit, ils ne se battent pas non plus pour la spiritualité.

« Chaque initiation est un paiement qui doit être versé à l’être humain. Mais, si rien n’est dû à l’être humain, rien ne lui est donné…

« Nous ne pouvons nous élever au sommet de la lumière que sur les pas de l’amour et du sacrifice. Nous devons accomplir beaucoup de bonnes actions pour l’amour de l’humanité. C’est ainsi que nous réglons nos dettes. – Samael Aun Weor

Glorian Publishing s’appuie sur les dons pour démontrer le fondement charitable de notre travail. En outre, cela offre un autre avantage essentiel: cela vous donne un moyen de participer au service de l’humanité.

« Le donateur ne va pas sans récompense. » – Bouddha Shakyamouni, Janussonin Sutta

« Et [Jésus] s’assit en face du trésor [du Temple] et regarda la multitude mettre de l’argent dans le trésor. Beaucoup de riches investissent des sommes importantes. Et une pauvre veuve vint et mit deux pièces de cuivre qui font un sou. Et il appela ses disciples et leur dit: « En vérité, je vous le dis, cette pauvre veuve a investi plus que tous ceux qui contribuent au trésor. Car ils ont tous contribué par leur abondance, mais elle dans sa pauvreté a mis tout ce qu’elle avait, toute sa vie. » – Marc 12: 41-44

« Un cadeau du Dharma dépasse tous les cadeaux. » – Bouddha Shakyamuni, Dhammapada

Contacter Glorian Publishing
Catégories : À propos de Nous