Analyse du Mental

Photograph-the-Moon
La Lune

Nous sommes réunis ce soir pour vraiment comprendre nos mentals. Il est clair que vos mentals est présent ici pour écouter le mien, et je suis ici pour vous parler. Cependant, nous avons besoin de notre Conscience pour être en vraie communion avec le but d’enquêter, d’investiguer, de chercher, pour connaître le chemin nous-mêmes, avec l’objectif évident d’atteindre l’orientation sur l’auto-réalisation intérieure de notre Être…

Savoir écouter est très difficile. Savoir parler est plus facile. Il arrive que lorsque nous écoutons, il soit nécessaire d’être ouvert au nouveau, avec un mental spontané, un mental libre de préconceptions, de préjugés, etc. Cependant, il arrive que notre mental, l’ego, le moi, le moi-même, ne sait pas comment écouter, puisqu’il traduit tout en fonction de ses préjugés. Il interprète tout en fonction de ce qu’il a stocké dans le centre formatif.

Quel est le centre formatif? C’est la mémoire. Pourquoi est-ce appelé centre formatif? C’est parce qu’en lui est traitée la formation intellectuelle des concepts. Ayant compris cela, il devient urgent d’apprendre à écouter avec un nouvel mental, et ne pas répéter avec ce que nous avons déjà stocké dans notre mémoire.

Après ce préambule, nous essaierons de nous mettre d’accord sur des concepts, des idées, etc…

Tout d’abord, il est urgent de savoir si l’intellect lui-même peut nous conduire à l’expérience de la réalité. Il y a des intellects brillants, nous ne pouvons pas le nier, mais ils n’ont jamais expérimenté ce qu’est la vérité.

Il est bon de savoir qu’il y a trois mental à l’intérieur de nous, à savoir, le mental sensuel, le mental intermédiaire et le mental intérieur.

1. Le mental sensuel développe ses concepts basiques à partir des données fournies par les cinq sens, et ces concepts basiques soutiennent son raisonnement.

2. Le mental intermédiaire est basé sur toutes sortes de croyances, et ne peut pas aller au-delà de ses canons.

3. Le mental intérieur est un raisonnement objectif. Ceux qui ont gravi les marches de l’inspiration et de l’intuition ont sans aucun doute ouvert les merveilleuses portes du mental intérieur. L’intuition s’exprime à travers le mental intérieur, ce qui signifie que la personne perçoit et exprime la Conscience superlative de son propre Être intérieur profond.

Maintenant, pensons un peu à cet mental sensuel que nous utilisons tous les jours. Il ne fait aucun doute qu’il développe ses concepts basiques avec les données fournies par les cinq sens, et ces concepts basiques soutiennent son raisonnement.

En observant les choses sous cet angle, il est évident que le raisonnement subjectif ou sensuel a pour fondement les perceptions sensorielles externes. Si le seul ressort de son fonctionnalisme repose exclusivement sur les données fournies par les cinq sens, il n’aura sans doute pas accès à quelque chose qui échappe au cercle vicieux des perceptions sensorielles externes; c’est évident. Le mental sensuel ne peut pas connaître la réalité concernant les mystères de la vie et de la mort, concernant la vérité sur Dieu, etc. D’où le mental sensuel pourrait-il prendre cette information si sa seule source de nourriture est les données fournies par les cinq sens? Évidemment, l’intellect n’a pas les moyens de connaître la réalité…

En ce moment, quelque chose de très intéressant me vient à l’esprit. Il y avait une fois un grand congrès à Babylone à l’époque des splendeurs Égyptiennes. Ce congrès a été suivi par des personnes d’Assyrie, d’Égypte, de Phénicie, etc. Il est clair que le thème était intriguant: basé sur des discussions analytiques purement sensorielles, ils voulaient savoir si l’être humain a une âme ou pas. Évidemment, à ce moment-là, ce débat était basé sur leurs cinq sens, puisqu’ils étaient déjà substantiellement dégénérés; c’est seulement de cette manière que nous pouvons expliquer pourquoi ces personnes ont choisi ce thème comme raison de leur congrès. D’autres fois, un congrès comme celui-là aurait été ridicule. Par exemple, les Lémuriens n’auraient jamais eu l’idée de mener un tel congrès, puisque les gens du continent Mu pouvaient se détacher de leur corps humain en tant qu’âmes et découvrir si leurs physicalités avaient une âme ou non, et ils l’ont fait avec une facilité surprenante car leurs âmes ne sont pas en permanence piégées dans leurs corps physiques comme les nôtres. L’idée d’un tel thème ne pouvait donc provenir que d’une humanité déjà involutive, décadente et dégénérée…

Dans ce congrès il y avait beaucoup de discussions pour et contre l’âme. Finalement, un grand sage Assyrien (qui avait été éduqué en Égypte et était entré dans les mystères) monta à la tribune de l’éloquence et dit d’une voix très forte: «Le raisonnement ne peut rien savoir de la vérité, de la réalité, de l’immortalité, au sujet de l’âme. La raison peut être utile pour défendre une théorie spiritualiste ou matérialiste. La raison pourrait élaborer une thèse spiritualiste avec une formidable logique, et aussi par opposition créer une thèse matérialiste avec une logique similaire. Donc, ainsi, le raisonnement subjectif et sensuel nourri des données produites par les cinq sens soutient une diversité de mentals. Il peut créer une thèse spiritualiste ou matérialiste; par conséquent, le raisonnement sensuel n’est pas quelque chose sur lequel nous pouvons compter. Mais, il y a un sens différent, qui est le sens instinctif qui perçoit les vérités cosmiques; c’est une faculté de l’Être. Le raisonnement subjectif par lui-même ne peut vraiment nous donner aucune donnée au sujet de la vérité, au sujet de la réalité; le raisonnement sensoriel ne peut donc pas percevoir les mystères de la vie et de la mort.» C’est ainsi que le sage parla, et dit à la foule: «Vous me connaissez tous, j’ai du prestige parmi vous et vous savez très bien que je viens d’Égypte. Vous n’ignorez pas que j’ai consacré toute ma vie à étudier. Cependant, mon mental sensuel ne peut pas fournir des données au sujet de la réalité.» Puis il conclut en disant: «Vous ne pouvez rien savoir au sujet de la vérité, de l’âme ou de l’Esprit avec votre raisonnement, car le mental rationnel ne peut rien savoir au sujet de ces choses.

Bien, voilà comment cet homme a parlé avec une grande éloquence, et par la suite il se retira, il s’éloigna de toute scolasticisme. Il préféra abandonner le raisonnement subjectif et développer en lui-même la faculté précitée connue sous le nom de sens instinctif qui perçoit les vérités cosmiques, une faculté que l’humanité avait en général autrefois, mais qui s’est atrophiée en tant que «Moi» psychologique, le moi-même, le mental sensuel auto-développé.

Il est dit que ce grand sage Assyrien, éduqué en Égypte, s’est détaché de toute école et est allé cultiver la terre et se fier exclusivement à cette prodigieuse faculté de l’Être connue sous le nom de sens instinctif qui perçoit les vérités cosmiques.

Cependant, examinons un peu plus loin. Il y a un mental qui diffère du mental sensuel. Je parle avec emphase du mental intermédiaire. Dans le mental intermédiaire, nous trouvons tous les types de croyances religieuses. De toute évidence, les données apportées par toutes les religions ont leur dernier voyage dans le mental intermédiaire.

Maintenant, le mental intérieur est quelque chose que nous devons différencier et clarifier. Le mental intérieur en lui-même et par lui-même, travaille exclusivement avec les données fournies par la Conscience superlative de l’Être. Le mental intérieur ne pourrait jamais fonctionner sans les données fournies par la Conscience intérieure de notre Être. Voilà les trois mental!

Toutes les théories et concepts des mentals sensuels sont connus dans l’Évangile Chrétienne comme le «levain des Sadducéens». Jésus-Christ nous avertit en disant:

«Prenez garde et méfiez-vous du levain des Sadducéens…»

…c’est-à-dire, prenez garde et faites attention aux doctrines matérialistes et athées comme la dialectique Marxiste. Ces sortes de doctrines correspondent exactement à la doctrine des Sadducéens que nous a dit le Christ.

Cependant, le Seigneur de Perfection nous met aussi en garde contre «la doctrine des Pharisiens». Cette doctrine des Pharisiens correspond au mental intermédiaire… Qui sont les «Pharisiens»? Ceux qui fréquentent leurs temples, leurs écoles ou religions ou sectes, etc., pour que tout le monde puisse les voir, ils sont les auditeurs de la parole, mais non les faiseurs de la parole en eux-mêmes.

«Mettez en pratique la parole, et ne vous bornez pas à l’écouter, en vous trompant vous-mêmes par de faux raisonnements. Car, si quelqu’un écoute la parole et ne la met pas en pratique, il est semblable à un homme qui regarde dans un miroir son visage naturel, et qui, après s’être regardé, s’en va, et oublie aussitôt qui il était.» – Jacques 1: 22-24

Donc, les Pharisiens assistent seulement à leur rassemblement pour que tout le monde puisse les voir, mais ils n’appliquent jamais la parole à eux-mêmes, et c’est très grave. De telles personnes se contentent de simples croyances. Ils ne sont pas intéressés par la transformation intime. À cette fin, ils perdent leur temps et échouent misérablement…

Donc, prenons garde et faisons attention au levain des Sadducéens et aux doctrines des Pharisiens, et considérons comment ouvrir le mental intérieur. Comment pouvons-nous l’ouvrir? Nous l’ouvrons en sachant penser psychologiquement.

La Gnose nous enseigne des techniques pour apprendre à penser psychologiquement. Si nous apprenons à penser psychologiquement, nous réussirons enfin à ouvrir le mental intérieur.

Le mental intérieur, je le répète, travaille avec les données accordées par la Conscience superlative de l’Être. Alors, grâce à cela, le mental intérieur expérimente la vérité des divers phénomènes de la nature. Par exemple, avec le mental intérieur ouvert, nous pouvons parler de la loi du karma non de ce que les autres disent ou ne disent pas, mais de l’expérience directe. Aussi, avec le mental intérieur ouvert, nous devenons suffisamment préparés pour discuter de la réincarnation, ou de la loi du retour éternel de toutes choses, ou de la loi de la transmigration des âmes, etc., mais encore une fois, je répète, plus basé sur ce que nous avons lu ou ce que nous avons entendu de quelques auteurs, mais sur ce que nous expérimentons d’une manière réelle, directe; c’est évident…

Emmanuel Kant, le philosophe de Königsberg, fait une distinction claire entre «La Critique du raisonnement pratique» et «Critique du raisonnement pur.» Il ne fait aucun doute que le raisonnement subjectif rationaliste ne peut jamais nous donner quelque chose qui n’appartient pas au monde des cinq sens: l’intellect, par lui-même, est rationaliste et subjectif…

Si une personne sensorielle, intellectuelle, entend parler d’un sujet sur la réincarnation ou le karma, elle demandera des preuves, des démonstrations, comme si les vérités qui peuvent être perçues seulement par le mental intérieur pouvaient être démontrées au mental sensualiste. Exiger des preuves sur ce qui est au-delà du monde sensoriel externe équivaut à demander à un bactériologiste d’étudier des microbes avec un télescope, ou d’exiger à un astronome d’étudier l’astronomie au microscope… Ils exigent des preuves, mais ces preuves ne peuvent être données au raisonnement subjectif, parce que le raisonnement subjectif ou sensualiste n’a rien à voir avec ce qui n’appartient pas au monde des cinq sens. Et des thèmes tels que la réincarnation, le karma, la vie post-mortem, etc., sont en fait exclusifs au mental intérieur, jamais au mental sensuel.

La réincarnation, le karma, la vie après la mort, etc., peuvent être démontrés au mental intérieur, mais tout d’abord, il exige des candidats à cette démonstration d’avoir ouvert leur mental intérieur. Ainsi, s’ils ne l’ont pas encore ouvert, comment pouvons-nous faire une telle démonstration? Évidemment, ce serait impossible, n’est-ce pas?

Ayant compris cela clairement, il nous est maintenant commode d’approfondir un peu le sujet des facultés. Comprenez que l’intellect en lui-même est l’une des facultés les plus grossières dans les niveaux de l’Être. Si nous voulons tout comprendre avec l’intellect, alors nous n’atteindrons jamais l’appréhension des vérités cosmiques.

Indubitablement, au-delà de l’intellect, il y a une autre faculté cognitive; Je veux maintenant parler avec emphase de l’imagination.

Beaucoup sont ceux qui ont sous-estimé cette faculté; certains l’appellent même de façon méprisante avec le titre de «le fou de la maison», un titre injuste, car sans imagination, nous n’aurions pas enregistré cette conférence, la voiture n’existerait pas, il n’y aurait pas non plus de trains, etc. Le sage qui veut faire une invention doit d’abord l’imaginer, puis faire un dessin de son invention sur papier. L’architecte qui veut construire une maison doit l’avoir d’abord imaginé, et ensuite en faire des plans sur des feuilles de papier. L’imagination a donc permis la création de toute invention, l’imagination n’est donc pas à dédaigner…

Qu’il y a plusieurs types d’imagination, nous ne pouvons pas le nier.

Le premier type que nous pouvons dénommer est l’imagination mécanique; ce type d’imagination est aussi appelé fantaisie. Évidemment, il est constitué par les bribes de mémoire. Il est inutile et même nuisible.

Mais, en effet, il y a un autre type d’imagination: c’est l’imagination intentionnelle, c’est-à-dire l’imagination consciente. Évidemment, lorsque ce type d’imagination est magnifiquement développé, elle peut nous donner accès à l’ultra de toutes choses.

La nature elle-même a de l’imagination, c’est évident. Si ce n’était par l’imagination, toutes les créatures de la Nature seraient aveugles, mais grâce à cette faculté puissante, il y a perception. Les images perceptives sont formées dans le centre perceptif du cerveau ou dans le centre perceptif des sensations, et c’est ainsi que nous pouvons percevoir.

L’imagination créatrice de la Nature a donné naissance aux formes multiples de tout ce qui est, de tout ce qui a été et de tout ce qui sera…

Dans les époques Hyperboréennes ou Pré-Lémuriennes, l’intellect n’était pas utilisé, mais l’imagination. À l’époque, l’être humain était innocent, et le merveilleux spectacle du cosmos se reflétait sur leur imagination comme dans un lac cristallin. C’était un autre type d’humanité. Aujourd’hui, il est douloureux de voir combien de personnes ont déjà perdu le pouvoir de l’imagination. En d’autres termes, l’humanité a terriblement dégénéré cette précieuse faculté.

Il est possible de développer l’imagination, et son développement nous conduira au-delà du mental sensuel; cela nous apprendrait à penser psychologiquement. Nous avons déjà dit, et nous le répétons, seule la pensée psychologique pourrait ouvrir les portes du mental intérieur. Ainsi, si nous développons l’imagination, nous pouvons apprendre à penser psychologiquement…

L’imagination, l’inspiration et l’intuition sont les trois étapes obligatoires de l’initiation. Mais si nous nous laissons enfermés exclusivement dans le fonctionnalisme physique et sensoriel de l’appareil intellectuel, il ne serait en aucun cas possible de gravir les marches de l’imagination, de l’inspiration et de l’intuition…

Comprenez, je ne dis pas que l’intellect est inutile. Je suis loin de dire une affirmation si imprécise. Ce que je fais, c’est clarifier les concepts.

Chaque faculté est utile dans son orbite; mais, en dehors de son orbite, elle est inutile. Une planète quelconque dans son orbite est utile; mais en dehors de son orbite est inutile et catastrophique. De même sont les facultés de l’être humain: elles ont leur orbite. Vouloir amener le raisonnement sensoriel hors de son orbite est absurde.

Pourquoi beaucoup de gens tombent-ils dans le scepticisme matérialiste? Quelle est la raison pour laquelle même les étudiants pseudo-ésotéristes et pseudo-occultistes, si en vogue aujourd’hui, luttent toujours contre les doutes? Pourquoi sont-ils comme beaucoup de papillons qui passent d’une école à l’autre et atteignent finalement la vieillesse sans avoir rien fait?

Par expérience, j’ai observé que ceux qui restent enfermés dans l’intellect échouent. Oui, ceux qui veulent vérifier avec leur intellect les vérités qui ne peuvent être prouvées avec l’intellect échouent. Symboliquement parlant, ils font l’erreur de vouloir étudier l’astronomie avec un microscope ou d’essayer d’étudier la bactériologie avec un télescope.

Laissons chaque faculté à sa place, dans son orbite; ne la sortons pas de son orbite.

Nous devons penser psychologiquement, et il est évident que nous devons rejeter complètement le levain des Sadducéens et des Pharisiens, et apprendre à penser psychologiquement. Cela ne serait pas possible si nous continuions à nous embouteiller dans l’intellect. Alors, il est préférable de commencer à grimper l’échelle de l’imagination, ensuite nous passerons à la deuxième étape qui est l’inspiration, et finalement nous atteindrons l’intuition…

Mais voyons comment l’imagination peut être développée. Nous pouvons commencer avec un exercice simple. J’ai parlé plusieurs fois de l’exercice du verre d’eau, un exercice facile. Si nous mettons un verre d’eau à une courte distance de nous, et si nous plaçons un petit miroir au fond de ce verre, et si nous ajoutons quelques gouttes de mercure à l’eau, et si ensuite nous concentrons notre vue au centre du verre lui-même, c’est-à-dire au centre même, à la surface de l’eau, mais de telle façon que notre vue traverse le verre, alors évidemment, nous aurons un exercice splendide pour le développement de l’imagination. Dans cette eau, nous allons essayer de voir la Lumière Astrale; oui, nous ferons un gros effort pour la voir. Au début, évidemment, nous ne verrons rien, mais après un certain temps d’exécution de cet exercice, nous verrons des couleurs dans l’eau; c’est ainsi que nous commençons à percevoir la Lumière Astrale. C’est ainsi que le sens de l’auto-observation psychologique devient actif. [* Note de l’éditeur: Le Mercure est un métal lourd hautement toxique qui est interdit dans certains pays. L’empoisonnement au Mercure est une préoccupation très sérieuse, donc l’utilisation de cet exercice exige une grande prudence dans la manipulation et l’élimination du matériel. Notez également qu’il y a d’autres exercices que l’on peut utiliser dans le même but. Étudiez La Science Divine pour plus de pratiques.]

Par exemple, beaucoup plus tard dans le temps, si une voiture passe dans la rue, nous verrons dans l’eau un ruban de lumière et verrons la voiture descendre le ruban de lumière. Cela indique que nous commençons à percevoir avec la faculté transcendantale de l’imagination.

Finalement, le jour arrivera dans lequel nous n’aurons plus besoin d’aucun verre d’eau pour voir, à la place nous voyons l’air avec des couleurs différentes; nous verrons l’aura des gens. Nous saurons que chaque personne porte une aura de lumière autour. Cette aura a des couleurs différentes. La personne sceptique porte toujours une aura de couleur verte, un vert sale. Le dévot porte une aura de couleur bleue. Le jaune révèle beaucoup d’intellect. Le vert sale, le scepticisme. Gris, la tristesse. Plomb gris, beaucoup d’égoïsme. Le noir représente la haine. Le rouge sale, la luxure, la fornication. Le rouge brillant et étincelant, la colère, etc.

Évidemment, pour voir l’aura des gens, nous devons travailler dur avec cet exercice. Nous devons travailler avec elle au moins trois ans, dix minutes chaque jour, sans manquer une seule journée pour travailler avec. Évidemment, si nous avons la force de pratiquer cet exercice dix minutes par jour, alors arrivera le temps où la faculté d’imagination ou de clairvoyance, qui est un autre terme donné à l’imagination, devra fonctionner en nous…

Néanmoins, ce n’est pas le seul exercice pour le développement de cette précieuse faculté. Quelque chose d’autre est nécessaire: nous avons besoin de Méditation…

Assis sur une chaise confortable avec le corps parfaitement détendu, ou couché sur le lit, mais avec le corps détendu et la tête vers le nord, il faut imaginer quelque chose: par exemple, la croissance d’une plante, un rosier. Imaginez qu’il a été soigneusement planté dans un sol noir et fertile. Et continuant avec ce processus visionnaire, transcendantal et transcendant, nous imaginons aussi que nous l’arrosons avec les eaux pures de la vie… Nous visualisons son processus de croissance: comment la tige émerge finalement; comment cela se dédouble merveilleusement; comment les épines naissent à l’intérieur de cette tige, et finalement diverses branches poussent à partir de cette tige. Imaginez comment ces branches sont également couvertes de feuilles jusqu’à ce qu’un bourgeon apparaisse qui s’ouvre délicieusement et devient une rose. Ainsi, dans cet état de «manteia» comme le disaient les initiés d’Eleusis, parlant de la manière Grecque et peut-être même Orphique, nous dirions qu’il est même pratique de sentir par nous-même l’arôme délectable des pétales rouges ou blancs de cette belle rose.

La deuxième partie de ce travail imaginatif serait de montrer avec clarté le processus de la mort de toutes choses. Il suffirait d’imaginer comment ces pétales parfumés tombent progressivement flétris et sans vie; comment ces branches, une fois fortes, deviennent, après un certain temps, une pile de bâtons, et enfin, le vent, l’ouragan vient, et souffle toutes les feuilles et tous les bâtons.

Ceci est une Méditation en profondeur sur le processus de la naissance et de la mort de toutes choses. Il est clair que cet exercice pratiqué assidûment, quotidiennement, nous donnera finalement un aperçu profond de ce que nous pourrions appeler le monde astral.

Tout d’abord, il est bon d’avertir chaque candidat que tout exercice ésotérique, y compris celui-ci, exige une continuité de la part du disciple, car si nous le pratiquons tous les deux jours, nous commettons une très grave erreur. Ce n’est qu’en ayant un réel dévouement dans le travail ésotérique, qu’est possible le développement de cette précieuse faculté de l’imagination…

Quand quelque chose de nouveau vient de l’intérieur de notre imagination dans la Méditation, quelque chose de différent de la rose, c’est un signe clair que nous progressons. Au début, les images manquent de couleur, mais au fur et à mesure que nous travaillons, elles seront remplies de multiples charmes et couleurs; ainsi, nous progressons dans un développement intérieur profond.

Un pas en avant dans cette matière nous emmènera au souvenir de notre vie et de nos vies passées. Incontestablement, ceux qui ont développé cette faculté imaginative en eux-mêmes peuvent bien essayer de capturer ou d’appréhender au moyen de cette transparence ou translucidité le dernier moment de leur existence passée; alors, dans cette lucidité ou ce miroir de l’imagination, un lit de mort se refléterait – si au lit nous mourions, parce que quelqu’un aurait pu mourir sur un champ de bataille ou dans un accident… Il serait intéressant de voir nos anciens aimés, ceux-là qui dans l’existence passée nous ont accompagnés dans les derniers moments, ceux qui ont entendu nos cris de douleur dans la dernière heure.

Poursuivant ce processus merveilleux lié à l’imagination, nous pourrions essayer de connaître non seulement le dernier moment de notre vie antérieure, mais le moment avant celui-ci, et ensuite avant celui-là, puis les avant-dernières années, l’avant-dernière, adolescence, enfance, et ainsi récapituler méticuleusement toute notre vie passée.

De même, cet exercice nous conduira, nous permettra également de capturer chacune de nos vies antérieures. Ainsi, nous nous rappellerons et vérifierons par une expérience directe et vivante la réalité de la loi du retour éternel de toutes choses.

Ainsi, ce n’est pas l’intellect qui peut précisément vérifier ces réalités. Avec l’intellect, nous pouvons discuter de ce sujet, l’affirmer ou le nier, mais ce n’est pas une vérification.

Donc, ainsi, je vous invite à la compréhension. L’imagination vous ouvrira les portes des paradis élémentaux de la nature.

Si avec l’imagination nous essayons de percevoir un arbre, si nous méditons dessus, nous verrons qu’il est composé de beaucoup de petites celluloses. Nous percevons sa physiologie, ses racines, ses fruits, mais aussi nous parviendrons à plonger un peu plus profond et à voir, directement, la vie intérieure de l’arbre. Il n’y a aucun doute que cet arbre a ce que nous pourrions appeler «essence» ou «âme». Quand nous sommes dans un état de manteia, samadhi, extase, ravissement, nous percevons la Conscience d’une plante, nous découvrons avec une clarté parfaite que cette Conscience est certainement une créature élémentale, une créature qui a la vie, et qui n’est pas perceptible aux cinq sens, pas perceptible à la capacité intellectuelle qui est complètement exclue du champ mystique-sensoriel, mais en effet parfaitement perceptible au translucide. Il est effectivement intriguant que dans les prochaines étapes, nous pouvons même parler, converser avec cet élémental.

Évidemment, la quatrième verticale a des surprises inhabituelles. Indubitablement, c’est l’Eden dont parle la Bible. L’Eden est la quatrième dimension de la nature. Le paradis terrestre est situé dans la quatrième coordonnée. Les Champs Élysées, la Terre Promise où coulent les fleuves d’eau pure de la vie avec du lait et du miel est précisément la quatrième dimension de notre planète Terre.

Par conséquent, l’imagination créatrice, le merveilleux miroir translucide de l’âme, bien développée avec une efficacité idéale au moyen de règles ésotériques exactes, nous permet sans doute de vérifier ce que j’affirme catégoriquement ici.

Donc, par conséquent, je vous invite clairement à une analyse superlative de tout cela. Je vous invite au développement de cette faculté cognitive toujours connue sous le nom de l’«imagination». C’est une faculté extraordinaire…

Dans la quatrième verticale nous découvrirons des temples extraordinaires, et c’est parce que la vie élémentale est classée par le Logos – l’une est la famille, par exemple, des orangiers et l’autre la famille des eucalyptus – car il y a des temples dans la Nature pour chaque famille de plantes. Les devas cités dans les textes pseudo-ésotériques Théosophes ou occultes gouvernent la vie élémentale. Ces devas sont des êtres humains parfaits dans le sens le plus complet du terme; ce sont des initiés qui savent manipuler les lois de la nature.

L’imagination créatrice nous permet de vérifier par nous-mêmes que la Terre n’est pas un cadavre, ou quelque chose de rigide, une croûte physique sans vie. L’imagination créatrice nous permet de savoir par nous-mêmes que la Terre est un organisme vivant.

Il vient à la mémoire en ce moment l’affirmation Néoplatonicienne qui affirme que «l’âme-monde est crucifiée sur la Terre»… Cette âme du monde est une conjonction d’âmes, une conjonction de vies qui palpitent et ont une réalité.

Pour le peuple Hyperboréen, les volcans, les mers profondes, les veines des métaux, les gorges des montagnes, les vents d’ouragan, le feu flamboyant, les bêtes rugissantes ou les oiseaux, n’étaient rien d’autre que le corps des Dieux… Les gens Hyperboréens ne voyaient pas la Terre comme quelque chose de mort. Pour eux, le monde était quelque chose de vivant, un organisme qui a la vie et qui l’a en abondance. Alors ils ont prononcé dans la pure élévation du langage divin comme une rivière d’or qui flue sous la jungle épaisse comme la lumière dorée du soleil… Ceux qui savaient jouer de la lyre y ont joué les plus étranges symphonies primitives… À cet époque, la lyre d’Orphée n’était pas encore tombée au sol du temple pour être brisée en morceaux… C’était des temps différents. C’étaient les temps de l’Arcadie antique, quand les humains rendaient un culte aux Dieux de l’aurore, et quand chaque naissance était célébrée avec des festivités mystiques transcendantales…

Par conséquent, si vous développez efficacement la faculté de l’imagination, vous ne vous souviendrez pas seulement de vos vies passées, mais vous vérifierez d’une manière spécifique ce que j’exprime de manière didactique ici avec une clarté complète.

L’imagination est seulement le premier pas. Une deuxième étape plus élevée nous conduit à l’inspiration.

La faculté de l’inspiration nous permet de parler face à face avec chaque particule de vie élémentale. La faculté de l’inspiration nous permet de ressentir en nous le battement de cœur de chaque cœur…

Imaginons encore un instant l’exercice du rosier. Si après tout le processus, si une fois nous avons terminé de méditer sur la naissance et la mort de celui-ci, et les bâtons et les pétales de fleurs sont allés avec le vent, et si nous voulons en savoir plus, nous avons besoin d’inspiration… La plante était né, a porté du fruit, est morte, et après tout cela, quoi? Nous avons besoin d’inspiration pour connaître le sens de la naissance et de la mort de toutes choses.

La faculté de l’inspiration est encore plus transcendantale et nécessite une plus grande dépense d’énergie. Il s’agit de laisser de côté le symbole sur lequel nous avions médité. Il s’agit de capturer la signification intérieure de celui-ci. Pour cela, nous avons besoin de la faculté d’émotion, du centre émotionnel. Le centre émotionnel vient renforcer ce travail ésotérique de Méditation. Le centre émotionnel nous permet de nous sentir inspirés, puis, inspirés, nous arrivons à connaître le sens de la naissance et de la mort de toutes choses…

Avec l’imagination, nous pourrions vérifier la réalité de notre existence précédente. Avec l’inspiration, nous pouvons saisir le sens de cette existence: sa raison, sa cause, son pourquoi…

L’inspiration est un pas au-delà de la faculté de l’imagination créatrice. Avec l’imagination, nous pouvons vérifier la réalité de la quatrième verticale, mais l’inspiration nous permettra de capturer sa signification profonde…

Enfin, au-delà de la faculté de l’imagination et de l’inspiration, nous devons atteindre les hauteurs de l’intuition. Ainsi, l’imagination, l’inspiration, l’intuition sont les trois étapes de l’initiation…

L’intuition est quelque chose de différent. Revenons maintenant à notre exemple de rosier. Sans aucun doute, au moyen du processus de l’imagination, pendant l’exercice ésotérique transcendantal et transcendant, nous avons vu le processus, nous avons vu comment le rosier a grandi, comment il a évolué, et finalement, comment il est mort, comment il est devenu un tas de bâtons… Et comment l’inspiration nous a permis de connaître la signification de tous les processus précédents. Mais l’intuition nous conduira maintenant à leur réalité spirituelle.

Avec l’intuition, avec cette faculté précieuse et superlative, nous entrons dans un monde spirituellement exquis; nous rencontrerons face à face, non seulement l’élémental que nous avons vu avec notre imagination, c’est-à-dire l’élémental du rosier, mais de plus nous rencontrerons l’étincelle virginal ou Monade divine, ou la particule ignée suprême du rosier. Nous entrerons dans un monde où nous trouverons les Elohim créateurs, cités par la Bible Mosaïque ou Hébraïque ; nous verrons l’hôte créateur entier de l’Armée de la Parole – en d’autres termes, nous rencontrerons le Demiurge Créateur de l’univers…

L’intuition est la faculté qui nous permettra de parler face à face avec les «Archanges», les «Trônes», et ils ne seront plus pour nous de simples spéculations ou croyances, mais une réalité palpable et manifestée.

L’intuition nous permettra d’accéder aux régions supérieures de l’univers et du cosmos. Ensuite, au moyen de l’intuition, nous pouvons étudier la cosmogenèse, l’anthropogenèse, etc…

L’intuition nous permettra d’entrer dans les temples de la Fraternité Universelle Blanche, dans les temples des Elohim ou Prajapatis, ou Kumaras, ou Trônes…

L’intuition nous permettra de connaître la genèse de notre monde. Avec l’intuition, nous pouvons même assister à l’aube de la création, connaître – non pas parce que quelqu’un l’a dit, mais par perception directe – comment ce monde a émergé du Chaos, comment il a été créé, de quelle manière il est apparu dans le concert des mondes…

L’intuition nous permettra de connaître d’une manière spécifique et directe ce que les brillants intellects du temps présent ne savent pas…

Il y a de nombreuses théories sur le monde, l’univers, le cosmos, et ils sortent constamment de mode, comme les remèdes pharmaceutiques, comme les modes des dames ou messieurs.

Une théorie suit une autre, et cette autre par une autre, à cette fin, l’intellect ne fait que spéculer. L’intellect fabule beaucoup de temps, sans jamais être capable d’expérimenter la réalité, mais l’intuition nous permet de connaître la réalité. Oui, l’intuition est une faculté cognitive transcendantale.

Il est grandiose d’être capable d’assister au spectacle de l’univers, de se sentir un moment en dehors de la création, de regarder le monde comme s’il était un théâtre, et soit-même en tant que spectateur, de mettre en évidence comment une comète ou une unité cosmique, etc., vient du Chaos, comment il s’élève du Non-Être (c’est, l’Être réel).

L’Intuition est la faculté qui nous permet de savoir que la Terre existe à cause du karma des Dieux, sinon il n’existerait pas. L’Intuition est la faculté qui nous permet de vérifier la crue réalité de ce karma. En effet, les Elohim, Prajâpatis, ou les parents, qui, dans leur ensemble, constituent ce qui est divin, ont agi dans un cycle passé de manifestation bien avant que la Terre et le système solaire ont émergé à l’existence…

Voyons un cas très particulier. On a beaucoup discuté au sujet de la Lune. Beaucoup de gens pensent que la Lune est un morceau de la Terre lancé dans l’espace par la force centrifuge, quelque chose comme quand quelqu’un tire une fusée, mais l’intuition nous permet de vérifier les choses d’une manière complètement différente. L’Intuition nous permet de savoir que la Lune est beaucoup plus ancienne que la Terre. Il y avait une raison pour laquelle nos ancêtres de l’Anahuac ont dit, «Grand-mère Lune». Il est évident qu’ils percevaient que la Lune est notre «Grand-mère». Elle est la mère de la Terre et la Terre est la mère de nous tous. À cette fin, la Lune est notre grand-mère. Sage concepts de l’Anahuac!…

Dans le jour cosmique passé, la Lune était un monde riche en minéraux, plantes, animaux et vie humaine. Elle avait des mers profondes, des volcans qui ont éclaté, etc. Les scientifiques très modernes ont dû se rendre à l’évidence concrète que la Lune est plus ancienne que la Terre. La Terre vient en effet beaucoup plus tard, au cours des siècles.

Ceux qui ont fait l’erreur d’affirmer que «la lune était un morceau détaché de la Terre», ont maintenant admis qu’ils ont eu tort, car il a été vérifié avec des dispositifs spéciaux au moyen de l’étude des cailloux apportés de la Lune qu’elle est plus ancienne que la Terre. Et voilà comment elle est: la Lune avait de l’humanité, avait de la vie végétale, était un monde fécond…

Mais pourquoi ce monde est devenu une lune? L’Intuition nous permet de savoir que tout ce qui est né doit mourir, et tous les mondes de l’espace étoilé deviendra finalement une nouvelle lune. Cette Terre que nous habitons, un jour vieillira et mourra, et deviendra une nouvelle lune.

Ainsi, il y a de très lourdes lunes, par exemple, la lune qui tourne autour du soleil Sirius, qui a une densité cinq mille fois supérieure à la densité du plomb…

Donc, au sujet de notre Lune, nous disons que c’est la mère de la Terre. Mais pourquoi est-ce que je fais cette déclaration très forte? Parce que grâce à l’intuition, nous voyons comment, après que cette vieille Lune, notre grand-mère, est morte, l’Anima Mundi de la Lune, crucifiée sur ce satellite, a été immergée dans le sein du Père Éternel Cosmique Commun, l’Absolu; ainsi, quand une nouvelle époque de manifestation est arrivée, après un long intervalle, quand, dirions-nous, un nouveau grand jour cosmique d’activité a commencé, alors la Mère-Lune, cette Anima Mundi, a construit un nouveau corps, elle s’est réincarnée, elle a formé un nouveau corps, qui est cette Terre. Toutes les créatures qui existaient autrefois sur la Lune sont mortes, mais les mêmes germes, les germes vivants de toutes les plantes et les animaux, toute vie humaine ne sont pas morts; ces germes, projetés par les rayons cosmiques, ont été déposés dans cette nouvelle planète, même les germes-graines de notre corps physique! Pour cette raison, nous affirmons que nous sommes les descendants de la Lune.

Oui, la Lune est la mère de tous les êtres vivants, la Lune est la mère de la Terre… quand on fait une déclaration comme celle-ci devant un groupe de gens instruits, devant les érudits de l’intellect, devant ceux qui sont habitués à jongler avec le mental, devant les fans de syllogismes et de pro-syllogismes et d’episyllogismes du rationalisme subjectif, bien, évidemment on est exposé à la moquerie, au sarcasme, à l’ironie, à la dérision, à la raillerie, parce que l’affirmation précédente ne peut jamais être admise par le rationalisme subjectif de l’intellect; ce que j’exprime peut être vérifié par intuition.

Si vous voulez vraiment atteindre un jour l’illumination, la perception de la réalité, la connaissance complète des mystères de la vie et la mort, sans aucun doute, vous aurez alors besoin de gravir les marches merveilleux de l’imagination, l’inspiration et l’intuition, puisque le simple rationalisme ne vous apportera jamais ces expériences intérieures profondes…

Nous ne pourrons jamais nous prononcer contre l’intellect; ce que nous faisons c’est juste la définition des fonctions, et ce n’est pas un crime. Sans aucun doute, l’intellect est utile au sein de son orbite; mais, hors de son orbite, je répète ce que j’ai déjà dit au début et au cours de cette conférence, il est inutile. Ainsi, si nous devenons fanatiques de l’intellect, et nous refusons définitivement à gravir les marches de l’imagination, alors sans doute nous ne pourrons jamais apprendre à penser psychologiquement.

Les mentals de ceux qui ne savent pas comment penser psychologiquement restent piégés, avec une exclusivité absolue, dans le sensoriel physique, et peut même devenir, en fait, un fanatique des Dialectiques Marxistes…

Seule la pensée psychologique peut ouvrir le mental intérieur; cela est évident. Ceux qui ont gravi les marches de l’inspiration et de l’intuition, sans doute, en fait, ont ouvert les portes merveilleuses du mental intérieur; les «Intuitions» s’élèvent de l’intérieur. Elles s’expriment à travers le mental intérieur. En d’autres termes, le mental intérieur sert de véhicule pour des intuitions.

Ce mental intérieur est le même raisonnement objectif, clairement spécifié par Gurdjieff, Ouspensky, Collins, ou Nicoll. Posséder un raisonnement objectif est d’avoir ouvert le mental intérieur, qui travaille exclusivement avec des intuitions, avec les données de l’Être, de la Conscience, de ce qui est superlative, de ce qui est transcendantale et transcendante en nous, et pas autrement…

Bien, nous avons terminé cette conférence. Donc, quiconque veut ainsi poser une question peut la demander avec la plus complète liberté; si vous n’êtes pas d’accord, vous pouvez librement réfuter, parce qu’ici nous avons la liberté d’expression pour tous. Ainsi donc vous pouvez prendre la parole…

Questions:

Public: Maître, je voudrais savoir s’il y a une différence entre l’intellect et le mental…

Samaël Aun Weor: Bien, dans leur profondeur, l’intellect et le mental sont les mêmes. Cependant, un mental inculte n’est pas intellectuel; seul le mental éduqué est intellectuel. Quelqu’un pourrait être très intelligent, et pourtant pas intellectuel.

Public: Vénérable Maître, je voudrais savoir au sujet de la transmigration des âmes.

Samaël Aun Weor: Volontiers, mais cette question est hors du thème.

Public: Je demande cela parce qu’en ce qui concerne la transmigration Je suis confus..

Samaël Aun Weor: Bien, en ce qui concerne votre question sur la transmigration des âmes, ou la fameuse métempsycose Pythagoricienne, précisément à cet instant, je me souviens d’un cas intéressant… Un jour, dans les rues d’Athènes, un chien aboie. Le chien aboie non seulement, mais aussi glapit et hurlait… Bien, la vérité est que Pythagore était là, il se promenait avec ses disciples. Puis, l’un de ses disciples, en colère, a botté le chien misérable. Alors le sage l’a réprimandé, en disant: «Ne frappe pas cet animal, parce qu’en lui je reconnais l’âme d’un de mes amis qui est mort il y a plusieurs années…» Ce fut une expression inhabituelle, n’est-ce pas? Et tout cela mérite d’être expliqué.

Krishna a enseigné la doctrine de la transmigration des âmes, qui est le même que la métempsycose Pythagoricienne… donc cela vaut la peine d’expliquer, et véridiquement.

Il se trouve que chaque être humain – mieux dit, tous les humanoïdes, pour parler plus clairement – a en lui-même ce que nous pourrions appeler l’ego animal. L’ego n’est pas quelque chose de simplement individuel…

Trois choses vont au panthéon ou cimetière. Premièrement: le corps, le corps physique. Deuxièmement: le corps vital; ce véhicule flotte au-dessus de la tombe et se décompose lentement à mesure que le corps physique se désintègre. Troisièmement: la personnalité. La personnalité peut incontestablement s’échapper parfois de la tombe et déambuler à travers le pantheon ou marcher à certains endroits qui lui sont familiers.

Il ne fait aucun doute que l’ex-personnalité est dissous lentement au fil du temps. Il n’y a pas lendemain pour la personnalité du défunt. La personnalité en elle-même est périssable… ce qui continue, ce qui n’entrera pas dans le sépulcre est l’ego, le moi-même, l’entêtée.

La mort lui-même est une soustraction de fractions; après l’opération mathématique seules les «valeurs» demeurent. De toute évidence, ces sommes de valeurs s’attirent et se repoussent les unes et les autres selon la loi de l’aimantation universelle. Elles flottent dans l’atmosphère du monde.

L’éternité ouvre sa bouche pour avaler l’ego, et le vomit ensuite dehors, le jette dehors, le renvoie au temps.

Ce qui continue après la mort n’est pas quelque chose de très beau, puisque ce qui ne se décompose pas comme le corps physique n’est rien qu’un tas de démons, un tas d’agrégats psychiques, un tas de défauts.

La seule chose décente qui existe dans les sombres profondeurs de toutes ces entités caverneuses qui constituent l’ego, est l’Essence, la psyché, ce que nous avons d’âme.

La loi du karma entre en action lorsque l’ego revient dans un nouveau véhicule physique, car l’effet n’existe pas sans sa cause, ni une cause sans son effet.

Honnêtement et avec mon cœur dans ma main, je peux dire ce qui suit: le décédé vit normalement dans les limbes, dans l’antichambre de l’enfer, dans la région des morts, dans l’astral inférieur, une région qui est complètement représentée dans toutes ces grottes souterraines et cavernes du monde, qui unies ou liées étroitement, forment un tout, dans leur ensemble…

L’état dans lequel se trouvent les défunts est lamentable: ils semblent comme des somnambules, car ils ont leur Conscience complètement endormie. Ils somnambulent partout, et croient fermement qu’ils sont en vie. Ils ne sont pas conscients de leur mort physique. Après la désincarnation, les employés continuent de travailler dans le commerce des magasins, les ivrognes continuent à boire dans les bars, les prostituées continuent à forniquer dans les bordels, etc. Il serait impossible pour les gens comme ça, pour les somnambules inconscients de ce genre, de se permettre le luxe de choisir l’endroit où ils doivent renaître. Ce qui est le plus naturel pour eux est de renaître sans savoir à quel moment ni comment, et d’être complètement inconscients de leur processus de mort.

Ceux qui ne possèdent pas encore l’individualité, c’est-à-dire qui n’ont pas éveillé leur Conscience, retournent, régressent, entrent de nouveau dans de nouveaux organismes, mais ils ne se réincarnent pas. Distinguons donc entre la réincarnation et le retour. Rares sont les personnes qui se réincarnent, et des millions sont ceux qui retournent.

Déjà dans les conférences passées, nous avons exposé tous ces processus de la roue du samsara, où nous avons dit avec une clarté complète que à chaque âme est attribué 108 vies pour la réalisation intérieure de leur soi.

Sans aucun doute, ceux qui échouent durant leur cycle de manifestation, ceux qui ne parviennent pas à atteindre les réalisation intérieure de leur soi dans le nombre d’existences affectées, il est évident qu’ils descendent dans le règne minéral submergé, l’Avitchi Hindoustani, le Tartare Grec, l’Averne Romain.

Il est évident que l’involution à l’intérieur des entrailles de la planète sur laquelle nous vivons est terriblement douloureuse, puisque récapituler les processus animal, végétal, et minéral d’une manière franchement dégénérative n’est certainement pas très agréable.

Nous avons également affirmés dans nos conférences passées que, après la Seconde Mort, l’Essence, ce que nous avons d’âme, recommence l’ascension évolutive depuis le règne minéral au règne animal intellectuel ou humanoïde, en passant par les étapes végétale et animale. Lorsque l’âme humaine récupère l’état qu’elle a perdu, elle a terminé un tour complet de la roue du samsara. Il a été dit que la roue du destin tourne trois mille cycles, après quoi les possibilités sont épuisées…

Public: Qu’est-ce que le sphinx avec la moitié du corps de l’animal et le visage humain représente?

Samaël Aun Weor: Le visage représente le Mercure de la Philosophie Secrète, le sperme sacré d’où émerge l’humain véritable. En ce qui concerne les ailes, il est évident qu’elles représentent l’Esprit.

Le sphinx est très important. Le sphinx a été fait en Atlantide. Il a été utilisé par les membres de la Société Akaldan à l’Université de l’Atlantide. Cette société Akaldan avait toujours le sphinx afin de représenter l’être humain, afin de représenter le chemin qui mène à la libération finale.

À l’origine la tête du sphinx avait une couronne d’acier à neuf pointes représentant la Neuvième Sphère, le sexe. À l’origine, bien sûr, il y avait un bâton dans sa patte droite, dans sa main l’épée flamboyante. Le sphinx courant est dépouillé de tous ces symboles, mais à l’origine il les avait… Tous symbolisent le chemin ésotérique, la voie sacrée que nous devons marcher, à savoir les mystères de la Neuvième Sphère, le sexe, le travail avec le quatre éléments de la nature à l’intérieur de nous-mêmes ici et maintenant, afin de créer les corps existentiels supérieurs de l’Être et de devenir un véritable être humain.

Mais en cela nous devons faire la distinction entre la roue tournant sans fin de l’Arcane 10 du Tarot, qui est la roue du samsara et le sphinx. La roue du samsara signifie l’évolution et sa sœur jumelle l’involution; Anubis évoluant monte à droite, tandis qu’à gauche descend Typhon involuant. Le sphinx est au- dessus de la roue, car il représente le chemin de la révolution en marche, le chemin de la rébellion psychologique, qui est le chemin qui nous conduit à la révolution finale. Nous devons nous éloigner de l’évolution et de l’involution et marcher sur le chemin de la révolution psychologique en marche, nous devons être révolutionnaires, nous devons être psychologiquement rebelles. Si nous voulons parvenir à la libération, nous avons besoin d’une grande rébellion psychologique.

Public: Maître, je crois que beaucoup de gens ont entendu parler de la «ceinture de la mort» qui se trouve dans l’Atlantique, car elle apparaît même dans les journaux. Pourriez-vous expliquer ce phénomène qui se passe dans ce triangle cité.

Samaël Aun Weor: Vous voulez dire le triangle [Triangle des Bermudes] qui est là-bas aux Antilles dans l’Atlantique: C’est une zone où ont été perdu beaucoup d’avions, car ils entrent facilement dans la quatrième verticale. Dans de tels cas, c’est une porte très naturel où beaucoup ont pris la quatrième verticale à plusieurs reprises. Le quatrième vertical est perforé, c’est quelque chose de très naturel; de nombreuses perforations se trouvent dans cette zone. Voilà pourquoi tant de gens, des navires ont été perdus dans cette zone; ils ont plongé dans la quatrième verticale, ils continuent à vivre dans la quatrième verticale.

Public: Y a-t-il un moyen d’y échapper?

Samaël Aun Weor: Bien, il serait préférable de ne pas y échapper, de rester et d’y vivre. Pourquoi partir?

Public: Avec le corps physique?

Samaël Aun Weor: Oui, avec le corps de chair et d’os et tout; si vous avez peur, n’allez pas là-bas. Mais, si vous voulez entrer et vivre dans la quatrième verticale, je vous conseille d’y aller.

Public: Mais vous avez dit qu’il est préférable de ne pas quitter la quatrième dimension?

Samaël Aun Weor: Bien, il est «difficile» de quitter, car après que la quatrième verticale nous a avalé, il vaut mieux si nous restons là-bas pour vivre. Ceux qui vivent dans la quatrième verticale vivent très bien. Là nous pouvons manger, dormir, nous pouvons vivre comme une vie normale, illuminé par la lumière du soleil. Nous trouvons qu’il y a des races humaines dans la quatrième dimension. Les gens vivent non seulement ici, il y a beaucoup de gens qui vivent dans la quatrième verticale. Parmi eux, il y a une très belle race qui me plaît beaucoup…