Qui Meurt?

Écrit par : Gnostic Instructor   Catégorie : La Mort

Il est étrange que dans cette ère, nous avons une aversion puissante à la notion de la mort, au concept ou l’idée de la mort, et même à la présence de la mort. Nous l’évitons. Non seulement nous l’évitons dans notre environnement, mais nous l’évitons aussi dans notre mental. Mais le fait est que nous dépendons de la mort pour être en vie. Toute chose dans la nature manifestée fonctionne à travers des cycles. Alors, imaginez une grande roue qui est toujours en mouvement; nous dépendons de cette roue pour la naissance et la mort.

Contemplez le dernier repas que vous avez mangé; rappelez-vous ce repas. Quoi qu’il en soit, sans exception, ce repas était le résultat de la mort. Chaque morceau de nourriture que vous avez déjà consommé est venu à vous à cause de la mort. Même en tant que végétariens, vous tuez pour vivre. Tout ce qui vit, vit sur la mort. La mort est la nourriture de la vie. Lorsque nous mangeons un repas, nous consommons les corps des éléments ou des organismes qui sont dans la nature. Même lorsque nous buvons de l’eau, c’est un processus de destruction, de la mort. Lorsque nous mangeons des plantes, des légumes, de la salade, nous avons tué les corps de ces plantes pour les manger, pour les consommer. Lorsque nous mangeons un animal, de la viande, du poisson, nous avons tué pour vivre.

C’est étrange; nous nous sommes séparés de ce processus de la mort tant bien qu’il y a beaucoup de gens qui ne peuvent pas imaginer tuer pour la nourriture —ils veulent que quelqu’un d’autre le fasse pour eux— je répète, chaque fois que nous mangeons, nous accumulons le karma —la relation de la cause à effet— de cette mise à mort. Ceux qui pensent qu’ils évitent de tuer, en évitant le processus d’une autre créature qui meurt, participent à la mort chaque fois qu’ils mangent. C’est inévitable. Peu importe comment vous avez obtenu votre nourriture, vous avez une relation avec la mort de ce que vous mangez.

Certains groupes et enseignements spirituels dans le monde sont allés très extrêmement dans leur incompréhension de la nature de la vie et de la mort, dans leurs efforts pour éviter de tuer. Ils ne comprennent pas que pour vivre, ils doivent tuer; pas en excès, et non plus dans une affaire d’abus ou pour le plaisir, mais simplement pour vivre.

Chaque repas est un acte de tuer. Nous devons vivre, nous devons manger, nous devons donc tuer, alors nous devons apprendre comment faire face à la mort avec respect, avec équilibre, de sorte que le karma — la cause et l’effet— de tuer soit en harmonie.

Chaque action est Karma: cause et effet. Nous ne devrions pas avoir peur du Karma ou peur de l’action. Ce dont nous devrions avoir peur c’est de l’action qui est hors équilibre, ce n’est pas en harmonie avec la nature.

Manger et être manger est la loi de la nature. La vie et la mort est la manière dont fonctionne la nature à tous les niveaux. La mort fait partie de la vie, et pour vivre, il faut avoir la mort.

À cette époque, nous évitons la mort à un tel extrême que nous voulons trouver un moyen pour les corps physiques de vivre pour toujours, de prolonger notre espérance de vie à un  degré tel que nous n’aurions jamais à mourir. Il y a beaucoup de gens qui ont cet objectif, et il y a de nombreuses organisations et entreprises qui dépensent des millions de dollars pour trouver un moyen de nous rendre « Immortels ». C’est absurde. Cela démontre cette extrémité d’éviter la réalité de la mort et une profonde ignorance. Leur soif de plaisir, de confort et de sécurité est si grande qu’ils évitent la réalité de la mort, et l’aspect fondamental de cela c’est l’ignorance.

Les Trois Forces qui Créent la Souffrance

Il y a trois facteurs dans ce que je viens d’expliquer, trois éléments qui sont très critiques que nous devons saisir. Ces trois éléments sont à la base de toutes les souffrances :

  • Ignorance
  • Envie
  • Aversion

À la base de l’Hindouisme et du Bouddhisme, ce sont les Mula Klesha, les trois racines ou causes sur lesquelles la roue de la souffrance [roue du samsara] tourne ; ce sont l’axe de la roue.

220px-Sam-Taeguk.svgUn autre symbole, le Gankyil, c’est un symbole dans le Bouddhisme qui représente trois forces en mouvement. Il ressemble à une roue avec trois parties, comme un Yin-Yang, mais avec trois parties. Le Gankyil représente la façon dont les trois forces créent. Il a de nombreux niveaux de signification.

Il y a trois forces dans toutes les formes de création et dans toutes les formes de destruction. Une étincelle d’électricité est produite par une combinaison de forces positives, négatives et neutres. Un enfant est produit par l’homme, la femme et le sexe. La Loi du Trois crée et détruit. La Loi du Trois est la base fondamentale de tout ce qui bouge positif ou négatif, vers le haut ou vers le bas. Chaque mouvement est déterminé par trois facteurs.

La souffrance est également créée par trois forces. Pour que la souffrance, la douleur, l’illusion, grandissent, se développent, les trois forces agissent. Ces trois se trouvent psychologiquement en nous : l’ignorance, l’avidité et l’aversion. Elles sont à la base de toutes les souffrances. En ce qui concerne les thèmes de la mort, ces trois sont très actives en nous.

L’ignorance en Sanskrit est Avidya qui signifie «sans connaissance». Vidya est la connaissance mais pas seulement la connaissance intellectuelle ; Vidya signifie la connaissance consciente, la connaissance qui est dans la conscience, la connaissance que vous n’oublierez jamais, même pas après la mort, la connaissance qui fait partie de l’âme. Avidya signifie «sans ce genre de connaissance»; c’est ce que nous avons, nous avons beaucoup d’Avidya, et nous le démontrons constamment dans notre ignorance profonde dans le traitement de tout, surtout pour faire face avec nous-mêmes.

Parce que cette ignorance [manque de connaissance réelle] est si répandue en nous, nous avons un problème fondamental, dans lequel nous nous accrochons, nous envions, accrochés à une notion erronée de Soi. Ce besoin ou saisissement en nous dans l’exemple que je donne est de s’accrocher à la vie, de s’accrocher à ce que nous appelons la vie. Ce saisissement ou envie est enracinée dans une ignorance fondamentale qui est ce que nous ressentons et pensons et voyons, ce que nous sommes. Nous pensons que nous sommes notre nom, nos souvenirs, ce corps ; et tout cela est faux, tout cela est erroné. Nous avons un sens très profondément erroné du «Je» et parce que nous sommes saisis par ce «Je», nous évitons tout ce qui le contredit. Vous voyez comment ces trois forces travaillent ensemble?

Nous évitons tout ce qui contredit notre sens de Soi qui sont notre nom, le visage, la langue, la culture, l’accent, les croyances, tout cela. La mort contredit tout cela. L’idée même que ce «moi» peut mourir terrifie ce sens de Soi : voilà pourquoi nous évitons ce sujet de la mort. Vous voyez, toute cet axiome d’inter-verrouillage des trois facteurs se trompe. C’est illusion, et la façon dont on arrête son mouvement, et ainsi arrêter la production de la souffrance, est à travers la connaissance, à travers le Vidya, qui est la connaissance consciente, la vraie connaissance. Ce type de connaissance ne peut être acquise que d’une manière très spécifique. Voilà pourquoi nous sommes ici, pour apprendre à acquérir une connaissance réelle. Donc, pour contredire tout ce cycle de la souffrance, nous avons besoin de Vidya, de la Gnose, la connaissance consciente. La Gnose n’est pas ce que nous lisons dans les livres, ce n’est pas ce que nous entendons dans les conférences, ce n’est pas ce que nous croyons. C’est une connaissance que nous tirons à travers notre expérience en relation avec l’âme. La Gnose est une connaissance spirituelle consciente, la connaissance de l’âme, non pas la personnalité, le nom, le visage, l’histoire, ce que nous avons vécu dans les écoles, ce que nous avons lu dans les livres, ni ce qui a une quelconque importance, à moins qu’il ne pénètre dans l’âme et devient une partie permanente de cette âme.

L’ignorance, l’avidité et l’aversion sont vraiment une chose, qui est le mouvement de l’énergie qui est constamment à l’œuvre dans notre pays psychologique, dans notre mental. Cela devient important pour nous parce que toute souffrance est enracinée dans ce domaine ; toute forme de souffrance qui existe émerge de l’œuvre intérieure de ces trois aspects : l’ignorance, l’avidité et l’aversion. Ces trois ont été symbolisés de plusieurs manières et ont beaucoup de noms dans toutes les religions; elles ont de nombreuses caractéristiques et qualités parce qu’elles sont très profondes.

Quand on regarde l’ignorance ou l’envie ou l’aversion ne pensez pas qu’elles sont des concepts superficiels; elles ne le sont pas. Elles sont des aspects très profonds de l’énergie psychologique. Elles ne peuvent pas être surmontées par l’intellect. Tout simplement parce que vous avez entendu les termes, ou si vous avez étudié cela avant ou vous les avez déjà appris, ne signifie pas que vous l’avez surmonté. Si vous souffrez, si vous êtes coincé ici sans connaissance réelle de l’âme, c’est parce que ces trois sont encore en mouvement à l’intérieur de vous. La réalité est que nous ne vainquons pleinement ces trois sources de souffrance qu’une fois que nous avons quitté complètement la Roue du Samsara, ce qui signifie que l’on doit devenir un Maître ressuscité. C’est très rare. Même les Dieux souffrent de ces trois, même les Bouddhas dans le Nirvana ont envie de rester comme des Bouddhas, d’avoir des pouvoirs, d’avoir des adeptes, même les Bouddhas dans le Nirvana, les Anges ont de l’ignorance parce qu’ils ne voient toujours pas la nature ultime de l’Être, qui est l’Absolu, le Vide. Et ils ont encore l’aversion parce qu’ils veulent éviter ce qui est désagréable, et rester toujours dans le plaisir. Donc, ne pensez pas que ces trois sont faciles à franchir, elles ne le sont pas.

nine-heavens

Voilà pourquoi nous étudions l’Arbre de Vie. Cette carte illustre les lois de la nature et la densité relative des différents cycles de la nature, et comme l’énergie ou la vie découle de l’Absolu, le vide, cette lumière passe à travers de plus en plus de niveau de densité ou des lois compliquées. Ces lois, forces, ou énergies sont psychologiques ; elles sont la matière et l’énergie, mais elles sont aussi psychiques, elles sont mentales. Tout dans la nature est du mental condensé, matérialisé.

Quand nous arrivons enfin à l’étude du niveau physique qui est appelé Malkuth en Hébreu, la dixième Sephirah, nous voyons qu’il est entre deux royaumes: les royaumes supérieurs en rapport avec les cieux et les mondes inférieurs en rapport avec les enfers. Chaque grande tradition à travers l’histoire a tenté de symboliser et représenter ces deux aspects fondamentaux de la vie et de la mort: le ciel et l’enfer.

Malheureusement, parce que nous avons manqué de connaissances, notre ignorance nous a causé de mal interpréter et mal comprendre cet enseignement sur le ciel et l’enfer, de telle sorte que nous sommes arrivés à la croyance folle que le ciel est un endroit dans les nuages et l’enfer est un endroit en dessous de la surface de la Terre et nous allons aller vers l’un ou l’autre en fonction de ce que nous croyons. C’est si illogique et contradictoire, c’est absurde et, pourtant, des millions de personnes y croient. Cela contredit toutes les lois de la nature, contredit la façon dont l’énergie et la matière s’interagissent les uns avec les autres et contredit toutes les écritures. Aucune écriture ne fait état que nous allons au ciel parce que nous croyons au ciel, et aucune écriture ne fait état que nous allons en enfer parce que nous ne croyons pas au ciel. Toute Écriture, qu’elle soit Bouddhiste, Hindoue, Chrétienne, Juive, Musulmane, toutes déclarent la même chose : nous allons où nous appartenons. Nous allons en fonction de ce qui est dans notre mental, nous partons en fonction de qui nous sommes. Jésus a expliqué de façon très explicite dans les Évangiles, il n’a jamais dit : « Si vous croyez en moi, vous irez au ciel. » Il a dit que le chemin pour aller au Ciel est très difficile et très peu y entrerons. Il a dit qu’aucun idolâtre, qu’aucun meurtrier, qu’aucun fornicateur, qu’aucun impudique, qu’aucun voleur ne peut y aller. Nous avons tous ces facteurs en nous-mêmes.

centers-and-brains-color

Nous avons l’ignorance qui aspire au plaisir et évite la douleur. A cause de cela, nous commettons des crimes. Nous les commettons physiquement, nous les commettons émotionnellement, nous les commettons mentalement. Chaque fois que nous nous engageons dans une utilisation erronée de l’énergie et de la matière, nous encodons cette erreur, nous la cristallisons. Vous voyez, ce que cet Arbre de Vie illustre pour nous est un flux d’énergie. L’Ain Soph Aur, le Rayon de la Création, descend de l’Arbre de Vie et crée tout. Ce Rayon, cette lumière est en nous, notre propre lumière particulière qui passe à travers nous. C’est l’énergie qui nous permet d’être ici et maintenant, c’est l’énergie de la vie. Mais nous modifions cette énergie en fonction de nos actions, en fonction de nos pensées, selon nos sentiments, en d’autres termes dans ce Gankyil, ce cercle qui tourne avec trois aspects, il y a toujours l’énergie qui coule. Ce cercle ou Gankyil représente notre mental, notre cœur, notre corps, trois aspects, trois cerveaux. Ce Gankyil nous montre notre psyché. Certaines personnes disent le corps, la parole et le mental, c’est également exact. Dans cette tradition, dans la Gnose, nous parlons de l’intellect, l’émotion et le corps ou le cerveau moteur. Ce diagramme montre les trois cerveaux répartis comme cinq centres parce que réellement le corps a trois aspects distincts que nous étudierons lorsque nous aurons plus de détails, mais sur ce graphique, nous voyons le jaune, le bleu et le rouge, ce sont les trois parties du Gankyil. L’énergie coule dans nos trois cerveaux constamment dans chaque mouvement ; à chaque instant il y a l’énergie, et notre utilisation de l’énergie détermine qui nous sommes, ce que nous serons, ce qui va nous arrive, où nous nous dirigeons. Voilà pourquoi nous étudions ce sujet de la mort, avec ce que nous faisions, ce que nous pensions, ce que nous nous sentions, nous déterminons notre avenir.

Si nous utilisons notre énergie et que nous ne sommes pas conscients de l’ignorance, de l’avidité et de l’aversion en nous-mêmes, et quand nous engageons ces flux d’énergie dans nos cinq sens avec ce que nous percevons autour de nous et ce que nous percevons en nous, l’ignorance, l’avidité et l’aversion nous amènent à mal interpréter, à se tromper, à avoir des vues erronées, à voir les choses à travers l’illusion de l’ignorance, de l’avidité et de l’aversion, alors au lieu de voir ce qui est réellement là, nous ne voyons que ce qui soutient notre sens de Soi et ce qui ne le supporte pas . En d’autres termes, nous sommes constamment dans cet effort dans tout ce que nous faisons pour fortifier le faux sentiment de Soi. Nous avons ce sentiment de Soi que l’on ressent avec un certain sentiment de fierté, un certain sentiment d’accomplissement. Nous pensons que nous sommes bien à notre travail. Nous allons voir à chaque instant, dans chaque engagement avec d’autres, dans chaque situation, des moyens pour soutenir cela, pour fortifier cela, et tout ce qui le contredit, nous l’évitons. Nous faisons de notre mieux pour ne pas voir les contradictions, pour ne pas traiter avec tout ce qui est en désaccord avec notre illusion, ou pour réprimer cela, pour combattre avec elle. Donc, si nous faisons une erreur, peut-être quelque chose de mal que nous avons fait, nous faisons de notre mieux pour le cacher non seulement des autres mais de nous-mêmes, nous faisons de notre mieux pour l’éviter. Mais si nous avons fait quelque chose de bien, quelque chose qui était bénéfique, nous nous adonnons à elle, nous nous révélons en elle. Dans les deux cas, nous utilisons l’énergie tirée par l’ignorance, l’avidité et l’aversion. Le résultat est que, dans cette scène, dans cet engagement, il n’y a pas de pénétration à la vérité de la question, il n’y a que la fierté ou la honte, l’attachement à l’image, et ce désir de propager et de soutenir ce sentiment de soi que nous portons autour de nous .

Si vous avez déjà été au travail, au chômage, si jamais vous aviez déjà eu quelqu’un qui a brisé une relation avec vous, que ce soit une amitié ou une relation romantique, alors vous sentez les coups de fierté et vous sentez l’envie de trouver quelque chose pour stimuler votre fierté . Si vous vous êtes déjà senti loué, célébré, envié, alors vous ressentez le coup de pouce à l’orgueil et à quel point nous voulons nous adonner à cela et nous livrer à cela. La plupart d’entre nous pensent qu’il n’y a rien de mal à cela, nous pensons que c’est bon, on ne voit pas le danger ou le mal. Le danger et le préjudice est précisément dans l’ignorance. Chaque fois que nous nourrissons l’énergie de ce type d’engagement, nous approfondissons l’ignorance qui nous fait souffrir, comme nous échouons pour voir la nature de notre véritable identité. Pour cela, nous devons aller un peu plus loin et comprendre ce que cela signifie. Notre psychologie n’est pas ce que nous pensons qu’elle est et c’est l’effet de l’ignorance qui nous afflige. Ce à quoi nous pensons c’est «nous-mêmes», ce à quoi nous pensons c’est «moi», c’est fondamentalement erroné.

Il y a trois composantes fondamentales de notre psychologie qui dirigent le flux des énergies à travers nous, et ainsi déterminent notre expérience de vivre et de mourir.

Les Trois Forces de notre Psychologie

  • Essence : Conscience non modifiée ; Buddhata, Tathagatagarbha; « La nature du Bouddha »
  • Ego : (Latin, «Moi») Conscience modifiée ; kleshas, skandhas (agrégats) ; «Nature animale» ; envie
  • Personnalité : (Latin, «Masque») persona ; instrument ; en rapport avec le temps ; le nom, la langue, la culture, le pays, la religion, les croyances, les mœurs, les valeurs, les goûts, etc.

Le premier aspect de ceci que nous devons étudier est ce que nous appelons dans cette tradition l’Essence. Ceci est non filtrée, la Conscience non modifiée.

Essence et Ego

La Conscience est ce qui nous donne la capacité de percevoir, c’est la perception, mais pas à travers un sens particulier. Nous avons la perception ici dans nos corps physiques, qui circulent à travers nos cinq sens, mais cette perception a une racine qui est bien au-delà du corps physique. Néanmoins, lorsque nous sommes ici dans le corps physique, nous avons la capacité de percevoir, mais en nous, cette perception est modifiée. Elle est modifiée par l’ignorance, l’avidité et l’aversion, elle est modifiée par l’orgueil, par la colère, par la convoitise, par la gourmandise, par la peur, par tous les éléments psychologiques qui coulent dans notre flux mental.

Il y a d’autres noms pour l’Essence, comme les mots Sanskrit Bouddhata et Tathagatagarbha. Ces mots traduisent essentiellement la même chose : la nature du Bouddha. Si vous avez étudié le Bouddhisme vous avez entendu parler de la nature du Bouddha. La nature du Bouddha est la capacité de devenir un Bouddha, ou de devenir un ange. C’est cette partie de nous qui est une graine ou un embryon, qui peut être cultivée, nourrie et développée. En nous, elle n’est pas développée, elle est faible.

Nous devons comprendre ce que c’est, non pas intellectuellement et non par conviction, mais dans le moment, maintenant, à chaque instant. Nous avons besoin de faire l’expérience de ce qu’est l’Essence. Sans cette expérience, vous ne pourrez jamais comprendre la Gnose ou toute religion, c’est impossible. Le but initial de chaque religion était le développement de l’Essence. Aujourd’hui, la plupart d’elles ont dégénéré et ont d’autres fins, comme de se soutenir, d’avoir le pouvoir, de l’argent, du respect, quoi que ce soit qu’ils courent après. Mais l’objectif initial des fondateurs de toutes les religions est de nous apprendre à utiliser l’essence, comment la cultiver. C’est la chose la plus fondamentale que vous pouvez recevoir de l’étude de la Gnose, comment comprendre, comment vivre et comment utiliser votre propre Essence. Cela signifie la Conscience qui est non modifiée, pure, libre, sans cages. Elle perçoit avec précision. Elle perçoit sans filtres. Elle perçoit sans limitation. Voilà pourquoi nous apprenons beaucoup de techniques afin d’enseigner l’Essence.

Nous commençons par l’Auto-observation et l’Auto-Rappel. Nous pouvons également appeler cela vigilance, connaissance, conscience, conscience de soi, etc. ; il y a beaucoup de noms. Vous avez entendu le terme pleine conscience (mindfullness), mais nous utilisons ce terme de manière plus spécifique que la perception générale.

La liberté, l’Essence non modifiée est notre lien direct avec la vérité. L’Essence est notre Conscience qui est une étincelle de l’Âme de notre Être Intérieur, de notre Dieu Intérieur qui est la vérité, la réalité. Notre Bouddha Intérieur peut travailler en nous, peut nous aider, peut nous aider à travers cette Essence, cette étincelle de Conscience libre qui est la seule partie restante pure en nous. Rien d’autre en nous n’est pure. Tout le reste nous a été modifié, affligé par l’ignorance, l’avidité et l’aversion, l’orgueil, la peur, la gourmandise, la luxure, l’envie, la paresse, de nombreux éléments. Voilà pourquoi il nous est si important d’expérimenter ce qu’est l’Essence. Malheureusement, la plupart de notre Essence est piégée, elle est devenue modifiée en ce sens de soi, le «Moi».

En Latin, « Moi » est l’Ego. En Français moderne, nous utilisons Ego d’une autre manière, mais dans cette tradition, dans la Gnose, nous utilisons «Ego» de manière très spécifique. Cela signifie «Moi», et ce sens de moi, ce sentiment de «moi» que nous avons tous expérienté est un mensonge, c’est faux. Ce sentiment de fierté, ce sentiment d’autosuffisance, ce sentiment de honte, ce sentiment de doute, tous ceux-ci sont le «Moi», l’ego. Le Moi est la Conscience modifiée. C’est la Conscience piégée dans un faux sentiment de soi.

Dans le Christianisme et dans la tradition Occidentale en général, le «Moi» ou Ego est représenté par les sept péchés capitaux: l’orgueil, la colère, la luxure, la gourmandise, etc. C’est symbolique. Les sept aspects ou sept egos sont symboliques. La réalité est que nous avons beaucoup, beaucoup d’ego. Les egos eux-mêmes sont beaucoup plus complexes et sophistiqués que seulement sept et cela peut être appris très rapidement quand vous vous observé réellement, sincèrement. Vous découvrirez que certaines personnes pourraient dire que la fierté est beaucoup plus complexe que la simple «fierté», car elle est mélangée avec de la peur, la colère, même la luxure. L’ego est complexe ; le mental est compliqué. L’Essence est simple. C’est la différence.

Dans d’autres traditions, l’ego est appelé par des noms différents. Dans le Bouddhisme et l’Hindouisme, Klesha, Smaskara ou Skandha sont des éléments psychologiques qui piègent ou modifient la Conscience. En d’autres termes, quand vous vous sentez en colère, quand la colère prend le dessus et que vous êtes une personne en colère, c’est une cage. Elle est une modification de la Conscience, en d’autres termes ; la Conscience est restée coincé dans une cage appelée colère, et cette colère ne veut que la douleur. Réfléchissez à cela. La prochaine fois que vous vous sentez en colère ou irrité, regarder cette colère en vous-même et questionnez-vous là-dessus : est-ce la colère ou la réflexion de Dieu, est-ce un reflet de la divinité ou est-ce le reflet du désir? Que veut-elle? La colère veut la douleur. La colère est la douleur. Lorsque nous sommes en colère, nous souffrons, nous faisons souffrir les autres, nous défendons notre colère rigoureusement. Quand nous sommes en colère, nous ne voulons pas la laisser aller parce que quand nous sommes en colère, nous sommes également très fiers. La colère est arrogante, toujours, avec un sens très fort du «Moi». La colère a aussi peur de tout ce qui peut l’étouffer, l’enlever, ou la contredire. La colère ne veut pas voir la vérité. Nous pouvons être très en colère, mais si tout à coup, il devient évident que le propos dont nous sommes en colère est de notre faute, la colère ne veut pas le voir. La fierté de la colère a peur de voir cette vérité. Vous voyez, c’est difficile de simplifier un ego à un nom, vous ne le pouvez pas. Vous devez voir chaque ego pour ce qu’il est, et ne pas lui mettre une étiquette.

La plupart (97%) de notre Essence est piégée dans les egos. Nos egos sont très complexes, et différents en chacun de nous parce que chaque élément de l’ego est construit par nous à travers nos actions erronées. En d’autres termes, si à un moment donné cette énergie se déplace à travers vos trois cerveaux et que vous voyez quelque chose que vous voulez, en d’autres termes, dans votre ignorance vous oubliez votre vraie nature, votre Intime et vous sentez une envie de quelque chose, d’avoir quelque chose, l’énergie qui coule à travers vous est cristallisée dans ce désir et forme un ego, et au fil du temps, plus vous nourrissez ce désir, plus il devient fort. Cela est vrai pour des choses superficielles et des choses très profondes, même si elle est quelque chose comme l’approbation de l’envie ou d’acceptation, le désir de sécurité — ce n’est pas juste une envie de nourriture ou une envie de sexe, bien que ceux-ci ont aussi le même résultat. Chaque fois que l’énergie circule dans ce désir et devient cristallisée c’est est un Karma, cause et effet, et cette Conscience se retrouve piégée dans cet ego (je désire). Cela signifie que chaque fois que l’ego émerge dans notre flux mental, la Conscience qui est à l’intérieur de celui-ci perçoit à travers ce filtre. Quand nous devenons en colère, nous voyons tout à travers cette colère. Quand nous devenons furieux de luxure, nous voyons tout à travers cette luxure. Quand la peur ou le doute prend le dessus, on voit tout à travers ce doute ou cette peur. Chaque ego est la Conscience modifiée, une forme d’ignorance, et tout cela produit et approfondit la souffrance.

laws-of-nature

Donc, il y a une forte différence entre ces deux aspects en nous-mêmes.

L’Essence est pure; elle est joyeuse, sereine, en paix, elle n’a besoin de rien. La Conscience non modifiée est en parfaite sérénité, harmonie, amour. Si vous avez déjà observé un enfant — pas un enfant quand il souffre d’être dans un corps mais un enfant qui est complètement détendu, heureux et va simplement donner de l’amour à tout le monde, partageant avec quelqu’un — c’est l’Essence, et nous tous avons cela à l’intérieur. Mais malheureusement, quand nous grandissons, notre bagage psychologique de nos existences antérieures s’incorporent dans notre flux mental et nous perdons contact avec la Conscience non modifiée (Essence). Voilà pourquoi Jésus a dit:

En vérité, je vous le dis, quiconque ne recevra pas le royaume de Dieu comme un petit
enfant n’y entrera point. – Luc 18

L’Essence est pure, libre, elle n’est pas amer, elle n’a pas peur. Les gens ont aujourd’hui beaucoup de sarcasmes, beaucoup d’amertumes, beaucoup de tensions et de stress. L’Essence n’a pas cela ; ce n’est pas notre Essence. L’Essence en nous est peu développée et immature, comme un enfant, lumineux, aux yeux grands ouverts ; à cela, tout est étonnant, tout est beau, tout est incroyable. Voilà comment l’Essence voit. L’Essence est l’embryon d’un Bouddha, Ange, ou Maître. Elle est la semence pure à partir de laquelle les Êtres les plus étonnants naissent.

Le travail de l’étudiant Gnostique est d’engager et d’activer cette Essence tout le temps. La mort peut venir à tout moment. Si vous faites face à la mort avec l’Essence active, vous ne serez pas découragés, vous n’aurez pas peur, vous ne serez pas amers, vous ne serez pas saisis par l’envie de quoi que ce soit, mais Dieu, plus de lumière. Votre fierté ne sera pas dans votre chemin, ni votre colère, luxure, peur ; même pas la douleur ne sera un obstacle, et vous ferez face à la mort avec joie, avec la connaissance.

Personnalité

Ces deux aspects de notre psyché ont un intermédiaire sur lequel ils agissent ensemble, et nous l’appelons la personnalité. La personnalité provient du Latin persona, qui signifie « masque ». Voilà ce que la personnalité est: un masque.

La personnalité se développe à travers le temps. Lorsque nous sommes nés, nous avons commencé à forger une personnalité. Tout au long de notre vie, nous l’utilisons pour s’engager avec la vie. La personnalité est l’interface que nous utilisons pour communiquer avec les autres, donc elle utilise la langue, les expressions, les vêtements et la culture. Autrement dit, la personnalité est enracinée dans le temps, les habitudes et les tendances culturelles. Elle n’est pas notre âme. Elle est un masque.

La personnalité est notre masque, notre visage; elle a notre nom, notre histoire, nos souvenirs, notre langue, notre culture, la plupart de ce que nous pensons être «nous». Mais parlons-en pendant une minute. Nous avons tendance à penser que notre personnalité est notre identité, mais elle ne l’est pas. Nous devenons confus — même de nombreux étudiants Gnostiques deviennent confus et ils appellent les aspects de la personnalité « ego. »

La personnalité est temporaire. Lorsque le corps physique meurt, la personnalité va avec. Nous ne gardons pas une personnalité dans notre prochaine existence. Il y a beaucoup de gens qui pensent qu’ils vont au ciel et qu’ils gardent le même nom et le même visage. Vous ne le faites pas. Dans chaque existence, vous avez un nouveau visage, un nouveau corps, et une nouvelle personnalité. Nous avons expliqué dans la conférence précédente que l’énergie ne meurt pas, et notre conscience est l’énergie, et cette énergie émigrait de corps en corps pendant d’innombrables siècles. Dans chaque corps, nous avons une nouvelle personnalité. Réfléchissez à cela. La personnalité que nous avons maintenant, au XXIe siècle, serait complètement autre dans cinquante ans d’âge, il y a une centaine d’années, il y a cinq cents ans, il y a mille ans. Votre personnalité de maintenant qui aime manger des hamburgers, porter des pantalons, des survêtements, regarder la télévision, et cliquez sur Internet serait folle si elle avait été envoyée à vivre il y a cinq cents ans. Les personnes de cette époque ne comprendrait pas un mot que votre personnalité dirait, parce que la langue que vous utilisez maintenant n’a rien à voir avec la langue d’il y a cinq cents ans. Même la façon dont les gens regardent est différente. Regardez l’enregistrement visuel de l’humanité. Nos visages ont changé, nos corps ont changé ; nous pouvons même dire en regardant un visage de quelle décennie ou de quelle époque il vient. Au fil du temps, le corps est changé, la personnalité est modifiée.

La personnalité est temporaire. Quand je méditais sur ce sujet, en essayant de le comprendre plus profondément et trouver des moyens de l’expliquer, on m’a donné un bel exemple. La personnalité est juste un instrument. Pensez à ce sujet : qu’est-ce qu’un instrument ? C’est juste un outil. Quelque soient les utilisations de cet outil ce serait l’Essence ou l’ego. La plupart du temps c’est l’ego, mais si vous réfléchissez profondément sur cela, cela peut donner plus de sens et vous faire comprendre la différence et commencer à discerner en vous-même la différence entre l’Ego, l’Essence et la Personnalité. Si vous écoutez de la musique, vous verrez le exactement le même phénomène qui se passe en vous psychologiquement. L’instrument est comme la personnalité, la musique utilise l’instrument. Vous pouvez jouer la même chanson sur tous les instruments et ça va sonner différemment ; certains d’entre nous aiment certains instruments plus que d’autres, juste de la même manière que nous aimons certaines personnalités mieux que d’autres. Notre personnalité est un instrument. Notre personnalité produit une note, un son. Quelle est la musique qui coule à travers notre instrument psychologiquement? Quel est le son que nous produisons? Est-ce le son de l’ego, du désir, de l’avidité, de l’aversion, de l’ignorance ? Ou est-ce le son de la divinité jouée à travers nous? C’est la différence. Si vous pensez à la Personnalité, à l’Ego et à l’Essence de cette façon, cela peut devenir beaucoup plus facile de les voir en vous-même.

La personnalité est juste un masque à travers lequel l’énergie afflue. Nous sommes devenus très attachés à la personnalité et elle est très forte. Dans le passé, ce n’était pas ainsi. De nos jours, nous avons mis beaucoup d’énergie dans «notre» pays, «notre» patrimoine, «notre» race, «notre» langue et nous construisons beaucoup de fierté autour de cela. Nous sommes attachés à une certaine religion, soit à cause de l’histoire de notre famille ou à cause de quelque chose que nous avons découvert dans cette existence, et nous avons construit beaucoup de fierté spirituelle. Nous faisons de notre personnalité une réflexion de cette religion ; donc aujourd’hui nous voyons des tendances au sein des groupes à avoir les mêmes types de personnalités. Si vous allez à une Église Chrétienne, vous trouverez que tout le monde commence à se comporter comme tout le monde. Ils utilisent les mêmes mots, ils vont même s’habiller de la même façon, ils parleront de la même chose, ils vont manger les mêmes choses, ils vont aux mêmes endroits, ils écoutent la même musique, ils peuvent même conduire les mêmes voitures. Tout cela est la personnalité — elle est temporaire, tout cela est basé sur le temps. La même chose est vraie si vous allez à une école Gnostique. Ils commencent tous à parler des mêmes choses, croire les mêmes choses, s’habiller de la même façon, manger les mêmes aliments. Tout cela est la personnalité.

Allez de ville en ville et vous trouverez les mêmes phénomènes. À Chicago, il y a des tendances culturelles. A New York, il y a des tendances culturelles, tout comme il y en a à Delhi, Rio de Janeiro, etc. Aucune de ces habitudes et ces tendances culturelles sont fondamentalement réelle. Ce sont des phénomènes temporaires que, malheureusement, nous jugeons importants.

Notre langue est en constante évolution. Pour être loué ou admiré par la société, vous devez utiliser les nouveaux mots et expressions. Tout cela est la personnalité ; ce n’est pas réel. Pourtant, nous croyons que notre utilisation de mots c’est «nous». Ceci est significatif — cela peut paraître idiot, mais c’est très important, parce que chaque utilisation de l’énergie a un impact en nous.

Nous sommes devenus tellement accro à la personnalité que nous avons perdu le contact avec la possibilité d’avoir la Conscience active. Nous sommes devenus hypnotisés par la personnalité, et par les egos («Je suis») qui conduisent la personnalité. Ce qui fonctionne à travers notre personnalité la plupart du temps sont juste des désirs, de manière à être accepté, d’avoir la sécurité (soit financièrement ou émotionnellement), de nourrir nos désirs, quels qu’ils soient.

Transformation des impressions

Pourquoi cette question? Parce qu’au moment de la mort, votre état psychologique détermine ce qui vous arrive. Et aucun de nous ne sait quand nous allons mourir. Si nous sommes surpris par la mort, si cela arrive sur nous comme un choc — ce qui arrivera, si nous ne nous préparions pas — notre état psychologique déterminera comment nous allons passer par cette porte et donc déterminera où nous allons et notre devenir. Voilà pourquoi il est important pour nous d’apprendre à distinguer ces différents éléments psychologiques; c’est pourquoi il est important d’étudier l’Arbre de Vie et toutes les lois de la nature.

L’ego appartient aux règnes inférieurs de la nature. L’ego est très compliqué. L’orgueil n’est pas simple, la luxure n’est pas simple, l’envie est très compliquée. Tous ces facteurs résident dans notre subconscient, qui, en terme Chrétien est l’enfer. Il est en bas. Cela signifie que chaque fois que nous, à chaque instant, utilisons l’énergie pour alimenter la personnalité, pour nourrir l’ego, nous approfondissons les liens qui nous unissent aux mondes inférieurs, aux aspects inférieurs de notre psyché. Cela signifie que lorsque nous mourons, c’est là que nous allons. Notre mental est déjà là, si naturellement, nous allons pleinement nous intégrer là. Donc la question est : qui meurt et qu’est-ce qui se passe quand on meurt ?

centers-and-brains-persona-color

Ce graphique montre l’interaction de toutes ces énergies. À l’extrême gauche, nous voyons le monde extérieur, tout ce qui est à l’extérieur avec lequel nous interagissons. Pour interagir avec lui, nous utilisons la personnalité. La façon dont nous nous habillons, la façon dont nous marchons, la façon dont nous parlons, la façon dont nous nous présentons, c’est notre personnalité. Toute l’énergie et les impressions de la vie affluent à travers cette personnalité vers nos trois cerveaux et elles sont traitées. Malheureusement, parce que nous sommes fascinés par la vie et avons notre conscience endormie, nous ne savons pas ce qui se passe dans nos trois cerveaux, dans notre mental, dans notre cœur et dans nos impulsions. Nous ne sommes pas conscients de cela. Toute cette scène se passe dans Malkuth, entre les Cieux et les Enfers, psychologiquement.

Alors que les énergies coulent en nous, il y a un engagement qui arrive psychologiquement à l’intérieur, entre ce qui est à l’extérieur et ce qui est à l’intérieur. Notre volonté détermine le résultat. Voyez-vous les trois forces qui travaillent ici ? Extérieur, intérieur, et la volonté (Conscience).

La plupart du temps, notre volonté est complètement enracinée dans le désir : l’avidité, l’aversion et l’ignorance. Quel que soit qui coule en nous, nous réagissons tout simplement en fonction de nos désirs, notre sens de soi, notre orgueil, envie, désir, luxure.

Quand on voit quelqu’un porter quelque chose que nous aimons vraiment, nous le voulons pour nous-mêmes. Ce ne sont pas les vêtements que nous voulons, c’est l’admiration. C’est l’envie. Pourquoi voulons-nous cela ? Pour nourrir notre fierté, pour rendre notre personnalité plus attrayante, pour que les gens nous aiment, pour obtenir l’acceptation, pour obtenir l’admiration ou être envié. Nous voulons être envié de la même manière que nous envions les autres personnes. Ce qui se passe là c’est que l’énergie circule en nous, alimente et nourrit l’envie, la fierté, la peur, le tout dans le sens erroné de soi et ce sens erroné de soi se renforce. Donc, si cela était le cas avec nous aujourd’hui, hier, la semaine dernière, le mois dernier, et l’année dernière, alors il est probable que cela était notre comportement dans notre existence précédente, aussi. Nous n’avons aucune preuve pour montrer que dans tout autre temps, nous avons été différent, donc logiquement, mathématiquement, il est logique que la Conscience conditionnée est très robuste, et la Conscience libérée et libre en nous est pratiquement inexistante.

Nous pouvons trouver des preuves à l’appui de cette notion si nous regardons la société, si nous regardons nos vies. Il est très difficile de trouver des preuves de la conscience non modifiée partout. La preuve de cela inclurait l’amour désintéressé, la vraie sérénité, quelqu’un qui est vraiment heureux et qui ne s’est pas accroché, aucun attachement, aucune envie, aucun désir, qui est juste serein, peu importe sa situation. Tel est le signe de la conscience libérée.

Il est très difficile de trouver en nous-mêmes le vrai bonheur pour les autres, non attaché. Habituellement, lorsque nous sommes heureux pour les autres, nous sentons aussi le ressentiment. Nous pensons, «Je suis heureux pour vous, mais je souhaite aussi avoir ça, pourquoi je ne peux pas avoir ça aussi?» Ressentiment de l’envie, de la fierté.

Il est très rare pour nous de trouver la pureté de la Chasteté — la pureté sexuelle. Même ceux qui prétendent être Chaste sont très voraces dans leurs mental, ou secrètement, derrière des portes closes.

Il est rare de trouver le vrai altruisme, la capacité de donner sans rien attendre en retour.

Il est très rare de voir la «Conscience libérée», mais tout le monde pense qu’ils savent ce que c’est. Il y a des dizaines de milliers de livres dans les librairies sur «la Conscience libérée» et sur la venue de «l’âge d’or». Comment savent-ils cela, sur quelles preuves? Sur quelle base voyons-nous un âge d’or à venir pour l’humanité comme le clament tous les groupes spirituels? De nombreux groupes affirment que nous sommes sur le point de devenir super-spirituels. Sur la base de quoi? La colère qui grandit en nous chaque jour? La guerre et la violence qui s’étalent chaque jour? La cupidité et la malhonnêteté qui s’intensifient tous les jours? Comment ces qualités vont nous conduire à de plus hauts sommets de la spiritualité? Qu’en est-il dans nos propres vies? Comment la luxure va nous emmener à l’état d’un Ange, d’un Bouddha? Les Anges, les Bouddhas et les Maîtres n’ont pas la luxure ou la colère. Ils ont d’autres problèmes, mais ils n’ont pas l’ego animal que nous avons. Telle est la question vitale pour un Gnostique.

Cette relation entre ce qui est à l’extérieur et ce qui est à l’intérieur est déterminée complètement par une présence de la Conscience. En d’autres termes, si vous voulez avoir une certaine influence sur ce qui se passe quand on meurt, commencez à vous préparer dès maintenant en ayant une influence sur l’énergie qui passe à travers vous. Votre état de Conscience —modifiée ou non modifiée — est ce qui détermine ce qui va vous arriver quand vous mourrez.

Apprenez à avoir votre Essence présente et active, cela signifie que vous êtes très conscient de vos trois cerveaux, vous êtes conscient que les pensées sont là ou pas, vous êtes conscient de ce qui se passe avec votre humeur psychologique, vos émotions, et vous êtes conscient de ce qui se passe avec des impulsions dans votre corps, et pourtant ces prises de conscience ne sont pas identifiées, non attachées, il n’a pas d’envie ou d’évitement, elle observe et agit en fonction de la connaissance sans ignorance. Cela signifie que lorsque les impressions viennent du monde extérieur ou que les impressions viennent du monde intérieur, la Conscience est présente et active, et peut répondre avec harmonie, Connaissance, et non pas la Connaissance du monde, mais la connaissance de la Gnose, la connaissance de Dieu, la connaissance intuitive, savoir ce qui est juste et le faire. Ce genre de Connaissance n’est pas écrite dans un livre, Elle arrive dans l’instant à travers l’intuition, à travers les aspects supérieurs des trois cerveaux.

Cela signifie que si nous voyons quelque chose si troublant en dehors de nous, quelque chose que nous voulons ou quelque chose que nous ne voulons pas, si la Conscience gère les trois cerveaux, cette impression se transforme; la Conscience dit: «Je vois cela et mon ego se sent agité et je veux cela, il veut prendre possession de mes trois cerveaux pour obtenir cela, mais moi, en tant que Conscience, est détendu et non réactif et juste en train d’observer et en train d’écouter pour voir la véritable réponse venant du cœur, l’intuition, c’est la bonne réponse».

Par exemple, imaginez que vous avez un argument et quelqu’un que vous aimez tendrement vous accuse de quelque chose qui pénètre directement dans votre cœur et une terrible douleur s’y installe. Dans la plupart des cas, vous réagissez immédiatement, parce que les impressions émotionnelles sont extrêmement difficiles à transformer. Mécaniquement, automatiquement, nous réagirions avec la même qualité — colère — et essayerons de faire du mal à cette personne de la même manière qu’ils nous ont fait mal. Nous commençons donc par jeter des mots pour leur faire du mal, pour se venger. Voilà comment nous réagirions, parce que nous sommes endormis et non capables de transformer consciemment l’impression. Parcontre, si vous vous êtes formés pour avoir votre conscience active à ce moment-là, quand les mots viennent vous ne serez pas surpris, parce que étant formé de cette manière signifie que la Conscience surveille constamment, comme le gardien de but au sport à surveiller cette balle. A tout instant la balle peut venir, alors vous devez constamment surveiller ; rien ne devrait jamais vous surprendre. Lorsque vous transformez consciemment, ces paroles blessantes passeront à travers vous comme une fumée, comme l’air, sans douleur, parce que la conscience n’a pas d’orgueil ou de colère. Ce qu’elle a c’est l’amour. Lorsque la Conscience reçoit cette impression et voit la personne que vous aimez, en colère et en train de jetter ces mots, vous sentirez de l’amour pour elle, vous vous sentirez préoccupé pour elle, vous vous rendrez compte «Cette personne que j’aime souffre, je dois avoir fait quelque chose qui lui fait du mal, ou quelqu’un l’a fait, que ce soit l’ego des autres qui l’a blessé ou moi qui lui a fait du mal, que puis-je faire pour l’aider?» Au lieu de réagir avec colère et orgueil, avidité et aversion, vous allez réagir avec amour. N’est-ce pas ce que nous voulons? N’est-ce pas le but de la religion? Voilà ce à quoi tout cela se résume.

Ces schémas, les termes et les graphiques peuvent sembler compliqués, mais en réalité ils ne le sont pas. Lorsque vous mettez cela en action dans votre vie, c’est très simple. Cela se résume à ceci : faites toujours attention. Une pure attention, une perception pure, non modifiée, est la Conscience. Mais il faut la jauger en vous-même parce que quand nous commençons à apprendre cela, il faut du temps pour avoir un avant-goût de ce qu’est la vraie Conscience. Beaucoup de gens apprennent ce qu’ils appellent «l’Auto-observation», mais c’est vraiment un comportement de leur personnalité, ou un ego. Ils n’apprennent pas à observer avec la Conscience non modifiée, mais avec une portion modifiée. Beaucoup de gens construisent un ego de fierté ou de honte qu’ils ressentent comme l’Auto-observation. Cela ne l’est pas. L’Auto-observation réelle est altruiste, vide, ouverte. Il n’y a pas de sens de moi en elle.

L’Auto-observation réelle n’est pas quelque chose que tout le monde peut vous enseigner. Vous devez apprendre vous-même, par la pratique, pour avoir le goût de celle-ci, le sentiment de celle-ci, l’expérience de celle-ci. Vous saurez qu’elle est réelle à travers l’expérience de quelque chose comme l’exemple que je viens de vous donner, par le biais de cause à effet. Ne vous mentez pas à vous-même. Soyez sincères, soyez honnêtes. L’avenir de votre âme est sa participation, qui est combien important : votre avenir. L’avenir du travail progressif vers le haut pour avoir la Conscience libérée ou l’avenir décroissant pour une Conscience de plus en plus conditionnée, plus de souffrance. La différence est ici et maintenant, nous déterminons cette trajectoire. Donc, apprenez la différence entre l’Ego, l’Essence et la Personnalité. Voilà ce qui va faire la différence pour déterminer ce qui se passe quand vous mourrez.

Maintenant, nous allons expliquer quelque chose rapidement, puis nous allons mettre fin à la conférence.

La question est, enfin, «Qui meurt ?» Nous avons étudié l’Ego, l’Essence et la Personnalité en nous, quand nous mourons, qui meurt? Nous savons que le corps physique meurt, et j’ai déjà mentionné que la Personnalité va avec cela, elle meurt aussi.

Qu’est-ce qui se passe avec l’Ego et l’Essence? Ce sont des énergies qui sont en mouvement et qui ne peuvent être détruits par la mort physique. Ainsi, lorsque notre corps physique meurt, ces deux sont empêtrés l’un avec l’autre. L’Essence est piégée dans l’Ego. La trajectoire de cette énergie de cause à effet est ce qui détermine où nous allons. Alors, qui meurt? La Personnalité meurt, le Corps meurt, mais l’Essence et l’Ego sont projetés en avant à cause du Karma : cause et effet. Ainsi, les résultats dépendent de nous. Quelles sont les causes que nous avons mis en mouvement? Nous allons recevoir ces effets, sans aucun doute. Si chaque jour nous projetons à travers nos actions un flux de fierté, un courant d’envie, un flux de luxure, c’est ce que nous récolterons, la question est donc pour nous, «Que voulons-nous?»

Si nous voulons être libérés de la souffrance, nous devons commencer dès maintenant à nous libérer de la souffrance : l’orgueil, la colère, l’envie, la luxure, la gourmandise, l’avarice, la paresse.

Être préparé à la mort a ces deux parties fondamentales : l’Auto-connaissance, et le Travail sur l’Ego. Cela ne peut pas réussir sans ces deux en mouvement. Il y a beaucoup de groupes qui vous apprennent comment être Auto-observateur, la façon d’être Auto-conscient, comment faire attention et être présent dans l’instant. C’est super. S’ils ne vous apprennent pas comment travailler sur l’ego, vous n’irez nulle part. Il faut les deux. D’autre part, si les gens vous apprennent à travailler sur l’ego, mais qu’ils ne vous apprennent pas comment être présent, vous n’irez également pas loin parce que vous restez endormi et pas conscient que vous en train de créer plus d’ego. Donc, ces deux aspects doivent travailler en harmonie l’un avec l’autre.

Questions et Réponses

Public : Pourquoi l’ego est souvent lié à l’animalité ? Les animaux ont-ils l’ego?

Instructeur : Nous avons des corps humanoïdes, notre progression évolutive est passée à travers les règnes inférieurs, y compris le règne animal. Le mental que nous avons a été développé là. Les humanoïdes sont ce que nous appelons «animaux intellectuels». Nous ne sommes que des animaux avec l’intellect. Donc, notre mental est un mental animal, instinctif, rempli de toutes les qualités d’animaux. Voilà pourquoi. L’ego est l’animal en nous, c’est l’ensemble des caractéristiques animaux. Nous devons éliminer cela et devenir humain, ce qui signifie vaincre la partie animale, la retirer, et développer la partie humaine. Un Être Humain Réel est un Maître. Un Être Humain Réel est un Ange ou un Bouddha. Nous ne sommes que le potentiel pour cela, nous ne sommes pas encore des Êtres Humains. Nous ne sommes que des animaux qui ont un sens de Soi. Si vous regardez notre comportement, vous pouvez voir qu’en fait, à bien des égards, nous sommes pires que des animaux. La plupart des animaux respectent toujours les lois de la nature, nous ne le faisons pas. La plupart des animaux ne polluent pas leur propre nid ou détruisent leur propre approvisionnement alimentaire, mais nous le faisons.

Public : … vous avez dit que nous devrions nous auto-observer … l’Ego fonctionne à travers la Personnalité …

Instructeur : L’Essence peut également travailler à travers la Personnalité …

Public : … mes préjugés de ma personnalité, de la culture [et quoi que ce soit] … Comment dois-je me regarder en termes de ce que je réfléchis, mon ego travaille à travers mon préjugé, et que ma personnalité est Chrétienne ou Musulmane [ou quoi que ce soit] le préjugé reprend la personnalité alors où est la séparation réellement de …

Instructeur : Lorsque l’Essence est engagée et active, elle utilise la Personnalité comme son masque, comme son instrument pour s’engager avec le monde. Dans ce cas, l’Essence utilise la personnalité, ainsi la personnalité devient passive, elle n’est plus active. Quand l’ego l’utilise, la personnalité devient très grosse et grasse et pleine de toutes les caractéristiques culturelles avec lesquelles la personnalité s’engage. Mais d’autre part lorsque l’Essence est active, cette la personnalité devient très passive.

Dans le cas de l’auto-observation, lorsque l’Essence est activée et engagée, elle observe la personnalité et utilise la personnalité, mais consciemment. Alors la langue, la culture et tout cela sert de véhicule pour exprimer l’Être à l’intérieur, pour exprimer la divinité ; elle utilise toujours la personnalité. Éventuellement, cette personnalité doit être détruite et c’est ce qui se passe dans les dernières étapes des grands Maîtres s’exprimant eux-mêmes.

Public : Nous devons voir quelle était l’erreur à travers la personnalité alors nous ne la répétons pas, c’est ce qu’est le travail …

Instructeur : La différence est la suivante. La personnalité est temporaire, liée au temps. Le travail important n’est pas sur la personnalité, c’est sur l’ego. La personnalité va mourir peu importe de quoi, alors je suggère : plutôt que de se concentrer sur le travail sur la personnalité, travaillez sur l’ego, c’est ce qui motive la personnalité.

Public : […]

Instructeur : Encore une fois, la personnalité est liée aux caractéristiques culturelles, nos goûts culturels. L’ego est ce qui véhicule cela, donc il y a une distinction entre les deux. Il se peut que, dans de nombreux cas, nous commençons par analyser la personnalité afin de trouver l’ego qui le conduit. C’est parfaitement valide, et dans beaucoup de cas, vous aurez besoin de ça. Je ne dis pas d’ignorer ou d’éviter la personnalité ; vous devez être conscient, mais j’ai observé une certaine tendance dans certains groupes ou enseignants à se concentrer tant sur la personnalité qu’ils ne travaillent pas sur les causes sous-jacentes, et cela peut être le problème. Un exemple de cela est que dans certains groupes spirituels et il y a beaucoup d’efforts sur la modification de la personnalité afin de créer une apparence spirituelle ; ils prennent cela pour le travail sur l’ego. Donc, dans ces groupes vous ne pouvez pas vous habiller d’une certaine façon, vous ne pouvez pas manger d’une certaine façon, vous ne pouvez pas parler d’une certaine façon, de sorte que tous les étudiants changent leur personnalité. Puis ils se sentent, «Oh, je fais le bien maintenant, parce que je ne suis pas en train de manger ces aliments que je ne suis pas supposé manger, et je porte des vêtements blancs tout le temps comme je suis censé en porter, et je parle de la façon dont je suis censé, et je suis debout et je suis comme un gentlemen ou une dame tout le temps», et ils pensent que c’est le progrès spirituel. Et cela ne l’est pas. C’est seulement des modifications superficielles de la personnalité. Cela peut être très trompeur. Cela peut vous tromper en vous faisant penser «Je fais le bien maintenant». Ceci est seulement un exemple. Il y a beaucoup d’autres façons pour que cela se produise.

Public : Nous recevons des impressions émotionnelles si vite, quand quelqu’un nous insulte, nous le sentons immédiatement. Comment pouvons-nous l’attraper, parce qu’il suffit presque d’une milliseconde pour que nous sentions la douleur ou la souffrance, l’ego, la douleur vient presque immédiatement.

Instructeur : Les impressions sont transformées par ces cinq centres ou trois cerveaux très rapidement et l’émotion est l’une des plus difficiles. Pour transformer les impressions émotionnelles prenez une longue période de formation et ayez aussi la Conscience très forte. J’ai donné un exemple dans d’autres conférences que vous pourriez retenir, que la conscience a la capacité de percevoir sans l’interférence du temps. Cela semble contradictoire, mais quand l’Essence est complètement engagée et active, vous pouvez percevoir l’impression avant que cela arrive. Cela semble bizarre, mais cela arrive et cela peut se produire si vous êtes formés. Cela peut également se produire dans des expériences très fortes, comme des expériences proches de la mort ou des expériences très traumatisantes, lorsque le temps change de forme, le temps ralentit. Le point fondamental est, si vous n’êtes pas préparé, il suffit de faire de votre mieux. Avec les impressions émotionnelles, c’est extrêmement difficile, très difficile. Voilà pourquoi, au début, nous commençons à travailler normalement avec l’intellect. Nous pensons tous que l’intellect est très rapide, mais il est en fait le plus lent des trois cerveaux, si généralement c’est pourquoi nous travaillons avec des pensées, en travaillant sur la pensée, en travaillant sur le concept, travaillant là en commençant à calmer le mental, en ralentissant le mental, en développant une certaine sérénité parce que nous allons avoir besoin de cette sérénité pour faire face aux problèmes les plus difficiles de la luxure et de l’émotion, qui sont beaucoup plus rapide et plus puissante que l’intellect. Il suffit donc de se former, d’être patient, petit à petit nous commençons à acquérir de l’expérience.

Public : Je me demandais comment [dans cette culture …] vivre plus longtemps physiquement, mais les gens perdent leur mental, comme dans la démence ou la maladie d’Alzheimer pendant un moment où vous êtes en interaction avec la personne que vous connaissez et parfois les personnes ne peuvent pas se souvenir d’eux-mêmes, qui ils étaient, et que ce n’est pas la personne que vous connaissez … Je me demande, est-ce la personnalité qui commence à mourir ou l’ego qui commence à sortir du véhicule, … ce genre de processus qui se produit …

Instructeur : Le processus de la démence et la maladie d’Alzheimer est très similaire à ce qui se passe dans un schizophrénique et d’autres types de handicaps mentaux. Ce qui se passe c’est que la personnalité devient fracturée, elle se disloque, et si ce traumatisme psychologique s’approfondit, même le Corps Mental lui-même peut devenir disloqué. Qu’est-ce qui se passe alors, plus particulièrement dans le cas de la schizophrénie, qui a beaucoup de résultats plus prononcée, c’est que la personne, le corps physique est juste le vaisseau à travers lequel tous les egos commencent à s’exprimer, sans que la personnalité soit là, beaucoup à tous. Voilà pourquoi vous pouvez avoir affaire à une personne qui a un trouble soit de multiples personnalités, la schizophrénie, la démence ou la maladie d’Alzheimer, et ils semblent être des personnes différentes d’un événement à un autre, à chaque instant, au jour le jour ; ils semblent changer. Ils ont des manières totalement différentes de s’exprimer, de langages différents, ils ne se souviennent pas des choses et c’est parce que l’Essence n’est pas là. Ce qui est là ce sont les egos, qui sont toutes les différentes parties modifiées d’Essence. Chaque ego a sa propre volonté, ses propres souvenirs, ses propres désirs. La personnalité, étant fracturée, ne peut pas les contenir ; le masque ou le navire est cassé. Il est plus prononcé lorsque que le traumatisme psychologique a également disloqué le Corps Mental. Dans ce cas il y a la clairvoyance, même le corps vital peut être disloqué, celui qui est liée à la personnalité. Donc, ces personnes qui subissent la démence ou la schizophrénie commence à percevoir effectivement leurs propres mondes infernaux (Subconscience). Ils interagissent avec elle et parlent à des projections de leurs mental — effigies, Egos, représentations mentales —donc ils commencent à parler à des gens que vous ne voyez pas. Si jamais vous voyez une personne marchant dans la rue en train de parler à eux-mêmes (il peut ne pas être sur un téléphone cellulaire), ils parlent peut-être à une projection de leur propre esprit, un ego, une effigie, même une force élémentaire ; c’est compliqué. Donc, la personnalité est important de ce sens parce qu’il est un masque ou un navire qui aident à contenir l’ensemble des forces psychologiques. Si cela devient cassée c’est très difficile pour une personne de faire ce genre de travail, voire impossible.

Public : Comment la physiologie du cerveau affecte l’ego et de la personnalité ? Nous savons qu’il y a des produits chimiques dans le cerveau qui peuvent affecter le mouvement, des choses comme ça, les parties du cerveau qui peuvent être endommagés et nous ne sommes plus le même … Comment est-ce lié à des choses énergiques comme l’ego et de la personnalité ?

Instructeur : La chimie du cerveau est interdépendante avec notre état psychologique. Ils sont interdépendants les uns avec les autres, ce qui signifie qu’ils s’influencent mutuellement. Si nous avons un fort ego d’un type de traumatisme psychologique comme la colère, ce fort ego, surtout si nous l’avons beaucoup nourri grâce à notre personnalité, peut créer en nous ce que les médecins appellent « la dépression ». Réellement, la dépression est une colère réprimée (dans la plupart des cas). Lorsque l’ego habite le corps et contrôle les trois cerveaux, il change la chimie du cerveau et provoque le fait que le cerveau ne produit pas certaines substances qui sont nécessaires pour que les neurones fonctionnent dans le droit chemin. Cela engendre un cycle qui dégénère et peut conduire à d’autres troubles comme bipolarité, ce qui peut conduire à d’autres troubles comme la schizophrénie. Donc, il y a une trajectoire ici comme je l’ai expliqué. C’est interdépendant. Donc, dans certains cas, il existe des médicaments ou des pratiques spirituelles qui peuvent aider à soulager la partie physiologique, mais si vous ne travaillez pas sur la partie psychologique, vous ne résoudrez jamais le problème. Une grande partie des médicaments qui sont utilisés de nos jours pour les problèmes psychologiques étourdissent la personne de sorte qu’ils n’aient plus la capacité d’être conscient ou conscient d’eux-mêmes, et ça les met dans une sorte d’état catatonique. C’est en quelque sorte comme une bande psychologique, mais ne résout rien. La seule solution pour ces types de problèmes psychologiques c’est d’atteindre la racine, qui est la colère, l’orgueil, quoi que ce soit qui produit la dépression ou les autres caractéristiques. La chimie du cerveau est impliqué dans de nombreux éléments psychologiques, je viens de donner la dépression comme un exemple.

Public : Y a-t-il des vertus de la personnalité qui se chevauchent au sein de l’Essence qui lorsque nous mourons […] Essence et est-ce le désir de Lucifer ?

Instructeur : Les vertus que nous développons, si elles sont de véritables vertus, appartiennent toujours à l’âme. Elles peuvent s’exprimer à travers la personnalité, et si des personnes quand ils grandissent, quand ils sont jeunes ont la formation ou l’environnement dans lequel ces vertus peuvent s’exprimer, alors cette personnalité peut se former comme un véhicule pour ces vertus. Mais cela dépend du karma, cela dépend de la personne.

Si vous dans le passé, vous avez développé la vertu de chasteté, disons que dans le passé vous faisiez partie d’un groupe religieux et vous avez travaillé sur la Chasteté, et puis vous êtes né dans cette existence, votre environnement déterminé par le karma devrait permettre à la Chasteté de continuer. Si elle ne le fait pas, votre personnalité se formera d’une manière différente et l’environnement constituera cela d’une manière à ce que la Chasteté sera contredite. Mais si vous êtes né dans un bon environnement, cette Chasteté peut influencer le développement de la personnalité et vous aider. Cela dépend de votre karma.

La deuxième question porte sur le désir. Est-ce le désir de Lucifer ? Non Lucifer utilise le désir. Lucifer est un entraîneur psychologique. Lucifer lui-même, le nom, signifie « porteur de lumière ». Lucifer est l’énergie, une intelligence. Pour nous former, pour régler nos problèmes, Lucifer utilise le désir, par la tentation, afin de nous apprendre sur la souffrance. Habituellement, nous échouons. Mais Lucifer n’est pas la même chose que le désir.

Public : Est-il possible de voir vos autres personnalités d’incarnations passés pour acquérir des connaissances ou est-il … la connaissance …

Instructeur : Oui, vous pouvez en apprendre davantage sur vos personnalités passées, si oui ou non il y a une connaissance réelle à gagner de cela, ça dépend de la façon dont vous transformez l’impression. Je pense dans la plupart des cas que si l’un d’entre nous avait à méditer et trouver jusqu’à nos personnalités passées nous allons probablement construire beaucoup de fierté ou de honte au lieu de transformer cette impression de connaissance réelle. Il me semble donc que de nombreux étudiants sont aidés par leur Intime et compte tenu des connaissances sur les existences passées, mais sans la connaissance de personnalités. Donc, nous pourrions en apprendre davantage sur les événements, nous pourrions en apprendre davantage sur les tendances psychologiques que nous avons développées dans les existences passées, mais je pense que dans certains cas, l’être ne nous montre pas nos personnalités passées volontairement. Cela dépend de la personne. Bien sûr, dans le cas de Samaël Aun Weor, il a appris beaucoup à propos de ses existences passées et leurs personnalités parce qu’il a dû apprendre davantage sur le karma impliqué dans chacun d’eux. Et beaucoup d’entre nous qui sont sincères atteindront ce stade. Le point que je suis en train d’essayer de faire est de ne pas être fasciné par des personnalités parce qu’ils vont tous disparaitre et mourir. Ce qui importe est la qualité de votre âme.

Public : … éprouver des émotions comme la colère contrairement vous analysez pourquoi, y a-t-il un déclencheur ou vous trouvez les causes pour cela et que vous essayez d’éviter ces causes, éviter ces déclencheurs, [..durant..] de certains environnements que vous connaissez que [… sont mauvais ?] l’évitement c’est plutôt renforcer ces egos ou si vous faites face à ces déclencheurs et les environnements vraiment [……]?

Instructeur : Il est inévitable dans tous les processus estudiantine de développement de ces compétences que vous devez apprendre à mesurer la résistance de vos expériences. Vous devez apprendre à mesurer ce que vous pouvez gérer et de prendre ce que vous pouvez manipuler. Il y a une ligne très fine de l’équilibre ici. Ainsi, par exemple, si vous avez découvert en vous-même, comme vous l’avez mentionné, certains déclencheurs qui provoquent des états négatifs en vous-même, il peut être utile d’éviter ces états, éviter les déclencheurs, jusqu’au moment où vous êtes prêt à les transformer et les manipuler. Mais il y a une ligne fine, parce que nous pouvons commencer à éviter cela tout simplement parce que nous ne voulons pas traiter avec elle. Donc, si vous allez éviter un certain déclencheur psychologique assurez-vous que vous méditez sur ce déclencheur de sorte que vous pouvez le comprendre, car vous ne devez plus l’éviter. Lorsque vous comprenez vraiment celui-ci, il ne vous affectera pas.

L’autre côté est que certaines personnes vont commencer à se livrer à eux, pour courir après ces déclencheurs psychologiques, pour se provoquer eux-mêmes et ils disent « Je suis un Gnostique, j’ai besoin de ce déclencheur pour mon ego afin que je puisse travailler sur moi-même. » Ceci est stupide. Là, au lieu d’éviter, ils se livrent juste réellement à lui. Donc, c’est l’envie et le phénomène d’aversion qui se passe ici. La réponse est de mesurer la résistance, et la façon de faire cela est expliqué dans « La Révolution de la Dialectique » par Samaël Aun Weor. Ce qu’il explique dans la synthèse est quand vous avez un but, vous avez besoin d’analyser l’objectif, vous devez déterminer quelle résistance à vous, cela va être, et vous avez besoin de trouver un moyen de surmonter cela. Surmonter cela dépend de la connaissance, la connaissance consciente, pas l’ignorance. Cela signifie que vous devez méditer et vous devez comprendre. Il faut du temps et des efforts, surtout si c’est un déclencheur fort ; cela peut prendre du temps.

L’autre chose qui est important à retenir ici est que Lucifer, qui est celui qui gère le karma, pour nous enseigner, pour nous former, nous donnera toujours des choses avec lesquelles nous ne voulons pas traiter, toujours. Telle est la nature du travail. Alors, quand vous faites ce genre de travail vous devez devenir habitués à traiter avec lui. Ne pas l’éviter, ne pas se livrer, il suffit de traiter avec elle, l’accepter, en le transformant. Parfois, vous allez échouer, en fait beaucoup. Mais n’abandonnez pas. Ne pas l’éviter, ne pas se livrer. Accepter les choses comme elles sont et de beaucoup méditer. Peu à peu, vous obtenez une cadence ou une sorte un rythme où, oui, les choses sont douloureuses, vous souffrez, vous vous sentez mal, vous avez toujours affaire à beaucoup d’amertume dans votre vie, mais vous commencez à comprendre les choses et ces questions. Donc, il y a un équilibre psychologique qui doit être atteint et il n’est pas facile de s’y rendre. Soyez patients.

Public : Est-ce qu’une partie de la personnalité est héritée ?

Instructeur : Oui, absolument. La personnalité est déterminée à peu près par le karma donc oui, elle est héritée dans ce sens. Elle est héritée aussi dans le sens que vous faites l’acquisition d’un grand nombre de caractéristiques de votre famille, pays, la culture, la langue, l’éducation. Mais l’héritage vient aussi de vos existences passées.

Public : Comment traitez-vous avec des personnalités fortes et de bonnes personnalités, par exemple sa façon de saisir son pantalon et cracher de sorte que vous avez toute l’Amérique qui copie ce gars.. …

Instructeur : Eh bien, je suis d’accord que l’une des principales choses qui se passe de nos jours est l’influence de fortes personnalités à travers la culture. C’est devenu beaucoup plus puissant que cela n’a jamais été, et nous le constatons dans la musique, les films, la télévision, toutes sortes d’influences qui viennent à nous. La façon dont vous traitez avec ceci est que vous comprenez. Il faut voir les choses pour ce qu’elles sont, et c’est la raison pour laquelle nous étudions ces éléments ego, Essence et personnalité. Quand vous voyez des comportements, analysez « Est-ce que ce comportement est lié à l’Essence, lié à Dieu, ou non. » Ensuite, ça se résume à ce que vous voulez. Si vous voulez l’acceptation sociale et l’acceptation culturelle, alors vous pouvez aller à droite avec l’influence de cette personnalité, et vous serez accepté dans la société, mais je ne sais pas si les Dieux vous accepteront en se comportant de cette façon, en ce sens que je ne peux pas savoir si vous allez atteindre l’objectif de la spiritualité.

Public : Dans ce sens … en utilisant la personnalité dans le droit chemin comme un grand nombre de fois ce genre de personnalité viens vers moi bien ….

Instructeur : Nous aurons besoin de faire une distinction entre l’évitement ou l’aversion et la discrimination. La discrimination est différente. Nous avons tendance à éviter les choses qui sont désagréables. Mais en tant que pratiquant spirituel, comme quelqu’un qui aspire au développement spirituel, nous devons développer beaucoup de discrimination, ce qui signifie que nous devons apprendre à choisir les influences qui agissent sur nous. Disons, par exemple, vous avez un emploi où vous devez faire face à beaucoup de situations désagréables et qui est tout simplement votre travail. Vous devez peut-être faire face à cela. Cela peut être quelque chose que vous avez à traiter. Mais, par exemple, si vous avez des amis qui vous invitent à sortir boire, alors vous devez distinguer : est-ce que ces amis vont être une bonne influence ou une mauvaise influence ? Ou qu’en est-il de choisir un livre à lire, ou de la musique à écouter, ou un spectacle à regarder ? Ces types d’activités ont besoin de discrimination : est-ce que cette musique est bénéfique ou est-ce dangereux ? Ne confondons pas l’aversion à la discrimination. Cela doit être très clair. Je pense donc que dans le contexte de votre question appliquez la discrimination à cela. Vous n’êtes pas obligé d’aller faire beaucoup de choses que vous faites. Beaucoup d’entre nous font des choses parce que nous nous sentons socialement obligés ou obligés de la famille, et nous ne voulons pas devenir mauvais, pensant, « Toute ma famille va faire cette chose et je ne veux pas le faire parce que je sais que ça va être mauvais pour moi, mais je me sens que je dois y aller ». Non, vous ne devez pas y aller. Ou, par exemple, toute votre famille va manger du porc et vous savez que vous ne devriez pas manger de porc. Vous n’êtes pas obligé de le manger. Ils pourraient tous devenir fous, alors ? C’est la discrimination, ce n’est pas l’évitement.

Public : Quelle est la différence entre la psychologie Bouddhiste et la psychologie Gnostique et est-ce que le Sikhisme est compatible avec la Gnose ?

Instructeur : Dans leur essence toutes ces trois traditions sont la même tradition. Il n’y a pas de différence fondamentale entre la psychologie Bouddhiste, le Sikhisme, et le Gnosticisme, ils sont tous, en substance, la même chose. Il y a quelques différences dans la terminologie, et si vous regardez certaines écoles du Bouddhisme ou du Sikhisme, vous pourriez trouver des choses qui semblent contradictoires, mais si vous les étudiez avec Conscience et de les mettre en pratique, vous trouverez qu’ils sont exactement les mêmes , il n’y a pas de différence.

Dans la conférence précédente, j’ai recommandé que vous méditiez sur la mort et le processus de la mort et je dirais toujours que c’est une pratique utile à faire, de passer quelques minutes pendant la journée dans la méditation, à la réflexion, ne rien faire d’autre, la fermeture de vos yeux et la visualisation de votre propre mort. Encore une fois, ne pas visualiser un accident de voiture ou d’un cancer à obtenir ou quelque chose comme ça, mais en fait visualiser le processus de la mort, comment la vie quitte le corps. Ceci est très important. Nous devons réduire notre attachement à ce corps et cet exercice d’observer consciemment le processus de mort en vous-même peut vous apprendre sur l’Essence, sur ce que votre Essence est et ce qu’il n’est pas, c’est très utile.

Deuxièmement, je vous recommande de travailler très dur pour essayer de découvrir comment votre Essence fonctionne et ce qu’il est. Mettez beaucoup d’efforts et d’énergie dans le fait d’être conscient, d’être attentif. Il y a beaucoup de conférences et des livres à ce sujet, psychologie spécifiquement révolutionnaire, Révolution de la Dialectique, et La Grande Rébellion. Ces trois ont tous les outils dont vous avez besoin. Et il y a une conférence appelée La Clé de S.O.L., ce qui contribuera également. Il est très important que vous compreniez ce qui est l’Essence. Ne pas se faire prendre dans la terminologie, mais apprendre à vivre l’énergie de celui-ci dans votre vie et apprendre à travailler avec elle en permanence, non seulement tous les samedis, mais dans tous les cas. Ceci est la formation que vous avez besoin de comprendre dans le reste des conférences que je vais donner. Si vous ne comprenez pas dans votre expérience ce que l’Essence est, le reste des conférences n’aurai pas de sens pour vous.

Public : […]

Instructeur : Il y a un peu plus de choses sur la mort dont je veux parler. Aujourd’hui, je veux mettre en place les paramètres psychologiques.

Afin de comprendre la mort et comment mourir, vous devez comprendre votre Essence, et vous avez besoin de comprendre votre ego, et vous avez besoin de comprendre votre personnalité. Si vous êtes confus au sujet de ces trois —pas sur le plan conceptuel, mais avec énergie dans votre expérience dans le moment — alors le processus de la mort sera un mystère pour vous. Pour vraiment apprendre comment mourir consciemment, vous devez savoir ce que l’Essence est et comment l’utiliser de sorte que dans ce moment-là, vous êtes Essence et non pas ego et non confondu par la personnalité. Ceci est combien il est important. Chacun d’entre nous vont mourir, donc j’ai l’espoir dans ces conférences de vous préparer à cela. Regardez les gens en ce moment qui font face à la mort et ne sont pas prêts ; ils sont nombreux, et pas seulement dans des événements à travers le monde, mais dans ma vie personnelle, il y a plusieurs personnes en ce moment qui sont confrontés à la mort, et qui c’est la raison pour laquelle cette question a été soulevée, il a été demandé à moi d’enseigner cela. C’est donc réel.

Public : Combien d’heures est-ce que les Gnostiques méditent par jour?

Instructeur: Cela dépend de la personne. Un étudiant débutant méditera autant qu’ils sont intéressés par l’apprentissage. Nous vous recommandons de commencer à essayer pendant 10 à 15 minutes par jour au moins dans la soirée, méditez et détendez-vous. Certains étudiants qui sont plus expérimentés vont méditer pendant une heure ou deux. Un étudiant bien formé méditera cinq à six heures par jour. Un étudiant très sérieux qui est pleinement engagé à cela ne dormira pas, il va méditer. Par la méditation, je ne fais pas allusion à l’auto-observation, le rappel de soi, la Méditation de marche, mantra, ni aucun autre type de pratique : je parle d’observation ciblée des phénomènes. Les yeux non ouverts, le corps est inactif, l’ego est observé, la personnalité n’y est pas ; ceci est juste la Conscience active et l’observation et la méditation de l’apprentissage réel. Nous faisons beaucoup d’exercices préparatoires, tels que Pranayamas, mantras et pratiques runiques, de nombreux types de choses pour préparer la Conscience et de renforcer la Conscience, mais ce ne sont pas la méditation, ils sont préliminaires. La méditation réelle est autre chose. C’est un état d’Essence, un état de Conscience qui est au-delà du corps, au-delà de la pensée, au-delà de l’émotion, au-delà de toute sorte de sensation dans le corps. La méditation réelle est autre chose.

Pour comprendre la mort vous avez besoin que l’expérience de la méditation. Si vous pouvez bien méditer, la mort sera facile. En méditant bien, je veux dire si vous pouvez entrer comme Samadhi à volonté, si vous vous entraînez à être préparé pour cela, vous pouvez entrer dans la mort comme un Samadhi. Alors, la mort, n’est pas une grosse affaire.
Vous pouvez retrouver cet article en version anglaise : Who Dies?