Au-delà du Mental

self-portrait-with-masks-1899
James Ensor, Auto-Portrait avec masques (1899)

Nous devons aller au-delà du mental. Évidemment, avec tout ce que nous avons entendu des frères et sœurs, nous nous trouvons certainement dans un état regrettable, comme de véritables machines, soumises à des lois externes et internes, à des forces d’action et de réaction, etc.

Évidemment, l’animal intellectuel appelé erronément «humain» n’a pas de mental individuel. En fait, l’homoncule rationnel a beaucoup de mentals.

Nous avons dit, et il est vrai (et tout ésotériste avancé peut le vérifier par lui-même) que l’ego n’a pas d’individualité. Le moi, en lui-même, est une somme d’agrégats psychiques (comme indiqué par le Bouddhisme ésotérique). Chacun des agrégats qui incarnent le «moi-même», le «soi-même», l’ego, l’obstiné, est une entité, un «Moi» qui a lui-même son propre mental. Par conséquent, chaque «Moi» de ceux qui incarnent le soi-disant «ego» a sa propre mentalité, ses propres critères, ses propres idées, croyances, émotions, passions, volitions, etc., etc., etc.

Ainsi, ces petits mois querelleurs et criards, qui forment tout à fait l’ego psychologique ou le moi-moi, se disputent entre eux la suprématie: chacun d’eux veut contrôler les centres capitaux de la machine organique. Quand l’un d’eux parvient, un instant, à dominer la situation et à contrôler l’organisme humain dans son ensemble, il se sent unique, le maître, le seigneur; et ose même promettre quelques compromis: un homme jure l’amour éternel à une femme, mais plus tard, quand cet ego ou «Moi» est déplacé par un autre «Moi» qui n’a rien à voir avec le serment du précédent, la maison de les cartes tombent au sol et la femme est déçue… D’autres fois, une de ces nombreuses personnes devient enthousiaste pour la Gnose et jure ainsi loyauté devant l’autel, mais quand ce «Moi» est remplacé par un autre «Moi» qui n’a rien à faire avec le serment Gnostique donné, alors ce frère ou cette sœur se retire, laissant la congrégation se demander et confus…

Nous sommes pleins de contradictions intimes et psychologiques. Si nous pouvions voir la pleine réflexion de nous-mêmes dans un miroir, tout comme nous le sommes vraiment, nous aurions alors honte de nous-mêmes.

Nous savons que nous sommes pleins de contradictions, nous ne l’ignorons pas, mais nous jonglons toujours, nous faisons des multitâches, nous cherchons des ajustements, nous trouvons des justifications, comme si «la fin justifie les moyens». Ainsi, nous nous leurrons, fondamentalement, avec le but évident de nous éviter, de ne pas voir la crue réalité de nos contradictions, puisque nous ne voulons en aucune façon savoir que nous sommes cliniquement fous. Nous devons comprendre tout cela en profondeur.

Nous ne possédons pas un mental individuel, un Corps Mental. Néanmoins, M. Leadbeater, Annie Besant, Blavatsky, etc., nous ont parlé du «Manas Inférieurs» de la Théosophie, du Corps Mental concret, etc. Nous nous demandons donc: comment se fait-il que les clairvoyants comme Max Heindel, Arthur Powell, M. Leadbeater, Annie Besant, se sont trompés? Peut-être, avec leur «sixième sens», ils n’ont pas mesuré le Corps Mental? Par exemple, M. Leadbeater n’a-t-il pas étudié les «sept sous-plans du monde mental»? Alors, pourquoi ont-ils commis une erreur, mesdames et messieurs? Ou voulons-nous désavouer ou disqualifier des chercheurs ésotériques ou pseudo-ésotéristes? Et s’ils sont clairvoyants, pourquoi ont-ils eu tort? Chacune de ces questions est énigmatique. Cependant, je vous invite à réfléchir…

Il ne suffit pas d’avoir exclusivement la faculté de clairvoyance, nous avons aussi besoin de recevoir l’initiation. Que certains d’entre eux aient eu des «initiations» est quelque chose que nous ne pouvons pas nier. Mais, il est également évident qu’ils manquaient d’autre chose: ils manquaient de connaissance correspondant aux écoles les plus avancées de l’Orient et de l’Occident du monde. S’ils avaient possédé certaines clés approfondies, ils auraient sans doute pu démontrer que ce qu’ils voyaient comme un Corps Mental, ayant une couleur jaune pénétrant le système nerveux central, etc., n’était pas un mental individuel, mais une conjonction de mentals. avec une intégration apparente. S’ils avaient développé en profondeur le chakra Sahasrara ou centre de polyvoyance, ils auraient pu vérifier que ce qui semblait être intégral n’était dans la profondeur que plusieurs, c’est-à-dire la façade d’une unité apparente dont les profondeurs sont une diversité variée: Autrement dit, pas un «mental» mais des «mentals».

Mais, je ne veux pas dire qu’ils (M. Leadbeater ou Blavatsky) n’avaient pas développé le chakra Sahasrara. Ce que je veux dire, c’est qu’ils n’avaient pas plus de degrés de développement de cette faculté. Et ce que je dis n’est pas dans l’intention de les critiquer, mais seulement pour clarifier. Je pourrais difficilement critiquer ceux qui se battaient aussi pour l’humanité, ceux qui avaient certainement l’intention d’enseigner. Ils ont préparé le terrain pour une éducation supérieure. Ils ont ouvert la voie pour que les enseignements que nous donnons maintenant puissent venir. Je ne dénonce donc aucunement les chercheurs Théosophes ou Rosicruciens; Je veux seulement développer les concepts, car ils sont dignes de respect et de vénération.

Un mental individuel est seulement possédé par ceux qui l’ont créé.

Et, il n’est pas possible de le fabriquer avec des théories, car il n’est pas possible pour un organisme – c’est-à-dire le corps physique – de naître ou de se former avec des théories. De la même manière que le corps physique est créé, nous devons également créer un mental individuel. Cela est seulement possible à travers la transmutation intelligente de l’Hydrogène Sexuel Si-12, seulement de cette façon, nous pouvons façonner le Corps Mental individuel particulier.

Et, seuls ceux qui ont le mental individuel sont correctement préparés pour la connaissance objective supérieure.

Je ne veux pas déifier le mental non plus. Je veux juste dire qu’il est nécessaire d’individualiser le mental pour le transcender.

Les mots homme, mental et beaucoup d’autres termes en Français dérivent de «manu» (Sanskrit): c’est quelqu’un qui a le «mental».

Mais je me demande si ceux qui sont ici présents ont un mental individuel… Je vois seulement que vous avez un tas de «mentals», mais pas de mental individuel; en d’autres termes, vous avez atteint le niveau d’animal rationnel ou d’homoncules intellectif, mais pas la stature d’un être humain, puisque c’est différent.

Maintenant, le mental n’est pas le dernier mot. Mais il est important de savoir que nous sommes pleins de contradictions, car nous ne possédons pas un mental individuel…

Qu’il est nécessaire de le transcender? C’est vrai. Que cela ne peut nous conduire à l’illumination? C’est vrai. Mais c’est un instrument de manifestation (de toute façon), dans le monde des causes.

Ce qui est réel est ce qui est au-delà du mental; c’est évident. Mais par-dessus tout, il est nécessaire de l’avoir, puis de le transcender. Nous ne pouvons pas escalader la dernière marche sans avoir fait les premiers pas.

L’homuncule intellectif, je le répète, est plein des contradictions les plus diverses. Aujourd’hui, il pense une chose, demain une autre, parce que l’ego est variable. Le «moi-même» est un «groupe», une «légion».

Si nous aspirons vraiment à la réalisation intérieure du Soi, de l’Être, alors il est cardinal et indispensable de prendre conscience de nos erreurs. Cependant, cette question de devenir conscient de nos propres erreurs n’est pas si facile.

Dans certains cas, nous avons passé de nombreuses années à lutter pour acquérir une certaine connaissance de la vérité.

Chacun d’entre nous sait que 2 + 2 = 4, mais j’aimerais savoir si parmi ceux qui sont présents, il y a quelqu’un qui conscience de cette vérité. Depuis l’enfance on nous a enseigné que 2 + 2 = 4, mais s’il y a un frère ou une sœur ici présent qui peut me dire qu’il est conscient de cette vérité mathématique, je voudrais qu’il ou elle se tienne ici «entre les colonnes» afin qu’ils puissent en témoigner… [silence]

Il n’y a personne qui puisse donner un tel témoignage, parce que c’est une vérité très profonde!

Pour expérimenter le Premier Logos, le Second, le Troisième Logos… Le Soleil Central qui existe dans cette Grande Divinité… Nous devons l’expérimenter, le vivre, l’expérimenter! Qui d’entre vous l’a fait? Qui a connu le mystérieux Tetragrammaton [יהוה]? Je pense qu’un seul comme Simeon Ben Jochai, auteur du «Livre des Splendeurs» [Zohar], aurait pu se donner un tel luxe…

En tout cas, nous devons devenir conscients de nos défauts.

Devi Kundalini Shakti peut les éliminer, en effet. Elle a ce pouvoir. Mais, il est nécessaire de prendre conscience de ce que nous voulons qu’elle élimine.

Par exemple, frères et sœurs, imaginez que cette coupe est un «Moi». Si l’Essence est dans ce «Moi», alors nous devrions d’abord libérer cette Essence, la retirer, de sorte que le «Moi» soit alors vide, et peut être jeté dans l’abîme par notre Mère Divine. Parce que si elle jette le «Moi» avec l’Essence toujours à l’intérieur de lui, elle jettera notre Conscience dans l’abîme; ainsi, au lieu de faire du bien pour nous, elle ferait du mal pour nous.

Alors, comment pouvons-nous libérer cette Essence, cette Conscience qui est coincée dans ce «Moi»? Seulement à travers la Méditation intérieure profonde: c’est seulement en devenant conscient de cette erreur.

Une fois que nous avons acquis la conscience d’un défaut spécifique, du défaut où notre Conscience est coincée – comme ce «Moi» de mon exemple – alors la Mère Divine peut se permettre le luxe de l’éliminer, de jeter la coquille à la falaise (puisqu’elle est déjà une coquille vide qui ne vaut rien).

Le plus difficile est de devenir conscient de nos erreurs. Cela semble être facile, mais comme c’est dur dans les profondeurs! Comme c’est laborieux!…

Reconnaître les lois est vital. Ils existent, mais nous devons les clarifier en nous-mêmes.

La répétition d’un phénomène nous permet de reconnaître une loi. C’est comme ça dans tout! Si en nous le même phénomène psychologique est toujours répété, alors nous pouvons percevoir une loi. Une fois que l’on connaît cette loi, nous devons agir en conséquence. C’est clair!

Nous devons donc apprendre à connaître beaucoup de lois qui sont dans tout, connaître et agir en accord avec elles…

Dans la vie, il y a trois types d’action.

Premièrement les actions qui sont le résultat d’accidents, ou tout simplement, elles correspondent à la loi des accidents.

Deuxièmement les actions qui sont le résultat du karma.

Troisièmement les actions effectuées par la volonté consciente; celles-ci sont vraiment caractéristiques des initiés, des maîtres, de ceux qui ont déjà une volonté individuelle et consciente [Tiphereth].

Incontestablement, nous ne pouvons pas tout reprocher au karma. Comme je le dis, il y a la loi des accidents. Si nous ne faisons pas attention, par exemple, une voiture pourrait finir par nous écraser dans la rue, et ce n’est pas le résultat du karma. Si nous consommons trop de nourriture, comme cela n’est pas indiqué, nous pouvons évidemment tomber malades et le karma n’est pas responsable de cela. Si nous prenons des boissons et nous nous enivrons, le karma n’en est pas responsable, mais nous-mêmes, qui nous sommes dévoués à boire. Si nous blessons les autres, ils peuvent nous blesser; si nous insultons les autres, eh bien, ils peuvent aussi nous insulter. Alors, mes chers frères et sœurs, faisons la distinction entre la loi des accidents et la loi du karma.

Il y a des actions de karma. Sans aucun doute, le karma régule nos vies. Mais nous ne devons jamais protester contre le karma. Il y a des choses que nous voulons être d’une certaine manière, puisqu’elles ne le sont pas comme nous le souhaiterions. Ensuite, nous protestons contre le karma, au lieu de remercier le karma.

En fait, le karma est un médicament, mes chers frères et sœurs. Un médicament extraordinaire! Un médicament avec lequel ils veulent nous guérir. Alors pourquoi protestons-nous contre ce médicament? Fou est le patient qui proteste contre le remède qui lui est donné. Si ce remède est amené à nous guérir, pourquoi protestons-nous contre le remède?

«Voici, béni est l’homme que Dieu corrige: donc ne méprisez pas le châtiment du Tout-Puissant.» – Job 5:17

Évidemment, le Créateur veut nous guérir, et son médicament s’appelle «karma». Mais, quand nous n’avons aucun remède, quand le médicament ne nous aide plus, quand nous sommes devenus si cyniques que même le karma ne peut vraiment nous guérir, évidemment nous devons alors entrer dans l’involution submergée dans les mondes infernaux, où nous conclurons avec la Seconde Mort (comme il est écrit dans les Évangiles): là où il est clair, l’annihilation de l’ego se produit, l’Essence est autre chose, elle s’échappe de l’abîme pour commencer un nouveau voyage évolutif.

Par conséquent, le cynisme est le dernier mot des perdus. Le cynique pour qui le médicament n’est plus efficace est un cas perdu… Évidemment, ils ne peuvent plus exister; ils sont venus à leur destruction finale, et personne ne peut les arrêter; leur involution est terriblement précipitée vers le centre de gravité de la Terre, où ils se transforment en poussière…

Mais pendant que le médicament, le karma, peut encore nous corriger, il y a des possibilités.

Ce que nous devons faire est de coopérer avec l’inévitable; c’est évident! Néanmoins, nous protestons toujours, nous n’aimons pas coopérer. Ce karma est douloureux? Oui, il l’est! Mais il est inutile de protester; il vaut mieux coopérer avec cette douleur et en profiter…

C’est dans la difficulté apparente que les meilleures opportunités sont trouvées. Nous dirions, nous devons profiter des adversités les plus graves. Nous devons apprendre à extraire le meilleur du karma, et au lieu de protester contre l’amertume, nous devons nous agenouiller devant le Père qui, même avec son remède douloureux, nous guérit, en essayant d’éliminer nos erreurs, pour notre bien.. Donc, c’est comme ça!

Il y a tellement de situations difficiles… si embarrassantes, où nous ne voyons pas de sortie, une sortie. Nous aimerions échapper vers un monde meilleur, nous aimerions changer de décor, aller dans une autre dimension, être situé ailleurs et avec d’autres personnes, mais tout cela est absurde! C’est comme le patient qui veut s’échapper de la clinique où ils le guérissent, ou comme l’enfant stupide qui quitte l’école ou qui proteste contre les enseignants.

Dans la profondeur, certainement nous sommes parfois un peu terne dans la compréhension. Quand les choses deviennent difficiles, nous devons intensifier notre état d’alerte perception, d’alerte nouveauté et extraire le meilleur de ces difficultés, apprendre consciemment d’elles ce qu’ils veulent nous enseigner.

Par conséquent, mes chers frères et sœurs: ne protestez pas, mais apprenez! Ne cherchez pas des évasions, mais comprenez! Ne vous échappez pas, mais comprenez!

C’est le chemin droit. Il émerge du labyrinthe complexe du karma – en effet, il en émerge! Et il nous conduit, c’est clair, où il faut…

Nous sommes ici, et pour une raison; cela est évident!

Les gens se souviennent de Dieu quand ils sont dans une grande amertume, mais le méprise quand ils vont bien, quand ils manquent de nourriture, de vêtements ou d’abris, quand ils jouissent de leurs lits de plaisir, ou dans l’orgie, ou quand ils lèvent le verre de bon vin.