Les Secrets de la Joconde

vinciLeonardo Da Vinci est né le 15 avril 1452 à Vinci, un village près de Florence en Italie. Il est l’auteur de cette œuvre extraordinaire et transcendantal intitulé la Mona Lisa.

Leonard Da Vinci était le fils d’un riche notaire florentin et d’une paysanne. De 1455 à 1460, sa famille s’installe à Florence, où Leonardo a reçu la meilleure éducation dans cette ville qui était le centre intellectuel et artistique d’Italie. Leonardo Da Vinci est mort le 2 mai 1519 à Cloux, Amboise, France.

Leonardo Da Vinci était un grand génie. Il a étudié la physique, l’anatomie humaine, les mathématiques, l’ingénierie, la géologie, la cosmologie, ainsi que les arts en général. Précurseur de l’invention de sous-marins et aéronefs etc. Il est considéré comme l’un des plus grands artistes de la Renaissance.

Grâce à son art et son esprit, Il était connu comme un peintre, sculpteur, poète, musicien, médecin, architecte, ingénieur, philosophe et scientifique. Son profond amour de la connaissance et de la recherche a été la clé de son succès. Leonardo Da Vinci était un génie.

Leonardo peint plusieurs tableaux, certains d’entre eux sont : « La Vierge aux rochers » et « La Cène ». Entre 1503 et 1506, il peint à l’huile sur bois de peuplier et de dimensions de 77 cm. long x 53 cm. largeur, son grand chef-d’œuvre, La Gioconda, aussi connu comme la « Mona Lisa ». Cette peinture est l’une des plus précieuses et copiées de l’histoire de l’art. L’original qui se trouve dans la salle des États du Musée National du Louvre, Paris, fait partie de la collection royale de France et est protégé par un panneau blindé.

Leonardo Da Vinci a donné à cette image un souffle mystérieux ; raison pour laquelle beaucoup d’hypothèses ont été émises sur son identité et son sourire énigmatique. Beaucoup ont voulu à tort d’identifier cette belle dame comme l’épouse du banquier Francesco del Giocondo. D’autres supposent qu’elle est la petite amie de Leonardo Da Vinci.

Mona_Lisa

Vouloir comprendre avec l’intellect les grandes vérités cachées dans cette œuvre magistrale, c’est de faire l’erreur de vouloir étudier l’astronomie avec le microscope, ou de vouloir observer les bactéries avec le télescope. Pour arriver à une compréhension réelle de cette grande œuvre, il est nécessaire de développer le Centre émotionnel supérieur et le centre intellectuel supérieur, et cela n’est possible que si nous empruntons le chemin verticale. Le chemin de la révolution de la conscience.

Il est à noter qu’il y a 2 lignes de vie, l’horizontale et la verticale. Ligne horizontale est la vie de tout le peuple, communément les humains, nous opérons dans la ligne horizontale de la vie. L’horizontale sont tous les processus de naissance, grandir, se reproduire, vieillir et mourir. Sur cette ligne, on trouve tous les plaisirs vains de la vie, liqueurs, adultères, cupidités. Ici on peut aussi trouver la racine de tous les problèmes et souffrances intimes de notre vie commune, qu’ils proviennent de particuliers, rues, etc.. Il est évident que la ligne horizontale n’a rien de merveilleux à nous offrir.

Parcontre, la ligne verticale est complètement différente. Sur la ligne verticale on trouve les différents niveaux de l’être, les pouvoirs transcendants et transcendantaux de l’intime. Avec les pouvoirs et les forces que nous offre la ligne verticale, nous pouvons modifier notre propre destin et se transformer radicalement pour rendre notre vie en quelque chose de plus digne et exaltante.

Sur la ligne verticale, on trouve les 3 facteurs de la révolution de la conscience.

1 ° Mourir psychologiquement : Il consiste en auto-annihilation psychologique de tout l’ensemble d’éléments indésirables qui constituent l’Ego, le Moi Même, la personnification vive de toutes nos erreurs, vices et défauts de type psychologiques.
2 °. Naître : Le développement harmonieux des facultés supérieures qui sont latentes en nous et la création des certaines structures corporelles avec lesquelles peuvent être perçues les grandes réalités de la nature dans toutes les dimensions.
3 ° le Sacrifice par l’humanité : Il consiste à remettre d’une manière désintéressée et constante en faveur de l’humanité, en sacrifiant les intérêts particuliers en l’honneur du bien-être de nos semblables, l’enseignement qui nous mène à expérimenter l’authentique bonheur, et qui est compris dans les 3 facteurs de la révolution de la conscience.

Travailler avec les trois facteurs de la révolution de la conscience signifie nous introduire par le sentier de l’initiation avec l’intention d’obtenir à expérimenter l’authentique bonheur.

Dans cette œuvre d’art de type transcendant, Leonardo Da Vinci a modelé dans une forme symbolique le chemin de l’initiation authentique. L’initiation est notre propre vie, l’initiation est pour la conscience et a à voir avec différents niveaux de l’être et avec la Suprasexualité.

L’initiation est quelque chose de très sacrée, seul l’Intime, l’Etre reçoit des initiations et des degrés. Le Moi, l’Ego ne reçoit pas d’initiations. Les initiations sont une série de naissances et de morts. Toute initiation est une naissance spirituelle. Dans toute initiation quelque chose doit mourir et quelque chose doit naître.

Par exemple : si dans notre intérieur nous éliminons le Moi de la Colère, l’Amour se cristallise. Si nous annihilons la Luxure, la Chasteté scientifique se cristallise. Si nous réduisons en poussière cosmique l’Orgueil, nous cristallisons l’Humilité et la Foi solaire. En éliminant de notre psyché la Cupidité, nous devenons altruiste. En éliminant la Paresse, nous cristallisons l’Activité prudente. La Gourmandise se transforme en Tempérance.

Le chemin de l’initiation est le long chemin étroit et difficile auquel se réfère le maître Jesus, le Christ.
Le Christ a Dit : “Étroite est la porte et rétréci le chemin qui conduit à la lumière et peu sont ceux qui le trouvent”.

Tout commence forcément par monter par l’échelle de l’imagination, l’inspiration, et l’intuition.
Sans doute, ce tableau est l’œuvre de l’imagination consciente de l’artiste. L’Imagination est la clairvoyance de l’âme, le miroir de l’âme, de la clairvoyance divine. Pour le dévot imaginer c’est voir.

L’inventeur qui imagine son invention, ce qu’il fait c’est réellement  de le voir par clairvoyance.
Toutes les inventions existaient déjà dans les mondes internes. Le premier inventeur l’imagine et tout de suite la concrétise dans le monde physique.

C’est ce type d’imagination qui a permis à Leonardo Da Vinci de modeler dans la toile l’image de la Gioconda, bien sûr, qui n’est pas une image produit de l’ l’imagination, ni non plus le portrait d’une fiancée de Leonardo. Leonardo Da Vinci, dans sa clairvoyance, c’est-à-dire avec son imagination consciente a réellement capté l’image de sa propre Mère Divine Kundalini particulière et il l’a peinte dans cette œuvre artistique.

Si nous faisons une étude comparative de tous les peuples antiques, nous trouverons que tous ont rendu un culte à Dieu-Mère, au principe éternel féminin, et chaque culture lui a donné différents noms.
Les Aztèques l’ont nommé Tonanzin, Les Égyptiens Isis, pour les Hébreux c’est Marie, pour les Grecs elle est Cibeles, Ceres et ainsi chaque peuple lui a donné différents noms.

Il est important d’affirmer que chacun de nous a dans son intérieur sa propre Mère Divine particulière, elle est une partie de notre propre Être, mais dérivé. La Mère Divine est ce pouvoir igné, merveilleux et surprenant. Elle est cette force electro-spirituelle, qui dort et se cache dans le plus profond de notre conscience.

Quand ce pouvoir igné divin s’éveille, il peut créer facilement ou détruire ; avec ce pouvoir igné nous pouvons créer l’homme réel et véritable à l’intérieur de nous mêmes. Il est nécessaire d’éclaircir que les êtres humains ne sont pas encore arrivés à cette stature d’hommes réels. Nous devons premièrement créer dans notre intérieur l’homme et plus tard le Surhomme. Il est pour cela nécessaire de travailler avec les 3  facteurs de la révolution de la conscience que nous offre la voie verticale et qui sont : Mourir, naître et se sacrifier pour l’humanité.

Avec ce pouvoir igné nous pouvons désintégrer les défauts psychologiques que nous avons dans notre intérieur et qui mortifient notre existence. Notre Mère Divine a le pouvoir de désintégrer tout défaut psychologique, mais, pour cela une auto-observation est nécessaire pour développer le sens psychologique et pour découvrir les défauts psychologiques qui se trouvent dans notre intérieur.
Quand le défaut a été découvert, il faut le comprendre dans tous les niveaux de l’esprit. Et enfin nous devons supplier l’aide à notre Mère divine pour qu’elle nous le désintègre.

La Gioconda, est une femme avec un visage serein, propre, avec un regard profond, et avec un sourire sublime. Ses cheveux sont couverts par un voile fin qui ne nous cache pas la vue de ses cheveux. Les cheveux viennent à symboliser la chasteté scientifique, la pureté au travail interne. La tenue est élégante et délicate. Sa main droite repose sur la gauche et son visage nous communique l’Amour. En indiquant qu’on a besoin de l’ amour, de l’ enseignement, du travail sur le sentier vertical, de l’ amour du prochain pour sentir la nécessité de remettre à l’ humanité la sagesse contenue dans les 3 facteurs de la révolution de la conscience.
La Gioconda n’exprime rien de l’érotisme ni de la coquetterie, ni rien de « des fiançailles »; ou quelque chose qui pouvait se ressembler à une chose humaine. C’est un tableau sublime, qui nous fait sentir quelque chose dans le cœur, très différent des émotions inférieures ; quelque chose de sublime, comme si nous nous trouvons face à un ange. Il est nécessaire d’être intuitif pour comprendre ce qu’est la Gioconda. L’intuitif quand il voit une image symbolique dans les mondes internes sait instantanément sa signification sans la nécessité de raisonner.

Le Vénérable Maître Samael Aun Weor, un authentique alchimiste et cabaliste nous explique le vrai symbolisme de la Gioconda, et pour cela il nous invite à observer le tableau et à observer le paysage du fond derrière d’un côté et de l’autre côté de la Gioconda où apparaissent deux chemins.

Pour pénétrer un peu dans l’explication de ces deux chemins nous dirons que ceux qui emprunte le sentier vertical révolutionnaire, doivent connaître premièrement la philosophie qu’enferment les 3 facteurs de la révolution de la conscience et après l’amener à la réflexion, à la compréhension, d’une manière graduelle, conformément à leurs niveaux sur la voie verticale.
Celui qui entre par le sentier vertical de la vie devient un disciple. Dans cette étape quelques épreuves se présenteront au candidat, certains d’entre elles sont :
1.- Tester la sérénité et la douceur de caractère du candidat,  (éliminer la colère.)
2.- Tester le non attachement aux choses matérielles . Échouent, ceux qui se désespèrent de la perte de quelque chose ou de quelqu’un ; ou ceux qui craignent la pauvreté.
3.- Tester l’adaptation à différentes circonstances de la vie. Échouent, ceux qui ne savent pas s’adapter à toutes les conditions sociales variées de la vie ; ceux qui ne savent pas vivre parmi les pauvres ; ceux qui après avoir fait naufrage dans l’océan de la vie abandonnent la lutte et préfèrent mourir.
4.- Savoir Sortir un profit des pires adversités. Échouent, ceux qui n’apprennent pas à sourire devant les adversités de l’existence. Ceux qui succombent d’une douleur devant les adversités de la vie. Les pires adversités nous offrent les meilleures opportunités pour l’auto-découverte intérieure.
5.- Tentations sexuelles physiques.
6.- Tester l’amour.

Si le disciple sort victorieux dans toutes ces épreuves, il pourra continuer son travail pour acquérir les 8 vertus de la Mère Divine. S’il les obtient, il arrêtera d’être disciple après une épreuve spéciale et il devient un disciple accepté.
Les 8 vertus de la mère divine sont :
1.- Fidélité au conjoint, à l’enseignement, au Gourou, à l’Être.

2.-Qu’ il trouve l’amour du travail intérieur.

3.- La manière Droite d’agir et de gagner la vie.

4.- La manière droite de sentir.

5.- La manière droite de penser.

6.- Volonté et Constance dans le travail interne.

7.- La Paix, l’Harmonie dans tout ce qui est entrepris.

8.- La Compréhension.
Quand le candidat a acquis ces 8 vertus, il commence à faire l’alchimie pour atteindre le degré de disciple accepté. En continuant, il se prépare à commencer à travailler dans la Première Montagne.
La première montagne est la montagne de l’initiation. On le nomme ainsi parce que quand le disciple accepté initie réellement son travail comme alchimiste aux grandes initiations, c’est ici qu’il commence à vraiment à travailler pour fabriquer  certaines structures corporelles. Et il atteindra la première purification s’il continue à travailler et gagner plus de degrés et plus de perfection.

Le disciple qui arrive à la 5 e marche de la première montagne incarne son âme et de ce fait, il atteint le degré d’homme véritable. Seul l’homme véritable a une réalité dans les mondes internes. Quand l’initié arrive à la 5 e marche, il doit se décider de la voie qu’il prend. Il doit choisir entre les deux chemins que précisément Leonardo Da vinci a peints au fond de chaque côté de la Gioconda.
Le chemin de la gauche dans laquelle apparaissent beaucoup de tours, montagnes et laquelle on mène à un lac. Il symbolise le chemin de la « voie en spirale » (nirvanique).

Le chemin de la droite, plus longue et plus droit, nous mène aux montagnes immenses dans lesquelles apparaissent quelques pics élevés et lesquelles nous mène à un bois. Il allégorise le chemin de la “voie directe”

Leonardo Da Vinci a peint sa Mère Divine Kundalini, entre les deux chemins : celui de la “spirale, ou nirvanique”, et celui de la “voie directe” qui nous mène dans le « bois » de l’alchimie. Cela allégorise que, c’est seulement avec l’aide de notre Mère Divine Kundalini que nous pouvons emprunter l’un ou l’autre de ces deux voies, la « voie spirale – Nirvanique » ou la voie « directe ».

Quand les initiés qui choisissent le chemin de la gauche ou de la spirale Nirvanique gagne le droit d’entrer au nirvana, plongent là, et suspendent le travail de la première montagne ; C’est ainsi qu’ils stagnent et ne continuent pas d’avancer sur le chemin vertical. C’est-à-dire ils ajournent leur travail, à travers de longs intervalles de temps. Comme ils n’utilisent pas les 4 corps de péché (physique, astral, mental, causal), ils jouissent du bonheur du nirvana.
Le nirvana est une région de la nature où règne le bonheur ineffable du feu. Il est impossible de décrire le bonheur ineffable du nirvana : là l’âme est plongée dans cette béatitude impossible à décrire avec des mots.

On dit que ceux de cette voie réalisent le Grand-Œuvre en 18 mois. Si nous examinons cabalistiquement ce nombre, nous voyons le nombre 9 répété deux fois (9+9), et il signifie qu’ils seront toujours en contact, à plusieurs reprises, avec la « Neuvième Sphère » (par intervalles, pendant des millions d’années, c’est-à-dire à travers de beaucoup de Mahamanvantaras. Et à travers une éternité sans limite, lentement, très lentement ils arriveront un jour à l’absolu. Ce chemin est extrêmement lent. Parce que comme ils veulent vivre dans un bonheur, ils n’ont pas de volonté d’arriver à l’Absolu. Ils sont heureux, et c’est tout. Ceux du sentier en spirale nirvanique ont des époques d’activité et des époques de repos profond.

Les initiés qui choisissent la voie « directe », renoncent au nirvana pour le bien de l’humanité et poursuivre leur travail avec les 3 facteurs de la révolution de la conscience dans cette vallée des larmes pour avancer sur la voie verticale. Seuls ceux qui renoncent au nirvana et qui fournissent des efforts constants peuvent continuer à avancer pour la sixième et la septième étape, puis continuer avec les 8 degrés de la lumière. Voilà comment on arrive jusqu’au sommet de la première montagne et atteindre la maîtrise.

Pour atteindre le sommet de la première montagne, on doit tout d’abord recevoir les 7 initiations des mystères du feu et ensuite les 8 initiations des mystères de la lumière. Ici, si l’initié a bien travaillé, il a réussi à éliminer de son intérieur la partie visible de l’ego. Les initiés qui ont choisi la voie directe après la conclusion des travaux de la première montagne seront prêts à aller travailler dans la deuxième montagne.

Dans la deuxième, l’initié doit se battre pour la purification. Cette montagne a beaucoup d’étapes, mais le plus haut nous conduit à la maîtrise parfaite. Appelez cette montagne la montagne de la résurrection. Sur cette montagne, le travail avec les 3 facteurs de la révolution de la conscience est plus raffiné, exigeant et délicat. Pour arriver à ce stade des travaux, il est nécessaire d’augmenter le degré de l’auto-observation psychologique pour découvrir des défauts qui sont cachés dans les profondeurs de notre infra-conscient.

Ainsi que la lune qui nous illumine par les nuits a une face visible et une autre cachée, ainsi notre aspect psychologique intérieur a deux visages, l’une visible et l’autre occulte. C’est-à-dire dans notre intérieur psychologique ils existent des défauts qui peuvent être découverts, compris et éliminés plus facilement, il existent aussi des défauts qui se trouvent aux niveaux plus profonds de notre psyché et pour cette raison sont plus difficiles d’éliminer.
Il faut savoir que l’esprit a 49 niveaux et que les défauts psychologiques se déroulent dans ces 49 niveaux du subconscient. Les défauts psychologiques qui vivent aux derniers niveaux du subconscient sont plus difficiles à éliminer. Si nous voulons vraiment éveiller la totalité de notre conscience, il est nécessaire d’éliminer les ego qui ont embouteillés la conscience à ces niveaux. C’est seulement ainsi que nous pouvons continuer d’avancer dans la mort de moi, et réussir à éveiller la totalité de notre conscience.
Dans la deuxième et troisième montagne nous travaillons dans l’élimination des ego de la face occulte de notre lune psychologique pour gagner le ciel correspondant.

 

Dans la deuxième montagne 9 travaux sont à réaliser.

Ici l’initié descend dans les sphères submergés (enfers) des planètes pour éliminer les ego en rapport avec ces planètes.
1 ° Lune (monde astrale). Éliminer la force des instincts et des passions incontrôlées qui dévaste et dévore tout.

2 ° Mercure (monde mental). Éliminer les défauts psychologiques dans le subconscient intellectuel.

3 ° Vénus (monde causal). Éliminer toutes les basses passions animales.

4 ° Soleil (monde – bouddhique). Éliminer les multiples fonds bestiaux subconscients submergés qui constituent l’ego.

5 ° Mars (mondo d’Atman). Éliminer les ego de sorcellerie de l’inconscient.

6 ° Jupiter (nirvana). Éliminer les pulsions sexuelles, passionnelles irréfléchies, des éléments infra-humains.

7 ° Saturne (Para nirvana). Éliminer les Éléments infra-humains passionnels profondément submergés dans nos propres abîmes subconscient.

8 ° Uranus (Maha para nirvana). Éliminer les passions animales brutales.

9 ° Neptune (L’empire, une région des gentillesses divines, reçoit la lyre d’Orphée, 3e. Logos). Éliminer un aspect psychique féminin de notre propre nature inférieure.

Quand l’initié de la voie directe obtient la deuxième et troisième purification on dit qu’il est arrivé au sommet de la deuxième montagne et il devient un Maître parfait. Dans cette montagne on réussit à cristalliser le troisième Logos. Ceux qui sortent victorieux dans cette montagne pourront continuer avec les travaux de la troisième montagne.
La troisième montagne est aussi connue comme la montagne de l’ “Ascension”

10 ° Pluton (incarnation du 2e Logos, le Christ cosmique). Il est relatif à l’abandon de tout attachement matériel, de tout désir, au-delà du bien et du mal. Au-delà du karma.

11 ° Incarnation de la première force de la nature, c’est-à-dire du Premier Logos, de l’Ancien des jours.

À ce niveau du travail, la Très Sainte Trinité, les 3 forces primaires de la nature est déjà cristallisée dans l’univers intérieur de l’initié.
12 ° Incarnation de l’Être de l’Être, c’est-à-dire du Père du 1er Logos. L’Être de l’Être, est un atome supra-divin de l’absolu qui n’entre pas dans la création mais de lui émanent les 3 forces primaires.

À ces hauteurs du travail on obtient le Contrôle et la domination de l’instinct sexuel. Le grand renoncement signifie la fin des pratiques alchimiques.

Avec les travaux qui sont réalisés dans la troisième montagne se cristallise la deuxième et première force de la nature. Et l’Adepte reçoit le degré de « Grand Élu ». Ces grandes âmes terriblement divines après avoir atteint le degré de Grand Élu doivent entrer au purgatoire pour finir de frire la graine qui a donné lieu à tout désir.

Après un certain temps et après être resté complètement purifiés et après avoir atteint la perfection, on gagne le droit d’entrer dans l’absolu. L’Absolu est une plénitude parfaite, bonheur sans limites, omniscience total. C’est la vie libre dans son mouvement, c’est la réalité suprême, espace abstrait qui s’exprime seulement comme mouvement abstrait absolu.

Il est indubitable que Leonardo Da Vinci était un grand initié. Si vous regardez attentivement tout le travail effectué qui met en évidence ; que, dans tous ses ouvrages sont contenues les quatre colonnes de la connaissance : Sciences, Art, Philosophie et Mystique, piliers de toute connaissance authentique.

Cette sublime photo de Mona Lisa est inspirée sur la base de l’art transcendantal. Il est important de préciser qu’il existe deux types d’Arts, l’art moderne subjectif menant à rien parce que c’est un art matérialiste, où chaque souffle de spiritualité a été perdu. Et art transcendantal. L’art transcendantal est basée sur la « Loi du Trois » et la « Loi du Sept ».

La loi du trois crée l’homme véritable en nous-mêmes et plus tard forme à l’intérieur de nous le Surhomme. La loi du sept organise cette création au sein de notre univers intérieur. Leonardo Da Vinci à travers cette œuvre mémorable cherche à nous instruire, sous forme allégorique de la conscience, sur les grandes vérités de la nature et du cosmos, sur le chemin de l’initiation. Il dit que le seul moyen de faire des êtres humains par le biais de cette connaissance transcendantale rigoureuse, cachée sous ce symbolisme, de parvenir à un changement radical et donc à transformer notre vie en quelque chose de plus digne et relevant. Il dit qu’en travaillant avec les trois facteurs de la révolution de la conscience, qui offre une ligne verticale révolutionnaire qui nous permet de supprimer nos défauts psychologiques, de créer les corps existentiels supérieurs de l’Être à l’intérieur de nous, se purifier et rencontrer un jour le bonheur véritable et absolu sans limite.

Amen.