L’Amour

Burne-jones-love-among-the-ruins-900
L’Amour parmi les Ruines, c. 1873 par Sir Edward Coley Burne-Jones

Distingués Dames et Messieurs, ce soir, je vais parler avec emphase de ce qu’on appelle l’amour. Nous avons choisi de discuter de ce thème le jour de la Saint-Valentin, le patron de l’amour.

Sans aucun doute, Valentinus [Valentin] était un grand maître de l’amour, et a formé une école appelée les Valentiniens. Ils se sont consacrés à l’étude de l’ésotérisme Christique sous tous ses aspects, et à cause de cela, nous allons nous adresser à vous sous une forme précise pour parler du miracle de l’amour.

valentine
Valentinus (Saint Valentin)

Au nom de la vérité, nous pouvons dire que l’amour commence par une lueur d’affinité, est confirmé par la force de l’affection et est synthétisé en adoration.

Aimer, comme c’est bon d’aimer! Seules les grandes âmes sont capables et savent aimer!

Pour qu’il y ait amour, il faut une affinité de pensées, une affinité de sentiments et une préoccupation mentale identique.

Le baiser est la consécration mystique de deux âmes qui expriment avec empressement d’une manière sensorielle ce qu’elles vivent dans leur intérieur. L’acte sexuel devient la consubstantialisation de l’amour dans la réalité psycho-physiologique de notre nature.

Le mariage parfait est l’union de deux êtres; l’un qui aime plus et l’autre qui aime mieux.

L’amour est la religion la plus accessible.

Hermès Trimegiste, le trois fois grand Dieu Ibis de Thoth, a dit:

«Je te donne l’amour, à l’intérieur duquel le summum de la sagesse est contenu.»

Que c’est noble d’être amoureux! Comme l’homme et la femme sont nobles quand ils sont unis dans un lien d’amour. Un couple d’amoureux devient mystique, charitable, solidaire. Si tous les êtres humains étaient amoureux, alors le bonheur, la paix, l’harmonie et la perfection régneraient sur la surface de la Terre.

Certes, un petit châle, une photographie, un portrait, provoquent chez les amoureux des états d’ineffable extase. Dans de tels moments, on se sent en communion avec l’aimé, même si l’être aimé est loin. C’est ce que nous appelons l’amour.

Aux États-Unis et en Europe, il y a un groupe appelé «L’Ordre du Cygne». Les affiliés de cette ordre étudient et analysent de manière approfondie tous les processus scientifiques liés à l’amour.

Quand un couple est vraiment amoureux, de merveilleuses transformations sont produites au sein de leur organisme. L’amour est une effusion ou une émanation énergétique qui provient des profondeurs de la Conscience. Ces rayonnements d’amour stimulent les glandes endocrines à travers l’organisme, produisant des millions d’hormones qui envahissent les canaux sanguins, les remplissant d’une vitalité extraordinaire.

«Hormone» vient d’un mot Grec [ὁρμή] signifiant «impulsion d’être» ou «force d’être». Une hormone est très petite, mais elle a de grands pouvoirs capables de revitaliser l’organisme humain.

Vraiment, on est étonné de voir un ancien décrépit quand il est amoureux. Ses glandes endocrines produisent suffisamment d’hormones pour le rajeunir et le revitaliser totalement.

Aimer, comme c’est bon d’aimer! Seules les grandes âmes sont capables et savent aimer!

L’amour en soi est une force cosmique, une force universelle qui palpite à l’intérieur de chaque atome, comme elle palpite à l’intérieur de chaque soleil. Les étoiles savent aussi aimer. Observons-les dans ces délicieuses nuits de plénitude: elles s’approchent les unes des autres, et parfois elles fusionnent ou s’intègrent totalement. «Une collision des mondes!» s’exclament les astronomes, mais ce qui s’est réellement passé, c’est que deux mondes se sont intégrés par un lien d’amour.

Les planètes de notre système solaire tournent autour du Soleil, attirées sans cesse par la merveilleuse force de l’amour. Les atomes dans les molécules tournent aussi autour de leur noyau central, attirés par la formidable force de l’amour. Observons la scintillation des mondes dans le firmament étoilé; de telles scintillations lumineuses, de telles vagues de lumière, de telles radiations sont en communion avec le soupir de la fleur… Oui, il y a de l’amour entre l’étoile et la rose qui exhale dans l’air son délicieux parfum. L’amour en soi est profondément divin, terriblement divin.

Culte à l’amour, à la femme, a toujours été rendu dans les temps anciens; il ne fait aucun doute que la femme est la plus belle pensée du créateur faite chair, sang et vie. En effet, la femme naît pour une mission sacrée, qui est d’amener les enfants dans ce monde, la mission de multiplier les espèces. La maternité en elle-même est grandiose. Dans le Mexique antique, il y a toujours eu une divinité consacrée précisément aux femmes qui sont mortes pendant l’accouchement. Il est dit que ces femmes continuent dans la région des morts avec leurs petits enfants dans les bras. Il est affirmé de manière empathique qu’après un certain temps elles entrent dans le Tlalocan, le paradis de Tlaloc. En effet, le culte de la femme, de l’amour et de la maternité a toujours régné dans le Mexique Aztèque. Les femmes qui sont mortes en couches ont été considérées par le peuple d’Anahuac comme des martyrs qui ont donné leur vie au nom de la grande cause.

Aimer est quelque chose d’ineffable, de divin. Aimer est un phénomène cosmique extraordinaire. Seule la joie règne dans le coin de l’amour. Quand un couple est uni dans une copulation sexuelle avec les liens du véritable amour, les forces les plus divines de la nature les entourent. Ces forces cosmiques ont créé le cosmos et sont venues créer de nouveau. Dans ces moments, l’homme et la femme sont de véritables Dieux dans le sens le plus complet du terme. Ils peuvent créer comme des Dieux. Voyez comme c’est grandiose l’amour!

Les forces cosmiques qui entourent le couple pendant l’acte sexuel seraient toujours une aide extraordinaire dans la chambre nuptiale si l’être humain savait conserver ces forces extraordinaires, si ces forces n’étaient pas gaspillées dans l’holocauste du plaisir animal qui ne mène nulle part, si en effet le couple respectait intensément la force merveilleuse de l’amour.

L’homme est l’impulsion initiale de toute création. La femme est le pouvoir réceptif formel de toute création.

L’homme est comme l’ouragan. La femme est comme le nid délicieux des colombes dans les temples ou les tours sacrées.

L’homme a en lui la capacité de lutter. La femme a en elle-même la capacité de sacrifice.

L’homme a en lui l’intelligence nécessaire à la vie. La femme a en elle la tendresse dont l’homme a besoin au retour de son travail quotidien.

Ainsi, l’homme et la femme sont les deux colonnes du temple. Ces colonnes ne doivent pas être trop éloignées ni trop rapprochées. Il devrait y avoir un espace pour que la lumière puisse circuler entre eux.

L’Amour dans l’Antiquité

L’acte sexuel est un sacrement. C’est ainsi que les anciens l’ont compris, ayant des temples dédiés à l’amour. Souvenons-nous du temple de Vénus dans l’auguste Rome des Césars. Souvenons-nous du temple de la lune dans l’antique Chaldée. Souvenons-nous, dis-je, des anciens temples de l’Inde où le culte était rendu à ce qu’on appelle l’amour.

Culte était rendu à l’amour dans la Lémurie, le continent antique situé quelque part dans l’Océan Pacifique. Dans ce continent Mu, il y avait en effet deux voies de reproduction, deux processus sexuels.

Premièrement: Au cours du moyen âge de la Lémurie, les races humaines ont été guidées par les «Kumaras» vers certains temples où le sacrement sacré du sexe était reçu. En ces temps, le sexe était un sacrement. Personne n’osait pratiquer la copulation en dehors du temple. Seulement à certaines époques, je le répète, la race humaine était guidée par les Kumaras vers les sanctuaires sacrés. De longs voyages étaient effectués à des heures lunaires déterminées dans le but de reproduire l’espèce. Comme un très vieux souvenir, comme une réminiscence de cela, les voyages de lune de miel restent; oui, c’est l’origine de la lune de miel, qui est très ancienne.

adam-eve-instructed
« Adam » et « Eve » Instruits par les Maîtres

Sur les patios pavés de pierre des temples sacrés du continent Lémurien, sous la direction des sages Kumaras, des hommes et des femmes s’unissaient pour créer et créer à nouveau. À l’époque, l’acte sexuel était sacré. Le peuple n’était pas entré dans le processus descendant et dégénérant de la dégénérescence sexuelle. Le sexe était traité avec un profond respect. La femme était sacrée. Personne n’osait profaner la femme, pas même avec leur vue – comme je l’ai déjà dit, «Elle est la plus belle pensée du créateur faite chair, sang et vie.»

Écrit sur de vieux parchemins – des papyrus sacrés qui existent encore dans certains endroits de la terre – est le suivant: «Alors, à cette époque de la Lémurie, les gens se reproduisaient par le pouvoir de Kriya Shakti» – c’est-à-dire par le pouvoir de la volonté et du Yoga. Ceux qui ont étudié la science des tantras savent de quoi je parle.

Les vieux textes de la sagesse antique disent qu’au moment suprême de la copulation métaphysique, l’homme et la femme se retiraient de la copulation chimique sans éjaculer l’ens seminis, qui signifie l’entité du semen. Le sperme était considéré comme sacré, et personne à l’époque n’osait profaner le sexe. C’est ce que les médecins appellent aujourd’hui «coït interrompus». Cela peut paraître exagéré, mais je me bornerai à commenter ce que disent les antiques traditions, et ce qui est écrit sur certains papyrus et dans de nombreux livres qui existent actuellement dans le Tibet Oriental.

padma-yeshe-900
«Pratiquez à la Perfection l’Habileté de retenir votre Essence-Semence…» – Yeshe Tsogyal

En arrivant ici, nous devrions nous rappeler que dans sa psychanalyse, Sigmund Freud dit qu’il est possible de sublimer et de transmuter la libido sexuelle. Le professeur Sigmund Freud de Frielburg, fils de l’Autriche, était véritablement une éminence, créant de l’innovation dans le domaine de la médecine. Beaucoup de médecins l’ont commenté; beaucoup d’écoles l’ont accepté, d’autres l’ont rejeté. Sur Freud, il y a eu beaucoup d’arguments. Ils disent qu’avant la seconde guerre mondiale, à Berlin, en Allemagne, Hitler a ordonné que, avec beaucoup d’autres livres, les œuvres de Sigmund Freud soient brûlées. Je ne fais que commenter ce qui a été dit dans certains livres.

Séquentiellement, les Lémuriens, pourrions-nous dire, ont travaillé avec le système de Freud: ils ont sublimé la libido sexuelle. Incontestablement, ils avaient de grands pouvoirs cosmiques.

Au cours de la vie, nous avons tous eu un pressentiment sur l’existence du Surhomme, tel que cité par Frédéric Nietzsche dans son livre intitulé «Ainsi parla Zarathrustra».

Nous, les Gnostiques, pensons que le Surhomme a vraiment existé sur le continent Mu. Je ne parle pas d’un individu particulier, je parle de tous les habitants de la Lémurie.

Il nous a été dit que «à cette époque, il n’y avait pas de douleur pendant l’accouchement.» Les femmes donnaient naissance à leurs enfants sans douleur. Ce n’est pas seulement mentionné brièvement dans la Genèse, mais c’est également mentionné dans de nombreux autres livres religieux.

Je le répète, nous sommes limités seulement à donner nos opinions sur ces questions, en respectant – comme c’est naturel – vos concepts. Vraiment, nous donnons l’enseignement, et nous donnons une liberté complète à l’auditoire afin que, avec votre mental, vous puissiez accepter, rejeter ou interpréter cette doctrine comme bon vous semble. Dans ces moments, je ne fais que rappeler les Lémuriens et ce qui est affirmé en relation avec le sexe.

Les Lémuriens ont vécu dix à quinze siècles. Ils étaient des humains d’une taille supérieure, environ quatre mètres de haut. Les corps des femmes étaient un peu plus petits, mais toujours aussi gigantesques que les hommes.

Ils ont parlé une langue qui est perdue. Je parle de la langue universelle. C’est un langage extraordinaire («presen», comme on dit dans cette langue, ce qui signifie «supérieur».) Evidemment, cette langue a sa propre grammaire cosmique, je la connais, puisqu’elle est conservée par la tradition dans certains endroits secrets et si, à cette époque, il fallait dire «bonjour», nous ne dirions pas comme en ces jours «Bonjour» ou «Buenas dias» ou «Bonjour, monsieur», mais nous dirions simplement: «Aybu», l’autre personne répond «Aybu», en posant les mains sur son cœur. Cette langue a sa grammaire et ses caractères graphiques. Le Chinois a des caractères graphiques, vous pouvez voir que les caractères graphiques Chinois sont plutôt difficiles à apprendre. Les Grecs aussi ont leurs caractères graphiques. Le Sanskrit a ses propres. Bien, alors, les caractères graphiques de la langue universelle sont runiques et ont été conservés jusqu’à il y a peu de temps par les Vikings du Nord. En tout cas ceux qui savent lire ces caractères possède une grande érudition et sont capables d’apprendre certains textes qui mentionnent la Lémurie.

Il y a peu de temps, un cadeau m’a été envoyé; il a été envoyé du Tibet. C’est précisément un texte Sanskrit. Je l’ai dans mon domaine. Incontestablement, j’ai été incapable de trouver quelqu’un qui pourrait le comprendre, car il est écrit avec des caractères Sanskrits.

En ce qui concerne cette époque de la Lémurie, ces vieux textes – écrits avec leurs caractères anciens – indiquent que l’humanité n’a pas pensé comme nous le faisons maintenant. Ils ont vécu dix à quinze siècles et ont parlé une langue universelle, que je répète, a été perdue. Au fil du temps les mots distincts de cette langue ont été corrompus, et de cette corruption sont venues à la naissance toutes les langues qui existent aujourd’hui sur la surface de la Terre.

Néanmoins, je peux vous dire que cette langue et le Chinois semblent très similaires. Il semble que la phonétique de la langue universelle et du Chinois soient similaires. J’ai étudié les deux, et ils me semblent pratiquement uniformes. Vous avez entendu que lorsque les Chinois parlent, ils prononcent une sorte de chanson; ce n’est pas comme la langue sèche que nous prononçons. La langue chinoise a une mélodie; c’est ainsi qu’est la langue universelle; elle a en effet une mélodie. Néanmoins, il y a une différence notable entre la langue Chinoise et la langue universelle: j’aborde d’une manière pratique les pouvoirs psychiques contenus dans la langue Lémurienne ou universelle qui agissent directement sur le feu, l’air, l’eau et la terre. Ces vieilles traditions antiques affirment que les Lémuriens avaient le pouvoir sur les élémentaux de la nature. Ils étaient ce que nous pourrions appeler le Surhomme, cité par Frédéric Nietzsche dans son Zarathrustra.

Je comprends que les Lémuriens devaient surtout leurs pouvoirs à ce qu’ils n’éliminent ou n’expulsent pas de leur organisme le sperme sacré, c’est-à-dire l’Exiohehari. Ils le transmutaient ou le sublimaient seulement, comme l’enseigne le grand scientifique expérimental Nord-Américain Brown-Sequard, ou par le Dr Krumm-Heller, professeur à l’université de médecine, et aussi par le Dr Coronel de notre propre Mexique natal. Il ne fait aucun doute qu’ils connaissaient ce système de la Lémurie et l’ont proclamé dans leurs livres. Il nous suffit de lire les études de Brown-Sequard ou de Krumm-Heller pour corroborer ces affirmations scientifiques.

Évidemment, quand l’ens seminis n’est pas éjaculé, il se transforme en énergie, et cette énergie revitalise tout l’organisme humain. Nous comprenons que ce type d’énergie est très fin, et que les ondes énergétiques du sexe mettent en activité les puissances énormes trouvées latentes dans la glande pinéale, la pituitaire, les thyroïdes, les glandes parathyroïdes, etc. Je ne suis pas en train de mettre en place des dogmes. Je me réfère seulement à des données que nous avons étudiées, et je vous donne mon opinion, autant que nous sommes dans cette salle culturelle et intellectuelle. Je comprends qu’il y a des gens très érudits ici qui peuvent parfaitement accepter ou rejeter ces affirmations. Je me réfère seulement à elles.

Vivre dix à quinze siècles est inconcevable pour nous, néanmoins la Bible affirme que Mathusalem a vécu neuf cents ans, et pensons un peu à cela. En tout cas, je comprends que le système Lémurien a donné de bons résultats, car ces personnes ont vécu longtemps et possèdent des facultés extraordinaires. Les Lémuriens n’ont pas vu le monde physique tel que nous le voyons; pour eux l’air était de couleurs distinctes, la montagne transparente, et les Dieux dont ils parlaient beaucoup étaient évidemment perceptibles par leurs sens de perception interne – en d’autres termes, ils ont apprécié la perception scientifique extrasensorielle.

Déjà de nos jours on a beaucoup parlé de la perception extrasensorielle. Sans aucun doute, les gens de la psychologie tridimensionnelle n’accepteraient jamais la perception extrasensorielle, mais rappelons-nous qu’au temps de Galilée, personne n’acceptait que la Terre soit ronde et qu’elle bouge. Quand Galilée a affirmé cela, ils ont voulu le brûler vif. Plus tard, il fut accusé dans l’Inquisition, et plaçant ses mains sur la Bible, ils lui dirent: «Si tu ne jures pas et ne rétractes pas ce que tu as dit, nous te brûlerons dans le feu de joie.» Jurez-vous que la Terre n’est pas ronde et qu’elle ne bouge pas?

Il a répondu: «Je le jure, Eppur si mouove, si mouve.» C’est-à-dire, «Bien que ça bouge, ça bouge.» Pour avoir juré de cette façon, il n’a pas été brûlé vif. Il y avait un peu de compassion pour lui; ils se sont limités à le mettre en prison, et c’était tout.

Ainsi, en réalité, l’univers nous offre toujours des choses inhabituelles, des choses que l’on rejette au début parce qu’elles paraissent absurdes, mais qu’il faut ensuite accepter.

Brown-Sequard a démontré que de nombreuses maladies du cerveau peuvent disparaître si, pendant la copulation chimique, l’orgasme ou le spasme est évité. Naturellement, il était beaucoup critiqué, il était considéré comme immoral, etc., mais il ne fait aucun doute qu’il s’est approché d’un grand secret, du secret Lémurien.

Les Lémuriens ont dû à leur religion et à leur copulation chimique la jouissance spéciale des facultés que les hommes de cet âge ignorent. Les Lémuriens pourraient parfaitement voir les dimensions supérieures de la nature et du cosmos. De nos jours, les êtres humains ne voient pas la Terre telle qu’elle est, mais seulement telle qu’elle est apparemment. Notre planète Terre est multidimensionnelle, et cela peut être démontré mathématiquement, mais la majorité des gens n’acceptent pas cela. Chacun est libre de penser à ce qu’il veut.

Malheureusement, les intellectuels de cet âge sont embouteillés dans le dogme tridimensionnel d’Euclide. Ce dogme a été discuté en profondeur. Il est clair qu’un tel dogme est en train de disparaître! Des hommes très sages ont écrit des livres de mathématiques extraordinaires qui se rapportent d’une manière ou d’une autre à la quatrième coordonnée. Ces hommes sont toujours respectés, ce que personne n’ose contester, mais certaines personnes restent sceptiques. Néanmoins, le livre «Ontologie des Mathematiques» vaut bien les intellectuels qui le connaissent profondément.

Ainsi, lorsque les Lémuriens levaient les yeux vers les étoiles, ils pouvaient communiquer avec les habitants des autres planètes. Pour eux, la vie sur d’autres planètes du système solaire était une réalité. La pluralité des mondes habités, proclamée par Camille Flammarion, était un fait pour les Lémuriens.

En Lémurie, l’homme et la femme traversaient de brillantes cérémonies mystiques avant d’effectuer la copulation chimique dans le temple même. Rendu là était le culte du divin, de la Grande Alaya de l’univers, le Tao des Chinois, l’INRI des Gnostiques, ce qui est, a toujours été et sera toujours. Ils ont compris que sans un principe directeur intelligent, rien dans la création ne peut exister, et donc, avant la copulation chimique, ils adoraient l’éternel.

Au fil du temps, la race Lémurienne a dégénéré peu à peu. Il y avait des villes énormes. Les murs de ces villes étaient construits avec de la lave provenant des volcans, etc. Dans ces villes, il y avait une civilisation extraordinaire. Ils ont construit des navires cosmiques propulsés avec l’énergie atomique qui pourraient voyager à chacune des planètes du système solaire. Notre civilisation moderne avec ses fameuses fusées que les «Tyriens et les Troyens» ont fait atterrir sur la Lune n’est pas la première civilisation à le faire, et ce ne sera pas la dernière. En vérité, il faut comprendre que diverses civilisations ont existé dans le monde, et que la nôtre n’est pas la seule.

Les Lémuriens étaient une grande civilisation, et ils n’avaient pas peur de la mort. Ils savaient très bien et de manière directe le jour et l’heure de leur mort. Quand ce jour arrivait, ils se couchaient dans leur sépulcre, que l’individu mourant construisait de ses propres mains, et, en souriant, ils passaient dans l’éternité. Les valeurs psychiques décédées ne disparaissaient pas de la vue de leurs proches, donc évidemment ils ne les pleuraient pas douloureusement.

C’est ce qu’ont dit les textes anciens, et j’ai pris le temps de vous parler de ces choses parce que je vois que vous êtes venu ici de manière globale. Il est clair que tous ceux qui m’écoutent ne seront pas d’accord avec ce que nous avons affirmé. Ce serait absurde si je supposais un instant que tous les gens de cette salle accepteraient ces affirmations. Néanmoins, ceux qui savent écouter comprendront très bien que tout est possible dans l’univers. Le monde des possibilités est toujours infini, et si quelqu’un commente ces textes anciens, cela en vaut la peine.

Plus tard dans le temps, les Lémuriens ont involué, donc leurs facultés de perception sont devenues tristement atrophiées. Beaucoup de traditions ont rendu le compte que plus tard dans le temps les Lémuriens ont commencé à copuler en dehors des temples; ils se révoltèrent contre la direction des Kumaras, et effectuèrent l’acte sexuel selon leur propre caprice, éjaculant ainsi l’ens seminis. C’est ainsi qu’il est dit par certains auteurs, ainsi en conséquence ou corollaire ils ont perdu leurs facultés transcendantales.

Par la suite, dans tous les coins de ce continent gigantesque qui couvrait autrefois l’Océan Pacifique, quand la race Lémurienne entra dans les temples, les prêtres et les hiérophantes expulsèrent les dévots en disant: «Dehors, indigne! Vraiment, en effet, c’était alors que l’homme et la femme ont quitté le paradis terrestre, parce qu’ils avaient mangé le fruit défendu qui était interdit dans les temps anciens. Vraiment je vous dis ceci: Adam représente tous les hommes de l’antique époque, et Eve toutes les femmes. Ainsi, quand les hommes et les femmes ont mangé du fruit défendu, ils étaient jetés hors des temples des mystères. Leurs facultés se sont atrophiées. Alors l’homme a dû travailler pour soutenir sa femme et ses enfants, et la femme a commencé à donner naissance à des enfants dans le monde avec douleur.

James_Jacques_Joseph_Tissot_-_Adam_and_Eve_Driven_From_Paradise_900
Adam et Eve Chassés du Paradis, par James Tissot

Tout cela a été bien documenté parmi les Nahuas, parmi les Mayas, et beaucoup d’Asiatiques ont toujours dit la même chose. J’ai vu le codex où ces figures apparaissent, et les ai soigneusement étudié. C’est pourquoi je peux dire qu’ils ont de la documentation. Je n’oblige personne à croire, mais il vaut la peine que les érudits étudient avec diligence un peu parmi les Mayas, les Toltèques, les Zapotèques, etc. L’involution de l’être humain est mentionnée ou citée dans de nombreux livres anciens.

Le Mariage

Il y a un secret dans l’amour. Il semble avoir été bien décrit par Freud comme une «sublimation» de l’énergie créatrice, en traitant le sexe avec un profond respect.

Évidemment, l’homme et la femme sont, pourrions-nous dire, comme deux parties du même Être. L’homme a quitté l’Eden accompagné de son épouse, et doit retourner à l’Eden avec la même épouse. En d’autres termes, nous disons: L’homme a quitté l’Eden par la porte du sexe, et c’est seulement par cette porte qu’il peut retourner dans l’Eden. Eden est le sexe lui-même.

Quels pouvoirs énormes s’éveilleraient si l’humanité acceptait le système de Brown-Sequard ou de la Société Oneida ou du Dr. Krumm-Heller, systèmes basés sur les antiques traditions de la Lémurie. C’est quelque chose que les médecins, les hommes de science, pourraient étudier. Nous affirmons simplement que la sublimation ou la transmutation de l’énergie créatrice libère une transformation radicale, psychologique, physiologique et biologique. Le Surhomme de Nietzsche peut arriver à travers la transmutation de la libido sexuelle.

Néanmoins, la première chose est de savoir comment aimer. Sans amour, il n’est pas possible d’obtenir tous ces prodiges.

Avez-vous remarqué que les grands hommes apparaissent toujours à côté des grandes femmes? À côté de Bouddha Gautama Shakyamuni se trouve Yashodhara, sa belle épouse disciple. À côté du divin Rabbi de Galilée se trouve Marie Magdelene. Évidemment, il n’aurait pas été possible que ces grands hommes aient accompli leurs grands travaux, qui ont changé le cours de l’histoire, s’ils n’étaient pas accompagnés de leurs grandes femmes.

grab1381649406dam_cuoi
Shakyamuni et Yashodhara

L’homme et la femme sont, en effet, vraiment, deux aspects d’un Être; c’est clair.

L’amour en soi émerge de l’intérieur des parties inconnaissables de notre Être. Je veux affirmer catégoriquement qu’à l’intérieur de nous-mêmes, là, dans nos profondeurs les plus intimes, nous avons notre Être, qui est investi de caractéristiques transcendantales de l’éternité. L’Être est le divin en nous.

L’amour est une force qui émane précisément de ce prototype divin qui existe dans la profondeur de notre Conscience. L’amour est un type d’énergie capable d’accomplir des prodiges vraiment merveilleux.

Valentin et les Valentiniens avaient leur école, qui était une école Gnostique, où les mystères du sexe étaient étudiés, où ils les analysaient soigneusement. Ils connaissaient le secret Lémurien pour sublimer l’énergie créatrice et ont réalisé le développement de certaines possibilités psychiques latentes dans la race. On a dit que Valentin était un grand illuminé, un grand maître au sens le plus complet du terme.

L’amour en soi est quelque chose de divin. Regardez le cygne. Le cygne Kalahamsa est le symbole de l’amour qui vole au-dessus des eaux du lac de la vie. Une paire de cygnes sur un lac, comme ils sont beaux! Quand l’un des deux meurt, l’autre succombe à la tristesse. C’est parce que l’amour est nourri d’amour.

Mais aimer! Malheureusement, l’être humain ne sait pas aimer! Souvent, la première nuit du mariage, les hommes traitent mal leurs femmes. Ils ne veulent pas comprendre que la virginité est sacrée, et ils devraient avoir du respect. Nous pouvons dire qu’ils violent leurs propres femmes. Ils ne savent pas comment traiter la femme avec sagesse, comment l’amener à marcher sur le chemin de l’amour.

Souvent dans la vie quotidienne, les hommes et les femmes se disputent. Souvent, ils se disputent à cause de problèmes insignifiants. L’homme dit une chose, la femme une autre, et parfois il en résulte qu’un mot suffit pour que l’un des deux réagisse. Ils ne savent pas comment se contrôler. Ils ne veulent pas comprendre que la maison est le meilleur gymnase psychologique. C’est précisément dans notre vie familiale que nous pouvons nous découvrir. À la maison, nous pouvons découvrir nos défauts de type psychologique.

Qui nous a blessé? Pourquoi nous ont-ils fait du mal? Est-il possible que nous ayons de la jalousie? Est-il possible que notre amour-propre ait été blessé? Se pourrait-il que notre fierté ait été blessée? Quelle est la vérité?

Quand on découvre qu’on a un défaut psychologique, alors on a l’occasion de le désintégrer, de le réduire en poussière cosmique. En éliminant nos erreurs, nos défauts, un jour nous obtiendrons l’éveil de la Conscience.

Malheureusement, les gens ne veulent pas changer, ni ne veulent éliminer leurs défauts. Ils disent: «Je suis courroucé, c’est ma façon d’être». D’autres disent: «Je suis jaloux, c’est comme ça que je suis, et alors?» D’autres s’exclament: «Je suis lubrique. Je prends plaisir aux femmes. C’est ainsi que je suis, et alors?» Avec cette façon de penser, avec cette façon de sentir, une vraie transformation n’est pas possible.

Quand on sait qu’on a un défaut psychologique, alors il devrait être éliminé. C’est dans la maison que l’on découvre de tels défauts. Pour cette raison, la maison sert de gymnase psychologique.

Beaucoup se plaignent que leurs femmes sont en colère et jalouses. Ils désirent avoir une autre femme qui serait un paradis, qui serait une humble ange descendue des cieux. Ils ne veulent pas comprendre que la maison est un gymnase extraordinaire, et où nous sommes capables de découvrir nos défauts, et que si nous le faisons, nous obtiendrons l’éveil de notre Conscience.

Encore une fois, il faut savoir aimer. La compréhension entre l’homme et la femme devrait toujours régner à la maison. L’homme ne devrait pas s’attendre à ce que la femme soit parfaite, et la femme ne devrait pas s’attendre à ce que l’homme soit un prince, un «chevalier en armure étincelante». Nous devrions accepter les choses telles qu’elles sont et faire de la maison une école où nous pouvons nous découvrir. Conformément à la façon dont nous procédons pour éliminer les défauts psychologiques, le bonheur remplace les arguments de colère, et un jour, après beaucoup de souffrances, la maison devient un paradis.

La jalousie endommage la maison. La jalousie fait une montagne d’une taupinière. Si la femme regarde quelqu’un, le mari souffre, car il semble qu’elle ait une relation avec l’autre homme. C’est une erreur du mental, mais il le prend comme réalité. La femme jalouse est la même; elle fait souffrir son mari. S’il regarde une autre femme, elle souffre et crée une scène terrible à la maison. Sur le chemin de la jalousie, on souffre beaucoup.

Si on investigue vraiment sur l’origine de la jalousie, on découvre que le trouble est dans la peur: la peur de perdre ce qui est le plus aimé. La femme a peur de perdre l’homme, l’homme a peur de perdre la femme; la femme croit que l’homme voit une autre, ou l’homme suppose que la femme voit un autre. Il est clair que cela entraîne souffrance et douleur. Plus important encore, si nous éliminons la peur, la jalousie disparaît.

Comment pouvons-nous éliminer la peur de perdre notre être cher? Seulement à travers la réflexion, à travers la Méditation.

Pensons à la réalité: nous ne venons pas au monde accompagnés de notre bien-aimé. Nous sommes seulement reçus par le médecin ou la sage-femme. Nous ne venons pas au monde avec des vêtements, de l’argent ou des biens matériels. Et il est clair qu’à l’heure de notre mort, nous ne partons pas accompagnés de notre femme ou de notre mari. Une partie reste ici, tandis que l’autre partie va à l’éternité. Ainsi, d’un point de vue physique, la mort nous sépare. Pour cette raison, quand un prêtre effectue un marriage, il dit: «Je vous déclare mari et femme jusqu’à ce que la mort vous sépare.»

En réalité, la mort arrive tôt ou tard. Nous ne pouvons pas emené dans l’éternité une épingle, ou un cent, rien de ce que nous possédons. Nous ne pouvons pas emené notre bien-aimé… Alors pourquoi avons-nous des choses? Nous devrions accepter les choses telles qu’elles sont. Nous ne devrions pas avoir d’attachement à des choses personnelles ou matérielles, à une personne; on peut souffrir pour n’importe quoi. Pour cette raison, nous ne devrions pas avoir d’attachements ou de peur.

De quoi avons-nous peur? La chose la plus grave qui puisse arriver est d’être assassiné. Et alors? Nous sommes nés pour mourir, alors quoi? Tôt ou tard, nous devons mourir, et ceux qui aiment beaucoup leur argent, qui sont attachés à leur fortune, doivent tôt ou tard le perdre. Pourquoi devraient-ils avoir peur? Pourquoi ont-ils peur? C’est un événement très naturel.

Tout de même, pourquoi avons-nous peur de perdre notre bien-aimé? Il a un début, il a une fin. Quand on comprend que tout a un commencement et une fin, la peur disparaît, même la peur de perdre l’être aimé. Lorsque cette peur disparaît, alors la jalousie se termine pour toujours. Elle n’existe plus! Comme il n’y a pas de peur, elle ne peut plus exister.

Un autre facteur de discorde dans les couples est la colère. L’homme dit une chose en colère, la femme répond avec ses mains et ses pieds, et à la fin il y a une bataille d’assiettes et de vases. C’est la crue réalité. Si nous éliminons le démon de la colère, la paix règnera dans la maison, il n’y aura pas de douleur. Mais je vous demande: pourquoi avons-nous de la colère à l’intérieur de nous? Pourquoi? Est-il possible pour nous de changer? Oui c’est possible!

J’ai proposé de changer et j’ai changé. J’étais colérique, mais je connaissais le processus de la colère.J’ai proposé de l’éliminer, et je l’ai fait. Il est clair que je devais passer par certains sacrifices pour éliminer enfin la colère.

J’ai visité des endroits où quelqu’un pourrait m’insulter. J’y suis allé dans le but d’être insulté. Je savais que la personne XX n’a aucun plaisir à nos enseignements, et je lui ai rendu visite intentionnellement pour qu’il puisse m’insulter. Pendant la demi-heure ou l’heure, je me suis observé. J’ai observé mes réactions internes et externes, les impulsions qui viennent de l’intérieur et ceux qui sont venus de l’extérieur. J’ai observé les causes qui ont motivé la colère. Je pouvais voir que dans certaines circonstances, la colère a été produite parce que mon orgueil a été blessé. Je pouvais vérifier à d’autres occasions que la colère a été produite à cause de mon amour propre. Je pensais que j’étais une grande personne. Je ne comprenais pas que j’étais seulement un ver dans la boue de la terre. Je croyais que j’étais grand, mais si quelqu’un a touché un point sensible en moi, je réagissais furieusement avec le tonnerre et la foudre, déchirant mes vêtements et protestant. Je me suis proposé d’étudier tous ces aspects de la colère, et à travers de grands super-efforts et de sacrifices, la colère a donc été éliminé.

Ainsi, si l’on dit: «Je suis comme ça,» cela n’a pas de valeur, car on peut changer, et si l’on change, on en bénéficie et on fait bénéficier nos semblables.

Nous devons apprendre à éliminer nos erreurs. Cela est possible en réfléchissant un peu.

Comment les couples serait joyeux s’ils savaient vraiment comment aimer, si l’homme n’avait pas de colère et la femme n’était jamais en colère. La «lune de miel» serait conservé. Malheureusement, quand les êtres humains sont mariés, ils commencent et terminent avec la plus belle chose qui est: la «lune de miel.»

Si nous voulons vraiment conserver la lune de miel, nous devons éliminer la colère, nous devons éliminer la jalousie, nous devons éliminer l’égoïsme. Nous devons devenir complet et apprendre à pardonner toutes les erreurs de notre bien-aimé. Personne ne naît parfait! L’homme devrait savoir que la femme a ses défauts. La femme doit comprendre que l’homme a aussi les siens. Ils devraient se pardonner mutuellement leurs défauts d’un type psychologique. S’ils procèdent de cette façon, la lune de miel va durer!

Parmi les anciens peuples de l’Anahuac, Xochipilli était le Dieu de la chanson, de l’amour et de la beauté. Xochipilli nous a appris à conserver les plaisirs indéniables de la lune de miel. Il est dommage que les gens ne comprennent pas la doctrine de Xochipilli.

Il est possible de conserver la lune de miel quand nous apprenons à pardonner les erreurs du bien-aimé, mais si nous ne savons pas comment pardonner les erreurs, la lune de miel sera perdu.

Quand un couple se marie, ils devraient mieux comprendre la psychologie. Habituellement, lorsque l’un des deux commence à blesser l’autre, le premier réagit et blèsse en retour. Un conflit est formé, puis passe, et les deux sont réconciliés et tout semble se poursuivre dans la paix; mais ce n’est pas ainsi. Le ressentiment reste. Un autre jour, il y a un autre conflit: un différend entre le mari et la femme sur quelque chose de stupide, comme la jalousie. Le résultat: le conflit passe et un autre ressentiment reste. Ainsi, d’un conflit, les ressentiments sont accumulés, et la lune de miel est terminée. Les ressentiments se développent pas à pas, et s’ils ne divorcent pas, ils tentent de poursuivre leur union parce qu’ils pensent qu’ils devraient, ou à cause de la passion animale, et c’est tout.

Déjà, beaucoup de marriage n’ont rien à voir avec l’amour. L’amour dans ces jours-ci a une odeur d’essence, de la celluloïde, des comptes bancaires et des ressentiments.

Le plus grave erreur que mari et femme peuvent commettre c’est de mettre fin à la lune de miel. C’est juste une question de savoir comment la conserver.

Homme, votre femme vous a-t-elle insulté? A-t-elle proféré des mots très durs contre vous? Eh bien, restez calme, paisible. Peu importe combien, ne réagissent pas, mordez la langue avant de répondre. Finallement, elle, après vous avoir vu si serein, sans aucune réaction, se sentira très embarrassée, et demandera pardon…

Madame, votre mari vous a-t-il insulté? Qu’est-ce qu’il vous a dit? Est-il jaloux du petit ami que vous avez l’habitude d’avoir? Que s’est-il passé? Il est dans une mauvaise humeur aujourd’hui? Essayez de maintenir votre sérénité. Préparez un thé pour lui. Donnez-lui ses vêtements, aidez-le dans le bain, embrassez-le, aimez-le. Autant il vous a insulté, essayez de l’aimer plus. Que se passerait-il alors? Mesdames, vous pouvez être sûr que l’homme se sentira énormément repenti, il sentira des remords et se mettre à genoux devant vous pour demander pardon. Il admettra d’être un tyran, un méchant. Vous avez gagné la bataille!

Si l’homme et la femme procède de cette manière, conformément à cette formule, je peux vous garantir que la lune de miel ne sera pas perdue. L’homme apprendra peu à peu à se dominer, et il comprendra que sa femme est une sainte. Et la femme apprendra peu à peu à se contrôler, et à travers cela, elle verra que son mari est extrêmement noble. Le moment arrivera où aucun des deux ne voudront pas blesser l’autre. Ils s’idolâtreront l’un et l’autres, et la lune de miel continuera tout au long de leur vie. Ceci est l’art de l’amour et d’être aimé.

Votre femme pleure? Baisez ses larmes, caressez-la… Quoi, elle n’accepte pas vos caresses? D’accord, attendez un peu, jusqu’à ce que sa colère passe; la colère a un début et une fin. Toute tempête, peu importe la force qu’elle pourrait avoir, a un début et une conclusion. Attendez un peu et vous verrez le résultat. Ce qui est important pour vous est de ne pas se fâcher. Si vous faites cela, si vous y parvenir, si vous vous contrôlez, elle ira finallement venir à vous «apprivoisée» pour présenter des excuses. Oh combien grande est la joie de la réconciliation!

Aujourd’hui, le jour de Saint-Valentin et des Valentiniens, nous devons toucher en profondeur toutes ces questions de l’amour.

En fait, réellement, nous devons apprendre à vivre. Être un intellectuel est une chose facile, il suffit d’insérer une bibliothèque dans votre cerveau et vous êtes prêt, mais savoir comment vivre est difficile!

Maître de la Maison

Très peu d’entre nous savent vraiment comment vivre. Nous devons commencer à la maison. Nous devons commencer par être un bon maître de la maison. Un homme qui ne sait pas comment être un bon maître de la maison, qui ne sait pas comment vivre à la maison avec sa femme et ses enfants, ne sait pas non plus comment vivre dans la société.

Malheureusement, beaucoup de gens veulent être des citoyens parfaits, et apparaissent comme tels devant le verdict solennel de la Conscience publique, mais à la maison, ils ne savent pas comment vivre…

J’ai observé certaines organisations. Je connais une où M. John Doe gaspille son argent; il gaspille son argent. À cette fin, il est toujours à court d’argent pour le loyer, c’est très triste. Il doit toujours de l’argent à tout le monde. Il ne paie pas ses dettes, parce qu’il n’a pas d’argent, et quand il reçoit un peu d’argent, il le dilapide. Sa femme a faim, a de nombreux besoins, leurs enfants souffrent l’indicible. Plusieurs fois, il a été jeté dans la rue pour défaut de paiement, cela est clair…

À une occasion, il a été nommé directeur d’une école philosophique. Bientôt, après une courte période, il est arrivé dans cette école qu’il n’y avait pas d’argent pour payer le loyer; plusieurs mois de loyer pour ce bâtiment étaient dus. Personne n’a payé la facture de téléphone. Conclusion: cette organisation était sur le chemin de l’échec. Pourquoi? Parce que le bon monsieur ne savait pas comment vivre à la maison, encore moins pourrait-il savoir comment gérer une organisation…

Si quelqu’un veut être, en effet, une bonne tête de n’importe quelle organisation, que ce soit une entreprise, que ce soit une école, il doit d’abord apprendre à être un bon maître de la maison…

Il y a beaucoup qui disent «Eh bien, je suis intéressé par la science, l’art, la philosophie, etc. Que ce qui concerne la maison et la femme n’a pas d’importance pour moi.» Ils traitent ainsi leur pauvre femme à coups de pied. Conclusion: ils deviennent des échecs au sein des différentes organisations où ils travaillent, que ce soit dans les affaires ou simplement en tant que dirigeants syndicaux ou enseignants, etc. Si quelqu’un ne peut pas être un bon chef de famille ne peut pas être un citoyen utile à ses semblables. Nous devons apprendre à vivre, apprendre à vivre avec une véritable intelligence et une grande compréhension…

Beaucoup s’efforcent de se marier, ce qui est très grave, en particulier des femmes misérables. Je connais certains d’entre elles; quand elles ont atteint la maturité, avant de perdre la fleure de leur jeunesse, lorsque «le train les laisse derrière»… combien elles souffrent quand elles chassent pour un bon soupirant! En aucun cas, elles ne sont prêtes à rester célibataires. Ces femmes disent: «Entre être célibataire et vêtir ou dévêtir un ivrogne, je choisirai le deuxième», et dans une certaine mesure, elles ont raison, les pauvres. Ainsi, elles luttent, et enfin elles essaient de conquérir celui qu’elles peuvent là, car elles peuvent faire leur petit effort pour le faire. Ainsi, parfois elles parviennent à se marier, mais l’échec est inévitable, car il y a un dicton qui dit: «les mariages sont faits dans le ciel, mais là donc se trouvent le tonnerre et la foudre», et cela est vrai.

Il y a une loi que beaucoup acceptent, d’autres non. Je l’accepte, et ceux qui veulent l’accepter, qu’ils l’acceptent. Telle est la loi du destin. Je pense qu’il y a une femme pour chaque homme. Je pense qu’il y a un homme pour chaque femme. Ainsi, il est préférable pour les femmes d’attendre l’homme qui leur est assigné. Si cet homme n’apparraît pas, eh bien, qu’elles attendent avec résignation. Dans le cas contraire, elles doivent se résoudre à rester célibataires. Si l’homme arrive, alors merveilleux. Elles devront alors décidé de «dévêtir des ivrognes»…

En effet, il est préférable pour une femme de rester célibataire que de se marier et d’échouer. Quand elles veulent forcer le mariage, quand elles veulent se marier «à la dure», «par la force», comme on dit, le résultat est un échec. Tôt ou tard, le «petit cupidon» quitte ses yeux, et la pauvre reste loin en soupirant, pleurant… ou pour sûr qu’elle y trouvera une femme diseuse qui lui dira sa fortune, et lui dira si son tourment bien-aimé retournera ou non. Telle est la dure réalité d’aujourd’hui…

Il y a des femmes qui tentent de «saisir» le côté sexuel de l’homme, elles disent: «Eh bien, si je me rends à cet homme, je vais peut-être réussir à me marier avec lui. L’homme fait descendre le ciel, les étoiles, le palais d’or de «Mille et Une Nuits» à ses pieds, et elle donne son corps à lui… Alors quoi? Elle devient enceinte! Et l’homme? elle n’entend plus jamais parler de cet homme…

Voyez, dans combien d’erreurs certaines femmes tombent, ces femmes qui font l’erreur de vouloir précipiter le mariage «à la dure». C’est le manque de foi dans le destin, en Dieu, ou comme vous voulez l’appeler. Il vaut mieux que les femmes savent attendre un peu.

Parfois, certains hommes font également l’erreur d’essayer de précipiter le mariage; le résultat est souvent très grave. Se marier avec une femme qui n’est pas la sienne, selon la loi du destin, ce qui implique l’échec, cela va de soi… Il y a un dicton vulgaire qui déclare: «Le mariage n’est pas exactement la corne d’abondance, mais l’abondance de cornée…» Les hommes qui ne savent vraiment pas comment attendre un peu, précipitent le mariage forcé, finissent ainsi après un certain temps marié à un crapaud corné, et c’est triste…

Il y a une autre histoire qui se lit: «Un homme est allé au plus profond de l’enfer parce qu’il était très mauvais. Ainsi, il a trouvé le Diable. Il s’approcha du Diable et dit: «Monsieur le Diable, mon bon monsieur», dit-il, «Qui es-tu?»

Le Diable lui répondit: «Gras, homme grossier, ne me parle pas comme ça! Ne vois-tu pas que je suis le Diable?»

«Eh bien, pardonne-moi, monsieur, M. Diable. Es-tu marié?»

Réponse, «Gras! Qui t’a dit que le Diable est marié?»

«Eh bien,» il dit: «C’est parce que je vois les cornes d’un crapaud corné sur ton front…»

Donc, en effet à cela est exposé l’homme qui veut forcer le mariage. Il y a des jeunes hommes de 14, 15, 16 ans, qui veulent déjà se marier. Ils ont une petite amie, mais ils ne savent pas comment travailler. Ils ne savent pas encore comment vivre, mais ils veulent se marier. Résultat: échec, parce qu’en effet, ils n’ont encore aucune expérience dans la vie, et donc, éventuellement, les femmes se lassent de la faim, et «Au revoir, mon ami,» pas d’autre choix…

Nous devons donc faire attention. Je considère le mariage comme quelque chose de très sérieux, très sérieux. En effet, vraiment, il y a trois événements très sérieux dans la vie:

1. Naissance

2. Mariage

3. Mort

Ce sont les trois événements les plus importants de la vie. Alors, pensez par vous-mêmes de ce que signifie le mariage.

Nous, les hommes ne devons pas épouser une femme qui ne nous appartient pas en esprit. Notre bien-aimée dans ses profondeurs doit être spirituelle. Quel homme épouserait une femme calculatrice, recherchant du profit, jalouse, séductrice? Eh bien, il échouera malheureusement…

Ou quelle femme épouserai un homme séducteur, un homme qui se conduit mal, un homme qui à la maison a toujours été un mauvais fils, un mauvais frère, et que dans la rue s’est toujours avéré être un mauvais ami? Le résultat doit être un échec, cela est évident. Celui qui est un mauvais fils, qui est un mauvais frère, qui est un mauvais ami, ne peut en aucun cas être un bon mari; cela est évident.

Ainsi, en regardant ces choses sous différents angles, nous comprenons combien précisément sont délicats le mariage et l’amour. Ce qui est intéressant c’est de comprendre, et d’agir en fonction de notre compréhension créatrice.

Il y a des femmes qui ne veulent pas apprendre à faire leurs tâches ménagères, mais elles veulent se marier. Elles ne savent pas comment faire cuire la nourriture, mais elles veulent se marier. Elles ne savent pas comment coudre un simple bouton, mais elles veulent se marier. Et, le jour où elles se marier, le malheureux trouve que sa femme ne sait pas tout ce qui concerne la maison, elle demande donc une femme de chambre (en effet!), mais si elle ne sait pas comment faire le ménage, comment peut-elle diriger d’autres à le faire? Le propriétaire de l’usine doit connaître l’usine pour qu’il puisse la gouverner sagement; un professeur d’école doit connaître toutes les matières enseignées à l’école; de même, il est clair qu’une femme doit connaître le ménage, si bien, vraiment, elle va essayer de commander la femme de chambre; mais si elle veut commander les serviteurs et elle ne sait pas le travail, comment les commanderait-elle? Comment un général qui ne sait rien de l’armée va envoyer ses troupes au champ de bataille? Comment pourrait-il fournir une stratégie s’il n’a jamais été dans l’armée? Il ne sera plus qu’un «général fantôme», et rien de plus.

On doit savoir comment faire son travail. Les hommes et les femmes doivent connaître leur travail et bien le connaître, cela est clair.

De plus, il y a aussi des femmes qui veulent que leur mari fasse tout le travail; il doit laver le bébé, il doit changer les vêtements du bébé, nettoyer le bébé, et donner le biberon. C’est ce qu’elles veulent, cela pour moi semble ne pas être correct…

L’homme a ses fonctions, ses responsabilités et la femme les siennes. L’homme doit sortir pour se battre, pour obtenir l’argent, pour aller travailler. Les femmes doivent être en charge de la maison, sachant le ménage, l’éducation des enfants, etc.

Lait Maternel et Allaitement

En ces temps, quelque chose de terrible se passe; je me réfère à l’éducation des enfants. Déjà [en raison de ce que les médecins leur disent] beaucoup de mères ne veulent pas allaiter leurs enfants. Le résultat: la race devient faible, chétif. Pensez par vous-mêmes à ce que cela signifie.

Le lait maternel est lié à la glande thymus, qui régule la croissance des créatures. C’est une glande très importante qui à l’âge adulte cesse finalement d’agir. Dans la mesure où les glandes mammaires sont liées à la glande thymus, il est évident que par la loi des relations que le lait maternel est étroitement lié et préparé pour le prochain enfant qui vient à la naissance.

Malheureusement, les mères ne veulent pas allaiter leurs enfants. Lorsque ce lait maternel, si vital pour la croissance des créatures, est refusé à l’enfant, cela produit des effets désastreux: elle donne naissance à des enfants faibles, malades et inintelligent.

Dans les temps anciens, les mères allaitaient leurs enfants tout naturellement. Il était normal dans les temps anciens que pendant deux ou trois ans de sa vie l’enfant était nourri exclusivement au lait maternel. Seulement après ce temps les enfants ont commencé à manger d’autres aliments. Voyez quel genre de gens forts existaient dans le passé!

mary-feeding-jesus
Marie allaitant Jésus

Pensez à la force de notre General Francisco Villa. Pensez à ces hommes vieux, les hommes du siècle dernier, comme Morelos, qui a soulevé une épée très lourd à tenir pendant des heures sur le champ de bataille. Il y a des épées romaines qui aujourd’hui ne pourrait être soulevée par un seul homme; il faudrait deux ou trois ou quatre hommes pour la soulever, et pourtant un seul, l’a brandit dans les champs de bataille…

La race humaine a été affaiblie par toutes ces mauvaises habitudes, et le pire de tous c’est de refuser l’allaitement à l’enfant. Au nom de la vérité, cela semble terrible, monstrueux. Les anciens étaient très forts parce que leurs mères n’ont pas réfusé de les allaiter…

Alors, en effet, notre race humaine marche maintenant sur le chemin involutif, descendant. Les maladies se multiplient de plus en plus, depuis l’enfance, nous n’avons pas le courage. Maintenant, [les médecins insistent sur le fait que] seul le lait-eau soit donné aux petites créatures, et c’est réglementé toutes les trois heures, cela n’a pas d’importance si la créature pleure amèrement; ses pleurs est sans valeur. L’enfant doit supporter trois heures. Alors, voilà comment les ignorants «corrigent» la nature.

Amis, Mesdames, pensez à tout cela. Il est bon d’essayer de se régénérer. Il est bon d’apprendre à aimer. Il est bon que nous comprenons tous la nécessité d’apprendre à vivre à la maison…

Il n’y a rien de plus beau que le mariage. Il n’y a rien de plus beau que l’amour. Malheureusement, c’est nous qui endommageons l’enchantement de la maison.

En Russie, les jeunes ne veulent pas se marier. «Pour quoi?: disent-ils, et à juste titre. Pour être soumis à de nombreux règlements, à cette mécanicité? Alors que leurs enfants sont enlevés d’eux? Alors qu’ils sont soumis à diverses expériences scientifiques? Dans ces conditions, les jeunes Russes ont raison de ne pas vouloir se marier; ils sont à juste titre désabusé; le gouvernement Russe fait face à un gros problème…

Je dis que, en effet, il faut savoir respecter l’amour. Je dis que, en effet, il est nécessaire d’apprendre à respecter la maison, à savoir l’éducation des enfants, savoir comment les éduquer…

Elevation Sexuelle ou Dégénérescence

Amis, il est nécessaire de profiter de la merveilleuse énergie créatrice du sexe. Ce flux d’énergie venant du noyau de chaque atome, et venant du noyau du système solaire, et venant du noyau de chaque galaxie de l’espace étoilé…

L’amour, en lui-même, a toujours été respecté. Jamais, jamais, l’humanité est tombé dans un état de dégénérescence sexuelle comme en ces temps. Dans certains pays, 85 ou 90% des résidents sont des homosexuels et des lesbiennes (je ne cite pas ces pays, car en aucun cas nous ne devrions insulter une personne, une organisation ou une nation, mais en effet, cette humanité est dégénérée en ces temps). Incontestablement, l’homosexualité et le lesbianisme sont précisément les résultats de l’abus de sexe.

Dans le vieux continent Mu, les gens déjà involués se sont unis sexuellement quand ils voulaient créer, mais ils ne se sont jamais unis quand ils ne voulaient pas créer. Je me réfère aux gens qui avaient déjà involué, parce que les gens régénérés venant du moyen âge de la Lémurie, à une époque où l’humanité n’avait pas encore quitté l’état paradisiaque, n’éjaculaient pas, comme je le disais, l’Ens Seminis, ainsi lorsque sexuellement unis pour créer, ils l’ont fait d’une manière mystique et transcendantale dans les temples.

Nous, les gens de cette époque, avons trop involué. Maintenant, le sexe est devenu un jouet, un sport. À Paris, on nous a dit qu’il y a des gens, forniquant copulant ouvertement dans les parcs, et les autorités Parisiennes ne disent rien à ce sujet.

Ainsi, partout aujourd’hui, la dégénérescence est très abondante.

Nous devons essayer de chercher le chemin de la régénération. L’homme doit aimer intensément la femme, en voyant en elle un miraculeux poème de «Mille et une nuits.» Nous devons verser le vin de la sagesse si nous voulons vivre vertueusement…

Ceci est la fin de ma conférence ce soir. Je l’ai dit!

Paix Invérentielle!

 

Apprendre encore plus:

Le Mariage Parfait par Samael Aun Weor