Comment On Meurt?

Poursuivant nos conférences sur le processus de la mort et mourir, il est bon pour nous de comprendre — comme nous l’avons mentionné — que la mort est inévitable. Pour être un pratiquant sérieux de n’importe quelle spiritualité, nous devons être conscients de la mort, constamment conscients de l’inévitabilité, mais surtout de l’incertitude de la manière et le temps de notre mort.

Notre ego nous garde distraits de ce fait en utilisant un outil puissant : l’hypothèse que nous ne mourrons pas ou que nous avons encore beaucoup de temps restant. C’est un outil important que notre ego utilise pour nous tromper, et c’est pourquoi nous perdons tant de temps à faire des choses stupides et fautives, comme être engagé dans des activités et des comportements qui sont vraiment complètement inutiles du point de vue spirituel. Si nous avions réellement conscience de notre propre mort, nous ne perdrions pas notre temps ni notre énergie.

La connaissance de notre mort prochaine est essentielle pour avoir une pratique spirituelle réussie pendant que nous sommes vivants, et pour avoir une mort réussie. La conscience constante de notre mort prochaine nous donne la possibilité pour notre mort de ne pas devenir une porte d’entrée vers plus de souffrance ou une continuation de notre ignorance, mais plutôt pour que notre mort soit une porte d’entrée vers une vie meilleure. C’est la connaissance de la mort que nous cultivons maintenant qui fera la différence. Notre utilisation instantanée du temps et de l’énergie détermine notre approche de la mort. Si nous sommes conscients que la mort est inévitable, c’est comme si nous sommes conscients du tic-tac d’une horloge, nous sommes conscients du sable du sablier qui s’épuise, de sorte que lorsque vient le moment où le dernier grain de sable, le dernier clic de l’horloge arrive, nous en serons conscients, pas surpris, mais vigilants et capables de transformer ce moment en quelque chose d’utile. C’est ce dont on a besoin.

       … puisqu’il est essentiel que tous les avantages découlant de la pratique des enseignements convergent au moment de la mort, il est extrêmement important de devenir habile au cours de sa vie dans le processus de la mort. – Padmasambhava, Tiré de La Libération Naturelle à la Recollection

Cela est vrai, peu importe nos objectifs spirituels, notre pratique ou tradition spirituelle, quel que soit le niveau dans lequel nous travaillons. Un débutant absolu dans le travail spirituel qui a connaissance de la mort prendra une meilleure renaissance qu’un soi-disant pratiquant avancé qui passe par la mort dans un état d’ignorance. Cela signifie que quel que soit le niveau dans lequel nous travaillons maintenant, quel que soit la façon dont nous nous sentons avancés, c’est notre connaissance de la mort qui fait la différence. Nous devons nous préparer à la mort, et pour cette raison, nous devons comprendre la vie.

Pour comprendre comment nous allons mourir, nous devons comprendre comment nous vivons. En ce moment, nous ne savons pas comment nous vivons. Si nous savions comment nous vivons, nous ne vivrions pas comme nous le faisons. Nous dormons, et ne soupçonnons pas la vérité. Pire, la plupart d’entre nous ne veulent pas connaître la vérité.

Nous Sommes ce que Nous Mangeons

nervous-system-2Cet organisme humain — le corps physique — est incroyablement compliqué et a un potentiel infini. Nous n’utilisons qu’une très petite fraction du potentiel du corps, et rien de ce qu’il est capable de faire. Je sais que nous pensons que nous sommes très avancés et super-civilisés, et que nous avons conquis l’univers, mais la réalité est que nous ne comprenons même pas les fonctions les plus élémentaires de nos corps physiques et n’avons même pas la moindre notion du potentiel dans le corps. La grande majorité des gens — y compris la plupart des pratiquants spirituels — ne peuvent pas expliquer les fonctions les plus élémentaires du corps physique qu’ils portent avec eux tous les jours. Ils ne comprennent pas la fonction du cœur, des poumons, de la vésicule biliaire, du foie, des glandes surrénales, de l’hypophyse, de la glande pinéale. Ils ont à peine entendu ces noms, ils ne peuvent pas les identifier, ils ne peuvent pas vous dire comment ils fonctionnent ou ce pourquoi ils sont faits. De toute évidence, ils n’ont aucune idée de la façon dont chacun est lié à notre potentiel spirituel. Tout cela est à la honte de l’humanité.

Pour réussir spirituellement, nous devons comprendre la fonction du corps et comment il fonctionne. Le fait que nous ne savons pas est illustrée par le mal que nous lui faisons, comment nous le détruisons rapidement, et à quel point il est malade. La preuve est partout dans nos vies, dans nos corps, dans notre société. Mais si nous en apprenons au sujet de lui, si nous l’étudions, si nous l’utilisons bien, le corps physique peut devenir un outil incroyable non seulement pour bien vivre, mais pour utiliser la vie comme tremplin pour le développement spirituel. Tout ce dont nous avons besoin est dans le corps — tous les éléments, toutes les matières premières ne sont pas en dehors de nous, ils sont à l’intérieur du corps.

Le corps physique est la source énergique qui peut créer un Bouddha, un ange, un Maître ; le corps a tout cela. Jésus est devenu Jésus grâce à son corps physique. Il avait besoin de ce corps. Sans lui, il n’aurait pas pu accomplir sa mission. Le Bouddha est devenu le Bouddha grâce à son corps physique et comment il l’a utilisé. Sans ces corps physiques, ces maîtres n’auraient pas pu faire leur travail et accomplir ce qu’ils avaient accompli. Il en est de même pour ceux qui aspirent à suivre leurs exemples. Nous avons également besoin de nos corps physiques pour devenir des véhicules adaptés pour le travail spirituel.

Le corps physique est très important, mais malheureusement aujourd’hui nous pensons que c’est seulement un outil pour le plaisir, donc tous les jours nous le remplissons de déchets, non seulement physiquement, mais émotionnellement, mentalement et spirituellement. Nous sommes tous constamment en train de remplir le corps d’impuretés. Nous sommes réellement, vraiment ce que nous mangeons, parce que nous absorbons tant de déchets à travers la télévision, les films, les livres, Internet, ce que nous regardons dans la rue, la musique que nous écoutons, l’air que nous respirons, les cigarettes que nous fumons, l’alcool que nous buvons, les drogues, les mauvaises paroles, le mauvais langage — tout cela est reçu dans le corps et deviennent votre corps. Si vous voulez savoir pourquoi votre corps est faible, malade ou en décomposition, regardez ce que vous avez mis en lui par la bouche, les yeux, les oreilles, la peau, etc. C’est la cause numéro un de la maladie et de la mort.

Le Corps en tant qu’Univers

Le corps est une série très sophistiquée, interdépendante, interconnectée de systèmes qui est extrêmement complexe ; c’est un univers en miniature. Le corps physique soutient d’autres formes de vie non seulement physiquement mais intérieurement aussi. C’est pourquoi, dans le Tantra, le corps est considéré comme un mandala, une série vaste et magnifiquement compliquée de modèles d’interconnectivité et d’interdépendance. Nous avons la vie à cause de la vie que nous fournissons aux autres. Il est dit dans le Tantra que si nous tuons notre propre corps, nous tuons des myriades d’entités, d’organismes, d’entités, de devas symboliquement appelés dakas et dakini, que certains maîtres appellent « atomes ». Pour nous, qui empoisonnons le corps, tuons le corps, utilisons le corps comme une source de plaisir, nous commettons un crime contre toutes ces intelligences cosmiques et atomiques qui donnent vie au corps, à tous les organismes du corps. Toutes les forces élémentales qui travaillent à l’intérieur pour nous donner la vie sont notre responsabilité. C’est pourquoi le corps en tantra est traité comme un univers, un mandala. Il doit être respecté et soigné.

kalachakra-mandala-500
Le Kalachakra Mandala, qui peut nous représenter

Le corps en tant qu’univers ou en tant que système cosmique est la responsabilité de celui qui s’en occupe, nous. De cette façon, nous pouvons voir que nous sommes une sorte de Dieu sur toutes les intelligences atomiques dans le corps. Si vous avez développé une certaine clairvoyance ou une certaine habileté dans la méditation, vous pouvez rechercher vos organes, vos cellules, vos hormones et vous verrez que les ouvriers atomiques, les forces élémentales qui travaillent dans vos organes, vous traiteront comme un Dieu, parce que pour eux vous l’êtes, même si nous sommes juste au niveau animal. Pour une intelligence minérale, nous sommes des Dieux, mais des Dieux stupides.

L’Abus du Corps

Cet organisme merveilleux du corps — aussi incroyablement beau et sophistiqué qu’il est — est aussi très vulnérable, très délicat. Avec nos modes de vie, nous le frappons très fort ; Nous sommes très durs envers le corps, exigeant de lui beaucoup plus que notre équilibre. Nous l’obligeons à essayer de digérer toutes sortes de produits chimiques horribles et de substances étrangères dans notre alimentation, l’air et l’eau — y compris de nombreuses substances synthétiques qui ne devraient pas être consommées, mais nous les consommons. Nous exerçons également le corps de milliers d’autres façons, en le soumettant à des bombardements incroyables d’énergie et de poisons divers, que nous ignorons totalement. Nous n’avons aucune idée des pollutions — chimiques, électriques, nucléaires et autres — qui pénètrent dans nos villes, nos foyers, nos cours d’eau, etc. De plus, nous consommons quotidiennement des produits chimiques et des médicaments dont les effets sont à peine perçus ou ignorés, leurs conséquences sont insoupçonnées. Enfin, nous n’avons aucune idée de la façon dont la colère, la luxure, la jalousie et les autres mouvements négatifs sont nuisibles pour le corps. Des explosions de luxure et de colère détruisent le corps. Le stress détruit le corps. Il y a juste trop d’exemples de la façon dont nous nous tuons.

Si nous pouvions voir clairvoyamment combien de dommages nos mauvais comportements font à nos corps physiques et internes, nous serions étonnés. Notre clairvoyance ne révélerait pas une belle, parfaite structure en nous organiquement, chimiquement, ou psychologiquement ; au lieu de cela nous verrions une maladie rampante, non seulement sur le plan physique, mais sur le plan interne. Nous verrions toute une série de maladies graves, des problèmes et des caries. Nous verrions des organes, des cellules et des processus qui ne fonctionnent pas comme ils le devraient, mais avec de grands obstacles.

Tout au long de tous ces systèmes et cycles en nous, il y a un équilibre incroyablement délicat, une vulnérabilité incroyable, et pourtant nous persistons à mettre dans le corps des éléments qui perturbent complètement son fonctionnement normal. Un exemple très simple est l’alcool, que nous avons déclaré comme 100% de poison pour le corps. Sur le plan physique, cela est déjà bien documenté ; l’alcool tue le cerveau et le foie. Sur le plan physique, l’alcool tue les cellules, il les détruit. Mais sur les niveaux psychologiques, sur des niveaux plus subtils les dommages sont encore plus étendus. Autant que nous endommageons physiquement le foie, nous endommageons son aspect vital dans la quatrième dimension ; nous endommageons son aspect de cinquième dimension dans les corps astral et mental. Ainsi, à tous les niveaux, l’organisme est lésé. Ce type de dommages est également causé par les cigarettes, et tout type de drogue ; cela est vrai pour les aliments génétiquement modifiés, les aliments en conserve, les aliments « en conserves » ou modifiés comme les aliments en boîte ou les aliments chimiquement traités et les aliments dits « rapides ». Tous ces soi-disant « aliments » n’ont pas de substance vitale ou d’énergie solaire, et sont denses avec des produits chimiques et des substances mortes qui sont fabriquées en usine (non faites par la nature), et sont des éléments fortement modifiés qui ressemblent à de la nourriture mais ne contient pas de subsistance. Ces éléments endommagent le corps physique et les corps internes. Cela provoque des maladies, de la faiblesse et des problèmes psychologiques et spirituels.

Aussi grave que cela puisse paraître, tout cela est secondaire aux dommages les plus importants que nous faisons à notre système très vulnérable. Les dommages les plus importants, l’impact le plus dommageable que nous avons, est causé par notre abus psychologique et abus du corps. Notre situation psychologique erronée nous tue beaucoup plus vite que nos sources alimentaires, la pollution, etc.

Mais, le corps physique est un véhicule incroyable qui est capable de résister à tous ces abus, et il continue à nous servir fidèlement comme il peut, car comme je l’ai mentionné, il est alimenté par toutes ces intelligences atomiques (les daka et dakini), ces intelligences qui gèrent depuis le niveau atomique, au niveau cellulaire, au niveau d’organe et gère tous les systèmes du corps; ils font de leur mieux pour nous servir, nous aider, nous donner une chance de croître et de progresser dans notre processus spirituel.

Malheureusement, ce corps est extrêmement délicat, très vulnérable et facile à tuer. Nous n’avons pas à vous fournir toutes les sources potentielles de mort qui existent dans le domaine physique ; ils sont trop nombreux et trop évidents. Nous savons tous combien nous pouvons mourir, mais honnêtement, tout au long de notre histoire, il n’a jamais été aussi facile de mourir, surtout en grand nombre. La menace de mort est plus grande qu’elle ne l’a jamais été, non seulement par la pollution, les déversements de produits chimiques, les rayonnements qui saturent la planète depuis plus de soixante ans d’explosions atomiques (la plupart ont été faites en secret mais polluent encore la planète). Aussi de la menace de guerre qui est si répandue sur cette planète de nos jours. En Occident, nous sommes très ignorants de ce que la plupart des gens de la planète traversent quotidiennement. Même ici, dans le soi-disant « premier monde », nous sommes très vulnérables à la destruction massive à tout moment. Nous sommes vulnérables. Tout le monde l’est.

Le Sang et le Souffle

heart-leonIl y a beaucoup de forces qui agissent autour de nous et à l’intérieur de nous. La menace de mort est tout autour et à l’intérieur, mais néanmoins le corps continue à travailler, s’efforçant de nous servir, de nous donner une chance de nous améliorer, mais le corps a une limite. Chaque organisme cosmique naît, se soutient selon les lois qui le gèrent, puis doit mourir, selon la loi. C’est le cycle de chaque chose existante, et notre corps ne fait pas exception. Dans chaque organisme cosmique, à chaque niveau, du plus petit au plus grand, les structures peuvent sembler différentes, mais les lois sont les mêmes.

Chaque organisme a un cœur. Le cœur est la source de la vie en tout. Même un système solaire, une galaxie, un infini, a un cœur. Il ne ressemble pas à notre cœur physique. La composante physique fonctionne différemment, mais la loi est la même.

Notre cœur physique est un muscle de la taille d’un poing qui est constamment en mouvement, travaillant en interdépendance complète avec les poumons, avec le souffle. Le sang et le souffle entrelacés, entremêlés, nous permettent d’être ici et maintenant. Ce mouvement constant, le flux et le mouvement, la diastole et la systole, le battement du cœur et le flux de la respiration, est quelque chose que nous ignorons complètement, mais c’est la base de la vie. Toutes les religions parlent de la nature sacrée du souffle, en particulier l’Islam : Allah hu.

Le souffle est sacré. Nous parlons de l’aspect le plus élevé de Dieu comme « le grand souffle ». Nous parlons de l’émergence d’un jour cosmique comme une grande exhalation, et le début d’une grande nuit cosmique comme une grande inhalation, quand Dieu inspire tout et que tout entre en repos. La nature sacrée du souffle imprègne toute religion, mais le souffle ne peut pas remplir sa fonction sans le battement d’un cœur. C’est le mouvement du cœur et du poumon ensemble qui produit la vie. Ainsi, c’est l’arrêt du cœur et du souffle qui produit la mort.

Il est très curieux et étonnant que chaque cœur — que ce soit dans un insecte ou dans un être humain ou dans une planète — a le même nombre de battements, mais juste à une échelle de temps différente. Chaque cœur fait deux milliards quatre cents millions de battements (2.400.000.000). C’est le nombre maximal de battements cardiaques pour n’importe quel organisme : deux milliards quatre cent millions. Ce nombre est symbolique. Il n’est pas littéral, il est symbolique. Si vous étudiez l’Arcane Vingt-quatre, vous comprendrez pourquoi.

a24L’Arcane Vingt-quatre du Tarot est la Mère Divine, la  Tisseuse, la Déesse au métier de Dieu qui tisse l’âme, qui tisse la création, qui crée la merveilleuse tapisserie de la vie. Ce nombre est profondément significatif.

2 400 000 000 représente la durée de vie de tout être vivant. Un insecte a un cœur qui bat deux milliards quatre cent millions de fois, le tout en quelques heures. Pour nous, il semble que l’insecte vit brièvement. Mais du point de vue de l’insecte, il vit une vie pleine. Il a le même point de vue de sa vie que nous avons du nôtre, mais l’insecte vit à un niveau dimensionnel différent, un niveau relatif d’existence.

Le temps ne fonctionne pas de la même manière pour tous les êtres. Le temps est relatif ; Einstein l’a prouvé. Le temps a des échelles. Le temps est une courbe, pas un rythme, une quantité ou une mesure fixe et rigide. Nous expérimentons le temps selon notre perception, par rapport à notre position dans l’espace-temps.

En outre, une planète a un cœur qui bat le même nombre de fois, mais sur une échelle beaucoup plus grande. Vu de notre position relative, ce que nous appelons temps, la planète semble vivre longtemps, mais du point de vue de la planète, la durée de vie est la même que notre expérience. Une planète connaît sa durée de vie de la même façon que nous expérimentons la nôtre.

Chaque organisme a une durée de vie potentielle définie, mais il n’est pas un nombre fixe, il n’est pas prédéterminé et mis en pierre. C’est comme tout le reste dans la nature : notre durée de vie est soumise aux lois, sous réserve de modifications. En d’autres termes, une loi supérieure l’annulera. Cela signifie que si nous abusons du corps, nous mourrons avant d’atteindre notre plein potentiel : ce nombre de battements de cœur. Si nous tuons le corps, évidemment, il ne peut pas survivre et atteindre ce nombre.

D’un autre côté, si nous en prenons soin, si nous connaissons la science, la vraie science pour prolonger la vie, ce nombre devient complètement inutile. Un grand maître peut vivre pendant des millions d’années avec le même corps parce qu’ils savent comment. Il y a beaucoup de cas de ceci. Dans chaque tradition, il y a des exemples de ceux qui vivent pour ce que nous appellerions « pour toujours ». Ils vivent à une autre échelle.

Les Trois Cerveaux

Le début de l’apprentissage de la prolongation de la vie consiste à apprendre à connaître notre psychologie, à utiliser l’énergie, à utiliser le cœur et à apprendre à connaître nos trois cerveaux. C’est vrai : trois cerveaux.

Nous ne parlons pas seulement du cerveau physique dans le crâne. C’est un cerveau, le cerveau de l’intellect. Le cerveau physique dans le crâne est une masse de matière physique qui agit comme un véhicule pour le mental. Le mental lui-même n’est pas le cerveau ; le cerveau est juste un outil que le mental utilise.

De même, nous avons un cœur, qui est notre cerveau émotionnel ; le véhicule que notre cerveau émotionnel utilise est le cœur. Le cœur physique est juste une pompe, physiquement, mais il est aussi en relation avec cette zone dans la poitrine moyenne où nous traitons les émotions, les sentiments. Notre cœur physique est le centre de notre cerveau émotionnel.

Le troisième cerveau a plusieurs composants, mais il est fondamentalement dans la colonne vertébrale. Le centre moteur, le centre instinctif et le centre sexuel sont en conjonction ce que nous appelons le troisième cerveau, le cerveau moteur / instinctif / sexuel ou le cerveau de l’action ; il est fondamentalement le corps lui-même. La colonne vertébrale et la racine du cerveau physique dans le crâne sont liées à ce cerveau.

centers-and-brains-color-seven

Ces trois cerveaux sont les machines primaires que nous utilisons pour gérer notre corps physique, et donc à travers ces trois cerveaux s’écoulent beaucoup d’énergies. Ainsi, le résultat de notre vie est déterminé par la façon dont nous utilisons les trois cerveaux. En d’autres termes, comment utilisons-nous la pensée? Comment utilisons-nous le sentiment? Comment utilisons-nous le corps? La façon dont nous les utilisons détermine notre vie et notre mort.

Comme nous l’avons expliqué précédemment dans différentes conférences, nous utilisons fondamentalement les trois cerveaux de la même manière qu’un animal utilise son corps. Nous permettons à toutes les pensées, nous permettons à toutes les émotions, et nous permettons à toutes les impulsions d’arriver. En d’autres termes, nous ne faisons pas de discrimination. Quels que soient les plaisirs, nous le chassons. Quelles que soient les indulgences qui nous attirent, nous nous y livrons. Tout ce que nous envions, nous le poursuivons. Nous ne calculons jamais combien d’énergie nous dépensons. Nous ne sommes jamais conscients de ce que cela fait à notre fréquence cardiaque, à notre pouls.

Avez-vous déjà observé comment vous vivez votre vie, ce que vous poursuivez et pourquoi et ce que cela fait à votre cœur? Avez-vous observé et surveillé, vraiment regardé de près comment un but apparaît devant votre œil, comment vous le poursuivez, comment vous le voulez, et ce que cela fait à votre cœur? Cette position que vous désirez, la célébrité, la reconnaissance, le profit, avez-vous remarqué ce qui est arrivé à votre cœur quand cette pensée vient dans votre mental, du profit que vous pourriez faire sur cette affaire, sur ce business, de ce qui se passe dans la pensée quand vous portez cette robe, « ces filles vont être tellement m’envier », avez-vous remarqué ce que cela fait à votre cœur? Lorsque vous avez cette pensée, « quand je vais dire à mes amis ce que j’ai fait, ils vont être si jaloux, si envieux », avez-vous remarqué ce qui arrive à votre cœur? Ou lorsque vous essayez d’obtenir l’attention de cette fille ou garçon, quand vous voulez qu’ils vous remarquent, qu’ils vous convoitent, qu’ils vous veulent, que se passe-t-il dans votre cœur? Aucun de nous ne le sait, parce que nous ne faisons pas attention, mais je vais vous dire : tous ces désirs font augmenter votre rythme cardiaque. Votre cœur bat plus vite. Vous utilisez vos battements de cœur. Vous raccourcissez votre durée de vie.

Que se passe-t-il quand vous vous livrez à la luxure, quand vous devenez un animal rempli de désirs frénétiques, quand vos trois cerveaux sont sous le contrôle complet de la luxure, qu’est ce qui arrive à votre cœur?

Qu’en est-il quand la colère prend possession de votre maison psychologique : dans chaque pensée, dans chaque sentiment, dans chaque impulsion de la colère, de la frustration, du désir de vengeance, que fait votre cœur?

Qu’en est-il lorsque vous avez peur de perdre votre emploi? Quand vous avez peur de ne pas avoir d’argent, que vous aurez honte, que les gens vous regarderont de haut, que votre famille vous rejettera, serez déçu, qu’est ce qui arrive à votre cœur?

Quand le désir, la convoitise, la peur, la colère, l’orgueil, l’envie, la gourmandise, la cupidité, etc.. nous affligent, le cœur n’est pas calme, il n’est pas détendu, il ne bat pas lentement, mesuré et en paix, mais il bat comme un animal, avec passion, avec instinct, avec désir, envie et aversion entraînés par l’ignorance.

Le stress, l’anxiété et le désir accélèrent le cœur. La façon dont nous vivons la vie maintenant diminue notre durée de vie. Je sais que tout le monde a entendu toute une vie que la science a allongé notre vie, que nous sommes censés vivre plus longtemps maintenant, mais je ne parle pas de la vie physique. Je parle de la vie spirituelle. Combien de temps dure notre vie spirituelle? Quelle est la richesse de notre vie spirituelle?

Nous vivons et mourons en tiers. Nous vivons et mourons selon notre utilisation des trois cerveaux, selon l’utilisation de l’énergie en nous. Comme nous l’avons expliqué dans de nombreuses conférences précédemment, le courant de notre mental-cœur a évolué à travers de nombreux corps : la vie et la mort, la vie et la mort, encore et encore et encore. Nous sommes nés, nous vivons un certain temps, et nous mourons. C’est un grand courant cosmique de karma : cause et effet. Tout au long de nos nombreuses vies, de nombreuses causes ont été mises en mouvement, et il y a beaucoup d’effets qui ont été joués, qui sont énergétiques. Ainsi, quand nous sommes nés dans cette vie, non seulement nous portons ce courant karmique qui est notre mental, mais nous portons son énergie relative. Cela signifie que nous sommes tous nés avec une quantité d’énergie disponible à utiliser. Ce n’est pas une énergie, mais ce sont des sortes d’énergie qui nous donnent la vie.

Jetez un œil à tout le monde que vous connaissez : chacun a une énergie différente, une quantité différente, un type différent, avec des qualités différentes. Certaines personnes en ont très peu, elles sont faibles; certaines personnes en ont beaucoup, certaines en ont plus dans le mental, peuvent être très rapides dans le mental, ils ne pourraient même pas être ce que nous appelons intelligents, mais ils peuvent être très rapide de mental. Certains ont une énergie émotionnelle très riche, ils sont très intuitifs, ils sont capables de communiquer avec les autres sur le plan émotionnel, de comprendre les choses sur le plan émotionnel, ils sont empathiques. D’autres ont beaucoup d’énergie physique ; ils peuvent ne pas être de grands athlètes, mais ils ont beaucoup de vitalité. En d’autres termes, nous avons l’énergie liée aux trois cerveaux, l’énergie qui est héritée en raison de notre flux karmique.

Ces valeurs énergétiques sont un héritage karmique que nous cultivons pour la vie. Gurdjieff a appelé ces valeurs énergétiques bobines kandelnosts. C’est un nom pour les valeurs énergétiques que nous avons dans nos trois cerveaux.

Nous avons une quantité spécifique d’énergie dans nos trois cerveaux dans cette vie. La quantité dans chaque cerveau est différente pour chacun selon la cause et l’effet (karma) de nos actions précédentes. Nous changeons cela en fonction de la façon dont nous vivons à chaque moment : comment nous utilisons notre mental, comment nous utilisons notre cœur, comment nous utilisons notre corps. Nous changeons notre énergie.

Le Boisseau Psychologique

Si nous sommes une personne qui est naturellement athlétique et nous avons également beaucoup d’envie, de luxure ou de désir, elle cherchera à se nourrir à travers notre relation avec notre corps. Nous pourrions être le genre de personne qui utilise notre corps physique comme notre principale expression dans le monde. Nous pourrions être un athlète, un danseur, un ouvrier de la construction, une personne de yoga, un coureur, ou n’importe quoi, et chacun de notre activité est centrée autour du corps ; la condition physique, la santé, construisant des choses, se déplaçant d’ici à là, étant fort, actif, mais nous ignorons également assez l’utilisation du mental et l’utilisation du cœur. Une vie passée de cette façon va épuiser l’énergie du cerveau moteur/instinctif/sexuel. En fait, ils n’utiliseront leur intellect et leur cœur que pour détourner plus d’énergie à travers le cerveau moteur/instinctif/sexuel, s’épuisant ainsi complètement, même quotidiennement. Une personne comme cela sera plus encline à la maladie et à la mort à travers ce cerveau. Cela inclut quelqu’un qui est très lubrique, comme les prostituées ou les personnes qui sont accros à la pornographie, ou en général les gens qui épuisent toute leur énergie par l’abus de la sexualité. Ils seront sujets à la maladie et à la mort dans le troisième cerveau.

La même chose se produit avec ceux qui sont identifiés avec l’intellect ou le cerveau émotionnel.

Comprenons quelque chose. En prenant comme une exception une mort subite, comme être frappé par un autobus, frappé par un éclair, ou se faire tirer dessus, nous prenons cela hors de l’équation, si nous regardons juste l’approche karmique d’une mort progressive, nous mourrons selon nos trois cerveaux, nous mourrons selon notre karma. Cela ne provient pas de l’un mais de tous. C’est une accumulation de cause à effet que nous avons bâtie et que nous, dans notre ignorance, nous perpétuons.

Nous pouvons être très attirés par l’action ou la musique et nous pouvons être très talentueux dans l’action ou dans la musique, mais sans connaissance de soi sur les trois cerveaux, nous pouvons épuiser le cerveau émotionnel. Nous pouvons être un musicien qui ne fait que voyager et jouer de la musique, qui joue dans un groupe, ou nous sommes peut-être un acteur, sur scène tous les jours quatre fois par semaine et le reste du temps nous regardons des films, regardons des jeux, constamment à faire travailler le cerveau émotionnel, ne pas utiliser l’intellect ou le corps. Le musicien joue de la musique tout le temps, compose tout le temps, ou écoute tout le temps et c’est tout ; autrement ils mangent ou dorment. Dans les temps modernes, nous pensons que c’est le rôle de l’artiste, de vivre et de respirer leur travail, mais c’est faux, parce que nous avons perdu contact avec la psychologie réelle.

De même avec un intellectuel ; les programmeurs d’ordinateur, les analystes, les écrivains, les personnes qui gèrent des données, il y a beaucoup de façons dont nous utilisons l’intellect dans notre travail pour organiser des personnes ou des choses. Il existe de nombreuses façons de surutiliser l’intellect. Si c’est tout ce que nous faisons, toute la journée au travail et toute la nuit nous lisons, théorisons, analysons, comparons, enquêtons, toujours en train d’utiliser le mental, l’intellect tout le temps, alors le corps devient faible, les émotions deviennent complètement mortes et la personne devient froide comme un robot. Cette personne épuise toute son énergie à travers l’intellect.

Ce qui arrive est que chacun de ces trois cerveaux fonctionne à une vitesse donnée, et en raison de cette vitesse et de la façon dont il fonctionne, chaque cerveau a besoin d’une énergie spécifique. Chaque jour, nous avons seulement une certaine quantité d’énergie pour chaque cerveau (et ceci est différent dans chacun de nous). Notre corps physique et notre corps vital se chargent pendant la nuit et le matin nous nous réveillons avec une certaine quantité d’énergie pour les trois cerveaux. Alors nous allons travailler et en une heure ou deux nous avons épuisé toute l’énergie pour l’intellect, notre cerveau se fatigue pour que notre vieille mauvaise habitude commence et nous commençons à voler de l’énergie des autres centres, du cœur, du corps, du sexe. En d’autres termes, l’intellect commence à utiliser l’énergie des autres cerveaux. Ou si nous utilisons notre centre émotionnel au travail, alors nous utilisons toute l’énergie de l’intellect et du corps à travers le centre émotionnel. Ces énergies ne sont pas bonnes pour ce cerveau, elles le détruisent.

C’est comme si dans votre voiture si vous avez commencé à verser de l’huile moteur dans le réservoir d’essence ou vice versa. Cela pourrait fonctionner, mais cela ne fonctionnera pas bien, et nous allons avoir toutes sortes de problèmes.

En raison de notre épuisement de l’énergie des trois cerveaux, nous serons fatigués, grincheux, déprimés. Nous essaierons d’obtenir de l’énergie en consommant beaucoup de caféine, de boisson, de drogues ou d’autres stimulants. Certains vont essayer de l’exercice, des suppléments, des vitamines, des aliments crus, etc. Tout pour « obtenir de l’énergie ». Pour de telles personnes, leur sommeil est mauvais, et il y a beaucoup de problèmes de santé qui émergeront.

Nous le faisons tous. Nous avons tous des tendances psychologiques à utiliser un cerveau plutôt que les autres. Nous l’avons tous. Je l’appelle une claque psychologique. Nous privilégions un cerveau à cause d’une vieille tendance psychologique. Peut-être quelqu’un dans le passé nous a fait l’éloge, « vous êtes si intelligent », alors nous pensons « Je suis très intellectuel, je préfère compter sur cela. » Ou quelqu’un dit « vous êtes si athlétique » et nous sommes loués pour être un athlète, alors nous poussons notre cerveau moteur pour toute notre vie. Nos parents nous poussent à être un acteur, un médecin ou un avocat, alors nous abusons de nos trois cerveaux, ne réalisant jamais comment nous nous détruisons nous-mêmes.

Cet abus crée une énorme discorde et produit dans l’atmosphère un stress incroyable ; le stress physique, le stress mental, ainsi tous les organes souffrent, le cerveau physique souffre, le cœur souffre, le système nerveux souffre. Nous utilisons les énergies dans les mauvais endroits pour les mauvaises choses.

Observez-vous ; c’est la première étape pour résoudre ces problèmes. C’est dur ; il faut des années pour comprendre comment vous abusez de vos trois cerveaux. Personne ne peut venir vous dire que votre principale caractéristique est l’orgueil et que vous utilisez trop votre intellect. Personne ne peut vous dire cela, vous seulement pouvez l’observer en vous-même et découvrir comment vous abuser de vos trois cerveaux, comment vous abuser de votre énergie, quelles sont vos habitudes. Nous abusons tous de nos trois cerveaux de manières différentes, de manières très compliquées et subtiles. La solution ne va pas paraître magique. Vous allez devoir creuser à l’intérieur de vous-même pour la trouver, parce que vous ne voulez pas la voir, aucun d’entre nous.

Si nous pouvons apprendre comment nos trois cerveaux fonctionnent, comment nous utilisons l’énergie, nous pouvons les mettre en équilibre. En les équilibrant, nous pouvons commencer à changer. C’est vraiment important, parce que comme nous procédons maintenant, nous nous tuons, lentement ou rapidement selon nos actions. Nous nous tuons tous.

Les Origines de la Maladie

tree-of-life-twelve-bodies-sChacun des trois cerveaux se connecte à notre psychologie intérieure : les corps protoplasmiques.

Le cerveau moteur/instinctif/sexuel est principalement lié à notre colonne vertébrale et à nos trois systèmes nerveux, et est donc lié au corps physique, mais il est également lié au corps vital, le corps de l’énergie / chi. C’est pourquoi toutes les religions ont traditionnellement exigé que tous ceux qui étaient sérieux au sujet de l’apprentissage de la vraie doctrine de la religion devait contrôler leur énergie sexuelle et apprendre à la transformer.

L’énergie sexuelle est principalement enracinée non pas dans le corps physique, mais dans le corps vital, ce que nous appelons dans la Kabbale Yesod, qui signifie « fondation ». L’énergie sexuelle est le fondement de la vie à tous les niveaux de l’univers. Pour se développer spirituellement, l’énergie sexuelle doit être contrôlée et modifiée. C’est l’énergie du cerveau moteur/instinctif/sexuel, qui se relie au corps vital, la quatrième dimension. Il n’est pas facilement visible physiquement. Les acuponcteurs travaillent avec cette énergie à un certain niveau. Si vous apprenez le Pranayama, le Tai Chi, le Chi Gung ou le Ne Gung, vous travaillez avec cette énergie en fonction de votre capacité. Si vous apprenez le Tantra, la transmutation, vous travaillez avec cette énergie à votre niveau.

La personne qui épuise le cerveau moteur/instinctif/sexuel affecte aussi leur corps vital. C’est pourquoi nous voyons que ceux qui abusent du sexe souffrent à cause de l’abus du corps vital. Personne n’a guéri le sida, le cancer, ni même le type sexuel de l’herpès, parce qu’ils ne sont pas une maladie qui provient du corps physique. Ce qui est vu physiquement sont des symptômes de la vraie maladie, qui est dans le corps vital (quatrième dimension). Par exemple, les cellules du cancer qui sont hors de contrôle dans le corps physique sont hors de contrôle parce que l’aspect vital de ces cellules est malade. Les scientifiques ignorent complètement l’aspect de la quatrième dimension du corps, même si la physique quantique leur dit qu’ils devraient regarder l’aspect vital, les quanta, l’énergie. Le cancer est une maladie qui émerge à cause de l’abus sexuel et le déséquilibre dans le corps vital. Le SIDA est un trouble dans le corps vital. Par conséquent, nous devons comprendre comment utiliser l’énergie sexuelle, comment l’utiliser judicieusement.

Le cerveau émotionnel, qui est lié à notre cœur physique, nous relie à notre Corps Astral, qui est dans la cinquième dimension. Dans la Kabbale nous l’appelons Hod. Ceux qui abusent de leur cœur, qui abusent de leur émotion, qui sont trop identifiés aux sentiments, créent un déséquilibre et une maladie dans leur corps astral. Il y a de nombreux exemples de résultats de cette violence : les maladies cardiaques, les crises cardiaques, toutes sortes de maladies dans cette région de la poitrine, même les problèmes avec les poumons, avec le système circulatoire, avec le thymus. Ceux-ci peuvent tous être des questions liées à l’abus de l’émotion, et donc le Corps Astral.

Un clairvoyant qui observe le corps astral de n’importe quelle personne commune verra beaucoup de maladie. Nos corps internes ne sont pas de beaux anges, ils sont malades ; malade de maladie en raison de notre psychologie.

Le cerveau intellectuel, le cerveau physique, est l’outil de la troisième dimension que notre corps mental utilise. Le Corps Mental est le corps de la pensée qui est dans la cinquième dimension. C’est un corps comme une personne physique, mais il ne ressemble pas à une personne physique ; il s’agit d’un corps de matière mais de cinquième dimension non physique. Il a des propriétés différentes, il est plus ductile, plus flexible et peut voler, il peut traverser les murs et il peut changer de forme et de taille. C’est pourquoi vous rêvez que vous avez des formes différentes. Parfois, vous rêvez que vous êtes un renne ; c’est votre corps mental. Parfois, vous rêvez que vous êtes le sexe opposé, ou vous rêvez que vous êtes votre patron et vous vous tuez parce que vous vous détestez parce que vous détestez votre patron. Ces rêves, tous les rêves, sont les manifestations psychologiques du contenu de votre Corps Mental et de votre Corps Astral. Le corps mental est malade, malade, malade, très instable, pas bien.

Art Moderne

Cela est facile à observer quand nous voyons ce que cette humanité crée. Tout ce que nous faisons est un reflet de notre mental. Que créons-nous sur cette planète? Le paradis ou l’enfer? Qu’est-ce qui se reflète dans notre art? L’harmonie, la beauté? Ou la discorde, le chaos et la violence?

Chaque forme d’art qui est populaire aujourd’hui est un reflet de la violence, même la musique. La musique est maintenant violente, elle manque d’harmonie fondamentale, elle manque de beauté. Au lieu de cela, elle communique la colère, l’orgueil, la luxure, la dépendance, la domination, la concurrence. Elle ne célèbre pas la beauté des vertus spirituelles ou même de la nature ; au lieu de cela, elle célèbre l’attachement, le désir et la déchéance de la vertu. Tout notre art célèbre le meurtre, la domination, la trahison, le vol, nourrir le désir.

En fait, si vous observez attentivement, vous verrez que beaucoup de ce que nous appelons nos formes d’art moderne — la musique, les films, les romans, les bandes dessinées, les jeux et la télévision — sont vraiment l’antithèse, l’opposé de l’art réel.

Un exemple simple peut être vu dans la religion. Dans la Gnose, nous prenons l’ancien point de vue que toutes les formes de connaissance sont une ; c’est-à-dire : l’art, la religion, la philosophie et la science sont vraiment un. Cela signifie que chaque religion a un art, elle reflète l’art. Dans les temps anciens, cela était bien compris. De nos jours, la société veut les séparer.

Les mantras anciens (les mots sacrés) sont une forme de musique. Ils devraient être chantés, ils devraient être beaux, ils devraient inspirer le cœur et remplir le cœur d’espoir, de lumière, d’amour. Dans les temps anciens, les mantras (prières) étaient chantés avec harmonie, beauté, rythme, pour inspirer le cœur, pour inspirer le mental, pour inspirer l’âme à regarder vers le haut. Nous savons tous que tous ceux qui s’intéressent à la spiritualité aspirent à cela, un retour de ces anciennes symphonies de mantra et de vibration qui amènent les yeux à regarder vers le haut, qui mettent la Conscience, l’attention vers le ciel, en inspirant le cœur à s’élever. C’est leur but et leur fonction.

De nos jours, nous avons l’antithèse du mantra ou de la musique spirituelle, qui sont des sons rythmés chantés d’une manière violente pour attirer notre attention, arracher notre cœur vers la colère, la convoitise et l’orgueil, l’attachement à l’argent. Quel est le contraire du mantra? Rap, rock, pop, toute la musique moderne. Toute la musique moderne est un produit du niveau de Conscience de son créateur. Ceux qui font de la musique veulent la gloire, l’argent, le sexe, être envié, admiré. Ils ne célèbrent pas l’humilité, la divinité, la chasteté, la sainteté, ni aucune vertu. Ainsi, ce qu’ils créent est l’opposé de la vraie musique spirituelle. Si vous écoutez consciemment, vous pouvez entendre comment ces tons et mélodies, tous ces rythmes que tout le monde joue maintenant et en sont complètement hypnotisés, sont l’opposé de la vraie musique spirituelle, le mantra. Les enfants vont chanter, chanter et chanter, chanter et chanter et les mots sont la colère, la violence, la convoitise et l’attachement à l’argent, au pouvoir, dominer les autres, à la luxure. Ce sont les principaux ingrédients ; l’envie, la luxure et la colère. La musique transmet la discorde, la désharmonie, l’hypnotisme, l’identification. Le mental collectif. Les désirs animaux.

Ce n’est qu’un exemple de la façon dont la musique / l’art remplit les trois cerveaux d’énergie, et nous amène vers le bas, et nous suivons tous simplement le long, profitons de la balade, n’ayant pas la moindre conscience de l’endroit où il nous emmène. Nous mourrons en conséquence. Nous mourrons selon notre consommation d’énergie.

Abus des Trois Cerveaux, et Maladie

L’intellectuel qui abuse de l’intellect et abusant ainsi de son corps mental finira par rompre la connexion, l’équilibre de l’intellect, le corps mental, et ainsi ils peuvent devenir fous, ils peuvent obtenir la maladie d’Alzheimer, la démence ou la schizophrénie. Ils peuvent juste être comme la plupart de nous: complètement fou, mais pense qu’ils sont normaux.

La personne qui abuse de son corps émotionnel à travers son cerveau émotionnel va créer un grand déséquilibre dans leur Corps Astral. Ils peuvent éveiller les pouvoirs, ils peuvent devenir clairvoyants, ils peuvent Voyager en Astral et sortir du corps facilement, mais ils sont fous. Ils pensent qu’ils sont normaux, ils pensent qu’ils sont sains, mais ils pensent aussi qu’ils sont un maître, qu’ils sont très spirituellement élevés et suprêmes, et au-dessus du reste d’entre nous. La réalité est qu’ils sont malades ; leur corps émotionnel est désordonné et malade. Beaucoup de ces personnes sont suivies par des gens naïfs et stupides.

Il en est de même du Corps Vital. Par l’abus de notre énergie vitale, nous pouvons créer une désharmonie vitale, en coupant la connexion appropriée au corps physique et avons toutes sortes de problèmes à cause de cela; toutes sortes de problèmes, de maladies physiques et énergétiques.

Alors, quand on parle de psychologie, on ne parle pas de comportements simples, de traumatismes chez nos parents, ou de choses comme cela, mais nous parlons de notre comportement instantané ; comment nous utilisons l’énergie et les conséquences de la façon dont nous utilisons l’énergie. C’est vraiment important parce qu’il est lié à notre utilisation du corps.

L’Importance de la Colonne Vertébrale

Cette image est d’un ancien traité médical Tantrique, et il illustre la position de la colonne vertébrale dans le corps. La colonne vertébrale est le centre de notre temple, c’est ce qui nous retient, c’est un conduit d’énergie, non seulement physiquement mais spirituellement. Si vous avez étudié la Kundalini alors vous connaissez l’importance de la colonne vertébrale.

tibetan-anatomy008

Toutes les énergies de nos trois cerveaux dépendent de notre colonne vertébrale. Évidemment, notre cerveau physique est l’aspect supérieur du système nerveux central, mais le cœur et les centres moteur/instinctif/sexuel se rapportent également aux systèmes nerveux. Ils sont nourris, nourris et gérés par le système nerveux. Ils ne peuvent pas être séparés. Nos trois systèmes nerveux (central, sympathique, et parasympathique) sont réunis dans la colonne vertébrale.

Toute notre vitalité physique et notre bien-être dépendent de la colonne vertébrale. De même, notre vitalité spirituelle et notre bien-être dépendent de la colonne vertébrale. Nous devons prendre soin de notre colonne vertébrale. Nous devons en prendre très bien soin. Mais, nous ne le faisons pas ; nous l’abusons, nous le prenons pour acquis. Lorsque vous êtes sérieux dans ce type de travail spirituel, alors vous comprenez que vous devez prendre très bien soin de votre colonne vertébrale. Vous ne devriez pas faire de saut à l’élastique ou faire quoi que ce soit qui pourrait potentiellement endommager votre colonne vertébrale, car vous pouvez sérieusement entraver votre travail spirituel et donc votre vie future.

Grâce à la colonne vertébrale de nombreuses formes d’énergie, y compris physique et vital, émotionnel et mental, causal, bouddhique, atmique et logoïque, les énergies qui proviennent des trois Kayas traversent la colonne vertébrale. Tout autour de nous coule à travers la colonne vertébrale. Si vous voulez savoir comment Dieu gère son pion (vous) sur l’échiquier de la vie, il prend votre colonne vertébrale et il vous déplace sur l’échiquier.

Votre colonne vertébrale est votre chemin vers le nirvana / le ciel, c’est l’Arbre de Vie. En tant que tel, nous devons être conscients de la façon dont l’énergie se déplace sur la colonne vertébrale et comment l’attention est liée à elle, elle est très importante.
Comme nous sommes maintenant nous n’avons aucune conscience de notre propre attention ; comment nous faisons attention, et à quoi nous faisons attention.

Comme nous le sommes aujourd’hui, notre attention se fait partout sans discernement ; Quand nous entendons un son, notre attention va juste au son. Quand nous avons une souvenir qui flotte dans notre mental, notre attention va à la mémoire. Quand on appelle ou on entend un nom ou on entend de la musique, on commence à chanter la chanson, on chante, on pense au travail, on pense aux factures, cette copine nous manque depuis bien longtemps, même si on la déteste. En bref, nous ne contrôlons pas consciemment notre attention. Même maintenant, en lisant, nous sommes constamment distraits et à la dérive. Il est très difficile pour nous de conserver une continuité d’attention. Nous n’avons pas appris comment, ou pourquoi elle est importante.

Où est votre Attention ?

Notre attention va partout, au hasard. Nous ne le gérons pas d’instant en instant, consciemment, avec une volonté consciente. Ainsi, nous ne sommes pas conscients de la façon dont nous utilisons notre énergie d’instant en instant. Cela doit changer.

Et si vous mourrez maintenant? Où votre attention irait-elle en passant par la mort? Notre mental deviendra sauvage. Soyez honnête avec vous-même. Si soudain vous étiez sur le point de mourir, quel serait votre état de Conscience? Calme? Détendu? Probablement pas! Vous deviendriez fou de distractions, d’inquiétudes, de peurs, de désirs, de regrets, etc. Votre mental serait fou de pensées comme, « Je dois téléphoner à ma mère, je dois téléphoner à ma petite amie, je dois aller nourrir le chat, que diriez-vous de mon argent, de mes secrets, de mes rêves, etc ». Toutes sortes de souvenirs et de pensées surgiraient : soucis, attachements. Nous serions tellement inquiets, hors de notre mental, fous, ne réalisant même pas ce que nous devons faire en ce moment pour bien mourir. En d’autres termes, quand la mort viendra, nous mourrons distraits, avec notre Conscience endormie, parce que pendant toute notre vie nous n’avons pas réussi à contrôler nos trois cerveaux attentivement, et nous n’avons pas réussi à maîtriser notre attention. Nous sommes totalement distraits, endormis, tout le temps.

kabbalah-the-tree-of-lifePourquoi cette question? Parce que notre attention et nos trois cerveaux se rapportent à notre Arbre de Vie. Chacune de ces sphères de l’Arbre de Vie se rapporte à un ciel, à un enfer, et aussi au corps. La couronne de vie, les trois premiers sephiroth, se rapporte à la tête. Ces trois sont Kether, Chokmah, Binah ; Père, Fils, l’Esprit Saint ; les trois kayas Dharmakaya, Sambhogakaya, Nirmanakaya. Ces trois forces sont la porte d’une meilleure naissance, ce que nous avons expliqué dans la conférence précédente.
Si nous savons exploiter les bardos, les trois frontières, la Mort, la Réalité et la Renaissance, alors nous pouvons relier notre Conscience à l’un de ces trois ou tous les trois, soit à la Mort, entre la naissance et la mort, soit à la Naissance, à une vie meilleure. Cela arrive toujours selon le karma. Mais, notre état d’attention (Conscience) modifie ce qui nous arrive.

Pensez-y : si vous faites quelque chose avec une pleine attention, alors vous êtes plus susceptible de guider cette action et ses conséquences selon votre volonté. D’autre part, quand vous faites quelque chose sans conscience, sans soins, ce n’est pas dire ce qui arrivera en ce cas.

Si au moment de la mort notre attention est hypnotisée par les attachements et la peur, qu’arrivera-t-il alors quand nous mourons? En outre, si vingt-quatre heures par jour notre attention est toujours prise dans les attachements, l’envie, l’orgueil et la luxure, alors quelle sera notre état mental au moment de la mort? Quelles sont les chances que pendant l’expérience du trauma de la mort, nous serons soudainement super-spirituel? Les chances sont contre cela. Les chances sont que nous allons continuer avec nos fixations psychologiques. Notre état psychologique sera celui d’un animal.

Peur de la Mort

Je vais vous raconter une histoire pour relater cela. Avant d’apprendre la Gnose, j’étais dans un tremblement de terre. Je me considérais toujours comme un type intelligent de personne, et en plus je pensais pouvoir gérer n’importe quoi, mais j’ai appris— heureusement — que j’avais complètement tort. J’étais dans un tremblement de terre en Californie et j’étais près de la pire zone. À l’échelle mondiale, ce n’était pas un grand tremblement de terre ; il y en a eu et il y en aura beaucoup pire. J’ai eu des amis qui ont été dans bien pires que celui que j’ai vécu. Néanmoins, cette expérience m’a beaucoup appris. Quand ce tremblement de terre est arrivé, je l’ai entendu venir. C’est un son que vous ne pouvez pas expliquer ; seul quelqu’un qui a été dans un tremblement de terre sait ce que c’est. Je l’ai entendu venir. En proportion directe avec l’arrivée de ce son, mon humanité m’a quitté. Psychologiquement, je suis devenu un simple animal : terrifié, poussé par l’instinct de survivre. Auparavant, je pensais que j’étais une personne rationnelle et si je devais faire l’expérience d’un tremblement de terre je n’aurais pas peur, mais il faudrait juste aller à l’extérieur et là je serais bien. Cette réponse rationnelle ne se produit pas. J’ai perdu contact avec mon intellect, il a disparu. Je ne pouvais pas raisonner. L’instinct de survie a pris le dessus. Quiconque a été dans un grand trauma a eu cette expérience, et sait ce que c’est.

Dans notre pratique spirituelle, c’est pour cela que nous devons nous préparer. Ne pensez pas que parce que vous êtes M. ou Mme « personne raisonnable » que vous pouvez être en charge de vos trois cerveaux quand vous êtes sur le point de mourir. Il faut beaucoup de formation pour gérer les trois cerveaux, surtout l’émotion et l’instinct. L’intellect ne peut pas les contrôler. Après cette expérience, j’ai commencé à apprendre au sujet de la Gnose, et j’ai eu d’autres expériences qui m’ont prouvé que cette formation fonctionne. J’ai été proche de la mort depuis, et je n’ai pas réagi de la même manière. Ainsi, je sais que cette formation fonctionne. Je n’ai plus peur, et ce n’est pas seulement une supposition ou une pensée dans mon intellect.

Ce qui fait la différence au moment de la mort, c’est l’état de notre attention (Conscience) à ce moment-là. Nous ne pouvons nous attendre à nous préparer en imaginant simplement ce qui nous arrivera, comme : « En ce moment, je dois être prêt ». Non, vous devez être prêt maintenant, à cet instant, continuellement. Cela passe par la culture constante d’un état de conscience qui est préparée pour n’importe quoi.

Vous voyez, au moment où le tremblement de terre est arrivé, mon intellect s’est arrêté et ma psychologie crue a été exposée. Ma fausse personnalité n’était pas là. J’ai vécu l’instinct brut, le centre instinctif en plein contrôle. C’était le mental animal lui-même ; tout ce qui l’intéressait c’était de se préserver, et c’est tout. De cette expérience, j’ai compris beaucoup de choses ; j’ai compris comment les gens tuent pour vivre. À cet instant-là, j’étais capable de tout, et je le savais. Cette expérience m’a aidé à avoir beaucoup de compassion pour les gens qui ont fait des choses qui autrement ils n’auraient pas fait, parce que les éléments sont sortis du mental qu’ils ne savaient même pas qu’ils étaient là; Les éléments (egos) qui nous poussent à tuer, à blesser, à voler, à mentir. Nous avons tous une énorme collection de tels éléments en nous, mais nous les ignorons tout simplement.

Quand notre attachement est très fort aux objets physiques — possessions, relations, famille, choses — alors notre attention est prise dans Malkuth, le monde physique. Sur l’Arbre de Vie, c’est la sphère la plus basse, l’aspect le plus bas et le plus dense des dix sephiroth. Malkuth est lié à la vie physique. Quand la plupart des gens meurent, c’est là que se trouve leur attention : leur vie physique. Nous ne voulons pas quitter notre vie, même si notre vie entière nous avons été insatisfaits, et que nous nous sommes plaint. Quand la mort vient, nous ne voulons pas quitter notre vie parce que nous n’avons aucune idée de ce qui est dans le prochain ; nous avons peur, nous avons trop d’ignorance. Grâce à ces types d’études, vous vous débarrasserez peu à peu de cette ignorance, car vous apprendrez ce qui se trouve de l’autre côté de la mort ; alors vous n’aurez pas peur, et vous pouvez affronter la mort paisiblement.

Pour la personne commune, l’attachement est le principal obstacle à la mort. Si nous n’avons pas fait beaucoup de travail psychologique sérieux sur nous-mêmes, ce sera notre obstacle aussi. Vous pouvez vous appeler une personne spirituelle sérieuse tout ce que vous voulez, mais quand la réalité de la mort vous regarde en face, votre raisonnement (intellect) ne sera pas là. Toutes vos bonnes intentions ne seront pas là. Ce qui sera là est ce qui se développe dans votre mental, habituellement l’attachement et la peur. Donc, travaillez sur cela maintenant, changez cela maintenant, et à la mort ce ne sera pas un problème.

C’est important parce que Malkuth — le monde physique et le corps physique — est la porte d’entrée vers les mondes supérieurs et vers les mondes inférieurs, vers l’enfer. Si au moment de la mort votre attention est complètement rattrapée par l’attachement aux choses physiques et à la peur (une émotion des mondes inférieurs), alors quand votre Conscience est détachée du corps et vibre avec ces qualités, où va-t-elle aller? Elle ira au niveau avec lequel elle vibre. L’attachement et la peur l’abattront.

Accroître la Pleine Conscience

tree-of-life-bodyDans le Tantra, le grand Maître Padmasambhava a enseigné une pratique essentielle que tous les pratiquants Tibétains et tous les autres pratiquants tantriques apprennent et utilisent constamment, tous les jours. C’est une forme de transfert de Conscience. C’est une préparation à la mort. L’utilisation de base de cette pratique est de cultiver un type d’attention, de cultiver un type de conscience qui est préparée pour le moment de la mort. Tout simplement, la pratique est de se concentrer sur le mental, le cœur, l’âme, sur l’Ultime, tout le temps. C’est d’avoir l’attention des gens toujours désireux de Dieu — ou ce que vous appelez la Grande Réalité — au lieu de ce que vous avez maintenant, qui est un état de Conscience qui est toujours désireux de phénomènes matérialistes, comme un nouvel appartement, une voiture plus agréable, un petit ami, ou même des choses moins tangibles comme l’acceptation, le contentement, la sécurité, ou tout ce que nous souhaitons avoir. La pratique est d’abandonner l’envie de plaisirs temporaires, et à la place de concentrer l’attention sur l’ultime ; ce dont nous avons vraiment besoin est de s’unir avec notre ultime, le Bouddha, le Dharmakaya, le Corps de la Réalité. La pratique est accomplie à travers la cultivation de l’attention constante sur « Dieu », que dans cette tradition nous appelons le Rappel de soi. En d’autres termes, notre attention est en haut, dans la tête (glande pinéale) et au-dessus.

Il y a, en tout, neuf chemins différents à travers lesquels le transfert de conscience peut se produire et ceux-ci sont associés à des personnes de capacité supérieure, moyenne et inférieure. L’ouverture de la couronne fontanelle est le chemin par lequel la Conscience part au royaume pur des paysans du ciel. Il est dit que l’on atteindra la libération si la Conscience sort par la fontanelle de la Couronne. Etant donné que c’est la voie suprême, il est extrêmement important que l’on s’entraîne à diriger son attention mentale vers cette ouverture. – Padmasambhava, tiré de la Libération Naturelle à travers la Recollection

Un moment viendra — les chances sont que vous éprouverez quelque chose comme si vous aller traverser la rue, et tout d’un coup vous êtes sur le point d’être touché par un bus, et vous serez en mesure de voir l’état de votre mental en ce moment, et vous verrez si vous vous rappelez « Mon chien ! » Ou allez-vous appeler Dieu?

    Et quand Jésus eut crié à haute voix, il dit : « Père, je remets mon esprit entre tes mains » : Et ayant dit cela, il renonça au fantôme. – Luc 23 : 46

Quelle sera votre réaction dans un tel moment? Vous inquiétez-vous que vous n’ayez pas mis des sous-vêtements propres ce jour-là et quand vous êtes mort à l’hôpital, les médecins et les infirmières diront « il ne s’est pas changé au moins une semaine ». Où votre attention va-t-elle être? Vous le saurez en sachant où votre attention est maintenant, d’instant en instant. Ce que vous valorisez, ce à quoi vous mettez l’attention, ce à quoi vous mettez de l’énergie, définira votre moment de mort. C’est la base de notre formation. Entrainez-vous maintenant, étudiez et comprenez.

La sephirah Kether, le Père, est le Dharmakaya, le Bouddha du Bouddha. C’est Amitabus, Amitabha, Amida, c’est Brahma. Il a de nombreux noms. C’est le Corps de la Réalité.

Si notre attention est toujours sur Dieu, Bouddha, Allah, en apprenant ce que c’est, en s’unissant avec cela, en désirant, en pleurant, alors nous commençons à nous préparer correctement. C’est très important, car quand le moment de la mort arrive, notre pensée mourante est définitive. Notre pensée mourante modifie la Conscience qui quitte le corps et détermine sa trajectoire. Ce n’est pas quelque chose que j’invente, cela est documenté dans l’Écriture. Samaël Aun Weor l’a dit plusieurs fois. Padmasambahva l’a déclaré plusieurs fois. Si vous avez du respect pour la Gnose ou pour le Tantra, vous devez respecter la déclaration. Votre pensée mourante définit ce qui se passe à la mort, et ensuite. Quelle sera votre pensée mourante?

Padmasambahva a enseigné cette technique pour apprendre notre attention à se déplacer constamment vers le haut, vers le haut dans la tête, vers le haut dans la couronne de la tête, dans le chakra de la couronne, Sahasrara. La fontanelle de la couronne est l’endroit où le chakra émerge du cerveau et du crâne. Il est enraciné dans la glande pinéale. L’âme / la Conscience quitte le corps par la couronne de la tête quand elle monte au ciel. Cela vaut également pour la projection astrale. Si la Conscience est propre — en d’autres termes si nous savons comment laisser le corps comme une essence, sans que l’ego modifie notre Conscience — nous partons par le haut de la tête. En d’autres termes, la colonne vertébrale est comme un canon pointant vers le haut, et ce canal d’énergie le long de la colonne vertébrale projette la Conscience par le haut de la tête, donc nous allons au ciel, ou nous avons des visions, ou nous parlons face à face avec notre Dharmakaya, Amitaba, Kether. C’est pourquoi la colonne vertébrale est liée au centre de l’Arbre de Vie. La colonne vertébrale projette l’énergie vers le haut ou vers le bas, en fonction de l’état de cette énergie (Conscience).

La Porte d’entrée vers l’Enfer

Pour la plupart d’entre nous, notre attention la plupart du temps est dans l’attachement, comme l’envie, la colère, la luxure, etc.

    Il y a trois portes qui mènent à l’enfer — la luxure, la colère et la cupidité. Tout homme sain devrait abandonner ces choses, car elles conduisent à la dégradation de l’âme. – Krishna dans la Bhagavad Gita 16:21 (Mahabharata)

Les portes physiques de l’enfer se trouvent dans les organes sexuels et le rectum. Ceci est expliqué dans les Tantras. C’est pourquoi ceux qui apprennent cette technique donnée par Padmasambhava ont appris cela, apprennent à fermer les orifices du corps par la volonté et les mantras pour sceller ces ouvertures afin que quand la personne meurt, ils aient appris à les sceller et ils ne quitteront pas le corps à travers ces orifices, car s’ils ne le font pas, ils iront en enfer. Aucun de nous ne le veut.

… dans son cœur il faut visualiser une syllabe bleu azur HUM, flamboyant de lumière, d’où une seule syllabe HUM se détache et descend vers le rectum, bloquant précisément l’orifice par lequel les enfers sont entrés. Une autre syllabe HUM s’écarte et descend à l’orifice de la procréation, bloquant ainsi l’entrée au royaume des mentals angoissés. De même, une autre syllabe HUM efface et bloque l’entrée du monde des animaux, qui est dans l’urètre … – Padmasambhava, tiré de La Libération Naturelle à travers la Recollection

Malheureusement pour nous, notre attention est généralement principalement dans Malkuth, le monde physique, pris dans l’envie, la colère et la luxure, qui sont liés aux orifices inférieurs dans le corps. Même physiquement, une grande partie du temps notre attention est dans les organes sexuels, l’estomac, les systèmes digestif ou urinaire, etc. Il y a des conséquences spirituelles pour cette habitude psychologique.

Si vous voulez avoir un petit aperçu de ce qui se passera au moment de votre mort — si vous n’avez pas de mort violente, si vous avez une mort paisible, une mort progressive — vous mourrez juste de la même manière que vous endormez à présent. Qu’avez-vous dans le mental quand vous vous endormez? La plupart d’entre nous ne le savent pas. Nous nous allongeons, et nous pensons à ceci et cela et tout d’un coup, c’est le matin et nous avons juste dormi pendant huit ou dix heures et nous n’avons aucune Conscience de ce qui s’est passé. C’est ce qui se passera quand vous mourrez dans une mort paisible. Une telle mort est exactement comme dormir, sauf que vous allez vous réveiller dans le corps d’un nouveau-né, et vous ne l’aimerez pas, et vous commencerez à pleurer. Vous allez pleurer, « Où est ma maison, ma femme, mon travail, qu’est-ce qui est arrivée à toutes mes choses, mon argent, ma voiture … » Alors vous souffrirez dans ce corps, incapable de bouger, de se lever, pour obtenir de la nourriture, pour rouler … et peu à peu vous oublierez tout du passé. Cela, si vous êtes assez chanceux pour obtenir un autre corps, beaucoup d’entre nous n’en auront  pas.

Pour la plupart d’entre nous, quand nous nous endormons la nuit, notre mental est tellement identifié à Malkuth — inquiet de notre travail, voulant acheter cette chose pourquoi nous travaillons si dur, voulant avoir des relations sexuelles avec quelqu’un, ou vouloir blesser quelqu’un — malheureusement, quand nous nous endormons, nous imaginons ces scènes axées sur le désir, puis nous entrons dans le monde des rêves et commençons à projeter ces scènes, dans les limbes, dans l’enfer, notre propre enfer psychologique. Ainsi, quand nous mourrons, nous continuerons à faire la même chose. C’est pourquoi quand nous sortons du corps la nuit ou à la mort, nous sortons du corps par le rectum ou par les organes sexuels. Nous ne le réalisons pas cela parce que notre Conscience est endormie, mais c’est un fait. Les étudiants viennent à leurs instructeurs et disent : « J’essaie de faire de la Projection Astrale, mais je ne peux pas sortir de mon corps, je ne peux pas avoir d’expériences astrales, je n’ai jamais expérimenté le fait de sortir du corps ». C’est parce que nous sommes tous inconscients, trop distraits, trop identifiés avec l’attachement, l’envie, la colère et la luxure. Ainsi, la même chose arrivera quand nous mourrons. Si nous avons une mort progressive ou paisible, nous la traverserons de la même manière que nous passons dans le sommeil : inconscient, rêvant.

Allez à l’hôpital et regardez ceux qui meurent, et c’est ce que vous verrez : ils rêvent. Parfois ils crient, de la même façon que nous crions quand nous rêvons. Ils se lèveront et se promèneront, de la même façon que nous marchons quand nous rêvons. Ils vont parler aux gens qui ne sont pas là, ils vont pleurer, ils vont rire. Ils rêvent déjà, ils sont déjà dans les limbes, c’est juste que le corps n’est pas encore mort.

C’est le sort de ceux qui dorment inconsciemment. C’est triste, mais c’est la façon dont la vie et la mort fonctionnent. Si nous voulons mourir mieux, mourir consciemment, profiter de la mort, entrer dans la mort consciemment, recevoir une meilleure naissance, nous devons apprendre à utiliser l’attention consciente ; nous devons gérer la façon dont nous utilisons notre énergie. Comment utilisez-vous votre attention maintenant? Que savez-vous? Qu’est-ce que vous percevez?

Nous avons besoin d’élargir notre Conscience. La plupart d’entre nous sont juste conscient du monde physique, donc dans notre formation, nous commençons par là. En savoir plus sur votre corps physique, apprendre à prendre soin de lui, apprendre à le gérer correctement, apprendre à regarder votre rythme cardiaque, votre pouls, apprendre à ne pas être stressé tout le temps, apprendre pourquoi vous êtes stressé tout le temps. Je vais vous donner une clé. À cent pour cent du temps, le stress est causé par l’attachement, toujours, sans exception. Si vous êtes stressé, vous êtes attaché. Alors, observez vous-même, et trouver l’attachement qui provoque le stress.

Habituellement, c’est juste un concept auquel vous êtes attaché, et non l’objet matériel lui-même. Habituellement, lorsque vous voulez cette « chose » quelle qu’elle soit—ce pourrait être un diplôme, un salaire, un ordinateur, une nouvelle tondeuse à gazon, un nouveau téléphone cellulaire, une nouvelle vie, ce n’est pas la « chose » à laquelle vous êtes attaché, mais votre idée de ce qu’elle vous fera sentir. L’attachement est à l’image mentale, et les sensations liées à cette image. C’est l’image que vous avez construite dans votre mental à laquelle vous êtes attaché ; c’est la relation psychologique qui cause le problème.

Il en est de même du sexe. Nous sommes très attachés aux sensations du sexe, mais généralement ce sont les concepts de sexe qui créent les problèmes. La souffrance survient en raison de la relation psychologique entre la Conscience et les projections psychologiques sur le sexe. La souffrance est causée par le désir, par le désir de donner à quelqu’un le plaisir, ou le désir de prendre plaisir. C’est généralement là où l’attachement est le plus profond ; c’est l’aspect psychologique du sexe, pas l’aspect physique. En d’autres termes, si vous n’aviez pas un attachement psychologique à vos concepts de sexe, l’acte lui-même ne serait pas une cause de souffrance. Mais puisque vous avez ces attachements et ces concepts, le sexe est une source de souffrance, non pas à cause de l’acte lui-même, mais en raison de la façon dont l’acte se rapporte à vos concepts / désirs. Votre attachement à vos concepts vous amène à rechercher des actes sexuels — physiquement de façon imaginative — qui vous stimulent psychologiquement. Si le stimulus psychologique n’est pas présent, le physique ne sera pas présent. Ainsi, le stimulus psychologique est là où nous sommes attachés. La composante psychologique est la racine, non seulement en relation avec le sexe, mais en toutes choses.

Étudiez vos relations psychologiques avec toutes les choses, à la fois à l’intérieur et à l’extérieur. Libérez votre mental et votre cœur de l’attachement. L’attachement produit la souffrance. L’attachement n’est pas l’amour. L’amour véritable est libre de l’attachement. L’amour réel est une liberté totale sans limites ni chaînes ni liens. Le véritable amour n’exige rien, il ne prend rien ; il donne, et donne seulement. Si vous voulez quelque chose, si vous sentez que vous méritez quelque chose, si vous essayez d’obtenir quelque chose, c’est l’attachement, et il produira la souffrance.

Voilà donc l’autre composante de cette formation.

La première c’est avoir notre attention vers le haut. C’est de ne pas avoir l’attention dans les organes sexuels tout le temps, mais d’avoir notre attention qui monte vers Dieu, d’avoir notre attention dans la glande pinéale, se souvenir de nous-mêmes, être ici et maintenant et nous souvenir de nous, attentif à la présence de Dieu, du Bouddha, de la divinité, donc nous cessons de commettre des crimes physiquement ou psychologiquement. C’est le premier aspect.

L’Importance de la Générosité

Le second aspect est la générosité. Donnez tout cela.

Traditionnellement, ceux qui ont reçu la formation pour la préparation à la mort ou le transfert de la Conscience étaient toujours à la recherche de signes de mort. Il y a un énorme enseignement sur les signes de la mort dont nous n’avons pas le temps d’y entrer. Il y a des centaines de signes annonçant que la mort arrive, et en les apprenant, vous pouvez même chronométrer l’arrivée de la mort. Certains signes vous diront que la mort viendra dans trois mois, six mois, un an, trois ans ; il y a des centaines de tels signes. Une fois que ces signes commencent à devenir visibles et que les rituels et les pratiques qui sont utilisés pour éviter la mort ne fonctionnent plus et que la mort est imminente, la première chose que le pratiquant fera est de tout donner ; oui tout.

        … quand on s’aperçoit qu’on meurt, il faut envoyer une invitation à son enseignant spirituel racine s’il vit à proximité et que toutes ses possessions doivent être offertes à l’enseignant, sans même un seul instant d’attachement. Si l’on reste légèrement attaché aux biens mondains, on peut être jeté dans des existences inférieures … […] Si un individu est incapable de faire de telles offrandes dans les faits, celles-ci devraient être offertes mentalement, et donc un état complet de renonciation devrait être atteint. En particulier, il ne faut pas laisser d’objet proche du mourant qui pourrait donner lieu à l’attachement ou à l’aversion. – Padmasambhava, tiré de La Libération Naturelle à travers la Recollection

Ils ne gardent rien, pas même leurs propres vêtements. Il s’agit de préparer la Conscience à être complètement détachée, à ne pas être attaché à quoi que ce soit dans la vie, pas même le tissu, pas même une chemise ou vos chaussettes préférées, rien. Combien d’entre nous pouvons faire cela aujourd’hui? Combien d’entre nous ont un camion chargé d’attachements, juste des choses physiques, sans parler de tous les attachements psychologiques?

Cette générosité de tout donner est accompagnée de donner de toute autre manière possible : servir, donner. Si on a de la richesse, on utilise cette richesse pour répandre les enseignements, ou pour soutenir les autres, pour les nourrir, les habiller, les faire en leur nom, tout ce qui peut être fait pour aider les autres. Naturellement, la meilleure façon de faire c’est d’aider les enseignements à aider les autres. La plupart des gens donneraient tous leurs biens et richesses à leur enseignant spirituel, au temple ou à l’église, afin que les enseignements soient habilités à aider les autres. Tout cela sert aussi le mourant en faisant des actes de générosité les derniers actes du mourant. Cela modifie le mental, le cœur, l’énergie qui est en mouvement. Voyez-vous l’importance de cela?

C’est pourquoi les pratiquants sérieux utilisent la générosité de cette façon dans la pratique quotidienne, pour être dans un état de don constant, de don constant, sans attachement, de tout donner et de créer ainsi un flux d’énergie à travers les trois cerveaux qui est focalisé à travers les trois cerveaux d’une manière équilibrée (intelligent, aimant et actif) et en aidant les autres, avec le non-attachement; cela libère la Conscience et la dynamise avec amour. Ainsi quand la mort vient, vous êtes prêt, et ne vous attachez à rien. Vous pouvez voir combien de travail cela pourrait prendre, combien de discipline. Ce genre de générosité crée un certain point de vue, de sorte que lorsque le rayon de la mort frappe, nous sommes prêts.

Le Rayon de la Mort

Le rayon de la mort est une force énergétique que nous avons tous rencontrés auparavant et que nous allons tous rencontrer à nouveau.

Samaël Aun Weor a déclaré que le rayon de la mort fonctionne d’une manière similaire à quand nous prenons une tonne de fleurs et nous la réduisons à une goutte d’huile essentielle. C’est ce que le rayon de la mort nous fait. Il nous condense à notre essence la plus raffinée — la somme de ce que nous sommes — et élimine tout le supplément. Le corps, la personnalité et toutes nos soi-disant idées sur nous-mêmes sont jetés, disparus. Ce qui reste n’est que l’essence de la personne : le bien et le mal.

Quand le rayon de la mort frappe, il est inéluctable, inévitable, et rien ne peut s’y opposer. Vous ne pouvez pas négocier avec lui. Ce processus est facilité par les forces angéliques, par l’intelligence angélique. Nous les appelons les Anges de la Mort. Ce sont des Maîtres, des Bouddhas, qui ont pour mission d’aider les âmes à aller de l’avant, à enlever la partie décomposée et malade (le corps et la personnalité), à en extraire l’essence et à la projeter. C’est un acte de compassion, mais ils ne peuvent faire tant pour les mourants. Si notre flux mental est projeté à travers l’espace-temps vibrant fortement avec la luxure, l’Ange de la Mort ne peut pas beaucoup nous aider. Mais, si notre flux mental sort du corps, désirant Dieu, et ayant accompli beaucoup de bonnes actions, cet ange peut faire beaucoup pour nous aider. Donc le processus de la mort dépend vraiment de nous.

L’Arbre de Vie illustre toutes les dimensions de la nature condensées en un simple graphique, mais la nature n’est pas simple. Dans cette image, nous voyons des niveaux symboliques ou des niveaux d’existence. Les plus faibles sont les plus denses et les plus hauts sont les plus élevés. À la mort, nous partons selon la façon dont nous vibrons, et cette vibration est modifiée par la façon dont nous mourons. Vous pouvez être un grand saint accomplissant beaucoup d’actes de charité, faisant beaucoup pour aider l’humanité et sacrifier beaucoup de votre vie pour aider les autres, mais si à l’instant de votre mort vous êtes arrogant et fier et lubrique, vous payerez pour cela, vous répondrez à cela, et ce ne sera pas agréable. Donc vous pouvez voir que la façon dont nous mourons est compliquée et importante.

Questions et Réponses

Public : Où puis-je lire les signes de décès?

Instructeur : Vous pouvez lire au sujet des signes de la mort dans l’édition complète de « La Grande Libération par l’Audition dans les Etats Intermédiaires » de Padmasambhava. Beaucoup l’appellent « Le Livre Tibétain des Morts », mais ce n’est pas le nom réel de l’Écriture. Il n’existe qu’une seule édition complète en anglais. Ce n’est pas le populaire que tout le monde a connu depuis de nombreuses décennies à maintenant. L’édition complète est sortie il y a deux ou trois ans en anglais [de Viking / Penguin aux États-Unis] ; Peu de gens l’ont vu. Les versions populaires que vous trouvez dans la plupart des magasins ne sont pas la bonne. Vous avez besoin de chercher l’édition complète intégrale ; Il ne s’agit pas seulement de trois chapitres de l’Écriture, mais de quatorze chapitres. Vous y trouverez une des Écritures au sujet des signes de la mort, appelée « Libération Naturelle par la Reconnaissance des Indications Visuelles et des Signes de la Mort ». Ce n’est qu’une de ces écritures, mais le reste n’est pas disponible en anglais. Pour utiliser pleinement l’Écriture au sujet des signes de la mort, vous devez faire partie d’une lignée qui l’enseigne, d’être initié dans cette lignée. Nous n’enseignons pas cela. Ces écritures ont été écrites pour un temps et un lieu qui est différent de maintenant. Ce sont des enseignements intéressants, mais je ne l’inclus pas dans le cours parce que je ne vois pas la nécessité en ce moment de le faire.

Public : Vous dites souvent que la Méditation peut être utilisée pour préparer la mort. Par rapport à cela diriez-vous que la Méditation sur la mort serait mieux que la Médiation sur les egos?

Instructeur : En ce qui concerne votre propre pratique de Méditation, vous devez suivre votre cœur. Vous devez suivre les conseils que votre Intime va vous donner à travers votre cœur. Il y a des milliers d’approches à la Méditation, il y a des milliers de choses que nous devons apprendre ; nous sommes tous différents. Nous devons apprendre ce que nous devons apprendre maintenant. J’ai étudié et appris de nombreuses techniques, mais je ne les utilise pas tous tous les jours. Je les utilise selon comment je me sens intuitivement guidé. Nous devons l’aborder de cette façon. Je crois qu’il y a une valeur pour quiconque d’apprendre sur le processus de la mort en méditant sur la mort. Je crois également qu’il est important pour tout le monde de méditer tous les jours sur l’ego. Néanmoins, tout le monde doit approcher leur pratique spirituelle en suivant leur propre Intime, pas moi.

Public : Je n’ai jamais vraiment été informé au sujet du mental du cœur, instinctif, mais je suppose qu’avec certaines carrières les choses peuvent être faites pour s’éloigner de l’intellectuel, mais y a-t-il des choses que vous pouvez faire comme dessiner des mantras. Je sais, je veux dire que je vais à l’école et je travaille et je ne peux pas vraiment marcher loin de tout cela parce qu’ils sont toujours dans la vie, y a-t-il un moyen de contourner cela?

Instructeur : Nous avons tous des modes de vie maintenant qui sont complètement déséquilibrés à la façon dont nous devrions vivre et utiliser notre énergie. Cela est vrai pour n’importe qui. Alors nous devons apprendre à voler le feu du diable. Nous devons profiter de nos circonstances, transformer nos situations et les rendre spirituellement et psychologiquement utiles pour nous. La façon dont nous faisons cela est en apprenant et en appliquant des antidotes progressivement, en étant créatif comme vous l’avez suggéré : en utilisant des mantras, en utilisant la visualisation, prendre des pauses, se détendre.

La composante la plus importante est l’auto-conscience. Soyez conscient et attentif de la façon dont vous utilisez l’énergie.

J’ai entendu de mes étudiants, quand ils se plaignent, « Mon travail est si intellectuel, je dois utiliser mon intellect toute la journée », mais je ne suis pas sûr que ce soit tout à fait vrai.

Public : Oui, vous avez raison, ce n’est pas tout à fait vrai. Je sais pour moi-même, je pense que cela se construit là-dessus, construit au-dessus de cela, aimer juste lire et vous devenez plus intellectuel et vous vous sentirez comme je vais lire ceci et cela commencera à construire dessus?

Instructeur : Ce que je vais généralement dire aux gens c’est : si c’est le cas que votre travail est intellectuel par nature, alors apprenez à faire votre travail d’une manière différente. Si votre travail est un travail très intellectuel, apprenez à faire ce travail émotionnellement. Si c’est comme beaucoup d’emplois de nos jours, vous êtes assis à un bureau tout le temps. Essayez donc de trouver des façons de minimiser l’inactivité physique et émotionnelle. Assurez-vous de vous lever et de marcher autour, assurez-vous de vous déplacer, changer votre posture, changer votre position, assurez-vous que vous êtes assis dans une bonne posture en premier lieu. Il y a beaucoup de détails qui peuvent faire de grandes différences dans notre utilisation de l’énergie.

Peu à peu, ce que nous trouverons finalement c’est ceci : quelle que soit la situation dans laquelle vous vous trouvez, vous l’avez fait. Nous avons notre travail à cause de notre psychologie. Nos tendances psychologiques nous mettent dans cette chaise ou notre bureau. Si nous voulons sortir de cette chaise, nous devons changer notre psychologie. Lorsque vous changez, vous serez inévitablement déménagé. Je ne dis pas que vous allez être renvoyé — vous pourriez — mais vous pourriez également être promu, ou vous pourriez trouver un autre emploi ou une autre carrière ou une autre direction. En nous changeant à l’intérieur, le changement extérieur est inévitable. C’est essentiellement sous-jacent à ce que nous avons appris dans les livres Psychologie Révolutionnaire et La Grande Rébellion.

Notre vie extérieure est un reflet de notre vie intérieure. Si nous voulons changer notre vie extérieure, changeons ce que nous sommes à l’intérieur.

Grâce au changement intérieur, le changement extérieur sera inévitable, inéluctable. Si vous êtes malheureux dans votre travail ou votre mariage ou votre ville—ou quoi que ce soit— n’essayez pas de changer les circonstances à l’extérieur, parce que dans la plupart des cas, vous ne serez pas en mesure de le faire. La plupart de ce que vous voulez changer est karmique, et vous ne pouvez pas aller droit à lui et le changer, vous allez juste devenir frustré et en colère. Alors changez à l’intérieur. Changez votre relation avec votre intérieur, et votre extérieur va changer radicalement et rapidement. Vous serez étonné.

Public : J’ai été, la plupart du temps quand nous entendons parler de la bobine de kandelnosts nous voyons le conseil d’utiliser nos trois cerveaux en équilibre, mais il me semble juste qu’en pensant à cela si vous êtes un travailleur intellectuel et que votre cerveau est fatigué et que vous allez utiliser votre cerveau moteur, vous n’allez pas vraiment conserver de l’énergie ou ajouter une quelconque énergie pour les cerveaux, mais vous allez simplement vous dire que j’utilisais de l’énergie dans ce cerveau, mais maintenant je vais utiliser l’énergie dans ce cerveau. Comment est-ce que je saurais mieux que mon cerveau intellectuel est fatigué, vais-je me mentir là-dessus?

Instructeur : La réponse est comment utiliser l’énergie de la bonne façon au bon moment. Ainsi, par exemple, si vous faites une sorte de travail qui est intellectuel et que vous devez penser et vraiment analyser quelque chose vous allez naturellement prendre conscience d’une limite quand vous commencez à vous fatiguer et vous pensez ah c’est trop. Alors arrêtez, prenez une pause, passez à un autre cerveau, écoutez de la musique ou allez faire une promenade ou faire du vélo.

Public : La question est de savoir pourquoi faire cela plutôt que d’arrêter?

Instructeur : Vous le pouvez. Faites une sieste, ou méditez. Certainement, vous pouvez le faire. Le point c’est d’être conscient de vos trois cerveaux et ne pas les abuser, parce que nous tous nous les abusons. Nous allons nous asseoir au travail pendant treize ou dix-huit heures consécutives et nous épuiserons totalement, dérobant l’énergie des autres centres pour le faire. Nous faisons tous cela, et nous devons cesser de le faire. Parfois, notre travail le demande, parfois nous avons un projet à faire ou nous avons quelque chose à faire. Cela arrive occasionnellement, mais beaucoup d’entre nous vivent de cette façon tous les jours : exigeant trop de nous-mêmes en général, mais aussi abuser de nos trois cerveaux de différentes façons. En général, nous devons apprendre à être intelligent, c’est tout. Faire une sieste est une façon totalement acceptable de le faire, ou une promenade.

Public : Eh bien, je le souligne constamment, vous savez comme si vous travaillez sur un ordinateur, définir une minuterie ou quoi que ce soit et revenir à la respiration, revenir à ce souffle rythmique. Si vous n’avez pas cette respiration rythmique tout votre estomac devient déséquilibré et vous devenez agité, donc quand vous travaillez pendant la journée régler un minuteur sur votre ordinateur, quinze, vingt minutes, détendre, détendre votre estomac, respirer?

Instructeur : Une des pratiques de base dans le Bouddhisme est Annapanna. C’est simplement l’observation du souffle. Il ne doit pas s’agir d’une observation mécanique, mais d’une prise de conscience réelle du souffle. Plus profond que cela, dans la Gnose, nous apprenons à le faire avec le cœur, être conscient du battement du cœur. Pouvez-vous sentir simplement en regardant avec votre attention le battement du cœur? Parfois, vous pouvez, parfois nous ne pouvons pas, mais généralement, nous devrions toujours avoir la capacité d’être conscient de la façon dont le cœur bat, ce que nous ressentons dans le cœur, qui est notre pouls. C’est très important. C’est une mesure très précise de votre psychologie, de votre état psychologique, ce qui se passe avec votre cœur. C’est une mesure de la façon dont nous pratiquons et comment nous vivons.

J’ai mentionné dans une conférence précédente que cela fait partie de l’objectif du Tantra. Tantra signifie simplement « continuum d’énergie » et dans les pratiques tantriques nous modifions l’utilisation de l’énergie. Toutes les énergies de notre corps sont modifiées et gérées par le souffle et le cœur, et en modifiant votre souffle, vous changez le cœur. Si vous ralentissez votre respiration, votre rythme cardiaque diminuera. Si vous accélérez votre respiration, votre fréquence cardiaque va monter. Nous avons besoin de cela, c’est une partie de la vie, et cela fait partie de la vie. Lorsque vous avez besoin de faire quelque chose de physique, quelque chose d’actif, votre rythme cardiaque va naturellement pomper plus rapidement afin de distribuer l’énergie au corps parce que votre corps a besoin de cette énergie, mais celui-ci est abusé par des indulgences dans le mental, le cœur et le corps.

Permettez-moi de souligner quelque chose de très intéressant. Si vous observez un toxicomane, une prostituée ou un meurtrier, ils ont l’air vieux. Lorsqu’ils sont jeunes, ils ont l’air vieux. Les masturbateurs aussi ; ils vieillissent rapidement parce que par leur mauvaise habitude ils élèvent la fréquence cardiaque, ils épuisent l’énergie du corps, ils empoisonnent le mental, ils jettent leur vie pour l’indulgence dans la sensation.

Le Tantra blanc est une question de ralentir le cœur, non seulement dans les pratiques sexuelles mais dans les pratiques de Méditation. Si vous apprenez à méditer correctement et apprenez à entrer en Samadhi à volonté, vous pouvez arrêter votre cœur, vous pouvez arrêter de respirer, et vous ne mourrez pas. Il y a même des cas scientifiquement documentés de ceci, et n’importe qui qui apprend la science peut apprendre à le faire. Nous avons même des techniques de débutant qui vous montrent consciemment comment modifier le rythme de votre battement cardiaque. Il s’agit d’une technique utile pour différents cas, mais en particulier c’est important car avec la cessation de la respiration et la cessation du pouls, les liens sur la Conscience sont desserrés. Il devient facile de sortir du corps parce que le lien, le lien qui lie la Conscience dans le corps est détendu ; alors il est facile de sortir, il est facile de méditer.

C’est pourquoi, lorsque nous méditons, nous insistons toujours sur la relaxation au début, en nous détendant très profondément, sans augmenter ni avancer la fréquence cardiaque. Certaines personnes vont apprendre à faire des Pranayamas très rapides avec beaucoup d’intensité. C’est bien pour purger l’énergie surtout si vous êtes stressé ou tendu, mais pas tous les jours, pas tout le temps. Vous ne voulez pas un rythme cardiaque élevé lorsque vous vous asseyez pour méditer, vous voulez un rythme cardiaque très détendu, vous voulez un corps qui est prêt à dormir, très calme et détendu, et puis quand vous méditez il va de plus en plus profond.

Public : Existe-t-il un guide détaillé et pratique pour aider quelqu’un à se souvenir quotidiennement?

Instructeur : Oui : un miroir.

Public : Lors de la découverte d’un déséquilibre dans l’un des centres, quelles sont certaines des étapes pour y travailler et le corriger?

Instructeur : La première chose à faire pour reconnaître les déséquilibres dans les trois cerveaux c’est de reconnaître les trois cerveaux eux-mêmes, de voir comment nous les utilisons dans notre vie quotidienne, de vraiment commencer à analyser et à observer notre comportement. Juste être conscient de vous-même, regarder ce que vous faites et comment vous le faites. En savoir plus sur vos trois cerveaux et comment ils fonctionnent. C’est le début et cela demande beaucoup d’efforts, juste cela. Pour vraiment commencer à voir les différences entre le cerveau intellectuel, le cerveau émotionnel et le cerveau moteur/instinctif/sexuel.

Le plus facile à apprendre est l’intellect. Je sais que nous pensons que c’est le meilleur, mais c’est le plus lent et le plus stupide. Il est donc le plus facile à regarder et le plus facile à attraper quand il fait des choses stupides. Le cœur est très difficile et le cerveau moteur/instinctif/sexuel est encore plus difficile. La partie motrice n’est pas si difficile car ce sont nos habiletés comme la façon dont nous marchons, la façon dont nous conduisons un vélo ou une voiture, la façon dont nous nous brossons les dents, la façon dont nous verrouillons la porte et mettons les clés dans un endroit. Tout cela c’est le cerveau moteur ; habitudes physiques. Ceux-ci sont faciles à changer et à observer. L’instinct est très difficile. Le centre sexuel est extrêmement difficile parce qu’il est très rapide.

Donc, en général, nous commençons par observer les pensées et apprendre à connaître les trois cerveaux : essayer d’être une meilleure personne et apprendre à utiliser notre énergie de différentes façons de chaque expérience à l’autre.

Permettez-moi de conclure cette déclaration avec une dernière chose à propos des trois cerveaux. Il n’y a aucun livre sur la planète qui puisse détailler toute l’information sur les trois cerveaux. J’ai entendu des milliers d’étudiants venir avec cette question, « J’ai besoin d’un livre qui explique comment les trois cerveaux travaillent » et ceci et cela. Vous trouverez des livres comme cela, mais ils sont tous à cent pour cent spéculations intellectuelles, parce qu’ils ne sont pas au sujet de vos trois cerveaux. Chacun d’entre nous utilise ces cerveaux d’une manière différente. Chacun de nous utilise notre intellect et notre cœur de différentes façons, et c’est ce que nous devons apprendre sur nous-mêmes. C’est pourquoi j’ai dit que le guide dont vous avez besoin pour apprendre sur vous-même et voir vos trois cerveaux est un miroir.

Quant à corriger un déséquilibre, cela vient de l’expérience. Vous seulement pouvez découvrir le bon équilibre pour vos actions.

Public : Le manque de condition physique est la cause d’un grand nombre d’anomalies ou de maladies, quel est le strict minimum que nous pouvons obtenir dans la société nord-américaine?

Instructeur : Je pense qu’aujourd’hui, notre société a réellement changé d’une façon déséquilibrée de vie au jour le jour. Avant, nous devions faire beaucoup d’activités physiques : laver nos vêtements, ramasser notre nourriture, préparer notre nourriture, marcher, porter, et beaucoup plus. Maintenant, nous voulons que tout soit facile ; nous voulons nous asseoir sur le canapé et avoir tout apporté à nous, préfabriqué. Nous devenons extrêmement paresseux, physiquement.

L’idée générale est chaque jour d’utiliser vos trois cerveaux en équilibre et d’apprendre ce que cela signifie pour vous. Nous avons différents corps et différents styles de vie. Si votre mode de vie est très sédentaire, ce qui signifie que vous êtes assis à un bureau ou au bureau toute la journée et que vous ne marchez pas ou vous ne bougez pas, alors vous devez incorporer un peu de mouvement dans votre vie. Je recommande que vous ne choisissiez pas quelque chose de terne et ennuyeux comme aller à un gymnase. Vous devez faire quelque chose de plaisant afin que vous continuiez à le faire simplement parce que vous aimez le faire. Je recommande fortement de faire votre activité physique à l’extérieur, dans la nature. Cela vous aidera beaucoup. Allez faire du kayak, de la marche, de la voile, du jardinage, jouer au basket-ball ou faire ce qui vous inspire naturellement. Trouvez des activités que vous aimez faire, surtout si elle est engagée avec la nature, pour vous aider à revenir en contact avec la nature. Éloignez-vous de tout ce plastique, métal et verre. Touchez la terre.

Il en va de même pour le cœur. La plupart des gens aujourd’hui abusent de l’intellect surtout en Amérique du Nord et en Europe. Ils ont une société très intellectuelle, le soi-disant « âge de l’information ». Ils devraient l’appeler « l’âge de trop d’informations » parce que la grande majorité de ce que l’on appelle « l’information » est complètement inutile. Vous n’avez pas besoin de Facebook. Vous n’en avez pas besoin. Vous pouvez l’aimer, mais vous n’en avez pas besoin. Il en va de même pour l’Internet, les téléphones cellulaires, les ordinateurs, etc. L’humanité s’est développée pendant des dizaines de milliers d’années sans eux. Le bonheur n’est pas électronique.

Donc, pour le côté émotionnel, si vous n’obtenez pas assez d’activité émotionnelle, passez du temps à écouter de la musique — pas en arrière-plan : être au travail et allumer du classique mais ne pas prêter attention à elle. Je veux dire que vous devriez vous asseoir et vraiment écouter, même si ce n’est que pour quelques minutes, mais vraiment faire attention à elle. Cela vous nourrira. Il y a toutes sortes de bonne musique pour cela, et pas seulement la classique occidentale, mais il existe de nombreuses formes de musique traditionnelle qui peut vous aider.

Encore mieux que cela, jouer de la musique. Nous avons tous la capacité d’exprimer l’art. Sans exception. Je n’accepterai jamais une excuse de quiconque qu’ils ne peuvent pas être un artiste ou un musicien. L’expression créative fait partie de notre nature. Nous avons tous cela. Trouver un instrument que vous aimez, ou un pinceau ou un crayon, et exprimez votre cœur : pas pour une autre personne mais Dieu. Allez à un endroit privé (autant que vous le pouvez) et ouvrez votre cœur à Dieu. Jouez de la musique, créez quelque chose, faites de la poterie, cultivez des fleurs, faites de l’art, vous pouvez même construire des choses dans votre garage si vous voulez, mais soyez créatif, soyez expressif de votre cœur ; dansez, chantez. Émotionnellement, nous sommes une culture morte. Nous ne sommes pas à l’aise de tendre la main à l’autre ou à Dieu, et c’est pourquoi nous sommes malades. Cela doit changer en nous pour être de vrais initiés. Un véritable initié est un artiste à sa manière. Leur art peut être avec des mots, peut-être avec la peinture ou la couleur, avec le son, cela pourrait être dans les relations humaines, cela pourrait être en politique, mais nous l’avons tous. L’art est simplement la façon dont nous exprimons l’Être. C’est tout ce que l’art est ; cela ne signifie pas que vous devez peindre comme Michel-Ange. Cela signifie que vous exprimez l’Être créativement. Si vous n’êtes pas à l’aise avec cela, faites-le sur vous-même, secrètement, ne le dites à personne et ne le montrez à personne. Lorsque vous commencez à penser, « Peut-être un jour, je pourrais obtenir de l’argent à partir de cela », vous devez tuer cet ego. L’art doit être fait pour vous-même, pour Dieu, pour votre Intime, pour votre Divine Mère, comme une expression d’amour. C’est ainsi que vous pouvez travailler sur votre centre émotionnel et ouvrir votre cœur de manière efficace.

Votre cœur s’ouvrira aussi par le culte. Trouver des façons d’être dévotionnel. Il y a de nombreuses façons de le faire. Certaines personnes aiment aller à l’église ou au temple, à la mosquée, certaines personnes aiment chanter des bhajans ou musique de chœur. Avoir un Autel à la maison et consacrer du temps à la prière est bénéfique.

Le moyen le plus efficace pour ouvrir le cœur et montrer la dévotion est de servir les autres. Faire de l’art à la maison, faire de la musique est beau et cela vous aidera beaucoup, mais ce n’est qu’une étape du début. La meilleure manière dont vous ouvrirez votre cœur c’est par le service dévotionnel aux autres. Cela ne signifie pas cela doit être personnel et face à face, c’est utile, mais votre service peut également être anonyme si vous voulez qu’il le soit. Nous devons tous servir par nos propres moyens.

Je vous ferai une promesse : dans ce type de formation, vous ne pouvez progresser que si vous aidez les autres. Vous pouvez mémoriser tous les enseignements et les Écritures, vous pouvez faire de la pratique spirituelle vingt-trois heures par jour, mais vous n’irez nulle part si vous faites tout pour vous-même. Nous devons être activement engagés à servir les autres, afin de trouver vos moyens de le faire. Nous avons tous un moyen. Si vous avez un style de vie très occupé, un emploi et des enfants, etc. alors rendez votre travail et les soins de la famille au service à l’humanité. Transformez votre travail en une chance de vous sacrifier pour les autres. Transformez vos fonctions en service spirituel. Aider les autres en faisant de votre mieux, en traitant les autres comme précieux et méritant de votre mieux. Faites de même à travers vos enfants, à travers votre ménage, dans votre communauté. Faites tout ce que vous faites avec dévouement, en respectant l’Être dans l’autre personne, en respectant Dieu dans l’autre personne, en les servant même quand ils crachent sur vous. C’est une excellente façon d’ouvrir le cœur, mais demande beaucoup d’efforts, parce que nous avons beaucoup d’orgueil. Le principal obstacle à servir les autres est l’orgueil.

Public : Est-ce que les dernières pensées annulent la vie?

Instructeur : Le Karma est cause et effet, c’est tout ce qu’il est. Quelles que soient les causes qui ont été mises en mouvement, elles doivent agir à moins qu’elles ne soient dépassées par une action plus puissante. C’est la loi fondamentale qui modifie toute la matière et l’énergie à tous les niveaux de l’existence, des atomes aux univers. Votre dernière pensée est un acte qui canalise toutes les actions de votre vie, mais les actions de votre vie ont beaucoup plus d’énergie qu’une seule pensée. Si vous le regardez scientifiquement, c’est logique. C’est comme jeter une balle. Vous pouvez le jeter et essayer de le diriger à volonté, mais vous ne pouvez pas changer les lois de la physique. La balle va se déplacer en fonction des mouvements du lancer, mais il y a des influences beaucoup plus puissantes que votre intention de la jeter, comme votre compétence, la force, le poids et l’état de la balle, etc, mais ces facteurs sont minuscules par rapport aux conditions environnementales qui entourent l’action. Si vous essayez de lancer la balle quand vous êtes entouré par un mur à un pouce de vous, alors vous ne serez pas capable de la jeter très loin : seulement d’un pouce. Ce mur est votre environnement psychologique, votre ego, c’est le karma, c’est tout ce qui a été établi autour de l’environnement de cette dernière pensée. Ainsi, les causes établies précédemment et les conditions dominent, sauf si vous avez travaillé sur elles à l’avance.

C’est pourquoi nous devons faire autant de charité et tant de travail psychologique. C’est ce qui change l’environnement : travail psychologique (mort de l’ego, et éveil de la Conscience) et service aux autres. Ces trois facteurs changent l’environnement psycho-spirituel ; cela nous donne la capacité d’avoir plus d’influence sur la façon dont nous lançons cette «boule», cette pensée finale.

Pour terminer la déclaration que j’ai faite plus tôt, la formation que les étudiants ou pratiquants de Padmasambhava subissent devrait être préparée pour ce moment final de la mort afin qu’ils puissent transférer leur Conscience dans la Trikaya, selon leur capacité et avoir une certaine expérience de la réalité. Cette dernière formation en synthèse a été qu’ils ont utilisé le mantra et la visualisation pour fermer tous les orifices du corps de sorte que lorsque cet instant de la mort vient la Conscience ne serait pas distraite et ne peut pas sortir par le rectum ou les organes sexuels ou par n’importe quel autre orifice — la bouche, le nez, les oreilles, les yeux, mais plutôt par la fontanelle de la couronne au sommet de la tête. Et la formation serait ainsi le véhicule de leur pensée mourante et serait quelque chose comme,

« Permettez-moi d’être au service des autres, s’il vous plaît, mettez-moi dans une position où je peux aider les autres à trouver la science qui vaincra la souffrance, laissez-moi aider ».

C’est la formation. « S’il vous plaît laissez-moi naître dans un manoir d’or si je peux avoir tous mes livres gnostiques et être riche avec une belle épouse et aider les autres un tout petit peu. » Cela sonne bien et nous le voulons tous, je sais, mais le point de vue psychologique réel, l’attitude correcte est : « Laissez-moi servir. Ne me laissez pas être pris au piège dans l’enfer où je ne peux aider personne. Dans un royaume du désir, dans un royaume où je ne vais vouloir que le pouvoir et nourrir mes désirs », c’est-à-dire le nirvana. « Laissez-moi ne pas y aller, mais à la mort laissez-moi aller quelque part où je peux faire une différence aider les autres ». C’est la pensée mourante qui est définitive.

J’ai dit précédemment quelque chose qui pourrait paraître contradictoire, que toute notre vie est un courant d’énergie et que la dernière pensée modifie cette énergie. Alors, laquelle est la plus forte? Vous pourriez penser : « Eh bien, si tout ce que j’ai fait dans ma vie a été mauvais et dans mon dernier moment, j’ai été désireux d’aider les autres, cela ne fait aucun bien ». En fait, cela fait beaucoup de bien, beaucoup, même à la dernière minute. Mais si vous pensez, « Je vais juste continuer à faire le mal jusqu’à ce que je meure, alors je vais changer. » Beaucoup de gens pensent comme ceci : « Je vais continuer à être mauvais, parce que Dieu va me pardonner de toute façon. » Oui, mais le pardon ne vient qu’après avoir payé vos crimes. C’est la partie que tout le monde laisse de côté. Tout le monde pense qu’ils peuvent simplement dire : « Je suis désolé, Dieu, pardonnez-moi, reprenez-moi, je ne le pensais pas. » Oui vous pouvez ! Vous l’avez voulu à chaque étape du chemin ; vous le pensiez. La loi fonctionne comme cela : la cause et l’effet, mais la différence est la suivante : la repentance sincère fait une différence. Certains karmas peuvent être effacés par une réelle et vraie repentance ; pas tous, mais certains. De même, le service aux autres peut payer certains karmas, peut effacer les effets des mauvaises actions ; pas tous, mais quelques-uns. Utilisez donc ces deux pour votre avantage ; repentez-vous maintenant, cessez de vous comporter mal et aidez les autres. Ensuite, quand vous mourrez, vous avez une chance de faire quelque chose de mieux.

Vous pouvez retrouver cet article en version anglaise : How We Die