La Transmutation de l’Énergie Sexuelle (3)

Contrôle de la Fertilité vs Contrôle des Naissances

«Les scientifiques ont découvert que la thyroïde et les glandes pituitaires ont certaines fonctions très intimes liées à l’expression sexuelle.

La prostate est située à la base de la vessie, entourant son cou. C’est dans cette glande que le fluide séminal, le Mercure de la philosophie secrète, est stocké.

Les anciens magiciens-médecins attachaient une importance exceptionnelle à la glande prostatique, parce que les hiérophantes ou les kabiris des collèges initiatiques sacrés considéraient depuis longtemps la prostate comme l’un des organes les plus importants pour l’exercice de la Magie Supérieure.

La prostate exerce une influence décisive sur les fluides vitaux qui circulent dans le système nerveux.

De nombreux médecins ont constaté à travers l’observation et l’expérience que lorsque la prostate d’un homme devient enflammée, il devient irritable, neurasthénique et avec une tendance marquée au suicide. Si leur prostate était traitée, la santé de beaucoup de ces personnes pourrait être rétablie et ils pourraient reprendre leur activité normale.

Très fréquente chez les hommes âgés, l’hypertrophie de la prostate est due à l’hypersécrétion d’hormones mâles. Fondamentalement, une telle hypersécrétion est causée par une surexcitation des testicules par l’hormone gonadotrophique de l’hypophyse.

L’abus sexuel provoque des conditions prostatiques.» – Samaël Aun Weor, La Race Aryenne Condamnée

Les gonades des femmes sont les ovaires, les seins et l’utérus. Ceux des hommes sont les testicules, le phallus et la prostate. Ces glandes reproductrices se révèlent être de merveilleux micro-laboratoires sexuels. Il est incontestable que les glandes précitées ont une double fonction, puisqu’elles ont une sécrétion externe et interne.

Bien qu’il soit vrai que les ovaires produisent l’ovule, il est moins évident qu’ils incrètent [sécrètent intérieurement] aussi une substance endocrinienne merveilleuse qui vitalise les femmes et les rend féminines.

Il est vrai, efféctif et réel que les testicules ont l’Ens Seminis (l’entité du semen) comme sécrétion externe dans laquelle flottent les spermatozoïdes. En fait, ces derniers constituent les germes vitaux de l’existence.

L’incretion hormonale intime du cortex testiculaire est la puissance merveilleuse qui donne de l’énergie aux hommes et les rend essentiellement masculins.

Un homme normal est celui qui a des gonades masculines normales. Une femme normale est celle qui a des gonades feminines normales.

Les ovaires régulent très sagement la distribution du calcium chez les femmes. Cela a déjà été prouvé.

Un nombre excessif de grossesses «à cause des circonstances» provoque de cas terribles d’ostéomalacie, ou difformités dues aux os mous, si fréquentes dans les pays densément peuplés du monde où nous vivons.

Il a été scientifiquement vérifié que lorsque les grossesses sont très fréquentes, elles épuisent vraiment les réserves de calcium et donc les os sont affaiblis. Tout médecin peut rendre évident que de nombreuses femmes souffrent de problèmes avec leurs dents pendant la grossesse.

Chez les hommes, les testicules (également appelés glandes interstitielles) régulent le calcium dans les os, ce qui leur donne de la force et de la stabilité.

À travers de nombreuses années d’observation et d’expérience, les sages ont été en mesure de vérifier que les hommes avec des os très forts sont généralement très virils sexuellement.

Des observations scientifiques approfondies ont déjà démontré que certains des endocriniens agissent intelligemment comme des accélérateurs des glandes sexuelles et que d’autres diminuent cette action.

Les biologistes éminents, dont on ne peut douter, pensent que la glande du thymus arrête l’appétit sexuel.

On sait que les ovaires libèrent un ovule tous les vingt-huit jours selon le cycle lunaire. Évidemment, ce gamète feminin est recueilli dans l’une des trompes de Fallope et est transporté dans l’utérus, où il doit rencontrer le germe masculin (le spermatozoïde), si une nouvelle vie doit commencer.

Il a été prouvé qu’aucune force dans la vie ne s’exprime d’une manière plus impulsive que l’effort que font les gamètes masculin et féminin pour se rencontrer.

Le contrôle des naissances est un crime; le contrôle de la fécondation est un devoir.

En ces temps de crise mondiale et d’explosion démographique, il y a trois systèmes absurdes pour contrôler la fertilisation:

  • A. Physique
  • B. Chimique
  • C. Biologique

Inclus dans le premier système sont: pessaires, spirales, préservatifs, membranes, etc, etc, etc.

Le second système comprend des onguents spermicides à base d’arsenic, à base de mercure, etc. (poisons cellulaires).

Dans le troisième système sont inclus des pilules anovulatoires; ligatures des trompes de Fallope ou du cordon spermatique; Ovulen 28; Anovlar 21; Retex, etc, etc., etc.

Il est évident que non seulement toutes les procédures de contraception physique, qui sont 100% mécaniques, causent souvent des dommages organiques irréparables, mais elles détendent aussi radicalement l’éthique humaine et mènent à la dégénérescence.

Il est incontestable que les onguents de toutes sortes appliqués au vagin produisent des irritations chimiques et un déséquilibre dans les cellules du col de l’utérus.

Sans aucun doute, tous les anovulants biologiques, qui empêchent la chute de l’ovule dans l’utérus, provoquent un déséquilibre effroyable du merveilleux Axe Hypophyse-Gonade.

Toutes les pilules contraceptives peuvent entraîner diverses maladies dans l’organisme féminin. En réalité, de nombreux contraceptifs utilisés par les femmes ne peuvent produire que du cancer.

Certains hommes ont une vasectomie, et évidemment, avec ce genre d’opération, ils provoquent de graves altérations dans toutes leurs activités organiques.

Il est indispensable que nous comprenions parfaitement l’immense puissance de ces agents vitaux appelés lysosomes, sans lesquels le noyau de la cellule organique ne pourrait pas rester en vie.

Il est évidemment manifeste, clair et positif que les lysosomes stabilisés du spermatozoïde et de l’ovule génèrent des bébés sains et forts.

La pilule contraceptive et les autres éléments biologiques et chimiques détruisent les lysosomes des spermatozoïdes et des ovules, donnant naissance à des bébés malades, des fous, des paralytiques, des sourds-muets, des aveugles, des idiots, des homosexuels, des lesbiennes, etc.

Les scientifiques ont pu vérifier que les onguents appliqués au col de l’utérus dans le but de le bloquer détruisent les lysosomes cellulaires. Les lysosomes ainsi détruits sont libres d’annihiler les cellules et de provoquer des ulcères et des cancers dans les parois vaginales et dans le col de l’utérus.

Les lysosomes en pleine activité harmonieuse à l’intérieur de la cellule vivante constituent le fondement de l’existence.

Des formes variées de lysosomes existent: Amylases (hydrates de carbone); Catalases; Peroxydases; Hydrases (hydrogène); Lipases; Oxydases; Protéases (protéines).

Il est évident que le lysosome lui-même est un centre électromagnétique enzymatique.

Dans le noyau vivant de la cellule se trouve le K-méson qui, en rayonnant vers la périphérie produit les lysosomes intracellulaires par la Loi de l’Heptaparaparshiknokh Éternel.

En harmonie avec l’infini, au contact de la nature, la tension de surface et la pression osmotique et encosite de toutes les cellules (globules rouges, spermatozoïdes, etc.) atteignent l’équilibre.

Les détergents, les insecticides, les pommades spermicides, les médicaments, les hormones d’origine animale, le monoxyde de carbone, etc. détruisent les lysosomes des spermatozoïdes, des ovules, etc.

L’air vital loin des villes, le prana dans les forêts, le soleil, l’eau pure, etc, fortifient et enrichissent l’organisme avec des lysosomes merveilleux.

Certes, les lysosomes sont les agents actifs du stock vital (lingam sarira – le Corps Vital). Les procédures physiques, chimiques et biologiques à la mode pour le contrôle des naissances détruisent les lysosomes, provoquent des maladies effrayantes et tuent la vie.

Le meilleur système contraceptif existant est de ne jamais atteindre le spasme, l’orgasme de la physiologie organique.

Évidemment, pendant la copulation «métaphysique» ou «chimique» (Alchimie Sexuelle), tout spermatozoïde mûr peut s’échapper et provoquer la fécondation. Il n’est pas nécessaire d’éjaculer des milliers de spermatozoïdes pour obtenir une fertilisation.

Pendant la pratique de la transmutation de l’énergie créatrice, si l’on désire la procréation d’un autre être humain, tout spermatozoïde mûr peut s’échapper afin de féconder un ovule, et c’est tout.

C’est le seul système sain pour résoudre le problème extrêmement grave de l’expansion démographique.

C’est la clé pour contrôler la fertilité humaine d’une manière intelligente et sans danger.

La non-éjaculation est évidemment un sacrifice terrible pour les gens lascifs.

Thelema (volonté) est ce qui est nécessaire pour se retirer à temps, avant le spasme sexuel.

Il est conseillé d’affirmer que la nature ne fait pas de bonds; l’étudiant peut et doit même faire le changement petit à petit.

Si nous voulons vraiment consolider, établir, utiliser notre système, je considère nécessaire de commencer par de brèves pratiques sexuelles, de très courte durée, de une à cinq minutes par jour, tout au plus.

Plus tard, nous pouvons certainement prolonger le temps de chaque pratique. Les grands athlètes du Yoga sexuel sont habitués à pratiquer le Sahaja Maithuna quotidiennement pendant une heure.

En aucun cas, il n’est conseillé de commencer avec de longues pratiques sexuelles; le changement doit être méthodique et avec une très grande patience, ne jamais être consterné.

Après quelques années d’apprentissage patient, le Sahaja Maithuna deviendra sa fonction normale, la norme de sa vie sexuelle.

L’un des merveilleux avantages de notre système est qu’il conserve notre vie sexuelle à travers toute la vie.

Le Caducée

«Nous devons transmuter le sperme en énergie afin d’éveiller le Feu Sacré et le faire grimper le long de la colonne vertébrale jusqu’au cerveau. Ce n’est qu’ainsi qu’il nous sera possible de développer toutes nos facultés et tous nos pouvoirs.

Nous devons travailler avec ce Caducée de Mercure que nous avons dans notre colonne vertébrale.

Évidemment, quand nous sommes capables de transmuter le sperme en énergie, quand nous ne faisons pas l’erreur de renverser le Vase d’Hermès Trismégiste, alors le sperme qui n’a pas été éjaculé est transformé en énergie séminale.

Cette énergie, à son tour, se bipolarise en atomes solaires et lunaires d’une très haute voltage, qui montent à travers deux cordes nerveuses jumelées le long de la colonne vertébrale, les deux cordes qui apparaissent dans le Caducée de Mercure.» – Samaël Aun Weor, tiré de la conférence «Le Pentagramme Esoterique.»

La colonne vertébrale ou rachis est harmonieusement composée par la superposition parfaite de trente-trois vertèbres, formant une case précieuse pour la moelle épinière. Elle peut être localisée avec une précision absolue dans les parties postérieure et centrale du tronc. Cinq parties ou régions peuvent clairement être distinguées: cervicale, dorsale, lombaire, sacrée et coccygienne.

Sur le nombre total de vertèbres («pyramides» ou «canons», comme on les appelle en sciences occultes), sept sont cervicales, douze dorsales, cinq lombaires, cinq sacrées et quatre coccygiennes.

Les médecins savent très bien que les vertèbres cervicales, dorsales et lombaires restent indépendantes les unes des autres, alors que les vertèbres sacrées et coccygiennes sont unies avec une eurythmie surprenante, formant respectivement le sacrum et le coccyx.

Une étude attentive de la colonne vertébrale permet de comprendre que toutes les vertèbres ont une série de caractéristiques communes, alors que d’autres caractéristiques sont uniques aux vertèbres de chaque région.

Une vertèbre en elle-même est constituée d’une masse ou d’un corps osseux, plus ou moins cylindrique, qui occupe sa partie antérieure; d’où partent deux colonnes ou pédoncules antéropostérieurs, reliant sagement le corps à une série de protubérances appelées apophyses transversales, articulaires et spinales, et lamines vertébrales.

Entre ceux-ci et le corps vertébral, il y a un orifice ample qui, avec les autres vertèbres, forme un canal grossièrement cylindrique ou canal vertébral, bien connu des gens de science. A l’intérieur de ce tube, la moelle épinière est logée d’une manière extraordinaire et merveilleuse.

Le corps vertébral est plus ou moins cylindrique, sa surface est sculptée verticalement sur ses côtés latéral et antérieur, tandis que son côté postérieur est légèrement sculpté transversalement, constituant le tube de la moelle allongée.

Les bases du cylindre, les faces supérieure et inférieure du corps, sont horizontales et quelque peu concaves, puisqu’elles sont évidemment plus proéminentes à la périphérie qu’au centre, où elles présentent de nombreux orifices merveilleux, tandis que la périphérie est extraordinairement composée de tissu compact.

Selon les yogis de l’Hindoustan, il y a deux canaux nerveux fins et minces le long de la colonne vertébrale, appelés Ida et Pingala, et un canal profond appelé Sushumna, qui courent à l’intérieur et le long de la moelle épinière.

Évidemment, ces canaux nerveux spécifiques servent à l’ascension de l’énergie sexuelle. Malheureusement, ils ne seront jamais trouvés avec un scalpel, car ils appartiennent à la Quatrième Dimension.

«L’ange qui parlait avec moi revint, et il me réveilla comme un homme que l’on réveille de son sommeil. Il me dit: Que vois-tu? Je répondis: Je regarde, et voici, il y a un chandelier tout d’or, surmonté d’un vase et portant sept lampes, avec sept conduits pour les lampes qui sont au sommet du chandelier; et il y a près de lui deux oliviers, l’un à la droite du vase, et l’autre à sa gauche.

Je pris la parole et je lui dis: Que signifient ces deux oliviers, à la droite du chandelier et à sa gauche? Je pris une seconde fois la parole, et je lui dis: Que signifient les deux rameaux d’olivier, qui sont près des deux conduits d’or d’où découle l’or? Il me répondit: Ne sais-tu pas ce qu’ils signifient? Je dis: Non, mon seigneur. Et il dit: Ce sont les deux oints qui se tiennent devant le Seigneur de toute la terre.» – Zacharie 4: 1-3, 11-14

Les deux branches d’olivier qui versent de l’huile comme de l’or à travers deux pipes, sont les deux nadis Ida et Pingala.

Ce sont les deux Oliviers du Temple. Ce sont les deux Chandeliers devant le Trône du Dieu de la Terre. Ce sont les Deux Témoins de l’Apocalypse et, si quelqu’un voulait leur faire du mal, le feu sort de leur bouche et dévore leurs ennemis.

La sagesse antique nous dit qu’Ida et Pingala s’attachent à l’os coccygien et s’élèvent de là, comme deux serpents enroulés autour de la colonne vertébrale, vers le cerveau. Néanmoins, la racine même de cette paire de cordes nerveuses se trouve dans les organes sexuels, comme Sivananda l’enseigne dans son livre Kundalini Yoga.

Chez les hommes, Ida commence à partir du testicule droit et Pingala du gauche; chez les femmes, cet ordre est inversé à partir des ovaires. La doctrine secrète enseigne à ses disciples qu’Ida est de nature lunaire et que Pingala est solaire.

Les yogis Hindustani affirment que Ida est intimement lié à la narine gauche, et que Pingala est connecté à la narine droite. Bien que cet ordre soit inversé chez les femmes comme mentionné ci-dessus, le résultat est le même.

Le Mouvement Gnostique enseigne à ses disciples que pendant les pratiques ésotériques de la transmutation sexuelle, les atomes lunaires du système séminal ascensionnent à travers le canal nerveux Ida tandis que les atomes solaires montent victorieusement à travers Pingala.

Des recherches approfondies nous ont permis de comprendre que Ida et Pingala se terminent à la région frontale entre les sourcils, formant un nœud gracieux et continuant à partir de là comme certains conduits subtils qui commencent à la racine du nez par des canaux osseux très minces, où quelques terminaisons nerveuses sont stimulées, qui à leur tour reçoivent une stimulation pendant certaines pratiques ésotériques.

En fin de compte, ces canaux relient Ida et Pingala au cœur ésotérique, un merveilleux centre magnétique situé dans la région du thalamus.

Le cœur ésotérique est le centre capital qui contrôle le cœur physique. Le chakra du coeur tranquille est contrôlé par le chakra capital situé dans le thalamus.

Les sages ésotéristes du Laya Yoga disent que dans la région du thalamus se trouve le mystérieux canal nerveux appelé Amrita Nadi, qui sert précisément à connecter le cœur ésotérique au fameux Anahata Chakra, le lotus magnétique du cœur physique.

Ida et Pingala, continuant vers le cœur à travers cet ensemble mystérieux de canaux subtils, relient les organes sexuels aux cardias.

Des recherches ultérieures ont permis de comprendre que l’Amrita Nadi a (outre d’autres fonctions) la fonction très singulière de relier le coeur ésotérique du thalamus au lotus aux mille pétales situé sur la glande pinéale, dans la partie supérieure du cerveau.

La colonne vertébrale est cette canne comme un bâton de mesure dont parle le Livre de l’Apocalypse; c’est la verge de Brahma, le bâton d’Aaron, la baguette de Mercure avec ses deux serpents enroulés.

La moelle épinière se termine par une sorte de gonflement – le bulbe rachidien – qui n’est pas fixé au cerveau mais flotte dans un milieu liquide, de sorte que si on frappe un coup sur la tête, sa force est absorbée par le liquide et la moelle épinière n’est pas endommagée.

Le salut de l’homme repose exclusivement sur la moelle épinière et l’énergie sexuelle; toute autre manière est une perte de temps lamentable.